Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Sur la berge, juste à côté...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Sur la berge, juste à côté...    Mar 6 Nov 2018 - 18:20

En parler ailleurs ? Tiens, pourquoi pas, j’avais envie de me dégourdir les jambes, en fait pas tant que ça mais du moment qu’il y croyait. Je le regarde, pesant ses mots, comme s’il redoutait quelque chose, comme si n’importe qui aurait pu surgir de nulle part. Après tout et à y regarder de plus près, il s’est effectivement battu et semble avoir écopé de quelques bleus. D’un signe de tête, je l’encourage à me suivre, effectuant quelques mètres et pas plus.

- Ne vois pas là une marque de moquerie, Guerrier, mais nous sommes si proches du Sanctuaire que je doute fort que qui que ce soit ne vienne ici pour nous nuire. Que pourrais-tu bien redouter après tout ? Je sais me battre et je n'hésite jamais.

C’était une affirmation qui était aussi une question. S'il a l'impression que je souhaite maitriser la situation, il pourra s'en convaincre très facilement par mon attitude alerte et vigilante même si je reste calme et posée, aussi limpide qu'un cours d'eau silencieux. D'ailleurs, je me retourne vers lui après avoir détaché une gourde de ma ceinture et sans lui laisser le choix, lui lance adroitement dans sa direction. Il devrait avoir des réflexes, sans doute, en tout cas, c’est à espérer.

- Si tu as soif ou si tu veux te débarbouiller.

C’était un gaillard qui semblait solide, accompagné d’un loup qui ma foi ne faisait pas trop de zèle en ma présence. Sous contrôle, dressé ou bien là de sa propre volonté, je ne savais pas encore de quoi il en retournait. Il avait des traces de sang sur le visage, le sien ou celui d’un autre et ses mains portaient les marques propres à quelques échanges de coups. Ce qui m’intriguait c’était son armure. Ni Spectre, ni Spartiate… Il pouvait être du nord à y réfléchir, ou un Titan peut-être. Ah, mais au fait, il m’avait demandé mon nom…

- Je suis Kassandra du Serpentaire et si je suis ici c’est pour comprendre ce qu’il se passe.


Mon regard se tourne vers la lointaine ligne d’horizon alors qu’une brise vient agiter les feuilles des menus arbres des environs. Silencieuse et imperturbable, je n’en reste pas moins alerte. J’étais attentive à ce qui se trouvait autour de moi, certes détendue mais je ne me berçais pas d’illusions. S’il venait de se battre, son ennemi pouvait être en déroute ou bien surgir sans crier gare.

- Et toi ? Dois-je dire chevalier ou bien… Et tu as forcément combattu quelqu’un pour être blessé de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mar 6 Nov 2018 - 22:08



Quoi de mieux qu’une petite pause,

Surtout après un rude combat. Même si j’étais assez pressé par le temps, il n’y avait pas urgence. Et puis, peut-être que la Saintia aurait eu connaissance de quelques informations qu’elle pourrait partager. Il ne fallait pas écarter cette possibilité. Même si le labyrinthe m’avait rendu à ce monde, ce lieu regorgeait encore bien de mystère. Qui était cette voix mystérieuse que nous avions tous entendu au début, qu’attendait-elle de nous, nous qui étions que de simple mortel. En partant de l’hypothèse que les dieux étaient à l’origine de tout ceci, que pouvions nous faire, là où des divinités avaient tout simplement échoué. Quelque chose me disait que les réponses viendraient en temps et en heures. Chaque chose en son temps. De toute manière, que pouvais-je y faire maintenant que je n’étais plus à l’intérieur du dédale. Kassandra me fit signe de s’éloigner afin de trouver un petit coin sympa et tranquille.   « _ Je me nomme Ragnar, Guerrier Divin d’Epsilon. » lui fis-je tout en présentant à mon tour. Les présentations faites, on pouvait rentrer dans le vif. La jeune fille prit les devant en me posant plusieurs questions. Si une poignée de Guerriers Divin avait pris téléporté à l’intérieur du labyrinthe, tout porté à croire qu’il en était de même pour les Chevaliers du Sanctuaire. Mais, sans preuve concrète, je ne pouvais l’affirmer. Sans crier garde, elle me jeta une gourde d’eau que j’accepta volontiers.  « _Je suis bien à la recherche de quelque chose, un bien qui n’a pas de valeur à mes yeux. » lui répondant à sa précédente question. Je l’a remercia d’un simple hochement de tête. A ses dires, elle expliqua sa présence afin de comprendre le chaos actuelle qui régnait.

