Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 7 Aoû 2013 - 21:55

    Eh ben elle était plus que colère la patronne, Flagello écarta les mains et les bras comme s’il était sous la menace d’un revolver. Il n’avait rien fait de mal, seulement évoquer la réalité. Ceci dit, là aussi c’était la réalité et qu’elle pouvait le sanctionner, et là c’était plutôt sévère. Non Non elle ne voulait pas être déchue de son rang. Il était bien lui là, il était tout beau et tout frais. Que deviendrait-il sans son rang ? Il ne le savait pas vraiment. Enfin, il sautilla comme pris d’une certaine panique et fit des non de la tête et avec ses mains.

    -« Non Non c’est bon, je ne veux pas je vais bien trouver… Je ne veux pas perdre mon rang… »

    Très vite, ils trouvaient quelque chose à faire, en effet l’esclave de Calamity lui indiqua qu’elle avait envie de se venger. Bon au moins comme venait de l’affirmer sa maîtresse il y avait quelque chose à faire. Cela lui plaisait de jouer au vengeur masqué. Il se mit à rire bêtement en attrapant un habit qui volait là, il en déchirant le tissu pour se faire une sorte de bandeau comme Zorro.

    -« Je vous suis Maîtresse ! Passons par les toits. C’est vrai que mon geste sera beau, ne vous inquiétez mademoiselle… Votre vengeance sera bientôt acquise, tu as entendue la patronne, et quand la patronne me donne une cible, je la trouve et je la ramène, en vie ou pas, cela n’a pas d’importance.»

    Après quelques minutes, ils rencontrèrent des soldats de Florence, c’est alors que la cardinale lui demanda de retrouver l’homme de qui voulait se venger la jeune femme, et d’y aller avec le singe. Décidément il passait du temps avec lui pour des missions ; heureusement il commençait à s’entendre avec lui. D’ailleurs, il lui indiqua le chemin. Après avoir incliné la tête pour dire qu’il y allait il suivit Mister Monkey pour traverser une rue, et trouver la maison de cette personne.

    Cassant la porte, il ne voulait pas perdre de temps car il avait envie de jouer un peu avec l’armée, il fouilla partout de font en comble la maison mais rien. C’est alors que le singe sautillant lui montra avec sa main une petite trappe secrète caché sous un fauteuil.

    -« Bravo Mister M, à nous deux infâme personnage… Nous allons assouvir la vengeance d’une dame… N’est-ce pas beau ? »

    Il ouvrit d’un geste brusque la trappe, et vit le jeune homme prit par la peur. Flagello usa son fléau pour l’enrouler autour de la gorge de l’individu et le souleva.

    -« Ma Maîtresse m’a dit de te tuer, alors je vais te tuer, et puis le geste est romantique… »

    Il serra encore plus, on entendit des craquements d’os au niveau de la nuque… La tête s’inclina alors en arrière.

    Mister Monkey grimpa sur son épaule, et ensemble, heureux ils devaient au plus vite rejoindre Calamity qui était un peu plus loin, si ca trouve elle avait déjà tout fini. Evidemment il ramena le corps de l’homme comme preuve il le traina au sol.


    -« Cheffe voici l’homme… J’espère que tu es satisfaite Mademoiselle, je t’ai vengé… C’est beau non ? »

Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 7 Aoû 2013 - 23:13

Petits cloportes ! Vils macaques ! Stupides créatures ! Voilà les qualificatifs et les mots disgracieux que l'esprit de la Lady utilisait pour décrire les soldats qui accouraient comme des porcs pensant mettre fin rapidement aux méfaits des Bersekers en maîtrisant une femme seule. Ces idiots se trompaient totalement en pensant que la reine des calamités n'étaient qu'une pauvre vierge effarouchée. Il allait connaître et apprendre à apprécier son courroux. Elle les entendait éructer des « arrêtez vous ! », « vous êtes cernées », « vous allez pourrir dans une de nos geôles ». Pauvres créatures. Leur dernière phrase allait signer leur arrêt de mort. S'il y avait une chose que Calamity n’appréciait pas c'est qu'on la menace de la jeter en prison. Pour avoir passée plusieurs siècles enfermée par des sceaux, cela pouvait facilement se comprendre. Une aura orangée et brunâtre émanait d'elle avec violence. Si Flagello s'était encore trouver dans la rue, rien que par le regard, il aurait comprit qu'il devait dégager. En étant à l'intérieur, il le sentirait bien vite aussi. La Cardinale n'était pas de celle qui se laissait profondément insultée sans réagir. La terre commençait à trembler aux alentours ce qui ne présageait rien de bon. Les hommes le remarquèrent à peine, trop occuper à leur tache. Ces idiots pensaient que ce n'était qu'une simple secousse et ne firent jamais le rapport avec la jeune femme qui venait de se mettre à genoux sur le sol et qui semblait se rendre. Sa position était proche de celle adopté par les fidèles de l'Islam lorsqu'il priait. Cependant, elle ne priait ou ne se rendait pas, elle confectionnait juste dans le sol une petite surprise pour les idiots qui voulaient l'arrêter.

La jeune femme extirpa une boule de terre dure de la taille d'une tête humaine hors du sol. La jeune femme bondit dans les airs et lança la balle de terre en plein milieu du groupe. Celle-ci explosa et se divisa en des milliers d'aiguilles de terres qui transpercèrent les corps de 7 des dix gardes, les immobilisant pour les plus chanceux, les tuant net pour les moins veinards. La jeune femme ramassa le mousquet d'un des morts et tapa du pieds pour faire sortir une pique de terre hors du sol qui embrocha l'un des trois fuyards. Elle plongea ensuite dans le sol, en rattrapa un autre et l'attira avec elle sous terre où elle le laissa pour remonter à la surface en riant comme une possédée. La Cardinale se mit à courir rapidement pour rattraper le dernier soldat. Pendant toute la course poursuite, elle avait fouillé dans les informations que contenait le cerveau de la propriétaire du corps pour comprendre comment fonctionnait cette arme. Elle visa la jambe de l'homme et le coup partit tout seul. L'arme était bel et bien chargée mais elle avait mal visé. Au lieu d'atteindre l'homme dans le mollet, elle le toucha à la cuisse et le soldat s'écroula sur le sol en hurlant de douleur. La Berseker n’appréciait vraiment pas cette arme. Elle n'était pas très fiable et pratique pour le combat rapide. Elle prit le canon dans sa main et se servit de la crosse pour marteler le crâne de l'ennemi. La jeune américaine frappa comme une dératée pendant une bonne minute jusqu'à ce que le visage du monsieur ne soit plus qu'une bouillie informe. Son visage était recouvert de tâche de sang, de peau et d'os. Elle retourna prêt de la maison en rigolant. Flafla c'était acquitté de sa tâche et l'esclave semblait réjouie même si elle essayait d'afficher le contraire.

« Je suis fier de toi Flafla hi hi hi. C'est très bien hi hi hi ! Tu es un brave soldat. Oh mais tu as vu un autre groupe de ces charmants Messieurs se dirigent vers nous. Ils ont eut sûrement un peu de retard hi hi hi. Je pense qu'ils ont essayés de nous prendre en tenaille avec le groupe que j'ai étripé hi hi hi. Flagello, tu es les tous sans exception. Fais en un carnage hi hi hi. Montre leur la puissance de notre armée par rapport à la leur. Un de nos hommes vaut dix milles d'entre eux hi hi hi. » 
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 8 Aoû 2013 - 19:01

    Flagello était tout fier des paroles de Calamity, il fit un sourire un peu niais et stupide. Il fallait dire qu’il préférait de loin cela aux menaces de tout à l’heure. Et puis vu l’état de la zone, il valait mieux la satisfaire. Le berseker lança le corps de l’homme devant le regard de la jeune femme qui semblait ne pas être ravie, même si au fond elle devait l’être.

    Cependant il n’avait pas vraiment le temps de se reposer car voila qu’un autre groupe de soldat s’approcha. Et au plus grand plaisir du Maître d’arme, sa patronne lui fit l’honneur de lui laisser tout ça. Il allait devoir les affronter seul. C’est qu’ils étaient nombreux quand même. Mais il était un berserker.
    Un large sourire, il essuya ses lèvres avec son poignet et se mit sur ses gardes, tout en augmentant son cosmos.

    -« Je m’en occupe ! Oh mais ils viennent vite en plus, on dirait qu’ils sont pressés de nous arrêter…C’est amusant ça… »

    Les yeux de Flagello brillaient d’une lueur meurtrière, son cœur battait fort, son sang froid était impressionnant, il voyait la troupe s’approchait. Il frappa d’abord un grand coup au sol avec son pied et attrapa un immense rocher, qu’il souleva et balança en direction des premiers.

