Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | 
 

 Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes

Aller en bas 
AuteurMessage
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 13:31





Siam
Guerrière Divine des Nornes








IDENTITÉ
Nom : Inconnu.
Elle s’appelle elle-même « Des Myriades » car à sa naissance, la première chose qu’elle vit fut le ciel constellé d’étoiles.
Prénom : Siam
Age : environ 3 ans
Apparence : un corps d’environ 15 ans (mais son vécu lui donne l’air plus âgé, car plus mature)
Date de naissance : 21 octobre 1740
Taille : 1,63m
Poids : 53 kg

Note : Siam n’est pas une simple humaine (à 50% seulement) puisqu’elle est également en partie fae et jamirienne par sa mère (ainsi, les marques sur son front sont à peine visibles et ses cheveux lui barrant le front suffisent à les masquer). Mère : Lia (elle ne l'a jamais vu, ne connait pas son nom. Elle sait simplement que Freyja l'a vu). Père : Biscione (là, c'est encore pire, elle ne sait rien du tout, ni nom, ni rien d'autre)

Description : Siam a l'allure fière. Elle peut vite prendre un air farouche et un regard de loup quand elle est menacée, et sa langue peut rapidement devenir acerbe. Ses cheveux châtains sont un peu ternes, car elle n'est pas du genre à s’enduire de décoction à base d'oeuf pour soigner sa peau. Elle est telle qu'elle est et ne ment pas sur son corps et ses attributs. D'ailleurs, bien qu'elle fasse environ quinze ans, son visage harmonieux sur lequel se reflète une vie déjà pleine d'expériences est plus mature qu'on ne pourrait s'y attendre, laissant planer un doute son son âge.
Sur son front, un observateur attentif décèlera les deux points caractéristiques du peuple de Jamir, mais celles-ci sont très effacées et à peine visibles. De plus, elle porte constamment un bandeau en ruban bleu afin de retenir le plus gros de ses mèches rebelles. Le reste de ses cheveux ressemblant à une véritable crinière, elle les laisse libres au vent, descendant jusqu'au milieu du dos.
C'est une sportive, bien qu'elle ne soit pas puissante comme un ours blanc, et son corps est déjà sculpté par l'entraînement. je vous laisse donc imaginer les jolies courbes qui accompagnent ce doux visage en avatar.


Lieu d’entraînement : Asgard
Maîtres : Graknir, un nain qui lui aurait enseigné des techniques de réparation d'armure (mais jamais elle n'avait pu essayer) et la maîtrise du cosmos. Puis un inconnu, peut-être un envoyé, peut-être un chevalier d'un autre camp, elle ne sait pas, qui lui a fait découvrir qui elle était et l'a aidé à parfaire sa maîtrise.

• CAMP
Asgard

• ARMURE
Guerrière Divine des Nornes (rang officiel : Bronze)

• DESCRIPTION
L'armure des Nornes, adaptée à sa détentrice, est constituée de plaques d'armures recouvrant partiellement le corps de Siam aux jambes, aux cuisses, ceinture, aux poings et bras, épaule gauche (par d'épaulette droite) et plastron. Ces pièces d'armures sont maintenues par des fils épais argentés qui zigzaguent en courbes aléatoires et harmonieuses sur les parties du corps non protégées (ventre, genoux, intérieur des cuisses sous la ceinture, de l'avant-bras et l'épaulette gauche, du plastron à l'avant-bras gauche en passant par l'épaule). Sur l'épaule gauche (voir image de signature), deux demi-lunes verticaux. En guise de casque, un fil épais argenté s'ajoute à ceux de cuir sur son front et divise ensuite pour se mêler à sa tresse.

• CARACTÉRISTIQUES

Élément : - Rang Bronze (Au moins 240pts de stats hp et cs cumulés): 1 élément de base. Aucun élément supplémentaire.

Stats choisies : 120 HP et 120 CS (total de 240 points)
Élément de base : Vie
Élément de base supplémentaire : Mort
(Je demande la possibilité, tout en restant au rang de bronze, de développer deux éléments « de base » car les Nornes tissent le Destin de chaque être et représentent le passé, présent et futur. Et le Destin, comme le temps qui passe, c’est à la fois la Vie, et à la fois la Mort.)

Mémoire totale : Siam, depuis sa naissance, enregistre toutes les informations que son corps et son esprit perçoit, les sensations physiques (odeurs, mots, visions…) autant que les sentiments et intuitions. Ainsi, elle s’améliore à une vitesse ahurissante, comme un puit sans fond, avide, et qui ne laisse jamais s’échapper une seule goute.

Maladie orpheline : Elle est victime d’une forme jusqu’à aujourd’hui unique de la progeria (maladie du vieillissement accéléré). Alors que les cas reconnus semblent vieillir rapidement tout en grandissant comme des enfants, Siam grandit cinq fois plus vite. A seulement trois ans, elle en fait quinze. Ainsi, elle est enfant d’après son âge véritable, jeune dans son apparence, et vieille (au sens de « sagesse », car cette maladie lui a maintes fois rappelé la courté de la vie, et cette prise de conscience lui offre un recul et une expérience de la vie unique pour son âge).

