Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Une étincelle suffit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morrigan
Maître d'arme du Fléau
avatar
Messages : 68

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
192/192  (192/192)
Cosmos Cosmos:
197/197  (197/197)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Une étincelle suffit.   Ven 20 Juil 2018 - 22:37

Après cela et des jours et des jours à traîner de bosquet en plaine et de plaine en bosquets plus rien ne semble beaux, des troncs tous similaires les uns aux autres, squelettes sombres dans le jeu d’ombres des feuilles aux bruissements inquiétants. Qui savait ce qui les faisait frémir. Le murmure du vent ? Quelques bêtes ? Ou quelques monstres aux yeux d’un sombre écarlate épris d’une rage contre nature ? Je viens de rentrer d'une escarmouche dans la vieille Europe. Celle qui m'a vu grandir. Et à revenir sur les terre d'Arès, je ne pense qu'à Harmonie, je possède si peu de choses, si peu de liens, et ma rencontre avec la seule Berzeker fût orner d'une cinglante conclusion. Il y eût bien entendu, Katharina, mais cette rencontre fût somme toute, celle qui eût été la plus normale. Et de ces premières rencontres avec eux, je ne retiens qu'une chose, chacun d'entre eux représente une symbolique. La peur, en passant par l'harmonie, et pour finir, la mort par le bahamut.

J'ai vécu toute ma vie à me couvrir d'un rôle qui me sied totalement. Mais je vais devoir me muer vers autre chose. Et ma rencontre avec le bahamut, mais surtout Harmonie me donne l'occasion de voir autre chose, une étendue que je n'ai pas eût le loisir de goûter. Si j'ai pût apporter la mort par mes pouvoirs de sorcière, je dois pouvoir viser la discorde. Le flambeau de la discorde ne s'éteint que dans les larmes et le sang. Et dans ce décor de flamme, une aura vous frappe au plus profond de votre cœur, même en l'absence de son maître légitime. Mais au gré de mes pensées, c'est tout autre chose qui me dissipe, y compris cette chaleur pesante, puisque une silhouette féminine s'approche en ma direction. Et vêtu d'une simple tenu de civile, je m'approche vers elle, en lui adressant un air inexpressif, la scrutant en détails de mon regard transperçant en l'attente d'une réponse de sa part. Puis, claquant dans l'air, ma voix s’élève.

Halte ! Qui vient ?

La guerrière se rapproche, et la première chose qui me vient à l'esprit, et que la jeune femme arbore un corps exquis, alors, la détaillant de haut en bas, puis revenant sur son visage. Je m'exprime, une dernière fois.

Je suis Morrigan, maître d'arme du fléau, et Berzeker à la solde d'Arès.
Revenir en haut Aller en bas
Astëria
Cardinal des Flammes
avatar
Messages : 10


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Dim 22 Juil 2018 - 20:21

Cela devait bien faire plusieurs jours que le cardinal des flammes infernales entraînait une partie des troupes du seigneur Arès au sein des casernes militaire prévues à cet effet. Elle n'était d'aucune pitié et ne laissait absolument rien passer ; cependant aussi stricte et rigoureuse soit telle, elle savait se montrer juste et récompensait les efforts de ceux qui se donnaient les moyens en essayant de repousser leurs limites. Autant dire que les tirs au flanc et ceux qui essayaient de conserver leurs forces pour la suite des entraînements ne faisait pas long feu et elle n'avait aucun remord à les exécuter pour en faire des exemples. Elle trouvait déjà très étonnant qu'ils aient réussis à arriver jusqu'ici ... enfin il y a toujours quelques éléments dissident qui arrivent à se glisser entre les maillets du filet. Une fois l'entraînement intensif de 72 heures terminé, elle donna congé aux soldats durant une journée ce qui lui permettait également de faire autre chose et de remplir ses fonctions, disons plus administratives. Autant dire que vu son statut de Cardinal elle n'avait pas une seconde à elle. Même si elle arrive à encaisser la fatigue et le stress des fois cela lui pesait et elle aurait aimé parfois avoir un peu de temps pour elle.
En marchand vers l'endroit où se trouvaient ses appartements et plongée dans ses pensées elle fut arrêtée par quelqu'un ... Elle regarda la jeune femme de haut en bas et comprit qu'il s'agissait au vu de sa stature et du cosmos qui se dégageait d'elle d'un berserker d'Arès mais lequel ? Cela piqua sa curiosité car elle ne la connaissait pas.