Moi-même, je ne savais l’expliquer, je possédais juste quelques informations mineur. « _Il y a tellement de chose à dire sur la situation actuelle, par où vais-je commençais… » comment expliquer la brusque apparition de ce labyrinthe, cet orage cosmique qui nous avez tous sans exception téléportés à l’intérieur de ce dit dédale. Et sans oublier celui qui tirai les ficelles. On n’était tous de simple pions sur un échiquier divin. Je haïssais l’idée d’être manipuler, utiliser contre mon gré. Tout en me raclant ma gorge, je tentai un début d’explication. « _ Chaque Guerriers Divin se trouve actuellement dans un labyrinthe pour une raison que je ne saurai expliquer. Il y a de forte chance que tes frères et sœurs d’armes s’y trouve également. D’ailleurs, en a tu rencontré un. M’est avis que non. Une chose est sure, rien de bon ne sortira de tout cela. Tu as effectivement raison, j’ai bien combattu un ennemi et j’en suis mort. Je me suis alors réveillé dans le lieu ou tu m’as trouvé. J’ai quelques théories sur la personne qui nous manipule, seulement je n’en ai aucune preuve. » Lui fis d’un seul trait. Est-ce que je lui avais tout expliquer. Oui surement mis à part quelques détails mineurs. Une chose était certaine, le monde subissait encore un malheur. « _ Chevalier n’est pas le terme approprié pour nous Asgardien. Je suis un des sept Guerriers Divin qui ont l’honneur de servir Odin. Si l’envie t’en dit, appel moi juste Ragnar. » continuais-je sans lui laisser le temps d’une réponse éventuel. Bien évidemment, une question en appelait une autre seulement, j’étais comme elle, dans le flou le plus totale. Comme pour me prouver que j’étais encore bien vivant, je pris une bonne gorgée d’eau fraîche. « _Pour ton information, la Sagesse se trouve actuellement au sein de mon royaume pour des raisons qui m’est encore inconnue. » conclu-je.

Était-elle intéressée par ce détail. Surement oui. C’était toujours bon à savoir. Qui plus est, cette dernière était surement sans escorte dû à la situation actuelle. Tout cela n’était évidemment que de simple suppositions. Ne savant que dire, je lui relançai sa gourde en attendant ses légitimes questions. Car il y avait pas mal d’information à digérer d’un seul coup. Je détestais ce sentiment, celui d’être totalement inutile sous le feu de l’action. Avais-je bien fait de provoquer ce Spectre. Loin de moi de me remettre en question, mais il bien avouer que j’avais quelques doutes. Après tout au diable, si conséquence il devait y avoir, alors j’assumerai pleinement mes actions. « _ Et toi, que peux tu me dire sur toi. Je pense n’avoir jamais croisé ton chemin. Quels sont tes motivations, pourquoi défend tu la cause des Athéniens plutôt que celle d'Odin »

Des questions assez étrange pour une situation que je pouvais qualifié de désespéré seulement, si je devais remettre ma vie entre ses mains dans une guerre éventuelle à venir, il me fallait la connaitre un peu plus.

Bien qu’elle soit une Saintia d’Athéna, une alliée, elle n’en restait pas moins une belle inconnue a mes yeux. Portant ma main sur la douce crinière de mon loup, j’attendais ses réponses.




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mer 7 Nov 2018 - 13:33

Lente, coordonnée, attentive à tout ce qu’il se passe et au moindre de ses mouvements, c’est bien malgré moi que je garde cette attitude de prédatrice passive, prête à bondir au moindre signe, tel l’oiseau de proie que représente ma constellation. Mais c’est bien plus que ça. Sous ce regard aiguisé et cette façon de faire, très calculée pour le moindre geste, se cachent des années d’entrainement, de maitrise et aussi une attitude propre à déstabiliser n’importe quel guerrier qui ne serait que trop peu concentré ; immobile comme le prédateur jusqu’à ce que la frappe soit nécessaire. Mon étrange visiteur évoque alors le fait que tous aient disparu, sans aucun doute, ce qui n’est pas raccord avec ce que je sais. Il y a encore du monde au Sanctuaire même si effectivement, beaucoup manquent à l’appel.

- Il y a encore du monde au sanctuaire en fait. Tout le monde n’a pas déserté sur ordre ou selon les envies de je ne sais qui. En fait, c’est même plus compliqué que ce qu’il n’y parait. Pourquoi eux et pas moi ? J’imagine que mon devoir ici n’est pas moins important que le leur.


Mon regard se perd toujours vers l’horizon et les formes étranges du labyrinthe qui a émergé il y a peu. C’est donc de là qu’il vient, et là pour lequel il a combattu et perdu comme il semble le dire ? S’il y a combat, c’est qu’il y a un enjeu. Et si cet enjeu se trouve là même ou autrefois se trouvait l’entrée du royaume de Poséidon, ce n’est pas à négliger.

- Tu es certain que rien de bon ne peut ressortir de tout ça ? Qu’est ce qui te fait dire ça ? Parce que justement, s’il convient de se battre pour une cause, échouer, perdre, n’est là que pour nous faire prendre conscience que les choix les plus justes impliquent les plus douloureuses et les plus violentes batailles ;

Il avait combattu et avait été tué selon les dires mais un détail semblait manquer à son récit : un passage par les enfers ; hors, il n’en faisait pas mention alors que des marques de combat étaient visibles sur son armure et son corps ;

- Mort ? Si tu l’avais été, tu aurais été projeté dans les Enfers sans ménagement. Il s’est passé autre chose si tu veux mon avis… mais je te trouve décidément très amer, comme si tu doutais de ton importance dans toute cette histoire.