Quête d'Harmonie : Siam recherche l'harmonie, que ce soit dans son corps, dans son esprit, ou dans son rapport avec le monde. Cette recherche se retrouve dans son rapport aux autres, dans ses mots parfois (bien qu'elle ait la langue qui fonctionne parfois plus vite que sa tête), et dans son art du combat, tout en fluidité et en souplesse (en combat, elle essaiera de ne faire qu'un avec l'autre, l’entraînant dans une danse mortelle)

Légende des Nornes (wikipédia)
Les Nornes (pluriel Nornir) de la mythologie nordique sont comparables aux dises qui règlent le destin de l'ensemble des habitants des neuf mondes de la cosmogonie nordique.
Bien que les Nornes soient assez nombreuses, les trois plus importantes sont appelées Urd, Verdandi et Skuld et résident près du Puits d'Urd, le puits du Destin. Elles en tirent l'eau et en arrosent l'arbre Yggdrasil afin que ses branches ne pourrissent jamais. Les Nornes sont décrites comme trois puissantes Jötuns dont l'arrivée a mis fin à l'âge d'or des dieux.

En plus de ces trois Nornes, il existe de nombreuses autres nornes, qui arrivent lorsqu'une personne naît afin de fixer son avenir. Ces nornes peuvent être bienveillantes ou malveillantes ; elles étaient considérées responsables respectivement des évènements heureux ou malheureux de la vie.
Les Nornes vivent sous la protection du grand Yggdrasil, l'arbre monde au centre du cosmos où elles tissent la grande tapisserie desdestins. Chaque vie humaine (ou divine) est symbolisée par un fil de leur pelote, et la longueur de chaque fil représente la durée de cette vie.

Ainsi, tout est prédéfini au sens des Nornes : même les dieux possèdent leur propre fil, bien que les Nornes ne les laissent pas l'apercevoir. L'opinion tranchée des dieux, sur le fait même qu'un pouvoir existe en dehors de leur contrôle et les implications qui en découlent- ils sont mortels eux aussi - sont les thèmes majeurs de la littérature sur la mythologie nordique.


• COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?
Google est mon ami

• NIVEAU DE RP

A vous de vous exprimer

Les trois années de Siam

Siam se souvenait de tout.

Visage encore flou du à ses yeux embués sur fond d’étoiles. Une voix, douce autant qu’angoissée, implorant celle qu’elle savait à présent être Freyja, la Grande. La morsure du froid, implacable, sur sa peau de bébé. Telle avait été sa naissance.
La voix de sa mère… Jamais elle ne l’oublierait. Elle était gravée dans chaque cellule mémorielle de son cerveau, dans chacune des fibres de son corps, et au plus profond de son âme. Si ce ‘est encore plus loin. Non, jamais elle n’oublierait cette voix, comme jamais elle n’oubliait quoi que ce soit. Depuis sa naissance, Siam semblait être la cible des dieux. A moins que ce ne soit son petit côté prétentieux qui lui dictait cela, comme tous les enfants de son âge ?

A trois ans, on croit encore être le roi du monde, après tout. Et pourtant, elle n’avait pas seulement trois ans, elle en faisait aussi une bonne quinzaine. Voilà pourquoi elle se sentait aimée par certains dieux, et malaimée par d’autres. A sa naissance, elle fut affublée de deux… particularités.
La première l’aurait tout simplement empêché de vivre. C’était la maladie du vieillissement accéléré, développé sous une forme unique au monde : elle grandissait environ cinq fois plus vite que la moyenne, ce qui lui donnait l’air d’avoir quinze ou seize ans.
A vingt ans, elle serait donc certainement morte et enterrée.

Heureusement, certains dieux devaient veiller sur elle, car si elle devait vivre avec une malédiction, celle-ci était contrebalancée par une bénédiction, une capacité innée : une mémoire infaillible de toutes les expériences vécues. Ainsi, elle enregistrait tout instantanément et pouvait rappeler à sa mémoire un discours sur les habitudes alimentaires des loups du Nord entendu il y a deux ans de cela.
Tels étaient ses fardeaux et ses ailes. Car sa mémoire était aussi une porte ouverte sur toutes les plaies de son existence, jamais oubliées, jamais refermées, et sa maladie lui offrait une expérience unique. Siam, trois ans, avait une perception de la vie toute différente des autres. Comme un Dieu qui ne connaitrait pas la mort verrait la Vie comme un handicap d’être inférieur, une malformation navrante, elle percevait sa vie comme une richesse, belle, unique et éphémère.



Chapitre 1 : Un an (corps de cinq ans environ).


Si elle ne sortait pas de sa rêverie immédiatement, cet éphémère prendrait fin abruptement. En effet, trois loups l’encadraient alors qu’elle se trouvait dos à une crevasse d’une vingtaine de mètres de profondeur. Il n’était plus temps de penser.

Analyse.
Trois loups. Le plus grand au centre, certainement le chef. A droite le dominé, moins épais que les autres, les côtes légèrement saillantes. A gauche, le sous-chef : épais, massif, se tenant légèrement en retrait par rapport au chef de meute.

Souvenir.
Les loups attaques seuls, en petits groupes ou en meutes. En petits groupes, ils sont plus faibles qu’à dix, donc le chef n’attaque pas directement et laisse les autres affaiblir la proie, ne mordant que pour blesser. Le dominé étant ce qu’il est, il n’attaquera pas en premier, donc…

Siam, combattante efficace, adapta sa position en fonction de ses déductions, tout élargissant son champ de vision, ne regardant rien en particulier et en faisant attention au moindre détail. Le plus petit mouvement remontant à son cerveau était un indice qui pourrait lui sauver la vie.
Trois secondes plus tard, le sous-chef prit les devants. Comme prévu, il fit claquer ses dents à quelques centimètres de sa main gauche, qu’elle retira vivement. C’était une feinte. L’instant d’après, le dominé bondit sur elle. Ses mâchoires puissantes foncèrent droit sur la trachée de la jeune fille et ses crocs se refermèrent avec un claquement sec et sonore…
Sur le vide.