- Astëria princesse des amazones et Cardinal des Flammes Spectrales enchanté Morrigan dit-elle simplement en s'inclinant légèrement en relevant le capuchon de sa tenue. Je n’ai encore jamais eu le plaisir de vous voir vous êtes nouvelle ici ? demanda-t-elle curieuse


Elle portait son habituelle cape écarlate sur laquelle des variations de couleur écarlate semblaient danser comme du feu en fonction de la luminosité ambiante. Elle portait bien évidemment son arme ainsi que son épée rangée dans son fourreau et de son bouclier accroché dans son dos. Le diadème doré qu'on aurait pu assimiler à un signe d'une certaine noblesse ornait toujours son front. La jeune femme en face d'elle ne la laissa pas indifférent que se soit par les traits élégants de son physique ou les formes gracieuses des courbes féminines.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
Maître d'arme du Fléau
avatar
Messages : 68

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
192/192  (192/192)
Cosmos Cosmos:
197/197  (197/197)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Lun 23 Juil 2018 - 3:34

Je n'aime pas particulièrement trainer dans le coin, trop de sueur et d'hormones. Ça montre les dents à la moindre bousculade ici, et je ne suis pas certaine de me tirer d'affaire en cas de règlement de compte. Oh, pas que je n'aime pas les combats, mais combattre pour combattre n'est pas mon leitmotiv. Mon plaisir est tout autre, et je le prends ailleurs que dans les combats. Je suis avant tout, une sorcière et je tire mon plaisir dans la sorcellerie, dans l'accomplissement de divers rituels contre mes ennemis. Bien que je maitrise les arts martiales, ma rencontre avec Harmonie fût enrichissante sur bien des aspects, puisqu'il m'a permise de m'affranchir, et de me conforter dans ce que je suis, sur bien des égards. Et pour être tout à fait franche, j'ai envie d'assouvir tout mes plaisirs avec la déesse, pas uniquement sur le seul aspect politique, ou martial. Mais aussi sur un aspect plus intime avec la fille d'Arès. Et quand je vois mon passé avec les hommes, ma rencontre avec l'immortel est sans doute la seule qui tire son épingle. Et conforte par la même occasion, mon orientation vers les femmes. Alors, lorsque survient l’apparition aussi soudaine que silencieuse d'une éveillée, tout son corps me mit l'espace de quelques instants, en suspens, comme pour mieux admirer chaque parcelles de son corps, même à peine couvert par ses vêtements. Il se murmure dans mon esprit, une ébauche de pensées que je n'ose pas avouer. Seul mes yeux, rempli d'une certaine lueur peu peut-être trahir une certaine passion pour celle qui se présente, comme la Cardinale des flammes spectrales. Bien que je note aussi chez elle, un regard passionnel sur mon corps et mes courbes généreuses, je fais mine de ne pas m'en apercevoir, pas franchement du moins.

Enchanté ma dame, il est rare que les Berzekers puissent-être aussi amicaux dès les premiers échanges verbaux. Je suis arrivée il y a de ça, plusieurs semaines, pour y prêter allégeance à mes seigneurs. Alors oui, je suis nouvelle. Et c'est un réelle plaisir de vous rencontrée.

Ma rencontre avec Siléa fût un rappel de ce que peut-être les soldats d'Arès, violent, et peu adepte à la clémence, pour en avoir payé le prix de ma vie. Alors oui, je n'apprécie pas de trainer en leurs compagnie. Sauf que je perçois chez cette Amazone, une certaine noblesse que j'ai eût l'habitude de côtoyer en Angleterre, bien qu'elle soit d'une tout autre ampleur et origine. Puis, ayant à présent, affirmer mon orientation, je dois dire que le corps d'Astéria est somme toute d'une beauté rare. J'ai même très envie de m'offrir tous les plaisirs que pourrait m'offrir la Cardinale, si d'aventure, nous parvenions à se connaitre plus intimement. Quoiqu'il en soit, tirant à mon tour une révérence distinguée, acquise dans les différentes cours Anglo-saxonne, je m'exclame d'une voix plus enjouée, à présent que les présentations sont faite, il est temps de continuer dans les présentations.

Je n'ai jamais eût le plaisir d'entendre votre identité, alors, soit vous êtes aussi nouvelle, ou alors. Votre discrétion vous honore Astéria. Et ce titre de princesse des Amazones vous sied à ravir, puisque votre charisme est indéniable. Et tout ce que j'ai pût apprendre des Amazones me fût acquis que grâce aux ouvrages, alors peut-être pourriez vous m'en apprendre davantage sur votre peuple et vos origines Astéria.

