Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]    Dim 14 Oct 2018 - 11:46



A peine avais-je été choisi pour devenir l’un des sept guerriers divin que je m’empressais déjà de voir du pays.

Devais-je protéger à présent le royaume d’Asgard, en avais-je le devoir. Certes oui, mais je n’étais pas pressé d’endosser ce nouveau rôle qui était désormais le mien. Moi qui avais toujours vécu dans une forêt tout près d’Asgard, ce nouveau rôle avait été pour moi comme un déclic de voir ce monde d’un nouvel œil. Le genre humain m’avait pleinement déçu et infligé de nombreuse souffrance mais je voyais cela comme un avantage. Cette peine avait fait de moi ce que j’étais devenu aujourd’hui. Un être insensible à quelconque émotions défendant avec ardeur les valeurs d’Odin. Aujourd’hui, l’armure divine d’Epsilon avait un nouveau porteur, digne de ceux qu’elle représentait. Et en tant que nouveau guerrier divin, il allait sans dire que je comptais porter fièrement les couleurs du blason d’Asgard. Une fois choisi par le doigt divin du père de toute choses, je quittai aussitôt même les terres enneigés du royaume afin de rejoindre le royaume d’Arès. Pourquoi donc me direz-vous. Tout simplement parce que j’avais laissé le hasard choisir mon chemin. Et n’ayant pas de but bien défini, je laissais les choses se déroulaient comme elle venait. Je n’avais qu’une hâte, faire des rencontres, et voir du pays. Je n’étais pas si primitif que l’on pouvait dire. Bien qu’adopté par les bêtes, je ne rognais nullement ma condition d’être humain. Les loups m’avaient pris sous leurs protections me considérant comme un des leurs. Je leur devais mon statut de God warrior uniquement garce à leurs bon soins. Vêtue de vêtements chaud, j’atteignis l’entrée du royaume du dieu de la guerre. Plus que quelques mètres et il y avait de forte chance que je fasse ma première rencontre. Curieux de s’en savoir plus sur ces fameux berzeker, je me risquai d’avancer en direction du second domaine sans même une autorisation. Mon fidèle loup à mes côtés, je ne risquais rien.

Étais-je trop présomptueux, sur de mes capacités à survivre dans un royaume qui n’était pas le mien. Peut-être oui, il y avait de forte chance, néanmoins de par mon comportement, j’imposais ma nature de mâle dominant. N’ayant pas encore eu le temps de prendre mes marques au sein du royaume d’Asgard, il était évident que je n’étais pas en mission officiel pour Odin. Ni porteur d’un quelconque message qui soit. J’étais simplement venu par curiosité, et voir de mes propres yeux si la réputation de ces berzeker n’avait pas été usurpée. Le divinité de la guerre était connu pour sa soif de sang. Est-ce que ses partisans étaient de la même trempe. Quelque chose me disait que j’allais très vite le savoir. Je décidai de stopper ma route et d’attendre que quelqu’un vienne à ma rencontre. Auquel cas, je continuerais mon chemin en direction du champs de mars. Etais-je fou pour ainsi venir parler de tout et de rien avec un ennemi d’Odin. Peut-être mais, les vies banal totalement ordinaire, très peu pour moi. De toute manière, j’avais une confiance absolu en Echo. Il était ma garantie à sortir d’ici sain et sauf. Dissimulant volontairement mon énergie-cosmique, je patientai avec calme. Pour quiconque, je ne pouvais qu’être qu’un simple voyageur sortant de nulle part. Seul Arès et ses deux fils pouvaient, sans la moindre difficultés voir en moi l’Asgardien que j’étais. C’était un risque à prendre certes, j’en convenais. L’idée d’être fait prisonnier au fin fond d’un cachot, alors que le totem d’Epsilon s’était révélé à moi il y avait peu de temps me vint évidemment à l’esprit. Mais je ne me considérais nullement comme un couard, un pale froussard. J’aimais plus que tout le gout du risque, cela me faisait sentir pleinement vivant.

Et puis aux dernière nouvelles, Odin ne s’était pas encore éveillé de son paisible sommeil, donc je n’avais aucune raison de rester cloîtrer au sein de son royaume protégeant nul c’est quoi. Evidemment, des informations sur l’ennemi étaient toujours bon à prendre bien que je doutais que ce dernier m’en fasse part dés notre première rencontre et ce volontairement.