Siam avait esquivé le mouvement de l’animal. Par un mouvement fluide du buste, elle s’était coulée sous la gueule du loup qui se retrouva pendant un infime instant sans défense. Là, et avec toute la force de son petit corps, Siam frappa la bête sur le bout de sa dernière côte, la plus petite, la plus fine et la plus fragile. Celle-ci fut brisée nette et, coup de chance, la partie qui s’était séparée avait perforé les organes. Le loup finit son vol en une chute misérable, agonisant avec un gémissement presque humain.
Le sous-chef profita de cet instant pour lui sauter à la gorge à son tour. La même attaque, la même défense. Siam abaissa plia les genoux et abaissa son buste ver l’avant, laissa son adversaire frôler son dos, et se releva d’un coup. Le pauvre loup finit son saut par une pirouette qui le laissa à moitié ort, au fond du précipice.
Silence observation.
Silence menace.
Le chef de meute lui fonça dessus. Ne lui laissant que très peu d’espace pour se défendre et trouver une parade.

Souvenir.
Un homme était allé voir Frejya, le soir même où sa mère les avait abandonnées. Un homme en armure. Freyja l’avait appelé « Guerrier Divin », et à l’époque, il émanait de lui un pouvoir prodigieux. Une puissance contenue qui, si elle était libérée, pouvait détruire les étoiles.
Pourquoi ce souvenir lui revenait en cet instant ? Difficile à expliquer. Ces rêveries lui arrivaient souvent. Mais cette fois, elle y vit une véritable porte de sortie, car cette puissance contenue, cette force sauvage et pourtant domptée, elle la ressentait en elle, dans son corps, dans son âme. Elle aussi, elle pouvait en user.

Le loup était en train de rabattre ses crocs lorsque tout s’inversa.
Il y eut comme un éclair sourd. Fracassant et pourtant inaudible. Un craquement dans son âme, un déchirement dans la toile des possibles. Et Siam ressentie qu’une puissance nouvelle pulsait en elle et faisait vibrer son être tout entier Soudain, elle Etait, tout simplement.
Dans la fraction de seconde qu’il devait lui rester à vivre, Siam eut largement le temps de percevoir la flamme de vie du chasseur, et d’un mouvement aussi rapide que le son, de la repousser au loin d’un simple coup de paume.

Siam se sentait forte. Elle était forte. Tout son être le criait, et la bête le ressentit, elle aussi. Elle s’inclina, respectueuse, et repartie au trot, reconnaissant en cette petite fille une créature qui ne pouvait d’ores et déjà plus être considérée comme une proie.
Siam était heureuse, car maintenant qu’elle percevait les flammes de vie, elle ne voulait plus les éteindre.
C’était trop beau.

Deux heures plus tard, la petite fille pénétra dans les appartements de Ravkov, son père adoptif, serviteur de Freija. Elle ne lui laissa pas le temps de parler, se planta fermement sur ses pieds et annonça de sa petite voix déterminée.
- Je demande à voir Freyja !



Chapitre 2 : deux ans (corps de dix ans environ)


La puissance émanant des étoiles était le cosmos. Celle provenant de son corps était de l’énergie. Brûler un cosmos en usant de son énergie était un prodige, réalisé par une minorité d’êtres humains ayant travaillés tous les jours pendant des années pour la plupart. Cela s’appelait la cosmo-énergie : l’énergie que dégage un combattant éveillé aux sens intérieurs, propre à chacun, comme une signature, et pouvant augmenter la puissance d’un individu en fonction de sa volonté.
Une notion complexe que Siam avait encore une certaine difficulté à formuler avec des phrases. Peut-être parce que cela se vivait, tout simplement.

Assise dans la neige recouvrant le point le plus extrême du territoire d’Asgard, le pôle nord géographique exact, elle traça quelques mots du bout des doigts dans la neige, rapidement effacés par les flocons qui tombaient sans discontinuer et le vent qui soufflait sur la plaine blanche.
Fil de vie traversant l’espace
Chemin arpenté
Divin Guerrier


Comme ses brusques accès de souvenirs, il lui prenait parfois l’envie d’écrire de manière automatique, inconsciente, et de ne pas saisir de suite le sens de ses propres mots. Toujours sur des supports éphémères, neige, terre, feuilles… comme si cette poésie obscure n’avait de sens que si elle était offerte au monde.

- Siam ! Viens par là.

La voix venait de l’igloo, unique bâtisse de glace dressée fièrement sur l’exact point géographique du grand Nord. Ici vivait le nain Graknir, un petit être boudeur et grincheux qui cachait très mal la chaleur véritable de son cœur et l’affection qu’il portait à la jeune fille.
Revenant vers l’abri, elle ne put s’empêcher de rétorquer avec aplomb :
- Tu ne me dépasses plus que de quelques centimètres, tu sais ? Il serait temps de me montrer le respect du à une égale !