Voilà une occasion d'en apprendre un peu sur mon interlocutrice, sans forcément passer par la case entrainement, voir en combat. Cette rencontre avec elle peu, je le pense, être intéressante, pour moi, comme pour elle. Car même si je conçois que la hiérarchie militaire me contraint à être le bras droit du Cardinal de la calamité, je n'ai jamais rencontré ce dernier, ni eût vent d'un porteur de la cuirasse de la calamité. Et je n'ai surtout pas envie d'épauler un homme ou un Berzeker qui passerait mes projets à la trappe. Alors, si je peux me joindre d'une façon ou d'une autre à Astéria, l'occasion me parait trop belle.

Vous n'êtes pas accompagnée de votre maitre d'arme, dois-je envisagée l'idée que vous n'en avait pas ? Vous êtes la première Cardinale que je rencontre hormis quelques autres Berzekers. Et pour être tout à fait honnête, la seule qui fût enrichissante fût ma rencontre avec la fille d'Arès, Harmonie. Et il ne tient qu'à nous deux pour que notre rencontre puisse parvenir à de bonne base, et une entente mutuelle entre nous Astéria.

Me murant dans un silence cathédrale, je me retourne, m'avancer de quelques pas, le tout en affichant non sans aucune pudeur, mes formes généreuses concernant mon bassin et le bas de mon dos. Aucuns homme n'a sût résister à ma silhouette, bien qu'aucuns aient pût susciter chez moi, une once d'intérêt, et encore moins d’envie. La seule à avoir pût goûter à ce corps est Harmonie, que se soit dans le sens littéral, qu'intimement. Alors, me retournant une dernière fois, le tout en adossant mon dos le long d'une paroi, je m'exclame d'une voix claire.

Je n'ai pas appris les art martiaux comme vous, les Berzekers. Je suis d’abord une sorcière avant d'être une adepte du combat. Mes talents sont ailleurs que dans la finesse du combat, bien que je sache me défendre bien entendu.

Éloignée de quelque mètre de la Cardinale, je contemple une nouvelle fois son corps. Comment ne pas l’aimer ?! Par ailleurs, en m’observant un peu mieux, la guerrière peu noté un léger changement dans mon attitude. L’avait-elle reconnu ? Pas nécessairement, et qu'elle l'ait reconnu m'est pas indifférente, bien au contraire. Un lien, quelque chose m'attire à elle, pas sur son physique non, ce serai bien trop sommaire et inconsidérée. Alors, contemplant la Cardinale, de petites perles glisse le long de ma nuque, de mes épaules, mon dos. Et brillent doucement sous la lueur du brasier de ce domaine, révélant un peu plus mes formes avantageuse et ma beauté ténébreuse.

Puis-je vous invitée ailleurs Astéria, dans un lieu plus privée que ce domaine, ou souhaitez vous que l'on reste dans votre domaine ?

Une invitation ? C'est à Astéria d’interprétée comme il se doit ma proposition, mais comme pour appuyée mes propos, je me rapproche vers elle, comme pour lui faire comprendre que je souhaite que l'on parle dans un endroit moins propice à des regards et des oreilles indiscrètes.
Revenir en haut Aller en bas
Astëria
Cardinal des Flammes
avatar
Messages : 10


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Sam 28 Juil 2018 - 0:00

Après avoir supervisé sur une longue période l'entraînaient d'une grande partie des forces d'Arès composait principalement de mâles un peu trop fiers de voir une femme aussi charmante ne pouvait que lui faire le plus grand bien, de plus elle semblait avoir bien était éduquée ce qui n'était malheureusement pas le cas de la plupart des « sauvages » présents sur ses terres qu'elle se faisait une joie de remettre dans le « droit chemin ». Elle semblait aussi plutôt perspicace comme le témoignaient ses propres sur le fait que les berserkers préfèrent généralement faire parler l'acier et les poings quand il rencontre un individu inconnu sur les terres qu'ils défendent pour finalement se rendre compte de leur bêtise. Astëria eut un petit sourire mi amusé mi nostalgique quand Morrigan évoqua la possibilité qu'elle puisse être aussi nouvelle qu'elle, cependant elle se rappella alors de très lointains souvenirs jusqu’en des temps mythologiques. Alors qu'elle écoutait attentivement la sulfureuse demoiselle elle ne put s'empêcher de prendre la parole à un moment.

