Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mer 13 Juin 2018 - 23:50

Le livre de Mû.


Description : Selon certaines rumeurs, un riche marchand vénitien aurait récemment acquis au marché noir, un ouvrage inestimable écrit de la main des derniers survivants de la civilisation de Mû, avant qu'elle ne s'éteigne. Ce livre a sa place dans la bibliothèque du Sanctuaire, et non dans une collection privée !  
Nombre de chevaliers recommandés : 1-2

Participants : Angèle / Griever

Délai maximum de réussite : 1 moi
s

Par Athéna, ce fut la première pensée, lorsqu’Angèle aperçu la ville de loin. Une citée sur l’eau, avec des vas et vient de tous les côtés. Aussi bien sur l’eau que par la terre. Il semblait y avoir autant de bateaux que de maison dans la ville. Arrivé par la mer, Angèle était surprise de la beauté de cette ville. L’eau et la terre ensemble.

Débarquant au port, la jeune femme ré ajusta sa cape pour cacher ces formes et essayer de passer inaperçu. Heureusement pour elle, il était en plein carnaval, donc les tenues extraverties se croisaient à chaque coin de rue. Marchant dans la rue et le nez dans un livre, la jeune femme savait ou allez, on lui avait donné une adresse et un plan. Concentré sur sa mission, elle se demandait comment elle allait aborder la chose.

Arrivant dans un quartier moins luxueux et plus sombre que le reste de la ville, elle arriva enfin à sa destination. Entrant dans une boutique, une librairie à la façade noire, les vitres n’avaient pas été nettoyées depuis longtemps. Est-elle vraiment ouverte ?
Avec assurance, elle tira sur la poignée, et elle fut étonnée que celle-ci ne s’effondre pas sur sa force. L’endroit était totalement sombre, il y avait peu de lumière naturelle.  Au fond se tenait un homme avachit derrière un comptoir, quelques étagères, avec des livres bien évidemment. Un coup d’œil rapide, donnait l’impression qu’ils allaient tous tomber en poussière.
Il me semblait avoir aucun danger ici. Sauf cet homme à l’aspect lugubre. Bref, pas de temps à perdre. Plus vite cette mission sera finit plus vite, elle pourrait profiter du temps restant pour visiter la ville.

J’ai besoin d’un renseignement, un homme est venu vous acheter un livre ancien, au sujet du contient de Mu.

Le regard méfiant, l’homme se montra plus réactif quand Angèle sorti une pièce d’or.  Elle obtient une réponse rapidement, elle ajouta une deuxième pièce d’or pour avoir plus de renseignement sur cet homme. Quelle chance pour elle, il organisait un bal masqué ce soir. Et rentré dans une maison était très simple lorsqu’on vole. Lorsqu’elle sortit de la boutique, elle tomba nez à nez avec….



----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une


Dernière édition par Angèle le Ven 15 Juin 2018 - 17:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Jeu 14 Juin 2018 - 21:01

Tellement de choses à faire... et si peu de volonté. Alors qu'il continue à marcher lentement dans les rues de Venise, notant à peine la fête autour de lui. Heureusement que c'est Carnaval tiens... une fête dont il connaît mal la finalité et dont il se moque complètement au final. Cela dit, ça le sert bien. Personne ne fait attention à son énorme cape à capuchon noire et à son masque de chevalier féminin. Juste un déguisement de plus au milieu des autres. Une ombre glissant sur les pavés et semblant hors d'atteinte de la musique entraînante et des bruits de fête. Pourquoi et ce qu'il a pris cette décision au final ? Peut être pour tester ses capacités en tant que chasseur ? Toujours est-il que moins de deux jours après son retour de l'île et avoir été pardonné par Athéna, il se retrouve en Italie, au beau milieu de la période la plus festive du pays... et dans une ville dont il ne connait que peu de choses. Bien sur, il n'est pas non plus indifférent aux charmes de la cité, loin s'en faut. En fait, la première chose qu'il s'est dite en arrivant dans la lagune était que l'endroit était magnifique. Une rencontre entre l'eau, la terre et naturellement les humains. Avec en plus le soleil tapant directement sur la mer et le grand nombre de bateaux de diverses tailles, les eaux scintillantes étaient vraiment magnifiques... il aurait été de meilleure humeur si seulement son regard n'avait pas accroché une certaine petite île au large... et ses sens, affinés par l'enfer de l'Île de la Reine Morte n'avaient pas accrochée l'horrible aura de corruption et de désespoir qui en émanait. Poveglia... Il a vaguement entendu parler de l'île, symbole de la pire épidémie ayant frappée le monde. Un lieu ou des milliers de vies prirent fin dans l'horreur et la souffrance. Et même maintenant, alors que les âmes des malheureux sont au royaume d'Hadès, il peut encore ressentir l'horreur de leurs derniers instants et de leur isolation. Venise n'est au final pas si différente des autres villes au monde. Un faste et une ambiance magnifique, mais côtoyant hélas quelque chose de beaucoup plus sinistre.

