Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Le Retour du Roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Le Retour du Roi   Sam 8 Déc 2012 - 11:10



Je l’avais senti. Notre élite n’existait plus. Nous n’étions plus qu’une poignée à être resté. Notre peuple de l’ombre savait bel et bien qu’il quitterait cet enfer sombre et obscur pour un monde meilleur. Les plus vaillants guerriers se préparaient au départ, les femmes et les enfants espéraient le retour de nos seigneurs. Quant à nous, la Caste des Protecteurs, nous serons encore et toujours présent. Jusqu’à ce que je ne nomme un Prêtre qui me remplacera, je ne quitterais pas cet endroit. Nous n’étions plus que quatre. Telle avait été la décision de notre Seigneur: notre peuple quitterait définitivement le Domaine du Cronos Laburinthos. Et nous avec. Mais nous avions encore un dernier devoir à faire.


Ce fut Elmina qui m’avertit du retour de notre Roi. Nous avions appris que notre Roi avait affronté Zeus, avait péri et avait été condamné au Tartare. Nous attendions son retour: nous savions qu’il aurait besoin de notre force et de notre pouvoir pour se soigner. Nous l’avions trouvé faible, pire que la dernière fois. Que soit loué le courage de notre grand roi qui eu le courage d’affronter les pires sévices du Tartare. Il était allongé le sol, le respiration imperceptiblement existante. Il était couvert de brûlures, les flammes du tartare avaient du le faire souffrir à un point qu’il n’avait jamais connu. En compagnie de Styrithos, nous nous empressâmes de le prendre par les bras et de le soulever pour l’asseoir sur son trône. Kyla dressait déjà, avec application, un cercle de guérison et de protection. Il était si faible dans nos bras, nous étions à la fois réjoui et inquiet. Le maître était vivant mais dans quel état ?


Une fois assis confortablement sur son trône, nous nous plaçâmes aux quatre coins du cercle d’invocation et entreprîmes d’intensifier notre cosmo énergie. C’est tout ce que nous pouvions faire. La Caste des Protecteurs ne pouvait qu’établir le début du soin divin. Pour le reste, il appartiendrait à notre Roi de se régénérer seul. Mon Seigneur avait les yeux, malgré tout ouvert. Il semblait confus, je ne lui connaissais pas ce regard. C’était un mélange de colère et d’impassibilité. C’est alors que…







On le soignait, on le prenait dans ses bras, on l’asse Ils étaient encore là. Toujours là. Quand allaient-ils partir ? Ne comprenaient-ils pas que leurs présences étaient révolues ? Pourquoi son peuple était-il toujours là ? Il s’abandonnait dans les bras de ses protecteurs et il sentait le flux d’aura de ses derniers prêtres se répandre dans son corps. Lentement, il se concentra pour se soigner. Ils ne pouvaient rien faire d’autre de tout façon. Son corps était meurtri et son esprit ancien était sur la pente dangereuse de l’anéantissement. Au bout du compte, ce serait si simple de s’abandonner et de disparaître une bonne fois pour toute. Pure hérésie ! Il avait encore beaucoup de chose à faire en ce monde. Mais pour le moment, il devait se soigner et reprendre des forces. Il se vengerait, c’était une chose assurée. Personne n’y échapperait. Arès et Zeus pouvait trembler. Il avait fait preuve d’une certaine clémence envers son fils. C’était fini. Il s’était montré faible envers le Dieu de la Guerre. C’était fini. Maintenant, ils allaient devoir payer. Et une chose était certaine: Cronos ne comptait pas leur offrir une punition simple et rapide. Bien au contraire, ce serait long et compliqué. Son regard avait la couleur du rouge vif: il était furieux. Il respirait avec difficultés et son rythme était saccadé à cause de sa fureur et de la douleur. Pour autant, était-ce vraiment la bonne solution ? À bien y réfléchir, non. Il devait prendre son temps, se calmer et réfléchir calmement. Il devait rester maître de lui-même. Il avait l’obligation de ne pas sombrer dans la folie vengeresse. Lentement, la rougeur de son regard s’éteignit puis il disparut. Progressivement, sa respiration prit un rythme lent et calme. Sa colère disparut lentement. Il reprenait la maîtrise de son corps et de son esprit. Aidé par ses quatre derniers prêtres, il reprenait force et maîtrise. Ça lui prendrait beaucoup de temps de récupérer toutes ses forces. Et, il avait une autre idée en tête. Pour cela, il devait être seul. Pendant un long moment.


Ce n’était pas parce qu’il était au gouffre de la mort et qu’il commençait à peine sa résurrection qu’il n’était pas maître de ses propres pouvoirs. Comme un test, il ferma les yeux et entreprit de lire le passé. Plus exactement, il voulait savoir ce qui s’était passé avec sa famille pendant son absence. Il fallait faire les choses calmement et patiemment. Il était inutile de forcer: de toute façon, il allait savoir tout ce qui s’était passé en son absence. Et peut être plus encore. Lentement, il développa son aura ancienne: elle lui permettait d’accéder à la maîtrise du flot. Ils se trouvaient à Delphes. Japet et Phoebé avaient pris les commandes. C’était une bonne chose. Il remarqua même la colère et la tristesse de son jeune élève. Comme à son habitude, Tatsou se laissait submerger par ses émotions. Il ne réfléchissait jamais aux conséquences. Mais son pouvoir grandissait rapidement. Comme il l’avait prévu… Ils évoquèrent même des alliances…Intéressant…


« Prêtre…Rends toi à Delphes… Entends mon dernier ordre avant que je ne prenne un repos bien mérité. Tu confirmeras le nouveau rôle de Japet et de Phoebé. En mon absence, ils seront Roi et Reine des Titans. Ils agiront comme bon leur semble pour le bien de notre famille. Le destin de notre famille est entre leurs mains. Tu préciseras bien, en mon nom, que la pénitence de Japet ne fait que commencer et ne s’achève que lorsque je l’aurais décidé. Qu’il sache bien que je l’observe avec la plus grande des attentions du monde. Ordonne à Coeos de dispenser son intelligence et sa sagesse pour le bien de notre famille. Commande à Phoebé de se montrer froide et calme en toute circonstance. Que Tatsou sache bel et bien que sa jeunesse n’excuse pas son manque de clairvoyance. Il doit grandir. Que Prométhée et Typhon obéissent aux nouveau roi. Enfin, Thétys ne doit point s’inquiéter. En fait… Que personne ne s’inquiète… Je suis de retour… » Déclara-t-il alors qu’il laissa ses derniers Prêtres le soigner.


« S’ils désirent s’entretenir avec moi, ils le peuvent. S’ils ont besoin de mon aide, ils l’auront toujours. J’ai affronté Zeus pour sauver mon frère. Je suis mort pour lui. J’ai connu l’Enfer des Dieux pour lui. Et si c’était à refaire… Je le referais… je n’ai aucun regret. Car tout ce qui compte le plus maintenant, ce sont tous les membres de notre grande famille. Maintenant, va…Prêtre… » Conclut-il alors qu’il ferma les yeux alors que son aura divine continuait de flotter dans sa propre demeure.









Mon Roi prit la parole et m’ordonna de me rendre à Delphes. Je ne pouvais y aller car je briserais le cercle d’invocation. C’est alors que des servantes apparurent dans la salle du trône. Sans mon accord, elles entreprirent de soigner les blessures de notre Roi. Au moins l’une d’elle avait la compétence pour me remplacer. Je la hélais et lui ordonnais de me remplacer. J’avais un ordre de mission et je comptais bien remplir mon devoir. Lorsque ce serait fait, alors, je reprendrais ma place.


« Que mon Roi soit apaisé. Je vais lui transmettre ses royales paroles au membre de notre divine famille. Si vous voulez bien m’excuser… » Annonça le Prêtre alors que je me laissais remplacer par une des servantes.


Je devais me hâter de remplir ma mission. Je quittais le temple en direction de Delphes, porteur des derniers ordres de mon maître.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mar 11 Déc 2012 - 19:42





C’est fort de mon succès que je revenais auprès de mon maître. J’avais rempli ma mission et je pouvais me dresser fièrement devant lui. Le cercle de guérison était achevé et il permettait à mon Roi de se soigner lentement mais sûrement. Mes trois autres confrères n’avaient plus besoin de le maintenir. Maintenant, les servantes du Domaine s’affairaient à panser ses blessures et à utiliser leurs pouvoirs pour remédier aux brûlures qui parsemaient le corps de notre Roi. Nous étions tous les quatre face à lui, nous attendions sa réponse.


«  Seigneur Cronos, c’est avec un grand plaisir que j’ai averti votre famille de votre retour et que je leur ai donné vos dernières instructions. Nous sommes à votre disposition. » Déclarais-je d’une voix soigneusement polie et courtoise.


Celui-ci nous regardait impassiblement. Nous savions que notre rôle était achevé. Nous étions persuadé que notre majesté nous ordonnerait  de quitter ce domaine pour aller vivre ailleurs. Nous aurions bien voulu continuer de vivre auprès de nos rois et de reines. Mais notre Altesse avait déjà pris sa décision. Nous savions que nous pourrions vivre dans un monde inondé de lumière avec nos familles: nous ne serions plus jamais des guerriers, ni des prêtres. Mais des hommes comme les autres, vivant, profitant de chaque moment de notre existence et trouvant, un jour, un repos bien mérité.








« C’est une bonne chose Prêtre… Maintenant, tu peux préparer tes affaires et t’apprêter à quitter le Domaine des Titans. Vous avez toutes et tous été de bons et loyaux sujets. Maintenant, vous avez largement mérité de vivre votre propre vie. Je m’arrangerais pour que quelqu’un vous escorte vers votre nouvelle terre.
Allez en paix… »
Annonça Cronos qui leur fit signe de quitter la pièce en leur offrant son plus sincère chaleureux sourire.


Cronos laissait les servantes continuer de panser ses blessures. En vérité, tout disparaîtrait avec l’aide de son cosmos. Mais il appréciait leurs aides. Il ne disait rien et se laissait faire sagement. Pour l’heure, il avait autre chose à faire. Il profiterait du temps de sa rémission pour lire dans le Flot et savoir tout ce qu’il désirait.  Cela lui permettrait de connaître les évènements qui se sont déroulés juste après sa mort. Lorsqu’il serait guéri, il connaîtrait les évènements qui se sont déroulés et il pourrait se préparer. Pour cela, il devait être seul. Lorsque les servantes eurent finies leurs besognes, Cronos les renvoya d’un simple geste de la main en les remerciant d’un simple hochement de la tête.

Maintenant qu’il était seul dans cette grande pièce vide, il pouvait s’adonner à son petit jeu préférée: connaître le passé, chercher le présent et deviner le futur. Il allait s’attaquer à chaque domaine. Méticuleusement, soigneusement, il fouillerait dans le Flot pour connaître toutes les réponses qu’il souhaite. Ce n’était pas vraiment un plaisir mais un moyen de ne pas être pris au dépourvu. Lentement, il intensifia sa cosmo énergie et eut accès à la Connaissance du Flot. C’étaient comme des milliers d’images et de situations qui se déversaient devant lui. Comme à son habitude, il observait avec attention ce qu’il désirait. D’abord sa propre famille.  Il n’y avait pas vraiment de quoi s’inquiéter: Japet et Phœbé se chargerait de la situation. Ils avaient hâte de rentrer. Quant à Tatsou, il demeurait égal à lui-même. Cet humain était une véritable pile électrique, il parlait et agissait avec son cœur sans e soucier des conséquences. Un jour, il posséderait une certaine sagesse. Un jour… Peut être…


Puis, il décida de se concentrer sur le sanctuaire. Il suivit tous les évènements, s’intéressant à l’évolution des traîtres d’Arès et à la naissance d’Athéna dans le corps d’Orion. Le Combat de celui-ci contre Kazuki était fort intéressant. Cronos sourit. Un acte, des conséquences. Est-ce que cela le servirait ? C’était une idée parmi tant d’autres dans son esprit. Thanatos était venu se venger des Chevaliers d’Or qui avaient détruit le Cocyte. Intéressant… le Présent lui était un peu plus flou, il ne parvenait pas discerner complètement ce qui se passait. Tout au plus vit-il le début de l’affrontement entre le Chevalier du verseau et le Dieu de la Mort. Puis un autre affrontement: Le Sagittaire contre le Dieu de la Mort. La Vision s’arrêta là. Il ne pouvait observer plus. Dès lors, il cessa d’intensifier son énergie été se mit à réfléchir.


