Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asbjörn
Guerrier Divin de Bêta
avatar
Rôle : Guerrier Divin de Bêta
Messages : 261


Caractéristiques
Vie Vie:
155/175  (155/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
400/420  (400/420)

MessageSujet: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   Jeu 6 Sep 2018 - 18:44

Cela faisait un quart d'heure que le bateau naviguait. Asbjörn s'appuya de ses avant-bras contre la rambarde de la poupe. Il ne pouvait presque plus voir le volcan Beerenberg sur l'île qui lui paraissait à présent minuscule. Il ne voyait plus qu'un lointain bout de terre de couleur verte, avec un petit dôme noir aux veines orangées et luisantes sur son côté droit. Les cris des oiseaux provenant de la rive ne se faisaient plus entendre depuis longtemps. Bientôt, il ne vit et n'entendit plus que les remous mollassons et hypnotiques de la Mer de Norvège. Le soleil rayonnait intensément dans le ciel dégagé, il n'y avait que quelques petits nuages blancs pour couvrir légèrement la toile azurée.

Asbjörn soupira longuement. Son échec était cuisant : son entraînement avait eut raison de lui, il n'avait plus de maître, ses ressources venaient à manquer et il se sentait désespérément seul. Il avait décidé de rentrer à Stockholm et de voir ce qui s'y passerait. Mais le voyage débutait déjà affreusement mal, Liv lui manquait encore plus qu'auparavant. La seule pensée de revoir tous les lieux de sa ville natale ravivait en lui d'intenses émotions déplaisantes et douloureuses. Dans sa tête il se faisait déjà toute une histoire, dans laquelle il retournerait dans la petite ruelle sombre qui avait vu mourir sa chère et tendre.

Le sol pavé serait toujours imbibé de sang, les murs de pierres grises seraient encore tachés par les éclaboussures. En plein milieu de la ruelle, se tiendrait le spectre de Liv, flottant à une trentaine de centimètres au-dessus du lieu de son assassinat. Elle tendrait alors subitement son bras pâle et raide vers lui, avant de le pointer du doigt et de marmonner des paroles impies, s'apparentant à de la sorcellerie. Une malédiction qui le condamnerait à revoir encore et encore le meurtre de son amour. Il verrait alors parfois la façon réelle dont cela c'est produit, mais également d'autres manières irréalistes, plus atroces et abominables que la réalité.

Son cœur palpitait, sa gorge était nouée, il lui fallait de l'eau. Sortant de ses songes, il essuya la larme qui s'était mise à couler le long de sa joue, puis descendit sur le pont. D'énormes matelots aux bras énormes tiraient de concert sur des cordes au son des « Oh ! » afin de manœuvrer le bâtiment. Une énorme voile se déplia, les rames rentrèrent dans la coque. Peu de temps s'écoula avant que le vent ne s'engouffre dans la grand-voile, donnant une allure soutenue au navire. Les marins se félicitèrent en se frappant vigoureusement les épaules du plat de leurs mains et en lançant des cris tonitruants.

Asbjörn ne se sentait pas bien en leur présence. Certains avaient un sabre ou un coutelas à la ceinture, un de ceux-là portait un cache-œil noir qui lui passait à travers la figure. Deux autres, assis à une petite table carrée placée sur le pont côté poupe, ingurgitaient des tonneaux entiers de rhum. Le jeune homme à la crinière bleue avait même cru apercevoir une ou deux dents en or fixées dans la mâchoire inférieure du timonier. À l’embarcation, il s'était demandé s'il ne s'était pas trompé de bateau, se retrouvant alors par malchance avec des pirates, mais aucun autre navire n'était présent dans la baie, non, il n'aurait pas pu se tromper. L'arrivée sur le pont de quelques aristocrates endimanchés finit de le rassurer.

Il fut tenté par le rhum que buvaient avidement les deux soûlards, mais à l'instant même où il s’apprêtait à leur demander un peu de leur précieux liquide, il sentit une odeur immonde de sueur, couplé à des relents fleurant l'alcool mélangé à un quelconque poisson lui remonter dans les narines. Il mit sa main devant sa bouche pour s'empêcher de vomir et s'en alla prestement dans sa cabine sous le regard vitreux des deux compères.

