Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 25 Juil 2013 - 14:13

Arrow Fosse des Calamités

Le voyage souterrain ne valait pas la vitesse de la téléportation mais on atteignait une meilleure vitesse de cette façon et on ne rencontrait que très peu d'obstacle tout en restant discret. Au yeux de la Cardinale, c'était le nec le plus ultra. N'importe qui à ses yeux devraient essayer. C'était amusant d’entraîner des gens sous terre puis de les lâcher et des les laisser s'étouffer en étant enterré vivant. Ce genre de tour avait toujours eut le don de la faire rire aux éclats. Peut-être qu'elle  y jouerait avec quelques florentins qui voudrait bien être de petits plaisantins. La Cardinale sorti finalement de terre derrière des buissons situas à une centaines de mètres des murs de la ville. Elle tira Flagello derrière elle et le jeta au sol ce qui fit rire aux éclats Mister Monkey qui prenait un sacré plaisir à voir le jeune homme souffrir. La température était clairement estival et le soleil tapait fort. C'était un temps idéal pour semer le chaos dans les rues de la ville. Sous la neige, cela aurait été trop romantique mais sous une pluie torrentielle, cela aurait ajouté un petit côté dramatique et amusant. Calamity ne contrôlait pas le climat et il était inutile qu'elle ait demandé un service à Poséidon qui ne devait pas la porter dans son cœur de pierre, érodé par les flots et le sel marin,  depuis leur dernière rencontre.

« On  y est ! Plus qu'à rentré dans la ville par la grande porte comme un Lord et une Lady respectable puis nous irons jusqu'à la maison de ta famille mon petit Flafla hi hi hi. Qui vas tu tuer en premier ? Il me tarde de le savoir !  Tu pourras ramener des têtes pour décorer ta chambre si tu veux mais pas trop tout de même ! Je ne tiens pas à être incommodée pendant le voyage de retour. Je devrais peut-être me rendre à Rome après notre petite escapade hi hi hi, donc tu devras rentrer tous seul hi hi hi. »

La jeune pressa le pas pour gagner la route qui menait à l'une des portes de la ville florentine.  Par chance, elles étaient grandes ouvertes pour laisser entrer les marchands et les deux Bersekers n'eurent aucun mal à se glisser parmi la foule des paysans venant vendre leur récolte au marché, des marchands ou simplement des acheteurs qui déambulaient vers la ville. La jeune femme regarda son maître d'arme et mit une main sur sa bouche pour lui demander de se taire, elle posa ensuite son doigt sur le museau de Mister Monkey tout en élevant son cosmos. Une aura presque imperceptible mauve et noir entourait à présent la Lady des Calamités. Avec un petit sourire et un calme déconcertant, la jeune femme s'adressa à son animal mais aussi à Flagello sur un ton plein d'entrain.

«Ces gens ont tous trop bonnes mines. Ce n'est pas bien Mister Monkey hi hi hi ! Il faut les aider à aller moins bien. Je vais tous leur donner la chance de contracter la peste hi hi hi. Elle va se répandre très rapidement hi hi hi et redonner un peu de vie dans cet endroit qui semble si monotone hi hi hi. »

L'aura de la jeune femme se dispersa et alla se répandre sur la longue file qui déambulait à l'entrée de la ville. Dans quelques heures, les plus faibles d'entre eux seraient déjà en proie aux maux provoqués par la peste noire, cette douce maladie qui vous faisait souffrir le martyre. Suite à plusieurs minutes de marches, le petit groupe de Berseker était maintenant infiltré dans la ville Florentine. Puisque Flagello était un autochtone, c'était à lui de les guider jusqu'à leur objectif.  Avec un peu de chance, il ne faudrait pas retourner tout Florence pour retrouver les membres de sa famille.

«Flafla tu es notre guide à présent ! Mène moi à ta demeure et à ta famille hi hi hi. Je suis sûr qu'ils seront ravis et qu'ils nous accueilleront à grands ouverts hi hi hi. Est ce qu'il y a du thé chez toi hi hi hi? Le fils prodigue rentre à la maison hi hi hi Maman a fait de bons gâteaux pour son fiston hi hi hi. » 
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 25 Juil 2013 - 18:18

    Le voyage était finalement bizarre, entre les cailloux qui heurtaient visage, les insectes et tout ça, il ne saurait dire s’il avait souffert, ce qui était certain était que c’était assez rapide. Car ils arrivèrent bien vite. En effet Calamity expulsa le jeune berseker du sol, qui parvint cependant à tomber sur ses pieds derrière un buisson. A quatre pattes, il rejoint rapidement la patronne qui se trouva juste à coté derrière un autre buisson et qui venait de déclarer qu’ils étaient sur place. Qui tuera-t-il en premier ? Peut-être la première personne qu’il verrait. Quant aux têtes comme décoration, cela ne l’enchantait pas tellement. Les portes étaient justes là.

    -« Ouaah Patronne vous avec un sens de l’orientation extrêmement développé, en plus sous terre. Ceci dit je crache encore quelques cailloux, mais vous avez là un sacré moyen de locomotion. »

    Il se leva, et suivit Calamity, il était maintenant l’heure d’entrer dans la ville, il faisait une chaleur désagréable, il faudrait peut-être penser à se désaltérer. Et puis il était bientôt l’heure du thé de la cheffe. Mhm trop de chose à faire là, se disait-il les mains derrière le dos, l’air totalement décontracté alors qu’ils commençaient à se mêler à la foule comme s’ils étaient de simples humains. Traversant les rues, Flagello avait plein de souvenir, il savait qu’en finir avec sa famille n’allait pas être si simple, mais qu’il fallait le faire pour que l’âme du guerrier d’Arès puisse être en total possession de ce corps. Il souhaitait juste ne pas trop en souffrir.
    Alors qu’ils marchaient, soudainement la cardinale posa sa main sur la bouge de Flagello qui fronça ses sourcils de surprise, mais bon, il sut très vite le pourquoi de cette action, la patronne voulait briser le bonheur de cette ville. Olalala qu’elle était diabolique pensa, le jeune garçon en observant le cosmos de la lady se rependre dans les rues de la ville. Les pauvres gens, d’ici peu allait souffrir une terrible épidémie ; ils allaient sous doute avoir énormément de mal à s’en sortir.
    Ceci fait, ils continuaient à avancer, et la patronne demanda au berserker de faire de guide jusqu’à arriver dans le domaine de sa famille. Domaine qui n’était pas très loin d’ici. Se plaçant juste devant elle, il lui fit face et prit la parole avec plein d’enthousiasme, il marchait en reculant.

    -« Oh bien sûr il y aura toujours du thé pour vous, Maîtresse ! Quant à ma maison, elle n’est pas très loin, il suffit de me suivre, vous verrez c’est une demeure assez grande, assez pour y faire un feu d’artifice. »

    Il se mit à rire avec des yeux malsains et il se retourna. C’est en silence qu’il guida la patronne, et le singe dans les rues de Florence. Son cœur battait de plus en plus fort, il y avait l’excitation de sa première mission, le moment où la lady lui dirait d’attaquer, et une part de lui qui craignait un peu. Rhaa Flagello, se disait-il intérieurement, tu vas les avoir, ils vont en faire une de ses têtes, mais mains plein de sang, la cheffe toute contente. Ouuuh il faudra réfléchir à une belle mise en scène, il faut que ce soit beau quand même.
    Plongé dans ses pensées, le jeune garçon, voyant au bout du chemin un grand portail, qui cachait un jardin imposant, et une demeure dont on voyait pour l’instant que la cheminé. Sautillant comme un fou, il cria en montrant du doigt.

    -« C’est là, c’est là c’est lààààààààààà ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 25 Juil 2013 - 22:03

Flagello semblait particulièrement excité mais allait  il toujours autant faire le fier lorsqu'il devra dépecer sa mère ou éventrer son paternel ? La jeune femme n'allait pas tarder à le savoir. Elle laissa son petit singe sauter sur le haut du portail et l'escalader tranquillement.  La jeune femme posa sa main sur l'épaule de Flafla et les deux Berserkers s'enfoncèrent dans le sol pour réapparaître de l'autre côté du portail. Simple comme bonjour. Même les plus grandes murailles pouvaient être franchies aisément grâce aux pouvoirs de Calamity. A moins que celle-ci ne soit frappée par un sceau, rien ne lui était impossible. Le jardin était vaste et la villa semblait grande. Les parents de Flafla devait être bien friquée. Pas étonnant que ce gringalet essaye de se donner un genre trop théâtrale. Il était né avec une cuillère en argent dans la bouche et maintenant elle venait pour la faire fondre et tout détruire. Cependant, il pouvait très bien la flouer et l'amener vers une maison qui n'était pas la sienne. En tuant rapidement les gens qui vivaient ici, elle ne le découvrirait jamais alors il fallait jouer le jeu jusqu'au bout. La Cardinale récupéra son petit singe sur son épaule puis elle se tourna vers Flagello.

« Et bien Mister Flafla, cela n'a pas l'air très animé par ici hi hi hi . Il n'y a pas d'esclaves sur ta propriété pour venir nous accueillir. Si ta famille possède une si grande bicoque cela veut dire qu'elle est riche. Où cachez vous votre or Flafla hi hi hi ? Tu crois qu'on pourra en emmener un peu avec nous hi hi hi ? On pourra en offrir un peu au Seigneur Arès. Pas qu'il en ait vraiment besoin mais les délicates attention sont toujours les bienvenues pour sa personne. Parle moi de ta famille, Flagello. Je veux tout savoir sur eux. J'adore tuer des inconnus mais j'aime bien aussi savoir ce qu'ils étaient avant que je ne prenne leur vie hi hi hi. Je suis incorrigible hi hi hi mais que veux tu, on ne se refait pas hi hi hi ! »

Comme pour prouver qu'elle était impatiente, la Bersekers laissa filer quelques insectes hors de sa bouche et les bêtes se précipitèrent directement vers des petits arbustes qu'ils dévorèrent en très peu de temps. Ils rejoignirent ensuite leur point de départ et la jeune femme se tapota le ventre pour dire que les animaux avaient bien mangés mais se taperaient encore bien un petit gueuleton. Il ne restait plus rien sur les végétaux touchés par les insectes. Cela ne se remarquerait pas aux premiers abords et de toute manière elle s'en fichait éperdument. Elle s'avança un peu tout en faisant craquer ses poings et son cou. Elle s'impatientait et elle marcha jusqu'à la porte d'entrée. La Cardinale donna quelques petits coups sur la porte. Rien de bien violent, juste ce qu'il fallait pour que cela s'entende à l'intérieur comme une personne toute à fait normale l'aurait fait. La Lady en profita pour glisser quelques mots sur un ton plaisantin à son maître d'arme du fléau. Elle voulait juste que tout soit parfait.