    -« Oups j’ai raté j’ai fais qu’un neuf sur dix. Il y en a un qui vacille… »

    Le berserker se mit à courir en direction de celui qui était encore debout, il attrapa par le visage qu’il serra de toute ses forces jusqu’à le déformer, et l’écraser, avant d’envoyer le corps en direction des autres… C’est alors qu’il se rendit compte qu’un dernier était passé et s’approcha de Calamity.
    Ah non, elle a dit tous pour moi alors… Dégainant le fléau il s’empressa de lui planter dans le dos entre les omoplates, cela traversa le corps et la pointe effleura la patronne.
    Houlà, un peu plus et j’étais bon pour la casse pensa-t-il, le serviteur de la cardinal, d’un coup sec leva la lame vers le ciel, ce qui coupa en deux le fou. Un grand rire brisa le silence. Apparemment, ils venaient tous de disparaitre. Mais autant être propre, Flagello rassembla les corps, et les empila un à un en sifflotant.

    -« Voila Patronne ! Je suis encore un peu rouillé, mais petit à petit ca s’arrange. On dirait qu’ils n’étaient pas assez fort… héhéhé. Ah tiens celui possédait un joli collier. »

    Il arracha et l’offrit à l’esclave en guise de bienvenue. Flagello fouilla tous les soldats, et récupéra de l’argent, des bijoux, de l’argent. C’est qu’il ne fallait pas gâcher. La nuit venait de tomber… Et le berserker acheva, il se tourna vers sa Maîtresse, avec le butin.

    -« Ils en avaient des choses. Ils ont payé leur tribut maintenant la ville c’est à quoi s’en tenir. Et vous mademoiselle vous êtes contente, une vengeance et un bijou. »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 8 Aoû 2013 - 21:41

 «Oui Flafla tu as raison Flalfa ! Il faut que la ville paye son tribu mais que la populace comprenne que nous sommes de son côté hi hi hi ! Gagnons le cœur du bas peuple comme nous avons séduit mon esclave hi hi hi. Nous serons à la fois héros et bourreau Flafla ! Il faut que tu nous amène à la banque où est gardé une grande partie de l'or de la vielle hi hi hi.  Nous allons faire sauter les coffres et distribuer l'argent au pauvre hi hi hi tel un idiot en collant vert hi hi hi. En route mauvaise troupe ! »

Le guide s'exécuta et ils marchèrent pendant vingts bonnes minutes déambulant dans les ruelles diverses et variés jusqu'à arriver jusqu'à un bâtiment qui n'était pas gardé et qui portait l'inscription « banque ». Anormal qu'il ne soit pas gardé mais la Bersekers n'allait pas s'en plaindre. Techniquement mis à part un sorcier personne ne pourrait s'infiltrer et arriver à forcer les coffres mise à part une Berseker enragée. La jeune femme se mit à sourire en caressant du bout des doigts la porte en fer. La Cardinale s'amusa à apprécier la douceur du froid du métal avant de donner de puissants coups de poings dans celle-ci tout en brûlant son violent cosmos pour la faire céder. Il ne lui fallut pas longtemps pour la faire sortir de ses gonds et pénétrer dans le bureau du bâtiment. Il n'y avait rien à tirer ici. Mieux valait se précipiter vers les coffres rudimentaires qui contenait des kilos de pièces d'or.

« Flagello prend tous les coffres que tu peux et amène les sur le toit du bâtiment. Je vais faire pareil hi hi hi. Emmène notre esclave la haut aussi veux tu hi hi hi. » 

Aussi vite dit, aussi vite fait. La Berserkers amena 7 coffres sur le toi. Ce n'était pas très pratique à porter tous en semble mais en se répartissant le travail à deux cela pourrait prendre un peu de temps. Ils avaient en tout et pour tout une douzaine de coffres. L'intégralité de ce que la banque contenait en or. Ce que de gros riches comme l'homme qu'elle avait tué quelques dizaines de minutes plus tôt avait emmagasinés au cours de leur vie. Au passage dans les bureau, la Cardinal avait volé des plumes, deux encriers ainsi que des parchemins. Elle demanda à Flafla de la conduire dans le quartier le plus pauvre de la ville en passant par les toits. Une fois qu'ils furent arrivés à bon port, les jeunes gens repartirent en sens inverse pour aller chercher les deniers coffres. Quand les trajets furent finit, elle lui expliqua ce qu'elle comptait faire sur un ton presque chantant. La Lady s'applaudissait déjà pour son geste presque chevaleresque digne d'un Saint. Son but était cependant très différent que  la bonté qui animait ces utopistes. La reine des calamités voulait seulement semer le trouble, le chaos et la discorde. En signant son don, les Bersekers se mettrait une partie de la population dans la poche. Les pauvres avaient peu de pouvoir mais étaient nombreux et pourraient leur servir de chair à canon au cas ou ou tout simplement leur permettre de faire pression sur le pouvoir en place. Les riches eux se sentiraient flouer et chercheraient forcément un coupable. Ils se tourneraient alors vers ceux qui n'ont rien et ont subitement beaucoup. Une petite guerre civile ? Des meurtres ? Tout cela semblait bien palpitant. La jeune américaine fourra une plume, un encrier ainsi que des parchemins dans les mains de son amître d'arme.

« Flafla hi hi hi. Toi et moi nous allons vider nos coffres dans ces maisons. Un coffre par maison.  Prends celle qui ont des trous d'aération ou des cheminées sur le dessus. Ce sera plus simple pour y vider les coffres. N'effraye pas les habitants et essaye de faire ça discrètement hi hi hi. Réduis en cendre chacun des coffres ensuite. Chose importante : quand tu as finis une maison, tu signeras un parchemin avec le sigle d'Arès et tu le glisseras dans la maison pour que les gens comprennent qui sont leur bienfaiteurs hi hi hi !  Nous serons leur bienfaiteurs pas anonyme hi hi hi.»
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Sam 10 Aoû 2013 - 19:29


    La patronne venait d’avoir une super idée comme toujours, ils allaient donc redistribuer l’argent de la banque, des riches pour les pauvres. Ca fait très Robin des Bois. Comme quoi, ils n’étaient pas si méchants que ça. Frappant dans ses mains pour montrer son accord, et son excitation Flagello. Le berserker avait fait le guide jusqu’à la banque, et Calamity après avoir joué la grille l’explosa d’un violent coup de poing.
    Le plan était simple, s’emparer du plus grand nombre de coffre, suivant la patronne il monta jusqu’au toi, une dizaine de coffres, juste pour faire le malin rien d’autre parcequ’à voir son visage, le pauvre Flagello souffrait terriblement.

    Essoufflé il posa en vrac les coffres sur le toit, et souffla un grand coup, tout en écoutant les consignes de sa supérieure. Déposer un coffre par maison, en laissant un petit mot avec le sigle d’Arès. Parfait tout ça pensa-t-il en regardant devant lui les maisons, il regardait surtout les cheminées, au moins ils feraient des heureux ; dix sept !


    -« C’est amusant ça, mais c’est vrai que certaines personnes auront une bonne image de nous…. Puis personne ne nous accusera d’être des gros méchants… »


    Il embarqua avec lui et avec grand mal la dizaine de coffre, tout ça pour impressionner et faire le malin devant la cheffe. N’importe quoi se disait-il posant le premier coffre dans un cheminé il regarda s’il avait bien glissé, et lorsque ce fut le cas, il glissa le petit papier avec le signe du dieu de la guerre.

    -« Et toute notre amitié… »

    S’exclama-t-il en souriant. Faut dire que la maîtresse était sévère est stricte, mais savait être généreuse, et en plus elle avait de l’humour. Le berseker n’avait pas à se plaindre, il allait se plaire c’était certain. Ils en avaient de la chance les habitants se disait-il tout en poursuivant sa distribution tel le père noël.
    Sautant de maison en maison avec à chaque fois moins de poids, il était tout content, il se mit à chanter, à lancer des billets avec des gestes étranges.

    -« Et voila la dernière petite famille qui va devenir riche… Bon maintenant je dois trouver miss Calamity… »

    Cherchant du regard les environs, il ne lui fallut qu’un peu de temps pour la retrouver. Les mains dans le dos il sautilla heureux vers elle, lorsqu’il arriva à elle il prit la parole.

