Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   Ven 3 Jan 2014 - 22:10

Le forgeron semblait être emplit de fierté voir même d'orgueil lorsqu'il faisait mention de sa fameuse forge. Se montrer trop satisfait des secrets qu'ils pensaient posséder devaient sans aucun doute être pour lui une grande source de joie mais elle le conduirait peut-être sur le chemin de la suffisance. Se prenait-il pour une sorte de mercenaire ? S'il était vrai que Calamity servait plusieurs personne un en sens, cela n'était pas tout à fait vrai. La Cardinale œuvrait principalement et uniquement pour son Seigneur et Maître, Arès. Bref il ne servait pas à grand chose de s'attarder sur la question pour la simple et bonne raison qu'un cosmos puissant et ancien se manifesta et entra en résonance avec la protection que la jeune femme portait sur son corps et qui lui avait été offerte par le divin seigneur de la destruction et du chaos. Bref un pan de montagne dévoilant une grande entrée qui devait sans aucun doute menée à sa forge si grandiose et spectaculaire. Pauvre d'elle, condamnée à suivre calmement l'homme qui lui ouvrait le passage. Elle était d'habitude plus encline à enfoncer les porter fermées qu'à suivre gentiment comme un toutou un guide aussi avenant soit-il. En résumé le duo arriva finalement dans la majestueuse forge remplie de multiples ingrédients outils et tout le tutti quanti. Il y avait même une armure de toute beauté et qui n'avait strictement rien de semblable à la sienne. A vue d’œil, on comprenait bien vite rien qu'à son design qu'elle n'était pas destinées à n'importe qui, peut-être même pas un être humain. Le Seigneur des lieux ? Quelqu'un qui possédait une telle forge était soit un dieu en particulier  soit un alchimiste de renom qui fricoterait pour le compte de l'une ou l'autre divinité, un apprenti du dieu ? Tout cela était bien intriguant en tous les cas.

Francesco alla s'agenouiller près de la statue et lui remit son marteau comme s'il faisait partie intégrante du totem. Il s'agissait d'après les dires de l'homme du marteau d'Héphaïstos. Voilà que tout s'éclairait un peu plus. Cette forge, cette armure semblait être lié à cette divinité. L'outil se remettait de génération en sa famille ? Etaient-ils juste des servants du dieu ou avait-il un lien plus particulier avec lui ? C'était un marteau en somme. Qu'attendait-elle qu'elle lui dise ? La Calamité n'avait jamais donné de nom particulier à son outil et elle haussa les épaules avant de passer une main sur son front pour chasser quelques gouttes de sueur qui y perlaient. La chaleur avait soudain augmenté. Le forgeron souhaitait forger ? C'était bien beau tout cela mais elle se demandait bien pourquoi il l'avait entrainé ici ? Il ne devait pas fabriquer des menues broutilles comme ce qu'il lui avait montré dans l'atelier de sa maison. Ici était réellement forgés des créations plus complexes, du genre de l'objet qu'il comptait offrir à un noble locale sauf que cette lame n'était qu'une broutille par rapport aux nombreuses possibilités qu'offrait ce magnifique palais de la forge, dédié tout entier à cet art ancestral.

« Vous voulez qu'on forge quoi hi hi hi ? Un présent pour mon maître ? Cela vous tente hi hi hi ? Vous pourriez ainsi lui prouver votre compétence, votre adresse et attirer son attention hi hi hi. Oh oui hi hi hi ! Faisons lui quelque chose de beau qui le ravira hi hi hi mais pas de trop beau non plus. Parfois, quand je vois quelque chose de bien trop beau, je ressens une irrésistible envie de le détruire. Créer et détruire sont deux dons de la nature que chaque humains possèdent hi hi hi. Il faut du courage pour créer, une vision d'artiste hi hi hi. La destruction demande les mêmes qualités vous savez. Elle fait juste appel à une facette plus profonde de notre humanité hi hi hi. Voulez vous aussi détruire quelque chose pour une fois au lieu de la créer hi hi hi ? Cela vous ferait le plus grand bien j'en suis sûr hi hi hi. Il y a un temps pour tout Mister Frogeron hi hi hi. Un temps pour créer, construire, un temps pour tuer et détruire. Le monde est ainsi fait hi hi hi et vous aussi.  Que voulez vous forger  hi hi hi ? En avez vous la moindre idée ?»
Revenir en haut Aller en bas
Francesco

avatar
Messages : 22


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
350/350  (350/350)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   Sam 18 Jan 2014 - 11:47