« Je ne sais pas ce que tu vas leur raconter mais j'aimerai qu'ils nous invitent à entrer hi hi hi et que nous puissions un peu parler de ton avenir ensemble hi hi hi. Je veux voir ta famille dans son milieu naturel avant de tout saccager hi hi hi. Joue bien ton rôle mon petit Flafla hi hi hi ou tu les rejoindras toi aussi dans la tombe. Je vous ferrai une jolie fosse commune où vous serez bien serré et où vous aurez tout chaud hi hi hi. Allez en piste Flafla et tache de faire honneur à Mister Monkey sinon il te mangera une oreille devant tout le monde hi hi hi. Maestro ! En piste hi hi hi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 26 Juil 2013 - 15:33

    Ils étaient devant le grand portail, mais cela n’allait pas être un souci, puisque grâce au pouvoir de Calamity ils s’enfoncèrent sous terre pour apparaitre de l’autre coté. Encore une fois, Flagello cracha quelques cailloux, à vrai dire il se disait que jamais il n’allait s’y faire. Enfin, au moins il n’avait pas eu à faire d’effort. Les voila donc dans le jardin tout était bien silencieux, normal, sa famille n’était pas réellement celle qui aimait le bruit, bien au contraire.

    -« Vous savez, nous sommes loin d’être la famille la plus aisé de Florence… Mais oui, il y a de l’or bien cachéééé, vous pourrez jouer à cache-cache avec. »

    Il esquissa un sourire en regardant devant lui et pendant que la patronne fit apparaitre des insectes qui mangeaient les arbres et la nature. Le maître d’arme poursuivit sa réponse.

    -« Mes parents sont de prestigieux journalistes, et mon frère un étudiant en peinture…. Voila tout, ils sont florentins depuis la nuit des temps, et très respectable. »

    L’heure approchait à chaque instant, le jeune garçon suivait la supérieure qui se dirigeait come il le fallait en direction de la porte d’entrée, elle frappa, et l’air amusé elle s’adressa à Flagello. Il croisa les bras, et se disait qu’il avait une petite idée qui n’allait pas forcement lui plaire, mais qui valait le coup si elle voulait tellement jouer un jeu. Il eut un petit sourire coquin, et malicieux… Il fit un « oui » de la tête en se montrant totalement confiant sur son rôle.

    -« héhéhéhé je serai digne de votre confiance cheffe… »

    C’est alors que la porte s’ouvrit, un domestique reconnut de suite Flagello et le salua. Ce dernier entra et fit signe à la cardinale de le suivre.

    -« Entrez Mademoiselle ! Vous êtes ici chez moi, et chez moi c’est vous, n’êtes vous pas celle qui allait partager mon existence ? »

    Le visage du jeune garçon était radieux ; celui du domestique également en s’imaginant malheureusement pour lui quelque chose de faux.

    -« Prépare nous un bon thé veux tu, il faut celebrer ca en grand… Où sont mère et père ? »

    Le domestique salua respectueusement Calamity et répondit que les parents étaient sortis, mais qu’ils n’allaient plus tarder à arriver, et il partit en cuisine pour préparer tout ça, laissant les deux berserkers dans le salon. Flagello s’approcha de la cardinal en rigolant.

    -« Eh bien, chère Maîtresse, mon jeu est-il digne de vos espérances… Un bon repas avant le feu d’artifice. »

    Il termina en indiquant le plus confortable fauteuil du salon…
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 26 Juil 2013 - 17:47

 « Un artiste tu dis ? Peintre hi hi hi ? Tu sais que j'adore l'art hi hi hi ! Tu le saurais si tu avais pris le temps de faire un tour dans ma galerie. Je me réserve ton frère pour moi toute seule hi hi hi.  Si tu le touches, je ferrai une jolie œuvre d'art avec vous deux. Tu as déjà voulu être siamois mon petit Flafla  hi hi hi ? »

Journaliste, respectable, aisé ! N'était-ce pas ironique que des personnes exerçant cette profession fasse les gros titres de la rubriques nécrologiques du lendemain non pas comme auteur mais comme acteur ? Voilà dans quel cocon familial Flagello avait grandit. Difficile de croire qu'un Bersekers avait choisi son corps pour y élire le siège de son âme mais après tout, elle avait dût faire de même. A la base la jeune américaine n'était pas taillée pour être une guerrière ; Cependant son corps était parfaitement compatible avec le sien mais surtout, elle avait était prête à tout sacrifier pour continuer à vivre et à assouvir sa vengeance. Une telle opportunité ne se présentait pas à tout les coins de rue donc il fallait la saisir le plus rapidement possible. Lorsque le majordome arriva et que Flafla la présenta comme sa future épouse, la Cardinale eut envie à la fois d'éclater de rire et d'arracher millimètre par millimètre la peau du visage de son maître d'arme tout en salant derrière son passage. Elle joua tout de même le jeu de façon amusée même si à la première occasion, elle ferait payer cette écart de conduite à son soldat. Il était juste dommage qu'elle soit présentée en portant son armure car cela ne faisait vraiment pas fille de bonne famille mais qu'importe. Elle passa son bras sous celui du fléau et prit sa plus belle voix timide.

« Ooooh voyons mon chéri, tu vas me faire rougir. Ne vaudrait-il mieux pas annoncer la nouvelle à tes parents avant de le faire au petit personnel. Ce n'est pas ce monsieur qui payera ma dot je présume hi hi hi. »

Elle suivit tout le monde et Flagello lui présenta l'un des fauteuil du salon où elle ne prit pas soin de s’asseoir tout de suite. En effet, une fois que le majordome fut parti, elle attrapa l'oreille de son inférieur et la tira assez fort pour qu'il ressente une grosse douleur sans pour autant l'arracher. Présenter un fils avec une oreille en moins n'aurait pas été digne d'une belle fille de bonne famille ni d'une Lady. La Cardinale lui balança en même temps un puissant coups de poing dans l'estomac à l'aide de sa main libre, pendant que Mister Monkey, qui était monté sur Flagello, lui tirait violemment les cheveux jusqu'à lui en arracher de petite touffe qui ne se verrait presque pas. Sa main relâcha finalement son étreinte et le singe revint se cacher dans sa chevelure d'un noir de jais.

« Ose prétendre sans mon autorisation que tu fricotes avec moi et je ne serai plus aussi clémente avec ta personne. Si tu ne veux pas être relégué au même rang que Tatsou, essaye de ne pas oublier les règles élementaires du respect hi hi hi. Ce serait dommage que nous devions déjà nous séparer alors que tu viens juste de rentrer Flafla hi hi hi ! Je choisi moi même qui a le droit d'oser prétendre qu'il partage ma couche ou non hi hi hi et tu n'en fais pas partie mon petit Flafla  hi hi hi ! Je vais continuer à jouer mon petit rôle mais fais bien attention à ce que tu fais, maître d'arme, où tu risque de la passer à gauche hi hi hi »

Le majordome apporta finalement du thé et Calamity s'empressa de le goûter. Sa décoction s'apparentait plus à de la pisse de chat que du thé. La jeune femme sourit cependant et fit semblant de l'apprécier ce qui même pour elle demandait des efforts in considérables. Le petit personnel de cette villa laissait à désirer. Si un esclave ne savait pas faire le thé, il ne fallait pas lui demander de faire plus. Les parents de Flafla était peut-être fortuné mais il ne savait vraiment pas s'entourer. Espérons que cette tare n'ait pas été légué à à leur fils.

« Votre thé est vraiment bon ? D'où vient-il ? Flagello m'a tellement parlé de son frère et de ses peintures qu'il me tarde de voir ses oeuvres. Est-il à la maison ? Il me tarde de rencontré toute la famille de mon merveilleux futur époux. Je suis sûre que nous allons bien nous entendre. Il ne peut en être autrement entre gens de bonnes familles hi hi hi. »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 26 Juil 2013 - 21:36

    Ah il le savait qu’elle n’allait pas aimer la petite mise en scène qu’il avait mis en place. Après tout, il fallait en profiter, elle n’allait tout de même gâcher l’effet de surprise qu’elle voulait donner au joli feu d’artifice qui allait arriver. D’ailleurs elle ne tarda pas à lui montrer ce qui le faisait extrêmement sourire, car en effet, l’âme du berserker était en train de prendre entièrement le pouvoir sur ce corps frêle. Calamity l’attrapa par l’oreille, Flagello essaya de ne pas trop montrer sa douleur par la voix, mais le montra sur son visage. Encore une fois, il fit des oui oui de la tête.

    -« Heyyy mais Patronne c’est vous qui m’avez dit que je devais faire une bonne mise en scène…. C’est vraiment pas juste…sniiiif »

    Il mima l’homme en train de pleurer alors qu’il reçut un coup de poing dans l’estomac qui le fit se basculer en arrière. Oui, il fallait bien qu’elle continue pour que la scène soit parfaite. Et digne d’une très belle fin. Bon, le majordome était de retour avec le thé, souriant, le maître d’arme commençait à ne plus rien ressentir pour les gens de cette maison, qui après tout n’était que la famille de son hôte, son âme était à présent tout près de disparaitre totalement.

    La Cardinale buvait le thé, et prit la parole pour complimenter le domestique et demander où était le frère de Flagello, qui esquissa un sourire familier lorsqu’on indiqua qu’il allait descendre car il était dans atelier. C’est alors que la porte d’entrée s’ouvrit laissant apparaitre les parents de Flagello.

    -« Père, Mère, quelle joie de vous revoir, voyez ce que je vous ramène, votre… Belle-fille. »

    Oui cash comme ça, il ne servait à rien de faire des détour, et puis il était amusant de voir la tête qu’il faisait en apprenant cela avec une telle soudaineté ; après la stupéfaction ils embrassèrent leur fils, avant de les féliciter tous les deux, et de complimenter Calamity, pas forcement sur la tenue vu qu’elle avait son armure, mais sur sa façon de se tenir et de boire le thé.

    Le frère arriva à son tour, il avait lui aussi tout entendu, et félicita Flagello, et ensuite Calamity, en exclamant qu’il était ravi d’avoir une aussi jolie belle-sœur. Le berserker du Fléau était satisfait, tout marchait comme convenu, de peu il y aurait eu de la bave qui aurait coulé le long de sa bouche en attendant le signal d’attaquer. Il n’aurait aucune pitié, ni rien, il était un berserker, et sa supérieur était juste à coté.
    Les parents invitèrent les deux jeunes gens à l’extérieur, le coucher de soleil était merveilleux, en marchant, ils parlèrent avec Calamity de Flagello son enfance étrange, ses études de comédien, le théâtre. Flagello restait un peu en retrait, l’œil malin, attentif à sa maîtresse, il allait lui montrer que le mortel n’existait plus… La ferveur et la joie gagnait le domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Sam 27 Juil 2013 - 19:40

 Ces idiots de bourgeois ne se doutaient de rien. Ils étaient certes surpris mais semblait assez satisfaits. Calamity était une Lady exemplaire et n'importe quelle belle mère serait ravie de l'avoir comme bru. Elle prit un air timide lorsque son faux beau-frère la complimenta sur sa beauté et elle fut ravie de pouvoir voir l'extérieur de la propriété. Les parents semblaient disposer d'une source intarissable d'anecdotes et de souvenir à propos de leur fils. Pour tout dire, elle s'en fichait un petit peu à présent. Elle n'avait d'yeux que pour l'homme qu'elle allait bientôt tuer, celui qui était le frère de son maître d'arme. Un jeune homme qui semblait être encore naïf et qui n'était pas éveillé au cosmos : un être inutile à qui elle allait donner un sens à son existence. La jeune femme était radieuse comme si elle allait réellement se marier mais sa joie et son bonheur n'avait rien à voir avec d'éventuelles noces. L'annonce du sang et du chaos qui allait arrivé était tout ce qu'il fallait pour la combler. Le majordome venait d'apporter une part de gâteau, qu'ils avaient réservés comme dessert pour le soir. L'arrivée de l'heureuse nouvelle avait eut le don de mettre tout le monde de bonne humeur et la pâtisserie était là pour réjouir les papilles et les cœurs. La Cardinale prit une fourchette dans sa main et commença à attaquer le gâteau qui était plutôt agréable. Elle s'arrêta ensuite pour poser sa main sur celle du frère de Flagello. Elle se rapprocha et voulait simplement examiner des mains d'artistes.