Ainsi donc il était un Guerrier divin. Je n’avais pas les connaissances nécessaires pour connaitre les us et coutumes de son royaume et je n’avais jamais vu la moindre armure d’Odin. Son nom me rappelait toutefois quelqu’un, le nom d’un guerrier Viking dont on comptait les hauts faits d’armes au moyen age… et pour lequel j’avais nourri quelques inquiétudes en d’autres temps. Jamais dans les plans de celles que je servais, toujours en marge, il n’avait été ni une menace ni un atout à avoir. Mais ses actes ne nous étaient pas inconnus. Aussi, mon visage s’illumina d’attention lorsqu’il prononça son nom.

- Ragnar ?? Comme le Guerrier Viking qui a conquis du moins en partie, l’Europe ? Etrange comme certains noms traversent le temps… En tout cas, j’ignorais qu’Athéna était partie pour les royaumes du Nord. Elle a fait une élocution à l’attention de tous les Saints en précisant que désormais ton royaume et le tien étaient alliés.


Il semblait inquiet, c’est vrai, prudent mais pas trop, mais surtout il semblait mal vivre mon arrivée, comme s’il redoutait autre chose, en tout cas c’est ce que j’avais perçu de prime abord.

- Tu peux donc te détendre. Ici, il ne t’arrivera rien, je t’en fais le serment.


Il ne restait plus qu’à lui répondre à sa dernière demande, à jouer avec en tout cas parce que je n’aimais pas parler de moi, tout simplement.

- Un chevalier d’Argent qui œuvre dans les ombres se montre uniquement lorsque c’est le moment, imagines donc que ma présence ici est une nécessité. Pour le reste, il y a beaucoup de chevaliers au Sanctuaire et je doute moi-même les avoir tous rencontrés à ce jour.


Et pour ce qui était de mon allégeance à Athéna ou Odin… j’avais décidé d’oublier sa question, va savoir pourquoi. Le plaisir de la lui faire reformuler ? Qui sait. Un regard à son loup, expressif et paisible, juste pour échanger entre prédateurs et le tour serait joué ?

Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mer 7 Nov 2018 - 23:58



La Serpentaire avait souligné un détail d’importance. Pourquoi avais-je échappé à la grande faucheuse. Que répondre…

Moi-même je ne savais l’expliquer. Je n’étais pourtant pas quelqu’un d’une extrême importance de par mon statut, juste un simple Guerrier Divin. Et très surement le plus obstiné parmi les six autres. Il était toujours bon d’avoir son petit caractère, ne jamais se laisser faire afin de défendre avec ardeur ses idéaux. Peut-être que cela pouvait être mal perçu par certain(e)s mais pour quiconque je n’allais rogner mon attitude. La jeune Saintia se posa plusieurs question légitime, dont pourquoi n’avait-elle pas été impliqué dans ce dédale comme la plupart de ses nombreux sœurs et frères d’armes. Là encore, malgré ma bonne volonté, je ne saurais y répondre. Quel ironie, moi qui avais vécu cette expérience unique, je n’étais pas plus avancer en termes d’information. J’avais encore mainte questions en tête, dont qui tirait les ficelles et surtout dans quels buts. Si j’avais bien compris, il y avait une histoire artefact là-dedans. « _ Bien que j’ai vécu brièvement cette aventure, je ne saurai répondre à certaines de tes questions, car moi-même je m’en pose plusieurs » lui fis-je respectueusement. La fougueuse rouquine ne s’arrêta pas en si bon chemin, cette dernière me bombardait de question en tout genre. Quoi de plus normal quand on était dans le flou. Kassandra désirait simplement connaitre mon humble avis sur les épreuves qu’imposait ce dédale.

Là encore je ne savais quoi répondre. De mon côté, il me paraissait assez évident que cela ne pouvait que mal finir. Les règles de ce dédale était impitoyable et j’en avais subit les premières conséquences en défiant le Spectre du Bénou. « _Je te donne juste mon avis, tout simplement. » continuais-je. Bien évidemment, elle avait tout à fait le droit de ne pas partager mon avis seulement, à l’intérieur il y avait des personnes au cosmos bien trop terrifiant comme ce Juge des Enfers dont j’avais croisé le chemin. Pour sûr, un être aux capacités tout à fait exceptionnel. Pendant une quelques seconde, je me demandai si ma mort avait été vengé par les miens, ou avaient-ils pris la fuite. Quoi qu’il en soit, les choses étaient tels qu’elles étaient. Le Bénou avait fauché ma vie m’expédiant directement en ce lieu. Il était effectivement étrange que je n’étais pas passé par la case des Enfers. Et pourtant, ma rob portait encore les stigmates de mon combat. Mes nombreuses blessures ne mentaient pas. Alors pourquoi doutait-elle. Peux être que la faucheuse était elle en grève ou bien, bien trop occupé pour se charger de mon cas. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas m’en plaindre. Malgré mon piteuse état, j’étais bien en vie. « _Et pourtant, je suis là. Il faut donc croire que mon heure n’est pas encore venu. ». Avais-je été un tantinet arrogant en avançant une telle chose. Peut-être oui. C’était à elle d’en juger. A son tour, la jeune Silver s’avança que nous étions en sécurité. En supposant qu’elle n’avait encore rencontré personne, elle ne pouvait avancer une telle chose. Ne voulant pas la gêner davantage, un simple et discret sourire moqueur se dessina sur mon visage. Athéna n’était pas présente, et son escorte le Verseau en était de même.