« Les évènements au Sanctuaire sont intéressants. Ils peuvent, peut être, tourner à mon avantage. Athéna a décidé de se réincarner en Orion, ce qui est un bon choix. Arès a formidablement joué sur ce coup: son stratagème était très intelligent. Et comme une attaque divine a été lancé contre un humain, il ne serait pas étonnant de comprendre qu’un Tribunal Divin va naître. Est-ce que Zeus saura être clément avec sa propre fille ou devra-t-il montrer l’exemple ? Comment tout cela pourrait-il m’arranger ? Du temps et de la patience… Orion me doit un service et je pense qu’il sera grand temps qu’il me le rende après ma guérison. » Parla-t-il pour lui-même de sa voix froide et neutre.


Il décidait de ne pas abuser de sa propre force. Il avait tout son temps et son premier plan se mettait lentement en route. Pour l’heure, il s’intéresserait aux Olympiens et à Arès plus tard. Là, il entreprit de fermer les yeux et de se concentrer sur ses soins. On ne ressort pas du Tartare et d’un combat avec Zeus sans aucune souffrance. Il paierait. Il s’arrangerait pour organiser la déchéance de ses deux divinités soigneusement. Tant qu’on ne s’intéressait pas à lui, c’était une bonne chose. Il avait toujours transformé ses échecs en victoire. Ce ne serait pas maintenant que cela s’achèverait… 

Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Sam 15 Déc 2012 - 17:23

Le Maître des Flots continuait sereinement sa régénération et développait sa connaissance du Flot. Il n’y avait âme qui vive dans le Domaine pour le moment: il était seul. En un sens, c’était une bonne chose: il pouvait continuer son périple dans les méandres du passé sans être dérangé. Là, maintenant, il s’intéressait au monde d’Asgard. Il voulait en savoir plus sur eux, et plus particulièrement dans leur implication lors de la dernière guerre au Sanctuaire face au Traître d’Arès. Il découvrit ainsi que certains guerriers divins avait pris part au combat aux côtés des chevaliers d’Athéna. Il en profita pour pousser sa domination de l’Histoire un peu plus loin. Il découvrit, ainsi, qu’aucun Guerrier d’Asgard n’avait aidé les Généraux de Poséidon lorsque ceux-ci avaient été attaqué par les Traîtres du Seigneur de la Guerre alors qu’il semblait y avoir un pacte entre les deux comptes. La vision du présent demeurait, de nouveau, bien flou maintenant. Cronos ne put voir que deux Généraux, indistincts, se rendre à Asgard. Puis, le Flot s’interrompit, démontrant le limites de son pouvoir.


« Toute une somme d’information qui sont bonnes à savoir et qui devront être pris en compte bientôt. La réaction des Protecteurs de Séléné sera bien intéressante à déterminer et le comportement des Guerriers de mon Fils aussi. Les hypothèses s’affolent, les idées s’excitent. J’ai besoin de réfléchir au calme à la situation. Dans tous les cas, cela peut tourner à mon avantage… La rancune est tenace dans le cœurs des humains parjurés, c’est une chose que j’ai apprise chez les humains. »
Déclara-t-il pour lui-même alors que quelques traces de brûlures confirmèrent leurs lentes disparitions.


Il avait encore besoin de temps. Cet instant où il ne serait présent, il le placerait dans les mains de Japet et de Phoebé. Il plaçait le renouveau de son domaine dans les aspirations de sa famille. Chacune de leurs compétences servirait la grandeur de son domaine. Maintenant que son peuple allait partir, il allait pouvoir agir sans aucune crainte de représailles envers son peuple. Il ne lui resterait plus qu’à s’assurer que sa très chère famille retrouve leurs pouvoirs d’antan. Chez Cronos, la vengeance est un plat qui se mange bien froid. Il avait déjà mis en place quelques pions sur le haut échiquier de la vie. Il ne lui restait plus qu’à attendre la réaction du Destin. Un très long combat allait se préparer. Chacun devrait prendre la responsabilité de ses actes. Et…Cronos s’en assurerait personnellement. L’objectif, qu’il s’était fixé, était bon. Mais il ne se ferait pas sans sacrifice. Du moins, telle est la volonté de cette époque. Il le regrettait mais il faisait avec. Pour l’heure, il referme les yeux et reprend sa concentration. D’autres chapitres s’ouvriront sous ses yeux: il avait hâte de les connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Tabris

avatar
Messages : 587


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Sam 15 Déc 2012 - 18:39

Reprise du Pnj

Notre temps était révolu... notre présent devoir est maintenant de retourner vers un monde vivant et lumineux... telles ont été les ultimes paroles de notre Roi. Tous sans exception avions obéi, et étions sortis du temple de notre monarque avec calme et respect envers lui, selon son état le Seigneur Cronos n'aurait plus aucun mal à reprendre le processus de guérison divine avec la force qui est la sienne et nous ne pouvions que nous réjouir d'avoir pu ne serait-ce que panser des plaies superficielles au corps de sa Majesté.
Cependant, le coeur n'y était pas et le choix non plus, la sagesse et la bonté de notre Seigneur pouvaient parfois laisser subsister un sentiment de rejet envers son peuple... non pas un rejet dédaigneux mais celui bienveillant d'une figure paternelle capable de nombreux sacrifices afin de préserver ceux qui croient en lui !
Moi, Tabris l'avait bel et bien compris, et je pense évidemment qu'aucun de mes congénères n'oserait me contester. Cet Agapè sacrificiel est sans aucun doute l'essence la plus pure qui dénote la nature divine et transcendante de notre Roi !

«N'avez-vous pas entendu l'ordre du Seigneur Cronos ? Remontez vers la surface et vivez en paix, telle est sa volonté !» m'exclamais-je haut et fort devant le reste de notre caste.

Les préparatifs furent faits et tout ce qui aurait pu laisser une preuve de notre présence retiré, d'un regard las je regardais nos théomanciens et servantes partir chacun vers leur destination propre. Quelques uns portèrent une attention inquiète vers ma personne, me voyant toujours de marbre en haut des marches et semblant se demander pourquoi je ne prenais pas la route comme eux. D'un simple geste de ma lance et d'un regard contrit, je les implorais silencieusement de penser à leur sort avant le mien. Quelques minutes plus tard, ils disparurent de mon champ de vision.

«Un jour bien blanc et amer dans nos coeurs, nous sommes libres...»

Pourquoi employer le terme de "Liberté" ? Avons-nous jamais été traités comme des esclaves par nos souverains ? Non ! Sa Déité Cronos a beau resté méconnue pour la majorité d'entre nous, cet éphémère contact cosmique entre nous et lui m'a suffisamment informé sur ses émotions... troubles comme des abysses se retenant de faire déferler leurs courants dévastateurs mais demeurant paradoxalement consciencieux sur l'attitude qu'il se devait d'adopter en sa qualité de divinité face aux mortels.
Fermant les yeux et prenant une profonde inspiration pour se donner du courage, Tabris fit marche arrière vers la salle sanctuaire du Seigneur Cronos et pénétra solennellement avec toute la réserve que son sacerdoce exigeait.

«Seigneur Cronos, tous vos sujets sont repartis vers la surface. Selon vos désirs...» l'informais-je en mettant un genou et ma lance au sol, anticipant avec crainte la suite du dialogue.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Lun 17 Déc 2012 - 18:10

Enfin… ,Son peuple partait: il continuait la voie de sa guérison tout en observant le Flot qui se dévoilait devant lui. Cette fois, son regard se portait dans la Demeure des Dieux, celle de l’Olympe. Cela confirmait ce qu’il avait vu auparavant: Athéna avait choisi le corps du chevalier d’or du bélier , Orion, comme réceptacle et avait lancé son attaque divine contre le Spectre du Garuda, Kazuki Silfrid. Dans le Domaine de son fils, les olympiens conversaient de la situation d’Athéna. Cronos sourit un bref instant: cela pouvait être intéressant de voir la suite de cet évènement. Le Maître des Titans allait continuer son observation lorsqu’il sentit une présence.


Lentement, il ouvrit les yeux pour contempler l’arrivée de son prêtre. La Caste des protecteurs n’était plus. Pourtant, cet humain avait décidé de rester. À tous les membres de sa famille et de son peuple, il avait toujours montré une image différente de ce qu’il laissait transparaître par habitude. Là, il souriait paisiblement et laissait une trace accueillante et protectrice s’évader de son corps. Il aimait tout autant son peuple que sa famille. Tous ses sujets étaient partis vers ce paradis qu’il leur avait promis il y a fort longtemps de cela.


« J’avais souhaité que tout mon peuple quitte ce monde. Mes fiers guerriers, les enfants des enfants qui ont combattu pour notre clan, ceux et celles qui ont cru en nous… Dès lors, ils vont pouvoir goûter à une vie saine et heureuse sous la protection et le bonheur de leur félicité bien mérité. Mais toi, Tabris, tu as décidé de rester en notre compagnie et de continuer à me servir, ma famille et moi. Cela demeure ton choix, ta vie et ton destin si tel est ce que tu désires. En tout cas, c’est une bonne chose mon jeune ami… » Commença Cronos alors qu’il invita, du regard, son Prêtre à s’installer sur un des canapés, non loin de lui.


« Pendant ma rémission, Japet et Phoebé dirigeront notre famille car je ne peux vous gouverner. Il me faut me soigner et apaiser mon esprit: la colère hante encore mon âme. La haine contre mon fils et Arès, le Seigneur de la Guerre, dicte mon cœur: je ne suis pas mesure de réfléchir et d’air sans maîtriser mes émotions. Dorénavant, et c’est un échec personnel, je ne me considères plus comme le Père des Olympiens. Je laisse cet amour pour ma femme. Maintenant, ma seule priorité demeure la protection et le bien être de ma famille et de ma femme. » Continua Cronos alors qu’il intensifia sa cosmo énergie pour soigner ses blessures et les nombreuses brûlures qui parsèment son corps. Le Tartare ne l’avait pas épargné.


« Je ne peux rien faire qu’observer les évènements. Pour expier ma faute, il me faut offrir à ce monde l’Âge d’Or qu’il avait connu lorsque j’étais un roi bon et généreux. Malheureusement, force est de constater que mon Fils ne dirige point ce monde vers une paix juste mais suit la voie impénétrable de la destruction et de la fatalité. Au summum de mon affrontement contre lui, j’ai pu voir l’avenir qui est réservé à ce monde et il n’est guère heureux et comblé. Je le lui ai dévoilé mais il n’en a pas tenu compte. Bientôt, nous allons devoir agir. J’avais espéré ne pas me mêler des affaires de ce monde mais je n’ai guère le choix. » Poursuivit Cronos en posant son regard d’amical et plein de tendresse.


« Et , toi, Tabris, on cher Prêtre, que penses-tu sincèrement de l’avenir de ce monde ? Quel regard portes-tu sur ce monde ? » Demanda le Seigneur des Archaïques alors que ses blessures commençaient lentement à disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Tabris

avatar
Messages : 587


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mer 19 Déc 2012 - 18:39

Tabris était demeuré à genoux devant le trône du dieu des Titans, attendant avec une appréhension intense la réponse d’une divinité. Le commandement avait été formel, TOUS devaient avoir désertés le Cronos Labyrinthos dans le délai de guérison du Maître des lieux. Relevant doucement les yeux en direction du piédestal, quelle ne fut pas sa surprise et son ravissement d’apercevoir le sourire d’une divinité. Cronos libérait des tons de cosmos bienveillant tel une brise estivale, exceptionnellement chaleureuse et pure, ce qui fit relever entièrement la tête du prêtre.