«Vous avez des mains bien plus longues et fine que Flagello. Ce sont de véritables mains d'artistes faite pour peindre ou jouer d'un instrument de musique hi hi hi. Faites bien attention à vos petites menottes car elles pourraient attirer les convoitises. J'en prendrai bien soin si j'étais vous hi hi hi puis qu'elles seront votre gagne pain hi hi hi. »

La jeune femme retira sa main de celle du peintre et elle prit sa fourchette pour manger un autre morceau de gâteau. Lorsqu'elle eut finit, elle bougea rapidement et enfonça la fourchette à travers la main du frère de Flagello. Elle avait si bien forcé que le couvert était également enfoncé dans le bois de la table maintenant par la même occasion le jeune homme « prisonnier ». Le pauvre n'aurait jamais assez de force pour l'arracher. Elle jouerait avec lui plus tard. La Cardinale préférait d'abord apprécier le regard de stupeur et de terreur de ses faux beaux parents. Elle émit un petit rire amusé puis s'adressa au fils prodigue qui avait fait son retour dans la villa sous les braillements de douleur de leur second fils.

« Flafla, tue moi ces deux idiots là. Oui je parle bien de vous deux Papa et Maman Flala.  Vous ne croyez tout de même pas que votre fils avait réussit à mettre le grappin sur une fille de mon rang  hi hi hi. Vous rêvez éveillés les futures cadavres hi hi hi. Fais les bien souffrir Flagello. Je veux qu'ils  comprennent ce qu'ils ont engendrés et qu'ils voient à quel point tu y prends plaisir.  Quant à toi petit peintre, imprime bien tout cela sur ta rétine car j'ignore si je vais te tuer où te garder en vie pour que tu me peignes des jolies choses. Peut-être que tu pourras me faire un joli tableau sur Flala qui tue tes parents ? Ce serait magique non hi hi hi ? »  

La jeune femme tapota la table en signe d'impatience. Mister Monkey lui s'amusait à jouer avec les doigts du peintre qui était tétanisé et blanc comme un linge. Ce n'était pas vraiment un héros celui-là, sans doute un artiste incompris. Ce n'était pas grave, il allait rencontrer l'horreur en personne et voir que l'être humain pouvait devenir un guerrier parfait capable de détruire ses attaches qui le retenait à la normalité !
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 29 Juil 2013 - 14:00

    Les événements s’enchainaient comme prévus, la fin de journée s’annonçait prometteuse, et le spectacle de fin était assuré. Rien qu’à y penser, Flagello en avait des frissons, l’humain n’opposait plus de résistance, il était à présent totalement incarné dans ce corps frêle. Au moins il gardait en tête cet esprit d’artiste et d’acteur.

    Tout se passait donc convenablement, le jeune berserker était aux aguets, il savait que Calamity ne tarderait pas à lancer un signal pour l’attaque, et l’amusement, a table, la famille heureuse dégustait un bon gâteau. D’ailleurs la Cardinale en profita pour complimenter le frère de son soldat, ce qui eut le don de le rendre un peu jaloux. Eh oh elles sont très bien mais mains, se disait-il en observant la scène… Le visage de Flagello s’illumina lorsque sa patronne planta sa fourchette dans la main du peintre. La stupeur et les murmures pouvaient se faire entendre… Le sang coulait de plus en plus, sur la main.
    Outré, le jeune garçon se leva et frappa avec ses poings la table…

    -« Non mais dis donc, c’est pas bien de faire ça… »

    S’exclama-t-il mimant un air furieux qui semblait rassurer le reste de la troupe autour de la table. Mais à peine avait-il terminé son petit numéro qu’un nouveau allait commencer. En effet la patronne lui demanda d’attaquer le couple, et de les tuer. Le nouveau berseker regarda ses anciens parents avec un regard entre la tristesse et la folie, sa maîtresse venait de parler… Il bondit sur la table, renversant tout, juste devant les deux, il rigola frénétiquement…

    -« Douce mort, vient donc t’emparer de ces deux âmes qui ont l’honneur de couver dans cette demeure un Berserker… »

    Il tapa dans ses mains…

    -« Acte cinq… La fin de l’histoire. »

    Il tira son épée, qu’il remua étrangement, devant les gorges de la femme et de l’homme… Il sentait les vibrations sur la table, il s’agissait de l’impatience de la supérieure. Elle n’allait pas attendre bien longtemps, et allait lui montrer qu’il était bien de retour. La lame entailla la poitrine du père, puis sa gorge, son sang coulait terriblement vite, on voyait dans leur regard la peur et l’incomprehension.
    Flagello, pivota sur lui-même et frappa en grand coup de pied qui heurta la femme puis l’homme qui s’écroulèrent au sol. Tic Tac tic tac… Le fleau compta les seconde ; avant de sauter à nouveau, et de planter ses genoux dans les gorges du couple… Les deux crachaient et perdaient petit à petit leur souffle puis connaissance.

    -« Oh Patronne, ils ont pas tenu longtemps, regardez ils ont perdus connaissance… »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 29 Juil 2013 - 16:46

Flagello avait fait son petit numéro et ses parents sombraient à présent dans l'inconscience. Les vioques tombaient dans les pommes et le moment était peut-être idéal pour faire de leur crâne une véritable compote. Non c'était une mauvaise idée ! Il ne ressentirait même pas la douleur. Cela n'aurait rien d'amusant. Il fallait faire durer le plaisir et qu'il soit aussi intense pour celui qui le donne que pour celui qui le reçoit. La Berseker se tenait debout et avait passé ses bras autour du cou du peintre, faisant reposer son menton sur le crâne de l'artiste tout en ayant observé son frère s'amuser avec les parents. Par simple mesure de précaution, elle retira la chaise sous les fesses du peintre mais elle le rattrapa dans sa chute même si cela abîma encore quelque peu sa main. Elle ne fit alors plus qu'un avec le sol et enferma ses jambes jusqu'au genoux dans le sol, le laissant dans une position douloureuse à laquelle il ne pouvait se soustraire. Elle fit de même avec la mère, emprisonnant ses bras et ses jambes dans le sol, un peu à la manière d'un cochon pendu inversé. Quant au père, elle le mit en position debout et écarta ses bras, tel Jésus sur sa croix et lui cloua littéralement les membres au mur avec des piques de terre. De cette manière les trois grands acteur du spectacle ne pouvait pas fuir. Il était temps maintenant de s'occuper des figurants qui eux aussi avaient bien mérités un peu d'attention.

«Flafla laisse donc tes parents revenir à eux. Ils doivent souffrir consciemment hi hi hi sinon ils ne seront pas des gens de bonnes familles. Regarde ton frère, il ne s'est pas encore évanouit même si je pense qu'il n'en est pas loin hi hi hi. Si on s'amusait plutôt avec le petit personnel hi hi hi ? Après tout, eux aussi on bien mérité de s'amuser avec nous hi hi hi. Que la chasse commence !  Ne laisse filer personnes sinon tu seras privé de jouet hi hi hi !»

Comme pour venir étayer ses propos, une domestique venait de rejoindre la petite famille avec un plat chargé de victuailles qu'elle laissa tombé lorsqu'elle remarqua la scène horrible qui se jouait devant elle.  La pauvre voulu prendre ses jambes à son cou mais dans un geste de clémence, Calamity créa un nouveau pique de terre qu'elle envoya  à la rencontre du crâne de la servante. L'objet rentra comme dans du beurre pour ressortir de l'autre côté laissant la dépouille choir inerte sur le sol. La Cardinale s'applaudit elle même puis elle s’élança dans la maison. Elle tomba rapidement sur deux autres bonnes. Elle en attrapa une pour frapper sur l'autre jusqu'à ce que leur cervelle recouvre les murs. Elle partit ensuite en quête du majordome qui l'avait accueillit. Elle le trouva dans une chambre de la villa où il était en train d'étendre les bras tranquillement. Le pauvre devait être dure d'oreille pour ne pas avoir entendu tout le vacarme qu'elle avait fait. Le sort qu'elle lui réservait était des plus radicale. En dehors de la pièce, on entendit des bruits de déchirement, d'éclaboussures et de succion puis plus rien. Finalement la reine des calamités fit son grand retour près du peintre et des parents. Elle tenait sur sa main un plat sous une cloche de métal qu'elle déposa délicatement sur la table. Avec un grand sourire, la Lady enleva la cloche pour laisser découvrir la tête du majordome arrachée de son corps. Autour de son cou de la laitue décorait le tout  et une pomme était enfoncée dans sa bouche. Un vrai petit plat parfait pour reprendre des forces.  D'un air amusée, la jeune femme prit une fourchette et un couteau pour découper un morceau  et le tendre d'un air calme au peintre.

« Tu en prendras bien une bouchée mon petit artiste hi hi hi. Il ne faut pas gaspiller la nourriture hi hi hi ! Il t'a bien servi jusqu'ici non alors il faut lui rendre honneur hi hi hi ! Si tu n'as pas faim, je comprendrai parfaitement mais je serai très très déçue petit peintre hi hi hi. »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 29 Juil 2013 - 18:02

    Lorsqu’il comprit les manigances de la patronne, Flagello s’écarta de ses anciens parents qui étaient maintenant sans connaissances, les pauvres, le sort qui était le leur n’était pas des plus joyeux. Enfin, c’est comme ça se disait-il en se plaçant au coté de la cardinale qui était en train par l’un de ses sorts de bloquer tous les mortels ici. Seul le frère était encore les yeux ouverts capable de comprendre ce qu’il se passait.
    Flagello se mit à applaudir, et lorsque la cheffe prit la parole… Il sautillait partout.