    -« Il y aura des familles heureuses… Ils vont nous adorer héhéhé »

    Puis inclinant son buste tel un majordome il poursuivit…

    -« Madame désire-t-elle un thé ? Il y a une petite boutique qui possède le meilleur thé de la région dans la rue d'en face. »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Sam 10 Aoû 2013 - 22:28

C'était assez simple comme boulot. Il suffisait d'attraper la mécanique. On force le coffre d'un bon coup de pied, on le soulève, on vide le contenu dans la cheminé on balance le coffre quelques rues plus loin et on glisse le papier avec le signe d'Arès en guise de signature. Rien de plus simple. Calamity choisissait les maisons les plus décrépies pour être sûre de toucher les bonnes personnes. L'affaire était dans le sac et les pièces dans les maisons. Tout roulait parfaitement. Flafla décida d’emmener sa patronne boire un verre de thé et celle-ci ne pût que hocher de la tête pour accepter. Ils avaient déjà abattu un travail considérable et il méritait bien de clôturer leur journée par une bonne douceur contenue dans une tasse. La Cardinale ne savait plus trop quoi faire à Florence. Elle avait déjà frappé un grand coup, tué la famille de Flafla, tué d'autres personnes, trouver une esclave, semer la discorde. La routine. Détruire entièrement la ville pourrait être plaisant mais  elle voulait d'abord voir germer les graines du mal qu'elle avait plantée.  La jeune femme se mit à chantonner de joie, heureuse de pouvoir se rendre dans un endroit respectable. Malheureusement lorsque le petit groupe arriva devant la devanture de la boutique, elle était fermée. Ne voulant pas prendre le risque de détruire la marchandise, la Berseker attrapa Flagello et l'esclave et les emmena sous terre pour pénétrer par la voie souterraine dans le bâtiment. La pauvre jeune femme à la peau mâte se mit à vomir sur le sol répandant le contenu de son estomac dans des petits cris de dégoût. Elle n'était pas encore habituée et ne le serait sûrement jamais. La Berseker rigola en haussant les épaules et s'adressa à Flagello sur un ton autoritaire, digne de la chef qu'elle était ! La Lady leva même le doigts, un air menaçant afficher sur son visage.

« Met chauffer de l'eau et prépare nous un bon thé. Toi aussi petite esclave tu en auras hi hi hi. Trouve une petite tasse pour Mister Monkey et ne t'avises pas de rater la préparation sinon je te fracasserai le crâne avec une théière hi hi hi ! Prend un siège petite fleur. Ton travail ne commenceras que quand nous serons rentré dans le royaume du maître hi hi hi. Tu verras, tu auras une belle petite pièce ou dormir et tu devras nous servir au doigt et à l’œil hi hi hi mais tu jouiras de notre protection et la douce sensation de servir la plus grande armée du monde. N'importe quel humain devrait rêver d'être à ta place hi hi hi. »

Pendant que le maître d'arme s'affairait, le propriétaire de la boutique était descendu, un couteau à la main de façon discrète. Enfin le pensait-il. Sa respiration de bœuf le trahissait un peu. Il s'approcha du fauteuil où venait de s’asseoir la Cardinale et tenta de placer sa lame sous sa gorge dans le but de les intimider. Malheureusement pour lui, la Lady des calamités attrapa son poignet et le brisa d'un coup sec, récupérant la lame dans le creux de sa main. La jeune américaine releva l'homme et l'assit sur le fauteuil juste en face du sien. Il pleurait à grosses larme  à cause de la douleur causée par son poignet. La Bersekers retrouva sa place dans son fauteuil et faisait tournoyer le couteau  en le lançant en l'air à la façon d'un jongleur pour le rattraper par le manche à chaque fois. Après plusieurs lancés, elle balança le couteau qui atterrit précisément entre les jambes du propriétaire de la boutique à un bon centimètres de son entrejambe.

« Estimez vous heureux que je n'ai pas perdu la main hi hi hi sinon vous seriez eunuque à l'heure qui l'est mais comme vous ne semblez pas avoir de femme, ce ne serait pas très dérangeant hi hi hi à moins qu'elle ne se planque en haut ? Non je ne pense pas ! Elle aurait déjà fait du bruit sinon hi hi hi. Flafla, prépare lui une tasse aussi. Nous somme chez lui après tout hi hi hi. Je me sens d'humeur clémente aujourd'hui. Ne tentez rien d'inconsidéré s'il vous plaît. Ce serait dommage que l'on gâche le thé que mon maître d'arme vous prépare. » 
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Dim 11 Aoû 2013 - 22:18

    Ils étaient entrés, tranquillement, et courba son dos en arrière lorsqu’il remarqua l’air autoritaire de la patronne. Le doigt levé, elle ordonna à Flagello d’aller préparer le thé pour la troupe.

    -« Oui cheffe de suite, et il sera parfait héhééh. »

    Il prit alors la direction de la salle avec les différents arômes, ainsi que le nécessaire pour préparer un divin thé. Cherchant avec attention le préféré de la supérieure il trouva les sachets et les posa sur la table, sifflotant tranquillement, il mit l’eau à chauffer, et ouvrit un placard pour sortir les tasses, une pour la cheffe, une pour la recrue, une pour le Monkey, et une pour moi, pauvre serviteur tout content de l’être. Là aussi, il arrangea tout ça tranquillement jusqu’au moment où il entendit la cardinal lui demander une autre tasse. Ouvrant une nouvelle fois le placard il sortit une autre tasse.

    Le Maître d’arme sifflota encore, tranquillement, il fallait être serein et calme pour préparer le thé, surtout quand il s’agissait de faire celui de la patronne. Il serait bête d’attirer sa colère maintenant, en plus ca ne serait pas très gentil pour le pauvre propriétaire de la boutique. En tout cas Flagello se disait que c’était sympa, il semblait compréhensif, peut-être nous ferait-il un prix ? Un grand rire sur son visage alors qu’il commençait l’œuvre et qu’il remplissait les tasses. Pas un prix, ca sera gratuit héhéhéhéhé.
    Il n’allait tout de même pas faire payer une lady telle la cheffe quand même. Maintenant un plateau ! Là ! Il trouva un plateau de luxe s’il vous plait. Il posa les tasses, et avec une étrange dextérité retrouva la petite troupe réunis pour boire un thé.

    -« Excusez-moi si j’ai été trop long. Oh bonsoir Monsieur ! Je dois dire que vous avez là une bien jolie collection. Tout cela doit vous coûter extrêmement cher non ? »


    Il lui donna une tasse en premier, quand même il était en quelque sorte leur invité même s’il était chez lui. Puis, une tasse pour la jeune femme, ensuite pour Mister Monkey, une petite tasse comme prévu, et pour finir il s’inclina en donnant celui pour sa patronne.

    -« En espérant qu’il soit à votre goût, j’ai corrigé les défauts que vous aviez souligné à la fosse ! »

    Humblement il recula et s’installa tranquillement dégustant à son tour sa tasse, humant d’abord le parfum.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Dim 11 Aoû 2013 - 22:57

 Le thé était pas mauvais. Il n'était pas tout à fait parfait mais elle n'allait pas chouiner pour si peu. La journée avait été longue et Flagello ne se trouvait pas sur son territoire. Ces petits inconvénients expliquaient le manque de perfection de la boisson. Un silence de mort s'installa pendant la dégustation. Ponctué par moment par les « schluurp » du commerçant qui devait produire ce bruit à cause de son stress.  Seule le tic tac régulier d'une pendule se faisait à présent entendre répandant un malaise dans la pièce. Un peu comme si vous alliez tous les dimanche chez votre belle mère acariâtre à qui vous n'avez rien à raconter et que vous passiez l'après midi chez elle, à se fixer  comme des idiots sans trouver quoi dire ou quoi faire. Ce fut finalement le bruit de la sous tasse et de la tasse qui se posait sur le rebord du plateau qui brisa le silence monotone. Calamity se leva et fit craque ses poings en souriant. Elle s'avança vers Flagello et lui mit une petite tape sur le crâne pour le féliciter. Une tape douce, amicale et gentille, comme une mère envers son enfant aimant, envers le fils prodigue.