- Il est vrai que cela ne fait que ... dit-elle en réfléchissant un instant, que 200 ans humains que j'ai reçu le titre de Cardinal ce qui je vous l'accorde n'est pas très ancien dit-elle avec un naturel presque déconcertant.

En effet pour ceux qui ont le sang des divins qui coulent dans leurs veines la notion de temps n'est clairement pas la même que les simples mortels, un détail qui échappe à la princesse des Amazones qui n'avait pas vraiment l'habitude d'abord le sujet de façon naturel. Il faut dire qu'en dehors de quelques rares personnes comme Harmonie qui connaissait sa véritable nature les discutions chez les berserkers étaient loin d'être aussi « poussées » ou « cultivées ».

- Cependant , reprit-elle je sers de garde du corps à Dame Harmonie depuis encore plus longtemps et j'ai eu le privilège de veiller sur elle durant plusieurs de ses réincarnations, et j'ai rejoins le maître de la guerre ... dit-elle en réfléchissant humm et bien disons dans la période de conflit entre Sparte et la Perse dit-elle un peu perdu dans de sombres pensées qui affectaient légèrement son visage alors qu'elle semblait revenir à elle mais oui si l'occasion m'en est donnée je pourrais vous en parler, bon par contre je vous préviens je suis très mauvais professeur dit-elle d'une voix douce avec un petit sourire amusé en laissant échapper un léger rire comme pour oublier de bien funèbres pensées.

L'immortalité n'est pas forcément une bonne chose parfois la fille de la déesse de la victoire envie les simples mortels qui profitent au maximum de leurs vies de simples créatures dont la vie se résume à vivre et mourir aussi fragile que les pétales d'une fleur que le moindre coup de vent peut importer vers l'Hadès. Mais d'un côté c'est peut-être cela qui rend leur vie si excitante et passionnante ... non pas qu'elle voudrait être à leur place non car, cela lui permet de continuer de servir fidèlement ses maîtres et de continuer d'honorer le souvenir de sa mère la défunte reine des amazones et de ses sœurs tombées au combat. Elle n'a pas le caractère à s'apitoyer et ceux malgré les violentes épreuves que la vie lui a mise sur son chemin. Cela ne fait qu'au contraire renforcer sa motivation à aller de l'avant encore et encore poussant toujours plus loin cette recherche du défi ultime de ce combat qui la verra mourir au champ d'honneur qui risque d'être des plus complexes vu son pacte avec Styx.

- Un maître d'armes ? Non malheureusement je préfère de loin la compagnie de mes sœurs amazones et puis je ne vais pas m'encombrer d'un homme j'ai déjà bien assez de travail, mais si un jour je trouve une femme forte et digne de m'assister alors pourquoi pas expliqua-t-elle Oh vraiment ? fit-elle étonnée ce n'est pourtant pas le genre de la maison de mémoire je ne rappelle pas en avoir déjà rencontrée dans les forces de notre seigneur Arès cependant j'ai déjà eu l'occasion de mener bataille au côté de Euphéria l'une des filles de Circé vous les connaissez peut être ? demanda t-elle

La question de Morrigan n'était pas si anodine elle n'avait jamais pensée à se faire escorter ou avoir un bras droit, car elle pensait être suffisamment forte pour assurer sa propre protection et de plus elle considérait ses sœurs amazones comme suffisamment proche d'elle pour être une sorte de garde du corps mais , plus familiale. Quelques idées germaient dans son esprit alors qu'elle réfléchissait à cette opportunité cela lui permettrait sans doute de souffler un peu et de se consacrer à d'autres activés. Étrangement Astéria avait également avancé vers Morrigan pour se retrouver presque nez à nez avec elle il semblait y avoir une attirance plutôt ... réciproque même si la princesse des amazones n'avait pas d'idée perverse derrière la tête ou plutôt elle considérait certaine question comme la sexualité de façon différente des mortels.