Siam souriait de toutes ses dents de lait. Graknir l’observa avec un oeil mauvais, sous un sourcil épais et broussailleux, et maugréa quelque chose d’inaudible mais dont la jeune fille perçut quelques bribes, contenant les mots raclée, fesses, et plus jamais.
Elle appréciait ces minis joutes verbales. Surtout quand elle les gagnait. Mais elle s’étonna cette fois qu’il n’y ait pas de réponse piquante de la part du nain. Il s’était détourné et enfoncé sous le dôme.

Pour qu’il se refuse à l’un de leur passe-temps favori, quelque chose d’important devait avoir lieu. Aussi se glissa-t-elle dans l’ouverture sans tarder. Arrivée à l’intérieure, elle épousseta la neige et le givre qui la maculait puis entreprit de descendre l’escalier de glace qui s’enfonçait dans le cœur de la terre.
Suivant son mentor, elle se rendit dans la pièce des quatre vents. Là, se trouvaient trois autres nains, et c’était la première fois qu’elle en voyait autant à la fois. Graknir s’adressa à elle, debout sur une inscription représentant le Nord.

- Siam, voilà un an aujourd’hui que tu suis mes enseignements, apprenant tout ce que je sais avec une facilitée déconcertante. Tu savais, tout comme moi, que tu repartirais un jour avec une armure. Et le moment est venu pour toi de la revêtir.

Un autre nain, placé sur l’Est, récupéra la parole.

- En effet, tu as acquis un savoir qu’un être normal emmagasinerait normalement en cinq à six années de vie, ainsi tu connais des techniques que seuls des nains peuvent appliquer en Asgard. Ton corps s’est sculpté avec une rapidité déconcertante, nous prouvant par là également le bienfondé de ton choix de devenir un serviteur d’Odin ainsi que ta prédestination à cette voie. Ton mal est un don, ta flamme brûle plus vite qu’elle ne le devrait, mais également plus fort.

Le nain du Sud enchaîna.

- Cependant, même si tu as acquis des savoirs primordiaux, ainsi que la puissance d’un Guerrier Divin, tu n’en es pas un, faute d’armure.

Prise au dépourvu, le sourire de Siam disparut en un éclair et elle protesta malgré elle avec une voix qui partait bien plus dans les aigus qu’elle ne l’aurait voulu.
- Mais vous avez dit que…

- C’est pourquoi, continua le nain du Sud sans s’interrompre, nous allons te demander de partir au Sud afin de rejoindre l’Arbre-Monde. Seul Yggdrasil pourra te fournir des conseils, et peut-être même certaines réponses.

Siam était dépitée. Sa vie s’échappait comme un torrent en furie alors que celle des autres individus coulait comme un ruisseau tranquille, et après une année entière, on la renvoyait au Sud, et pour y trouver quoi ? Un arbre !

Elle voulut se défendre, argumenter qu’elle était prête, qu’elle n’avait pas de temps à perdre, que sa vie serait trop courte, que sa mort trop proche, que pour avancer sur son chemin, elle avait besoin d’une armure, qu’elle le savait ! Qu’elle le sentait ! Qu’elle…

- Trouves ta voie, lâcha le nain de l’Est, comme une ultime sentence.
Et ils se turent.

Silence observation.
Silence résignation.
Cette fois, ce fut elle qui tourna le dos après une courbette respectueuse et qui s’en alla.
Ce jour-là, il y a un peu plus d’un an, le loup avait-il, lui aussi, attendu de se retourner pour pleurer en silence ?


Trois mois de marche plus tard, Siam avait visiblement vieilli d’une année encore et en faisait presque douze. Elle avait perdu quatre dents de lait dans le froid inégalable des terres glacées du Nord, et chaque coup de vent qui s’était infiltré dans sa bouche lui avait tiré des larmes de douleur en pénétrant jusque dans ses gencives meurtries de préadolescente.

Trois mois à réfléchir et à parler pour elle-même, à voir son corps grandir et sa vie brûler. Se consumer. Toujours plus. Durant la première semaine, elle avait ragé contre son impuissance et pestait sans arrêt. Ces fichus nains et leurs petites phrases sibyllines toutes faites. Pourquoi lui infligeaient-ils cela ? Puis, avec les jours, sa colère et sa rancœur s’était estompées, gommées lentement mais inexorablement par la beauté ascétique des plaines blanches balayées par des vents givrant qui trouvaient leur naissance bien plus loin sur le continent. Une beauté froide où la vie luttait chaque jour en défiant la mort de venir la prendre.
Les semaines passant, elle avait compris que, bien qu’elle connaisse toutes les armures en état d’être portées en Asgard, elle ne se sentait attirée par aucune d’elles. N’avait-elle aucune étoile protectrice ? N’avait-elle acquis qu’artificiellement la force d’un Guerrier Divin ? Sa capacité à enregistrer tous les évènements s’était-elle une fois de plus retournée contre elle, lui permettant d’emmagasiner des savoirs, de devenir forte, mais sans mériter pour autant la reconnaissance d’Odin ?

Et ainsi le temps s’était écoulé, entre réflexion, abattement, détermination, espoir, détresse… jusqu’à la révélation. Terrible.
Qui était-elle ?
Elle ne le savait pas. Et cette vérité là la déchirait encore plus.
Elle ne savait pas.
Comment pouvait-elle donc… Comment osait-elle seulement prétendre à une armure, prétendre une reconnaissance… alors qu’elle n’était même pas capable de se connaître elle-même ?