Il se surprit à s’émerveiller de l’harmonie cosmique que pouvait produire les émotions positives d’un dieu, et à plus forte raison, un dieu aussi ancestral que Cronos. On sentait qu’en sa présence, le temps ne comptait même plus en-dessous du cadet des soucis d’un tel être, sûrement était-ce son avis personnel et hautement subjectif mais Tabris découvrait à peine que son destin fut de rencontrer celui dont la main façonnera l’avenir du monde.

« J’avais souhaité que tout mon peuple quitte ce monde. Mes fiers guerriers, les enfants des enfants qui ont combattu pour notre clan, ceux et celles qui ont cru en nous… Dès lors, ils vont pouvoir goûter à une vie saine et heureuse sous la protection et le bonheur de leur félicité bien mérité. Mais toi, Tabris, tu as décidé de rester en notre compagnie et de continuer à me servir, ma famille et moi. Cela demeure ton choix, ta vie et ton destin si tel est ce que tu désires. En tout cas, c’est une bonne chose mon jeune ami… »

Un frémissement électrisant lui parcourut les veines à l’entente de cette éloge amicale, le jeune prêtre n’en fut pas moins mal à l’aise et honoré que son seigneur l’invite à s’asseoir en sa compagnie. Tabris prit place d’une démarche protocolaire et laissa le seigneur Cronos poursuivre son exposé de la situation, alliant ce début de conversation tout en usant de son cosmos pour poursuivre sa régénération.

« Pendant ma rémission, Japet et Phoebé dirigeront notre famille car je ne peux vous gouverner. Il me faut me soigner et apaiser mon esprit: la colère hante encore mon âme. La haine contre mon fils et Arès, le Seigneur de la Guerre, dicte mon cœur: je ne suis pas mesure de réfléchir et d’air sans maîtriser mes émotions. Dorénavant, et c’est un échec personnel, je ne me considère plus comme le Père des Olympiens. Je laisse cet amour pour ma femme. Maintenant, ma seule priorité demeure la protection et le bien être de ma famille et de ma femme. »

Tabris eut un mouvement de tête contrit, le résumé bref de cette discorde opposant les dieux archaïques aux dieux du monde actuel représentait aux yeux du prêtre l’émancipation volontaire de l’humanité d’avec la nature qui les a engendrés. Son impression sur la déité trônant devant lui n’en resta pas moins importante d’estime et de respect, Cronos qui fut le fils du ciel et de la terre incarnés et le père du premier degré de la génération olympienne donc l’intermédiaire entre le fondement et l’évolution de ce monde. Une place qui paraissait bien complexe…

« Je ne peux rien faire qu’observer les évènements. Pour expier ma faute, il me faut offrir à ce monde l’Âge d’Or qu’il avait connu lorsque j’étais un roi bon et généreux. Malheureusement, force est de constater que mon Fils ne dirige point ce monde vers une paix juste mais suit la voie impénétrable de la destruction et de la fatalité. Au summum de mon affrontement contre lui, j’ai pu voir l’avenir qui est réservé à ce monde et il n’est guère heureux et comblé. Je le lui ai dévoilé mais il n’en a pas tenu compte. Bientôt, nous allons devoir agir. J’avais espéré ne pas me mêler des affaires de ce monde mais je n’ai guère le choix. »

Sur cette partie du discours, l’hiérophante voulut émettre une de ses craintes pour le moment infondée, sa posture était quelque peu raide mais il soutenait le regard du monarque des Titans. Cette chance lui fut accordée alors qu’il remerciait du fond du coeur le regard noble de son Roi.

« Et , toi, Tabris, mon cher Prêtre, que penses-tu sincèrement de l’avenir de ce monde ? Quel regard portes-tu sur ce monde ? »

Sa tête s’abaissa instantanément en signe de reconnaissance des faits sur la version de Cronos, cependant ce dernier lui offrait la chance inouïe de débattre sur une question existentielle qui prenait un sens et une dimension immensément clairvoyante en compagnie du Dieu qui commande la Marche du Temps.

«Majesté, bien que mon avis puisse être d’une insignifiance absolue devant votre don de prophétie, votre souhait de l’écouter me ravit.»

Demeurant d’un sérieux sacerdotal et solennel en face du Roi des Titans, Tabris éleva sa cosmo-énergie pour entrer en résonnance avec celle de Cronos, lui autorisant ainsi un accès libre à ses pensées les plus intimes pour corroborer sa sincérité.

«J’ai perdu tout souvenir sur ce monde qui revêt tant de problèmes à vos yeux, force est de constater que le Léthé en a supprimé jusqu’à la dernière parcelle d’émotion humaine que j’aurais pu ressentir au cours de mon existence terrestre. Mais… je pense que vous pouvez faire toute la différence, vous avez probablement dû vous apercevoir jusqu’où l’essence divine se distille dans la race humaine.
Partout, je n’entends dire qu’un nouveau dieu s’est réincarné et je vous avoue mes craintes mon seigneur, j’ai peur que l’homme finisse par spirituellement supplanter le dieu. Les Olympiens sont les dieux qui se sont le plus éloignés de l’intégrité primordiale qui vous caractérisait à l’origine du monde.
Pour ce que j’ai eu l’occasion d’apprendre lors de mon voyage vers Delphes à la surface, Athéna la déesse guerrière aux yeux pers est celle qui privilégie le plus les hôtes mortels et… pardonnez mon impudence, si le sort voulait qu’elle choisisse son camp, je suis certain qu’elle anéantirait les dieux jusqu’aux racines universelles pour les humains.»


Son monologue hautement outrecuidant achevé, Tabris attendit avec appréhension la réponse du seul et unique garant du monde capable de trancher sur la véracité de ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Dim 23 Déc 2012 - 11:32

L’Humanité pouvant dépasser les Dieux ? Une éventualité qui a des allures d’assurances. Plus le temps avance, plus les époques s’enchaînent et plus le constat de son Prêtre se vérifient. Cronos en était totalement persuadé: un jour, les dieux disparaîtront. Ils n’auront plus le triomphe, ni la gloire qui les représentait jusqu’ici. Ce n’était plus un fantasme mais bel et bien une réalité.


« Ce que tu as oublié peut t’être restitué, Prêtre. Il te suffit de le demander. Si c’est vraiment ce que tu souhaites, il est dans mes capacités de te dévoiler ton passé. » Déclara sereinement Cronos alors que son cosmos continuait de régénérer ses blessures.


Les Olympiens étaient des divinités encore très jeunes. Cronos ne tenterait pas de communiquer entre eux. D’ailleurs, il souhaitait, une bonne fois pour toutes, s’entretenir avec eux pour avoir une dernière opinion à leurs sujets. S’il avait abandonné son rôle de père auprès de Zeus, il ne s’empêcherait pas de se donner une dernière chance pour se donner un avis définitif sur cette génération. Même si, dans sa tête, il avait un petit aperçu des désirs et des comportements de ses enfants.


« Ma descendance cherche à se démarquer de mon propre désir. Tel un enfant, il souhaite vivre sa vie pleinement sans se référencer obligatoirement aux conseils de ses parents. C’est une manière naturel, une logique spirituelle innée et normale. Néanmoins, ils ne savent point ce qui leur attend. Leurs éternels débats sont symboles de leurs nombreux affrontements. Ils veulent régner sur ce monde et appliquer leurs propres idéaux au détriment d’un besoin collectif pour le bien de l’Humanité. »
Poursuivit le maître des Titans lucidement alors qu’il posa son regard amical sur celui de Tabris.


Zeus voulait l’équilibre du monde par la force et le combat. Poséidon a toujours souhaité détruire ce monde en l’engloutissant par les flots dans le but de préserver les plus méritants. Hadès désirait l’anéantissement de ce monde en lui offrant l’obscurité éternelle. Arès veut la soumission par la violence. Athéna, quant à elle, ne cesse de vouloir protéger ce monde des offenses olympiennes pour sauver l’Humanité. Elle croit en l’homme.


« L’avenir est tout tracé. Il conduit à la destruction de l’homme et à la domination de l’homme sur ce monde. Même sans l’avoir aperçu, cela ‘apparaissait logique: l’homme n’a pas besoin de dieux pour le contraindre. Il faut simplement que les divinités les accompagne silencieusement et leur laisse faire leurs propres expériences. Athéna détruira ses pairs, non pas parce qu’elles le souhaitent mais parce qu’elle y sera contrainte. Telle est la vérité la concernant. » Annonça simplement L’Archaïque d’une voix sombre mais neutre.


Cronos se leva de son trône et se dirigea vers le balcon de la salle du trône. Il s’allongea à moitié sur la rembarde, s’adossant à un des nombreux piliers doriques. Une jambe remontée, l’autre pendant dans le vide, il contempla ce royaume nue. Son sourire s’élargit un court instant.


« Maintenant, il ne me reste plus qu’à tenir une autre promesse. Je veux offrir à mes frères et à mes sœurs un autre environnement. Ce lieu est notre histoire mais il est chargé de souffrances et de tristesses. Je rêve d’un endroit où nous pourrions vivre dans la lumière du jour. Dès fois, je me dis qu’il n’est pas impossible que l’humain et le divin cohabitent dans une belle et même unité. Avant que je ne sombre dans la folie, c’est ce que nous faisions. Mes entretiens avec les Olympiens demeureront bien importants, vois-tu Tabris. M’éloignerais-je plus profondément de ma descendance ou parviendrais-je à reconquérir le cœur de ces êtres qui me sont, anormalement, chers ? Là est toute la question… » Se confia Cronos pensivement alors que son regard se perdit dans l’immensité de son triste royaume.


Puis, il se tourna vers Tabris et lui offrit un sourire plein d’amertume.


« Au bout du compte, si j’échoue, je ne serais le père de personne. Je laisserais bien volontiers cette tâche à ma très chère femme. Je ne suis pas un bon père mais elle est une bonne mère. Ne pus avoir de lien avec ma descendance est une peine comme une autre. J’ai supporté bien plus et je supporterais encore plus bien plus tard… »
Conclut Cronos d’un regard rempli de regret et de remord.


Si seulement, il avait été fort dès le début, s’il avait pu défaire le destin et imposer sa propre loi au lieu de celle dictée par sa destinée. Zeus suivrait son même chemin, il avait essayé de le lui faire comprendre. Il voulait qu’il échappe à au destin tragique de sa famille. Malgré tout, le Fils avait refusé l’aide de son père. Il comprendrait toute la tragédie qu’il l’attend. Cronos serait-il là pour l’aider? Rien n’était moins sûr…
Revenir en haut Aller en bas
Tabris

avatar
Messages : 587


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mar 25 Déc 2012 - 17:00

Son hypothèse semblait avoir reçu un avis positif, si l'ordonnateur du flux temporel en personne le corroborait, cependant le prêtre en baissa les yeux d’amertume. En quoi un tel système avait de sens ? La race des dieux, ses êtres détenant le feu originel de la création en eux, la Vertu Suprême qui est la quintessence de la sphère vitale pouvaient se voir destituer de leur nature divine par un piège que peu d’entre eux à part Cronos et Athéna auraient pu envisager… leurs incessantes réincarnations à travers les hôtes humains ressemblent à s'y méprendre à une sorte d’hybridation spirituelle comme de l'ichor dilué dans des veines humaines.

«Voilà donc le prix que les dieux payent pour s'être mêlés au plan matériel des créatures de Prométhée… l'apparition du cosmos chez les uns et la régression astrale pour ses inconscients olympiens.»

Tabris eut un moment de latence à force de cogiter sur toutes ces questions métaphysiques puis se fit rappeler à l’ordre par une exclamation bienveillante de son seigneur. Cronos lui proposait de retrouver sa mémoire grâce à son aide ? Une alternative à laquelle Tabris avait honteusement toujours pensé, mais qui malheureusement n’avait plus lieu d'être désormais.

«Je vous remercie infiniment Majesté, mais… mon passé, mon présent et mon avenir est de vous servir, en tant que Prêtre des Titans. Tout le reste, que ce soit les humains ou les olympiens n'a plus la moindre valeur à mes yeux !»