    -« Oui Oui Oui la chasse, d’accord d’accord personne ne s’échappera….Heyyyyy »

    Elle a triché elle est parti avant, et le top départ, mais passons, le berserker du fléau se précipita comme un dératé dans le jardin, il y avait là des jardiniers, sur la pointe des pieds vers le premier, il lui donna un violent coup de hache dans les cotes, qui l’entailla au point presque de le couper en deux. L’autre essayait de s’enfuir, mais le jeune garçon lança avec une infernale précision la hache qui se planta carrément entre les épaules. Un rire fou, Flagello se mit à danser, la paume de sa main gauche devant son ventre.

    -« Il est où, il est où… Il est où le suivant… »

    Dansant et chantant il ouvrit violemment la porte de la cuisine. Ca sent bon se disait-il ! Il prit les fruits qu’il trouva et les fit manger au cuisinier qui était déjà très corpulent, puis il le goinfra de chocolat, d’oignons, tout ce qu’il pouvait trouver, en tenant fermement le cou de l’homme. A un moment il étouffa, et son estomac semblait ne plus rien supporter. Tenant les trois corps qu’il venait d’éliminer, il décida de repartir vers le salon là où se trouvait la patronne.
    De son coté, elle avait également fait de nombreux dégâts. Pire encore, il vit sur un plateau la tête du majordome. Joyeusement il s’approcha…

    -« Patronne Patronne, j’ai rapporté ces trois cadavres, enfin deux, le cuisiner a le cœur qui bat encore… Il faudrait le sauver n’est-ce pas ? Oh mon frère, tu vois, je suis un acteur de premier ordre, et elle c’est la patronne tu sais, suffit qu’elle dise que je dois te tuer et c’est fini… »

    Flagello fit de gros yeux de possédé. Dire qu’avant il s’agissait de sa maison et de sa famille, et maintenant c’est juste le domaine de la terreur et de la peur. Personne n’allait survivre…

    -« Voyez Ô Maitresse, vous n’avez plus de doute à avoir, je suis de retour, l’humain a complètement disparu. »

    C’est alors que les parents commençaient à reprendre leurs esprits…

    -« Regardezzzz ils reviennent à eux, Papa, Maman ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 29 Juil 2013 - 22:23

Flagello fut de retour tout content au moment où Calamity enfonçait un œil du majordome dans la bouche du peintre et le faisait mastiquer pour qu'il s'en empreigne de toutes les saveurs. Le petit artiste était sans doute au bord de vomir mais elle s'en contrefichait. Il fallait qu'il goûte à l'humain pour que ça le transcende et qu'il puisse faire de plus belles œuvres. Aller chercher chez l'autre ce qu'on avait pas dans le plus pur des sens figurés. Peut-être que le frère de Flafla ne le comprenait pas et ne s’éveillerait jamais à toute les merveilles que la reine des calamités lui enseignait à l'instant et essayait de lui faire passer.  Elle ramassa une serviette et essuya les lèvres du jeune homme avec soin. Il ne fallait pas qu'il se bave dessus, le pauvre était taché de sang. Elle ramassa encore quelques morceaux de viande qu'elle fourra dans la bouche du jeune homme tout en souriant. Le peintre devait se régaler même si la viande du vieux majordome était coriace. C'était une bidoche de caractère et il fallait être un fin gourmet pour l'apprécier. Le frère de Flagello fut prit de haut le cœur et la Lady s'écarta pour le laisser déverser son flot de vomis sur le sol. La jeune femme lui tapota le dos et attendit qu'il ait fini pour lui enfourner une nouvelle cuillère de chaire fraîche.

« Et une cuillère pour maman, une autre pour Flafla et une dernière pour papa hi hi hi. Tu as entendu ton frère, tes parents viennent de se réveiller. Je ne peux plus m'occuper de toi maintenant, il faut que tu regardes attentivement ce que ton frère va faire à tes parents hi hi hi. Flagello est un bon toutou obéissant. Il n'est plus le gentil frère que tu as eut dans ton enfance ... enfin je suppose qu'il était gentil. Hein Flafla ? Tu n'étais pas un garnement tout de même hi hi hi. Achève tes parents lentement veux tu mon petit Flafla hi hi hi. Il n'y a plus personne sur la propriété et ce serait cruel que les servants rejoignent avec trop d'avance les enfers hi hi hi. Montre moi ce dont tu es capable Flafla hi hi hi. Mister Monkey, ton frère et moi nous avons hâte de voir ton fléau en action hi hi hi. Tu sais encore t'en servir j'espère hi hi hi ?» 

La jeune fille rejeta sa tête en arrière en éclatant d'un rire cristallin. Elle ouvrit ensuite sa bouche bien grande et un véritable essaim d'insectes en tout genre en sortit et ils se précipitèrent sur les végétaux du jardin pour les dévorer. Elle ne comptait rien laisser derrière elle, pas la moindre once de vie mis à part peut-être le peintre. La Lady n'avait pas encore décider ce qu'elle allait en faire. Le garder et le ramener dans sa Fosse ? Le tuer ? Le mutiler et le laisser vivre une vie de misère ? Il y avait tellement de possibilité et pourtant elle était contrainte à faire un choix. La Cardinale fit la moue en réfléchissant pendant que Mister Monkey se goinfrait des restes de gâteau sur la table. Calamity retira la fourchette hors de la table et de la main du peintre, libérant son membre blessé. Elle prit ensuite un couteau et frappa sur la table avec les couverts à la façon d'enfant pressé de manger face à un repas délicieux qui mettait du temps à arriver. Ce qu'elle réclamait ce n'était pas pitance mais la mort des deux parents de la main de leur fils. Il était temps de couper le cordon ombilical et de voler de ses propres ailes.

« Flafla fait ton office ! Je commence à m'impatienter. Si tu ne me dépêches pas mes petites bêtes n'auront bientôt plus de plante à manger et alors elles se jetteront sur ta famille et peut-être même sur toi hi hi hi. Tu sais mes insectes sont capricieux hi hi hi. Ce ne sont pas tous des lords mais ils sont tous gourmands hi hi hi. Donne moi un joli spectacle Flafla. Mister Monkey est impatient de voir ce dont tu es capable hi hi hi.  Qui vas tu éliminer en premier ? Ta maman ou ton papa hi hi hi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 30 Juil 2013 - 18:16

    Lorsqu’il arriva, Calamity était en train de faire manger un œil à son frère. Ce n’était pas très bon à en croire la moue qu’il faisait, d’ailleurs il ne tarda pas à vomir. Tout cela était bien écœurant à vrai dire, mais la fête était vraiment plaisante, les parents venaient de se réveiller. Flagello rigolait toujours, sauf qu’il était un peu triste car il savait que la fête s’achevait.
    Surtout que Calamity venait de lui dire qu’il devait les tuer, un sourire de fou se dessina sur son visage, un sourire malsain…

    -« Oui Oui Oui Patronne, mais regardez, ces visages… Oh qu’ils sont beaux, un véritable éloge à l’horreur et la peur… »

    Le jeune berserker fit apparaitre dans sa main un fléau de taille normal, il le maniait à la perfection, il frappa par erreur le crane du cuisinier qui éclata en morceau.

    -« Oh pardon papa et maman, je ne voulais pas vous effrayer. Bien, vous avez entendu, la cheffe veut que vous dormiez pour toujours. Mhmm voyons voir… »

    Le berserker envoya son fléau qui frôla seulement les visages du couple, les deux venaient de perdre leur nez et une bonne partie de leur peau. C’était affreux, tellement affreux que le frère ne pouvait contenir sa peur en crachant encore. Flagello fit une moue, puis un sourire en voyant les insectes de Calamity tout manger, bientôt il ne restait plus rien ici.
    Ah la fameuse question de Papa et Maman, qui préfère-t-il ? Il ne le savait, de toute façon ils n’avaient plus d’importance à ses yeux. La patronne avait parlé… Flagello tomba à genoux, comme possédé il baignait ses mains dans le sang qu’il envoya sur le visage du couple. Et ensuite, il augmenta son cosmos sans une once de pitié. Son fléau s’enflamma de son cosmos… Il le fit tourner autour de sa tête de plus en plus, et plus il s’approchait des deux victimes, qui allait être touché en premier et ainsi perdre sa tête…

    -« Patronne je regarde pas… Je mise sur la Madame… »

    Avec son autre main il se masqua les yeux… Soudainement, le berseker entendit un cri, puis un second puis plus rien, il lui avait semblait reconnaitre un cri d’homme en premier. Apparemment il n’était pas fait pour les jeux de hasard, du moins pour l’instant. Lorsqu’il se permit de regarder à nouveau, il vit les deux corps sans tête et presque sans épaules. Les têtes étaient par terre, et le sang volait comme s’il s’agissait de deux fontaines.
    Il ne restait plus que le frère, Flagello le regarda avec un air malsain…

    -« Cheffe, je peux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 30 Juil 2013 - 22:54

Flagello avait compris que recevoir l'ordre de tuer, ne voulait pas dire qu'il fallait épargner les souffrances et ne pas se faire désirer un peu par la grande faucheuse. Finalement, il opta pour la roulette du fléau aveugle. Un bon choix même s'il était un peu trop hasardeux. Calamity se délecta du spectacle. C'était dans ces moments là qu'un peintre pouvait prendre un instantané d'un moment clé pour le retranscrire sur la toile. Chaque détails, chaque os, gouttes ou cervelle qui volaient devenait un élément indispensable à coucher sur la surface blanche. La loque qui se trouvait à ses côtés n'avait plus la force mentale de continuer à vivre. Cela se lisait dans son regard de chien battu. Plus jamais il ne peindrait et ce n'était pas dût à sa main blessé mais à son manque de combativité, son manque d'envie de vivre, de survivre de se dépasser. Quelque chose avait dût se casser en lui au moment où Calamity s'était révélée sous son vrai jour. Ce n'était plus qu'une carcasse vide qui ne peindrait jamais pour ses beaux yeux. Il n'avait plus aucun intérêt mis à part ses mains. Flagello souhaitait prendre sa vie mais pour qui se prenait-il le maître d'arme ? Pensait-il qu'il pourrait ainsi outrepasser ses droits ?

« Tu veux me priver de mon jouet hi hi hi ? Tu n'en a pas encore eut assez avec toutes les vies que je t'ai offerte hi hi hi ? Tu es vraiment incorrigible Flafla ! Moi je n'aurai plus rien pour jouer après hi hi hi. Qu'est ce que tu vas me donner en échange pour te faire pardonner hi hi hi ? Je te le laisse mais tu devras m'offrir quelque chose d'équivalent sinon je serai très déçue hi hi hi et quand je suis déçue, je ne suis pas toujours des plus agréables même si je suis une Lady hi hi hi. Laisse moi juste faire un petit prélèvement avant de t'amuser avec lui hi hi hi.