Chapitre 3 : deux ans et demi, Yggdrasil


Arriver à Yggdrasil l’arbre-monde ne constitua pas une épreuve en soi. Siam, malgré son jeune âge, avait bénéficié des enseignements du nain Graknir, qui lui permirent de survivre aux plus grands froids et de chasser des animaux bien trop gros pour une enfant désarmée.

La solitude lui avait beaucoup appris. Elle était devenue une compagne de route. Plus que cela, une amie fidèle. Aussi étrange que cela puisse paraitre au commun des humains, la solitude avait toujours été à ses côtés, la laissant moins seule. Et avec la solitude, elle avait appris à regarder davantage, à méditer sur sa condition et celle de son environnement.

Dans les paysages immobiles qu’elle avait traversés, il y avait toutefois eu de la vie. Siam avait maintes fois perçu ces flammes intérieures si caractéristiques. Oh bien sûr, elles étaient la plupart du temps minuscules et ténues, mais parfois c’était des monstres de puissance qui se déplaçaient sous et sur la glace. Sa plus belle rencontre avait été une ours prête à mettre bas. Siam était resté à bonne distance pour observer la future mère opérer la délivrance, offrir une vie à la Vie. Sous ses yeux ébahis, une flamme nouvelle était apparue à l’instant où le nouveau-né avait poussé son premier cri. Comme un déclencheur.
Pourquoi voyait-elle cela ? Ces flammes ?

Cette vision l’avait profondément troublé et, avec son amie Solitude, elle avait réfléchi longuement, son baluchon rempli de viande de phoque séchée, de peaux pour les nuits et de tissus divers sur le dos. Quand elle comprit que la réponse était là, quelque part en elle, mais qu’elle se dérobait à chaque fois qu’elle essayait de la saisir, elle décida de laisser faire. Si elle devait comprendre, alors ça viendrait tout seul.
On ne force pas la nature.

Et longtemps après… Yggdrasil.
Arbre-Monde majestueux…
Pas de mot. Rien ne devait être prononcé pour décrire ce que jamais elle n’avait cru pouvoir exister. Etait-ce un rêve ? Etait-elle dans un délire causé par le froid ? Etait-elle allongée en ce moment quelque part dans la réalité, ensevelie sous la neige, prête à rendre l’âme ?

Etrangement, elle ne se souvenait pas du chemin parcouru entre les abords des terres habitées d’Asgard et l’endroit où elle se trouvait.

Un instant, elle voulu chercher des mots, puis se décida à n’en rien faire. Laissant son baluchon à terre elle ouvrit grands ses bras et se laissa bercer par ce qui ne pouvait être qu’un rêve et qui, pourtant, avait tous les accents de la réalité.
Elle se trouvait sur une étendue herbeuse parsemée de petites fleurs qu’elle n’avait que rarement vu dans sa vie. « Pâquerettes » cela s’appelait. Sur sa peau, elle sentit un vent la caresser avec une douceur infinie, comme, les mains de sa mère, ses doigts effleurant sa joue de nouveau-né. Une seule fois. Avant de disparaître.

Ce souvenir heureux autant que douloureux lui tira une larme. Larme de quoi ? Elle se décida à ne pas analyser cela. Le moment ne s’y prêtait pas, et elle continua à ressentir et à « emmagasiner du vivant ». En cet instant, elle remercia les dieux de l’avoir fait telle qu’elle était, car elle se souviendrait toujours, avec la même acuité, de cet instant unique.

Levant les yeux vers le ciel, l’adolescente vit un ciel bleu et clair, décoré d’un unique nuage et un soleil, chaud sans être accablant. Elle savait qu’en d’autres régions le climat pouvait être plus clément, mais ça… cette chaleur bienfaisante ! C’était magnifique
Et face à elle, a quelques kilomètres de là, Yggdrasil, monumental, majestueux, divin. Représentant terrestre de la divinité même. Son feuillage était incroyable, ses branches… son tronc était si….
« Arrête de penser », se morigéna-t-elle. « Vis ce moment ! »
Et c’est ce qu’elle fit.
Longtemps.

- Que fais-tu là, jeune fille ?
La voix était douce, aimable, et il n’y avait aucun jugement de valeur dans ce « jeune fille ». Aussi, elle ravala la réplique acerbe qu’elle avait naturellement concoctée et se décida à poser un regard sur l’homme.
- Qui êtes-vous ? demanda-t-elle simplement.
- Un envoyé.
- Pour moi ?
- Pour qui d’autre ?
Cette façon sibylline de répondre lui rappela le souvenir d’un ai.
- De Graknir ?
L’homme ne répondit pas. Regards croisés. Quelque chose se déroulait, qui n’avait pas de mot.
Silence observation.
Silence communication.
Silence compréhension.
- Enseignez-moi ! exigea la jeune fille malgré elle.

Sans connaître cet homme si singulier dont les secrets étaient inversement proportionnels aux mots qu’il employait tous les jours (c’est-à-dire une montagne de secrets pour une butte de mots offerts), elle avait décidé de suivre ses enseignements, à l’endroit même où ils s’étaient rencontrés, à quelques kilomètres de Yggdrasil.

