Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Odin
Dieu suprême d'Asgard
Dieu suprême d'Asgard
avatar
Rôle : Seigneur d'Asgard.
Messages : 155


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
366/366  (366/366)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]   Ven 23 Nov 2018 - 11:06

J'espère ne pas m'être trompé, fit une voix sortie du néant au milieu du vide. Ça fait longtemps que je ne suis pas venu en Allemagne.

Sans crier gare, un colossal pilier de lumière apparut alors, projetant ses milles feux iridescents sur les environs.
Lorsqu'il se résorba, ce fut pour révéler les deux voyageurs qu'il laissait derrière lui - et la rune fumante que son passage laissait sur le sol.

Je dois sûrement leur manquer, d'ailleurs, poursuivit le vieil homme comme si leur moyen de transport était tout ce qu'il y a de plus ordinaire - comme s'ils venaient de descendre d'une carriole. Peut-être que pour lui, il n'y avait guère de différence.

Posant les pieds hors du cercle indiquant leur point d'arrivée, il se laissa aller à un semblant de pandiculation tout en observant paisiblement les environs - enfin, autant que la pénombre voulait bien le lui permettre. À force de crapahuter d'un site sacré à un autre, c'est qu'il commençait à se faire tard.

Le duché de Saxe, c'est ça ?

Il pouvait paraître curieux qu'il éprouve le besoin de s'en enquérir alors qu'il avait « piloté » leur voyage, et était donc à ce titre la cause de leur présence ici, mais ce n'était pas la première étrangeté dont il se rendait coupable.

D'autant qu'ils se trouvaient bel et bien à la lisière des terres familiales du Héraut de la Peur, en dépit du fait qu'il n'ait aucune raison réelle d'en connaître l'emplacement et qu'il n'ait pas pris la peine de s'en enquérir.

C'est un bel endroit, enchaîna-t-il, frottant ses mains l'une contre l'autre comme pour les réchauffer. Je vous laisse ouvrir la marche ?

Revenir en haut Aller en bas
Ludwig von Rosenthal
Héraut de Phobos, Berserker du Nosfératu
avatar
Rôle : Héraut de Phobos, Kaiser de la lignée von Rosenthal et Commandant de la Garde Prétorienne de la Peur
Messages : 235


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
284/284  (284/284)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]   Ven 23 Nov 2018 - 15:41

« Aucune erreur.... nous sommes arrivés au bon endroit. » Le Héraut n'a pas eu réellement besoin d'observer les environs pour confirmer l'absence d'erreur – bien qu'il doute de la véritable utilité de ce petit commentaire auprès du vieillard. Haussant légèrement un sourcil à la petite remarque de ce dernier concernant de prétendues personnes à qui il manquerait... Préférant pour le moment ne pas revenir là-dessus – qui sait quelle réponse détournée utiliserait l'ancien – le Héraut hoche la tête, se concentrant plutôt sur ce qu'il maîtrise complètement : le territoire de son domaine. « En effet. Nous sommes installés ici depuis... des générations. » Ouvrant la marche comme proposé par le Voyageur, son hôte le guide donc à travers l'entrée du domaine.

Si l'homme qui l'accompagne est fin observateur, il remarquera l'énergie qui cours à travers le sol, une énergie passive. Particulièrement sombre, elle semble nourrir la terre autour du domaine. Quelles cultures poussent dans les champs des paysans ? Quel est le goût de la chair des animaux d'élevage ? Ou tout simplement, à quoi ressemble les profondeurs des cours d'eaux et du lac se trouvant dans le rayon de cette énergie ? Il existe, pour chacune de ces questions, une réponse... les rares chroniqueurs qui ont tenté d'enquêter à ce sujet semblent incapable de conter ces dernières – malheureusement pour eux.
Reprenant la parole alors que le duo avance sur le sentier, quelques lanternes éclairant leur avancée, avant de s'éteindre dès leur passage. « Sachez le, j'ai particulièrement apprécié ce petit voyage. Malgré le respect que j'ai pour les armées du Sa Majesté, il est difficile de trouver certaines choses qui... aguichent ma curiosité. » Tournant légèrement le regard vers l'homme, un petit sourire étire alors ses lèvres, tandis qu'il continue d'avancer pour enfin rejoindre l'entrée du manoir. « Je saurais rembourser ceci... moi, où un autre membre de ma famille, si besoin. »