Mon regard se dirigea en direction de la jeune femme en armure d'Arès, un fin sourire paisible se dessinait alors mon visage.

« Forger... Même si ce n'est point le terme adéquat c'est bien ce que nous allons faire... »

Mon regard se dirigea une ultime fois en direction de l'armure d'Héphaistos avant qu'à nouveau un sourire n'étirait mes traits.

« Avant toute chose, sachez que ce que nous allons forger est destiné à recevoir un objet... Un objet qui pourrait vous attirer bien des ennuies sans gangue protectrice car nul autre que le sang de cette personne ne puis le porter sous risque de grand désastre. »

Sans plus attendre, je me mis à l'oeuvre tout en commençant l'apprentissage de la jeune demoiselle. Je sortis enfin une cuve que je plongeais dans la lave ardente sans plus de protection comme si tout cela était habituel pour moi.

« Bien... Voilà qui est fait... »

M'approchant de la jeune femme.

« C'est vous qui allait créer l'un des anciens nécessaire à notre oeuvre ! Lorsque le cul de la cuve sera devenu rougeoyant vous y mélangerai  3 kilos de fer, 1 d'argent, 2 de cuivre et 4 de plomb... lorsque le mélange sera suffisant nous les couleront dans des moules afin d'en faire des lingot d'Adamante de la puissance de votre cosmos que vous incorporerez lors du mélange dépendra la solidité des barres ainsi créée. Sachez qu'il y a perte de matériel, pour les 10 kilos de métaux nous n'en retirerons qu'un kilo d'Adamante mais tout cela est normal ne vous en offusquez point. »

Un nouveau sourire se dessina sur mon visage tandis que je plongeais une autre cuve dans le magma en fusion.

«  Je vais pour ma part m'atteler à la création d' Orichalk que nous obtenons en mélangeant de l'or du cuivre et de l'argent tout en y incorporant une dépense de ce que vous appelez cosmos et pour cela le cosmos du Seigneur Héphaïstos me viendra en aide. »

Sans plus attendre je commençais à me mettre à l'oeuvre tout en gardant à l'oeil la jeune forgeronne d'Arès, au cas ou il fut nécessaire de corriger ses gestes en cas de manquement... La perfection voici ce que nous attendions. Je me doutais qu'elle devait utiliser l'Orichalk et l'Adamante cependant à présent elle saurait comment ses matériaux étaient fabriqués.

« Pour ce qui est du Gammarium, sachez qu'il se trouve à l'état naturel aussi nous allons gagner du temps en utilisant celui qui se trouve déjà céans. »

Nouveau sourire avant de me diriger tout prêt de la jeune femme.

« Comme vous vous en doutez, afin que vous puissiez transporter le présent d'Héphaïstos à son frère Arès nous avons besoin de quelqu'un mobile... » J'avais volontairement laisser une brève pause avant de reprendre. « Lorsque vous aurez finis votre oeuvre, j'aurais besoin de votre sang afin de tisser un lien entre notre création et vous même... Cela vous protègera suffisamment longtemps pour que vous remettiez ce présent à qui de droit ! » Nouveau sourire.

« Notre ultime étape sera un mélange particulier, un mélange mortel en cas d'échec. »

Une lueur de défi illumina mon regard.

« Lorsque nous assembleront ceci, la réaction alchimique qui en découle est si puissante qu'il se peut que l'ile dans son intégralité soit réduite à néant, nous avec malgré la protection avec laquelle vous couvrez votre corps. »

Tout cela semblait m'exciter au plus haut point.