La jeune femme siffla et les insectes qui terminaient leurs repas volèrent jusqu'à l’artiste peintre. Ils se posèrent sur ses mains et commencèrent à les dévorer sous les cris de douleur du frère. Il leur fallut un peu moins d'une minute pour enlever toutes la peau et regagner la bouche de la reine des Calamités. Ce qui avait été autre fois des mains de peintre n'était rien de plus à présent que des os mis à nus. La jeune femme s'approcha de l'artiste et se baissa pour enfoncer sa main dans le sol et en retirer une hache faite en roche. Le tranchant semblait très coupant. Elle saisit l'homme par le poignet et cala sa main droite sur la table puis la trancha d'un coup sec. La Cardinale fit de même avec sa main gauche.  Elle dit ensuite quelques mots à Mister Monkey et celui-ci fila dans le bâtiments. La jeune américaine rangea calmement son arme en sifflotant en attendant que son primate revienne. Un large silence s'installa et la Berseker se posta devant l'artiste pour ne pas que son frère ne le tue. Le singe revint après une bonne minute avec de la corde. La Cardinale le félicita et attacha rapidement l’extrémité d'un doigt de chaque main pour en faire une sorte de collier improvisé qu'elle accrocha à son coup. Elle s'écarta ensuite en sautillant autour de la table en rigolant. L'heure était venue de donner le feu vert à Mister Flafla. Le fratricide était en marche ! The show must go on !

« Fais ce qu'il te plaît Flafla mais n'oublie pas que tu devras me payer un tribu pour ta vie et qu'il devra être à la hauteur du cadeau que je te fais hi hi hi. Fais le souffrir lentement pour qu'il n'oublie jamais, même mort, qui est la personne qui l'a tué hi hi hi. Cette personne avec qui il possède du sang en commun hi hi hi. Montre lui ce qu'est la famille à tes yeux hi hi hi. Que le fléau s'abatte sur toi petit peintre hi hi hi. »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 31 Juil 2013 - 18:44

    Ah qu’est-ce qu’il s’amusait, bon certes il avait perdu, le fléau n’avait pas touché la bonne personne, mais bon. Il y avait là deux jolies fontaines. Que demander de plus ? Il ne restait plus que le frère. Il était content lorsqu’il entendit la patronne lui signalait qu’elle allait lui laisser, il fallait bien célébrer son retour non ? Bon, lui trouver une aussi belle victime ne serait pas aisée, mais il doit bien avoir quelqu’un de ce genre quelque part se disait le jeune berserker en observant la lady faire venir ses insectes. L’air curieux, il regardait silencieux sans bruits, comme s’il s’agissait d’une opération de la plus haute importance.

    Les cris du patients étaient de plus en plus aigus, il n’était plus très loin de perdre ses cordes vocales s’il continuait à hurler de la sorte. Il venait tout de même de perdre ses deux mains. Calamity donna une consigne au petit singe qui revint quelques instants après. Il venait juste de ramener de quoi faire un collier avec les mains osseuses de l’artiste. Au moins elles n’allaient pas disparaitre…
    Puis la cheffe se mit à rire, en sautillant autour de la table, offrant donc la vie de son frère. Il fallait assurer en fait.

    -« Merci Patronne, vous en faites pas, je suis certain de pouvoir vous rembourser, il y a tellement de monde sur terre… »

    La voix festive, il balança un couteau sur l’une des cuisses du peintre, le tout en dansant lui aussi autour de la proie… Un autre couteau dans l’autre cuisse.

    -« Ah mon frère, je devrai être navré, effondré, mais il n’en est rien, tu vois je n’ai jamais eu vraiment de
    sentiments, tout était fictif. Mais ce fût beau quand même hein heiiin petit petit…Oh bah il parle plus. Dommage, il fait que trembler et crier. »


    Flagello dans un mouvement théâtral lança son fléau qui s’enroula autour du corps de l’homme.

    -« T’as entendu la Maîtresse, faut en finir avec beauté, alors vas-y hurles un peu plus voyons… C’est pas gentil et pas esthétique là… »

    Le berserker tira un peu sur le fléau, qui à plusieurs endroits s’enfonça dans la chair, là, il se mit à hurler de douleur. Voila qui est mieux pensa Flagello qui tirait encore un peu plus… Le corps du jeune homme commençait à se couper en plusieurs morceaux… A un moment, le maître d’arme y insuffla une bonne dose de cosmos… Et le corps explosa. De nombreux morceaux de chairs tombaient au sol…
    Flagello se tourna vers sa supérieure, il passa son pouce sur sa lèvre inferieur pour ôter un morceau qui s’était posé là... Et il se mit à applaudir.

    -« Il y a plus rien cheffe… J’espère que j’ai le droit à une bonne note… »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mer 31 Juil 2013 - 22:22

Le remboursement ne devait pas forcément prendre incarnation dans une vie. Il pouvait aussi s'agir d'une production personnelle, d'un acte, d'un artefact ou d'une multitude de choses. Le petit tour de Flagello était assez amusant. Faire souffrir son frère à plusieurs endroits grâce à son arme puis le faire exploser était divertissant. Des morceaux du peintres avaient atterris au coin de ses lèvres et d'un coup de langue elle les amena dans sa bouche et goûta la chaire de l'infortuné. Pas mauvais mais ça manquait de sel. Ce n'était pas sa viande préférée pourtant mais il ne fallait pas gâcher un peu de nourriture qui se présentait à vous. La jeune femme bailla et s'étira calmement observant le joli spectacle que les cadavres offraient. L'expression de terreur que l'on pouvait lire sur le visage du majordome était des plus exquises. La Cardinale se mit à applaudir à tout rompre et Mister Monkey sauta sur la table pour danser sur celle-ci. Le primate manqua de peu de choir du meuble en glissant sur des morceaux du frère de Flagello. Heureusement pour lui, la reine des calamités le rattrapa in extremis. La jeune femme monta à son tour sur la table en sifflotant un vieil air annonciateur de catastrophe. Elle s'arrêta cependant quelques instants afin de féliciter son maître d'arme et de lui demander de se tenir à l'écart du bâtiment afin de pas être emportés dans ce qu'elle s'apprêtait à déchaîner.

« Il est l'heure de dire au revoir à ta maison Flafla. Tu  n'as plus de famille maintenant hi hi hi. Il ne reste plus qu'à te séparer des choses matérielles et tu deviendras un soldat accomplit totalement dévoué à ma personne mais surtout à notre divin seigneur Arès. Tu accompliras ton devoir hi hi hi et tu ne renonceras jamais à la bataille hi hi hi. Tu exécuteras mes ordres et ceux de notre maître hi hi hi. Maintenant délecte toi de la destruction de cette villa hi hi hi. Elle n'est plus digne de toi, plus digne d'un soldat, plus digne d'un Berseker, plus digne du maître d'arme du fléau, plus digne de Flafla hi hi hi. »

La jeune femme agita ses bras comme un chef d'orchestre utilisait sa baguette et d'immense pique de terre sortirent du sol pour venir perforer une première fois la maison. Les objets de terres volèrent dans le ciel et se percutèrent. La  force du choc les disloqua en plusieurs pics plus petits, à la manière d'un feu d'artifice, qui retombèrent aussi violemment sur la maison affaiblissant encore plus sa structure. La terre se mit ensuite à trembler et il fallut une dizaine de secondes pour que la maison s'écroule complètement sur elle même. Un immense nuage de poussière se créa alors, seuls témoins avec les gravats, de l'effondrement de ce qui fut jadis le foyer de Flagello. La jeune femme se dirigea ensuite vers la barrière et donna un puissant coup de pieds sur celle-ci. Elle vola alors en éclat  et la jeune femme disparu alors dans le sol. Ce fut un geste tout à fait gratuit et amusant. Elle réapparu en dessous de Flagello et lui saisit les chevilles. Avant de l’entraîner dans le sol pour l’emmener quelques rues plus loin, la patronne du maître d'arme, se permit de poser une requête qui promettait d'être fort divertissante. Son ton était joyeux et gai. Cette petite tuerie lui avait donné une pêche d'enfer. L'heure était maintenant au tourisme !

« Maintenant il faut que tu me fasse visiter la ville hi hi hi. Je suis sûre et certaine qu'il y a un tas d'endroit magnifique à voir ici ! Tu me fais une visite guidée Flafla ? A moins que tu ne sois trop triste d'avoir tout perdu bouhouhou et que tu veuilles déserter  hi hi hi. Si c'est le cas, je te traquerai et je te réserverai le même sort qu'eux hi hi hi. Alors tu veux bien être mon guide ou je dois aller m'en trouver un en ville hi hi hi ? Florence doit célébrer le retour du maître comme il se doit hi hi hi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 1 Aoû 2013 - 21:12

    Et voila, tout était fini, il ne restait plus personne, toutes les vies venaient de s’envoler. On pouvait seulement entendre, les gouttes de sangs qui coulaient encore un peu, donnant toujours plus d’ampleur aux nombreuses flaques.

    De plus il avait parfaitement prouvé sa valeur à sa supérieure qui maintenant et au vu de ses paroles ne semblaient plus douter de son obéissance. Car oui, elle était la seule voix qu’il écoutait, peut-être même plus que la voix de ses pensées. Oui, il en était certain même. Le berserker s’écarta ensuite, car Calamity allait tout détruire, bientôt ici il ne resterait plus rien, toute sa vie humaine allait être réduit en cendre.
    Cela l’amusait, énormément, la lady se mit à bouger, une danse qui symbolisait la fin, elle jouait avec ses mains qui exécutaient des gestes qui servaient à diriger la terre et le sol. Spectateur heureux, Flagello encouragea la patronne avec des cris, et des hourras. Tout partait, il ne restait plus rien du domaine, strictement rien.

    Lorsqu’elle termina, elle s’enfonça dans le sol avec sa technique, attrapa le maître d’arme qui sans pouvoir en placer une se retrouva sous-terre puis de ressortir dans l’une rues un peu plus loin. Croisant les bras, il écoutait attentif la demande de la lady, elle voulait visiter la ville. Il n’y avait pas vraiment de problème, et puis une bonne ballade ne pouvait pas faire de mal.

    -« A votre service maîtresse, allons-y… Nous allons suivre l’Arno. »

    En effet, les deux berserkers n’étaient pas loin, on pouvait même l’entendre couler… Prenant les devants, en sautillant, le jeune Flagello observa le ciel, comme si de rien n’était. Après tout il venait simplement d’accomplir son devoir. Rien de plus, rien de moins.
    En marchant le long du fleuve, ils croisaient des passants, certains affolés parcequ’ils venaient d’entendre, la rumeur de la tragédie enflait de plus en plus dans la cité Toscane, mais rien ne brisait la joie du jeune garçon.