Le domaine von Rosenthal n'est pas si effrayant qu'un être lambda pourrait l'imaginer, du moins, visuellement. Vieille bâtisse bien entretenue, elle est entourée d'un bois assez conséquent, bien que certaines perdent ici et là leurs feuilles. Perséphone semble être revenue dans les girons de son époux, du moins, selon la mythologie... Pour quelqu'un de plus observateur, ce lieu pourrait être dérangeant, véritablement charmant ou... tout simplement une porte vers un autre monde, la folie. Tout dépend finalement de sa perception... Au loin, en direction du crépuscule, il est possible de voir ce qu'on pourrait grossièrement assimiler à un clocher, dépassant des arbres et semblant naître d'une structure aussi ancienne que le manoir... voir plus encore. Cette haute tour semble en effet dotée d'une cloche, bien qu'elle ne résonnera pas pour le moment. Il ne faudrait pas déranger l'ancêtre.

Une silhouette masquée ouvre la porte du manoir à leur arrivée, s'inclinant respectueusement devant  le duo. « Je vous présente Hector, un collaborateur très précieux pour nous autre, Héraut de la Peur. » Le serviteur et collaborateur s'incline alors une nouvelle fois, silencieux et révérencieux. À nouveau, le domaine demande à faire preuve de sensibilité... Par exemple, à travers ce cosmos, certains pourraient ressentir un cosmos sombre, parfaitement normal – si la normalité à un sens dans ce monde – émaner de la silhouette au masque de fer. Et pourtant, à y bien regarder, il semble en fait plus un assemblage écœurant d'énergies, semblant s'harmoniser entre elles dans un phénomène indicible. Échangeant quelques mots dans une langue difficile à suivre – un spécialiste pourrait entendre quelques sonorités phéniciennes, entre autre – avec son collaborateur, Ludwig se tourne ensuite vers son hôte. « Par ici je vous prie. » C'est ainsi que le duo arrive dans un salon, au milieu de la vie silencieuse du manoir. S'installant sur un fauteuil près du feu de cheminée, il invite son hôte à faire de même, tandis qu'un jeune homme aux cheveux d'or vient déposer entre eux une bouteille et deux verres, débouchant la première pour remplir ensuite les récipients. « Absinthe. J'espère que vous l'apprécierez. Maintenant, dites-moi... » Il demande au blond de quitter les lieux, tandis que la créature invisible, elle, vient se poser sur le bord de l'ornement de l'âtre, assis sur ses talons, ses mains griffues posées près de ses pieds – laissant semble t-il quelques marques dans la pierre. « Que comptez vous faire ? Toujours chercher votre ami ailé ? Ou courir après une autre entité aux origines divines ? »

Trinquant avec l'homme, il boit alors une gorgée, attendant une réponse – énigmatique elle aussi ? - de son partenaire de voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Odin
Dieu suprême d'Asgard
Dieu suprême d'Asgard
avatar
Rôle : Seigneur d'Asgard.
Messages : 155


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
366/366  (366/366)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]   Sam 1 Déc 2018 - 4:06

Il flottait dans l'air quelque chose de malsain. Comme une sorte de force indicible, de malaise persistant. Assez subtil pour ne s'en apercevoir qu'au bout de quelques secondes, mais assez accablant pour que même les mortels y soient réceptifs.
Pour autant, le vieil homme n'en paraissait guère affecté - mais était-ce encore vraiment une surprise à ce stade ? Pas plus que le fait qu'il ait trouvé l'adresse sans avoir eu à la demander, apparemment, que ce soit parce que le Héraut de Phobos croyait avoir influé sur leur déplacement ou parce qu'il n'en était tout simplement plus à ça près.

Invitant son interlocuteur à prendre les devants, il renfonça les mains dans ses poches et s'efforça de le suivre d'un pas claudicant, irrégulier - mais pas assez pour se faire distancer de plus de quelques mètres, néanmoins.
Lorsqu'il lui fut promis de le dédommager pour le transport d'une manière ou d'une autre, cependant, il laissa filer ce qui passerait pour un éclat de rire moqueur.