L'Hiérophante se tut et laissa son seigneur poursuivre sur sa lancée, il était sûr qu'au-delà de son air neutre, Cronos demeurait d'une vigilance constante quant aux mouvements de l'Humanité et de la Divinité. Toujours assis sur le siège où leur entretien avait débuté, il scrutait à présent son maître allongé sur le balcon contemplant d'un air mélancolique son royaume. Se levant par respect pour le déplacement de son dieu mais n’osant le suivre, Tabris ajusta quelque peu son habit sacerdotal et abaissa légèrement sa lance dont l’éclat vibrait à chaque vibration du cosmos de la déité archaïque.

«La puissance dont se targue votre descendance n'égale que l’insouciance stupide des mortels, n'y voyez aucune insulte à votre égard Majesté mais… je ne peux m'empêcher de compatir à votre peine sans oser l’imaginer. Le nom même de “Titan, celui qui a élevé le bras” est plus qu'une prévention d’Ouranos sur la malédiction de Théogonia, je suis intimement convaincu que vous brandirez une énième fois le Megas Drepanon et faucherez l’Olympe en pleins cieux !»

D'un mouvement gracieux, Tabris s'agenouilla pour échapper au sourire de Cronos et éviter le risque que celui-ci se rende compte de son rougissement. Oser répondre avec tant de franchise à un dieu pouvait avoir des conséquences gênantes mais les êtres empathiques comme l'hiérophante s'y complaisaient par habitude.

«Je… ne sais quoi faire par ma propre volonté, puisque je vous suis dévoué corps et âme alors je ne peux qu'attendre votre bon vouloir de m'avancer sur l'échiquier. Beaucoup de vos sujets me voyaient comme un Chapelier Fou !»

La lance étincelante témoignait de la remontée en puissance progressive de Cronos, Tabris garda obstinément la tête basse en attendant et ne fit qu'effleurer son arme, se laissant aller à se réjouir du futur règne des Titans.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Ven 28 Déc 2012 - 19:12

Cronos écoutait attentivement les paroles de son Prêtre alors qu’il donnait une certaine image distante. Il regardait son royaume d’un air bien songeur comme s’il avait une idée en tête. L'apparition du cosmos chez les uns et la régression astrale pour ses inconscients olympiens: un prix que les dieux ont vraiment payé pour s’être mêlé aux humains ?


« Une loi naturelle, un évènement insignifiant au regard du divin mais qui devait devenir une obligation, un fait inexorable lorsqu’on y songe. Mes enfants vivent dans une vérité qui leur a été imposé par la force du Destin et de l’Histoire. Je les comprends. Il est si évident de vivre dans un traumatisme: il est si facile de refuser la réalité pour s’enfermer dans une certitude fondée sans connaître la justesse du passé. N’oublie jamais, mon jeune ami, que nous avons crée les humains à notre image: ils sont ce que nous sommes. Nous ne sommes pas différents d’eux car les sentiments des humains sont les émotions des dieux. » Déclara le Maître des Titans en se tournant vers son Prêtre.


Lorsque Tabris refusa sa proposition de lui faire revivre son histoire, l’Intemporel hocha simplement la tête. Cronos avait déjà combattu plus qu’il ne l’avait souhaité. Il avait, de ce fait, renier un de ces désirs les plus brûlants: ne plus affronter personne et rester le plus neutre possible. Pour autant, avait-il vraiment le choix ? Jusque là, il avait combattu Arès pour essayer d’empêcher, son frère, Japet, d’être un larbin. Il avait même affronter son propre fils pour son sang. Il avait affronté le Tartare pour lui. L’insouciance stupide des humains, un synonyme de la royauté de sa descendance ? Cronos n’y voyait aucune injure: c’était un point de vue qu’il acceptait. La Malédiction de Théogonia ? Une triste injustice qui peine encore son cœur de père. Brandirait-il le Mégas Depranon encore une fois ?


« J’aime encore à espérer que ma descendance ne soit pas aussi borné que tu le penses. Je veux croire, même si cet espoir est infime, que mes enfants et leurs descendants, sauront montrer la juste voie qu’était la mienne avant que je ne sombre dans le machiavélisme et la douleur. Néanmoins, s’ils n’y parviennent pas, alors, je n’aurais aucun autre choix que de reprendre les armes. J’offrirais à ce monde et aux humains la paix et la sérénité qu’ils méritent en assassinant toute ma descendance. Le Megas Depranon se réveillera. Pour autant, je ne souhaite pas vraiment en arriver là… » Poursuivit-il en changeant de position et en invoquant un verre de vin dans sa main. Il regarda le délicieux nectar un long moment, silencieusement.


« Un père doit avoir la confiance de ses enfants. Et les enfants doivent avoir la confiance du père. Malheureusement, je ne crois plus en Zeus. Il ne me reste plus que mes autre fils et filles. À vrai dire, Athéna se rapproche de mon souhait et je voudrais vraiment la rencontrer pour discuter avec elle et faire ma propre opinion. À part elle, j’aimerais trouver l’être qui saura combler mes attentes: il doit bien exister quelque part. J’ai tout mon temps et sois assuré que je chercherais et que je trouverais. » Reprit-il alors que Tabris s’approcha de lui avec déférence.


Son Prêtre ne savait pas quoi faire par lui-même car il s’estimait dépendait du bon voulait du Seigneur des Archaïques. Cronos savait comment on considérait le jeune homme. Il n’avait rien dit jusque là. D’un signe de la main, il fit signe à son humain de le rejoindre sur le balcon.


« Si tu es un Chapelier Fou, alors je suis une divinité dissidente et excentrique. Ton destin t’appartient car il s’agit de ta propre existence. Un jour arrivera où j’aurais besoin de ta loyauté. Pour l’heure, je ne souhaite que ta liberté. Les autres dieux estiment que l’humanité leur doit obéissance et soumission. Pour ma part, j’aime à croire que nous devons vivre sur un même plan d’égalité. Nous ne sommes pas différents de vous puisque nous sommes vos parents. Agis librement avec tes propres convictions. Réalises tes souhaits. Que tes désirs reflètent tes envies. Sois un homme heureux et épanoui. Alors, libéré de tes propres tourments et de tes craintes, tu deviendras un homme accompli et tu pourras servir ma cause… » Révéla-t-il alors qu’il posa son menton sur un de ses genoux repliés. Il souriait paisiblement.


« Sers ma famille comme s’il s’agissait de tes propres parents. Sois libre d’exprimer tes paroles comme tu l’entends. Sois heureux avec nous. Et, surtout, n’oublie jamais ce précepte: Libre de tes choix, maître de ta vie, seigneur de ton destin, tu emprunteras ta propre route sans jamais rien regretter. » Annonça-t-il en souriant franchement alors qu’il tendit la main et qu’il caressa paternellement le visage de son prêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Tabris

avatar
Messages : 587


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Ven 4 Jan 2013 - 18:02

Le Prêtre ne se souvenait pas avoir conversé aussi intensément avec quelqu’un, le clergé entier des Titans n’était que hiératisme stérile et fermé sur la stricte collectivité. Avouer qu’il en fut profondément ému serait un bien doux euphémisme, Tabris contemplait avec une admiration absolue son dieu. D’un signe de main de ce dernier, il s’avanca respectueusement sur le balcon pour l’écouter poursuivre, son ton profond cristallisait sa lassitude résolue.
Cronos traduisait son impression d’un avis tranchant et clair, son plan semblait en cours et analysé au point près en ce qui concerne le futur purgatoire qu’il s’apprête à abattre sur sa descendance olympienne. Au nom des mortels et probablement avec le concours tacite d’Athéna, il veut se racheter de ses fautes commises durant sa tyrannie archaïque et offrir l’utopie aux humains.

Tabris, pour sa part, ne pouvait se prétendre concerné par le sort de l’humanité… il se tenait là, en face de son Seigneur lascif sur le bord du balcon. Ayant les yeux baissés au point que ses paupières en paraissent closes, il affichait une distance qui ne saurait être brisée par lui-même.
Répondant d’un simple hochement de tête approbateur à chaque aveu de son Maître, sachant parfaitement bien que tout ce qu’il entendait devait être dogmatisé. Figé dans son inertie révérencielle, au fond de lui tout tourbillonait de crainte et de frustration: «Pourquoi se préoccupe-t-il de ces insignifiants humains ? Ne sont-ils pas destinés à périr ? Qu’ils meurent tous autant qu’ils sont avec ces olympiens, aucun d’eux ne mérite la compassion de Cronos !»

-“Je suis d’accord avec vous, Majesté !”

Ouvrant lentement ses yeux dont les prunelles écarlates vacillaient sous l’émotion, il se permit un moment d’égarement et rencontra le regard du divin. Il y croyait dur comme fer sous en connaître la raison, aucun être mortel ne peut regarder le visage d’un dieu et rester en vie, il en demeurait sans voix d’un côté par tout ce qui caractérise le discours de son dieu et d’un autre devant tant de splendeur sacrée à travers son cosmos. S’entendre enfin dire qu’il fut tel l’égal d’un fils pour la famille des Titans lui fit bondir son organe cardiaque, sa coiffe en tomba au sol et ses yeux s’agrandirent en voyant passer la main caressante de Cronos sur son visage.
Les larmes ne purent être contenues et encore moins un sanglot traître, Tabris ne sut comment réagir et sa rigidité tombait en morceaux. Devait-il réfuter ? reculer ? Le plus important serait d’abord de reprendre contenance et sécher ses larmes. Faisant alors fi de ses principes, il se laissa aller à parler, yeux dans les yeux avec Cronos.

-“Je remettrai ma vie entre vos mains quand tel sera votre désir, j’agirai selon votre commandement bien que je ne sache pas exactement ce qu’est l’estime de soi. Je vous avouerai aussi que je hais les autres divinités du panthéon olympien ainsi que l’humanité, moi-même j’en ignore la cause. Oh Majesté… À quoi bon ? Que deviendra le monde une fois que vous y aurez instaurer la paix ? Une utopie éternelle ?”

Tabris se recula pour échapper à tout nouveau contact physique et s’agenouilla rudement, son visage bravant la surface du sol et non le regard de Cronos.

-“Je sais que je suis d’origine humaine, mais c’est plus fort que moi ! Vous ne devriez pas faire passer l’avenir du monde avant le vôtre ! Est-ce vos visions prophétiques qui vous y poussent ? C’est ce dont je tente en vain de me persuader. Je vous admire au-delà de tout, vous êtes l’avenir du monde…”

Tabris releva enfin son visage et calqua son sourire sur celui de son Roi.

-“C’est tout… l’instant enfantin d’un hiérophante agacant, excusez mon outrecuidance !
Je crois en vous, je vous honore ainsi que votre famille titanesque et votre reconnaissance de mon libre-arbitre me comble, merci encore Seigneur !”

Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Dim 6 Jan 2013 - 19:33

Comment rester de marbre devant un être humain qui vous chérit et qui vous témoigne de son affection par une démonstration hautement sentimentale ? Cronos demeurait proche des siens mais n’oubliait jamais son éternel impassibilité. Il était, à la fois, neutre et proche des siens. Le Dieu du Temps reprit sa pause sereine et observa silencieusement son petit monde, attendant sagement que son Prêtre reprenne ses esprits. Il ne le dira jamais mais il apprécie fortement ses moments.


Est-ce que Cronos haïssait les autres divinités ? Le Maître du Temps détestait-il l’humanité ? Le Seigneur des Archaïques se montrait fort neutre sur ces deux sujets. Il y avait de la déception, de la colère mais pas de haine. Il y avait de la méfiance mais pas d’animosité véritablement profonde. Il y avait une certaine forme de rancœur mais pas de l’antipathie. En vérité, Cronos avait déjà fait un choix et il s’y tiendrait. Pour le reste, comme à son habitude, il attendait sagement et patiemment.