Dernière édition par Ragnar le Mer 24 Oct 2018 - 9:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eths
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Apocalypser le monde
Messages : 133


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
221/221  (221/221)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]    Dim 14 Oct 2018 - 16:45

Sons and daughters
Brethren and kin
Sisters and brothers from pictures are trimmed
Out of our sight, out of our minds
Where is the kindness in our humankind?
This is the coldest song a voice could ever sing !
It's destinated to come out wrong.
We've done the damnedest things,
Oh, the humanity...




Il était sur le chemin du sanctuaire. Le Cardinal de la Calamité avait décidé de prendre quelques jours de vacances pour profiter des beautés que lui offraient la Grèce. Sparte et Athènes, c'était pas si éloigné, certes, mais le voyage en valait le détour. Il avait déjà parcouru le monde entier, avait vécu dans toutes les civilisations qui ont pu exister, qu'elles soient préhistoriques, antiques, médiévales ou modernes. Il s'était tout tapé. En même temps, pour un vieillard comme lui, fallait s'en douter. Il n'allait pas passer son existence à rester à la droite de Dieu, dans les cieux, à observer l'humanité se détruire.

Il venait tout juste de quitter son domaine, la fosse de la calamité, véritable laboratoire contenant toutes les maladies connues et inconnues. Il avait fait la rencontre de Morgane, un des cavaliers de l'Apocalypse, celui de la Mort. Elle était canon, s'était-il dit. Il en aurait bien fait son 4 heures. Mais elle était un peu trop froide à son goût. Jeu de mots. Froide, mort... Haha, on se marre ici. Il n'avait pas encore endossé son cheval noir, Rutsah. Rutsah avait l'interdiction de se promener dans l'enceinte du domaine de la Guerre. Il pouvait uniquement rester à sa périphérie, ou au pire, au niveau des portes. Eths imaginait que chevaucher un étalon à l'intérieur du domaine pouvait paraître prétentieux et très présomptueux. Eths n'était qu'un Cardinal. Les seuls à pouvoir poser leur cul sur un cheval étaient Arès, Deimos et Phobos. Uniquement. Du moins, c'est ce qu'il estimait. Imaginez, vous êtes à cheval, donc supérieur en taille, par rapport aux autres, et votre dieu arrive. Vous croyez vraiment que votre Dieu lèverait la tête pour vous ? Faut pas rêver.

Il ne portait pas sa cuirasse mais comme à son habitude, un costume en queue de pie, une cravate, des Richelieu noires. Mais en plus de son costard habituel, il portait une longue tunique à capuche, qui cachait l'entièreté de son corps et de son visage. Même la lumière la plus éclatante ne pouvait pas permettre de voir son visage. De toute façon, il avait une certaine faculté à changer de forme, presque à volonté. Donc même si une personne, par miracle, arrivait à voir son visage, il n'aurait jamais pu le reconnaître. Même un Dieu ne le pourrait pas. Peut-être sa cosmoénergie, et encore. Certains dieux n'avaient pas la faculté de voir la différence entre tous cosmos, et ne pouvaient alors différencier André de Gilbert.

Un inconnu se présenta aux portes d'entrée du Domaine de la Guerre. Un gars fort vêtu, accompagné d'un loup. Les loups n'étaient pas monnaie courante dans les environs de Sparte en ce milieu du XVIIIe siècle. Donc cet homme avait réussi à apprivoiser un loup ? Quelle force de caractère. Quelle abnégation, aussi. Le seul problème qu'avait cet homme, c'est qu'il avait clairement la prétention de vouloir avancer. Comment un simple humain pouvait vouloir importuner les Dieux et leur armée ? Il est vrai que le Sanctuaire d'Arès ne bénéficiait pas d'une protection empêchant ceux ne possédant pas de cosmos d'y pénétrer. Il était ouvert à tous. Après tout, à part les Berserkers classiques, Arès possédait une armée d'hommes simples. Avant l'arrivée d'Eths au titre de Cardinal, certains avaient choisi la fosse de la calamité pour s'entraîner. Sauf que le nouveau Cardinal ne l'acceptait pas. La fosse a beau être au coeur du domaine de la Guerre, aucun combat ne devait s'y produire. Si un combat y avait lieu, il devait forcément y avoir un mort. C'était la règle. C'est d'ailleurs pourquoi la fosse était presque remplie de cadavres et d'ossements. Eths était sceptique quant à l'utilité de garder autant de cadavres dans sa fosse. (sceptique, fosse... on reste dans le ton) Toutefois, il éprouvait un plaisir à nourrir tous les charognards qui s'aventuraient dans ses terres.