« Cela fera très bien l'affaire. » se dit-il en versant l'eau d'une carafe en bois dans son verre en terre cuite. Il but par petites lampées le contenu de son verre, sa gorge se dénoua quelque peu. Des paroles se firent soudainement entendre dans le couloir, Asbjörn ouvrit à demi la porte de sa cabine pour y passer sa tête. Une des aristocrates était en train de corriger violemment l'un de ses serviteurs tout en le qualifiant de plusieurs noms d'oiseaux. Le pauvre avait malencontreusement renversé du vin sur la robe de sa maîtresse, à cause d'une vague qui avait fait tanguer subitement le navire.

À genoux, le serviteur habillé de loques se confondait en excuses et se protégeait le visage de ses avant-bras couverts de bleus. « Abruti ! Pauvre incapable ! » s'écria la bonne femme. Asbjörn serra ses poings et sa mâchoire, il débordait d'envie d'aller apprendre les bonnes manières à cette vieille sorcière. Il s'abstint finalement. Il referma sa porte et se reposa une petite heure sur sa couchette. À son réveil, il avait l'impression d'étouffer. Le soleil tapait constamment contre la coque et la température s'en ressentait. Il bailla, mit ses bottes puis remonta sur le pont.

Les matelots chantaient gaiement une chanson de leur cru, un premier couplet racontait l'histoire de jeunes femmes exerçant le plus vieux métier du monde, une deuxième parlait de tavernes remplies à ras bord de nourritures bien grasses et de boissons alcoolisées, et un dernier couplet parlait des deux en même temps. Le refrain était incompréhensible : Asbjörn se disait qu'ils n'avaient pas trouvé meilleur refrain que de brailler fortement, et ce, dans l'indifférence la plus totale.

La pollution sonore valait mieux que de finir cuit au bain-marie. Il s'empara d'une des chaises que les alcooliques avaient laissées vide et la plaça à bâbord pour s'y installer. Une fois de plus, il scruta la mer dont les vagues étaient toujours aussi mollassonnes.

-Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire à mes parents si je les revois ? Que j'ai essayé de faire de mon mieux pour devenir quelqu'un de bien, mais que ça n'a pas marché ? Et qu'est-ce que je vais dire à mon père ? Est-ce que je vais avoir la force de lui pardonner, ou est-ce que je vais tenter de le tuer dans un accès de colère ? se demanda-t-il à demi-voix. Je n'aurais jamais dû tenter d'obtenir l'une de ces fameuses armures divines... tout ça pour un stupide saphir...
Revenir en haut Aller en bas
Odin
Dieu suprême d'Asgard
Dieu suprême d'Asgard
avatar
Rôle : Seigneur d'Asgard.
Messages : 155


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
366/366  (366/366)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   Mer 19 Sep 2018 - 1:03

Je vais prendre un risque et parier que vous ne faites pas partie de l'équipage, lâcha une voix mâle dans le dos de l'homme à la tignasse excentrique.
Le propriétaire de la voix en question vint s'accouder sans guère de délicatesse au bastingage, à quelques foulées à peine de son interlocuteur.

Si c'est le cas, abstenez-vous de me le dire : ça fait deux heures que je cherche à parler à quelqu'un qui ne sent pas le hareng oublié à fond de cale.

Sur ces bonnes paroles, il détacha l'outre qu'il portait à la ceinture et la déboucha pour s'expédier une bonne rasade de ce qu'elle contenait - quoi que ce soit - au fond de la gorge. Tout au plus l'autre homme put-il flairer brièvement une pointe de miel au milieu des remugles marins.

Vous en voulez ? Servez-vous, proposa-t-il sans plus de fioritures avant de jeter le récipient sur les genoux du bonhomme - après avoir heureusement pris la peine de le reboucher -, ne se souciant guère de sa réponse.