« Tu sais Tabris, je n’ai pas de sentiment particulier envers mes enfants. J’ai essayé d’être un père avec Zeus et cela a échoué. Ce fâcheux épisode conforte bel et bien ma position envers ma descendance: je n’éprouve rien pour mes fils et mes filles. Ni aversion, ni amour. Je les traite comme je traite toutes les personnes qui sont extérieures à mon domaine et à ma famille: impassible, je suis neutre en toute circonstance avec eux. Les liens filiaux, je les laisses volontiers à ma femme. Elle mérite l’amour de ces enfants. Pas moi. Et, pour tout avouer, je m’en porte pas plus mal. Qu’adviendra-t-il de ce monde lorsque j’y aurais instauré la paix ? Le calme et la sérénité. Les retrouvailles avec un illustre été glorieux passé fait d’entente, de soutien et d’amour. Un monde sans haine, ni guerre. Un monde où les Titans et les Titanides seront, de nouveau, les piliers qui soutiendront cette utopie et qui protégeront l’humanité du maléfice qui les guettera. »
Déclara Cronos d’un ton rêveur mais sûr de lui-même.



Cronos regarda Tabris s’agenouiller devant lui. Il regardait le sol et non le visage du Titan. Selon lui, il ne devait pas faire passer son avenir avant celui des autres. Il lui demandait si ses visions prophétiques l’y poussaient. Il déclarait qu’il était l’avenir de ce monde. Puis, il releva son visage et s’excusa pour son comportement et le remercia pour la reconnaissance que lui vouait Cronos.


« Les choses sont plus simples que tu ne le penses mon très cher Prêtre. Je n’ai aucun avenir de particulier. Seul compte ma famille, mes gens et ma femme. Pour le reste, je n’y prête aucune attention particulière. Tout ce qui compte pour moi, c’est ce qui se passe actuellement. Pour le reste, le futur est peut être écrit d’avance mais il existe tellement de chemins qui mènent vers le destin de ce monde. Je ne suis qu’un Observateur attentif de ce monde. Je regarde, je contemple et, quand ma famille est menacé ou quand quelqu’un lui porte atteinte, alors je prends les armes et je le punis. Et, ensuite je retourne à mes occupations. Mon comportement peut être considéré comme insaisissable. Mon attitude peut être imprévisible. Ma nature est peut être incompréhensible. Mais, moi, je sais où j’avance. Que je sois ou non l’avenir de ce monde m’importe peu. Mais je me dois d’être l’avenir de ma famille. C’est cela mon rôle de Roi. Et c’est cela mon rôle de frère. » Annonça Cronos alors qu’il descendit de son balcon et qu’il se mit à la hauteur du jeune humain.


« Quant à toi, tu ne dois jamais t’excuser de montrer tes sentiments. Tu ne dois jamais taire tes émotions. Que cela soit devant moi ou un autre membre de ma famille, tu te dois d’être toi. Entièrement toi. Je suis persuadé que tu nous honoreras et que tu nous aimeras du profond de ton être. Et, sache bien que nous aussi, nous t’aimerons. Tu n’es plus un humain comme les autres, tu es notre Prêtre… »
Conclut Cronos alors qu’il se releva et qu’il se dirigea vers la table où l’attendait deux verres de vin. Il s’en servit un et invita Tabris à se servir et à le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Tabris

avatar
Messages : 587


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Sam 19 Jan 2013 - 16:29

De ses yeux plus rouges que le sang, le Prêtre observait désormais Cronos en souriant sereinement. Le Dieu du Temps l’avait simplement regardé durant tout cet instant sans rien dire puis reporta son regard sur le royaume qu’il domine… ou bien au-delà.
Si il y avait bien une émotion que Tabris ne trouvait pas contre-nature, c’était bien la béatitude exceptionnelle qu’on ressent au contact des dieux, si parfaite et pure comme le cosmos.

Ramassant sa coiffe, abandonnée depuis le… choc émotionnel gênant qu’il eut à subir, il l’épousseta et la replaca sur sa tête sans faire plus de manières. Avoir une autorité comme celle de Cronos pour guide pouvait paraître, divinement exorcisante d’un côté, sacrément remuante d’un autre. Si être libre d’exprimer ses émotions lui est demandé, alors il ne s’y plierait pas à contre coeur ni par feinte, il laissera sa spontanéité parler comme sa nature l’entend.

Tabris se releva gauchement et suivit Cronos qui retournait à l’intérieur, il en aura compris bien des choses concernant le caractère de cette divinité. Autant de par sa façade hiératique sous laquelle gît des merveilles insondables, que sans doute la descendance du Titan n’a pas su voir, cette discorde serait donc le fruit de leur aveuglement. Stupides olympiens !
Inutile de se demander pourquoi le monde est sans cesse menacé, avec ses dieux orgueilleux et égoistes aux commandes, rien ne pourra jamais pacifier ce monde.

« Maintenant que vous le dites Seigneur, je m’aperçois que la position de sa majesté Rhéa doit la tourmenter… loin de moi l’idée d’outrepasser mes priorités, mais il ne serait pas bon qu’elle ait à choisir une nouvelle fois de favoriser sa descendance si une guerre sainte éclate ! »

Le Prêtre avait suivi et parlé sans hésiter cette fois, la démarche et l’expression sereines au point que rien ne saurait perturber ce sourire bienveillant, les Titans sont sa famille selon les dires de Cronos. Dorénavant, il est sûr du bien fondé de son inquiétude excessive et déplacée à l’égard des êtres qu’il sert et vénère avant tout. Bien entendu, il devra sans cesse peser et modérer ses paroles et agissements car il n'est pas Cronos mais Tabris. Un Prêtre affectueux et protecteur voilà tout !

« Je m’en rends compte, peu importe l’avenir et ce qui doit arriver arrivera.
J’accepte d’être ce que je suis, Majesté ! Tout ce que je désire est de protéger et servir ceux que j’aime… et j’accomplirai ma tâche sans faillir, pour vous tous. »


Prenant une profonde inspiration, il s’assit auprès du dieu et accepta poliment le verre de vin. Dégustant la boisson exquise, il ne dit rien et se contenta de remuer de temps en temps le liquide dans son verre, souriant simplement en appréciant ce moment de confidence. Cronos demeurait impassible et savourait lui aussi silencieusement son vin, l’atmosphère venait de perdre la tension disharmonieuse de tout à l’heure.
Au bout de quelques minutes, Tabris reposa son verre vide sur la table et se leva calmement les yeux clos comme s’il méditait sur une question épineuse.

« Avec votre permission mon Seigneur, je vais prendre congé pour un court instant.
Il semblerait qu’un visiteur inopportun attende qu’on l’accueille depuis un moment au temple du Seigneur Japet. Merci encore, pour tout ce que vous m’avez fait don ! »


Inclinant de la tête avec une sincère esquisse de remerciement, Tabris se détourna et quitta l’enceinte du château. Maintenant, il est sûr de lui-même et des desseins de Cronos. Il n’y a plus d’hésitation à avoir, la voie a été pavé sur mesure pour un départ digne au nom des Titans.

Arrow Temple de Japet
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Sam 26 Jan 2013 - 11:52

« C’est un fait que je conçois largement et j’y prête une attention toute particulière. Son attention envers ses enfants est des plus légitimes. Pourtant, elle ne devra jamais oublier qu’elle a été elle aussi jeté au plus profond du désespoir à cause d’eux. Tout comme Océanos et Thétys qui ont adopté une position neutre durant la Titanomachie et qui ont été jeté dans le Tartare au même titre que nous. Je n’oublie et ne pardonnerai pas à ma descendance cet acte. Je suis du même avis que toi: il est inconcevable qu’elle ait à souffrir comme avant, j’y veillerai personnellement. » Répondit Cronos lorsque son Prêtre évoqua sa femme.


Et cela était vrai. Le Roi des Titans ne permettrait pas que sa femme puisse connaître la même tragédie qu’ auparavant. Sa relation, avec elle, était très tendue. Elle était proche de ses enfants alors que lui était distant avec eux. Elle ne pouvait lui pardonner ses actes passés alors que, lui, avait besoin du soutien de sa femme. Rhéa était la seule qui pouvait briser ce mur d’impassibilité et de neutralité qu’il avait forgé depuis tant d’années. Malgré tout, son amour pour sa reine était infini: il avait tenu et changé grâce à elle. Et il ne retournerait plus jamais dans le monde de la tyrannie et de la folie pour elle. Maintenant, il était parvenu à se maîtriser parfaitement.


« Je n’en doute pas, mon jeune ami. Prends ton temps et reste comme tu es. Vis ta vie et fais de nouvelles découvertes. Elles changeront peut être la perception de ta vie mais je suis persuadé qu’elles n’atteindront jamais ta dévolution envers notre famille. » Poursuivit le Maître des Titans, un sourire apaisant traversant son visage serein.


Alors que le Prêtre partit pour rejoindre Japet, celui-ci le remercia du plus profond de son cœur. Cronos hocha simplement la tête en souriant, l’invitant à quitter son château. Puis, il se retrouva seul. Il en profita pour s’asseoir sur son trône. Il avait recouvert toute sa puissance. Cela avait été bien long mais il s’était montré fort patient. Maintenant, il avait quelques comptes à régler. Pour autant, il planifierait lentement sa vengeance. Mais avant, cela, il avait d’autres choses à faire. Des menus détails à régler. Notamment quelques rencontres… De plus, il devait discuter avec Tatsou: il était temps que l’oisillon quitte le nid. Tout se mettait en place lentement mais sûrement. Silencieusement, sans dire mot, il se concentra sur la lecture du Flot. Il observait ainsi les agissements du monde dans un passé assez récent. Un afflux d’image et de situations apparurent sous ses yeux: il ne manqua rien et observait tout avec détachement et neutralité. Plus particulièrement, son attention se portait sur deux évènements bien précis. Son sourire s’élargit sur son visage fermé: il était enfin temps de le rencontrer. Il était prêt à connaître la vérité.


Cronos mit fin à ses observations et se leva. Il se dirigea vers la sortie de la Salle du Trône. Il était temps d’agir et d’écrire une nouvelle histoire dans la vie d’un humain. Et celui-ci était un cas très intéressant. Il quitta sa demeure et entreprit de créer un vortex afin de disparaître du Cronos Laburinthos. mais auparavant, il devait régler certains détails. Lorsque ce fut fait,il put quitter son domaine. Destination ? Le Sanctuaire d’Athéna…


Arrow Le Sanctuaire d'Athéna
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mer 13 Mar 2013 - 11:58

Arrow Temple de Japet et de Thémis


C’est là que tout se jouerait. La renaissance ou l’extinction. Il ne fallait surtout pas que le camp se désagrège à cause d’une volonté néfaste. Il était le seul à pouvoir diriger les Titans vers la paix et la gloire. D’ailleurs, qui, au sein de sa famille, serait capable de diriger le Domaine des Titans ? À priori, personne. Il avait été choisi. Ses parents l’avaient élu comme Maître des Archaïques. Il devait respecter leurs choix et ne pas les décevoir. Cronos avait été proche de sa famille mais, maintenant, il était redevenu le Roi. Pleinement conscient de son rôle, il assumerait les actes et les conséquences de ses choix. Comme il l’avait toujours fait. Mais, cette fois-ci, avec plus de forces et de convictions. Il avait été impitoyable envers Japet, lui annonçant une sentence forte et imposante. Le Roi ne le regrettait pas et c’était la meilleure punition qu’il avait pu trouver pour le Traître: il lui offrait une amende honorable mais ne lui laissait pas d’autres choix que de d’obéir à ses propres ordres. En somme, il n’appartenait qu’à Japet d’évoluer vers le sens que le Grand Titan souhaitait.


En y repensant, le passé nous apprend beaucoup de choses mais aussi nous détruit. C’est pour cette raison que Phoebe et Rhéa se révoltaient contre lui. Acte inutile puisque Cronos avait fait table rase du passé et entendait bien se tourner strictement vers le présent et l’avenir du Domaine. Désormais, quiconque se mettrait en travers de son nouveau désir, devrait en payer le prix fort. Il ne comptait faire de cadeaux à personne. S’il pouvait se montrer juste et clément, il le serait. Dans le cas contraire, il n’aurait d’autres choix que de se montrer impitoyable. La balle était dans le camp de Phoebe et de Rhéa. Il s’était préparé mentalement. Était-ce le cas de ces deux sœurs ? Il n’hésiterait pas à aller jusqu’au bout de son devoir. Cronos comptait sur l’appui de Japet, Tabris et de Prométhée. Il fallait qu’ils fassent comprendre aux deux révoltées que Cronos était de retour en tant que Roi. Elles devaient absolument comprendre que le Frère n’était plus. Enfin, ce n’est pas exact: Cronos serait toujours un frère pour chaque, membre de sa famille. Il serait toujours sage et attentionné. Néanmoins, il serait aussi capable d’être froid et implacable si la situation l’exigeait. Cette différence pouvait leur être fatale si elles ne parvenaient pas à le saisir.