« Tu as fais un bon petit thé Flagello. Tu as bien mérité le droit d'en refaire lorsque nous serons rentré. Je n'ai plus beaucoup de réserve dans la Fosse. Tu ferais bien de réapprovisionner notre stock avec celui de ce gentil commerçant qui a eut la bonté de nous accueillir chez lui. Prend les meilleures sortes. Nous n'avons pas besoin de bad gamme hi hi hi. Sauf si tu veux empoisonner nos prochains visiteurs hi hi hi. » 

La jeune femme commença à se balader dans la pièce, ouvrant les armoires et fouillant les étagères. Elle y dénicha beaucoup d'argent cachés ainsi que des bijoux. C'était un peu stupide de cacher sa fortune dans ses armoires. C'était le premier endroits que des voleurs fouilleraient. Il n'y avait vraiment rien d’intéressant. C'est ce que la Cardinale pensa jusqu'à ce que ses yeux se posèrent sur  un tableau représentant le vendeur de thé accompagné de l'homme que l'esclave avait demander de supprimer, ainsi que d'autres individus que la Berseker n'avait jamais vu. Ainsi donc ce commerçant était un ami de ce vil pourceaux qui avait violenter son esclave. Un vieil adage disait souvent « dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es ». Il n'en fallait pas plus pour que la Lady ait envie de faire encore plus de mal à ce vilain monsieur. La jeune américaine s'installa sur l'accoudoir du fauteuil du commerçant et commença à lui parler sur un ton mielleux.

« Votre commerce est prospère. Vous avez plein d'ami influent hi hi hi. Ne me dîtes pas le contraire hi hi hi, j'ai vu la peinture sur le mur là bas. Vous avez de bon goût en matière de thé mais de très mauvaises fréquentations, très mauvaises je le crains. L'un de vos amis à indisposer ma tendre esclave hi hi hi et il l'a payé de sa vie.  Vous n'étiez que son ami hi hi hi donc je ne prendrai pas votre vie hi hi hi. Sauf si mon esclave me dit le contraire, je serai clémente avec vous hi hi hi. Je vous laisserai seulement une petite blessure en guise de souvenir. Ne bougez pas hi hi hi. Ça risque de piquer un peu. » 

Tout en chantonnant la reine des calamité alla chercher la théière qui était encore remplie d'eau bouillante. Avec sa main gauche, elle cacha sa bouche l'air de dire « oups je n'ai pas fais exprès », de l'autre elle commença à verser l'eau bouillante sur l'entrejambe du pauvre commerçant qui se mit à hurler comme un possédé. En effet, comme la Cardinale des Calamités l'avait prédit : ça allait piquer. Le commerçant risquait de garder des brûlures pour le restant de sa vie, stigmate des actes pour lesquels avait été punis on ami.
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 12 Aoû 2013 - 22:23

    Lorsque Calamity s’approcha de lui et lui tapa la tête amicalement en signe de récompense, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était traité pratiquement comme cet adorable Mister Monkey. Cependant, il esquissa un sourire malicieux, et regarda d’un coin d’œil le propriétaire tout en écoutant les conseils de sa supérieure concernant la réserve de thé.
    Il fallait bien admettre qu’elle était digne de sa réputation. Il se leva brusquement, en s’inclinant devant l’homme poliment.

    -« Merci pour votre gentillesse, et merci pour votre cadeau, il y a de quoi faire du bon thé pendant un moment. »

    Puis il attrapa une poche, et reparti dans la salle avec les sachets, il cassa toutes les portes des armoires pour avoir une meilleure visibilité. L’air observateur, plongé dans une profonde réflexion il ne faisait pas vraiment attention à ce qu’il se passait à coté. Au final il y avait tellement de choix, qu’il avait du mal à se décider et il ne voulait pas déranger les autres à coté qui étaient sans doute en train de déguster le thé. Enfin il le pensait, jusqu’à ce qu’il entende un hurlement… Sacré patronne se disait le maître d’arme en attrapant ce qu’il avait besoin pour la fosse.
    Et puis tant qu’à faire il s’empara également des tasses de thé, et de tous les outils de préparations, c’est que c’était du luxe quand même. Sautillant de bonheur il arriva tout content.

    -« Voila plein de bon thé pour la Maitresse adorée héhéhéhé… Mais il a plus rien maintenant… Oh pourquoi vous criez ainsi ? »

    Son regard fit rapidement le point et il comprit, il posa le sac à coté de Mister Monkey en faisait aie aie aie avec sa main.

    -« Ah oui c’est douloureux ça ! Mon pauvre amie il ne fallait pas contrarier la patronne… »

    Il se mit à rire en terminant sa tasse de thé, par erreur il lâcha sa tasse qui heurta la tête du propriétaire.

    -« Oups, c’est involontaire, puis il n’est pas très solide, il est assommé. Qu’est-ce qu’on en fait Patronne ? Je dis que nous devrions le remercier à notre manière, avec son aide, nous avons une réserve toute neuve de thé. »

    Sans crier gare, Flagello fonça vers la porte menant à l’escalier l’ouvrit et attrapa par la gorge celui semblait être le fils de l’homme. Le regard fou, il le souleva légèrement du sol et serra de plus en plus tout en marchant vers la cardinale.

    -« Ce n’est pas bien d’écouter aux portes, ton papa ne te l’a pas dit ? »

    Le jeune homme se débattait en vain alors que son père se reveilla...
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 13 Aoû 2013 - 0:15

Flagello avait « capturé » le fils du commerçant et ce dernier se réveillant tout en poussant des petits cris plaintifs dût à la brûlure de son entrejambe. Calamity ne donnait pas chère de celle-ci qui ne serait certainement plus jamais utilisable ou du moins aussi sensible qu'avant. Il l'avait amplement mérité. S'il n'avait pas passé son temps à traîner avec des pervers, la Cardinale n'aurait pas dût punir ce vilain garçon dont le garnement se débattait pour tenter d'échapper à l'emprise du maître d'arme du Fléau. Comme si une mouche pouvait soulever le verre qui la maintenait piégée et passer en dessous pour s'échapper : ridicule. Le père quant à lui semblait craintif pour son fils. Dans la position dans laquelle se trouvait sa progéniture, il devait bien se douter qu'il n'aurait soit jamais l'occasion de connaître ses petits fils soit qu'il n'en aurait jamais car la folle à côté de lui allait faire subir le même sort à son enfant. C'était sous estimé la Lady des Calamités qui était capable de faire preuve de nettement plus de créativité que ce zouave à la virilité inutilisables et à l'air hagard, presque attendrissant, comme un petit faon sentant le chasseur arrivé mais ne pouvant rien faire pour se défendre. Pathétique et pitoyable que ce jeune homme. Sa jeunesse aurait dût lui conférer l'impétuosité, l'arrogance, l'audace et l'inconscience nécessaire pour oser tenir tête à Flafla ou du moins essayer de lui jouer un sale tour mais apparemment ce pauvre garçon était totalement dépourvu de jugeote ou d'esprit combattif. Il allait falloir lui en donner un !

« Flagello, gentil maître d'arme, amène notre nouvel invité près de son père hi hi hi. Je suis sûr qu'ils seront heureux de se retrouver. Ne l'abîme pas s'il te plais Flafla. Il pourra encore nous être utile pour nous divertir. Surveille les bien Flafla et toi aussi Mister Monkey. Je vais visiter les pièces à l'étages. J'espère y trouver quelque chose d’intéressant pour que ces deux charmants hommes nous divertissent hi hi hi. »

A l'étage, la Cardinale trouva facilement ce qu'elle était venue chercher : des armes. Pas n'importe lesquels ! Des épées bien effilées et bien équilibrées.  L'une était conservée dans une sorte de petit bureau, sans doute comme pièce de collection ayant une certaine valeur sentimentale tandis que l'autre avait été posée à proximité du lit du marchand. Il était assez amusant de constater que les hommes aimaient dormir avec leur objet de défense à proximité. Comme si cette arme était une mère aimante qui veillait sur leur sommeil et viendrait chasser les vilains qui tenteront de s'en prendre à eux. Pathétique ! Les armes étaient une aide certes mais c'était à la force des poings , de son cosmos et de son front qu'on défendait sa famille et pas en comptant sur de stupides objets. Une fois redescendue, la Lady tendit les armes à son soldat et lui tapota gentiment la tête. La jeune américaine déposa un doux baiser sur le front de son esclave puis elle s'installa dans le fauteuil, Mister Monkey sur ses genoux. Calmement elle commença à expliquer ce qui allait se passer et qui allait sûrement plaire à Flagello.