L'espace d'un instant, le soleil accepta de laisser ses rayons être muselés par un voile de nuage, permettant à qui le voudrait de voir un peu mieux cet intrusif compagnon.
On lui aurait donné la fin de trentaine à vue d'oeil - et le singulier aurait été de mise, le manque de renflement d'une de ses paupières trahissant l'absence du globe. L'âge s'était récemment lancé à l'attaque de son scalp, la grisaille menant une âpre bataille pour garder du terrain au niveau de ses tempes.
Noire, sa tenue l'était aussi, dans sa presque intégralité ; seule l'écharpe couleur de cendres qu'il semblait avoir bien du mal à garder nouée autour de son cou introduisait une légère nuance. Le regard - ou ce qu'il en restait - porté vers l'horizon, il gratta distraitement la barbe noire au poil dru qui lui dévorait le visage.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas de venir foutre les pieds dans votre petit coin de tranquillité, dit-il avec la voix de celui à qui il serait parfaitement égal que ce soit le cas. Du pouce, il désigna l'équipage trop affairé pour leur prêter la plus petite étincelle d'attention : Il n'y a à peu près qu'ici que je crois pouvoir préserver mes bottes quand le rhum qu'ils se sont enfilé va faire machine arrière.

Comme pour lui donner raison, un matelot dont le seul trait remarquable était de n'en avoir aucun se précipita pour aller cracher ses tripes par-dessus bord. L'individu au manteau noir lorgna dans sa direction une seconde et même moins, n'ayant pour seule réaction qu'un reniflement dédaigneux.

Rendez-moi ça si vous le tenez aussi mal que lui, reprit-il tout en agitant distraitement la main vers le sac à boire qu'il lui avait confié, sans toutefois faire mine de le lui reprendre. Je veux bien être partageur, mais je ne paie pas mon tord-boyaux au prix fort pour qu'il finisse au fond de la flotte.

Enfin, il daigna décrocher son regard du lointain pour se retourner vers lui, fourrant les mains dans ses poches et accotant son dos à la rambarde.

Je peux savoir ce que c'est que cette histoire de saphir ? Une bonne femme vous fait des misères à propos de sa verroterie ? Il inclina la tête de côté, ébauchant un semblant de sourire : Loin de moi l'idée d'écouter aux portes, mais je vous ai entendu ruminer dans votre barbe.
Revenir en haut Aller en bas
Asbjörn
Guerrier Divin de Bêta
avatar
Rôle : Guerrier Divin de Bêta
Messages : 261


Caractéristiques
Vie Vie:
155/175  (155/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
400/420  (400/420)

MessageSujet: Re: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   Mar 2 Oct 2018 - 14:19

Il n'eut que peu de temps pour réfléchir à ces questions. En effet, une voix provenant de derrière lui vint troubler ce moment d’inquiétude. L'inconnu s'avança alors à ses côtés puis alla s'écraser violemment – mais de façon maîtrisée – contre la rambarde bâbord. Il reprit la parole, se plaignant notamment de l'odeur abjecte de hareng décomposé qui régnait sur le navire. Asbjörn affichait un air à la fois étonné et méfiant. Il y avait de quoi, le bonhomme était vêtu sombrement, arborait une barbe noire et n'avait qu'un œil ; rien n'était là pour masquer cette absence, son orbite était vide et atrocement moche à voir.

*Ça y est, c'est un pirate ! Je savais que ça arriverait ! Son apparence ne peut pas me tromper ! Que faire ? Hmm... Bon, je sais, je vais faire comme si je n'avais rien vu de louche sur lui. Il faut que je sois nonchalant ! Euuuh... nonchalant, c'est bien quand tu fais semblant de n'avoir rien vu, non ?...*

L'homme à l'allure sombre s'empara d'une outre qui se balançait à sa ceinture, puis se pinta la gueule avec. Il ne faisait aucun doute que le jeune prétendant à Bêta le prenait pour quelqu'un d'encore plus dangereux, car « un pirate, c'est méchant, mais un pirate ivre, c'est encore plus méchant ! ». Le mystérieux barbu lança sa gourde – qu'il avait soigneusement rebouchée – sur les genoux de son interlocuteur tout en lui proposant d'en boire. Ce dernier ne réagit pas et laissa le contenant trôner sur lui.

Le borgne enchaîna, tout en ayant le regard porté sur l'horizon. Asbjörn ne l'écouta qu'à moitié : il ne faisait que se plaindre et s'inviter dans une histoire qui ne le concernait pas, à première vue en tout cas. Cependant, un mot sonna différemment dans l'oreille du prétendant à Bêta, le mot « saphir ». Bien évidemment, il pensait qu'en tant que pirate il devait s'intéresser énormément à ce genre de chose. Peut-être voulait-il mettre ledit saphir dans son orbite et ainsi remplacer son œil de façon excentrique ?