En tant qu'unique Cardinal de l'armée d'Arès, ou du moins, le seul à ne pas être occupé, le seul à être missionnaire de la volonté d'Arès, il se devait d'accueillir ce jeune fou. Oui, il fallait être fou pour vouloir s'aventurer dans ce sanctuaire. Certes, il ne s'agit pas des Enfers, mais de Ténèbres sur terre. Même le personnage le plus amical au monde risquait sa vie. Avant que le visiteur ne veuille s'aventurer dans le Champ de Mars, (pas trop loin de la Tour Eiffel, face au Trocadéro), un mur de feu se dressa à la sortie du domaine de la porte de la guerre, duquel en sorti le Cardinal, à visage dissimulé.

Il ne sortit pas de ces flammes avec une assurance démesurée ou encore avec une prétention sans nom. Il en sortit, simplement. Loin de lui la volonté de faire "classe" et "badass".



"Bonjour, jeune imprudent. Que nous vaut l'honneur de cette visite ? Sparte est une grande ville, vous avez dû vous perdre... Puis-je vous indiquer votre chemin ?"


On sait jamais. Le visiteur pouvait être un émissaire d'un dieu, voire un dieu lui-même. Les divinités avaient tendance à prendre les traits d'humains assez normaux. De toute façon, Eths était loin d'être quelqu'un d'agressif, par nature. Il était assoiffé de guerre et de sang mais c'était pas une raison pour à tout prix vouloir se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Guerrier Divin d'Epsilon
Messages : 500


Caractéristiques
Vie Vie:
100/175  (100/175)
Cosmos Cosmos:
100/189  (100/189)
Armure Armure:
298/420  (298/420)

MessageSujet: Re: Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]    Ven 19 Oct 2018 - 22:17



Il ne fut pas longtemps pour que quelqu’un fasse son apparition.

Un individu sorti de nulle part qui faisait office de barrage.Loin de moi l’idée de continuer plus loin. Alors autant mettre de suite les choses au clair et annoncer mes intentions. J’étais venu de mon propre chef dans le but d’en apprendre plus sur les combattants de chaque royaume. Le début de mon périple débutait donc sur le territoire de la guerre. Soit ! Le hasard en avait donc décidé ainsi. Evidemment, ce dernier souhaitait connaitre la raison de ma venue. Qu’il se rassure, je n’étais pas venue en tant que conquérant, mes intentions étaient louable. Du moins pour le moment. Je n’étais pas à l’abri de revenir très vite sur les mêmes terres sur ordres de mes supérieurs hiérarchique. Ce n’était pas le cas sur le moment. Pour l’instant, je n’écoutais que ma seule et unique personne. Et c’était déjà pas mal. A peine avais-je posé les pieds sur les terres du dieu de la guerre que je me heurtai à un jugement peut être hâtif. Ou pas après tout. N’aimant pas que les choses stagnent, j’assumais pleinement mon attitude de tête brûlée. Loin de moi d’être inactif à me cantonner sur mon territoire. J’étais tout simplement un homme d’action, constamment dans le mouvement. Qui avait-il de mal à ça. « _Bien le bonjour très cher. » lui fis-je sur un ton neutre. De par la logique, ce dernier était un partisan d’Arès. Maintenant que j’avais attiré l’attention de l’un d’eux, il était de mon devoir de choisir les mots exacts pour que je n’attise pas les foudres de mon ennemi. Sur mon ordre et pour preuve de bonne volonté, Echo se coucha au sol et observa la discussion qui était à venir. « _N’ayez crainte, je ne suis venu qu’avec de bonne volonté. » lui fis-je avec un sourire presque forcé. Les Berzekers du dieu de la guerre était connu pour leur soif de sang, de vengeance. Ils engageaient des duels pour un oui et pour un non. Mon action d’en approcher un n’était évidemment pas sans risque. Ne laissant transparaître aucune émotion, j’engagea un début de conversation. Libre à lui d’y mettre un terme ou pas. « _Mon nom est Ragnar, Guerrier divin d’Epsilon et protecteur d’Odin. »  Commençais-je poliment. J’inclinais très légèrement ma tête afin de lui témoigner du respect.  Même si ce dernier était de par nature mon ennemi, rien n’empêchait d’en connaitre davantage sur l’un d’eux. « _ Simple visite de courtoisie. » Ou plutôt de curiosité. Tant de question me trottait dans ma tête notamment sur Arès, sur ces deux fils, mais aussi ses leurs ambitions. Par quelle question commençait. Hésitant un instant, il se décida finalement de débuter par le début tout bonnement. « _On dit de vous, que seul votre soif de sang compte, et ce même quand vous êtes défait. Que même la mort elle-même ne vous fait pas trembler. Est-ce vraiment le cas. Ou puisez-vous cette force. » finis-je. Espérant que mon interlocuteur ne s’abaisse pas a ses instincts primal de guerrier, je patienta dans le calme tout en étant sur mes gardes.  