Oubliez ça, répondit-il, un sourire en coin s'affaissant rapidement pour rendre à son visage son flegme habituel. Vous n'avez pas envie d'avoir une dette envers moi, vous pouvez me croire. On va dire que c'est gratuit pour cette fois. Et si je peux me permettre un conseil... Vous ne devriez pas proférer ce genre de parole à la légère.

Si ses paroles semblaient contenir un semblant de gravité, pour ce qui était peut-être la première fois depuis qu'ils faisaient route commune, il ne sembla pas vouloir s'exprimer davantage. À l'autre d'en tirer ses propres conclusions, sinon quel intérêt ?

Mais oui, je ne doute pas que les journées chez l'autre bourrin ne sont pas ce qu'il y a de plus passionnant... Du moins quand il n'y a personne à mettre en pièces. Il renâcla légèrement, n'approuvant visiblement pas la façon de faire du Dieu de la Guerre, comme il l'avait déjà laissé entendre lors de leur première rencontre. Cela dit, comme vous avez pu le voir, il n'y a pas non plus grand chose à voir du côté du Labyrinthe... Ni du Sanctuaire. C'en est presque démoralisant. À se demander s'ils ne se déclarent pas la Guerre uniquement pour s'occuper.

À intervalles réguliers, il jetait un oeil distrait au d'accord - donnant toutefois plus l'impression de chercher des changements que de le découvrir pour la toute première fois, comme ça aurait normalement dû être le cas. Mais il n'était, là encore, pas à cette incohérence près.

Enfin, ils arrivèrent au coeur des terres, et au manoir qui en marquait l'emplacement. Lorsqu'il lui fut présenté, il salua ce qui devait en être le majordome d'un banal signe de tête, sans qu'il parvienne à gagner son attention au-delà des politesses standards. Peut-être une seconde de plus, mais guère davantage.

Écoutant d'une oreille la conversation entre l'employeur et l'employé - sans que rien permette de savoir s'il en comprenait un traître mot -, il attendit patiemment qu'ils en aient terminé pour reprendre la visite, laquelle les mena à ce qu'il croyait être une salle de séjour.
Sur place, le Berserker fut bien inspiré de leur servir un verre ; après toute cette route, ce ne serait pas de trop, même s'ils en avaient esquivé la majeure partie. Le sien entre ses mains, le vieillard l'approcha de son visage pour en humer l'odeur - moins par méfiance que pour s'en faire une idée.

Intéressant, commenta-t-il tout en prenant ses aises dans l'un des sièges disponibles, sans qu'il faille lui dire deux fois.

Il trempa les lèvres dans le breuvage, avant d'y passer le bout de la langue pour n'en pas perdre une goutte ; malgré la chaleur qui émanait des braises, il ne semblait pas vouloir enlever son manteau.

Bien calé contre le dossier du fauteuil, il haussa mollement les épaules.

Oh, non, je crois pas. Si Lucifer n'a pas envie d'être trouvé, grand bien lui fasse. Il finira bien par repointer le bout de son nez.

Prélevant une lichée dans son verre, il le déposa sur le meuble le plus proche - et fixa les flammes qui dansaient devant lui, sans les voir réellement.

Non, je pense plutôt que je vais rentrer chez moi. Ce n'est pas que ça m'enchante, mais j'ai quelques affaires à mettre en ordre... Vous savez ce que c'est.
Revenir en haut Aller en bas
Ludwig von Rosenthal
Héraut de Phobos, Berserker du Nosfératu
avatar
Rôle : Héraut de Phobos, Kaiser de la lignée von Rosenthal et Commandant de la Garde Prétorienne de la Peur
Messages : 235


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
284/284  (284/284)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]   Mer 5 Déc 2018 - 17:34