Il n’avait rien demandé, rien exigé. Il ne s’était jamais présenté, ne lui avait jamais demandé de faire de même. Cet homme (mais était-il bien un homme ?) était un mystère. Pourtant elle se sentait en sécurité auprès de lui, comme s’il était de son sang. Mais jamais elle n’aurait osé poser la question. Son silence était trop précieux pour être gâché par des mots. Et par-dessus tout, il la laissait libre. Aucune obligation, rien de plus que ce qu’elle voulait donner. Alors, libre de ses actes, elle donnait tout ce qu’elle avait, exigeant toujours plus.

Et il lui donnait chaque jour davantage, répondant simplement à sa demande. Quelques gestes précis pour développer sa technique. Quelques mots pour répondre à une question complexe, la laissant souvent pousser le raisonnement afin de découvrir des vérités par elle-même, lui offrant le chemin vers une réponse, qui menait à plusieurs nouvelles questions.

Ainsi, les mois passèrent et son maître la formait à toujours mieux maîtriser sa cosmo-énergie, à trouver ce qui brûlait en elle, ce qui brûlait « vraiment ». Ce n’était ni le feu, ni la glace.
Elle cherchait, tous les jours, sans trouver.
Et tous les soirs, elle observait le monde, les flammes de vie qui l’entouraient, et Yggdrasil. La Vie de l’arbre-monde n’était pas une « flamme ». C’était... quoi, Dieu ?

Un jour qu’il l’entrainait à développer des techniques bien à elle, ils furent surpris par une meute au complet… d’hommes du Nord. Siam en avait déjà entendu parler. Ce n’était pas des tendres. Ils étaient craints pour leurs attaques surprises dans les fermes isolées, tuant les hommes, violant les femmes avant de les embrocher sur les épées. Et ils étaient là, les entourant dans une région si loin de leur champ d’action, auprès d’Yggdrasil. Le climat n’était pas le leur. Pourtant ils étaient là, elle voyait parfaitement leurs flammes de vie. Et si elle et son maître ne se résolvaient pas rapidement à agir, ils seraient mis en lambeaux dans la minute.

C’est alors qu’elle constata un vide autour d’elle.
Son maître avait disparu.
Ne restait qu’une certitude, absolue.
Elle était prête.
Elle implora mentalement pardon à toutes ces vies qu’elle allait devoir briser. Mais elle devait vivre, elle se le devait, elle le leur devait, à tous ceux qui s’étaient occupés d’elle depuis trois ans.

Comme mus par une volonté unique, tous les hommes du Nord se jetèrent sur Siam avec une unité qui rendait belle une attaque aussi mortelle, et cette beauté ôtait presque l’envie de se défendre. C’était comme une danse, une danse de mort, animale, violente.
Soudain Siam ne regardait rien en particulier, mais elle était attentive à tous les détails, au moindre mouvement perçu dans son champ de vision, et sa perception des énergies lui permettait même de voir au-delà. Elle « voyait » ses ennemis tout autour d’elle.
Une seconde avant qu’elle ne se retrouve noyée par tous ces êtres affamés de violence et de plaisirs qu’elle ne voulait pas leur céder, les souvenirs se firent échos à la réalité présente.

Craquement dans l’air. Déchirement de la toile des possibles.
Dans son âme, Siam entendit distinctement l’appel de voix de femmes, un cri déchirant et pourtant mélodieux, plein de promesses, de remords et de regrets.
Une nouvelle porte s’était ouverte à elle. Non, pas une nouvelle… Cette porte lui avait toujours été ouverte, elle avait toujours été là, c’était « sa » porte. Seulement elle s’était toujours refusée à la voir, alors qu’elle n’attendait que d’être traversée…
Ce que fit Siam à cet instant.



Chapitre 4 : jusqu’à aujourd’hui.


Vie
Chacun de ses assaillants avait un passé, une existence présente, une place dans cet univers, un futur à écrire, peut-être.
Mort
Le futur n’est qu’un espoir humain. Qui peut dire, à part les dieux, combien de temps doit durer une vie ?
La vie est comme une bobine de fil, qui un jour, à force d’être déroulée, arrivera à son terme. Mais les longueurs de fils sont différentes, et il est toujours possible de les couper ! Certains meurt jeunes, d’autres mourront vieux, s’ils ne se font pas tuer avant.

Siam virevoltait entre ses adversaires, gênés par leur nombre. Elle plongeait, esquivait, sauter, chutait, bondissait, frappait. Elle était entrée dans la danse de mort de ses adversaires, mais c’est elle qui maintenant menait cette danse. Et en même temps, une vérité continuait à poindre dans son esprit, irrépressible. Elle avait passé la porte, le chœur de femmes chantait pour elle, c’était un appel autant qu’une supplique, et un pouvoir ancien, caché depuis sa naissance en son sein, refaisait progressivement surface.
Et toujours les ennemis attaquaient, une lueur lubrique dans le regard.

« Mon fil est court, mais je sais qu’il n’a pas encore fini de se dérouler. Ma vie ne doit pas s’arrêter ici, je ne peux pas mourir entre les mains de ces barbares. Eux ont mené une vie de vices et d’excès, est-ce qu’ils méritent la mort ? Non. Mais ils ne méritent pas pour autant ma clémence ! »

Un homme arma son bras, elle le lui brisa d’un coup de paume dans le coude. Rapidement, elle le saisit et le projeta sur un autre. Sautant, elle foudroya un adversaire d’un coup de talon dans le plexus, laissant s’échapper un horrible craquement. L’homme s’effondra dans un gargouillis immonde. Son coude ouvrit une boîte crânienne alors qu’elle retombait vers le sol, et lorsqu’elle eut effleuré ce dernier, elle faucha deux autres mâles avides de ses atouts.