« Cette escapade a commencé en famille Flagello hi hi hi et elle se terminera de la même façon hi hi hi. Que dirais tu d'un bon vieux duel Flafla hi hi hi ! Le père contre le fils ! Un duel à l'épée hi hi hi ! Un seul vainqueur ! Le vainqueur gagne le droit de vivre et le second la mort, l'esclavage au service de Flafla ou tout ce que mon maître d'arme désirera hi hi hi. Qu'en dis tu maître d'arme du fléau ? Es tu partant pour un duel père fils ou préfère tu les tuer tous les deux ? Toi qui a le sens du spectacle, je suis sûr que tu apprécieras assister à pareil événement hi hi hi. » 
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 14 Aoû 2013 - 15:39

    -« Il est là il est là ! »

    Flagello s’approcha et posa le fils du propriétaire sur les genoux de son papa. Maintenant il fallait attendre le retour de la patronne qui était partie visiter la maison à la recherche d’un objet. Quant au maître d’arme, il en profita pour les surveiller, tout en se recoiffant, en réajustant un peu son costume qui était un peu abîmé. Vu la silhouette des deux, il y avait peu de chance de trouver quelque chose à la bonne taille. Croisant les bras il se mit à rire en regardant par al fenêtre.

    -« Ne vous inquiétez, Mademoiselle Calamity aura une bonne idée, et vous pourrez vous amuser… Attention à ne pas dépasser les limites, ça serait dommage de tout gâcher. »

    Il leva sa main lorsqu’il entendit les pas de la supérieure pour signaler aux deux qu’elle arrivait, en plus elle ne revenait pas les mains vides, elle avait trouvée de quoi se divertir.
    Le Berserker du Fléau attrapa les deux jolies épées que lui tendait la cardinale, en la remerciant au passage, il les admira un instant en se disant qu’ils avaient quand même de quoi se défendre dans sa maison. Même si comme maintenant parfois ce n’était pas suffisant. Flagello suivit du regard la patronne s’asseoir sur un fauteuil en compagnie de Mister Monkey et de prendre la parole.
    Flagello l’écouta en faisant tinter ses ongles sur les lames, tour à tour il observa Calamity puis les deux habitants avec à chaque fois un sourire encore plus grand.

    -« Oui, un beau duel pour la vie ! Oh que ca va être émouvant, qui gagnera ? La jeunesse ou l’experience. Levez-vous Ô braves guerriers qui allaient lutter pour votre survie. »

    Tremblant, ils se levaient en attrapant une arme… Parfait parfait se disait Flagello…

    -« Je vous demande deux petites minutes pour préparer la mise en scène… »

    Le Maîtres d’arme eloigna les deux combattants pour leur expliquer à la va vite ce qu’ils allaient devoir faire pour offrir un beau spectacle. Les deux minutes passées, Flagello d’un pas vif se présenta devant la Cardinale en inclinant le buste.

    -« Oh somptueuse Lady, nous avons le privilège de vous présenter le combat d’un père et d’un fils, où le sort n’est pas encore joué… Approchez brave guerrier, que la peur de la mort soit votre meilleure arme. »

    Les deux hommes s’approchaient alors, et tel des gladiateurs ils saluèrent la Lady , toujours avec la frousse au fond de leur cœur, puis ils collaient dos à dos avant de faire quelques pas et de se retourner. Le berseker du Fléau se plaça entre les deux…

    -« Que le meilleur gagne ! Et surtout plaisez à la grande Lady, que le spectacle commence ! »

    Un geste de la main et la bataille commençait, enfin si on pouvez dire cela, vu comment ils étaient lent… Flagello se frappa le front en voyant une telle faiblesse chez les deux « acteurs ».
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 14 Aoû 2013 - 18:44

 Le combat était désespérant. Peu satisfaisant. Le jeunot n'osait pas faire trop de mal à son père et vice versa. De plus le marchand était handicapé par ses brûlures ce qui l'empêchait de se déplacer avec aisance. Le spectacle était rudimentaire et ennuyant. La jeune femme imita la noblesse d'une autre époque et commença à applaudir en frappant son coude pour signifier que  le combat n'était pas à son goût. Si elle avait dût payer pour regarder une telle horreur, elle se serait sûrement taper la tête contre les murs en regrettant son achat. Pour une fois ce fut le singe qui perdit  patience plus vite que sa maîtresse et sauta sur le crâne du marchand en lui tirant les cheveux et en éructant. Dans son élan pour tenter de chasser l'animal, le vieux s'avança en direction de la lame tendue de son fils. Il y eut un bruit amusant, un  « splotch », lorsque l'homme s'empala sur l'arme de son fils, se tuant par la même occasion. Quel idiot ! Réussir à se percer le cœur de cette façon relevait du pure génie ! Mister Monkey avait réussi à mettre un peu de piment dans ce spectacle même si la fin demeurait absurde et légèrement ... tirée par les cheveux.

« On dirait que tu n'auras pas d'esclave personnel Flafla. Ce vieux maringouin s'est suicidé involontairement hi hi hi, laissant un pauvre orphelin derrière lui hi hi hi. Un jeune homme en devenir, que l'on pourrait façonner à notre guise hi hi hi. Qu'en dis tu maître d'arme du Fléau ? Ce garçon mérite t-il de vivre une vie triste, sans famille  ici même ? Que deviendra t-il ? Ne serait il pas moins cruelle de lui trancher la gorge hi hi hi ? Les Lady et les Lords ne gaspillent pas ! Ne serait-il pas mieux là où il trouverait un travail stable ? Une place pour sa petite personne ?  En le nourrissant bien il ferait un bon garde dans quelques années et pendant ce temps il pourrait être ton esclave personnel, Flafla hi hi hi. Tu pourrais faire de lui ce que bon te semble hi hi hi. C'est ton choix ! »

La Lady se leva pour aller soulever la carcasse inanimée du père qui s'était effondrée sur son pauvre fils. Le garçon n'avait pas assez de force pour soulever le cadavre et s'extraire à la force de son poids.  Elle remit le petit sur ses pattes arrière en l’époussetant tendrement. La Lady le tira ensuite par la main pour l'amener près de Flafla. La jeune américaine le laissa là pour que son maître d'arme fasse son choix. La Cardinale s'approcha alors de son esclave et lui caressa la joue de façon tendre. Elle s'installa sur l'accoudoir du fauteuil et entreprit de caresser sa longue chevelure noire, la parcourant à la recherche de nœuds, comme deux sœurs ou deux amies le feraient avant de se mettre sur leur 31 pour aller au bal.

« Tu vas être heureuse dans ma Fosse, tu vas voir. Je vais commencer à recruter en grand nombre mais pour l'heure je n'ai ramené que des incompétents. Tu ne me décevras pas hein hi hi hi ? Je vais te nommer responsable de la Fosse des Calamités hi hi hi ! Ça fait une grosse responsabilité mais je suis sûr que tu as les épaules pour gérer tout cela. Si tu n'y arrives pas, tu seras rétrograder hi hi hi sauf si tu m'énerves de trop. Je suis parfois impulsive et je n'arriverai pas à te dire ce qu'il t'arrivera hi hi hi. Une nouvelle vie s'offre à toi ! Tu vas être heureuse avec nous hi hi hi. Crois moi, c'est mieux que ton ancienne profession hi hi hi! »

La jeune esclave avait une chevelure parfaite. Au vu de son physique, il était clair qu'elle devait bien gagner sa vie en vendant son corps. Tout cela était terminé à présent. Une nouvelle opportunité s'offrait à elle. Être esclave dans le royaume d'Arès était une tache éreintante, fastidieuse mais qui avait ses avantages. Un esclave jouissait d'un confort rudimentaire, de ration de nourriture, de vêtements propres, d'accès à l'hygiène et de la protection de leur maître. En résumé, Calamity offrait à la jeune femme un statut social sécurisant et la sécurité de l'emploi. A notre époque, qui pouvait refuser ce genre de chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 16 Aoû 2013 - 21:27

    Le combat était lamentable, il aurait du sans douter, après il n’avait pas non plus eu tellement de temps pour le préparer, ceci dit la fin quelque peu comique l’avait fait un peu rire. Le pauvre, il n’avait pas fait attention et par mégarde s’était heurté à la lame de son fils. Flagello se leva et applaudissait malgré tout.

    -« Vas-y pleurs pleurs ! Oui voila, Ô quelle émotion, le combat nul, mais le reste c’est pas mal… »

    Il parla tout en écoutant le verdict de la cardinale, c’est vrai que désormais il allait falloir trouver une utilité à cette personne. Dommage qu’il soit un peureux, mais il pourrait sans doute être utile pour autre chose. Pourquoi pas l’aider à devenir un artiste comédien. Il pourrait ainsi l’aider pour les mises en scène lors d’une visite d’un étranger à la fosse. L’idée n’était pas déplaisante.