- Oh cela n'a pas mon domaine car, tout ici n'appartient qu'à un seul maître le divin Arès le seigneur des légions des terres brûlées, dit-elle de façon un peu plus autoritaire avant de prendre une pause de réflexion hummm en temps normal j'aurais refusé car j'ai encore beaucoup de travail mais je viens de sortir d’une très pénible et éprouvante séance d'entraînement je pense que prendre un peu de temps pour souffler ne me ferait pas de mal dit-elle avec un léger sourire presque malicieux
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
Maître d'arme du Fléau
avatar
Messages : 68

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
192/192  (192/192)
Cosmos Cosmos:
197/197  (197/197)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Sam 28 Juil 2018 - 18:32

Plus Astéria se rapproche, moins j'ai froid, c'est indéniable, mais je ne suis pas sûre que ce soit pour les bonnes raisons. D’aussi près, je peux entendre la respiration de la reine, ressentir chaque mouvement de son corps. Cette proximité, le simple fait de pouvoir l’entendre, la toucher, provoque en moi une chaleur douce et agréable, chose à laquelle je ne suis absolument pas habituée. Mais ce qu'il y a de fascinant chez la Cardinale, n'est pas seulement son physique, mais aussi son histoire. Absolument tout chez elle m'attire, comme un papillon de nuit attirer par la lumière de la Lune. Je n'ai que de brève connaissance sur le mythe des amazones, je ne sais que rien d'autre, que se sont de fière guerrière, levant des temples à la gloire d'Arès et à Artémis ! Tant de questions se bousculent dans mon esprit, moi, la sorcière qui a connu durant mes jeunes années de formations à la sorcellerie, une certaine aristocratie. Être en présence d'une reine, et pas des moindres, celle de toutes les amazones, éveille en moi, une myriade de tant de questionnement, que je suis incapable de couper la parole à la Berzeker. Puis, croisant mes bras, et frottant le bas de mon menton avec ma main, je fixe quelques secondes Astéria de haut en bas, pour revenir plus doucement sur son visage, détaillant chaque parcelle de son corps avec attention.

Malheureusement, mes connaissances se limitent à peu de chose concernant le mythe des Amazones. Je sais que trois reines des Amazones furent célèbres, Marpessa, Lampado et Hippolyté pour s'être emparée d'une grande partie de l'Asie Mineure et de la Syrie et fondèrent les villes d'Ephèse, de Smyrne, de Cyrène et de Myrina. Par ailleurs, j'ai entendu parler de certaines batailles célèbres. Mais je ne connais absolument pas Euphoria.

Faisant tomber mon bras le long de mon buste, je détourne mon visage, pour fixer le paysage sans but précis. Non, as tout à fait, puisque balayant les alentours d'un bref mouvement de regard, je m'assure qu'aucuns invitées viennent s’immiscer dans notre entrevue. Rare sont les soldats d'Arès à être aussi intéressante qu'Astéria. Et loin de feindre mon intérêt, je  fais preuve d'une curiosité mesurée, tentant de ne pas trop faire subir un interrogatoire à la reine, même si je peux certainement passer une journée entière à la questionner sur ce qu'elle est, le passé des Amazones et à l'écouter en parler dans ses moindres détails. Puisque le peu évoquer par Astéria me captive, et m'assurant de lui offrir ma bienveillante compagnie je la regarde de nouveau, tandis que nous sommes toujours aussi proches.

Vous me voyez ravie de me savoir, en compagnie d'une reine. Je pourrais parler avec vous durant des heures, mais j'ai bien peur de vous importuner par autant d'insuffisance de ma part,sur le sujet des Amazones. Puisque avant d'être une Berzeker, j'ai été et je me considère toujours comme étant une sorcière, et tout au long d'un apprentissage de plusieurs décennie. J'ai acquis des connaissances complexes sur la sorcellerie. Si bien que je me suis acquise d'une fausse immortalité. Puisque je me suis moi-même, jeter un sort puissant qui me confère seulement une immunité à l'âge et à la maladie.

Lui souriant malicieusement, je me rapproche d'elle, pour lui tenir ses mains. Un silence s'installe pendant lequel, mon énergie se repend de moi à elle. Auréoler d'un voile de Cosmos de couleur verte, une douce chaleur se répand sur l'ensemble du corps d'Astéria. Ses rares blessures superficielles se voient peu à peu effacer, comme guéri par le sort que je lui octroie. Puis, ce sentiment de fatigue se voit dissiper, par un nouveau regain d'endurance. Puis, observant sa réaction, je détache l'une de mes mains, pour la lui glisser dans sa longue chevelure brune. Et tandis qu'un frisson parcourt l'ensemble de mon corps, je me penche sur ses lèvres, pour lui offrir un baiser. Et si ma main droite s'est perdue dans les cheveux d'Astéria, mon bras gauche vint s'enrouler autour de sa taille délicate, pressant nos corps l'un contre l'autre. Et pendant que mon Cosmos s’éteint rapidement, faisant disparaitre mon aura verdâtre. Son corps contre le mien ainsi que la douce mélodie de sa voix allume un feu incontrôlable, un véritable brasier, au creux de mes hanches ! Bien vite, la saveur de ses lèvres et de ma langue qui taquine sensuellement la sienne en un baiser fougueux. Je ressens ce feu incontrôlable prendre de l’ampleur, faisant se tordre mon ventre et décoller des nuées de papillons, et un grognement s’échappe d’entre mes lèvres, lorsque celle-ci, finit par se détacher des siennes.