« Cet ultime mélange offre des qualités bien supérieure à votre protection que seul le cosmos du Seigneur de ses lieux peut lier de par son cosmos qu'il nous prêtera, et même si votre sang est celui d'un mortel, l'objet que nous assembleront vous protègera du présent d'Héphaïstos... Alors ma jeune amie... Serons nous à la hauteur ou mourrons nous en essayant ? Sachez que nul autre qu'Héphaïstos n'a jamais fait ceci avant nous et que je ne puis vous assurer de notre réussite ! »

Il y avait une pointe de bluff dans mon discours cependant mes termes étaient bien réel, tenter de créer ceci seul relevait de la pure folie, bien des forgerons y avaient perdu la vie et Zeus m'avait fait veiller à ce que jamais un humain ne puisse forger de tel objet... Je savais qu'il n'en était point capable... Car cela nécessitait le sang d'une divinité, sang que je mélangerais à celui du porteur de ce présent que je tenais à restituer à son propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   Sam 18 Jan 2014 - 13:25

Forger ... forger ... forger ! Il n'avait que ce mot à la bouche et dans la tête. Étonnant qu'il ait trouvé une femme ce drôle de coco ! Avait-elle dépéri à cause de son amour de la forge ? Si on néglige sa pierre précieuse pour un marteau, une enclume, des flammes et des métaux, cela peut détruire ou briser les âmes les plus faibles. En plus s'il fallait qu'elle forge une chose qu'elle ne pouvait pas toucher, ce n'était pas amusant ! Ce qui était divertissant et un attrait de l'art de la forge était à ses yeux que l'on pouvait tester ses créations pour s'assurer de leur justesse. En plus il commençait déjà à lui donner des ordres ! Pas étonnant qu'il se retrouve tout seul celui là ! Non mais ! Quant on a à une Lady à disposition on devrait penser à autre chose que faire fondre des métaux. Tel un chef cuisinier, Francesco énuméra sa recette avec précision. A première vue, cela ne semblait pas vraiment très compliqué. Sans plus attendre elle se dirigea en direction des métaux et commença à l'es peser à l'aide d'une balance tout en affichant une mine renfrognée d'enfant pas contente. Cette petite sortie qui devait s'avérer riche en perspective commençait le plus mortellement du monde.  Tout en soupirant elle termina rapidement la pesée de ses ingrédients qu'elle balança dans une sorte de caisse en bois qu'elle amena toujours en soupirant et en traînant les pieds jusqu'à la cuve qui lui était destinée. Il désirait lui prendre du sang en plus ce mufle ! Pour la protéger au cours du transport de ce qu'ils allaient fabriquer. Le prenait-il pour une vulgaire mule, une messagère ? Il ne manquait pas de toupet ce grand sicilien !

La jeune femme allait s'apprêter à jeter ses métaux dans la cuve lorsque le forgeron parla enfin de quelque chose d’intéressant. Une expérience mortelle qui pouvait être fatale aux deux. Si ça ce n'était pas excitant, elle ne savait pas ce qu'il lui fallait. Enfin ! Il lui tardait déjà d'arriver à ce moment et de voir. Il fallait hâter les préparatifs pour arriver à ce magnifique instant où elle serait peut-être envoyé en enfer. Francesco irait sûrement faire un petit coucou à Yade avec elle. Ce serait des plus attrayants. Si en plus on y ajoutait le Lord Griffon, elle serait aux anges parmi tous ces Lords. Comme elle trouvait que la situation gagnait un peu en piquant elle s'approcha du forgeron et se mit sur la pointe des pieds pour lui déposer un baiser sur la joue. Elle repartit ensuite en courant en direction de son chaudron tout en chantonnant. Il était l'heure de procéder à la création du métal dont elle avait la charge. Elle déversa ses ingrédient dans son énorme chaudron et les regarda fondre. Elle attendit sagement que ses bébés fondent totalement. Pendant ce temps, elle sautilla jusqu'à Francesco pour observer ce qu'il faisait avec attention. Elle posa sa tête contre son dos et commença à lui parler avec une voix enjouée et excitée.