    -« J’en dis Ô grande Maîtresse, que bien qu’il n’est guère montré de don pour le combat, on peut admirer là son talent, regardez cette détresse, ce regard… Magnifique, il pourrait m’être utile pour vous divertir, tel un bouffon au moyen-âge… Je le garde ! Et comme vous dites, il fera peut-être un bon garde un peu plus tard. »

    Il était temps de se retirer, Flagello attrapa le garçon par le poignet, un grand sourire aux lèvres tendit que Calamity expliqua à son esclave ce qui allait se passer pour elle. Oh qu’ils allaient être bien se disait-il en imaginant déjà les grandes soirées théâtres. Il attrapa également le sac qui contenait les portions de thé, il les donna ensuite à son nouveau serviteur à la fosse.

    Le maître d’arme était certain de faire quelque chose de bien avec lui, première fois qu’il allait devoir former quelqu’un il en était presque ému le jeune garçon en souriant et en rangeant le cadavre dans la cheminée en le faisant entrer assez difficilement.

    -« Tu vois, il ne faut pas pleurer, maintenant tout va bien… Tu vas avoir la belle vie, et puis tu auras une amie. Enfin faut pas l’embêter car elle appartient à ma patronne. Aller souris un peu…Ta prestation était moyenne mais c’est pas grave, un échec est toujours utile… »

    Tout semblait désormais parfaitement prêt, il ne restait plus qu’à allumer la cheminée, Flagello cassa le pied d’une chaise et utilisa son cosmos pour l’enflammer, tenant la torche il se tourna vers sa supérieure hiérarchique.

    -« Qui va enflammer la cheminée cheffe ? »

    Il se mit à sautiller autour des gens et attendait avant de remettre l’objet du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 16 Aoû 2013 - 22:33

« Occupe toi du feu Flafla!Veille à ce que les flammes se voient jusqu'à l'entrée de la ville. Avec un peu de chance, cela attirera d'autres soldats avec qui tu pourras jouer hi hi hi. Nous n'avons plus grand faire ici de toute façon mis à part semer un peu le Chaos et envoyer quelques âmes grossir les rangs de la collection d'Hadès. Ils doivent manquer d’entraînement pour gérer les arrivées des morts hi hi hi vu comment j'ai été très mal servit la dernière fois. Donnons leur un peu de boulot hi hi hi.  Il faudrait être fou pour refuser pareils offrandes ! Quant à toi le marmot, reste avec Flafla pendant qu'il boute le feu à ce futur taudis. Quant à toi ma chère, suis moi. Nous sortons ! »

Dehors, la jeune femme sentit sur sa peau le vent frais du début de soirée qui venait lui fouetter les joues avec douceur. Le temps était parfait pour prendre un petit repas dehors. Des grillades, quelques morceaux de fromages, quelques fruits. Il était difficile à l'heure actuelle de savoir si c'était son âme qui désirait faire cela ou simplement la propriétaire légitime de ce corps de femme. Pour Calamity, cela devait venir des deux car la jeune américaine aurait sûrement apprécier prendre ce genre de repas en ville mais pas la Cardinale ! Elle souhaitait se repaître dans les appartements de sa Fosses, entourés de ses hommes. Certains seraient calmes, d'autres fantasques, totalement fous alors que d'autres s’avéreraient être de véritables rustres braillards.  Tous ayant la part qui leur revient propre à leur rang et s'en contenteraient comme de bons soldats. Ce fut l'ère rêveuse qu'elle contempla les premières flammes s'élever de la cheminée en se retournant. Prise soudain d'une envie de resserrer les liens entres esclaves et maîtres, elle pénétra dans la maison à toute vitesse et afin d'empêcher que Flagello ne brûle la maison tout de suite. La Bersekers ne disposait pas encore de son régiment au complet mais elle se devait de commencer le travail maintenant. Calamity se devait d'être ferme avec ses hommes et ses esclaves mais elle devait aussi les récompenser de temps en temps et se mêler à eux. Un bon chef était une main de fer dans un gant de velours. C'était la meilleure façon d'obtenir le meilleur de ses guerriers !

« Ne brûle pas cette maison  tout de suite, Flafla  hi hi hi ! Nous avons entamé un repas en famille en arrivant à Florence ! Il est l'heure maintenant de faire de même avec ta nouvelle famille hi hi hi. Espérons juste que cette ripaille ne finisse pas comme la précédente. Rassemblez tous un maximum de nourriture. Je vous attend dehors ! Vous avez tous bien mérité un bon repas. Tu auras même le privilège de choisir l'endroit où tu désires que nous cassions la croûte hi hi hi. J'aurai bien suggéré cette endroit mais l'odeur de cochon brûlé qui se dégage de ce corps fumant semble indisposer nos esclaves hi hi hi et je ne souhaite pas qu'ils vomissent sur nos victuailles hi hi hi !»

La jeune femme sortit à l'extérieur et s'adossa contre le mur de la maison en face, attendant que ses petits protégés face leur travail. Elle se tapit dans l'ombre lorsqu'elle entendit des pas venir dans sa direction puis subitement s'accélérer. Trois soldats passèrent à côté d'elle sans la voir pour se précipiter vers les restes de leurs compagnons tombés au combat. Étant couverte de sang la Cardinale courra vers eux comme si elle était une pauvre femme qui avait assisté à ce carnage. Elle murmure simplement que les énergumènes qui avaient provoqués ce chaos était partit en tournant vers la gauche au prochain carrefour. Deux des hommes partirent dans cette direction pendant que le dernier soutenait la jeune femme affaiblie. Au bout d'une bonne minute, Calamity ouvrit la bouche et laissa sortir un gigantesque flot d'insectes qui se jetèrent sur le soldat afin de dévorer ses chaires sous ses hurlements de douleur qui cessèrent bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 19 Aoû 2013 - 21:00

    Flagello s’empressa d’aller vers la cheminée, tout allait devenir cendre. Avec soin, il s’occupa de mettre du bois sur le corps de l’ancien propriétaire de cette maison de thé. Cela lui avait aussi permis de renflouer sa réserve à la fosse, tout était donc parfait. Et puis il était maintenant totalement de retour, bien que le corps fût celui d’un jeune garçon rêveur, artiste dans l’âme qui lui jouait encore des tours, il aimait plutôt bien ce style.
    Bref, alors qu’il commençait à allumer le feu la patronne après être sorti faire un tour revint dans la maison avec une intention ferme ; celle de ne pas brûler la maison pour l’instant mais au contraire de préparer un bon repas, et par conséquent ordonna au trio de trouver la nourriture.
    Rien de plus simple, il suffisait de demander au dernier venu dans la bande où se trouvait la cuisine dans cette maison. Sans discuter, sourire aux lèvres comme s’il commençait à s’habituer à sa nouvelle vie, il mena Flagello, et l’esclave de Calamity dans la cuisine.

    -« Vous avez entendu la patronne, il faut qu’on prenne le plus de chose possible, pour ensuite se faire un bon repas tous ensemble. N’est-ce pas beau ? En famille ! Finalement vous allez être beaucoup mieux maintenant. »

    Le Maître d’arme ouvrit un placard e s’empara de tout, de leur coté, les deux autres firent pareilles, et une bonne dizaine de minutes plus tard, tout était complément vide de chez vide. Satisfait de la récolte, il demanda à son comédien de prendre les devants pour rejoindre la supérieur qui attendait dehors. Il s’exécutant, et le trio retrouva Calamity qui venait sans doute d’attaquer des personnes, mais il ne s’occupa pas de ça, il fit une moue qui exprimait là qu’il état en pleine réflexion.

    -« Mhmmm on pourrait manger près du fleuve, il traverse un parc par très loin… »

    Flagello entra très vite dans la maison ensuite comme prit de folie, et avec son cosmos enflamma la cheminée, et on pouvait déjà entendre l’arrivée des secours et des pompiers. Un regard malsain brilla sur le visage du berserker.

    -« Encore des combats, encore des combats… Promis j’arrête après et on pourra se restaurer… »

    Le jeune garçon mit joignit ses mains devant loin comme pour supplier la cardinale… Il commençait de toute façon à avoir faim, donc il ferait vite, mais il ne pouvait pas refuser de nouveaux combats, pas le jour de son éveil.