Cronos avait pu deviner leur intentions. Mais, c’était tout ce qu’il avait pu faire. Les détails lui échappaient. Mais, au moins une chose était sûre: si elles se présentaient devant lui, accompagnées d’un quelconque soutien extérieur, il n’aurait aucune pitié envers elle et il y aurait de fortes chance que cela dégénère. Peut être comptaient-elles sur ce détail ? Mentalement, lentement, Cronos se prépara au pire: si l’affrontement était inévitable, alors il devrait combattre. Mais tant que la solution passait par la négociation, il utiliserait cette voie à son maximum. Les chances qu’ils passent pour un tyran étaient élevées: pourtant, et c’est une promesse qu’il se fit, il n’en serait rien. Juste mais implacable. Sévère mais compréhensif. Frère et Roi.


La Salle du Trône était bien vaste. Le Grand Sablier du temps trônait toujours en son milieu, les grains lumineux s’écoulant très lentement. Cette vue lui faisait continuellement souvenir que le temps avançait inéluctablement. Il était le synonyme du Destin contre lequel il se battait perpétuellement. La signification symbolique de la Voie de la Pénitence. À ses côtés, le trône vide de sa reine et femme demeurait bien à sa place. Mais, il était vide. Dix autre trônes siégeaient en demi cercle face aux sièges royaux. Bientôt, le Conseil des Titans se réuni iraient pour une décision essentielle. Qui gagnerait ? Qui perdrait ? Toute la question était là…
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Ven 15 Mar 2013 - 14:03

J'étais donc de retour du Sanctuaire Sacrée d'Athéna sans avoir pu remplir ma mission. Mon retour fut précipité par le fait que j'avais ressenti que quelques choses ne tournait pas rond dans mon Royaume. Je pénétrais dans la salle du Trône où mon frère Cronos siègait. Ainsi donc, il avait repris son rôle de Roi et ce n'était pas pour me déplaire.

Cronos semblait quelque peu troublé, je le voyait dans ses yeux.Un mélange de colèreetde mélancolie. Je m'avancais vers lui, m'agenouillais devant mon frère puis je me relevais et ne pus m'empêcher de me relever pour le serrer dans mes bras.

-Je suis heureux de te retrouver mon frère !!! Pardonne-moi cet élan soudain d'affection, ce n'est pas dans mes habitutes ... enfin du moins pas avec toi ! lui dis-je avec un léger sourire.

-Je te prie de m'excuser, je n'ai pas rempli à bien ma mission au Sanctuaire de ta petite-fille ... j'ai préférer revenir en urgence car si mes sens sont toujours aussi bons qu'autrefois, j'ai ressenti que quelque chose n'allait pas ici !

Posant une main sur l'épaule droite de mon frère, je plongeais mon regard dans le sien et lui dit:

-Je t'en prie, dis-moi ce qu'il se passe !!
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Dim 17 Mar 2013 - 12:14

Coeos était de retour de sa mission. Cronos avait toujours sa mine pensive et mélancolique. Il se préparait mentalement à devenir sévère et impitoyable envers deux membres de sa famille qu’il aimait profondément: sa sœur et sa femme. Pourtant, elles avaient menacé l’Unité des Titans et complotaient sûrement contre lui pour s’en prendre à son titre. Pourtant, il devait mettre un terme le plus rapidement à cette menace. Il devait souder sa famille.


Coeos s’était agenouillé puis s’était dirigé vers son frère. Il le serra dans ses bras, ce que fit Cronos tendrement. Il n’y avait aucune raison de refuser un élan de tendresse et le Roi en avait bien besoin. Il s’excusait pour cet élan d’affection mais Cronos ne disait rien. Il renforçait même, pendant un court instant, son étreinte. Même un Seigneur avait besoin de sa famille. Il n’avait pas rempli s amission auprès d’Athéna mais Cronos n’en avait cure. Il avait pressenti un danger et était accouru auprès de sa famille. Puis, il relâcha son étreinte et posa une main sur l’épaule de Cronos en lui demandant ce qui se passait. Il était temps de tout lui révéler.


Lentement, le Roi le reposa et l’invita à s’asseoir sur le trône qui lui appartenait dans la grande salle. Il s’assit sur son siège royal et rassembla toutes ses idées. La tendresse fraternel avait été un bon moment mais il devait absolument réclamer l’aide de son frère. Le Domaine des Titans était en danger et il ne le permettrait pas. Son regard croisa celui de son frère: il était toujours neutre et son attitude reprenait son côté impassible. Pour le moment, il ne se comportait pas en tant que Roi devant le Titan des Éclairs:il n’en avait pas besoin. De toute façon, bientôt, il aurait de lourdes décisions à prendre. Autant profiter des instants de sérénité et de paix qui lui étaient offerts.


« Comme tu le sais, suite à mon combat perdu contre Zeus au Sanctuaire et à mon voyage au tartare, je n’étais plus capable de vous diriger. Aussi, ais-je décidé de nommer Japet et Phoebe, respectivement Roi et Reine des Titans en attendant ma rémission. Ta femme s’est bien comporté tandis que notre frère a été une déception. Souviens toi: je vous ai parlé de la Malédiction de Théogonia. Cette fatalité qui a entraîné ma folie et qui a précipité notre chute. Elle a fait de moi un véritable monstre et, actuellement, je poursuis la Voie de la Pénitence pour me faire pardonner. Mais cette voie est très difficile à suivre. Ta femme a toujours été claire dans ses intentions: si elle estimait que je n’étais pas digne d’être un bon roi, elle me renverserait. Malheureusement, elle a décidé de me destituer de mon titre de Roi. » Annonça Cronos d’une voix calme et limpide.


« Nous n’avons pas eu la même vision du passé et notre opinion diverge sur Tatsou, notre anciens guerrier humain. Elle me prend pour un fou alors que je suis plus lucide qu’elle ne le pense. Elle pense que je ne maîtrise rien alors que c’est faux. Comme tu le sais peut être, j’ai autorisé Tatsou quitter notre domaine pour rejoindre le Camp d’Arès. Elle pense qu’il est incontrôlable et qu’il est une source de menace pour nous. Elle se trompe sur ce sujet car je le connais bien puisque j’ai été son maître. Là, aussi, notre opinion a divergé. À présent, sache bien que le passé n’a plus aucune importance pour moi. Je me tourne, désormais, vers le présent et l’avenir de notre camp. Et, il est temps que je reprenne les rênes de notre domaine. Désormais, si je suis toujours votre frère, je suis aussi votre Roi. Pour le bien de notre domaine, je devrais me montrer impitoyable et intransigeant. Et pour justifier mon rôle, j’ai puni Japet et je m’apprête à me montrer sévère entre ma sœur et ma femme. Nous avons eu une conversation très houleuse entre nous deux. D’ores et déjà, je te présente mes excuses car j’ai perdu tout contrôle et me suis montré agressif envers ta femme. Rhéa était présente et n’a pas cessé de se montrer véhémente à mon égard. À la fin de notre entrevue, elle est partie avec Rhéa en déclarant très exactement à Rhéa que deux reines et un roi, cela faisait de trop. Elle a même dit que le Roi Fou était de trop en parlant de moi. Selon elle, tant que je serais soumis à la folie, l’Unité des Titans ne sera plus. Elle a ordonné à Prométhée de se rendre à Ithaque et de rejoindre son père pour protéger cette île sacrée où réside notre peuple. C’est alors que j’ai eu une supposition: je crains que Phoebe et Rhéa ne soit allé en Olympe pour quérir de l’aide auprès des Olympiens et, plus particulièrement auprès de Zeus. Ce ne qu’une hypothèse et je me trompe sûrement. Mais si tel est vraiment le cas, alors, je ne peux fermer devant cet acte de rébellion. Je peux concevoir qu’il y ait de la divergence entre nous mais je n’accepterais jamais un acte de rébellion et, plus encore, un quelconque soutien extérieure. » Poursuivit il alors qu’il adoptait toujours une attitude neutre, prenant beaucoup de recul avec un évènement qui s’annonçait tragique.


« La situation est donc la suivante Coeos. Phoebe et Rhéa veulent me destituer de mon rôle de Roi. Cela est impossible car ce titre a été acquis par la joie et la souffrance. C’est mon rôle de régner sur vous. Pour cette raison, je suis redevenu Roi. Je compte sur toi pour bien faire la différence entre le Roi et le Frère. Je peux me montrer très proche envers tendre envers vous comme je peux être impitoyable et intransigeant si la situation l’exige. Maintenant, notre domaine vit une période très difficile. Je ne t’imposerai rien mais tu dois faire ton choix: soit, tu rejoins le camp de Rhéa et de Phoebe et tu complotes pour prendre mon titre. Soit, tu te comportes en véritable titan, protecteur de notre domaine et de nos traditions et tu te montres fidèle à mon égard. Dans tous les cas, il faut empêcher que Rhéa et ta femme ne commettent l’irréparable en persistant dans leurs choix et en impliquant des personnes extérieures. Car, si tel était le cas, je serais sans pitié. Ta situation est très compliquée et je ne souhaitais pas te forcer à faire un tel choix. Mais, voilà la réalité et elle est très sombre. Si tu as des questions ou des choses à dire, n’hésites pas. » Conclut Cronos alors qu’il se leva et qu’il se dirigea sur le balcon pour s’asseoir sur la rambarde, posant son regard toujours neutre sur lui.


En vérité, le Roi des Titans comptait beaucoup sur Coeos. Peut être que celui-ci parviendrait à faire entendre raison à sa femme et à sa sœur. Il fallait absolument clarifier la situation avant qu’elle ne dégénère. Le Seigneur des Divinités Anciennes n’avait aucune envie de peiner deux membres de sa famille. Hélas, s’il n’y avait pas d’autres solutions alors il n’aurait plus le choix. En redevenant Roi, le sort de son domaine et de sa famille comptait énormément mais il ne s’autoriserait plus les largesses d’antan.
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mar 19 Mar 2013 - 15:45

Après notre étreinte fraternelle, mon cadet m'invitais à m'asseoir sur l'un des onze trône qui entouraient le Trône Royal. Je m'assit donc sur celui qui se trouvait à la droite de mon frère et écoutais ce qu'il avait à ma dire. Il m'expliquait que suite à sa défaite contre Zeus, son fils, et à son passage par la Tartare, il avait nommé mon jeune frère Japet et ma femme Roi et Reine des Titans.

Phoebé avait excellée dans ses fonctions de Reine tandis que Japet avait été très décevant. Je n'aurais pas pu appuyer la parole de mon frère car j'étais absent lorsque ma femme et Japet ont gouvernés. Cronos continuait en me disant que Phoebé avait toujours été très claire sur ses intentions; si elle estimait que Cronos n'était plus en mesure de gouverner, elle me renverserait mon cadet. Je n'avais jamais été informé de cela et l'hypothèse que ma femme mène une rébellion contre notre Roi ne m'enchantait guère.

C'est alors que Cronos m'avouait que Phoebé avait décidée de mettre ses paroles en pratiques. Ma femme voulait détrôner mon petit frère. Cette nouvelle, je la reçu comme une coup de masse sur la tête. Si je n'avais pas déjà été assis, je me serais effondré sur l'arrière-train. Je clignais plusieurs fois des yeux en secouant négativement la tête comme pour faire disparaître cette révélation de mon esprit.