Le regard et le sourire soudain du barbu incommodèrent le jeune homme aux cheveux bleus. Il décida de se saisir de l'outre et de la tendre à son propriétaire, sans y avoir posé ses lèvres ou même seulement senti le parfum qui s'en dégageait. L'énucléé pouvait à sa guide la récupérer, ou la laisser être portée à bout de bras ; Asbjörn avait déjà dans l'idée de la laisser tomber s'il ne s'en emparait pas. Il détourna ensuite son regard vers la mer, puis répondit d'une voix monocorde accompagnée d'un froncement de sourcils :

-C'est une histoire révolue. Un trésor que je ne mérite pas. (Asbjörn enleva le ruban de cuir qui retenait ses cheveux, puis se frotta le crâne à divers endroits.) Je ne suis pas sûr que cela vous intéresse réellement. Ça a un lien avec quelques dieux nordiques, et les divinités – si tant est qu'elles existent vraiment – ne sont pas très intéressantes. Je suppose qu'elles ne pensent qu'à leur petite personne et que les êtres humains ne sont là que pour les distraire.

Le jeune homme posa son coude sur le bastingage, la main portée au menton. Il laissa s'échapper un léger soupir, puis se replongea dans ses pensées. Plus le navire se rapprochait de Stockholm, plus il était hanté par la vision spectrale de Liv qui s'était créée dans son esprit meurtri. Bientôt, il ne put penser à autre chose.

Par besoin de se confesser, de vider son sac, ou même simplement pour avoir un avis extérieur – que ce soit de la part d'un pirate ou non –, Asbjörn eut soudainement envie de raconter son histoire. Il se frotta le visage, puis plus particulièrement ses yeux, comme s'il voulait être sûr d'être en éveil et s'éviter de louper un détail.

-Je ne sais pas vous, mais pour ma part, jusqu'à récemment, je ne croyais pas vraiment aux dieux, aux déesses et à tout ce qui les entoure. Je n'ai jamais prié. (Il marqua une pause.) Le jour où j'ai commencé à croire en l'un d'eux, c'est quand la femme que j'aimais le plus au monde me fut retiré. Elle est morte juste sous mes yeux, sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour l'aider. Elle s'est faite assassiner par son propre père, ainsi que quelques-uns de ses hommes. Je n'avais qu'une envie à ce moment, c'est qu'on me tue moi aussi, mais ça ne s'est pas passé comme ça. (Asbjörn pinça ses lèvres pour s'empêcher de lâcher un sanglot.) Un homme a surgit de je ne sais où et a tué tous ces gens, y compris le père de Liv. Il a déployé une force... phénoménale, surnaturelle. J'ai cru rêver sur l'instant.

Le jeune homme rattacha sa chevelure qui partait dans tous les sens sous la puissance du vent. Il plaqua son dos contre le dossier de sa chaise, puis fixa le visage peu avenant de son interlocuteur. On pouvait voir le blanc de ses yeux anormalement rouges et humides. La gorge serrée, il continua son récit :

-Ce n'était pas un rêve. Cet homme m'a pris son sous aile et m'a enseigné ses techniques pour... disons me redonner goût à la vie. Finalement il m'a annoncé faire partie d'un groupe de guerriers qui avait pour but de protéger une divinité parmi tant d'autres. Je n'y ai jamais vraiment porté mon attention, mais apparemment elles se battent entre elles en se servant des mortels comme d'une arme. Bref, il m'a proposé de devenir membre de ce groupe et j'ai accepté. (Il haussa les épaules en lâchant un rire nerveux.) Je ne sais même pas pourquoi j'ai accepté une telle chose. Enfin, les saphirs dont je parlais sont des objets uniques, ils sont au nombre de huit, je crois, et sont sertis dans les armures de ceux qui combattent pour Asgard, le territoire d'Odin. Mais qu'importe, j'ai échoué. Je pense que c'est la punition que les dieux m'ont infligés pour n'avoir jamais cru en eux, ça et m'avoir enlevé l'être qui comptait le plus pour moi... Deux punitions bien cruelles, vous ne croyez pas ?