C'est la curiosité qui avait poussé le démon à franchir, de la première à la dernière fois, cette colonne de lumière. Un voyage durant lesquelles des incohérences se sont manifestées, se succédant entre elles pour former une – petite – fresque. Cette capacité à invoquer – ou au moins à profiter – d'un moyen de transport aux origines cosmiques, un comportement pleinement assuré, portant des connaissances sur ce monde étrange qu'est celui des dieux... Oui, il est certain que ce vieillard est plus qu'un homme qui n'a que profiter de l'expérience qu'a pu lui apporter sa longue existence. Maintenant, à dire l'origine de cette dernière... Est-il un mortel qui a rencontrer les bonnes personnes ? Ou est-il d'un niveau d'existence supérieur ? Selon les quelques éléments qu'il a pu observer – la façon dont il parlait de la famille du Belliqueux par exemple –, le démon allemand pourrait parier – s'il avait un temps soi peu un comportement flambeur – sur la deuxième réponse. Mais après tout, il n'est pas rare que certains mortels se sentent pousser des ailes face à certaines vérités, venant à parler des dieux avec une certaine nonchalance.
Dans ce monde, il est parfois difficile de comprendre ce qui avance à travers la réalité. Surtout si cette dernière est altérée, d'une façon ou d'une autre. Mais qu'importe. Portant le verre à ses lèvres, il boit alors une gorgée tout en observant les flammes, écoutant les réponses de l'ancien.

« Concernant Lucifer, je ne peux que vous rejoindre sur ce point. Mais il finira par revenir. Les dieux et autres assimilés finissent toujours... par revenir. Ils prennent juste parfois un peu de temps, après tout... ils en ont à foison. » Perdant quelque instant son regard dans les flammes, sa pensée se dirige vers son véritable Maître. Le Père de la Peur et de l'Effroi se doit d'être représenté, que ce soit à travers les clans, à travers les cultes... mais en tant que Héraut, sa mission est de porter sa voix, son message. Pourtant, dans la situation actuelle, il semble que la peur ait été remplacé par l'ennui, par le vide... par le silence. Ce monde pourrait bouger, mais rien ne semble chercher à le faire, aucune étincelle... Un constant que l'ancien lui-même a eu un instant. Enfin, qu'importe... se recentrant sur les mots du Voyageur, il laisse entendre un rire. « Oh, alors même vous, vous avez certaines obligations qui vous attendent ? » Aucune déception n'apparaît dans la voix du Héraut, ce dernier ayant bien compris que le voyage était terminé pour lui. Un voyage qui d'ailleurs, pour les générations futures, restera gravé dans sa mémoire – qu'elle soit génétique ou manuscrite. Faisant tourner l'alcool dans son verre, il pose alors son regard sur le vieillard, détaillant un peu son visage avec neutralité. S'il est vraiment un dieu, vers quel panthéon se dirige t-il ? La présence du tracé runique suite au passage du tunnel tendrait à pousser la théorie vers le monde nordique – tout comme le commentaire sur le fait qu'il doit manquer en Allemagne. L'intérêt attire en tout cas le propre regard de la créature, qui se fait plus insistant, comme si elle cherchait, de ses deux yeux mordorés, à percer cet œil unique... « Mais je comprends bien. Moi-même je dois me pencher sur certaines choses et prendre certaines décisions. » Les nouvelles actions à accomplir, entreprendre peut-être certains contacts avec les Abysses...

« En tout cas, cher ami voyageur – si vous me permettez de vous appeler ainsi –, si vos pas vous guident un jour de nouveau dans la région et que vous souhaitez échanger un peu, autour d'un verre, vous serez le bienvenu. Enfin, ici ou au domaine de Sa Majesté, si vous avez une préférence pour ce royaume. » Bien que la Grèce ne semble pas être le pays que le vieil homme porte le plus dans son cœur... ou du moins sa météo. « En espérant que certains de mes... compagnons... ne vous dérangerons pas. » Si la violence de certains Berserkers – Siléa en première position – est pleinement appréciée, surtout par le fait qu'elle s'harmonise parfaitement avec une autorité naturelle... certains Berserkers, qu'il a pu observer, font preuve quand à eux d'une certaine … difficulté pour se montrer respectueux. Enfin, tout ça pour dire qu'il faut simplement rehausser un peu.

Un sourire traverse ses lèvres, buvant une nouvelle gorgée avant de poser les yeux sur le mouvement des flammes. Depuis combien de temps n'a t-il pas voyagé ainsi, juste pour... le plaisir de la curiosité ? C'est en fait... véritablement la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shadow of the Wanderer [Odin - Ludwig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Shadow
» Sen'tsura, magnifique spectacle. [PV: Shadow][en pause]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-