Mon talent de sorcière ne se limite pas à ce sort de guérison, mais j'ai d'autres talents à vous montrer. Peut-être seriez-vous prête à me suivre pour que je puisse vous les montrer dans un endroit plus intime ? En attendant ....

Je me détache délibérément d'Astéria, pour m'y éloigner suffisamment. Puis, m'adossant de tout mon dos sur un pan de roche. Je caresse mes avant-bras, avant de joindre mes mains pour répondre d'une voix feutrée.

Je veux vous connaitre. Totalement. Il me sied guère que vous soyez mauvaise professeur, puisque j'ai la conviction la plus intime et profonde. Que je peux apprendre plus que de raison avec vous Astéria.

Détachant mes mains l'une de l'autre, je finis par croiser mes bras, pour laisser planer délibérément un silence fugace.

Loin de moi l'idée de me restreindre à un apprentissage martial et strictement militaire en votre compagnie. Et peut-être qu'en échange d'un apprentissage de la sorcellerie, je pourrais apprendre certaines de vos compétences .

Au cœur des échanges banals, nous nous jaugeons subtilement, tentant de se faire une première idée de notre interlocuteur respectif. Et hormis cet aparté où j'ai délibérément amorçai une approche plus que cavalière avec Astéria. Je poursuis d'une voix plus forte.

Devrions-nous à présent supplanter le tutoiement plutôt que le vouvoiement à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Astëria
Cardinal des Flammes
avatar
Messages : 10


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Lun 6 Aoû 2018 - 22:34

Morrigan avait une beauté envoûtante elle ne pouvait le nier même si elle tâchait pour le moment de ne rien laisser paraître afin de reste un minimum « professionnelle ». Cependant aussi amicale soit elle, son visage se ferma à la mention d’Hippolyte sa mère adoptive qu’elle avait tuée de ses mains de façon involontaire …. Ayant fait l’Object d’une terrible malédiction qu’elle n’avait pu vaincre qu’au prix de terribles sacrifices …. Son poing se crispa alors qu’elle baissa le regard sans rien dire tandis qu’elle essayait de maîtriser ses émotions au plus profond de son âme.

- L’immortalité peut être parfois un fardeau difficile à supporter …. Dit-elle plus sombrement en guise de simple réponse.

Astëria ne s’attendait pas à ce contact et encore moins à ce que le cosmos de Morrgian passe en elle … encore plongé dans ses sombres pensées elle eut un mouvement de recule léger alors que son cosmos couleur de feu l’enveloppa pour repousser celui de la sorcière a peine l’avait t-elle ressentit. Cependant elle se calma au contact de la caresse de la Berserker. Elle avait compris depuis un moment ou cette femme voulait en venir et lui aurait tout de suite fait part de son refus si l’idée ne lui disait rien cependant, comme pour se faire pardonner de son geste un peu maladroit elle posa rapidement ses mains au niveau des hanches de Morrigan pour l’attirer fermement contre elle. Elle partagea alors un baiser des plus langoureux et des plus ardents. Et alors qu’elle se détachait de l’amazone cette dernière ne la laisse pas trop s’en aller et vint se coller prêt d’elle une fois qu’elle s’adossa au rocher en passant délicatement ses lèvres sur son coup lâchant quelques baisers enflammés de désir.

- J’espère que ce n’est pas trop loin … ce n’est pas sage de faire attendre une reine dit-elle avec un ton légèrement ironique cependant hum …dit-elle en se reculant légèrement, ai-je l’air d’un vulgaire marchand ? Si je dois donner quelque chose je le donne volontiers, qu’il s’agisse de mon affection ou de… la mort dit-elle plus sombrement avant de laisser un long silence s’installer. J’essaie d’instiller une discipline de fer aux soldats du seigneur Arès et le respect de leurs supérieurs ; cependant avec les berserkers je suis bien plus tolérante mais il y a des limites … alors n’oublie pas quelle est ta place Morrigan, dit-elle en se fermant un peu plus alors que son cosmos sans apparaître physiquement semblait réchauffer l’air déjà fort suffoquant alors que son regard se faisait plus dur et soutenu.
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Berserker de la Mort
avatar
Messages : 15