Ainsi combattait Siam, fluide, efficace, et harmonie. Mais le nombre des assaillants ne semblait pas vouloir décroître. Alors résonna encore plus fort le chœur de femmes.
Ecoutant ce qui n’avait pas de mot, elle se laissa guider.

La puissance afflua, une énergie qu’elle avait toujours eue en elle, au-delà de cette porte, prit sens.
Elle n’était ni feu, ni eau. Ces éléments étaient bien trop excessifs, bien trop marqués. Elle était une force englobante, ni haine, ni amour. Elle voyait ces flammes tout autour d’elle, et celles qui s’éteignaient. Elle pouvait presque voir leurs fils se briser à chacune de ses attaques. Elle était harmonie et chaos. Elle était vie et mort !

Ombre Blanche était une attaque redoutable qu’elle ne se sentait pas la force de réitérer avant longtemps. Le cosmos qu’elle avait déployé pour réaliser cette technique était colossal et sans leur aide, elle n’aurait pas réussi. Mais cette attaque était désormais sienne, et un jour, peut-être aura-t-elle un cosmos suffisamment puissant pour s’en servir à nouveau.


Un rire d’enfant perla derrière elle. Siam se retourna rapidement et elle la vit, cette petite fille à la voix cristalline et au regard espiègle, assise à plusieurs mètres du sol sur une racine gigantesque et vermoulue.
Puis un bruit de pas à sa droite, et elle vit que la racine donnait sur un tronc dont Siam ne pouvait estimer la circonférence. Une jeune femme arrivait de derrière cet arbre géant, marchant vers elle, souriant comme une mère.
Enfin, elle perçut un toussotement rauque devant elle, sous la racine de l’enfant. Là, il y avait une anfractuosité dans laquelle se terrait une vieille dame, si ridée et voutée qu’on aurait pu croire qu’elle vivait depuis que le monde était né.


Devant elle, un puits duquel elle sortait un seau chargé d’une eau si limpide qu’elle en semblait brillante. La jeune femme arrivait alors, prit le seau, et le vida avec une douceur infinie dans une fissure.

Siam, qui connaissait la mythologie de son peuple, comprit instantanément. L’eau du puits d’Urd, la Norne arrosant la racine blessée de Yggdrasil, les trois Nornes principales, Urd, Verdandi, Skuld.

La vieille femme, débarrassée momentanément de son fardeau, releva péniblement la tête.
- Viens ici, Siam, et aide une vieille dame à marcher.
Sans dire un mot, l’enfant qu’elle était parcourut la distance et aida Urd à marcher. Ensemble elles firent le tour d’Yggdrasil, ce qui leur prit la journée.

Nul n’a à savoir ce qu’elles se dirent, mais quand elles parvinrent à leur point de départ, les trois Nornes se retrouvèrent et, sur un hochement de tête de la plus ancienne Jötun, se retournèrent vers Siam et désignèrent simplement l’anfractuosité sombre où avait attendu Urd, quelques heures plus tôt.
Siam remercia d’un signe de tête et, attrapant son sac de toile, que lui tenait l'enfant, elle s’engouffra dans les profondeurs de Yggdrasil.
Ce qu’elle y vit appartient au secret des légendes. Mais ce que nous pouvons raconter, c’est qu’après un long chemin, plusieurs semaines s’écoulant, elle rencontra Nidhogg, le serpent-dragon vivant sous l’arbre-monde. Là, il s’était adressé à elle et lui avait donné un chemin qui l'a mena à une forge.
Là attendait une armure. En miettes.
Un feu de forge rougeoyait puissamment juste à côté. Alors elle ouvrit son sac de toile et y trouva, tout au fond, de la poudre, et du métal qu'elle ne connaissait que trop bien pour avoir vu Graknir le manipuler plus d'une fois.
Sur une table taillée à même la pierre : des outils qu'elle reconnaissait également.
Pendant des heures et des heures, Siam travailla le métal. Pendant des jours, elle donna un peu de son sang. Au fil des semaines, le métal reprit vie.

D’autres semaines passèrent sans que le monde ne remarque l’absence de Siam.
Lorsqu’elle remonta à la surface, elle-même n’aurait pu dire combien de temps s’était écoulé, mais elle savait en revanche qui elle était.
Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes.



Le Bien ou le Mal?

Bien et Mal sont des concepts profondément humain et qu’elle a du mal à considérer avec objectivité. Pour un tirant, réduire une révolte à néant, c’est bien. Pour un enfant, cueillir une fleur, c’est bien. Mais pour le révolté fusillé, l’acte du tyran est mauvais. Pour la fleur ou pour l’homme suffisamment éveillé, la cueillette d’une fleur signifie aussi sa mise à mort.
Qu’est-ce qui est bien et qu’est-ce qui est mal, pour qui, par rapport à quoi ?
Au-delà de ces notions trop abstraites, Siam leur préférait celles d’harmonie et de chaos.
Et Siam est en quête d’harmonie.


© Never-Utopia


Dernière édition par Siam le Lun 25 Juin - 23:43, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 13:35

Petite question, sur la page d'accueil il est dit que les ases, entre autres, ont droit à 10 points de stats supplémentaires. Je les mets où je veux, là maintenant, en hp ou cs ?