Cronos m'expliquait ce revirement de situation en m'e disant qu'il avait eu une altercation avec ma femme lors de son retour du Tartare. Phoebé et lui n'avait pas la même vision du passé et il y avait eu une discussion houleuse au sujet de Tatsou, notre serviteur humain. Cronos me dit qu'il avait autorisé Tastou à rejoindre le camp d'Arès, mon neveu. Phoebé pensait que l'humain était incontrôlable et Cronos lui pensait tout le contraire.

Mon frère m'avoua alors que le passé lui était indifférent et qu'il souhaitait désormais se tourner vers l'avenir. Phoebé ne semblait pas être du même avis. Mon cadet me fit part de ses excuses pour s'être emporté et s'être montré agressif envers mon épouse. Je ne lui fit aucunes reproches, je connaissais bien le caractère de Phoebé et je devais être l'un des seuls Titans à savoir rester calme lorsqu'elle était en colère.

Cronos me dit que désormais, il se montrerait impitoyable et intransigeant et que pour montrer l'exemple, il avait déjà puni Japet et il s'apprêtait à faire de même avec ma femme et ma sœur Rhéa. Mon frère m'expliqua en deux mots la discussion qu'il avait eu avec les deux Titanides. Décidément, je n'arrivais pas à croire ce que me disait mon Roi. Ces paroles ne pouvait pas être sorties de la bouche de ma douce femme. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Elle ne s'était jamais montré ainsi rebelle.

Cronos m'avoua sa crainte que Phoebé et Rhéa ne soient allés demander de l'aide aux Olympiens pour l'aider à le renverser. Je ne savais que trop bien que Zeus ne manquerait pas cette occasion de faire payer une nouvelle fois les crimes passés de son père. Allions-nous vers une nouvelle Titanomanchie ? Le souvenir de cette Guerre me fit frissonner. Je n'avais nulle envie de retourner moisir dans le Tartare.

C'est alors que Cronos me posa un ultimatum auquel je ne pouvais me soumettre que difficilement: je devais choisir mon camp, soit je suivais ma femme et ma sœur dans leur quête pour détrôner Cronos, soit je restais auprès de mon cadet et respectais la promesse que j'avais faîte à notre mère Gaïa de le protéger et de le soutenir quoi qu'il arrive.

Lentement je fermais les yeux et poussa un long soupir. Ce monde était-il en train de devenir fou ? Pourquoi de telles choses se produisait au sein de la plus légendaires fratrie qui existe en cet univers ? Nous avions tous grandi dans les mêmes circonstances et avions toujours été liés alors pourquoi ?



J'aurais voulu que cette situation n'existe que des cauchemars, que je me réveil aux côtés de ma femme et que nous soyons comme au début de ce monde: heureux.

Je me levais du trône et me dirigeait vers la fenêtre. J'inspirais une grande bouffée d'air frais, mon regard se perdit au lointain. Je savais qu'il fallait que je prenne une décision, mais cela m'était tellement difficile. Que devais-je faire ? J'aimais profondément chaque membres de ma famille et savoir ma fratrie était en train de se brisée comme du cristal me rendait infiniment triste.

Je levait les yeux vers le ciel du Chronos Labirynthos comme pour y trouver de l'aide et murmurai:

-Oh très chère Mère, que ferais-tu à ma place ?

Aucunes réponse ne me vint des cieux, j'étais seul à devoir prendre cette décision. Ma femme ou mon Roi, mon Roi ou ma femme, envers qui allait le plus ma loyauté? Mes doigts se resserrèrent de plus en plus sur le rebord de la fenêtre tant et si bien que bientôt mes phalanges devinrent aussi blanche que la neige.

Je me retournais alors vers mon frère, toujours assis sur son trône et lui dit:

-C'est un choix des plus difficile que je dois faire là. S'il devait y avoir un affrontement, tu sais bien que je ne pourrais jamais faire de mal à Phoebé, Rhéa ou toi …

Je pris une bonne inspiration, et reprit:

-Tu nous à toujours gouverner comme le plus grand des Rois, en cela je te respecte bien plus que tu ne peux l'imaginer … et c'est pour ça que je vais rester à tes côtés. Je t'ai juré allégeance et j'ai promis à notre mère de veiller sur toi.

Une larme roula le long de ma joue gauche.

-C'est sans aucun doute la plus difficile des décisions que j'ai eu à prendre jusqu'à présent et je ne te demanderais que deux choses mon frère, mon Roi … me permettrais-tu d'essayer de raisonner ma femme et la tienne ? Et dans l'hypothèse de mon échec, ne m'oblige pas à leur faire du mal, je n'en aurais pas la force.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Mer 20 Mar 2013 - 16:31

Le choix était vraiment compliqué. Véritablement cornélien. Il n’aurait jamais voulu mettre un membre de sa famille dans cette position. Cronos était véritablement maître de la situation et s’il ne démontrait pas sa présence royale divine, il se comportait en tant que Roi intransigeant. La situation l’exigeait: il fallait se montrer conspirateur contre deux membres de son clan. Un état d’esprit qu’il réservait à ses opposants et non à sa sœur et à sa femme. Il le dissimulait parfaitement devant ce masque d’impassibilité. Son regard neutre et calme ne cessait de croiser celui de son grand frère. Au fond de lui, Cronos s’était préparé à l’impardonnable, à l’incroyable. Si la situation dégénérait, il était prêt à affronter sa sœur, sa femme et tout ce qui menacerait l’Unité des Titans.


La détresse se lisait dans le cœur et le corps de son frère. Insupportable ! Inexcusable ! La colère se lisait dans ses yeux. Vite remplacer par une neutralité parfaite. Coeos lui jura allégeance. Selon lui, il avait toujours été un bon roi. Le serait-il toujours dans le cœur de sa famille s’il était obligé de punir sévèrement Rhéa et Phoebe. ? Inconcevable ? Avant oui ! Plus maintenant ! Le Roi était de retour. Avec les avantages et les inconvénients que son rang lui convenait. Coeos avait promis à sa mère de veiller sur lui ? Il ne le savait pas. Mais c’était bon de savoir qu’on était aimé, apprécié et protégé. Son sourire réapparut sur son visage. Symbole de son bonheur retrouvé dans une épidémie de douleur et de maléfice. Vite remplacé par une façade démontrant son sang froid et son imperturbabilité. La tristesse de son frère l’écoeurait quelques peu: la révolte de ses deux sœurs pour un titre le révoltait. Le Roi n’oublierait pas la mélancolie de son frère. Serait-il capable de pardonner ? Tout dépendait d’elles. Il voulait essayer de raisonner Rhéa et Phoebe. Et s’il n’y parvenait pas, il ne voulait pas à les affronter: il ne voulait pas leur faire du mal, il n’y parviendrait pas. À son tour, Cronos se leva de son trône et se dirigea vers le balcon. Il posa ses deux mains sur la rambarde et contempla son illustre royaume. Les Titans avaient vécu des jours bien triste par le passé: il était hors de question que cela recommence.


« Le Roi protège ses sujets. Le Frère aime sa famille. Le Roi est capable d’ignominie sans nom pour veiller sur son domaine. Le Frère ne peut supporter le déchirement de ceux et celles qu’il aime au plus profond de son cœur. Le Roi peut s’abstenir de toute émotion quand son domaine est en danger. Et le Frère pleure en silence. » Déclara-t-il d’une voix lointaine, son regard s’étend vers un lieu imaginaire, droit devant lui, ses yeux calme et serein. Puis, il se retourna et observa longuement son frère. « Ton soutien m’est essentiel Coeos. En vérité, je comptais beaucoup sur toi. Bien entendu, tu as toute liberté d’action. Si tu parviens à faire entendre raison à ta femme et à la mienne, alors nous pourrons remarcher sereinement sur le sentier de la paix. » Poursuivit-il alors qu’il se dirigea vers le Titans des Éclairs Noirs.


« Je suis le Roi des Titans. Je suis le seul à prendre les décisions. Je règne sur vous tous et vous toutes. Et, comme je suis bon et juste, je prends en compte chacune de vos décisions et de vos choix. Si Rhéa et Phoebe doivent être punies, j’accomplirai cet acte et prendrai personnellement les mesures qui s’imposent. Il n’est pas de ton devoir de faire du mal à tes deux sœurs. Il n’est plus dans tes attributions de souffrir. Il ne t’appartient plus de recevoir une quelconque douleur. Je serai seul maître de la disgrâce car je déciderai du sort des deux conspiratrices. » Annonça froidement Cronos alors que, paradoxalement, il essuya la larme qui perlait sur la joue de son frère avec une certaine chaleur fraternelle.


Il avait envoyé Japet et Tabris à Ithaque pour amener Prométhée à se soumettre à sa volonté. Il fallait maintenant valider ou invalider son hypothèse. Et c’est là que Coeos entrait en scène. Sa sagesse et son intelligence devrait permettre d’être persuasif envers sa femme et sa sœur. Il se rassit sur son trône et respira calmement.


« Coeos. Tu vas te rendre en Olympe, sur les terres de Zeus. Nous allons vérifier si ma déduction est valide ou pas. Si tu trouves Rhéa et Phoebe, alors, tu leur parleras. Si, par malheur, elles sont en présence d’un Olympien, je compte sur toi pour les faire quitter le sol de nos Descendants. Personne ne doit être au courant de notre situation et elles ne doivent entrer en contact avec aucune personne extérieure pour tenter une alliance contre moi. Si elles y parvenaient, je serai obligé de me montrer impitoyable et sans pitié envers elle. Persuades les que le Roi est de retour et qu’il est prêt à se montrer clément si elles se montrent conciliantes et sages. Je compte sur toi. Si tu as autres choses à me dire, je t’écoute. Sinon, tu peux partir… » Conclut-il en posant son regard déterminé sur celui de Coeos.


Il avait toutes les cartes en mains. Son plan était en marche. Il avait prévu toutes les possibilités mais était soumis à l’imprévisibilité de la situation. Il avait tenté de ne rien négliger mais, dans ce genre de situation, on ne pouvait jamais rien prévoir à cent pour cent. Il avait fait ce qu’il avait pu. Maintenant, la balle était dans le camp de sa sœur et de sa femme. À elles de décider. À elles de choisir. À elles d’assumer la responsabilité de leurs actes…
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Lun 25 Mar 2013 - 10:00

Cronos m'avouait qu'il avait espérer avoir mon soutien et qu'il comptait beaucoup sur moi. Il me laissa carte blanche; j'avais le droit de tenter de faire entendre raison à ma femme et je comptait bien y arriver. Mais qu'est-ce qu'elle avait dans la tête ? Et Rhéa ? Elle qui s'était toujours montré si douce et si protectrice avec nous tous, pourquoi avait-elle décidé de prendre les armes contre sa propre famille ? Décidement, tout cela m'échappait.

C'est alors que Cronos me confia une mission à laquelle je ne m'attendais pas: Il m'ordonna de me rendre en Olympe pour tenter de rattraper Phoebé ete Rhéa avant qu'elles ne prennent contact avec l'un des Olympiens. Je ne protestais pas, bien que je me doutais de l'accueil qui m'y était réservé, et m'inclinais devant mon monarque.

-Je ferais selon tes désirs mon Roi !!

Puis, je fis quelques pas à reculon, toujours incliné et tournais les talons en direction de l'Olympe.

Arrow L'Olympe
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Ven 29 Mar 2013 - 12:03

Arrow L'Olympe

J'étais de retour du Mont Olympe où mon Roi m'avait envoyé afin d'intercepter Rhéa et Phoebé avant qu'elles ne prennent contact avec un Olympiens. J'étais, hélas, arrivé trop tard car ma soeur et ma femme s'était trouvées être avec Zeus lorsque je parvins à les retrouver. Elles avaient alors toutes deux disparut en compagnie du fils de Rhéa et Cronos. Pour ma part, j'avais fait une rencontre à laquelle je ne m'attendais pas, en effet, Hermès, le fils de Zeus m'attendait et avait chercher à savoir ce qu'il se passait dans notre fratrie. Voyant que je ne voulais pas lui divulguer d'informations, Hermès m'avait alors fait une suggestion qui me mit hors de moi et j'avais bien failli lui faire regretter. Mais hélas Hermès m'avait alors lancé un sort de manipulation à la suite duquel je n'avait plus aucun contrôle sur mes mouvements. Je ne pouvais qu'assister impuissant aux agissements de mon propre corps.