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
140/140  (140/140)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Mer 8 Aoû 2018 - 18:58

Après son départ de la fosse des calamités, Morgane traversa rapidement le désert de feu, dans lequel elle ne croisa que quelques serviteurs occupés eux aussi à faire la traversée. Elle n'avait rencontré aucun Berserker sur le chemin, ce qui l'étonnait de moins en moins à mesure parcourait le temple. Peu d'entre eux étaient revenus, peu de dieux, peu de Berserkers, peu de serviteurs. Le domaine était actif, mais il était très loin d'être au sommet de sa gloire. Il y avait encore beaucoup de choses à faire pour rendre à cet endroit sa splendeur d'antan. Elle n'aimait pas l'idée que le Seigneur Arès puisse vivre dans un palace qui ne soit pas à sa mesure. Le dieu de la guerre devait vivre dans un palais qui puisse égaler l'Olympe, une véritable merveille d'architecture militaire montrant toute sa splendeur. On était encore très loin du compte.

En approchant du brasier des flammes, elle sentit très distinctement deux cosmos. Deux énergies très différentes l'une de l'autre et très loin de leur plein potentiel. Peut-être des cardinaux ou des maîtres d'armes, cela expliquerait cette impression étrange de puissance retenue, comme deux volcans sur le point d'exploser. Elle aurait préféré rencontrer les dieux mais qu'importe, ces deux-là se battraient probablement à ses côtés à un moment ou à un autre, alors autant les rencontrer maintenant. Elle avança quelques minutes dans le domaine en suivant ces deux énergies. Elle n'avait pas elle-même déployé son cosmos, ne voyant pas l'intérêt d'annoncer sa présence.

En arrivant, la première chose qu'elle vit fut deux femmes en train de s'échanger un langoureux baiser. Une bien étrange vision pour cette jeune femme qui ne s'intéressait guère aux choses de la vie. Lorsque le premier Berserker de la Mort l'avait remodelé pour faire d'elle une serviteur Arès, il s'était assuré de la débarrasser de tout les besoins charnels qui pourraient la déranger dans sa mission. Ce n'est pas qu'elle ne pouvait pas aimer ou désirer, mais plutôt que ce genre de choses la laissait de marbre, ne lui faisant pas le moindre effet et ne lui procurait strictement aucun plaisir. Pour elle, les plaisirs de la chair étaient une considération secondaire. Au mieux, un passe-temps qui, pour elle, ne correspondait pas vraiment à la vision qu'elle se faisait d'un Berserker. Mais elle était peu à peu en train de découvrir que sa propre vision des choses était assez loin de la réalité. Elle se rendait compte qu'elle était un cas particulier.

L'une des femmes se détacha de l'autre, qui toutefois ne la laissa pas complètement partir, puis elles continuèrent un peu à discuter. La jeune femme se demanda si elle trouverait l'occasion d'annoncer sa présence. Toutefois, l'échange se termina assez froidement et l'une d'entre elle intensifia un peu son cosmos, devenu d'un seul coup un peu plus hostile, sans paraître prête à combattre. Elle n'avait pas d'aura visible, mais on sentait pourtant la chaleur monter sous l'effet de son énergie. Morgane pouvait clairement sentir que ce n'était qu'un fragment du cosmos de cette femme. L'air devait être irrespirable lorsqu'elle déployait sa pleine puissance. Malgré tout, la jeune femme serait confrontée à bien pire aux côtés du Seigneur Arès, elle ne pouvait pas se laisser impressionner par aussi peu.

Morgane s'approcha. Elle portait son armure de Berserker, un ensemble complet d'un blanc pâle sur lequel ne brillait aucun reflet, donnant au tout une allure des plus sinistres. La seule partie sombre était le crâne noir au milieu de son diadème, véritable contraste avec sa peau et ses cheveux eux aussi très pâle. Le cliquetis de son armure fut immédiatement entendu par les deux femmes. Seraient-elles dérangés par son arrivée ? C'était trop tard pour s'en soucier. Toutefois, elle ne pouvait pas arriver ainsi sans même se présenter, c'était la moindre des choses. Comprenant qu'elle se trouvait face à des guerrières au rang plus important que le sien, elle s'arrêta et s'inclina pour les saluer.


"Je suis Morgane, la Cavalière Pâle, Berserker de la Mort, à votre service."