    -« Au pire vous pouvez vous avancer et je vous rejoints au plus vite… Et je vous ramène des victimes pour jouer sur place… »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 20 Aoû 2013 - 13:28

Flafla était incorrigible mais s'il avait envie de se battre sa patronne n'allait pas réprimer cette envie. D'un seul regard, elle lui fit comprendre qu'il en avait l'autorisation et d'un mouvement de tête elle lui désigna le fleuve ce qui signifiait que s'il voulait les retrouver, il n'aurait qu'à suivre le cours d'eau et le remonter jusqu'au moment où il tombera sur la joyeuse petite troupe. Avant qu'il ne parte, la Cardinale s'empressa de prendre la nourriture qu'il portait et elle se mit en marche avec les esclaves, sautillant joyeusement en chantonnant une vieille balade. L'esclave féminine semblait déjà adaptée à sa nouvelle vie et traînait le gosse qui semblait encore légèrement traumatisé par tout cette situation nouvelle. Le brave petit passerait au dessus de cette épreuve ou sombrerait dans une folie destructrice ou se renfermerait sur lui même. Le mutisme était une façon d'exprimer son mal être comme une autre Le garçon devait tout de même se mettre en tête que s'il devenait une charge pour les Bersekers, Calamity s'occuperait de son cas personnellement ce qui ne serait pas la chose la plus agréable qui pourrait lui arriver. Le petit groupe marcha pendant une bonne dizaine de minutes avant d'arriver dans le petit parc que Flagello avait décrit. La Lady s'assit dans l'herbe puis s'étendit carrément sur celle-ci tout en admirant la voûte céleste étoilée. D'un geste de la main, elle désigna la nourriture et s'adressa à ses deux serviteurs.

« Mangez ! Ripaillez mes petits esclaves hi hi h i. Faites bombance de cette nourriture hi hi hi.Cela vous donnera du baume au cœur et remplira vos estomac tout vide hi hi hi. Votre nouvelle vie commence aujourd'hui ! Votre nouvel appétit aussi hi hi hi. N'ayez pas peur des soldats de la ville. S'ils viennent jusqu'ici je me ferai un plaisir de les accueillir et de leur faire passer l'envie de s'en prendre à vous mes esclaves hi hi hi ! Maintenant mangez ! »

La jeune femme se releva et alla fouiller dans la nourriture pour trouver un jambon qu'elle commença à dévorer. La viande salée était délicieuse. La Toscane était une région riche culinairement parlant et ce jambon ne faisait pas exception. Ce genre de délicieux mets se perdraient peut-être si la ville ne passait sous le joug d'Arès. La protection offerte par les Bersekers    permettrait au florentin de conserver leur patrimoine ainsi que leur vie. Florence pouvait devenir un champ de ruines s'ils venaient à refuser l'offre de Calamity. La Berseker se ferait un véritable plaisir de procéder à la destruction de cette ville. Un semble tremblement de terre à grande échelle suffirait à faire tomber toutes les constructions. Elle n'aurait plus ensuite qu'à faire tomber la maladie sur les décombres pour achever les derniers survivants, les plus forts et les plus chanceux. Il ne lui fallait pas longtemps pour terminer tous le jambon. La Lady jeta l'os au pieds du gamin en lui montrant du regard qu'il pouvait s'il le désirait, arracher avec ses dents les derniers lambeaux sur l'os. La Cardinale lui tapota la tête et ramassa une pomme dans laquelle elle croqua tout en observant son esclave à elle manger un morceau de fromage. Flagello ne devrait pas tarder à revenir. Il ne pouvait pas s'être fait avoir par ses idiots. Elle ne ressentait aucun cosmos à proximité ce qui signifiait que le maître d'arme n'avait pas dût tomber sur un ennemi puissant. Une bonne chose car la Cardinale ne voulait pas exposer ses esclaves inutilement. La jeune américaine laissa sa pomme à Mister Monkey et parla sur un ton amusé.

« Tu auras à manger tous les jours à présent si tu te comportes bien hi hi hi. Si un de mes hommes t'ennuie, tu devras me prévenir hi hi hi. Je le corrigerai ! Il arrive que certains d'entre eux s'oublient mais je suis toujours là pour les rappeler à l'ordre hi hi hi. Quant à toi le môme cesse de trembler comme une feuille morte hi hi hi. Ton maître sera bientôt de retour. »   
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 21 Aoû 2013 - 20:41

    Il avait l’accord de la cardinale, oui oui, chantait-il bêtement en sautillant et en frappant ses mains alors que les secours étaient en train de s’approcher de plus en plus. Plus ils arrivaient plus il était content. La petite troupe venait de partir, il savait où les rejoindre, tout serait très simple, il pourrait se restaurer après cette dernière petite bataille contre quelques secouristes.
    Flagello bondit et s’installa sur le toit de la demeure, de là-haut il aperçut seulement trois personnes qui arrivaient en courant. Il imaginait voir bien plus de monde. En plus il avait dit qu’il ramènerait l’un d’eux à la patronne pour qu’elle s’amuse également un peu. Bref, une promesse était une promesse et encore plus lorsqu’elle était faite à la patronne.

    Il observa attentivement leur arrivée, vite ils entraient dans la maison, le maitre d’arme pouvait entendre des hurlements devant le feu imposant, d’ailleurs des flammes commençaient à lécher le visage du berseker qui se mit à rire comme un fou, en attrapa une tuile, qu’il jeta fort sur le crâne du premier qui eut l’idée de sortir celui là serait la proie de la maîtresse. Les deux autres venaient ensuite pour connaître l’état de santé de leur camarade, c’est à ce moment là que le jeune garçon d’un saut parfaitement maitrisé il frappa avec ses deux genoux les deux nuques qui se présentaient à lui.

    -« Ah Ah Ah bon, je me suis un peu abimé les genoux, mais qu’importe… »

    Il se releva et se frotter les mains, avant de jeter les deux derniers avec celui du propriétaire de ce lieu qui allait bientôt disparaitre.
    Il attrapa par le col le secouriste qui était lui juste assommé, il le traina ainsi en sifflotant et remonta le fleuve tranquillement jusqu’à arriver dans le lieu précis où était la petite troupe.

    -« Ils étaient que trois, j’en ai gardé un pour vous, Ô ma Lady… »

    Il relâcha le corps de celui-ci en laissant sa tête plonger dans le fleuve, jusqu’à ce qu’il la ressorte lui-même lorsqu’il reprit connaissance au moment où il allait se noyer.
    Flagello se mit alors à rire en le pointant du doigt.

    -« Tu aurais mieux fait de couler, maintenant tu vas souffrir… Ah ciel le spectacle sera divin, n’est-ce pas patronne ? »

    Enfin il s’installa à coté de son serviteur qu’il frappa dans le dos pour qu’il arrête de trembler.


Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 21 Aoû 2013 - 22:38

Après avoir cassé la croûte voilà que Flagello se pointait enfin avec une proie de choix qu'il laissa choir dans le cours d'eau. La jeune femme attendit qu'il reprenne ses esprits avant de le tirer par les pieds vers elle et de se positionner au dessus de lui. Avec ses mains elle força l'homme à ouvrir ses mâchoires et elle ouvrit sa propre bouche pour laisser en sortir une sorte de petit gaz mauve qui s'infiltra aussi bien dans les narines du pauvre homme que dans sa bouche. La Cardinale lâcha alors sa proie qui se mit à toucher comme si le goût de la chose qu'il avait absorbé ne lui plaisait vraiment pas. La Lady lui mit une grosse tape dans le dos, bien plus vigoureuse que celle que Flagello avait asséné à son esclave. Elle ria à gorge déployée avant de regarder le teint de l'homme pâlir à vue d’œil. Il fut prit d'une légère quinte de toux qui s'intensifia de plus en plus en plus au fil des secondes. Son état empirait rapidement cela se voyait tout de suite. Pas besoin d'être médecin pour le remarquer. Même un idiot aveugle arriverait à remarquer que ce pauvre vieux n'allait plus en avoir pour très longtemps.

«Je lui ai transmis la Peste de façon accélérée hi hi hi. Vous allez assister à un spectacle qui dure plusieurs jours normalement mais ici, cela ne prendra que quelques minutes. Le pauvre souffrira rapidement mais s'éteindra à la même vitesse hi hi hi. Ce ne serait pas correct de le faire patienter hi hi hi surtout qu'il est mon petit dessert hi hi hi ! Il a un joli teint blanc hi hi hi. On a la gorge qui est irrité mon petit hi hi hi ? Oh regarde ... tu craches déjà du sang hi hi hi. Cela ne va plus durer très longtemps, sois patient mon petit hi hi hi. Tout vient à point à qui sait attendre !» 