Il détourna son regard vers l'horizon. Il n'attendait pas de réponse, il s'était seulement lâché, il avait eu besoin d'en parler. Une larme perla le long de sa joue droite – côté obstrué à la vue du barbu.
Revenir en haut Aller en bas
Odin
Dieu suprême d'Asgard
Dieu suprême d'Asgard
avatar
Rôle : Seigneur d'Asgard.
Messages : 155


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
366/366  (366/366)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   Mar 30 Oct 2018 - 3:04

Comme vous voudrez, ça en fera plus pour moi. fit l'homme en noir au moment de récupérer sa gourde - et, sans plus attendre, il en ôta le bouchon pour s'en expédier une deuxième rasade au fond du gosier.

D'après sa taille et l'usage libertaire qu'il en faisait, il aurait été facile d'en déduire qu'il ne faudrait pas longtemps avant qu'il l'ait vidée de tout son contenu, mais il ne semblait pas s'en inquiéter plus que cela. D'autant moins si les heureux élus avec qui il se proposait de partager faisaient les difficiles.

Vous ne savez pas ce que vous manquez, fit-il en la rebouchant une fois de plus, revigoré. Je vous assure que le voyage paraît moins long avec un petit coup de fouet, et je sais de quoi je parle.

Sans plus élaborer, il reprit appui sur le rebord du navire, prêtant l'oreille aux malheurs du jeune passager - non sans s'être étiré d'abord pour davantage de confort ; cela risquait d'être long.
Ainsi donc, à l'entendre, son interlocuteur avait un compte à régler avec les dieux qu'il vénérait - encore que vénérer soit apparemment un bien grand mot.

Je n'aurais pas mieux dit, approuva-t-il, grattant la paupière de son oeil absent. Tous des raclures égoïstes, et pas un pour rattraper l'autre ! Où que l'on regarde, d'ailleurs, pour ce que j'ai cru comprendre de ces soi-disant autres panthéons. Et leur ridicule Dieu Unique, n'en parlons pas.

L'accès à ces informations n'était plus aussi rare qu'il avait pu l'être ; quiconque ayant un peu voyagé pouvait facilement partir à la découverte de nouvelles cultures - et des divinités qu'elles amenaient dans leur bagage. Le borgne ne jugea toutefois pas utile d'en dire plus, peut-être à défaut de savoir à quel point son vis-à-vis était bien renseigné.

Vous m'en voyez navré, dit-il après que l'autre voyageur lui eût conté ses malheurs, avec ce qui semblait être une sympathie sincère dans la voix. Il lui tapota légèrement l'épaule puis croisa à nouveau les bras, le regard dans le lointain. Moi non plus, je n'ai jamais été très porté sur la prière. Je pars du principe que s'il y a un connard là-haut (il pointa l'index vers le ciel) qui se soucie réellement des gens, il n'attendra pas qu'ils s'usent les genoux sur le sol pour en avoir quelque chose à faire.

Il se gratta la barbe, l'air pensif, avant de reprendre :

Et puis, ce serait sacrément con de leur part de punir ceux qui leur sont fidèles uniquement parce qu'ils n'ont pas fait assez bien à leur goût. Ils auront l'air fins, le jour où il n'y aura plus personne pour leur rapporter de la bibine ou de la barbaque par peur de s'en prendre une.

Si certes on réservait d'ordinaire les morceaux de premier choix aux divinités pour les honorer, ce n'était pas un luxe à la portée de chacun, surtout dans des contrées particulièrement froides où il est déjà compliqué de nourrir toutes les bouches.

C'est moche, ce qui vous est arrivé ; il n'y a pas d'autre manière de le dire. Mais si vous voulez mon avis, les dieux n'ont rien à voir là-dedans. Les dieux vengeurs, ça n'existe pas - enfin, à moins bien sûr de leur donner une vraie bonne raison d'être mal lunés, comme tout le monde.

Il glissa les mains dans les poches de sa sombre veste.

Non, je pense simplement qu'on leur accorde un peu trop de crédit... Et que, comme n'importe qui, ils ne savent pas s'en sortir quand on leur demande de faire trop de choses à la fois. J'imagine que ça leur apprendra à avoir des listes d'attributions longues comme le bras.

Il tourna la tête pour dévisager son compagnon de conversation, faute de boisson.

Quoi qu'il en soit, vous avez raison de ne pas compter sur des tocards pareils pour donner un sens à votre vie. Personne ne devrait. La foi aveugle, ça n'a jamais rien amené de bon. D'ailleurs, vos machins, là, comment peuvent-ils être uniques s'ils sont huit ?