    -« Là, nous avons une bibliothèque… Un peu plus loin le marché… »

    Tranquillement sans en faire plus, il traversait le fleuve en empruntant l’un des nombreux ponts. Il respira un grand coup. Il y avait de plus en plus de monde, ce qui était normal puisqu’ils s’approchaient du centre ville et de la grande place…

    -« Nous approchons du centre de la ville, avec une grande place… Et le palais. »

    Quelques secondes après, les voila arrivés dans la place, en pleine fête, la fin de soirée était sous le signe de la débauche… Il attendait de connaitre les premières réactions de la cheffe avant de poursuivre…
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Jeu 1 Aoû 2013 - 22:28

La ville était tout simplement magnifique. L'Arno donnait envie d'attraper des passants et de plonger leur tête sous l'eau pour voir lequel tiendrait le plus longtemps. Dans leur accoutrement, les Bersekers attiraient un peu l'intention mais celle qui récoltait le plus de regard était la Cardinale grâce à son petit singe malicieux mais aussi à son collier de mains squelettiques. Son bijou avait de quoi attirer le regard mais pas de quoi crier à la sorcellerie. Après tout, il y avait pas mal de gens étranges dans le coin et cela pouvait être une très belle imitation ou tout simplement quelqu'un qui cherchait à se faire remarquer ou qui venait faire une livraison pour un médecin. Ils arrivèrent finalement sur une place où des chants résonnaient et ou les dansaient ou se livraient à des choses moins distinguées. Il y avait une petite odeur facilement reconnaissable par sa particularité. Une boisson très prisée en Grèce comme en Italie : le vin rouge. La jeune femme se mit à applaudir en admirant un couple qui dansait de manière harmonieuse. A n'en pas douter il s'agissait d'un Lord et d'une Lady qui avaient apprit les bonnes manières. Ils étaient très plaisant à regarder mais la Bersekers avait elle aussi envie de se rincer le gosier.

La jeune femme se glissa derrière une table et vola deux gobelets en bois discrètement. Elle alla les remplir ensuite toujours en catimini à l'aide d'une louche attachée au rebord d'un gros tonneau. La jeune américaine tendit ensuite un pichet à son maître d'arme et elle trinqua avec lui en rigolant, se mêlant à la foule comme si elle avait toujours vécu à Florence. Le breuvage était sec mais agréable en bouche. Il manquait d'une petite touche de sucré pour être parfait mais elle n'allait pas s'en plaindre. C'était loin d'être la piquette. La jeune femme vida le reste d'une traite mais laissa tout de même un petit fond pour laisser Mister Monkey boire dedans. Le vin était une boisson succulente et agréable lorsqu'on fêtait une victoire. Quand on était de service ou hors du territoire, il fallait garder ses sens en alerte et ne pas les altérer par ce genre de substances. Un ennemi pouvait surgir à n'importe quel moment et avec lui l'envie de lui encastrer le crâne dans un mur. Il fallait donc être au top de sa forme pour mettre un maximum de chance de victoire de son côté. Les gens ici semblaient trop joyeux. Avec leur fête, ils n'avaient même pas entendus qu'une villa s'était effondrée en ville et qu'une famille avait été sauvagement abattue. Seul un œil averti découvrirait ce détails après une fouille minutieuse des débris de la villa ayant appartenu à la famille de Flagello.

« Hi hi hi Que veux tu faire pour passer le temps mon petit Flafla ? Faire la fête avec ces indigènes ? Semer le chaos et la destruction ?  Les tuer à petit feu ? Faire passer le tout pour une catastrophe naturelle  hi hi hi ? Ce serait amusant que le sol s'effondre sous leur pieds et qu'ils se retrouvent les quatre fer en l'air six pieds sous terre hi hi hi.  Tu es capable de faire des choses aussi belles Flafla ? Ton fléau ne possède t-il pas un grand pouvoir hi hi hi ? Des troupes de la Calamité tu es le numéro 2 ! Impressionne moi Flafla ! Je suis sûr que tu peux trouver une façon amusante des les trucider discrètement  ou  dans un grand tumulte hi hi hi. Sois le fléau que Florence attend depuis des siècles hi hi hi.»

La jeune femme s'installa sur le rebord d'un escalier et attendit sagement et dignement. Elle voulait voir ce qu'allait faire son serviteur. Il était créatif et avait anéanti sa famille. Florence devait connaître le même sœur afin que la ville toscane reconnaisse le retour du grand Arès. Il était temps que Firenze laisse partir son enfant qui avait bien grandit maintenant. Il était temps que la ville paye son tribu à Arès. Elle n'avait pas encore subit d'attaque jusqu'à maintenant ! Le tir allait être corrigé !
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Ven 2 Aoû 2013 - 18:53


    La ballade était tranquille, peut-être un peu trop, mais bon, Flagello n’avait pas à se plaindre, durant la promenade il ne cessait de se souvenir du massacre, c’était si agréable. Toute cette tromperie, ces regards incrédules, vraiment, tout cela était magnifique. Bref, ils étaient arrivés sur la grande place, là, ils s’arreterent pour boire un peu, du vin rouge d’Italie.
    Tout cela était délicieux ; cependant, le berserker n’était pas encore rassasié, il y avait tellement de monde ici qu’il y avait de quoi s’amuser. C’est pour cela que son visage s’illumina d’un large sourire lorsqu’il entendit sa patronne lui demander de tout faire exploser ici et de faire une nouvelle demonstration. Il termina son verre…

    -«  Oh oui Oh oui Maîtresse, je peux faire ça…. Ca va être amusannnnt…. Et puis je vais tester un nouveau sort. Esperons qu’il marche. »

    Calamity s’écarta pour s’assoir un peu plus loin, sur une marche, quant au maître d’arme, il observa un peu la place, l’air jovial. Personne ne pouvait se doutait qu’un tel individu pouvait être la cause d’une tragedie comme celle qui allai arriver dans très peu de temps.

    En effet, doucement il laissait son aura l’entourer, et soudain, il executa un mouvement du bras de haut en bas comme s’il allait donner un coup d’épée, là, un vent extrement fort se leva, frappa la foule, et tous tomberent au sol. Un rire frénétique, il se concentra encore plus et usa son fléau pour frapper encore, augmenta la puissance la tempete qui en plus était coupante, certains voyaient déjà leur chair s’ôter de leur peau. Le sol se craquela et plusieurs personnes tombaient dans les crevasses, en se fracassant le crâne.
    Flagello était prit d’une certaine folie, il se méla à la foule et s’amusa à étrangler, frapper, et même cracher sur les corps agonisants encore.

    -«  Oh toi tu n’es pas mort… Dommage, bon vas la-bas… »

    Le berserker l’attrapa par le col et le balança à quelques metres de sa patronne, et ainsi de suite fouillant les décombres il trouva cinq personnes qui étaient encore en vie…
    Les cinq il les envoya à quelques metres de la Lady pour un petit jeu…
    Lorsqu’il eut terminé sa fouille, il s’approcha, les yeux malsains, le sourire fou. Il se tenait au coté de sa supèrieur et il s’accroupit à coté d’elle sur la marche du dessous.

    -«  Patronne Patronne, ils sont encore cinq, ils ne sont pas mort, on fait un jeu, c’est vous qui dites qui meurt en premier et de quelle façon ! Alors Alors qui qui qui en premier… Regardez ils attendent de partir ils souffrent, ils crient. »

    Flagello tenait son épée, il était prêt à bondir lorsque la main de la cardinale designerait un premier corps, puis les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Sam 3 Aoû 2013 - 13:15

Flagello avait empilé les futures cadavres qui se trouvait à proximité de Calamity. Il y avait un vieil homme ventripotent doté d'une longue barbe brune. D'après ses vêtements, il devait faire partie de la haute société. Né avec une cuillère en argent dans la bouche, cet homme avait mérité son sort. S'il se mêlait à la populace, il devait être traité comme tel ! Deux jeunes hommes se trouvaient là également. L'un deux avait le  bras cassé mais rien de bien fâcheux. Ils n'étaient pas désagréable à regarder mais était somme toute assez commun. Dans une foule, ils ne seraient pas sortit du lot. Les deux derniers membres de ce petit club sélect n'était autre que deux femmes. L'une d'elle devait être à peine un peu plus âgée que le corps de la jeune américaine. L'autre approchait la quarantaine. Elles n'avaient pas la prestance de Lady mais portait tout de même des vêtements sortant du lot. Ce n'était pas des tissus travaillés par la fines fleurs des tisseurs florentins mais c'était bien éloigné des vêtements des deux hommes. A n'en pas douter, ces femmes devaient plus ou moins bien gagner ou être bien entretenues. Les deux femmes devaient être soit les épouses d'hommes importants ou ce que l'on appelait plus communément des filles de joie. Flagello attendait que sa maîtresse lui désigne l'une des cibles mais la Berseker n'en fit rien. Elle enfonça sa main dans le sol comme s'il s'agissait d'eau et elle en sortit un long couteau en pierre. La Cardinale s'approcha du gros homme et commença à enfoncer la lame dans sa chair à la manière d'un boucher cherchant à enlever un morceau particulier d'une grosse pièce de viande.

« Tu veux garder tout pour toi Flafla ! Tu deviens trop gourmand hi hi hi. Si tu continues dans cette voie, je devrai refroidir tes ardeurs hi hi hi. Il faut savoir savourer l'instant présent Flafla hi hi hi. Ils ne sont pas tous bon à tuer voyons hi hi hi. Regarde celui-ci, je vais m'en charger parce que je n'aime vraiment pas sa tête. Regarde le ! Il s'habille comme un Lord mais se livre à la débauche avec la populace. C'est un faux Lord ! Alors c'est moi qui m'en occupe hi hi hi ! N'aie pas peur, j'en garde quelques un pour toi hi hi hi. »

La jeune américaine avait été obligée de plaquer l'homme sur le sol à la seule force de sa jambe pour pouvoir continuer à travailler en toute tranquillité. A la fin de sa phrase, elle lâcha le couteau et plongea la main sous la peau de l'homme pour extraire sa colonne vertébrale et la briser net. D'un geste calme elle jeta l'assemblage d'os sur le sol tout en souriant. Cet homme lui avait fait penser à gros cochon et il devait mourir comme un porc. C'était pour cela que la Cardinale avait effectué le travail digne d'un boucher sur cet animal. Il allait mourir dans quelques secondes, pas besoin de l'achever. Il allait souffrir le martyre et s'éteindre seul en savourant le mal qu'elle lui avait infligé. La Lady des Calamités releva ensuite les deux femmes et les observa calmement. Elles n'étaient pas blessées grandement. Quelques égratignures, coupures et de la poussière. Pas de quoi fouetter un chat. Les deux étaient jolies. La jeune possédait les atouts de la jeunesse, le teint mât, trop mât pour être originaire de ce coin du monde. La plus âgées semblaient plus sévère et plus austère tout en restant agréable au regard. La Cardinale posa un doigt sur une puis sur l'autre. Elle se cacha les yeux et tourna en rond plusieurs fois sur elle même. Lorsqu'elle s'arrêta, son doigt pointait la vieille. La voix de la Berseker s'éleva alors avec entrain.