La jeune américaine shoota dans les cotes de l'homme qui se roula sur le côté et hurla de douleur tout en s'étouffant dans ses éternuements, recouvrant par la même occasion ses vêtements d'un nouveau flot de sang. La proie fut prise de convulsion et roula par terre en s'étouffant réellement dans ses propres rejets. Plus que quelques secondes et l'étincelle de vie dans ses yeux allait disparaître. Avant qu'il n'ait rendu son dernier soupire, Calamity écrasa sa semelle contre le crâne de l'homme qui se brisa sur le sol comme un œuf qu'on aurait jeter avec violence sur une surface dure. La reine des calamités applaudit pour célébrer le joli rouge vermillon qui recouvrait l'herbe fraîche du parc, puis elle se tourna vers son maître d'arme du fléau ainsi que les esclaves qui étaient toujours assis et ripaillaient gaiement.

«Vous voyez les enfants, c'est pour cela qu'il faut toujours bien se couvrir quand on sort le soir hi hi hi. Sinon on attrape des mauvaises maladies qui vous pourrissent la vie comme ce petit monsieur vient de nous le prouver hi hi hi. Lavez vous donc bien les mains avant de manger hi hi hi. On ne sait jamais où nos petites mimines ont traînés, n'est ce pas Mister Monkey ? Lorsque le repas sera terminé, nous repartirons vers le royaume du divin Arès et vers ma Fosse pour que vos vous familiariser avec votre nouvel environnement chers esclaves hi hi hi ! » 

La Fosse des Calamités de la Cardinale lui manquait. Ce qui lui manquait également, c'était ces soirées où elle regardait ses hommes s'affronter dans l'arène ou alors de pauvres bougres venus des quatre coins du monde.  Il y avait toujours du spectacle, un grand festin, une bonne ambiance et du sang. Ce genre de soirée reprendrait rapidement une fois que le régiment de la Calamité aurait retrouvés quelques soldats supplémentaires. Les fêtes rebattront leur pleins et de nouvelles vies seraient fauchées. De nouveaux litres de sang recouvriraient le sable de l'arène pour le plus grand plaisir de la Lady ! Avec un peu de chance, Arès se mêlerait  peut-être à ses soldats. Nostalgie quand tu nous tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 2 Sep 2013 - 13:32

Le temps passait inexorablement et Florence ne représentait plus aucun intérêt aux yeux de la Cardinale de la Calamité. Elle avait fait passé son message aux autorités et aux habitants de la ville. S'attarder plus longtemps dans cette cité ne serait plus qu'une perte de temps. Les esclaves étaient repu et quand à Flala cela ne saurait tarder. Mister Monkey lui aussi avait la panse bien remplie et il se tapotait joyeusement son petit bedon rebondit tout en poussant des petits cris apparenter à des soupirs de contentement. Tous le monde semblaient donc contents et heureux de la journée qui venait de s'écouler, sauf peut-être l'esclave du maître d'arme mais cela s'améliorerait au fil du temps et quelques bon coups de pieds au derrière. Calamity bailla puis disparu dans le sol avant de réapparaitre à côté de son esclave. Elle fit craquer son cou et ses poings avant d'éclater de rire de façon sonore et rapide. La jeune américaine fit la roue à deux reprises et un petit salto avant de retomber sur son postérieur afin de s'assoir près de sa servante. Elle posa sa main sur son épaule et lui parla gentiment, s'adressant de la même façon aux deux autres personnes présentes à ce petit pique-nique improvisé. Personne ne serait laissé au hasard.

«Nous allons repartir à la maison hi hi hi. Flafla, tu es un vrai Bersekers à présent. Tu as baignée ton armure dans le sang, tel un vrai guerrier ! Tu as trouvé le domaine de notre maître Arès en tant que simple homme. A toi maintenant de le retrouver par tes propres moyens en tant que guerrier. Tu t'occuperas également du convoiement de ton esclave hi hi hi. Pour ma part je repars par la voix souterraine avec ma charmante servante. Peut-être qu'un jour, si tu es sage, je t'apprendrai à te déplacer comme moi hi hi hi. Les voyages forment la jeunesse ! Je suis sûr que ton esclave aura changé et se sera endurci en arrivant dans la Fosse des Calamités hi hi hi ! Sois en sûr ! Si tu le traites bien et qu'il se montre docile, avec quelques années en plus et un solide entrainement, ce petit malingre pourrait devenir un Bersekers hi hi hi. Prends en bien soin mon petit Flafla !»

La jeune femme se mit à s'applaudir à tout rompre comme si ce qu'elle venait de dire avait été le discours du siècle. Elle se leva ensuite et donna la main à son esclave. Cette dernière la saisit et d'un geste délicat et digne d'une Lady, la Cardinale aida la femme au teint mât à se relever. Elle la recoiffa quelque peu et enleva quelques crasses qui s'étaient nichées sur ses vêtements. Le petit singe, Mister Monkey, bondit sur la servante et alla se cacher dans ses cheveux. Le primate appréciait se réfugier dans les cheveux des Lady. Peut-être que les cheveux lui rappelaient les lianes de sa forêt amazonienne natale en moins vert. Calamity ne pouvait pas emmener le mammifère partout car elle ne souhaitait pas exposer cette petite créature aux affres du combat. Il était donc naturel qu'elle le laisse s'habituer à l'esclave. Ainsi elle pourrait lui laisser quand elle s'absenterait tout en sachant que quelqu'un prenait soin de lui et s'en occupait comme il le fallait. L'esprit tranquille, un soldat était beaucoup plus efficace. Combiné à un ventre plein, on obtenait le meilleur de ses forces armée ! Simple stratégie militaire.

« Il est temps d'y aller jeune femme ! Prend ma main, nous y allons hi hi hi. N'aie pas peur ! Dis toi que si je vais très vite, ce sera plus vite terminé hi hi hi. En route pour le royaume de mon maître, Arès et pour ta nouvelle demeure : la Fosse des Calamités ! Tu vas l'adorer ! C'est nettement mieux que cette bouse de ville où tu vivais hi hi hi. Un endroit digne d'une Lady, tu verras hi hi hi. »

La Berseker se laissa alors aller et ne fit plus qu'un avec la terre du parc entrainant son esclave par la même occasion. A toute vitesse, la Cardinale se mit à avaler les mètres en prenant la direction du Royaume de la Guerre. Elle se réjouissait déjà d'arriver là bas. Peut-être qu'au cours de son absence de nouveaux Bersekers s'étaient éveillées. Avec un peu de chance, Arès aurait même complètement désintégré Tatsou du Pégase Noir, effaçant ce pou de l'histoire des Bersekes. Une tache qui n'avait pas sa place au milieu de cette si grandiose et puissante armée.

Arrow Royaume d'Arès
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 219


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 10 Sep 2013 - 0:24


    Flagello en avait terminé avec sa bataille contre les deux secouristes, la maison était desormais en flamme, et le berserker en avait tout de même profité pour dérober les quelques bijoux par ci par là sans rien donner en échange. Chantant et sautillant le jeune garçon se devait de retrouver la petite troupe, il suivit alors le chemin, écoutant la mélodie des cris des habitants paniqués. Heureusement ils étaient  dans un coin tranquille.

    Le maître d’arme donna à sa maîtresse le corps de l’un des deux gardes comme prévu, et avec lequel elle allait pouvoir s’amuser avec lui. D’ailleurs elle ne perdit pas son temps pour faire sa démonstration, en agissant sur le soldat d’une façon qui n’était pas réellement en accord avec le fait de manger.

    Cela lui en quitta même l’envie de se restaurer. Bref, il était à présent l’heure de partir d’ici… La patronne usa sa technique et accompagné du Mister M et de son esclave elle se rendit sous terre, le laissant ainsi avec son serviteur. Un geste de la main pour lui dire au revoir et à tout de suite à la fosse, à la maison.

    -« Bon, tu n’auras pas la chance de voyager de cette façon, mais on va y aller à pied, tu vas voir c’est amusant de sentir l’air frôler nos visages, et puis le soleil ne te fera pas de mal, tu en as bien besoin en plus. Pressons nous maintenant ! »


    Le berserker fit un petit ménage avant de partir, au cas où il ne fallait pas donner une mauvaise image de son ordre, puis il attrapa par le poignet le jeune garçon en esquissant un petit sourire, et d’un saut il l’entraina sur le toit d’une maison, pour voir la direction à prendre. Ils n’étaient pas très loin de toute façon il fallait juste ne pas se tromper de chemin.

    -«  Voila, c’est par là mon brave, n’est pas peur, et surtout si tu te sens mal n’hésite pas à le signaler on fera une pause, même si après tu seras puni. Héhéhéhéhé »

    Et avec soudaineté, le maître d’arme prit la route du Royaume d’Arès.


Arrow Royaume d'Arès
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» GP de Toscane ======> Ginanni (Androni)
» LA TOSCANE
» Joyeux noel à tous!
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-