J'entrais dans la salle du trône, mais ce n'était pas moi qui avait commander à mes bras d'ouvrir la lourde porte, encore moins à mes jambes de s'avancer dans la salle en direction du trône où mon frère Cronos siégeait. Mes jambes s'étaient alors pliés pour poser un genoux à terre afin de me prosterner devant mon monarque. Ma tête s'était relevée, mon regard semblait froid et cruel et a voix était plus dure que d'ordinaire. Je m'entendis alors prononcé:

-Mon Roi, je suis de retour d'un nouvel échec .... Ma femme et la tienne ont trouvé conseil auprès de Zeus lui-même, je suis arrivé trop tard pour les empêcher de partir avec lui ...

Puis, je baissa à nouveau la tête et mes yeux se portèrent sur ma Rapière, rangée dans son fourreau. Je savais ce que j'allais faire mais je devais attendre le moment propice pour enfoncer ma lame dans le coeur de mon frère. Il fallait que je parvienne à m'en empêcher lorsque je devrais passer à l'acte. Pour l'heure, j'attendais la réponse de mon Roi et de nouveaux ordres de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Lun 1 Avr 2013 - 10:14

« Tu n’as pas tant échoué que cela. Mes doutes sont devenues des certitudes. Maintenant, nous avons le choix. Devons nous continuer à les chercher ou bien devons nous attendre ? Qu’en penses-tu Coeos ? » Demanda Cronos alors qu’il posa son regard sur celui de son frère.


Le regard de Coeos semblait froid et cruel. Sa voix était un peu plus dure que d’habitude. Cronos ne dit rien . Avant de partir en Olympe, il n’était point ainsi. Est-ce que le fait d’avoir de ne rien avoir pu faire pour empêcher sa femme et sa sœur de quitter l’Olympe y était pour quelque chose ? Cronos décroisa les bras et se pencha un peu en avant pour observer son frère.


« Hé bien Coeos. Que t’arrive-t-il donc ? »
Demanda-t-il alors que sa voix était neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Jeu 4 Avr 2013 - 20:05

Dans sa grande bonté, Cronos me rassurait en me disant que je n'avais nullement échouer dans ma mission mais que désormais il fallait que nous continuions à chercher ma femme et la sienne afin de reformer la fratrie des Titans. Malgré moi, cette idée m'ecoeurait. Mon frère posa alors son regard dans le mien. Quelque chose avait attirer son attention sur moi. Il décroisa les bras et se pencha vers moi en me demandant ce qu'il m'arrivait. D'un que je voulais naturel je lui répondit:

-Tout va bien mon frère, je suis juste en rage d'être arrivé trop tard pour mes soeurs !!

Mes poings se resserrent, faisant grincer le cuir de mes mitaines que je portait sous mon armure. Intérieurement je hurlais, je me débattait dans mon propre corps. Je cherchais un moyen de prévenir mon Roi de ma condition avant que, indépendamment de ma volonté, je ne passe à l'action. Un ordre résonnait dans mon esprit:

"TUE CRONOS !!!"
-NNOOONNNN !!!! répondais-je intérieurement.

Le combat que je menais à l'intérieur de moi-même était rude et dans un moment de force je repris un bref instant le contrôle de mon corps et la seule que je trouva à faire, fut de regarder mon Roi avec un regard empli de tristesse et de supplice, puis de secouer vivement la tête de gauche à droite. Un instant plus tard, je perdis mes forces et laissa à nouveau place à cette force maléfique qui habitait mon corps. Je sentis alors que mon regard se faisait ànouveau froid et cruel et qu'un sourire en coin étirait mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Cronos 1

avatar
Messages : 3101

Avertissement(s) : 2eme Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Dim 7 Avr 2013 - 11:59

L’attitude de son frère dérangeait Cronos. Décidément, et il en était persuadé, quelque chose n’allait pas. Il avait du se produire un évènement durant son passage en Olympe. Le Roi des Titans réfléchit à toute vitesse pour essayer de trouver une solution. Ou, tout du moins, une explication plausible à l’état actuel de son frère. D’après ses paroles, il enrageait d’être arrivé trop tard pour ses sœurs. Précédemment, il avait avoué que Rhéa et Phoebe avait pris ,conseil auprès de Zeus et qu’il était arrivé trop tard pour s’entretenir avec eux. S’il s’en tenait uniquement aux paroles de ce dernier, il y avait deux possibilités: soit, il y avait une conspiration et Coeos était en train de simuler une difficulté pour l’attaquer. Soit, un imprévu s’était déroulé, empêchant Coeos d’agir contre son gré ? En tout cas, une chose était sûre: la situation n’était pas à prendre à la légère.


Le Roi des Titans se leva lentement de son trône et s’avança vers le Titan des Éclairs. Il continuait toujours à l’observer le plus attentivement possible. La Pression Royale s’accentua légèrement, pour s’accroître progressivement. Les poings de son frères se resserrèrent il pouvait entendre le bruit du cuir ses mitaines qui grinçaient. Puis, tout sembla s’éclaircir. Cronos n’avait qu’à lire les émotions de son frère qui se dessinait sur son visage. À un moment donné, il perdit toute trace de cruauté et de froideur pour offrir un regard triste et faire un signe de dénégation. L’instant d’après, ,son regard se faisait, de nouveau, cruel et froid. Cronos était le dépositaire d’une technique de contrôle mentale: l’Oracle Teleos. Il savait combien les victimes de ses techniques cherchaient à se ressaisir pour combattre le pouvoir de sa domination mentale. Est-ce que Coeos était-il sous l’emprise d’un quelconque contrôle ? Il n’en était pas sûr mais c’était une forte probabilité. Il décida de tenter un coup de bluff. Il allait miser sur son idée première. Soit, c’était la vérité, soit il s’était trompé. Dans tous les cas, il saurait.


« Tu n’es pas dans ton état normal Coeos, cela se voit. Je sais reconnaître une Domination Mentale quand j’en vois une puisque je domine moi-même le Contrôle Mentale par le biais de l’Oracle Teleos. Apaise ton esprit, forges un mur spirituel qui refuse toute nuisance mentale. Reprends le contrôle de tes émotions. Tu en es tout à fait capable mon frère. Ne laisses pas une autre personne décider de ton propre destin. Tu le regretterais… »
Conseilla Cronos alors qu’il se mit à une distance respectable de son frère. À la fois proche et lointaine.


Cronos tablait tout sur une succession d’impression, de déduction et d’observation. Si, effectivement, il avait raison, et si Coeos ne pouvait se défaire de cette emprise, alors l’issu paraîtrait inévitable. Un combat s’engagerait. Cronos était bien plus puissant que Coeos et cela amènerait à une défaite préjudiciable pour son frère et pour le camp ,des Titans et des Titanides.
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

avatar
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Ven 12 Avr 2013 - 21:20

J'avais essayé de prévenir mon frère mon Roi, tenté de lui hurler que je ne maîtrisais plus mon corps et que je cherchais à le tuer, mais cette force qui m'habitait désormais m'en empêchait. Elle était plus forte que moi. Normal puisqu'elle puisait dans mes propres forces. Petit à petit, je me sentais mourir, j'allais à nouveau glisser vers les profondeurs du Tartare. Étais-ce ma punition pour avoir failli à ma mission ? Si tel était le cas, mon seul regret serait que mon Roi allait mourir de ma propre main.

Et puis, comme si mon geste désespéré lui avait mis la puce à l'oreille, mon frère me demanda:

« Tu n’es pas dans ton état normal Coeos, cela se voit. Je sais reconnaître une Domination Mentale quand j’en vois une puisque je domine moi-même le Contrôle Mentale par le biais de l’Oracle Teleos. Apaise ton esprit, forges un mur spirituel qui refuse toute nuisance mentale. Reprends le contrôle de tes émotions. Tu en es tout à fait capable mon frère. Ne laisses pas une autre personne décider de ton propre destin. Tu le regretterais… »

Il avait compris. Si j'avais pu lui sourire pour lui faire comprendre qu'il avait vu juste, je l'aurais fait. Mais au lieu de ça, je sentais mon visage se crisper. L'entité qui m'habitait savait qu'elle avait été démasquée. J'entendis alors ma voix quelque peu tremblante répondre à mon Roi:

- M ... mais que racontes-tu là mon frère ? Moi sous une domination mentale ? Voyons c'est absurde.

Puis, je me levais et tournai le dos à mon frère, la main sur la garde de ma Rapière.

-Non je te l'ai dit, je suis empli de rage à avoir failli à ma mission et maintenant ... je suis encore plus enragé car ...

Ma main agrippais la garde de ma Rapière et la sortit de son fourreau. Avec une vitesse fulgurante, je me retourna à nouveau vers mon frère et pointa la lame de mon épée droit vers son cœur.

- Tu m'as démaqué et pour cela je dois te tuer ... mon frère !!!

Mon regard se fit encore plus meurtrier. Je fis un petit pas en arrière et l'instant d'après j'en fis un en avant, la pointe de ma Rapière toujours en direction de la poitrine de mon cadet et d'un grand lancement de coude, je cherchait à transpercer son cœur. Je ne pouvais rien faire, je ne contrôlais plus rien. J'allais tuer mon propre frère et de surcroît avec l'arme que ma mère m'avait offerte pour le protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   Sam 13 Avr 2013 - 23:23

Arrow Château de Cronos et Rhéa

Depuis un moment, Cronos sentait une présence maléfique dans le château, dans le sens où le Mal s'était emparé d'une âme pure.

Typhon se matérialisa donc dans le château dans la salle des Trônes, en prenant soin d'utiliser le vent comme moyen de transport mais aussi d'écoute pour pouvoir comprendre ce que ce passait, mais il n'entendit que le bruit brillant du métal tiré rapidement d'un étui, un fourreau.
Cependant, puisque l'aura d'un de ses frères ou d'une de ses sœurs était entaché par cette aura négative, il ne sut pas qui cela pouvait être, d'autant plus que beaucoup de ses compagnons d'armes possédaient une épée.

Arrivé dans le temple, il vit Ceos, d'habitude si calme et doux avec les autres, si altruiste et le bouclier ultime de son Roi, pointer sa Rapière préféré donné par son mère, le rempart contre toute attaque pour Cronos contre ce dernier.

Tandis qu'il se matérialisait, il projeta son vent entre son Roi et protecteur et son frère Ceos et fut apparaître sa propre épée, plus longue que la normale et son vent fut reculer Ceos de quelque pas, mais il ne baissa sa lame donc Typhon s'interposa entre les deux protagonistes d'un combat insensé après une révérence vers son Maître et Roi ...

- Bonjour mon frère, dit-il avec son ton mêlé de souffrance et de force symbole de son cosmos, mélange de sang et de rose blanche. Il l'avait modifié pour coller à ses nouvelles forces.
Pourquoi menaces-tu notre Frère et Roi ? Il a toujours été un guide pour nous et tu l'attaque sans prévenir. Cependant, je sens en toi une noirceur inhabituelle loin de ta pureté et ta gentillesse sans limite ...
Explique-moi ce qui t'arrive ou laisse-moi lire en toi, mais ne me force pas à te combattre dans un combat inutile et sanglant ...


Tenant toujours son épée devant lui, il avait déjà transformer ses organes en vent pour ne pas être blesser et laisser son maître sans défense, même si l'ichor est le plus pur des liquides et qu'il ne faut pas le laisser couler, il était prêt à en sacrifier un peu pour l'avenir de tous les Titans ...

L'ambiance était assez tendue et le Titan Archaïque pensait qu'il était temps qu'il soit mis au courant de tout ce qui s'était passé pendant son absence à méditer et malaxer ses nouvelles forces qui coulaient dans ses veines pour modeler un cosmos qui pouvait varier selon ses objectifs et l'union parfaite des deux créant une pression spirituelle sur les autres capables de contrôler certains êtres vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Retour du Roi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Retour du Roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume des Titans ¤ Cronos :: Cronos Labyrinthos :: Le Château de Cronos et Rhéa-