« Tue celle là ! Je garde l'autre pour moi ! On manque d'esclave dans ma Fosse hi hi hi. Celle-ci sera parfaite pour le rôle ! Une seule c'est suffisant hi hi hi. Je n'aime pas avoir des esclaves qui viennent tous du même endroits. J'aime la diversité Flafla hi hi hi. Fais ce que tu veux de cette femme et choisi un des deux hommes qui restent.Le survivant sera notre messager hi hi hi. Il ira annoncer à Florence que le grand et divin seigneur Arès est de retour et que cette ville doit lui jurer allégeance si elle ne veut pas connaître un sort similaire à Sodome et Gomorrhe hi hi hi. Je t'interdis de toucher à notre esclave hi hi hi sinon tu auras à faire à moi hi hi hi. »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Dim 4 Aoû 2013 - 21:11

    Flagello était en place, accroupit, prêt à attaquer… Oui quoi, ils ne voulaient pas disparaitre, alors autant le faire en sorte de jeu. Mais apparemment la patronne voulait également s’amuser, son intervention était la plus grand épreuve, elle venait en plus de faire apparaitre une lame de terre. Et lorsqu’elle prit la parole, le jeune garçon fit une moue boudeuse. Oui je sais, mais c’est mon retour, c’est ma fête quand même. Enfin bref, passons, de toute façon il ne pouvait plus y faire grand-chose. Alors il se contenta d’observer Calamity faire son œuvre sur les corps, un le pauvre était une sorte de cobaye puisque la cardinale était en train de se prendre pour une bouchère.

    Le berserker du fléau restait immobile, il ne fit rien, admirant simplement sa maitresse, elle était plutôt doué dans ce rôle, elle faisait tout ça avec beaucoup d’ardeur, bon le seul bémol était peut-être les consignes d’hygiènes, cependant on ne pouvait pas dire qu’ils étaient dans une salle avec tout le matériel adéquat pour ce genre de pratique.

    Fagello était tranquille, il ne voulait plus bouger, il boudait, et son prochain mouvement n’aurait lieu que lorsque sa patronne lui désignerait sa victime. Comme prévu ! Cela n’allait pas tarder puisque après avoir joué, la supérieure regarda les deux femmes, puis fermant les yeux elle exécuta des ronds sur elle et désigna l’une des deux…
    Là, la joie, un grand sourire, et même pas une seconde après les paroles de Calamity lui disant de tuer celle là, il était déjà en l’air son épée en main qui s’enfonça ensuite dans le cœur de la patiente qui attendait la délivrance, puis comme un fou, il planta la lame dans diverse partie du tronc de la dame.

    -« On a bientôt fini, on a bientôt fini…. Après c’est à l’autre… Vous avez bien raison, il faut de la diversité… Bon, celle là il y a plus rien, elle a un sang bien rouge tout de même. »

    Lorsqu’il se leva pour s’approcher de l’un des deux hommes, on put voir l’état du corps de la femme, pire qu’un gruyère.
    Mais passons, se frottant le menton, il réfléchissait au sort de celui là. Il attrapa un caillou, et le jeta fort sur le front de l’agonisant qui poussa un petit cri, Flagello se mit à rire en lui mettant une terrible claque.

    -« Aller c’est l’heure de dormir il ne faut plus faire de bruit. Tu vas réveiller tous le monde… Ce n’est pas bien. »

    Le fléau attrapa sa proie par le poignet et l’envoya dans les airs, puis donna un coup dans le vent avec son fléau qui fit se lever un tourbillon tranchant qui heurta l’homme qui retombait totalement déchiqueté.

    -« Et voila cheffe ! Alors Alors, dites moi, je suis un brave soldat hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Dim 4 Aoû 2013 - 22:39

« Oui tu es un brave soldat Flagello. Un soldat obéissant et qui sait se tenir hi hi hi. Comme tu as été sage tu pourras toi aussi rentrer avec un souvenir. Tu feras ce que tu veux avec ton jouet. Il pourra te servir à décorer ta chambre ou à jouer avec hi hi hi. C'est toi qui choisit. Il ne nous reste plus que deux petites choses à faire avant. En piste petit messager  hi hi hi hi. »

La jeune femme se dirigea vers le dernier homme vivant et le souleva comme s'il s'agissait d'une feuille de papier. Elle le remit sur ses jambes et constat que son épaule était déboîtée. Avec un rire espiègle, l'américaine lui remit en place. Un horrible cri de douleur sortit de la bouche du futur messager. Son visage était couvert de sang et ses hurlement lui donnait l'air d'un fou. Pour le calmer la Bersekers lui donna une puissante gifle presque assez forte pour lui décrocher la mâchoire. L'homme se tût aussi vite que la baffe avait été décochée. La Cardinale reprit  son couteau de roche et le mit sous la gorge du messager. Avait ce qu'elle avait déjà fait sous ses yeux, le menacé savait que la reine des calamités était prête à tout. La jeune femme se tourna ensuite vers Flagello tout en tirant les cheveux de la personne qu'il avait épargné. D'une voix parfaitement calme et détendue la propriétaire de la Fosse des Calamités s'adressa à son maître d'arme afin de lui donner ses instructions.

« Flafla essaye de trouver un tonneau de vin en bon état veux tu ! Vide le si nécessaire et pas dans ton gosier petit coquin hi hi hi ! Je ne tiens pas à me promener dans ce quartier avec un ivrogne hi hi hi. Les rues de Florence ne sont plus très sûres de nos jours hi hi hi. Une fois que tu l'as vidé, je veux que tu saignes des corps et que tu le remplisses de quelques litres hi hi hi. Ensuite trouves moi  une tête pleine de cheveux ou un pinceau hi hi hi. Ce que tu préfères ! Ensuite revient me voir. Je vais confier une mission à ce jeune chanceux hi hi hi ! Va Flafla ! Mister Monkey va te surveiller ! »

Le primate sauta sur l'épaule de Flafla et la Cardinale traîna l'homme hors de la place. Elle s'éloigna   de quelques rues pour le déconcerté un peu puis elle le plaqua contre un mur en mettant sa lame sous sa gorge. Elle lui intima d'un regard de se taire puis elle soupira. Il était temps de lui donner ses ordres et de le baffer encore à plusieurs reprises pour être sûr qu'il suivent bien les instructions. Son rôle était cruciale et particulier ! Elle avait eut plusieurs messager lors de son escapade à Londres mais ici, elle préférait ne s'en créer qu'un. Pour une raison de facilité et de pratique. Elle maîtrisait moins bien la langue italienne qu'anglaise ce qui expliquait pourquoi la Lady ne voulait pas avoir trop d'oreilles à remplir.

« Tu vas annoncer à ta stupide petite ville que le grand Arès et son armée de Bersekers sont de retour dans ce monde et que Florence doit prêter allégeance à notre puissant maître sinon je réduirai cette endroit en cendres hi hi hi. Alors file prévenir les dirigeants et les Lord de cette ville. Dis leur que Calamity t'envoie propager la bonne parole. Dis leur d'ériger un temple en l'honneur de mon maître hi hi hi et de lui vouer un culte ! Honorer le comme il se doit et notre armée protégera cette ville de ses ennemis hi hi hi. Allez pars hi hi hi ! Court petit messager et n'essaye pas de te défiler ou je te retrouverai hi hi hi. »

La jeune femme donna un coup de pied au cul au messager puis elle repartit sur ce qui avait été jadis une place tout en sautillant. Ce genre de chose lui mettait toujours du baume au cœur. Il allait maintenant falloir attendre que Flala ait terminé. Elle ne mit pas longtemps à le retrouver entrain de s'acquitter de sa tache. Il avait l'air appliqué et Mister Monkey le surveillait de son œil inquisiteur. Ce petit singe était vraiment surprenant et l'animal parfait pour sa maîtresse. D'une voie excitée, la Cardinale s'adressa à son maître d'arme du fléau pour lui donner ses futures directives.

« Il faut que tu me conduises jusqu'à l'hôtel de ville hi hi hi. Si le messager ne fait pas bien son travail, nous laisseront au moins l'emblème de notre maître en guise de message hi hi hi. On fait les choses bien Flafla ! Nous sommes l'élite des armées de notre maître hi hi hi ! » 
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 5 Aoû 2013 - 19:18

    -« D’accord, je vais vous trouver ça cheffe… Il y a une taverne tout prés. J’y vais ! »

    Sautillant, il caressa la tête du petit singe, à vrai dire il commençait à le trouver plutôt sympathique…

    -« Hein, on va trouver tout ça Mister M. C’est partiiiii, à plus tard my lady. »

    Puis il disparu au milieu du champ de ruine pour se rendre dans une taverne, là, il ouvrit la porte dans un claquement qui obligea tous les clients à tourner leur tête vers lui. Il se mit à sourire, puis fit un geste théâtral pour signaler toute la salle, et hurla…

    -« Serveuse, un tonneau de vin, et un bon, et que tous le monde se régale, c’est moi qui offre ! »

    Mister Monkey s’installa sur le bar, les clients étaient tous heureux, et tapaient les tables, en réclamant le tonneau. Flagello était content également, il observait les ivrognes, inconscients, ne sachant pas ce qui allait leur arriver. Car oui, se frottant le menton avec son pouce en cherchant des « pinceaux ».
    Il serait bon d’accueillir la cheffe avec plusieurs choix. Le regard s’illumina alors que la serveuse arriva avec le tonneau que tous vidèrent à une allure folle. Flagello dansait et s’approcha du singe, il l’attrapa par la main et le fit danser.

    -« Ils sont tous ivres… Les pauvres, ils iront en enfer heureux… On est trop gentils hein hein Mister… Espérons que tout cela plaise à notre maîtresse… »

    Le tonneau vide, Flagello, l’écarta un peu et le posa près de la porte. Puis il croisa les bras en regardant toutes ces personnes complètement pris dans la débauche. Il sortit alors le fléau de son fourreau, et se lécha les lèvres. Il lâcha la main du singe, en lui demandant de garder le tonneau.
    Là, il donna un violent coup de fléau sur les deux ivrognes devant lui… Ils venaient de perdre leurs têtes. Là, le berseker grimpa sur le bar et attrapa les deux par les jambes, le sang coulait dans le tonneau et se remplissait petit à petit. Cependant ils n’avaient pas suffit, pour la peine il ouvrit une trappe, et balança les deux corps.
    Il usa le même stratagème sur l’homme le plus corpulent, celui là termina de remplir le tonneau.

    -« Oups la patronne ne va pas tarder et je traine, il faut se dépêcher, vite vite, dommage je ne vais pas avoir le temps de m’amuser… »

    Alors qu’une légère panique s’installa, et que l’ivresse rendait flou la réalité de l’instant, les clients avaient du mal à saisir, et ne devait pas savoir qu’ils venaient de perdre leur tête, car le maître d’arme, à une vitesse folle, donna des coups de fléau qui trancha les débauchés. Ensuite, idem, il nettoya le sol de tous les clients sans têtes, passa un coup de balai, et pour finir posa les têtes sur el comptoir, parfaitement aligné, ainsi la cardinale pouvait faire son choix.
    Se frottant le front, il prit la parole alors que sa patronne venait de les rejoindre.