Revenir en haut Aller en bas
Eths
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Apocalypser le monde
Messages : 133


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
221/221  (221/221)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]    Dim 28 Oct 2018 - 11:50

Die for Christ !
Die for Allah !
Die for Jerusalem !
Die for Torah !
Fathers and sons, marching in rhythm
Firing bullets through
The skulls of the children !
Holy war !
Mortars and martyrs
Holy war !
Unholy followers
Holy war !
Brainwashed with death
Holy war !
Unholy mess





La blague ultime. Un membre du camp ennemi qui fait son apparition dans les terres sacrées du Dieu de la Guerre, du Massacre et de l'Honneur Militaire. On aura tout vu. L'inverse, par contre, était moins abusé. Qu'un berserker se ballade tranquillement dans les terres oubliées du Nord, c'était déjà plus logique. Un guerrier chercherait forcément à se battre, quoi qu'il advienne. Alors qu'un Guerrier Divin... Il n'existait, logiquement, que pour protéger ses terres, la paix et tout le tintouin. Sur ces paroles, le Cardinal de la Calamité eut un petit tic nerveux au niveau de l'oeil droit, le refermant légèrement, comme si un câble venait de fondre dans sa tête. C'était une division par zéro, clairement. Certes, il venait pour une visite de "courtoisie", bien que le terme n'était pas tout à fait logique, il avait décidé de venir chez les guerriers d'Arès. Il aurait aussi pu aller se jeter directement dans le puits des Enfers, ça aurait été plus pratique. Et plus rapide. Là c'était un risque pour que ça dure des plombes. Un combat, tout ça. Eths n'avait clairement pas le temps. Mais il était de son devoir de protéger ses terres contre toute intrusion. Personne, absolument personne n'était autorisé à pénétrer dans le Sanctuaire de la Guerre. Déjà que les Berserkers, de base, n'étaient pas spécialement les bienvenus, alors les autres....

Eths ferait une exception. Il n'avait pas le temps. Il était en route pour le Sanctuaire d'Athéna, afin d'atteindre la troisième maison du Zodiaque. Tout ça pour un vieux muet à la con. Ce qu'il fallait pas faire par amitié. Ou par convenance, faut voir de quel point de vue on se place. Le guerrier divin posa une question intéressante, à laquelle Eths n'avait jamais réellement réfléchi. Pour lui, sa soif de sang, c'était naturel. Disons que ce n'était pas vraiment une soif de sang, mais plutôt une volonté farouche de voir s'éteindre l'espèce humaine lors de l'Apocalypse, à laquelle il voulait absolument participer. Il prépare cet épisode depuis des millénaires. Même lors de la venue au monde d'Adam et Eve, il envisageait déjà de mettre fin à l'humanité. Du coup, lui, il l'avait dans le sang, mais qu'en était-il de ses camarades de combat ? Il n'en savait rien. Tout ce qui l'importait, c'était que ses collègues veuillent aussi anéantir les humains. Dans le sang, de préférence. Il prit tout de même la peine de réfléchir à ses questions.


"C'est faux."


Cash, comme ça. Il fallait bien commencer par une réponse concise avant de s'étaler sur le sujet.