Elle se redressa et regarda d'un peu plus près ces deux femmes. Toutes deux très jolies, mais la beauté ne servait à rien sur le domaine du dieu de la guerre. Encore que, Arès était le compagnon d'Aphrodite, et si la beauté comptait pour lui alors elle compterait d'une manière ou d'une autre pour Morgane, même si la jeune femme ne savait pas vraiment pourquoi. D'ailleurs, était-elle jolie ? Elle ne s'était jamais posée la question. Elle resta quelques instants sur cette idée puis la balaya de ses pensées. Quelle importance ? Seul les désirs d'Arès était vraiment important. Le reste était secondaire.

Toutefois, la jeune femme se demanda comment ses deux nouvelles interlocutrices réagiraient à son arrivée. Peut-être qu'elles allaient se présenter elles aussi, peut-être qu'elles seraient dérangés par cette intrusion un peu soudaine pendant un moment d'une certaine intimité. Ce n'était pas vraiment important à ses yeux, mais elle espérait obtenir quelque chose de ce premier contact. Au moins assez pour se faire une idée sur ces deux Berserkers, essayer de comprendre un peu ses compagnons d'armes. Après tout, elle partagerait le champ de bataille avec ces femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
Maître d'arme du Fléau
avatar
Messages : 68

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
192/192  (192/192)
Cosmos Cosmos:
197/197  (197/197)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   Dim 12 Aoû 2018 - 21:15

Je me doutais qu'Astéria allait me repousser, mais il me fallait tenter l’impensable. Ô, bien qu'elle ne m'est pas repousser physiquement, son simple avertissement oral me suffit à me stopper dans de nouvelles initiatives. J'aurais d'autres occasions, je le sais. Me terrant dans un silence quasi religieux, une nouvelle présence, perçue tout d'abord par un cliquetis. Me tourne vers la source de bruit. J'émet un léger sourire à l'arrivée discrète du nouveau Berzeker qui ne tarde pas à décliner son identité. Et parmi le maelstrom de régiments parmi l'armée d'Arès, il me fallait être certaine, ou Morgane est affectée. Alors, bras croisée., je me turne vers elle, le sourire timide, je m'exclame d'une voix claire.

Quelle magnifique surprise. J'ai croisé le Cardinal de la Calamité il a peu, et me voilà, face à une Berzeker d'une tout autre nature./size]

[size=16]Décroisant les bras, j'incline mon buste en avant, tout en tirant une forme de salutation à l'égard de la nouvelle venue. Puis, tout en me redressant, je m'exprime sur un ton plus ferme.

Je suis Morrigane, et je suis la maître d'arme du fléau. Je viens de faire connaissance avec une autre Cardinale que voici, et je ne connais pas les relations diplomatiques qu'entretien le dieu de la guerre et ses enfants. Bien qu'Arès est des goûts prononcer pour les conflits, nous ne sommes pas en guerre actuellement, ni dans d'éventuels préparatifs. Mais peut-être que vos intérêts respectifs pourront se joindre à mes intérêts ...

Le soleil est chaud, et le sable sec du désert s'envole en de petits nuages sous les rares bourrasques de vent. Laissant comme planer volontairement un calme et un silence volontaire, je recroise mes bras, tandis que mon épaule vient épouser un pan de roche. Je m'exclame en direction d'Astéria.

Je suis immortelle, à ma façon, car avant d'être une Berzeker, je suis une sorcière et je me suis jeté un sort de fausse immortalité. Je ne crains pas la mort par la maladie ni la vieillesse. Mais quiconque peu me tuer par des voies on ne peu plus simple. Je peux donc comprendre ton point de vue Astéria, même si je n'ai jamais eût de tel pensée pour mon immortalité. Je suis actuellement âge de plus de 200 ans. J'ai arpenté le vieux continent et j'ai connu les pire facettes de l'humanité. Alors ma place, je la connais, elle sera jamais parmi mes anciens bourreaux.

Me murant dans un silence mortuaire, je fixe quelques instant la Cardinale, avant de me rabattre sur Morgane.

Je parie que ton parcours est moins atypique Berzeker, me tromperais-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une étincelle suffit.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une étincelle suffit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ça suffit.
» Il suffit d'un rien pour être heureux [pour élèves]
» Parfois il suffit d'une seul personne pour changer ta vie : Kaley A.Wilson (je pense avoir finit)
» NOAM ++ Il ne suffit pas de se mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq.
» Elias | Il ne suffit pas d'exister, il faut vivre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: Le brasier des flammes-