Il y avait donc de grande chance que les douze demeures restaient vide, tout comme le royaume d’Asgard d’ailleurs. « _Avant ma brusque disparition, j’ai eu l’honneur d’en rencontrer un de tes supérieurs ; Un dénommé Orion du Verseau. » continuais-je. Peut-être avait-il aussi disparu comme nous tous à la recherche de cet ancien artefact dont tous convoité. La belle rouquine me raconta par la suite à quoi consistait son rôle au sein de la chevalerie. Elle expliqua que sa présence était nécessaire. Personnellement, j’en doutais un peu. Que pouvait-elle faire sans même un soutien. Qui plus est, elle tournée autour du pot en ne répondant clairement pas à mes questions. « _Ce n’est pas ce que je te demande. » Bien qu’étranger a ce pays, je connaissais à peu prés le rôle de chaque protecteur de la Sagesse. Étrangement, nous avions à quelques différences les mêmes. Sans grande surprise, elle m’annonce que le traité avait été finalement signée par nos deux camps respectifs. Nous étions officiellement alliée. C’était une annonce rassurante bien que, confier nos vies a des étrangers pouvait un peu effrayer. Entendant cette annonce, je me relevai avec difficulté. Bien que j’avais subis de nombreuses blessures, je me sentais encore d’attaque. Mon corps et ma volonté n’étaient pas encore brisé, loin de la même. « _ Alors combattons ! Je suis curieux de voir ce que tu vaux en combat singulier. » lui fis-je tout en intensifiant ma cosmos énergie. Bien que mon corps était brisé, ce n’était clairement pas le cas concernant ma volonté. Alors allait-elle accepter ma proposition de combat. Cette fois-ci, mon éventuelle adversaire n’était qu’une jeune et innocente Silver.

Autrement dit, un combat à ma portée vu mon piètre état.




Récupération journalière :

Pv 60 +10 = 70

Cs 60 +10 = 70
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Jeu 8 Nov 2018 - 22:08

Tiens, il est sensible et je l’ai brusqué avec mes questions indiscrètes. A moins que ce ne soit ma manière de dire et de faire tout en finesse ? Ou de ne rien lui dire. Après tout, nous sommes peut-être alliés mais je n’ai rien à dire si je n’estime pas que c’est nécessaire. Et pourquoi Athéna et pas Odin, et pourquoi ci ou ça… il semble désireux de comprendre, c’est plutôt un avantage. Peut-être devrais-je parler un peu finalement, sans trop. Et ça pourrait le satisfaire ; lui qui par dépit s’estime heureux d’être vivant.

- tu doutes que ton heure soit venue ou son contraire ? Tu as du mal à digérer ta défaite parce que tu penses que ça en est une. Peut-être que tu devrais reconsidérer ton sacrifice. Et d’ailleurs qu’en penserait Odin ?

Parce que forcément, il a vécu quelque chose de traumatisant, peut-être même l’enfer et je le traumatise une nouvelle fois avec cette froideur qui peut me caractériser parfois. Et vient alors le moment où il parle d’un de mes supérieurs ?

- Ah Un chevalier d’or ? Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà rencontré le gardien du Verseau. Quelques rumeurs affirment qu’il est beau garçon, et beau parleur. Rien pour aller avec mon tempérament.

C’était une boutade, certes, mais une boutade tout de même. Il allait sans doute s’énerver à force que je ne réponde pas avec sérieux ; ou a demi en fait. Chacune de mes réponses était tout de même sérieuse jusqu’à un certain point. A moitié donc. C’était déjà un bon départ. Et puis effectivement, sans trop élever la voix, il se fait plus ferme d’un coup, prétextant que je réponds à coté, à propos des raisons qui me poussèrent sur un panthéon plutôt qu’un autre.

- Ah oui, pardon. Athéna ou Odin ? Elle m’a sauvé, voilà pourquoi je suis une furie de bataille et non une Valkyrie. Et toi ?


Oui, c’était facile de lui renvoyer la balle. Peut-être qu’il allait comprendre comment je fonctionnais un peu après quelques questions réponse. C’était ma manière de faire, un peu à la mode de certains services de renseignements. Il ne semblait pas stupide alors il comprendrait vite ;

Lentement, mes gestes se coordonnent et j’en profite pour rattacher mes cheveux. Tout en finesse, dans l’attente, toujours prête à bondir. Et c’est un moment de silence que j’espérai mais au lieu de ça, c’est une demande de joute qui me fut faite. Combattre pour s’amuser ??

- Et bien ! C’est ainsi qu’on aborde les étrangères dans ton pays ? Navré de te décevoir mais je n’ai pas pour habitude de me battre pour le plaisir, guerrier divin. Tu aurais beau avoir de l’expérience, je peux t’assurer que même gagnant tu te rappellerais de mes blessures très longtemps…

Je tourne machinalement la tête, affirmant par la négative mes intentions. Sérieusement, Ce défi, ce n’était pas sérieux du tout. Et n’importe qui pouvait surgir par le même lieu que là où il était arrivé. Je lui fais alors volteface sans prévenir, mon regard vient chercher le sien et les quelques mots que je laisse échapper ne laissent aucun doute sur mes intentions. Ou presque !

- Ma réponse est Non. Et d'ailleurs pourquoi cette envie soudaine ? Tu espère que je sois une deuxième chance pour toi ? Parce que le seul endroit où tu pourras espérer me trouver est dans une arène.


Et en prime il n'avait pas l'air de tenir beaucoup sur ses jambes...




Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 10 Nov 2018 - 15:40



Il fallait croire que la jeune rouquine me connaissait bien mal.

Cependant, elle avait le don de me faire cogiter sur pas mal de choses, dont principalement sur ma défaite. En effet, ma fierté en avait pris en sacré coup, néanmoins si par mes actes, mon sacrifice avait pu un tantinet servir à mes autres compagnons, alors je ne considérai pas ma mort comme vain. D’ailleurs quand étaient-ils d’eux. M’avaient-ils vengée ou avaient-il choisi la solution de facilité. Ils n’allaient pas fuir longtemps si ces derniers avaient opté pour la seconde option. Ce Juge des Enfers était un client plus que redoutable et à priori respecté par les siens. Bien évidemment, que j’étais pleinement conscient de mes faiblesses en voulant le défier, et si par mes actes, j’avais pu choquer les miens ou même les Enfers, alors j’assumerai pleinement les conséquences. Les Spectres autant puissant qu’ils soient, ils n’en demeuraient pas moins qu’ils étaient que de simple voleurs. Il me paraissait assez évident qu’ils ne voulaient en aucun cas assumer leurs actes. Bien que j’avais été défait, l’honneur d’Asgard avait été lavé. Et ça, c’est une très bonne chose. Voilà que maintenant, elle me parle de mon allégeance envers le père de toutes choses. Humm…  Comment pouvait-on jurer fidélité envers une personne que l’on n’a jamais vu. Bien évidemment, de par mon statut de simple Guerrier Divin, il était évident que j’étais un de ses protecteurs mais au fond de moi-même, je savais ce qu’il en était. Pour le moment, je n’écoutais que ma seule et unique personne. Si des divinités devaient à se faire connaitre, alors ce n’est qu’à ce moment-là que je reconsidérerai la question des allégeances. « _Sache que je n’ai pas à rougir de ma défaite. Aucun Guerriers ne peux se vanter d’avoir que des victoire à son actifs. Si par mon sacrifice, j’ai pu aider mes autres compagnons alors je n’ai strictement rien à regretter. Quand au père de toute choses, je ne lui dois strictement rien pour simple raison que je n’ai pas encore pu voir sa divine personne. Quand le moment sera venu, alors je pourrais réétudier la question de mon allégeance mais, pour le moment, personne ne me dicte ma conduite. »  Lui fis-je avec autorité comme pour affirmer que ma décision était prise. Voila qu’à présent, elle me retourne la question que je lui avais posé. Est-ce que la Sagesse m’aurait sauvé du cruel sort qui m’attendait. Est-ce que cette dernière, autant vénérée soit-elle m’aurait choisi en tant que porteur d’une des sept robs. Tous connaissaient les légendaires Chevaliers d’or et leurs légendes mais, me concernant, je n’étais pas si fasciné par eux. Et malgré les ces grands récits, il y avait toujours un fond d‘exagération. Nous Guerriers Divins, n’étions pas si connues que les Athéniens, bien que nos légendes dépassaient les frontières. Kassandra avait ainsi refusé ma petite demande d’un combat singulier. Qu’il avait-il donc de mal. Après tout, beaucoup en faisait de même tout en s’entrainant et cela ne faisait pas d’eux des brutes sans cervelle. Evidemment, j’étais conscients de comment cela allait se finir, conscient de mes nombreuses blessures, mais ma volonté en restait encore intact. De l’expérience, je n’avais juste qu’un simple combat à mon compteur, qui s’était résultait en une cuisante défaite. Non ! J’étais encore loin d’avoir de la bouteille mais mon combat contre le Bénou était déjà un bon début. Visiblement, sa décision était prise et non négociable. Est-ce que tous les Athéniens étaient comme elle, tous aussi pleutre, voulant se défiler sous une pseudo raison. Jusqu’à présent, je n’avais pu que voir que deux Chevaliers d’Athéna, Orion du Verseau et Nowan du Corbeau. Kassandra s’avançait un peu en disant de telle chose. De nouveau, une question se posa : Est-ce que tout les Athéniens étaient fière comme elle. Loin de moi l’idée d’obtenir une seconde chance, puisque j’avais déjà joué mon jeu en perdant contre Ryuïchï. C’était les choses qui arrivaient tout simplement. Malgré mon piètre état, j’avais encore de la ressource à revendre alors autant l’utiliser a bon escient dans une joute amical. « _Soit, je respecte ta décision même si celle-ci ne t’honneur pas trop. » lui fis-je sur un ton assez moqueur.

Simple provocation dans le but de la faire sortir de ses gonds, mais avec une attitude pareil, je n’espérais rien d’elle.




Récupération journalière :

pv : 70 + 30 = 100
cs : 70 + 30 = 100


Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Dim 11 Nov 2018 - 17:07

Je ne cherchais pas à faire mouche mais à le bousculer un peu. En fait, j’avais fait mouche aussi. Il avait quelque chose à régler avec lui-même, un détail lié à sa défaite. J’avais essayé de lui faire cracher le morceau, c’était presque ça. Il avait un gout amer de tout ça. S’il savait seulement ce que j’avais été ; et il n’avait pas à rougir de sa défaite, effectivement.

- Non c’est vrai, car les défaites sont les seules qui peuvent nous faire progresser. On perd tous un peu chaque jour à l’oublier. Je trouvais idiot que tu le vives mal mais ça devrait passer ;

C’était la méthode psychologique n°12 du professeur Kassandre ; rude en montrant les évidences, simple car il suffisait de se bouger l’esprit pour trouver des solutions.

- excuse-moi d’avoir douté de toi juste par ton attitude. Le doute est permis tu sais ; nous ne sommes que des mortels après tout. Nos actes… auront du sens parfois des années après notre prise de décision ;

De ce qu’il me disait, il n’était guerrier que pas un concours de circonstances, il n’avait ni rencontré son dieu ni personne qui justifiait qu’il soit porteur de cette armure. Alors comment pouvait-il faire pour en avoir une ?  

- Personne n’est venu de donner l’armure ou te parler avant que tu ne prennes tes fonctions ? Vraiment ? Et tu ne fais ça pour rien de particulier non plus ? Je veux dire, la justice, le bon droit… la défense des opprimés… ce n’est pas ce qui pourrait te faire avancer ? Pourquoi cette armure t’a choisi si ce n’est pour une de ces valeurs ou bien une autre ?


Immobile encore et toujours, mes cheveux soulevés au rythme de la brise, je laissais peser ces mots, et je ne faisais pas la curieuse éhontée, non, j’étais vraiment curieuse de savoir. Comment pouvait-on devenir serviteur d’un Panthéon ou d’un autre sans avoir été nommé. Il fallait que ce soit par conviction profonde. En parlant de ça d’ailleurs, sa petite remarque que l’honneur à mon attention était des plus étranges. Je ne voyais pas les choses de la même manière que lui, c’était vraiment une vision très très particulière de l’honneur et du devoir.

- Tu serais surpris de savoir ce que les gens peuvent faire par honneur, jeune guerrier.


Même si je ne devais pas présumer de son expérience, je le voyais assez jeune de ce côté-là, même si je ne devais pas me fier aux apparences. J’étais arrivée au service d’Athéna avec un rand modeste, non pas le moindre mais non plus le mieux.  J’avais peut-être moins de force que lui mais sans doute un peu plus d’expérience. Et de fierté surtout. J’imaginais notre première rencontre autrement que de déboucher sur une vulgaire joute ne comptant pour rien.

- L’honneur me demande de ne rien faire de ce que tu me demandes. Tu es blessé, tu as besoin d’écoute, de parler… C’était la meilleure chose à faire avec toi. Si je me battais avec toi, il n’y aurait rien d’honorable à te causer du tourment tu sais.


Mon regard se tourne alors vers lui, lentement, alors que je pose ma main sur le sol. Usant de mon cosmos, il pourra voir une lente transformation autour d’elle, quelque chose de sombre et de diffus s’étendre mortellement autour, ravalant les couleurs, flétrissant les feuilles, tuant les insectes qui avaient la malchance de se trouver là, juste là, à quelques centimètres de ma main.


Stoppant l’effet quelques secondes après, je profitais de changer de sujet pour lui demander quelque chose de probablement plus important.

- L’honneur est subjectif, mon ami. Et il y a quelques cas où j’y suis totalement étanche. D’ailleurs, nous parlons de nous mais je ne t’ai pas encore demandé comment c’était à l’intérieur du Labyrinthe.

Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Lun 12 Nov 2018 - 23:28



Décidément, cette Kassandra avait l’art et la manière de me retourner le cerveau avec ses paroles philosophique.

Il était vrai que chacune de nos défaites pouvaient nous faire grandir. C’était exactement le cas pour moi, je comptais bien évidemment apprendre de mes erreurs pour ne jamais les répéter. J’étais convaincu qu’un jour, peut-être plus tôt que je ne croyais, je recroiserai la route du Bénou. Alors oui, j’avais aucun déshonneur, aucune honte d’avoir été défais. J’étais conscient que bien d’autres combats m’attendaient, si je voulais obtenir ce que je désirais tant, il était nécessaire d’obtenir cette force, cette puissance dont ce Juge que j’avais croisé détenait. Aujourd’hui, à ses yeux, je n’étais probablement qu’un misérable insecte, mais insecte fier. Certains ne pouvaient surement pas en dire autant. Ecoutant ses paroles dans le silence, voila qu’elle soulève un détail qui a son importance. Après m’avoir posé la question sur mon allégeance, cette dernière venait à ses questionner sur l’obtention de ma Rob. C’était assez légitime puisque j’avais omis volontairement quelques détails. Regardant mon fidèle loup, le passé que j’aurai volontiers oublier me survenu. « _ En effet, il y a bien eu quelqu’un pour me guider vers ma God Rob, néanmoins j’aime à penser que c’est plutôt ma nature affilié vers les animaux qui m’a permis d’endosser mon armure. » lui confiais-je avec sincérité. C’était pour moi la première fois que je me livrais ainsi. Il était certes vrai que mon affiliations avec les animaux et plus spécialement avec les loups avait beaucoup aidé à m’orienter vers Odin. Rejoindre les rangs des Ases avait été pour moi un honneur. Et pourtant, je ne pouvais dire que le père de toutes choses m’avait sauvé, non ! Je ne devais mon salut qu’à cette mystérieuse Prêtresse dont je ne connaissais même pas le nom. Moi qui pourtant haïssais le genre humain, cette inconnu m’avait montrée le bon côté. Maintenant qu’elle connaissait la vérité sur mon engagement, voila qu’elle se demande mes motivations. Alors là, je ne savais pas par quel bout commencer. Je m’étais fixé plusieurs buts à atteindre, et je m’étais résolu à les tenir coute que coute.

Bien évidemment, mon statut de God Warrior parlait de lui-même. Evidemment que je combattais pour une justice, pour l’honneur des miens, et tous ces clichés si bienveillant tous autant qu’ils sont, chaque jour avec passion. Néanmoins, parmi tous ces moteurs qui m’animait, un seul sortait du lot. Cela était même devenu une obsession chez moi. Alors devais-je lui dire, devais-je me dévoiler toutes mes intentions. Pourquoi pas après tout, elle n’était pas l’ennemi, juste une simple alliée. Peut-être comprendra-t-elle ce qui me faisait avancer, peut-être aurions nous la même vision des choses, j’étais bien curieux de savoir si une étrangère dont je ne connaissais pratiquement rien était à même de me comprendre à défaut des miens. « _ Effectivement, il y a bien une seule chose qui me donne envie de me battre, de me transcender à chaque combat. » lui fis-je tout en pensant à la chose qui m’avait été injustement dérobé. Cela avait d’ailleurs la principale raison du combat que j’avais dû mener contre Ryuïchï. Il fallait obligatoirement que je franchisse étape par étape, que je puisse abattre chaque Spectre qui pourrait se mettre au travers de ma route qui à terme me mènerai jusqu’à lui. Rien qu’évoquer son nom haut et fort me donner déjà la nausée. « _Cela me revint de droit ! et on me l’a injustement voler. Je n’aurai de cesse de la retrouver. » lui fis-je un tantinet colérique. Cette fois-ci, Kassandra avait touché un point sensible. J’avais volontairement omis de préciser la chose qui m’avait été dérobé. Laissant travailler son imagination, il me vint alors une idée. Autant oser, puisque je n’avais pas l’appui des miens. Je connaissais déjà l’avis du guerrier de Dubhe, quant aux autres, cela ne semblait également guère les intéresser. Où étaient donc leurs fierté, leurs dignités. Etais-je le seul à être animé par l’esprit de la justice. Il fallait croire que oui. Les Spectres du monarque avaient ridiculisé le royaume d’Asgard en organisant un raid gratuit. Il était donc logiquement normal de réclamer justice ou plutôt vengeance. J’avais plus que marre des « plus tard », ou même « _nous obtentions justice, un jour… » c’était ce genre de parole qui avait le don de m’exaspérer.  A mes yeux, l’heure était venu de faire peser la balance en notre faveur. « _ Serait-tu prête à t’engager dans un combat pour une juste cause qui ne serait pas la tienne. » lui demandais-je. Si nous étions réellement alliée, alors il me paraissait évident que des efforts devaient être fait d’un côté comme de l’autre. Malgré qu’elle n’ait aucun pouvoir de décision, je souhaitais tout de même connaitre son avis. Peut-être allait-elle encore s’en sortir par une pirouette ou tout simplement changer de sujet. Connaissant déjà la position exacte de la Sagesse, sa réponse m’importait bien peu. Ayant eu écho de leurs légende, j’étais certains que les Chevaliers pouvaient jouer un rôle important. Restez à voir si leurs engagement auprès du royaume. Était-il sincère, de bonne foi ou tout simplement juste d’apparence. De toute manière, je comptais directement consulter Athéna sur ce sujet-là. A mon tours, je reversai le sujet en ma faveur. « _Est ce que trouve honorable de se faire justice soi même pour une cause qui nous est juste. » lui demandais-je. Evidemment, j’allais être attentif a ce qu’elle allait répondre. Par la suite, elle me questionna sur le dédale. Que répondre… mon aventure au cœur même de ce mystique lieu s’était pratiquement stoppé dès le départ. « _ Bonne question que voilà. Tout n’est que couloirs, chaque pièce regorge de mystère et d’énigme. Quoi qu’il en soit, je reste convaincu que quelqu’un tire les ficelles derrière tout ça.  Nous…, nous sommes que des pions sur un échiquier prêt à être sacrifier par simple caprice d’un dieu. Je ne pense pas qu’une novice comme toi aurait survécu longtemps dedans. Tous recherchent un artefact dont ont vante les mérite.» Fallait-il y voir encore une fois, une simple provocation ou simplement la réalité dont elle n’osait y faire face.  




Récupération journalière :

pv : 100 + 20 = 120
cs : 100 + 20 = 120




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 17


MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mar 13 Nov 2018 - 20:23

La nature qu’il aimait le plus, les animaux, le coté sauvage… pourquoi fallait-il que les nordistes soient tous amoureux de cette nature… Etait-il si compliqué d’apprécier autre chose que les steppes, les faucons, les grandes étendues, le vent dans ses cheveux et la nature par-dessus tout ? Un petit sourire vint se poser sur mon visage. Il était authentique en tout cas et c’est ça qui m’amusait. Un autre guerrier aurait pu mentir ou cacher des choses, lui, il parlait franchement et je n’avais pas envie de me moquer de lui. J’avais d’ailleurs arrêté les questions pour le tester,

Tiens, encore cette histoire d’honneur sur le tapis. Voilà qui revenait vers son saphir. En même temps, je l’avais aidé un peu mais comment pouvait-il ne pas avoir d’autre cause que la sienne ? Etrange guerrier que celui-là. Je l’écoute, lui, sa colère à l’encontre des responsables de sa honte, et j’avoue que je ne comprends pas vraiment comment on pourrait lui en vouloir. C’est son combat. Ceci-dit ce n’est rien d’autre que ça. Et si ça le tient en haleine, est-ce qu’une fois affranchi de cette tâche il aura moyen de s’accrocher à autre chose ?

Et je suis toujours à l’écouter, trouvant de plus en plus qu’au risque de ne plus être guerrière je n’en deviens pas moins psychologue. Pas de divan ici pour lui proposer de s’allonger. Et d’ailleurs, je n’aimerai pas qu’il s’imagine des choses. Ce n’est réellement que lorsqu’il aborde avec beaucoup de direct sa question suivante qu’il me fait hausser au moins un sourcil. Mais qui est donc cet homme cyclothymique… ? Une cause qui n’est pas la mienne ? Un combat ?

- Un combat qui serait juste dis-tu ? Une cause qui ne serait pas la mienne ? Des idéaux qui me feraient avancer alors qu’ils n’auraient pas été à mes côtés durant des années ?

Je faisais mine de sourire, d’exagérer ce que je disais pour accentuer la situation, certes, mais ma réponse je la connaissais déjà.

- bien sûr, si ça en vaut la peine… et si ça correspond à mes idéaux. Quelle question. Et pour ce qui est de justice, oui, je me fais toujours justice moi-même. Pas toi ?


J’avais pigé de quoi il parlait, encore focalisé sur sa ceinture vide et ce qu’il avait perdu de précieux.

- par contre pour certaines causes, on parle de croisade tu sais. Et pour ça il faut une armée. Sinon c’est du suicide.

Etait-il suicidaire ou avait-il une absence de limites sur ce qu’il s’imaginait pouvoir réaliser ? C’était difficile de le dire. La manière qu’il avait eu de partir en vrille d’un coup, sur le coup de la colère à propos de ses motivations. C’était des plus étranges. Il en vint à me parler de ce qu’il avait vu dans le labyrinthe sans foule de détails mais c’était déjà bien de savoir qu’il y avait des énigmes et probablement des pièges.

- Nous avons tous un rôle à jouer, même en tant que pion. Le but c’est de ne pas le rester longtemps pour…

Mais je suis coupée net en plein milieu de ma phrase. Ce qu’il vient de dire, ce qu’il vient de me dire me fait tourner la tête vers lui en plissant les yeux. Une novice comme moi n’aurait pas survécu longtemps ? Sait-il lire les jeux de regards ? Si c’est le cas, il pourrait y voir celui du défi naitre et grandir. D’un geste, je fais glisser le lacet de ma capeline afin de laisser apparaitre les épaulettes de mon armure. Et d’une voix ferme mais avec un sourire affiché en coin, je lui lance quelques mots à la volée.

- Une novice...? Alors viens donc me montrer comment un guerrier divin se battrait face à une Novice comme moi alors.

Kassandra défie Ragnar à l’entrainement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la berge, juste à côté...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Lieux Mythiques :: Le Cap Sounion-