Pris de frisson, l'étranger resserra légèrement son manteau.

Et votre compagne, elle y croyait, elle ? Aux dieux et tout le chambardement ? Sans vouloir retourner le couteau dans la plaie...
Revenir en haut Aller en bas
Asbjörn
Guerrier Divin de Bêta
avatar
Rôle : Guerrier Divin de Bêta
Messages : 261


Caractéristiques
Vie Vie:
155/175  (155/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
400/420  (400/420)

MessageSujet: Re: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   Mar 20 Nov 2018 - 16:21

L'inconnu donnait l'impression d'avoir une affinité particulière avec la boisson, et fut heureux du refus d'Asbjörn à picoler avec lui. Il écoutait attentivement le récit du futur Guerrier Divin, réagissant ponctuellement aux différentes prises de position. Son franc-parler n'eut pas manqué de surprendre le jeune homme qui s'attendait à une réaction plus mesurée. Néanmoins, son idée sur la question fut appréciée, Asbjörn se contentait de répondre par plusieurs hochements de tête. Il s'intéressa ensuite plus particulièrement aux Saphirs d'Odin.

-Les Saphirs... On a tendance à dire qu'ils sont huit, car leur utilité est semblable, mais finalement chacun ne va de pair qu'avec un seul autre objet : une armure. Si le Saphir que vous détenez n'est pas lié à l'armure, alors rien ne se produira. Mais si c'est le bon alors... je ne sais pas. J'ai toujours cru comprendre que l'armure et le Saphir avaient un lien spécial, mais je ne saurais dire si cela est vrai. Mon apprentissage a été long, mais je n'ai pas toujours été très attentif. Peut-être qu'ils ne sont pas uniques... je ne sais plus. En tout cas, je me rappelle que s'ils sont tous réunis, ils peuvent faire des choses stupéfiantes... (Il se gratta l'occiput.) Bon... je ne me rappelle plus de ce que cela fait non plus mais... en tout cas, je me souviens que l'on m'avait dit que c'était très impressionnant, ou quelque chose comme ça.

Il laissa s'installer un moment de silence avant que l'inconnu ne le questionne sur les croyances de son défunt amour.

-Ma compagne, Liv... Elle adorait Sleipnir, le cheval à huit pattes d'Odin. Elle possédait un pendentif en argent le représentant... Je pense qu'elle priait Odin, mais je n'en suis pas sûr. Ça ne m'avait jamais intéressé. Je ne pensais qu'à moi, ou qu'à elle, à l'époque. Mais cela remonte à très loin à présent, et Odin ne l'a pas sauvé, à quoi bon prier les dieux s'ils ne font rien pour vous ? Je pense que vous avez raison, on leur donne beaucoup trop de crédit.

Asbjörn se pressa contre le bastingage et pointa son nez au ciel, le regard furieux, comme s'il voulait plus s'adresser aux divinités qu'à son interlocuteur.

-Je les hais. Tous. Sans exception. Je n'ai plus aucun cœur depuis cette perte. Je déteste tout et tout le monde. Je pourrais tuer n'importe lequel de ces hommes derrière, rien que pour un regard de travers, mais je sais que si je le fais, Liv n'aura plus aucune estime pour moi de là où elle est, et c'est tout ce qui me reste maintenant. Mes dernières prières étaient dues à une peur que je gardais au fond de moi, j'espérais que grâce à ça, j'aurais pu avoir une chance de réaliser mon souhait, à défaut de pouvoir faire revenir Liv, mais ça n'a servi à rien. (Il s'écarta de la rampe.) C'est fini maintenant, plus de prière, plus rien. Juste moi et ma haine. Et maintenant je retourne chez moi, là où mon père nous a abandonné, moi et ma compagne, et je pense... non, je sais que si je le croise, j'arracherai son le cœur de mes propres mains.

La fureur du jeune homme pouvait facilement expliquer son envie de meurtre, mais lui-même le savait, y compris dans cet état : ce n'était dans sa nature d'être aussi cruel. Restait à voir comment allait se comporter l'inconnu face à un tel déferlement de rage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Questions sans réponses [FB : Asbjörn - Odin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Questions -> Réponses
» Questions & Réponses
» Des questions... des réponses?
» Pourquoi ça n'arrive qu'à moi ?..
» Questions & Réponses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-