« Cela vous excite aussi de savoir que vous risquer votre vie hi hi hi ? Savoir qu'elle ne tient peut-être qu'à un fil et que vous ne possédez aucun pouvoir sur cela hi hi hi. Devenir fort c'est pouvoir contrôler ses fils et les maintenir le plus longtemps possible hi hi hi. Cela vous arrive souvent d'emmener de parfaite inconnue et de leur proposer de mettre leur vie en jeu avec la vôtre hi hi hi ? Vous êtes un sacré coquin Mister Forgeron hi hi hi. Je peux comprendre que vous sollicitiez mon aide en guise de paiement du repas que vous m'avez offert hi hi hi mais vous me demandez de mettre en jeu mon existence hi hi hi. Ce ne sont pas des choses que l'on demande à une dame généralement, surtout une Lady hi hi hi. Qu'allez vous m'offrir dans l'éventualité ou je survis hi hi hi. Vous désirez que je vous serve de livreuse hi hi hi. Vous m'en demandez beaucoup hi hi hi. Il va falloir passer à l'addition mon cher hi hi hi. Elle risque d'être salée. Mes services ne sont gratuits que pour mes seigneurs et maîtres et ceux qui le méritent hi hi hi. Mais le méritez vous hi hi hi ? Je pense que ma préparation doit être prête hi hi hi. Si nous allions la verser dans les moules hi hi hi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Guerre
PNJ du Royaume d'Arès
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   Ven 7 Fév 2014 - 22:13

Le monde était bien trop calme en ce moment... Sa majesté Arès devait s'ennuyer à force de regarder les humains se balader en toute tranquillité. Ce monde était son terrain de jeu, et même s'il n'avait encore rien fait de bien important, Guerre savait que la terre allait bientôt tremblé... Cependant, il y avait des choses plus importantes à faire en ce moment, comme par exemple peaufiner la force des Berserkers encore trop fragile selon lui. Les combats qui allaient devoir se déroulé lors du grand tournois contre les saints allait sans doute être une bonne expérience même s'il doutait de la victoire des sien. Mais qui sais... les guerriers d'Arès étaient capable de battre n'importe qui si leurs véritable pouvoir se manifesté. C'était d'ailleurs sans doute le but de son maitre. Dans un premier temps, Guerre devait retrouver Calamity pour lui demander de rentrer. Le puissant gardien d'Arès se présenta devant la femme pour la saluer d'un simple regard avant de prononcé ces quelques mots.

" Arès est sorti... il vaudrait mieux pour toi que tu sois présente à son retour lorsqu'il aura vaincu la chose qui frappe ce monde. "

Sans rien ajouté de plus, l'homme se retourna pour disparaitre aussi étrangement qu'il était apparu, la décision de rentré appartenait désormais à Calamity.

[Post qui à pour but de débloquer Calamity]
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   Sam 8 Fév 2014 - 19:50

Entrée théâtrale pour le sbire du maître ! Guerre avait la capacité de pénétrer dans cette endroit ! La Lady trouva cela impossible mais se ravisa finalement. Il était bien apparu en plein milieu d'une des prisons des Enfers. Cela ne devait donc pas être très compliqué pour lui de débarquer dans une forge censée appartenir au dieu boiteux Héphaïstos. C'est qu'il était capable de prouesse d'infiltration ce bon vieux Guerre. Un véritable petit éclaireur. S'il venait dans le coin c'était sûrement pour faire passer un message à la Cardinale ou la sanctionner pour une quelconque faute. Comme elle ne pensait pas en avoir commise, il devait sans aucun doute s'agir de la première possibilité. Le maître avait sûrement besoin d'elle ! Un peu d'action après ces dernière heures de forge ? Voilà de quoi réjouir la Berserkers qui était toujours avide de sang et de combat même lorsqu'elle paraissait aussi calme qu'un ru. Se méfier de l'eau qui dort était un proverbe adéquat pour expliquer le tempérament lunatique de la jeune femme. La Reine des Calamités se mit sur la pointe des pieds et s'abaissa pour faire une révérence au sbire de son Seigneur et Maître. Elle était impatiente d’entendre ce qu'il avait à lui annoncer. Allait-elle bientôt revoir le divin Arès dieu de la destruction et de la guerre ? Elle était toute ouïe. Elle sentait l'action poindre au bout des lèvres du messager.