    -« Il y a la une belle gamme de pinceau patronne. Quant à l’hôtel de ville nous ne sommes pas bien loin…. Et le tonneau est là, parfaitement rempli. »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Lun 5 Aoû 2013 - 20:19

La jeune femme pénétra dans la taverne et aperçut immédiatement que Flagello s'était acquitté de sa tache. La Cardinale applaudit calmement et son petit singe lui sauta dessus heureux de retrouver sa maîtresse. Elle lui tapota la tête gentiment puis souleva le tonneau pour le sortir du débit de boisson. Elle le portait à bout de bras comme s'il s'agissait  d'une charge légère. Elle déposa ensuite le contenant sur le sol. La Berseker traîna ensuite Flagello, son eslcave et les pinceaux dehors puis elle descendit sous terre et laissa ses bras sortir pour enfoncer le tonneau dans le sol jusqu’à moitié. Elle voyagea ainsi en suivant les indications de son maître d'arme jusqu'à arriver devant l'hôtel de ville. Une fois sur place, elle remonta le tonneau et Flagello avec ses pinceaux.  Il n' y avait personne à cette heure devant le bâtiment ce qui était assez dommage. La jeune femme avait pensé qu'elle aurait au moins un petit comité d’accueil. Le dirigeant de la ville ne devait de toute manière pas se trouver dans le bâtiment mais dans son lit chez lui. Il fallait donc que le messager arrive jusqu'à lui pour le prévenir. Il était lent cet idiot. Peut-être aurait-elle dût le suivre en le fouettant jusqu'à ce qu'elle soit sûre qu'il s'acquitte de sa tache. Il allait le faire elle en était sûr. Les hommes accordaient trop d'importances à leur misérable vie. Celui-ci n'y faisait pas exception et allait tout faire pour la préserver même s'il devait le faire à allure modérée.  La Cardinale soupira et prit un pinceau hors des mains de son disciple. Elle se mit à rire et trempa les cheveux d'une tête dans le sang. Elle laissa dégouliner le joli liquide rouge sur le sol pour expliquer à Flagello ce qu'il devait faire.

«Prend un pinceau et occupe toi de la face de l'hôtel de ville. Dessine le sigle de notre armée et écrit le nom de notre maître dans ta langue mais aussi en grec sur tout le bâtiment hi hi hi hi. Je m'occupe moi même de recouvrir le sol de joli graffiti. Florence doit savoir que nous sommes de retour et que nous ne plaisantons pas hi hi hi! Nous devons signer nos actes sinon ils ne comprendront pas hi hi hi. Ton frère était peintre, Flafla. Tu dois bien avoir quelques points communs avec lui hi hi hi. »

La jeune femme commença à rigoler et peignit en grand devant le bâtiment le sigle des Berseker Elle  continua ensuite en traçant un grand Arès sur le sol. Sa surface de travail n'était pas aussi difficilement praticable que celle du maître d'arme, c'est pourquoi elle s'amusa aussi à dessiner quelques autres dessins et quelques autres « Arès » sur les murs des bâtiments avoisinants. C'était plutôt amusant et divertissant comme boulot. La Lady avait toujours eut un côté artiste et elle se retrouvait bien dans la peinture. C'était amusant et particulièrement divertissant. Lorsqu'elle eut fini, elle s'approcha d'une statue et d'un coup de poing, elle en fit voler la tête. Elle posa ensuite son pinceau à la place qu'avait précédemment occupée la partie dégagée de l’œuvre d'art. La sculpture devenait ainsi plus vivante et naturelle. Mister Monkey semblait approuver. Le petit singe s'était frotté sur les tâches de sang laissée sur le sol et il avait des petites parties de son pelage coloré de rouge. Le primate était vraiment incorrigible. Il allait falloir se battre avec pour lui donner un bain. La Cardinale l'aurait sûrement par la ruse mais ce n'était pas son soucis prioritaire pour l'heure. Le maître d'arme avait bien travaillé. Il fallait le récompenser en lui donnant un peu de liberté. D'une voix excitée la Lady parla à son serviteur et à son esclave.

« Vous avez bien travaillé tous les deux. Je vous donne quartier libre hi hi hi. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez sauf bien sûr être affranchie ma chère hi hi hi et toi Flafla tu ne peux pas toucher à mon esclave hi hi hi ! Alors qu'avez vous envie de faire ? Que veux tu détruire Flafla? »
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 6 Aoû 2013 - 21:32

    Calamity s’empara du tonneau, et ensemble, ils allaient à l’hôtel de ville. Flagello l’observa, un air fier, surtout lorsque la patronne lui demanda de prendre un pinceau et de peindre l’une des façades.

    -« Tout de suite, oh je ne sais pas si j’ai le même niveau que mon frère, mais de toute façon à la minute présente je suis un meilleur peintre que lui c’est certain. »

    Il trempa le pinceau dans le tonneau de sang, et se dirigea vers la façade, il commença avec minutie à dessiner le sigle de l’armée d’Arès, ainsi que le nom du dieu de la guerre, et cela aussi dans sa langue natale. Le Maître d’arme s’exécuta avec le plus grand soin, il faisait ca bien, même très bien. Il dût même aller chercher encore un peu de peinture pour les finitions.

    -« Fini ! »

    Heureux de son œuvre, Flagello retrouva sa Maîtresse et se mit à applaudir tout en rigolant.

    -« C’est génial, quel talent ! »

    La Cardinale laissa ensuite les deux personnes libres un instant, quant à Flagello il croisa les bras, à vrai dire il ne savait pas trop quoi répondre. La nuit commençait d’ailleurs à tomber, tout en s’étirant, le maître d’arme s’installa sur une marche, et admira l’hôtel de ville parfaitement peint, maintenant tous savaient que Arès était de retour, et qu’il fallait l’adorer ici.
    Il profita de ce moment de calme pour se recoiffer, tout en réfléchissant. Le jeune berserker rangea son fléau, et s’allongea.

    -« Euuuh je ne sais cheffe… Après tout c’est vous la cheffe… »

    D’un coup il se leva, et se mit au garde à vous devant la supérieure le tout dans des gestes théâtrales et amusés. Il était à présent immobile, comme une statue, l’air satisfait et sérieux, le regard droit vers l’horizon.

    -« Patronne ! La ville de Florence est désormais sous notre contrôle… Nous avons réussi… »

    Le berserker se tût, toujours aussi froid, et neutre dans son rôle de simple soldat, il n’y avait plus qu’à attendre les instructions de la patronne.
    -« C’est vous qui décidez de la suite cheffe ! Nous obéirons cheffe ! »
    Il esquissa un petit sourire, sans pour autant esquisser un geste… Le berserker s’amusait, et attendait la suite avec une certaine impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   Mar 6 Aoû 2013 - 22:23

Flagello avait le pouvoir décisionnel d'une moule grabataire ce qui faisait de lui un être peu intéressant sur le plan de la personnalité mais un bon toutou et bon soldat. Calamity était une Cardinale et c'était à elle de prendre les grandes décisions mais de temps en temps, elle appréciait de déléguer cette tâche à d'autre lorsqu'il s'agissait de choix futiles. Néanmoins, on ne pouvait pas compter sur Flafla pour ce genre de chose. La jeune femme soupira et balança son poing en plein dans la face du Maître d'arme pour signifier qu'elle n'était pas contente. Pas besoin d'explication pour le moment. S'il ne savait pas ce qu'il avait à se reprocher, il finirait bien par l'apprendre avec le temps. Il avait été élevé dans une bonne famille et semblait posséder une certaine dose d'intelligence. Il y avait plus de lueur de présence de matière grise dans ses yeux qu'il n'y en aurait jamais en cent années dans ceux de Tatsou du Pégase noir. Elle attendit que Mister Mokey cesse de crier d'excitation et que son serviteur vérifie bien que ses mâchoires étaient toujours bien fixées au reste de son corps avant de prendre la parole sur un ton exaspéré. La Cardinale mit ses mains sur ses hanches avant de lever le doigt comme une mère fâchée sur son petit garçon. L'enfant étant dans cette situation, le florentin.

« Flafla ! Si je te demande de me dire ce que tu veux faire ! Tu dois me le dire ! Sinon tu n'es pas un bon soldat ! Encore une erreur comme cela hi hi hi et je t'enlève ton rang de maître d'arme et je demande au divin Arès de reprendre ton armure hi hi hi. Je t'en refilerai alors une noire et tu seras le larbin de Tatsou hi hi hi. C'est assez dégradant  où tu désires que j'aille plus loin hi hi hi ? Tu n'as qu'à demander hi hi hi. Je me ferai un plaisir d'exaucer ton souhait hi hi hi. »

Le traitement réservé à Flagello semblait faire son petit effet car l'esclave bredouilla qu'elle avait envie de se venger d'un de ses clients qui la payait bien mais la brutalisait. C'était un homme qui vivait non loin d'après ses dires. La pauvre esclave n'avait pas la force ni la puissance pour remplir cette tâche. La Cardinale la prit alors dans ses bras et la serra comme une mère protectrice. Le geste était si tendre que la femme au teint mât en était toute retournée. Elle s'était attendu à tout, à prendre des coups, à mourir mais pas à ça. Décidément, Calamity arrivait toujours à surprendre son public. Elle souleva alors la jeune femme comme un sac de patate et toisa Flafla du regard. La femme se débattit au début puis elle arrêta quand elle comprit que la Lady ne comptait pas lui faire de mal. Un traumatisme conjugué à un sentiment d'impuissance faisait sûrement passer l'envie aux gens de jouer les héros.

« Viens Flafla, mon esclave va nous montrer où habite ce charmant monsieur hi hi hi. Toi qui ne savait pas quoi faire, tu vas avoir de quoi t'occuper hi hi hi. Allez viens, passons par les toits des maisons ce sera plus simple pour elle de nous diriger de cette manière hi hi hi. Ce n'est pas encore une Lady habituée à voyager sous terre comme moi hi hi hi. Tu vas pouvoir rendre justice pour une belle hi hi hi. Comme c'est romantique hi hi hi. Dommage que Mister Griffon ne soit pas là, il se serait sûrement bien amusé lui aussi hi hi hi. »

La jeune femme bondit sur le toit de la maison qui se trouvait la plus proche d'elle et elle commença à courir en écoutant les indications de son esclave. Après cinq bonnes minutes de marche, la Lady des calamités bondit devant la maison du méchant client. Au même moment, des soldats de la ville déboulèrent dans la rue. Apparemment, ils avaient déjà reçu le signalement des deux fauteurs de troubles car il mettait déjà en joue Calamity. La Berseker poussa son esclave contre le mur d'un bâtiment pour lui éviter d'être dans leur ligne de mire puis elle s'adressa à son maître d'arme afin de lui donner des ordres.

« Flagello, prend Mister Monkey avec toi et va tuer cet immonde porc qui a fait du mal à mon esclave. Je m'occupe de la cavalerie hi hi hi. Ils vont regretter de s'en prendre à la plus grande armée qui soit. Je vais leur montrer la puissance d'Arès. Ils seront les témoins de notre supériorité hi hi hi. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toscane, Florence : Tous cannent en Toscane [Pv Calamity - Flagello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» GP de Toscane ======> Ginanni (Androni)
» LA TOSCANE
» Joyeux noel à tous!
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-