J'ai pris quelques libertés et j'attends de voir ce que vous en dites, ô staff tout puissant =)
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Spectre Céleste de Garuda et Juge d'Hadès
Spectre Céleste de Garuda et Juge d'Hadès
Kazuki
Messages : 20358

Caractéristiques
Vie Vie:
300/300  (300/300)
Cosmos Cosmos:
325/325  (325/325)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 15:16

Bienvenue parmi nous^^

En effet les Ases à leurs inscription disposent de +10pts dans leurs stats, une fois validé tu aura tout le loisirs de les placer dans t'es caractéristiques ^^
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 15:51

Très bien, merci Kazuki.

J'attends l'accord des autres "grands" membres pour me lancer dans la fiche technique.
Revenir en haut Aller en bas
Séléné
Prêtresse d'Odin
Séléné
Messages : 1777

Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 17:51

Bonjour Siam ! J'aime beaucoup ta candidature. C'est très sympathique. (Bien que pour la maladie orpheline... Je me demande si... Bref.)

Bonne chance et au plaisir en Asgard !
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 18:00

La maladie existe, mais je souhaitais l'adapter pour entrer davantage dans la logique de l'armure. Pour représenter à la fois l'enfance, la jeunesse et la vieillesse (les trois Nornes).

Merci pour ta lecture ! J'espère intégrer le camp très bientôt (et que mes "détails" comme la maladie et mes deux pouvoirs de bases vont être acceptés)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Ven 15 Juin - 18:51

Bienvenue sur le forum ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Milan Sethni
Chevalier d'or du Capricorne
Chevalier d'or du Capricorne
Milan Sethni
Messages : 4864

Caractéristiques
Vie Vie:
343/343  (343/343)
Cosmos Cosmos:
370/370  (370/370)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Sam 16 Juin - 11:33

Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Sam 16 Juin - 14:51

Merci à vous deux =)
Revenir en haut Aller en bas
Coeos 7

Coeos 7
Rôle : Coeos, le Titan de l'éclair noir
Messages : 186

Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
308/420  (308/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Sam 16 Juin - 16:24

Bienvenue Siam
Revenir en haut Aller en bas
Irène
Membre d'Or
Irène
Messages : 4698

Caractéristiques
Vie Vie:
280/280  (280/280)
Cosmos Cosmos:
358/358  (358/358)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Sam 16 Juin - 23:29

Bienvenue parmi nous^^

Ça c'est de la présentation Razz
Ton histoire me semble très familière sur certain point avec mon perso
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 1:22

Merci Irène =)

Je suis passée sur ta présentation Irène chevalier de l'Aigle [ok] mais n'ai pas pu commenter.
Je retrouve un plaisir à la description des combats et la notion de flamme intérieure. Effectivement, nous avons quelques ressemblances ^^

Merci de ta lecture, je suis curieuse de savoir comme tu es passée chevalier d'or, mais le choix du Lion ne me surprend pas trop : tu as la flamme guerrière ! Wink

PS : je remarque aussi une ressemblance sur le respect que nous portons au chevalier noir.
Revenir en haut Aller en bas
Irène
Membre d'Or
Irène
Messages : 4698

Caractéristiques
Vie Vie:
280/280  (280/280)
Cosmos Cosmos:
358/358  (358/358)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 11:39

Héhéhé Et encore, il y a des zones d'ombre dans ma présentation qu'il faut que je développe en RP pour dévoiler mes vraies origines Razz Affaires à suivre lol

Je suis passée chevalier d'Or en affrontant Thanatos cheers
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 13:01

Je pense aussi que ça peut être chouette de développer son passé. J'aimerais bien me rajouter quelques chapitres par la suite parce que là, j'ai mis beaucoup de passages sous silence. Beauuuucoup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Biscione
Membre d'Or
Biscione
Rôle : Admin
Messages : 19449

Caractéristiques
Vie Vie:
311/311  (311/311)
Cosmos Cosmos:
400/400  (400/400)
Armure Armure:
400/400  (400/400)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 19:37

Bienvenue parmi nous et amuse-toi sur le forum ^^

Tu as mon premier oui pour ta super présentation ^^

----------------------------------------

Qui s'y frotte, s'y pique !


Merci à mon grand'papy pour cette magnifique signature
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
Angèle
Rôle : Team Staff
Messages : 18864

Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 19:41

deuxième oui pour ma part, même si l'histoire de la maladie avec l'age mental et le combat des loups me parait un peu irréaliste, mais vu que c'est bien construit, et justifier, je préfère te laissé court à ton imagination

bienvenu sur le forum

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une



Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
Angèle
Rôle : Team Staff
Messages : 18864

Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 19:47

par contre tes stats ne peuvent pas être de 105 et 135

tu parts avec une base de 120 cs et 120 hp, ensuite tu ajoute tes 10 points gagné pour ton inscriptions chez les ases ou tu veux
tu peux faire 5 en cs et 5 en hp etc etc

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une



Revenir en haut Aller en bas
Eridan

Eridan
Messages : 581

Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)
Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   Dim 17 Juin - 19:48

Ok, merci à vous deux ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp
» La guerrière blessée
» Drathir Linath [Guerrière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace préparation du jeu :: Présentations :: Présentations validées :: Fiches archivées-
Sauter vers: