Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Sur la berge, juste à côté...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Sur la berge, juste à côté...    Mar 6 Nov 2018 - 18:20

En parler ailleurs ? Tiens, pourquoi pas, j’avais envie de me dégourdir les jambes, en fait pas tant que ça mais du moment qu’il y croyait. Je le regarde, pesant ses mots, comme s’il redoutait quelque chose, comme si n’importe qui aurait pu surgir de nulle part. Après tout et à y regarder de plus près, il s’est effectivement battu et semble avoir écopé de quelques bleus. D’un signe de tête, je l’encourage à me suivre, effectuant quelques mètres et pas plus.

- Ne vois pas là une marque de moquerie, Guerrier, mais nous sommes si proches du Sanctuaire que je doute fort que qui que ce soit ne vienne ici pour nous nuire. Que pourrais-tu bien redouter après tout ? Je sais me battre et je n'hésite jamais.

C’était une affirmation qui était aussi une question. S'il a l'impression que je souhaite maitriser la situation, il pourra s'en convaincre très facilement par mon attitude alerte et vigilante même si je reste calme et posée, aussi limpide qu'un cours d'eau silencieux. D'ailleurs, je me retourne vers lui après avoir détaché une gourde de ma ceinture et sans lui laisser le choix, lui lance adroitement dans sa direction. Il devrait avoir des réflexes, sans doute, en tout cas, c’est à espérer.

- Si tu as soif ou si tu veux te débarbouiller.

C’était un gaillard qui semblait solide, accompagné d’un loup qui ma foi ne faisait pas trop de zèle en ma présence. Sous contrôle, dressé ou bien là de sa propre volonté, je ne savais pas encore de quoi il en retournait. Il avait des traces de sang sur le visage, le sien ou celui d’un autre et ses mains portaient les marques propres à quelques échanges de coups. Ce qui m’intriguait c’était son armure. Ni Spectre, ni Spartiate… Il pouvait être du nord à y réfléchir, ou un Titan peut-être. Ah, mais au fait, il m’avait demandé mon nom…

- Je suis Kassandra du Serpentaire et si je suis ici c’est pour comprendre ce qu’il se passe.


Mon regard se tourne vers la lointaine ligne d’horizon alors qu’une brise vient agiter les feuilles des menus arbres des environs. Silencieuse et imperturbable, je n’en reste pas moins alerte. J’étais attentive à ce qui se trouvait autour de moi, certes détendue mais je ne me berçais pas d’illusions. S’il venait de se battre, son ennemi pouvait être en déroute ou bien surgir sans crier gare.

- Et toi ? Dois-je dire chevalier ou bien… Et tu as forcément combattu quelqu’un pour être blessé de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mar 6 Nov 2018 - 22:08



Quoi de mieux qu’une petite pause,

Surtout après un rude combat. Même si j’étais assez pressé par le temps, il n’y avait pas urgence. Et puis, peut-être que la Saintia aurait eu connaissance de quelques informations qu’elle pourrait partager. Il ne fallait pas écarter cette possibilité. Même si le labyrinthe m’avait rendu à ce monde, ce lieu regorgeait encore bien de mystère. Qui était cette voix mystérieuse que nous avions tous entendu au début, qu’attendait-elle de nous, nous qui étions que de simple mortel. En partant de l’hypothèse que les dieux étaient à l’origine de tout ceci, que pouvions nous faire, là où des divinités avaient tout simplement échoué. Quelque chose me disait que les réponses viendraient en temps et en heures. Chaque chose en son temps. De toute manière, que pouvais-je y faire maintenant que je n’étais plus à l’intérieur du dédale. Kassandra me fit signe de s’éloigner afin de trouver un petit coin sympa et tranquille.   « _ Je me nomme Ragnar, Guerrier Divin d’Epsilon. » lui fis-je tout en présentant à mon tour. Les présentations faites, on pouvait rentrer dans le vif. La jeune fille prit les devant en me posant plusieurs questions. Si une poignée de Guerriers Divin avait pris téléporté à l’intérieur du labyrinthe, tout porté à croire qu’il en était de même pour les Chevaliers du Sanctuaire. Mais, sans preuve concrète, je ne pouvais l’affirmer. Sans crier garde, elle me jeta une gourde d’eau que j’accepta volontiers.  « _Je suis bien à la recherche de quelque chose, un bien qui n’a pas de valeur à mes yeux. » lui répondant à sa précédente question. Je l’a remercia d’un simple hochement de tête. A ses dires, elle expliqua sa présence afin de comprendre le chaos actuelle qui régnait.

Moi-même, je ne savais l’expliquer, je possédais juste quelques informations mineur. « _Il y a tellement de chose à dire sur la situation actuelle, par où vais-je commençais… » comment expliquer la brusque apparition de ce labyrinthe, cet orage cosmique qui nous avez tous sans exception téléportés à l’intérieur de ce dit dédale. Et sans oublier celui qui tirai les ficelles. On n’était tous de simple pions sur un échiquier divin. Je haïssais l’idée d’être manipuler, utiliser contre mon gré. Tout en me raclant ma gorge, je tentai un début d’explication. « _ Chaque Guerriers Divin se trouve actuellement dans un labyrinthe pour une raison que je ne saurai expliquer. Il y a de forte chance que tes frères et sœurs d’armes s’y trouve également. D’ailleurs, en a tu rencontré un. M’est avis que non. Une chose est sure, rien de bon ne sortira de tout cela. Tu as effectivement raison, j’ai bien combattu un ennemi et j’en suis mort. Je me suis alors réveillé dans le lieu ou tu m’as trouvé. J’ai quelques théories sur la personne qui nous manipule, seulement je n’en ai aucune preuve. » Lui fis d’un seul trait. Est-ce que je lui avais tout expliquer. Oui surement mis à part quelques détails mineurs. Une chose était certaine, le monde subissait encore un malheur. « _ Chevalier n’est pas le terme approprié pour nous Asgardien. Je suis un des sept Guerriers Divin qui ont l’honneur de servir Odin. Si l’envie t’en dit, appel moi juste Ragnar. » continuais-je sans lui laisser le temps d’une réponse éventuel. Bien évidemment, une question en appelait une autre seulement, j’étais comme elle, dans le flou le plus totale. Comme pour me prouver que j’étais encore bien vivant, je pris une bonne gorgée d’eau fraîche. « _Pour ton information, la Sagesse se trouve actuellement au sein de mon royaume pour des raisons qui m’est encore inconnue. » conclu-je.

Était-elle intéressée par ce détail. Surement oui. C’était toujours bon à savoir. Qui plus est, cette dernière était surement sans escorte dû à la situation actuelle. Tout cela n’était évidemment que de simple suppositions. Ne savant que dire, je lui relançai sa gourde en attendant ses légitimes questions. Car il y avait pas mal d’information à digérer d’un seul coup. Je détestais ce sentiment, celui d’être totalement inutile sous le feu de l’action. Avais-je bien fait de provoquer ce Spectre. Loin de moi de me remettre en question, mais il bien avouer que j’avais quelques doutes. Après tout au diable, si conséquence il devait y avoir, alors j’assumerai pleinement mes actions. « _ Et toi, que peux tu me dire sur toi. Je pense n’avoir jamais croisé ton chemin. Quels sont tes motivations, pourquoi défend tu la cause des Athéniens plutôt que celle d'Odin »

Des questions assez étrange pour une situation que je pouvais qualifié de désespéré seulement, si je devais remettre ma vie entre ses mains dans une guerre éventuelle à venir, il me fallait la connaitre un peu plus.

Bien qu’elle soit une Saintia d’Athéna, une alliée, elle n’en restait pas moins une belle inconnue a mes yeux. Portant ma main sur la douce crinière de mon loup, j’attendais ses réponses.




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mer 7 Nov 2018 - 13:33

Lente, coordonnée, attentive à tout ce qu’il se passe et au moindre de ses mouvements, c’est bien malgré moi que je garde cette attitude de prédatrice passive, prête à bondir au moindre signe, tel l’oiseau de proie que représente ma constellation. Mais c’est bien plus que ça. Sous ce regard aiguisé et cette façon de faire, très calculée pour le moindre geste, se cachent des années d’entrainement, de maitrise et aussi une attitude propre à déstabiliser n’importe quel guerrier qui ne serait que trop peu concentré ; immobile comme le prédateur jusqu’à ce que la frappe soit nécessaire. Mon étrange visiteur évoque alors le fait que tous aient disparu, sans aucun doute, ce qui n’est pas raccord avec ce que je sais. Il y a encore du monde au Sanctuaire même si effectivement, beaucoup manquent à l’appel.

- Il y a encore du monde au sanctuaire en fait. Tout le monde n’a pas déserté sur ordre ou selon les envies de je ne sais qui. En fait, c’est même plus compliqué que ce qu’il n’y parait. Pourquoi eux et pas moi ? J’imagine que mon devoir ici n’est pas moins important que le leur.


Mon regard se perd toujours vers l’horizon et les formes étranges du labyrinthe qui a émergé il y a peu. C’est donc de là qu’il vient, et là pour lequel il a combattu et perdu comme il semble le dire ? S’il y a combat, c’est qu’il y a un enjeu. Et si cet enjeu se trouve là même ou autrefois se trouvait l’entrée du royaume de Poséidon, ce n’est pas à négliger.

- Tu es certain que rien de bon ne peut ressortir de tout ça ? Qu’est ce qui te fait dire ça ? Parce que justement, s’il convient de se battre pour une cause, échouer, perdre, n’est là que pour nous faire prendre conscience que les choix les plus justes impliquent les plus douloureuses et les plus violentes batailles ;

Il avait combattu et avait été tué selon les dires mais un détail semblait manquer à son récit : un passage par les enfers ; hors, il n’en faisait pas mention alors que des marques de combat étaient visibles sur son armure et son corps ;

- Mort ? Si tu l’avais été, tu aurais été projeté dans les Enfers sans ménagement. Il s’est passé autre chose si tu veux mon avis… mais je te trouve décidément très amer, comme si tu doutais de ton importance dans toute cette histoire.

Ainsi donc il était un Guerrier divin. Je n’avais pas les connaissances nécessaires pour connaitre les us et coutumes de son royaume et je n’avais jamais vu la moindre armure d’Odin. Son nom me rappelait toutefois quelqu’un, le nom d’un guerrier Viking dont on comptait les hauts faits d’armes au moyen age… et pour lequel j’avais nourri quelques inquiétudes en d’autres temps. Jamais dans les plans de celles que je servais, toujours en marge, il n’avait été ni une menace ni un atout à avoir. Mais ses actes ne nous étaient pas inconnus. Aussi, mon visage s’illumina d’attention lorsqu’il prononça son nom.

- Ragnar ?? Comme le Guerrier Viking qui a conquis du moins en partie, l’Europe ? Etrange comme certains noms traversent le temps… En tout cas, j’ignorais qu’Athéna était partie pour les royaumes du Nord. Elle a fait une élocution à l’attention de tous les Saints en précisant que désormais ton royaume et le tien étaient alliés.


Il semblait inquiet, c’est vrai, prudent mais pas trop, mais surtout il semblait mal vivre mon arrivée, comme s’il redoutait autre chose, en tout cas c’est ce que j’avais perçu de prime abord.

- Tu peux donc te détendre. Ici, il ne t’arrivera rien, je t’en fais le serment.


Il ne restait plus qu’à lui répondre à sa dernière demande, à jouer avec en tout cas parce que je n’aimais pas parler de moi, tout simplement.

- Un chevalier d’Argent qui œuvre dans les ombres se montre uniquement lorsque c’est le moment, imagines donc que ma présence ici est une nécessité. Pour le reste, il y a beaucoup de chevaliers au Sanctuaire et je doute moi-même les avoir tous rencontrés à ce jour.


Et pour ce qui était de mon allégeance à Athéna ou Odin… j’avais décidé d’oublier sa question, va savoir pourquoi. Le plaisir de la lui faire reformuler ? Qui sait. Un regard à son loup, expressif et paisible, juste pour échanger entre prédateurs et le tour serait joué ?

Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mer 7 Nov 2018 - 23:58



La Serpentaire avait souligné un détail d’importance. Pourquoi avais-je échappé à la grande faucheuse. Que répondre…

Moi-même je ne savais l’expliquer. Je n’étais pourtant pas quelqu’un d’une extrême importance de par mon statut, juste un simple Guerrier Divin. Et très surement le plus obstiné parmi les six autres. Il était toujours bon d’avoir son petit caractère, ne jamais se laisser faire afin de défendre avec ardeur ses idéaux. Peut-être que cela pouvait être mal perçu par certain(e)s mais pour quiconque je n’allais rogner mon attitude. La jeune Saintia se posa plusieurs question légitime, dont pourquoi n’avait-elle pas été impliqué dans ce dédale comme la plupart de ses nombreux sœurs et frères d’armes. Là encore, malgré ma bonne volonté, je ne saurais y répondre. Quel ironie, moi qui avais vécu cette expérience unique, je n’étais pas plus avancer en termes d’information. J’avais encore mainte questions en tête, dont qui tirait les ficelles et surtout dans quels buts. Si j’avais bien compris, il y avait une histoire artefact là-dedans. « _ Bien que j’ai vécu brièvement cette aventure, je ne saurai répondre à certaines de tes questions, car moi-même je m’en pose plusieurs » lui fis-je respectueusement. La fougueuse rouquine ne s’arrêta pas en si bon chemin, cette dernière me bombardait de question en tout genre. Quoi de plus normal quand on était dans le flou. Kassandra désirait simplement connaitre mon humble avis sur les épreuves qu’imposait ce dédale.

Là encore je ne savais quoi répondre. De mon côté, il me paraissait assez évident que cela ne pouvait que mal finir. Les règles de ce dédale était impitoyable et j’en avais subit les premières conséquences en défiant le Spectre du Bénou. « _Je te donne juste mon avis, tout simplement. » continuais-je. Bien évidemment, elle avait tout à fait le droit de ne pas partager mon avis seulement, à l’intérieur il y avait des personnes au cosmos bien trop terrifiant comme ce Juge des Enfers dont j’avais croisé le chemin. Pour sûr, un être aux capacités tout à fait exceptionnel. Pendant une quelques seconde, je me demandai si ma mort avait été vengé par les miens, ou avaient-ils pris la fuite. Quoi qu’il en soit, les choses étaient tels qu’elles étaient. Le Bénou avait fauché ma vie m’expédiant directement en ce lieu. Il était effectivement étrange que je n’étais pas passé par la case des Enfers. Et pourtant, ma rob portait encore les stigmates de mon combat. Mes nombreuses blessures ne mentaient pas. Alors pourquoi doutait-elle. Peux être que la faucheuse était elle en grève ou bien, bien trop occupé pour se charger de mon cas. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas m’en plaindre. Malgré mon piteuse état, j’étais bien en vie. « _Et pourtant, je suis là. Il faut donc croire que mon heure n’est pas encore venu. ». Avais-je été un tantinet arrogant en avançant une telle chose. Peut-être oui. C’était à elle d’en juger. A son tour, la jeune Silver s’avança que nous étions en sécurité. En supposant qu’elle n’avait encore rencontré personne, elle ne pouvait avancer une telle chose. Ne voulant pas la gêner davantage, un simple et discret sourire moqueur se dessina sur mon visage. Athéna n’était pas présente, et son escorte le Verseau en était de même.

Il y avait donc de grande chance que les douze demeures restaient vide, tout comme le royaume d’Asgard d’ailleurs. « _Avant ma brusque disparition, j’ai eu l’honneur d’en rencontrer un de tes supérieurs ; Un dénommé Orion du Verseau. » continuais-je. Peut-être avait-il aussi disparu comme nous tous à la recherche de cet ancien artefact dont tous convoité. La belle rouquine me raconta par la suite à quoi consistait son rôle au sein de la chevalerie. Elle expliqua que sa présence était nécessaire. Personnellement, j’en doutais un peu. Que pouvait-elle faire sans même un soutien. Qui plus est, elle tournée autour du pot en ne répondant clairement pas à mes questions. « _Ce n’est pas ce que je te demande. » Bien qu’étranger a ce pays, je connaissais à peu prés le rôle de chaque protecteur de la Sagesse. Étrangement, nous avions à quelques différences les mêmes. Sans grande surprise, elle m’annonce que le traité avait été finalement signée par nos deux camps respectifs. Nous étions officiellement alliée. C’était une annonce rassurante bien que, confier nos vies a des étrangers pouvait un peu effrayer. Entendant cette annonce, je me relevai avec difficulté. Bien que j’avais subis de nombreuses blessures, je me sentais encore d’attaque. Mon corps et ma volonté n’étaient pas encore brisé, loin de la même. « _ Alors combattons ! Je suis curieux de voir ce que tu vaux en combat singulier. » lui fis-je tout en intensifiant ma cosmos énergie. Bien que mon corps était brisé, ce n’était clairement pas le cas concernant ma volonté. Alors allait-elle accepter ma proposition de combat. Cette fois-ci, mon éventuelle adversaire n’était qu’une jeune et innocente Silver.

Autrement dit, un combat à ma portée vu mon piètre état.




Récupération journalière :

Pv 60 +10 = 70

Cs 60 +10 = 70
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Jeu 8 Nov 2018 - 22:08

Tiens, il est sensible et je l’ai brusqué avec mes questions indiscrètes. A moins que ce ne soit ma manière de dire et de faire tout en finesse ? Ou de ne rien lui dire. Après tout, nous sommes peut-être alliés mais je n’ai rien à dire si je n’estime pas que c’est nécessaire. Et pourquoi Athéna et pas Odin, et pourquoi ci ou ça… il semble désireux de comprendre, c’est plutôt un avantage. Peut-être devrais-je parler un peu finalement, sans trop. Et ça pourrait le satisfaire ; lui qui par dépit s’estime heureux d’être vivant.

- tu doutes que ton heure soit venue ou son contraire ? Tu as du mal à digérer ta défaite parce que tu penses que ça en est une. Peut-être que tu devrais reconsidérer ton sacrifice. Et d’ailleurs qu’en penserait Odin ?

Parce que forcément, il a vécu quelque chose de traumatisant, peut-être même l’enfer et je le traumatise une nouvelle fois avec cette froideur qui peut me caractériser parfois. Et vient alors le moment où il parle d’un de mes supérieurs ?

- Ah Un chevalier d’or ? Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà rencontré le gardien du Verseau. Quelques rumeurs affirment qu’il est beau garçon, et beau parleur. Rien pour aller avec mon tempérament.

C’était une boutade, certes, mais une boutade tout de même. Il allait sans doute s’énerver à force que je ne réponde pas avec sérieux ; ou a demi en fait. Chacune de mes réponses était tout de même sérieuse jusqu’à un certain point. A moitié donc. C’était déjà un bon départ. Et puis effectivement, sans trop élever la voix, il se fait plus ferme d’un coup, prétextant que je réponds à coté, à propos des raisons qui me poussèrent sur un panthéon plutôt qu’un autre.

- Ah oui, pardon. Athéna ou Odin ? Elle m’a sauvé, voilà pourquoi je suis une furie de bataille et non une Valkyrie. Et toi ?


Oui, c’était facile de lui renvoyer la balle. Peut-être qu’il allait comprendre comment je fonctionnais un peu après quelques questions réponse. C’était ma manière de faire, un peu à la mode de certains services de renseignements. Il ne semblait pas stupide alors il comprendrait vite ;

Lentement, mes gestes se coordonnent et j’en profite pour rattacher mes cheveux. Tout en finesse, dans l’attente, toujours prête à bondir. Et c’est un moment de silence que j’espérai mais au lieu de ça, c’est une demande de joute qui me fut faite. Combattre pour s’amuser ??

- Et bien ! C’est ainsi qu’on aborde les étrangères dans ton pays ? Navré de te décevoir mais je n’ai pas pour habitude de me battre pour le plaisir, guerrier divin. Tu aurais beau avoir de l’expérience, je peux t’assurer que même gagnant tu te rappellerais de mes blessures très longtemps…

Je tourne machinalement la tête, affirmant par la négative mes intentions. Sérieusement, Ce défi, ce n’était pas sérieux du tout. Et n’importe qui pouvait surgir par le même lieu que là où il était arrivé. Je lui fais alors volteface sans prévenir, mon regard vient chercher le sien et les quelques mots que je laisse échapper ne laissent aucun doute sur mes intentions. Ou presque !

- Ma réponse est Non. Et d'ailleurs pourquoi cette envie soudaine ? Tu espère que je sois une deuxième chance pour toi ? Parce que le seul endroit où tu pourras espérer me trouver est dans une arène.


Et en prime il n'avait pas l'air de tenir beaucoup sur ses jambes...




Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 10 Nov 2018 - 15:40



Il fallait croire que la jeune rouquine me connaissait bien mal.

Cependant, elle avait le don de me faire cogiter sur pas mal de choses, dont principalement sur ma défaite. En effet, ma fierté en avait pris en sacré coup, néanmoins si par mes actes, mon sacrifice avait pu un tantinet servir à mes autres compagnons, alors je ne considérai pas ma mort comme vain. D’ailleurs quand étaient-ils d’eux. M’avaient-ils vengée ou avaient-il choisi la solution de facilité. Ils n’allaient pas fuir longtemps si ces derniers avaient opté pour la seconde option. Ce Juge des Enfers était un client plus que redoutable et à priori respecté par les siens. Bien évidemment, que j’étais pleinement conscient de mes faiblesses en voulant le défier, et si par mes actes, j’avais pu choquer les miens ou même les Enfers, alors j’assumerai pleinement les conséquences. Les Spectres autant puissant qu’ils soient, ils n’en demeuraient pas moins qu’ils étaient que de simple voleurs. Il me paraissait assez évident qu’ils ne voulaient en aucun cas assumer leurs actes. Bien que j’avais été défait, l’honneur d’Asgard avait été lavé. Et ça, c’est une très bonne chose. Voilà que maintenant, elle me parle de mon allégeance envers le père de toutes choses. Humm…  Comment pouvait-on jurer fidélité envers une personne que l’on n’a jamais vu. Bien évidemment, de par mon statut de simple Guerrier Divin, il était évident que j’étais un de ses protecteurs mais au fond de moi-même, je savais ce qu’il en était. Pour le moment, je n’écoutais que ma seule et unique personne. Si des divinités devaient à se faire connaitre, alors ce n’est qu’à ce moment-là que je reconsidérerai la question des allégeances. « _Sache que je n’ai pas à rougir de ma défaite. Aucun Guerriers ne peux se vanter d’avoir que des victoire à son actifs. Si par mon sacrifice, j’ai pu aider mes autres compagnons alors je n’ai strictement rien à regretter. Quand au père de toute choses, je ne lui dois strictement rien pour simple raison que je n’ai pas encore pu voir sa divine personne. Quand le moment sera venu, alors je pourrais réétudier la question de mon allégeance mais, pour le moment, personne ne me dicte ma conduite. »  Lui fis-je avec autorité comme pour affirmer que ma décision était prise. Voila qu’à présent, elle me retourne la question que je lui avais posé. Est-ce que la Sagesse m’aurait sauvé du cruel sort qui m’attendait. Est-ce que cette dernière, autant vénérée soit-elle m’aurait choisi en tant que porteur d’une des sept robs. Tous connaissaient les légendaires Chevaliers d’or et leurs légendes mais, me concernant, je n’étais pas si fasciné par eux. Et malgré les ces grands récits, il y avait toujours un fond d‘exagération. Nous Guerriers Divins, n’étions pas si connues que les Athéniens, bien que nos légendes dépassaient les frontières. Kassandra avait ainsi refusé ma petite demande d’un combat singulier. Qu’il avait-il donc de mal. Après tout, beaucoup en faisait de même tout en s’entrainant et cela ne faisait pas d’eux des brutes sans cervelle. Evidemment, j’étais conscients de comment cela allait se finir, conscient de mes nombreuses blessures, mais ma volonté en restait encore intact. De l’expérience, je n’avais juste qu’un simple combat à mon compteur, qui s’était résultait en une cuisante défaite. Non ! J’étais encore loin d’avoir de la bouteille mais mon combat contre le Bénou était déjà un bon début. Visiblement, sa décision était prise et non négociable. Est-ce que tous les Athéniens étaient comme elle, tous aussi pleutre, voulant se défiler sous une pseudo raison. Jusqu’à présent, je n’avais pu que voir que deux Chevaliers d’Athéna, Orion du Verseau et Nowan du Corbeau. Kassandra s’avançait un peu en disant de telle chose. De nouveau, une question se posa : Est-ce que tout les Athéniens étaient fière comme elle. Loin de moi l’idée d’obtenir une seconde chance, puisque j’avais déjà joué mon jeu en perdant contre Ryuïchï. C’était les choses qui arrivaient tout simplement. Malgré mon piètre état, j’avais encore de la ressource à revendre alors autant l’utiliser a bon escient dans une joute amical. « _Soit, je respecte ta décision même si celle-ci ne t’honneur pas trop. » lui fis-je sur un ton assez moqueur.

Simple provocation dans le but de la faire sortir de ses gonds, mais avec une attitude pareil, je n’espérais rien d’elle.




Récupération journalière :

pv : 70 + 30 = 100
cs : 70 + 30 = 100


Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Dim 11 Nov 2018 - 17:07

Je ne cherchais pas à faire mouche mais à le bousculer un peu. En fait, j’avais fait mouche aussi. Il avait quelque chose à régler avec lui-même, un détail lié à sa défaite. J’avais essayé de lui faire cracher le morceau, c’était presque ça. Il avait un gout amer de tout ça. S’il savait seulement ce que j’avais été ; et il n’avait pas à rougir de sa défaite, effectivement.

- Non c’est vrai, car les défaites sont les seules qui peuvent nous faire progresser. On perd tous un peu chaque jour à l’oublier. Je trouvais idiot que tu le vives mal mais ça devrait passer ;

C’était la méthode psychologique n°12 du professeur Kassandre ; rude en montrant les évidences, simple car il suffisait de se bouger l’esprit pour trouver des solutions.

- excuse-moi d’avoir douté de toi juste par ton attitude. Le doute est permis tu sais ; nous ne sommes que des mortels après tout. Nos actes… auront du sens parfois des années après notre prise de décision ;

De ce qu’il me disait, il n’était guerrier que pas un concours de circonstances, il n’avait ni rencontré son dieu ni personne qui justifiait qu’il soit porteur de cette armure. Alors comment pouvait-il faire pour en avoir une ?  

- Personne n’est venu de donner l’armure ou te parler avant que tu ne prennes tes fonctions ? Vraiment ? Et tu ne fais ça pour rien de particulier non plus ? Je veux dire, la justice, le bon droit… la défense des opprimés… ce n’est pas ce qui pourrait te faire avancer ? Pourquoi cette armure t’a choisi si ce n’est pour une de ces valeurs ou bien une autre ?


Immobile encore et toujours, mes cheveux soulevés au rythme de la brise, je laissais peser ces mots, et je ne faisais pas la curieuse éhontée, non, j’étais vraiment curieuse de savoir. Comment pouvait-on devenir serviteur d’un Panthéon ou d’un autre sans avoir été nommé. Il fallait que ce soit par conviction profonde. En parlant de ça d’ailleurs, sa petite remarque que l’honneur à mon attention était des plus étranges. Je ne voyais pas les choses de la même manière que lui, c’était vraiment une vision très très particulière de l’honneur et du devoir.

- Tu serais surpris de savoir ce que les gens peuvent faire par honneur, jeune guerrier.


Même si je ne devais pas présumer de son expérience, je le voyais assez jeune de ce côté-là, même si je ne devais pas me fier aux apparences. J’étais arrivée au service d’Athéna avec un rand modeste, non pas le moindre mais non plus le mieux.  J’avais peut-être moins de force que lui mais sans doute un peu plus d’expérience. Et de fierté surtout. J’imaginais notre première rencontre autrement que de déboucher sur une vulgaire joute ne comptant pour rien.

- L’honneur me demande de ne rien faire de ce que tu me demandes. Tu es blessé, tu as besoin d’écoute, de parler… C’était la meilleure chose à faire avec toi. Si je me battais avec toi, il n’y aurait rien d’honorable à te causer du tourment tu sais.


Mon regard se tourne alors vers lui, lentement, alors que je pose ma main sur le sol. Usant de mon cosmos, il pourra voir une lente transformation autour d’elle, quelque chose de sombre et de diffus s’étendre mortellement autour, ravalant les couleurs, flétrissant les feuilles, tuant les insectes qui avaient la malchance de se trouver là, juste là, à quelques centimètres de ma main.


Stoppant l’effet quelques secondes après, je profitais de changer de sujet pour lui demander quelque chose de probablement plus important.

- L’honneur est subjectif, mon ami. Et il y a quelques cas où j’y suis totalement étanche. D’ailleurs, nous parlons de nous mais je ne t’ai pas encore demandé comment c’était à l’intérieur du Labyrinthe.

Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Lun 12 Nov 2018 - 23:28



Décidément, cette Kassandra avait l’art et la manière de me retourner le cerveau avec ses paroles philosophique.

Il était vrai que chacune de nos défaites pouvaient nous faire grandir. C’était exactement le cas pour moi, je comptais bien évidemment apprendre de mes erreurs pour ne jamais les répéter. J’étais convaincu qu’un jour, peut-être plus tôt que je ne croyais, je recroiserai la route du Bénou. Alors oui, j’avais aucun déshonneur, aucune honte d’avoir été défais. J’étais conscient que bien d’autres combats m’attendaient, si je voulais obtenir ce que je désirais tant, il était nécessaire d’obtenir cette force, cette puissance dont ce Juge que j’avais croisé détenait. Aujourd’hui, à ses yeux, je n’étais probablement qu’un misérable insecte, mais insecte fier. Certains ne pouvaient surement pas en dire autant. Ecoutant ses paroles dans le silence, voila qu’elle soulève un détail qui a son importance. Après m’avoir posé la question sur mon allégeance, cette dernière venait à ses questionner sur l’obtention de ma Rob. C’était assez légitime puisque j’avais omis volontairement quelques détails. Regardant mon fidèle loup, le passé que j’aurai volontiers oublier me survenu. « _ En effet, il y a bien eu quelqu’un pour me guider vers ma God Rob, néanmoins j’aime à penser que c’est plutôt ma nature affilié vers les animaux qui m’a permis d’endosser mon armure. » lui confiais-je avec sincérité. C’était pour moi la première fois que je me livrais ainsi. Il était certes vrai que mon affiliations avec les animaux et plus spécialement avec les loups avait beaucoup aidé à m’orienter vers Odin. Rejoindre les rangs des Ases avait été pour moi un honneur. Et pourtant, je ne pouvais dire que le père de toutes choses m’avait sauvé, non ! Je ne devais mon salut qu’à cette mystérieuse Prêtresse dont je ne connaissais même pas le nom. Moi qui pourtant haïssais le genre humain, cette inconnu m’avait montrée le bon côté. Maintenant qu’elle connaissait la vérité sur mon engagement, voila qu’elle se demande mes motivations. Alors là, je ne savais pas par quel bout commencer. Je m’étais fixé plusieurs buts à atteindre, et je m’étais résolu à les tenir coute que coute.

Bien évidemment, mon statut de God Warrior parlait de lui-même. Evidemment que je combattais pour une justice, pour l’honneur des miens, et tous ces clichés si bienveillant tous autant qu’ils sont, chaque jour avec passion. Néanmoins, parmi tous ces moteurs qui m’animait, un seul sortait du lot. Cela était même devenu une obsession chez moi. Alors devais-je lui dire, devais-je me dévoiler toutes mes intentions. Pourquoi pas après tout, elle n’était pas l’ennemi, juste une simple alliée. Peut-être comprendra-t-elle ce qui me faisait avancer, peut-être aurions nous la même vision des choses, j’étais bien curieux de savoir si une étrangère dont je ne connaissais pratiquement rien était à même de me comprendre à défaut des miens. « _ Effectivement, il y a bien une seule chose qui me donne envie de me battre, de me transcender à chaque combat. » lui fis-je tout en pensant à la chose qui m’avait été injustement dérobé. Cela avait d’ailleurs la principale raison du combat que j’avais dû mener contre Ryuïchï. Il fallait obligatoirement que je franchisse étape par étape, que je puisse abattre chaque Spectre qui pourrait se mettre au travers de ma route qui à terme me mènerai jusqu’à lui. Rien qu’évoquer son nom haut et fort me donner déjà la nausée. « _Cela me revint de droit ! et on me l’a injustement voler. Je n’aurai de cesse de la retrouver. » lui fis-je un tantinet colérique. Cette fois-ci, Kassandra avait touché un point sensible. J’avais volontairement omis de préciser la chose qui m’avait été dérobé. Laissant travailler son imagination, il me vint alors une idée. Autant oser, puisque je n’avais pas l’appui des miens. Je connaissais déjà l’avis du guerrier de Dubhe, quant aux autres, cela ne semblait également guère les intéresser. Où étaient donc leurs fierté, leurs dignités. Etais-je le seul à être animé par l’esprit de la justice. Il fallait croire que oui. Les Spectres du monarque avaient ridiculisé le royaume d’Asgard en organisant un raid gratuit. Il était donc logiquement normal de réclamer justice ou plutôt vengeance. J’avais plus que marre des « plus tard », ou même « _nous obtentions justice, un jour… » c’était ce genre de parole qui avait le don de m’exaspérer.  A mes yeux, l’heure était venu de faire peser la balance en notre faveur. « _ Serait-tu prête à t’engager dans un combat pour une juste cause qui ne serait pas la tienne. » lui demandais-je. Si nous étions réellement alliée, alors il me paraissait évident que des efforts devaient être fait d’un côté comme de l’autre. Malgré qu’elle n’ait aucun pouvoir de décision, je souhaitais tout de même connaitre son avis. Peut-être allait-elle encore s’en sortir par une pirouette ou tout simplement changer de sujet. Connaissant déjà la position exacte de la Sagesse, sa réponse m’importait bien peu. Ayant eu écho de leurs légende, j’étais certains que les Chevaliers pouvaient jouer un rôle important. Restez à voir si leurs engagement auprès du royaume. Était-il sincère, de bonne foi ou tout simplement juste d’apparence. De toute manière, je comptais directement consulter Athéna sur ce sujet-là. A mon tours, je reversai le sujet en ma faveur. « _Est ce que trouve honorable de se faire justice soi même pour une cause qui nous est juste. » lui demandais-je. Evidemment, j’allais être attentif a ce qu’elle allait répondre. Par la suite, elle me questionna sur le dédale. Que répondre… mon aventure au cœur même de ce mystique lieu s’était pratiquement stoppé dès le départ. « _ Bonne question que voilà. Tout n’est que couloirs, chaque pièce regorge de mystère et d’énigme. Quoi qu’il en soit, je reste convaincu que quelqu’un tire les ficelles derrière tout ça.  Nous…, nous sommes que des pions sur un échiquier prêt à être sacrifier par simple caprice d’un dieu. Je ne pense pas qu’une novice comme toi aurait survécu longtemps dedans. Tous recherchent un artefact dont ont vante les mérite.» Fallait-il y voir encore une fois, une simple provocation ou simplement la réalité dont elle n’osait y faire face.  




Récupération journalière :

pv : 100 + 20 = 120
cs : 100 + 20 = 120




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mar 13 Nov 2018 - 20:23

La nature qu’il aimait le plus, les animaux, le coté sauvage… pourquoi fallait-il que les nordistes soient tous amoureux de cette nature… Etait-il si compliqué d’apprécier autre chose que les steppes, les faucons, les grandes étendues, le vent dans ses cheveux et la nature par-dessus tout ? Un petit sourire vint se poser sur mon visage. Il était authentique en tout cas et c’est ça qui m’amusait. Un autre guerrier aurait pu mentir ou cacher des choses, lui, il parlait franchement et je n’avais pas envie de me moquer de lui. J’avais d’ailleurs arrêté les questions pour le tester,

Tiens, encore cette histoire d’honneur sur le tapis. Voilà qui revenait vers son saphir. En même temps, je l’avais aidé un peu mais comment pouvait-il ne pas avoir d’autre cause que la sienne ? Etrange guerrier que celui-là. Je l’écoute, lui, sa colère à l’encontre des responsables de sa honte, et j’avoue que je ne comprends pas vraiment comment on pourrait lui en vouloir. C’est son combat. Ceci-dit ce n’est rien d’autre que ça. Et si ça le tient en haleine, est-ce qu’une fois affranchi de cette tâche il aura moyen de s’accrocher à autre chose ?

Et je suis toujours à l’écouter, trouvant de plus en plus qu’au risque de ne plus être guerrière je n’en deviens pas moins psychologue. Pas de divan ici pour lui proposer de s’allonger. Et d’ailleurs, je n’aimerai pas qu’il s’imagine des choses. Ce n’est réellement que lorsqu’il aborde avec beaucoup de direct sa question suivante qu’il me fait hausser au moins un sourcil. Mais qui est donc cet homme cyclothymique… ? Une cause qui n’est pas la mienne ? Un combat ?

- Un combat qui serait juste dis-tu ? Une cause qui ne serait pas la mienne ? Des idéaux qui me feraient avancer alors qu’ils n’auraient pas été à mes côtés durant des années ?

Je faisais mine de sourire, d’exagérer ce que je disais pour accentuer la situation, certes, mais ma réponse je la connaissais déjà.

- bien sûr, si ça en vaut la peine… et si ça correspond à mes idéaux. Quelle question. Et pour ce qui est de justice, oui, je me fais toujours justice moi-même. Pas toi ?


J’avais pigé de quoi il parlait, encore focalisé sur sa ceinture vide et ce qu’il avait perdu de précieux.

- par contre pour certaines causes, on parle de croisade tu sais. Et pour ça il faut une armée. Sinon c’est du suicide.

Etait-il suicidaire ou avait-il une absence de limites sur ce qu’il s’imaginait pouvoir réaliser ? C’était difficile de le dire. La manière qu’il avait eu de partir en vrille d’un coup, sur le coup de la colère à propos de ses motivations. C’était des plus étranges. Il en vint à me parler de ce qu’il avait vu dans le labyrinthe sans foule de détails mais c’était déjà bien de savoir qu’il y avait des énigmes et probablement des pièges.

- Nous avons tous un rôle à jouer, même en tant que pion. Le but c’est de ne pas le rester longtemps pour…

Mais je suis coupée net en plein milieu de ma phrase. Ce qu’il vient de dire, ce qu’il vient de me dire me fait tourner la tête vers lui en plissant les yeux. Une novice comme moi n’aurait pas survécu longtemps ? Sait-il lire les jeux de regards ? Si c’est le cas, il pourrait y voir celui du défi naitre et grandir. D’un geste, je fais glisser le lacet de ma capeline afin de laisser apparaitre les épaulettes de mon armure. Et d’une voix ferme mais avec un sourire affiché en coin, je lui lance quelques mots à la volée.

- Une novice...? Alors viens donc me montrer comment un guerrier divin se battrait face à une Novice comme moi alors.

Kassandra défie Ragnar à l’entrainement.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 17 Nov 2018 - 17:02


Nous y étions enfin.

Finalement, j’avais réussi à faire sortir de ses gonds la jeune Silver saint. Malgré mon piteux état dans lequel je me trouvais, j’avais encore de la ressource à revendre. « _ça y est, tu t’es enfin décidée. » lui fis-je l’air surpris. Pour quelqu’un qui prônait la non-violence, la jeune Saintia semblait bien décidé à en finir. Et qui plus est, semblait bien trop confiante d’elle-même et de ses propres capacités. Cette petite joute amical aurait au moins pour but d’évaluer chaque capacités des deux combattants. Apercevant son petit sourire au coin de ses lèvres, je comprends qu’elle allait très vite passer à l’action. Allais-je avoir besoin de l’appui de mon fidèle compagnon a quatre pattes. Peut-être, ou pas. Ce n’était qu’après tout rien de bien sérieux, pas de quoi fouetter un chat mais, je devais tout de même ne pas prendre ce combat à la légère. Même si elle possédait un rang inférieur par rapport au mien, je ne connaissais pas encore ses capacités, et pratiquement rien d’elle. Pour le moment, Echo ne daigna pas lever ne serait-ce un poil, bien trop occupé à récupérer du combat qu’il avait du ardemment mener. Il ne fallait après tout pas en trop en demander à la pauvre bête. Malgré l’animosité qui régnait, l’animal jugea bon qu’elle ne représentait aucun danger. Intensifiant peu a peu ma cosmos-énergie, je lui lançai tout de même un avertissement avant que nous rentrions dans la danse. « _ Donne toi à ton maximum, car je ne te ferai aucun cadeau. » lui clamais-je-t-elle. Elle était visiblement un peu comme moi, du style a ne rien écouter et du genre tête brulée, même si je commençais à apprécier en tantinet sa compagnie, elle allait très vite regretter son air condescendant avec moi. Augmentant d’un niveau le degré d’intensité de mon énergie, il ne fait plus l’ombre d’un doute que je n’allais pas lui faire la politesse d’attaquer en premier. Peu à peu, le temps ne présage rien de bon pour la Silver saint, le décor du lieu laissent aussitôt place a de sombre nuages menaçant le Serpentaire. D’un simple geste, je lève aussitôt ma main droite en guise de catalyseur vers les cieux, comme pour en appelait l’élément de la foudre. Dans la seconde-même, un éclair jaillit de mon bras en direction de Kassandra. Cette dernière fut aussitôt foudroyé au contact de celle-ci dans un bruit perceptible de tous. Avait-elle été touché…



Ou avait-elle lu en moi comme dans un livre en esquivant tel un chat.  

Quoi qu’il en soit, ce n’était que le commencement de ce duel.        


Récupération journalière :

pv : 100 + 50 = 170
cs : 100 + 50 = 170







Dernière édition par Ragnar le Dim 18 Nov 2018 - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Dim 18 Nov 2018 - 13:22

Il avait pu constater que c’était avec une attitude égale que j’avais pu le défier ; du genre, tu l’as cherché, tu m’as trouvé. Mais sans hausser la voix, plutôt en montrant une évidence. Je n’aimais pas qu’on me rabaisse, juste par quelques mots. Consciente de la portée de ce qu’on pouvait dire, j’aimais manier le langage comme une arme. Et il avait fait exactement ce que je détestais par-dessus tout. Supposer. Et lui de rajouter qu’il ne me fera aucun cadeau comme pour préciser qu’il n’est pas là pour jouer et qu’il faudra que je compose avec. S’il savait à quel point la pitié est un sentiment qui ne me touche plus.

- Alors nous sommes deux. Cette joute est amicale mais ne pense pas une seconde que je ferai acte de clémence.

Il invoque la foudre, le ciel et les éléments semblent être à la portée de sa main lorsque je l’observe déployer son cosmos. Il n’y a pas que lui. Tout autour de moi, je déploie le mien. Il n’avait vu qu’une parcelle, qu’un échantillon lorsque j’avais touché du bout des doigts le sol, mais là c’est bien plus. Il pourra ressentir ce sentiment étrange grandir, se transformer en poids malsain et angoissant ; la Mort s’empare des lieux et les ombres se figent alors que mon énergie se stabilise finalement. Mon regard sur lui, immobile, en dit long sur ma concentration. Déterminée, les bras le long du corps, je n’arbore aucune attitude particulière lorsque soudainement et d’une seule main j’intercepte son attaque sans sourciller. Son attaque vient y mourir dans sa plus simple expression victime de mon pouvoir, absorbée comme si elle n'avait jamais été.



- Rassure-moi, tu peux faire mieux que ça ?

Car c’est bien une technique dont je suis extrêmement fière que je viens d’utiliser. Il se sentait puissant d’invoquer la foudre. Je me sentais puissante d’avoir réduit ses efforts à néant.

Je n’allais pas rester là à attendre. Mon cosmos avait déjà pu recouvrir les lieux, modestement j’entends, les ombres figés allaient être de précieuses alliées. D’un geste je pointe en direction d’une colonne de marbre à moitié debout derrière lui pour arracher ses ombres et les projeter sur lui à très grande vitesse… Et de l’autre main, c’est d’une arche de pierre que je subtilise les reliefs et ombrages pour en faire de même. Une attaque que je qualifierai de mise en bouche car chacune des ombres frappe avec la force, autant que si je déployais des attaques cosmiques ; des ombres dansantes frappent avec la force des objets dont elles sont issues… à la vitesse de la lumière, ou presque dans mon cas.


J’attendais qu’il se retourne pour faire face aux attaques, technique de distraction classique, et moi d’en profiter pour aller au contact et frapper comme il n’avait pensé à le faire. Ce ne sont pas mes dagues qui touchent mais bien mes poings. Primo, viser aux jambes pour le déstabiliser, puis frapper avec le poing au niveau d’une de ses blessures pour provoquer un peu plus de douleur. Dans le même élan, profiter du choc et de sa surprise pour asséner une manchette au niveau des yeux et l’obliger à se plier vers l’arrière pour éviter. Relever le tout avec une frappe du genou dans les reins. Résumé : adversaire au sol sans autre forme de procès s’il ne réagis pas. Diagnostic physique : douleur dans les côtes et le bas du rein. Diagnostic moral : se remettre en question lui prendra du temps.

- Drôle de danse tu ne trouves-pas ?

Qu’importe s’il s’est retourné ou pas, j’espère qu’il va me donner un peu plus de fil à retordre.  


Attaques : 20 + 5 coups = 25
Dégats reçus : 10 - 10 = 0
Points de vie : 140 - 0 = 140
Points de cosmos :140 -10 + 10 - 20 = 120
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 24 Nov 2018 - 21:58



Le combat débutait sur les chapeaux de roue.

Comme je m’y attendais un peu, Kassandra stoppa mon attaque avec une telle aisance. Chose assez surprenante de la part d’une simple silver. Pour sûr, que si elle continuer sur cette lancée, un belle avenir s’ouvrirai a elle. Quoi que, il était peut-être encore trop tôt pour le dire. Bien que je n’avais aucune connaissance de chaque Silver si ce n’est le Corbeau Athénien que j’avais très brièvement croisé en Asgard. La Serpentaire, elle, me semblait tout à fait différente, avec un tempérament d’acier, et quelques peu provocante. C’était exactement le genre de fille que je pouvais apprécier. Visiblement, elle pouvait manier les ombres à sa seule volonté. Elle me repoussa déjà dans mes retranchements, a priori elle prenait ce combat au sérieux. Il était inconcevable que je me fasse ainsi malmener par une simple Silver sans expérience. Elle était déterminée, cela se voyait dans l’éclat de ses yeux. Néanmoins, je l’étais davantage plus qu’elle, et ce même si cela ne se voyais pas trop sur le moment sur mon visage. Bonne nouvelle, j’avais pu retrouver la totalité de mes forces et je me sentais de nouveau passer à l’attaque. L’offensive du Serpentaire me surprenait plus qu’autre chose. C’était la première fois que je voyais une manieuse d’ombre. Elle avait très surement un répertoire variée dans ce domaine-là et j’en fus très vite les frais en encaissant par surprise sa première attaque. Peut-être l’avais je quelque peu sous-estimer, m’étais-je trop attarder sur son rangs.

La cataloguer comme une simple Silver avait été une grosse erreur de ma part, comme tout mortel, elle possédait un potentiel, une force caché en soit et je comptais bien la repousser également dans ses derniers retranchements. Voila qu’elle voulait aller au contact en m’infligeant de nouveau quelques coups. C’est in extremis que j’esquivai chacune de ses attaques. Cette fois-ci, elle n’avait pu jouer la carte de la surprise. La fusillant de mon regard, elle me forçait à passer à la vitesse supérieur, pas la choix. Je devais au minimum préserver la réputation des Guerriers Divin, du père de toute choses ainsi que ses deux fils. Même si nous avions été récemment humilié par une poignée de Spectres, je me devais de faire honneur à ma patrie, et a ces anciens combattants tels le légendaire Myst d’Alpha qui représentait un modèle a mes yeux. Aujourd’hui, il n’existait plus d’homme de sa trempe et c’était fort regrettable. M’essuyant un filet de sang, ma voix devient plus dur. « _Tu vas très vite regretter tes actes, jeune novice. » lui fis-je tout en insistant sur le mot qu’elle ne voulait clairement pas entendre. D’un rapide claquement de doigt, je viens à concentrer mon énergie cosmique afin de donner vie à deux poupées de terre. Très vite, elle se forment une a une sous les traits des guerriers de Bêta et du loup garou. Ce n’était que de vulgaire copie certes, mais possédant la puissance des originaux. J’allais très vite mettre à profit ces deux-là sans tarder. Les deux copies fondirent sur la Saintia afin de lui infliger quelques coups en guise de mise en bouche. Comptant mettre à profit ces deux-là, a ma demande, je les oblige a augmenter leurs cosmos jusqu’à leurs paroxysme. Sans attendre, le Loup Garou accompagné de Bêta lancèrent ensemble leurs septième sens. Dans un large nuage épais de poussière, il ne faisait pas l’ombre d’un doute que le Serpentaire n’avait pu échapper à leurs attaques combinés.




Néanmoins, rien n’était sûr.

La Saintia savait surprendre son public.

Une fois leurs offices faites, les images des deux Asgardiens fondirent brusquement en un amas de terre.



Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Lun 26 Nov 2018 - 22:17

Il s’essuya la bouche d’un revers de la manche. Je restais immobile, fixe, attentant sa réplique, réponse ou que sais-je encore. Il avait quelque chose à prouver, c’est certain. Et j’imaginais mal pouvoir canaliser sa frustration. Ou sinon, par le biais d’une joute qu’il imaginait excitante ou autre. Conneries et pertes de temps. Je n’étais pas là pour pavaner et me laisser désirer. Et c’est ainsi que commencent les premières phrases qui se voudraient assassines… Lorsqu’il me dit que je vais regretter mes actes, me traitant encore une fois de jeune novice, je ne peux que lui répondre aussi frontalement que possible.

- Une même attaque ne marche pas deux fois, jeune loup. Tu veux peut-être que je te prête une serviette pour t’essuyer ?


Assassine en phrase et en actes, je me sens si forte que je ne prends pas garde à son attaque qui vient et qui, malgré la lenteur de la mise en place me laisse sans voix l’espace d’un instant. Gauche ? Droite ? D’où pourra venir l’attaque ? De ses créatures, de lui ? Des statues de terre qui prennent des formes de guerriers nordiques viennent se créer. Mais comment peut-il faire une chose pareille ?

Elles approchent et lui… ne bouge pas ? Je ne peux pas croire un instant qu’il ait été formé comme je le fus. Des coups, des frappes, elles avancent et tentent très basiquement de me toucher, ce à quoi je réponds à chacun de leurs coups par une esquive adaptée. (5 coups esquivés)

- Quoi ! c’est tout ? Il va te falloir faire mieux…

Mais je n’ai pas le temps de terminer ma phrase que leur puissance est déjà en train de grandir. Rien de trop redoutable, je peux moi aussi développer ce genre de pouvoir. La difficulté étant de pouvoir réagir car lorsqu’elles frappent toutes deux, je n’ai le temps de m’interposer que pour la première. Le choc, aussi fort qu’il ait pu être, aurait tué un humain. Mais je ne suis pas de ce bois, et, projetée en arrière, je m’affale contre une colonne que je manque de briser par la force de l’impact.



Les deux formes disparaissent pendant que je tente de me redresser lentement. Grimaçant de douleur, je peine à me relever et lui adresse un regard fugitif.

- D’où te vient cette façon de faire… ?  

Il doit s’imaginer que je suis trop loin pour attaquer, il doit se sentir au mieux de sa forme, fier même si ça se trouve et c’est exactement ce que je souhaite. Tant qu’il pense cela, il ne se doute pas de ce que je lui réserve. Car devant lui, ce n’est plus exactement moi, juste une image, une illusion qui vient disparaitre brusquement. Il a pu me toucher, à moitié. Et moi de lui jouer un petit morceau de comédie pour mieux le surprendre alors que sans crier gare j’apparais juste derrière lui.

- La mienne ne va pas de plaire.

Premièrement, frapper au niveau de la nuque pour le projeter dans la direction de mon choix. Puis, ajuster l'assaisonnement avec un coup de genoux dans le dos, assurant la projection. poursuivre jusqu'a ce qu'un obstacle stoppe sa progression, saisir la cible d'une main, la retourner sans sommations et de l'autre briser toute envie de fuite avec 3 impacts sur le plastronc. (5 Coups physiques) Diagnostic ? Cible déstabilisée, possibilité d'enfoncer la représailles à un niveau qu'elle n'imagine pas. Ainsi, plongeant mon regard dans le sien, j’ajoute une dernière phrase avant d’ouvrir un pont entre les mondes.

- Bon voyage…

Là, une brèche, une rupture du continum espace-temps vient le faire glisser, tomber, chuter… A moins que ce ne soit juste une illusion que je créée dans son esprit ? Il va pouvoir ressentir ma volonté tenter de se frayer un chemin dans ses pensées, au milieu de ses espoirs et de ses faiblesses.



Il n’aimera pas, même s’il s’en préserve, même s’il se protège, il peut encaisser, il se souviendra de cette sensation, et sinon, s’il est assez faible, il pourra ressentir l’étau se resserrer d’un coup avant que le voile ne se brise et qu’il chute ainsi sans fin, pour finalement heurter le sol, ici, dans ce décor…

J’avance de quelques pas, je tourne comme une lionne attendant sa proie, rangeant mes dagues dans leurs fourreaux. Et lui jetant au sol un mouchoir en tissu pour qu’il puisse s’essuyer. Provocante, n’est-ce pas ? Tout ce qui pourra lui faire perdre pied est bon à prendre.

- Je ne suis pas une novice, jeune loup. Et c’est ce que tu es si j’en juge ta force de frappe… Plus rapide, j’avoue. Mais pas plus fort. A quoi est-ce que ça peut te servir si tu sacrifie ta puissance pour toucher sans gravité ?

Et à présent, il pouvait sans doute se méfier… car manipulant les ombres comme les illusions, qui sait si j’étais bien là, devant lui à pavaner ou ailleurs… Je faisais mine de me remettre l’épaule. Il avait réussi à me toucher quand on y pense et ça méritait… que je joue ce que je savais faire de mieux.



Attaques : 30 + 5 coups = 35
Dégats reçus : 25 – 5 - 10 = 10
Points de vie : 140 – 10 = 130
Points de cosmos :120 – 5 – 10 + 10 – 30 =  85
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Lun 3 Déc 2018 - 1:33



Provocante, indomptable, et d’une beauté incomparable…,

Les Athéniens me plaisaient de plus en plus. Pourtant je ne pouvais pas encore me forger un avis sur eux, vu le peu de rencontres que j’avais pu faire. Le Serpentaire disposait d’un répertoire assez varié allant de la manipulation des ombres jusqu’à la maitrise des illusions. Peux être l’avais-je trop sous-estimé en l’ayant classé dans la case des Silver saint. De simple chair à canon pour Athéna. Il me paraissait évident que cette petite rouquine avait du répondant, et qu’elle ne souhaitait nullement être traiter comme de la merde. Volontairement, j’encaisse chacun de ses coups physique afin de jauger sa force. Visiblement, elle prenait au sérieux ce petite joute amical. Si l’on croyait les rumeurs, nos deux camps était alliés par un acte officiel. Personnellement, je n’en avais cure. Et puis, de toute manière, je n’avais pas mon mot à dire sur ce genre de choses. Je n’étais qu’un simple God Warrior servant les intérêts du royaume et surtout les miens. Peut-être perdais-je mon temps avec elle, en essayant d’en apprendre plus sur elle, malgré sa mauvaise volonté de se dévoiler totalement nu face à moi. Quelque chose me disait que ce n’était pas le cas. Elle avait du répondant, ça c’était certain. Et c’est peut-être ça qui me plaisait le plus chez elle. Elle était rebelle, ayant un coté bad girl du genre « fuck the world ! ». N’ayant pas encore digérer le mot que j’avais volontairement insisté, elle passa à la vitesse supérieure. Elle ne semblait plus rire. Cette petite joute amical semblait être soudainement devenu un duel à mort. Devais-je la considérer comme mon ennemi, alors que nous étions tout juste allié. Peut-être qu’elle pensait la même chose que moi sur ces pseudos traités. Ou pas. En tout cas, elle multiplia ses petites phrases assassine, chose qui avait le don de me mettre hors de moi. Alors qu’elle passe à l’offensive en essayant de nouveau à avoir le dessus sur moi, je déploie aussitôt un mur cosmique, totalement imperméable a toute attaque autant physique que cosmique. Me protégeant alors de sa faille temporel, d’innombrable loups cosmique viennent à jeter volontairement à l’intérieur de la brèche, à ma place me protégeant de l’attaque cosmique du Serpentaire. Alors que j’avais pu de justesse échapper à sa dernière attaque, il n’en restait pas moins la sensation désagréable de celle-ci. « _ Joli coup mais tu semble oubliée une chose. Je suis un des sept god warrior, surement le plus obstiné d’entre eux, donc il va falloir faire beaucoup mieux que ça ma chère, si tu veux me mettre à genoux. » lui fis-je sur un air sérieux. Malgré son simple statut de Silver saint, elle avait pour sur un sacré potentiel à revendre, un potentiel qui était gâché par son simple statut. Peut-être que Athéna verrait en elle sa valeur comme on avait vu la mienne autrefois. Je sorti de mes pensées et commença ma course en sa direction, tel l’animal primitif qui dormait au fond de moi.

Arrivée à sa hauteur, je répondis sans force par de simple coups de poings au niveau de sa poitrine. Comme il était dommage d’abimer un si joli minois que le sien. Elle avait plus de volonté, plus de pugnacité que les miens en Asgard. Malgré mon caractère inébranlable, ma fierté inavouée et ma volonté de fer à vouloir déplacer les montagnes, je me resigna à contre-attaquer et tenta une toute nouvelle approche d’attaque si je pouvais dire envers elle. Echo n’attendait plus qu’une seule chose, l’ordre d’attaquer, d’en finir une bonne fois pour toute avec elle, seulement l’animal se recoucha sur mon ordre. Inutile de faire couler davantage de sang surtout entre allié. Malgré mon caractère à vouloir défier tout ce qui bouge, j’opta pour une tout autre approche qui était non sans risque. Heureusement pour moi, personne n’allait voir ce que je comptais dévoiler sur le moment, non ! personne ne pourrait me qualifier d’être faible n’écoutant que ces simples sentiments. Mais après tout, nous n’étions que de simple mortels fait de chair et de sang alors au diable la violence après tout. « _Stoppons ici, veux-tu… » lui murmurais-je à l’oreille. Inutile d’aller plus loin, j’avais jaugé sa puissance et a n’en pas douté que ce serpent allait très vite perdre sa mue si elle continuait ainsi. « _Inutile de continuer ainsi puisque je suis quasiment certain que tu prendras l’avantage sur moi. Et puis je ne suis pas un Berzeker avide de sang, pour persister ainsi dans cette bataille. » continuais-je sans même savoir la suite des évènements. Personnellement, je ne savais que faire parler mes poings et je devais bien avouer que pour le moment, c’était un échec. Ma décision prise, je m’en retournai vers mon loup et commence par la flatterie. Allait-elle lire dans mon jeu. Il y avait de forte chance. Cette rouquine en avait sous la caboche. « _Et puis, il serait regrettable d’abimer davantage ton jolie petit minois, non… ? » concluais-je le dos tourné. Comment allait-elle prendre ces quelques mots. Comme elle le voulait. Conscient du risque que je prenais volontairement, j’attends sa réponse qui allait surement être très violente.
 
De toute manière, je ne mouillais pas avec ce genre de propos.

Je ne perdais pas espoir de l’apprivoiser…  

Si j’avais pu approcher un bête comme Echo, alors l’impossible pouvait devenir possible !





Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mar 4 Déc 2018 - 22:01

Etrange qu’il prenne un a un chacun de mes coups avec les frappes calibrées et chirurgicales que je lui envoie à chaque fois. C’est certain, je ne suis pas encore aussi rapide que lui mais il aurait pu esquiver, parer, ou que sais-je encore. Par contre, mon attaque cosmique se retrouve belle et bien bloquée sans espoir de le voir faire même un très léger baptême de l’air. Alors comme ça on laisser s’échapper les loups de la cage ?  Et le voilà à présent pavaner tranquillement comme s’il me parlait de lui à la 3ème personne du singulier, il se montre, il assure qu’il est un des 7 ou 8 guerriers divins d’Asgard. Peut-être le plus indiscipliné aussi d’ailleurs.  

- Et moi je suis la future gardienne de la 8ème maison du Sanctuaire, peu m’importe que tu sois obstiné ou non.  Et qui t’a dit que je voulais te mettre à genoux ?

Il approche alors, décidé à en découdre, mais avec une vitesse bien moindre à celle que je lui connais. Il frappe, décidément si lentement et avec si peu de force que je ne m’attends pas à ça, clairement pas. Et je ne m’efforce même pas de me protéger contre ces attaques ridicules. Ce n’est que lorsqu’il passe à mon niveau pour me chuchoter à l’oreille quelques paroles surprenantes que je comprends où il veut en venir.  

Il cherche à s’arrêter, à stopper le tout, en étant persuadé que je ne vais pas continuer de plus belle à présent que la provocation est là. Et surtout, il use et abuse de mots et de phrases dans le simple but de m’amadouer et mieux encore, me séduire, si j’ai bien suivi. Il ne perd pas de temps l’asgardien en tout cas. On m’avait dit que le froid était la cause de bien des maux, à tous les niveaux. Et lui aurait le sang chaud ? Attend, c’est quoi son truc finalement ? Il faut qu’il se bastonne un peu pour avoir un élan passionné et raconter des niaiseries ? Déclarer sa flamme ? Et subitement, il se refuse à abimer, comment dit-il déjà, mon joli minois… Je le regarde d’un coin de l’œil, un sourire en coin ;

- Tu ne perds pas de temps… ca y est, à peine rencontré et déjà amoureux ?

J’avais abaissé ma garde, retenu mes poings et mes attaques pour continuer à le regarder comme ça, sans bouger. Puis, faisant volteface après un instant de réflexion, je reprends quelques mots à son attention.

-  Remarque… tu n’es pas si mal pour un guerrier du nord…

M’approchant de lui avec un déhanchement caractéristique, je le détaille point par point, comme pour lui trouver un intérêt, aller m’assurer de ce que je venais de dire. Un regard tout autour de nous pour m’assurer qu’il n’y avait personne, juste quelques colonnes renversées, murs et autres vestiges… Seraient-ils assez haut pour nous cacher ? Je lui tends la main afin qu’il vienne me rejoindre, lui faisant signe de la tête.

- Tu as raison, il est inutile de perdre encore plus de temps.

Peut-être que dans ce mouvement, j’allais l’emporter avec moi aussi simplement que possible, juste après qu’il ait attrapé ma main, ou bien l’enlacer pour ne plus le laisser partir ; une femme qui savait ce qu’elle voulait finalement, fougueuse et décidée, comme il l’avait pensé. C’était si étrange d’imaginer tout ce qui aurait pu se passer en si peu de temps, chaque possibilité, mais il ne pouvait se douter de ce qui allait vraiment se produire. Car au moment où il cherche à atteindre ma main, celle-ci se dissipe, se dissout, comme tout le reste de mon corps d’ailleurs, tel un mirage, une… illusion. Et là, pour coiffer le tout au poteau, mon rire léger et amusé survenant de derrière lui vient lui faire prendre conscience que tout ceci était…

- Dans tes rêves, guerrier. S’il arrivait que j’ai le temps de m’amuser, ce n’est pas de cette manière-là que je concevrais le faire. Me courtiser est une perte de temps, pour toi, moi, et les causes que tu m’as dit défendre il y a quelques minutes.

Reprenant un ton plus solennel, je glisse le long de la colonne sur laquelle j’étais montée pour renchérir un peu plus mais cette fois avec une réelle sympathie dans la voix.

- Tu crois ne pas être de taille face à moi, et au reste du monde. Mais tu ne devrais pas. C’est peut-être la raison pour laquelle tu échoues ; de ne pas être convaincu d’y arriver. Ce n'est pas normal d'avoir ce genre de pouvoirs et d'imaginer ne pas être de taille. En tout cas c'est paradoxal... Les mortels envieraient tes dons.  
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 8 Déc 2018 - 14:20



Désillusion complète…,

Elle m’avait fait courir jusqu’à la dernière seconde, s’amusant de ma personne. Heureusement, il n’y avait personne pour me voir ainsi entre guillemet humilié de cette manière par cette jeune Saintia. Je devais bien l’admettre, elle avait ce petit quelque chose qui la rendait unique, à part des autres. Mais elle avait effectivement raison, nous venions à peine de faire connaissance que je voulais déjà m’amouracher d’elle. Devais-je alors faire transparaître mes sentiments, mes émotions sur ma personne. Il me paraissait évident que non. En faisant cela, je lui donnais toute la satisfaction de se délecter et de se moquer de moi. J’avais déjà été assez rabaissé par elle, par ses provocation et ses non-dits qui voulait tout dire. Pourquoi tant de question se bousculait dans mon esprit. Ce n’étais qu’après tout, qu’une jeune guerrière peut-être plus expérimenté à l’art du combat que je ne le croyais, une belle demoiselle qui lancer un appel de détresse. Non ! Elle était tout sauf cela. Du moins, elle me paraissait ainsi à mes yeux. Fougueuse, arrogante, sure d’elle-même et en ses capacités. Elle n’en paraissait pas à première vue, mais elle avait de la bouteille, et ce même sans expérience, sans l’acquis d’un seul combat. Alors oui, pourquoi me posais-je tant de question. Elle n’était personne pour moi, comme chacun qui croisait ma route. Autant, frère d’arme, ennemi ou même allié, je ne faisais pas la différence. Seul ma propre personne comptait. C’était bien connu, on n’était pas mieux servi que par soi-même. Alors pourquoi cette étrange sensation s’emparait de moi. Sur l’instant, j’avais bien essayé d’en faire abstraction, de l’étouffer mais en vain. Moi qui étais pourtant connu d’être un homme sauvage, sans même avoir reçu une bonne éducation, voila que chaque sentiments que j’avais surement refoulé par le passé refaisait un a un surface. Haine… Colère…Joie…  Peur… et Affection.

Une chose était sure, cette jeune rouquine avait du répondant et c’était exactement ce trait de caractère qui m’attirait chez elle. Cela changeait des autres guerriers divin quelques peu mollassons. Aucun d’eux n’avait osé me tenir tête, non ! tous suivaient stupidement les ordres de leurs déités. Odin…Athéna…Poséidon ou même Hadès, a mes yeux, tous se valaient sans exception. Seule les valeurs qui représentait était différent. Qu’étions-nous à leurs yeux, juste des pions bon à utiliser pour une cause qui n’était évidemment pas la nôtre. Conscient de cette réalité, pouvions-nous pas prendre un peu de plaisir, savourer chaque instant. C’est à ce moment bien précis, qu’une Alliance avec les Athéniens nous serait profitable. Il était toujours intéressant de parcourir et de voir le monde et ses nombreux paysages. Cela était mieux que de rester cantonner sur nos positions, seul sans nouvelle du monde extérieur. Oui, grâce au Serpentaire, je percevais ce monde avec une nouvelle vision bien que je n’allais pas changer ma nature pour autant. J’avais toujours cet esprit fonceur, et un caractère que certain(s)s qualifiait de tête brûlée. En avais-je honte. Surement pas ! Cela me faisait sortir du lot des six autres Divin que le père de tous avait désigné de son doigt. Bien que ce n’était juste notre première rencontre, quelque chose me disait que nous serions amené très vite à nous recroiser. Mais l’heure n’était pas encore venue aux adieu. Il fallait avant toute chose sauver les apparences et préserver un tantinet de dignité. « _Ne va surtout pas te faire des idées, même si j’avoue, que tu es plaisante à regarder. » Lui fis-je dos tourné. D’un côté, je détestais mon petit niaiseux, naïf. A peine l’avais-je rencontré que je me mettais a nu devant elle. Pitoyable ! « _ Tu pense m’avoir percer à jour, mais ce n’est pas le cas. Comme je te l’ai dit, je n’ai pas à rougir de ma défaite, bien au contraire. J’ai agi selon mes principes en perdant la vie ainsi. Peut-être me considère-tu comme un être faible mais sache, qu’un jour j’atteindrai mon objectif que je me suis fixé. Être le plus puissant, et le plus redouté des Asgardiens. Le chemin est certes long à parcourir mais je t’assure que j’arriverai à me placer parmi l’élite. Et toi, quels sont tes motivations, et je t’en prie, évite-moi le genre de clichés comme rependre la Justice. Narre-moi ton histoire, ton passé, et peut-être que j’en ferai de même. » concluais-je intéressé. J’espérai que cette fois ci, elle soit honnête mais la connaissant un peu maintenant, elle allait surement encore s’en sortir par une pirouette.




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Dim 9 Déc 2018 - 12:16

Un homme perdu et bipolaire, de ce que j’en vois non ? Il a toujours le dos tourné. Je l’impressionne tant que ça ? Il faut croire. Il se doute que je l’observe. Pourtant, pendant qu’il semble réfléchir, murir les pensées. Je reste silencieuse. Ca devrait l’aider à trouver les bonnes réponses. Pendant ce temps, je replace mes sangles, rehausse mon ceinturon avec élégance et en profite pour remettre un peu d’ordre à ma chevelure rousse. Attachés en arrière, je défais la boucle pour les laisser respirer un peu tandis que d’une main je les recoiffe comme je peux.

Et selon lui je devrais ne pas me faire des idées. Me serais-je trompée ? Aurais-je mal interprété ses signaux ? Mais quelle douce plaisanterie.

- Si j’avais un cheval, je lui en aurai bien parlé oui. Pour le reste, je sais. Tu n’es pas le premier à tenter de me convoiter, jeune loup. Et pour ce qui est de te percer à jour…

Il cherchait une porte de sortie et ce n’est pas moi qui allait lui dire comment faire. A présent qu’il était dans les griffes du serpentaire, il n’allait pas pouvoir s’en tirer aussi facilement qu’un combat.

- te percer à jour… Ce n’est pas moi qui raconte ma vie depuis que nous nous sommes rencontrés. Mais je pense que tu t’en serais mieux sorti avec un vrai combat que via cette joute verbale.

Il ne saisissait pas ce que je pouvais lui dire ; en fait je voyais là une manière bien maladroite d’exprimer ce qu’il pensait. Envie de trop en dire sans doute, désarçonné par mon charme antique. Et pour le coup, ce n’était pas totalement faux. Ce n’est que lorsqu’il se retourne pour parler encore plus crument de défaite, de valeurs, de sens moral que secoue la tête silencieusement à son propos.

- Qui t’a dit que tu étais faible. Tu es un jeune loup, voilà tout. Vif, impulsif, probablement lié à un serment que tu penses inaltérable et tu as raison. Par expérience, je ne vois pas quelqu’un de faible, même si je te sens en fait perdre tes moyens face à moi ; Tu ne devrais pas, je ne mérite pas une telle attention.

C’était le premier pas pour atteindre l’élite qu’il voulait toucher du doigt, résister à toute forme de tentation. Et si j’avais été une autre ? Si je l’avais attaqué pendant qui me chantant ses alexandrins à l’eau de rose ? Ça aurait été une attaque gratuite contre laquelle il n’aurait pas pu faire grand-chose. Il semblait dans cette élite, cette caste, mais avec une certaine quantité de garde-fous. Je ne l’imaginais pas autre part que dans une caste très précise pour mériter une armure qui avait le rang de celle des chevaliers d’or mais sa vision des choses actuelle lui rendrait la progression somme toute très difficile.

Il restait malgré tout très curieux de ce que j’étais, qui j’étais. Et je me disais qu’il avait mérité quelques mots, au plus une info, gracieusement donnée par sa majesté du serpentaire. C’était par sympathie plus que par pitié, soyons sérieux deux minutes même si je ne m’apitoyais de personne.

- Mes motivations ? Je suis libre de servir Athéna car ma vision du monde… se rapproche de la sienne. Et que parfois, pour agir, parler ne suffit pas. D'ailleurs, je n'ai jamais arrêté de me battre.

Mais il semblait plus désireux encore d’en savoir plus au sujet de mes origines. C’était là un sujet des plus problématiques à aborder et j’étais toujours peu disposée à le faire. Remarque, quitte à refroidir ses ardeurs…

- Je vais t’autoriser à me poser une question et une seule. Sur mon passé, puisque tu sembles si désireux d’en savoir plus. Choisis bien parce que tu n’auras pas de seconde chance. Mais avant ça, Sais-tu qui sont les Erynyes ?

Une aide, une indication indirecte pour qu’il ne choisisse pas sa question n’importe comment. Il se demandait sans doute ce que venaient faire ces antiques furies dans la conversation. S’il ignorait qui elles étaient, le récit allait tourner court, encore que je n’étais pas tout à fait disposée à parler bien plus que de raison de tout ça.


Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Lun 10 Déc 2018 - 23:50



La Serpentaire était une fille avec beaucoup de caractère.

Franche et déterminée à réussir là où elle voulait aller. Il était vraiment regrettable qu’elle appartienne à la caste des Athéniens. A mes yeux, elle était un modèle à suivre pour chaque Guerrier quelque-soit sa caste. Pour la première fois, je m’étais mis a nu devant quelqu’un et a vrai dire, la déception fut grande. Evidemment, je ne lui en tenais pas rigueur, elle préférée de ne pas s’ouvrir aux autres, comme je l’avais ainsi fait devant elle. Peut-être que les sentiments humain était un frein pour pouvoir s’élever parmi les élites. Kazuki en était la preuve vivante. Le juge des Enfers s’était renfermer sur les autres, se concentrant uniquement sur son unique objectif qu’était la vengeance. « _Mes excuses si je t’ennuis… » lui fis-je avec sérieux. Malgré ses paroles assez vexante, j’appréciais sa compagnie et rare était les personne que j’estimais. De nouveau, la voilà qu’elle me reparle de mon impuissance. Cette dernière pouvait dire ce qu’elle voulait, j’avais conscience de ma force et de mes capacités. Bien que cela me dérangeait un peu. Un mal pour un bien comme disait bien l’adage. Inutile de réenchérir là-dessus, ma défaite parlait d’elle-même. Evidement, je n’allais guère baisser les bras, pas avant que j’atteigne mon objectif, entrer dans la légende. Bien évidemment, j’avais conscience que cela pouvait prêter à rire, mais ce n’était pas pour autant que j’étais déstabiliser. Lier par un serment. Comme c’était drôle. Visiblement, elle n’avait toujours pas cerné mon caractère. Peux qu’être que cela allait venir. « _Quel serment parle-tu. Pour l’instant, je n’ai rencontré aucun de mes dieux. Odin, Loki ou Thor, peu importe lequel. Si je ne me retrouve pas dans leurs valeurs alors, il n’aura pas mon allégeance. » continuais-je en regardant mon loup.

J’étais comme les six autres guerriers divin, un des plus protecteur du royaume et c’était exactement pour cela, que j’avais été désigné comme porteur d’une rob. Quitte a que cela déplaise, je n’allais pas trahir mes principes, mes propres convictions pour lequel je me battais. Porteur d’une rob ou pas, ma foi restait inébranlable. Et celui qui comptais soufflais sur cette flamme n’était pas encore né. Malgré mon petit caractère, j’aimais sincèrement Asgard, et leurs habitants. Comme Myst d’Alpha, je souhaitais devenir un modèle d’exemple pour la jeune génération. La jeune génération, c’était nous, autrement dit, moi. Conscient que le chemin était encore bien trop long à parcourir, je comptais parcourir ce monde, voir du pays et rencontrer nombre adversaire valeureux tel Ryuchi. L’écoutant à demi, voila qu’elle me parle de ses motivations en parlant d’Athéna, de sa vision du monde. Elle avait encore tapé à coté camouflant ses vrais intentions. Je ne lui en tenais pas rigueur, nous venions à peine de nous rencontrer, nous ne nous connaissions pas encore à cette heure. De mon côté, j’avais constamment abattu la carte de la sincérité et ce quitte à être rabaissé. Rare était les personnes devant qui j’exposais mes sentiments, mes émotions me mettant ainsi a nu surtout devant une inconnue. Pourtant, j’avais préféré faire confiance à mon instinct. Enfin, j’étais parvenu à mon but, du moins pas encore mais j’avais l’impression d’y arriver. « _Je ne sais pas si Odin est en vie. Peut-être à t-il disparu ou même, ne souhaite-t-il pas être retrouvé, va savoir. Quant à Loki, il me parait assez évident que je ne me retrouve pas dans ses valeurs. D’ailleurs, qui pourrait s’y retrouver. Quant au dieu de la foudre, aucune connaissance de son incarnation. Comme tu peux le constater, nous hommes du nord sommes seuls. Heureusement, nous avons une prêtresse qui semble tenir les rennes. » fis-je. J’espérais qu’elle comprenne mon point de vue. Nous étions différents coté déités. Les Chevaliers avait un grand symbole qui était Athéna. La Sagesse était connue de tous, et sa réputation dépassait les frontières même de la Grèce. La Saintia m’autorisa comme je le disais une et seule questions. Diantre, cruel dilemme que voici. Voulant en apprendre plus sur elle, j’en avais cinquante mille a son sujet concernant son passé, voulant connaitre ses ambitions, son but, et ce qu’elle désirait devenir. Elle me l’avait dit plutôt. Elle était la future résidente de la maison zodiacal du Scorpion. Rentrer aussi dans l’élite de l’élite. Bien que nous avions choisis des chemins opposés, nous n’étions pas si différent l’un de l’autre. Je pris un moment de réflexion. Je devais bien choisir mes mots. « _Aucun rapport avec cette histoire de Erynyes mais j’aimerai connaitre ton plus grand échec. Tu en as surement un. Mais aussi, si possible un peu plus sur ton passé, qui là doit avoir surement un rapport avec les Erynyes. Deux simples questions et après je ne t’en poserai plus, tu en as ma promesse. » concluais-je.

Allait-elle accéder a ma demande. J'allais très vite le savoir...





Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Mer 12 Déc 2018 - 22:32

Il se demandait de quel serment je faisais allusion. C’était des plus simples pourtant. Nous étions tous liés à un serment. Personnel, divin, para ou métaphysique. Et pas lui ? Comme nous tous ; pour avoir cette armure, il avait un serment. Personnel sans doute. Parce qu’une fois qu’il se pose la question, à lui-même sans doute, il revient sans hésiter sur les dieux qu’il n’a pas vus, qu’il aimerait voir sans doute et se perd en conjectures sur le bien-fondé de chacun de ses représentants. Les panthéons ne sont pas tous égaux à ce qu’il me semble. Au moins, Athéna n’a pas de sœur ou de frère intégré directement dans la direction du sanctuaire. Et ce n’est pas plus mal. Ca pourrait causer de l’ingérence. Pas si sorcier de comprendre pourquoi les royaumes du nord n’ont pas la même visibilité que nous.

- Je faisais référence au serment que nous pouvons tous avoir pour mériter de porter nos armures. Et nous avons tous quelque chose, ne t’en déplaise, qui motive l’âme de nos plis pour qu’elles daignent venir à nous. Personne n’est seul comme tu peux le voir.


C’était marrant de le voir exprimer l’inexistence de ses dieux, du moins leur absence… A moins que ça ne soit réel et qu’Asgard soit réellement isolé au point de n’avoir aucun dirigeant.

- Tu auras au moins croisé une déesse grecque en sortant du labyrinthe.


Lancée à la volée, cette phrase était là pour le détendre un peu. Et puis en fait, elle ne reflétait que ce qu’il pensait vraiment. J’étais mignonne, avec un joli minois, bla bla bla… une déesse pour un rude guerrier du nord comme lui. Fanfaronner, c’était bien et j’espérais qu’il puise bien plus loin l’inspiration pour trouver une question à la hauteur de la situation. Il était audacieux et avait posé deux questions au lieu d’une. La première était simple mais très personnelle… la seconde, il ne la méritait pas en fait.

- J’avais dit une, il me semble.

Un sourire se dessine sur mon visage, il va falloir être… précis. Et dire la vérité. Ça, s’il y a bien une chose qui est certaine, c’est que je fais ce que je promets, toujours. Pas de parole en l’air. Pas d’occasion de douter de ma parole. Comment lui dire les choses sans renier ma promesse mais en faisant en sorte de lui en dire assez peu pour lui mettre l’eau à la bouche ? En même temps, mon passé n’est pas un exemple de romain palpitant et exaltant. Un peu trop de sang à mon gout. Alors que dire de mon plus grand échec. Et s’il demandait ça pour se servir de ce qu’il apprend contre moi ? Après tout… C’est un étranger pour moi. Jouer est-il toujours dans ma nature ? Il faut croire que oui.

- Mon plus grand échec… aura été d’avoir vengé ma mère mais de ne pas avoir pu la sauver. Que pouvais-je faire du haut de mes 14 ans. Mon père était général et avait trouvé la mort à Marathon. I j’avais pu la sauver, je n’aurai pas cette armure à présent. Alors je ne sais pas s’il faut s’en réjouir ou s’en plaindre. Les dieux parlent, les hommes… Les hommes sont parfois incontrôlables, jusqu’à ce que la vengeance les frappe.

Mon regard porté vers le lointain, au-delà de la ligne d’horizon, c’était dit comme ça et sans reliefs. C’était clairement peu mais il se ferait ses histoires à présent, il chercherait ou pas, il vivrait avec en tout cas. Je tournais ma tête dans sa direction, sans plus de formalité, un sourire sincère affiché.

- Et pour les Erynyes, je n’ai rien à te dire de plus si ce n’est que j’ai été leur bras armé pendant 13 siècles, jeune loup.

Si j’avais voulu le choquer, je ne m’y serai pas prise autrement. J’attendais de voir sa réponse, le regardant un peu, de biais, avant de reprendre la parole. Il avait eu ce qu’il voulait et j’avais salué son audace en répondant à sa seconde question. Il n’aurai rien de plus et moi, pour éviter la fuite en avant de ses interrogations, je n’attendais pas une seconde pour lui poser une suggestion.

- Tu devrais peut-être songer à rentrer dans ton royaume, et moi à quitter ses lieux. Il n’y a rien de plus à attendre pour le moment on dirait.

Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 578


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
189/189  (189/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Sam 15 Déc 2018 - 22:10

Mes excuses pour cette réponse

Voilà que notre petite entrevue touchait finalement à son terme.

Elle avait répondu sans détour a mes deux questions avec franchise. Après cette petite parenthèse, toute mon attention devait se porter sur la protection de mon royaume. Car tout portait à croire que chaque Guerriers divins avaient été téléportés comme je l’avais été.  Etant le seul guerrier divin à ma connaissance en vie, je quitte sans même un au revoir le Cap Sounion en compagnie de Echo.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Chevalier d'argent du Serpentaire
avatar
Messages : 40


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
158/158  (158/158)
Armure Armure:
240/240  (240/240)

MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    Dim 16 Déc 2018 - 13:43

Rien, pas un mot de plus. Il ne rajoute rien. Pourtant, il y aurait eu matière à faire. Tant pis s'il n'a pas le recul pour ça. C'est triste, lui qui voulait un dialogue, à présent qu'il est fait, il s'en va sans demander son reste. Quelle triste histoire. Sont-ils tous de la sorte à Asgard ? Et dire que j'allais lui proposer de le suivre. Il y a sans doute bien mieux à faire finalement, ailleurs.

Je le vois tourner les talons, je le vois partir sans un geste, sans autre forme de procès. J'ai tellement l'habitude de voir les hommes d'une manière générale fuir, courir, chercher à rattraper le temps de cette manière. Quoi dire de plus ? Je n'ai rien de plus à lui dire. Un combat qui n'en était pas un, une déclaration, une flamme impromptue, il était passé par tous les états en peu de temps.

Et s'il avait eu du mal à gérer ? Pauvre petit guerrier fragile...

Je le regarde sans mot dire, sans faire le moindre geste. Et je n'ai pas une seule parole pour ça. Il quitte les lieux et me voilà seule. Comme j'ai pu toujours l'être. Et je m'en accommode très bien.

Pour ma part, sans m'agiter le moins du monde, je me redresse, me lève de la colonne sur laquelle je m'étais assise plus tôt et recommence à faire le tour de la structure qui s'est élevée au large du cap sounion. Finalement, c'est pas si mal, surveiller, attendre, observer dans l'attente que quelqu'un ne sorte de là. J'en apprendrai plus si ça se trouve et on me demandera moins, proposition indécente à exclure cette fois.

Qui peut bien se trouver là dedans pour que le sanctuaire se soit vidé intégralement, ou presque ? Quelles seront les répercutions pour tout le monde ? Peut-être qu'il est temps de voyager pour avoir des réponses. Eviter Asgard sera un bon départ. Je sais tout ce que j'ai à savoir pour le moment, vu ce que m'a dit le guerrier divin, autant dire peu de choses. Et ce ne serait plus qu'un lointain souvenir dans peu de temps.

D'autres ont peut être des choses à dire... ou à faire. Ou les deux.

--> voyage-voyage en mode ''je laisse pas de traces''
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur la berge, juste à côté...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la berge, juste à côté...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Essai: juste une petite salutation!
» Who is Viter Juste?'' Istwa yon Ayisyen Diaspora.
» Gérard Jean-Juste contre la désignation de Michèle Pierre-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Lieux Mythiques :: Le Cap Sounion-