Le maître était absent parti affronter "la chose responsable de l'état actuel du monde". Parlait-il de cet étrange hiver ? Le maître allait sûrement déployer une bonne partie de sa puissance et montrer à cette chose ou cette personne qu'il était bel et bien le patron. Dommage qu'elle ne soit pas invitée au x premières loges pour admirer le spectacle. Si le Seigneur Arès était prêt à se battre lui même c'est que l'adversaire devait être super fort ! Elle se renfrogna un peu à l'idée de manquer le spectacle mais elle ne pût pas demander plus d'informations à Guerre car ce dernier était déjà parti. Il avait filé aussi rapidement et discrètement qu'il était arrivé. Francesco avait pût assister à la réception du message. Elle espérait sincèrement qu'il ne lui tiendrait pas rigueur de ce départ inopinée qui allait arriver dans quelques minutes. C'était son devoir professionnel qui passait avant tout. La jeune américaine était une Cardinale, l'élite des Berserkers et elle devait se montrer irréprochable et répondre au moindre appel de ses supérieurs. Un soldat avant tout ! Elle était un peu triste de devoir quitter Francesco qui avait l'air de s'être bien amusé en sa présence. La jeune femme aurait aimé forger encore avec lui et tester ses  créations sur le premier péquin venu. Que ce soit une hache, une épée ou une masse, elle se ferait un plaisir de trancher, couper ou écraser. Un peu de présence masculine ne lui faisait pas de mal. Mis à part Flagello, elle n'avait pas beaucoup d'homme dans son entourage. Il faudrait qu'elle prévoie un peu de temps libre pour revoir le Sieur Griffon et le forgeron. D'une voix excitée, elle s'excusa auprès de l'artisan.

« Vous avez entendu ce bon vieux Guerre hi hi hi ? Je ne peux plus rester près de vous Mister Forgeron et vous m'en voyez désolée hi hi hi.  Le devoir m'appelle et une bonne Cardinale se doit d'y répondre hi hi hi. Nous remettrons cette petite entrevue à plus tard hi hi hi. Maintenant que je sais où se trouve votre atelier principal et votre maison, je ne risque pas d'oublier le chemin hi hi hi. J'espère que vous me préparerez encore un bon petit plat hi hi hi. Il est temps que je m'en aille ! Soyez sage en mon absence hi hi hi et ne vous tuez pas à la tâche ! »

La Cardinale se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser sur la joue du Forgeron avant de se diriger vers la sortie en sautillant. Une fois dehors, elle plongea dans la  terre devant elle et se mit à se frayer un chemin, telle une nageuse, afin de rejoindre le domaine de son Seigneur et Maître où elle attendrait son retour avec impatience. Avec un peu de chance, elle croiserait peut-être un ennemi ou un sac de frappe. La Berserkers avait l'impression qu'elle ne s'était plus battue et défoulée depuis des siècles. Chaque minute qui passait la rapprochait un peu plus du retour de son Seigneur.

 Arrow Fosse des Calamités
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nicolosi : Sur les pentes de l'Etna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Etna
» [Italie, Mont Etna] Le Réveil du Seigneur des Géants
» [Mahri Nui] L'Etna IH - 72
» Etna [Epreuve d'Odin Partie 4]
» Nicolosi Tiziano...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-