"Cher Ra... Ragnar ? Je ne me présenterai pas. Tout ce que tu as besoin de savoir est que je suis un des Cardinaux d'Arès et par conséquent, sûrement le plus à même de te répondre dans la précision."

En effet. Si on devient un Cardinal, c'est qu'on le mérite par nos faits d'armes, notre mentalité, nos paroles, notre loyauté. Un simple Berserker qui désirait devenir Cardinal devait le prouver de manière bien plus ardue qu'un homme passant directement du statut d'homme à Cardinal. Tout simplement parce que si un Homme a ça dans le sang, Arès lui fera confiance, directement et lui accordera le pouvoir suffisant à exercer le dur métier de Cardinal (On a que 3 semaines de vacances par an et on est payés au cadavre.). Tandis qu'un Berserker, s'il a ce rang là, c'est que de base, il ne méritait pas celui de Cardinal ou de Maître d'Arme. Du moins, c'est ce que pensait Eths. Et Eths avait toujours raison. Toujours.

"Nous ne sommes pas animés par notre soif de sang. Seuls la guerre et le combat comptent. On peut se battre sans faire couler le sang. Ce qui nous rend plus fort c'est notre rage, notre volonté. Si tu n'as aucune volonté, si tu doutes ne serait-ce qu'un seul instant, tu perdras tous tes combats, et tu perdras la confiance de ton Dieu, Odin. Pour certains de mes collègues, la Mort est tout ce qui compte. Il faut absolument tuer, tuer et encore tuer. Pour d'autres, c'est simplement un jeu. Pour ma part, c'est l'anéantissement de l'humanité qui me rend plus fort. Savoir qu'à chaque homme qui meurt, c'est un pas de plus vers l'Apocalypse me rend puissant."

Certes, la soif de sang et la guerre, c'était très lié. Mais il fallait nuancer ses propos, après tout. Tout est lié, mais tout n'est pas identique.

"Il faut aussi savoir qu'un berserker, par nature, est très fier. Même si nous sommes vaincus, nous voudrons à tout prix tuer notre adversaire ou du moins, le blesser suffisamment pour le rendre infirme... ou pour le faire souffrir. Un adversaire épuisé se transforme vite en loque pour ses confrères. La Mort n'est pas une fin en soi. Elle est juste une seconde renaissance. Sache que les guerriers ne meurent jamais. Ils finiront toujours par revivre."

Il se mit à réfléchir un instant. Il pensa tout d'un coup à la mythologie scandinave qui stipule que les guerriers du Grand Nord, une fois mort au combat, se retrouvaient dans une sorte de paradis où ils se battent pour se préparer au Ragnarok.

"Il en est de même pour vous, amis des terres Sacrées du Nord. Lorsque vous mourrez au combat, vous vous réincarnerez lors du combat de la fin des Temps, le Ragnarok. Pour vous, il ne s'agit peut-être que d'un myhe... Mais il est bien plus réel que vous pouvez vous l'imaginer."

Eths retira sa cape, son masque, tout. Ragnar pouvait ainsi découvrir un petit garçon, d'une dizaine d'années, qui s'approchait de lui. Un jeune garçon brun, les yeux bleus, les cheveux mi-longs, une bouche épaisse, un nez en trompette et une voix légèrement fluette, la puberté n'ayant pas encore fait son office.


"J'ai beau être un enfant, tu ne me feras jamais peur. Même si tu me tues. Tu me soulagerais, presque."

Son visage commençait à légèrement se craqueler. Des blessures s'affichaient sur son visage, son oeil droit commençait à perdre de sa couleur et devenait de plus en plus blanc jusqu'à disparaître au final.

"La force dans ton combat te permet de rester en vie. Imagine toi enfant, voudrais-tu te voir dans cet état ? Dans ce cas, ne pense jamais que la Mort puisse te faire peur. Elle est une force. Si tu dois mourir, alors ton ennemi doit mourir."

Son bras droit tomba à terre. Sans aucun goutte de sang. Il était nécrosé.

"Aurais-tu des doutes ? Tu veux essayer de mourir pour voir comment ça fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec un Cardinal [Flashback : Eths - Ragnar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entretien avec un vieux
» Des extraits d'un entretien avec Jean Erich René
» Entretien avec Milandor
» Entretien avec Magneto [Hypermusic et Magneto] [Terminé]
» Entretien avec la Reine 10 Février

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: La porte de la guerre-