****C'est toujours pareil... C'est fou à quel point les humains sont doués pour créer des choses magnifiques, pour le seul plaisir de les corrompre ou de les détruire ensuite.****

Une pensé qui résonne avec force dans son esprit tandis qu'il continue à se déplacer, laissant ses sens le guider. Le cosmos qu'il ressent est... étrange. doux et calme, mais avec un arrière "goût" de puissance. Une puissance démesurée, comme il sied à un chevalier d'or. Naturellement, cette aura est cachée. Lui-même ne la sent que très peu et est forcé de se concentrer pour pouvoir la suivre. A tel point qu'il se concentre exclusivement là dessus pour le moment, oubliant ainsi la sensation ressentie dans la lagune. Cela ne l'empêche cependant pas de garder un oeil sur ce qui l'entoure... si bien qu'il se rend rapidement compte que la "cible" se dirige vers les quartiers les moins "brillants" de la ville, chose qui lui arrache une grimace. Après son séjour sur les docks en Angleterre, ce genre d'endroits fait probablement partie de la très courte liste des zones qu'il préférerait éviter. Bien sur, il est complètement caché par sa tenue. Personne ne peut poser les yeux sur lui ce qui, au moins, lui évitera de revoir cet "intérêt" qu'il a déjà entrevu dans le regard des marins ce jour là. Intérêt qui continue à le faire frisonner. Il ne comprend toujours pas comment quiconque peut bien le prendre pour une fille même s'il se contente de hausser les épaules avant de commencer à bouger.

****Au moins, dans cette tenue, j'ai plus rien à craindre. On risque pas de me prendre pour une fille, faute de pouvoir me voir clairement.****

Cela ne l'empêche cependant pas de rester sur ses gardes alors qu'il se déplace dans la rue sombre.Il ne voit ou n'entend personne, mais même s'il sait qu'il peut aisément se défendre contre un civil, cela ne l'empêche pas de frisonner légèrement. Finalement, il arrive devant ce qui semble être une vieille boutique fermée depuis longtemps. Une boutique aux vitres si sales qu'elles semblent ne plus avoir été lavées depuis des années. Cependant, il sent la présence du cosmos de sa "cible" derrière la porte... ainsi qu'une présence faible, mais horriblement froide et sinistre qui lui fait froid dans le dos. Pour se donner une contenance, il s'appuie sur le mur en face de la porte, croisant les bras sous l'énorme manteau noir (qui cache également l'armure d'Orion qu'il porte en dessous) après avoir tout de même vérifié que son masque cache totalement son visage.

****Je comprend pas pourquoi on m'a ordonné de rejoindre cette femme ici. Pour une simple mission de récupération, une sainte dorée suffit largement. D'accord, je suis peut être plus fort qu'avant, mais surement pas au point de me rendre utile pour une guerrière de cette force !****

Un test peut être ? Après tout, même s'il est partit pour devenir plus fort et avec toutes les intentions de revenir, il n'en reste pas moins un déserteur. Athéna lui a peut être pardonnée sa faute, mais il se doute que certains chevaliers ne sont pas du même avis... A plus forte raison vu le nombre de morts qu'il y a eu en son absence, idée qui lui vrille le coeur d'ailleurs. Mais la disparition de Kaour, le fait qu'il ait mutilé son adversaire par manque de contrôle sur ses pouvoirs et... sa nouvelle crainte des adultes, ça en était juste... trop. En tous cas, il se souvient de ce message, reçu pendant une cession de méditation. Un ordre, lui indiquant de se rendre rapidement à Venise afin de participer à la récupération d'un livre écrit par un ancien membre de la civilisation Mulienne. Il est sur qu'un tel trésor doit être rendu au sanctuaire et y rester. Pas croupir et prendre la poussière dans une collection privée ! Mais envoyer un saint de bronze rentrant en plus d'un entraînement non autorisé ? Peut être que c'est à la fois un test... et une chance de prouver ses nouvelles capacités, en particulier en traque et en furtivité. Finalement, sa "cible" sort de la boutique et Griever ne peut que lever un sourcil en voyant la tenue très semblable à la sienne... Sauf le masque.La jeune femme s'immobilise en le voyant, mais lui-même ne bronche pas... en tous cas en apparence. Car l'aura qu'il ressent est écrasante désormais, sans pour autant être douloureuse.

"Kaliméra Despoina Angèle... (bonjour Maîtresse)"

Parler Grec ancien a toujours quelque chose d'étrange, surtout quand il le fait avec quiconque d'autre qu'Athéna. Le fait avec Kaour et maître Cura lui plaisait aussi, mais maintenant... enfin, peu importe : il se contente de soupirer avant de détourner la tête. Bien sur inconsciemment, il sait qu'il devrait enlever son masque pour se présenter, mais... la culpabilité pour son absence est toujours écrasante... sans compter sa crainte des grandes personnes. Être une ombre lui correspond mieux. Le comble pour un être dont l'élément est la lumière. S'arrachant au mur, il reste cependant à distance, des fois

"Je suis Griever... C-chevalier de bronze d'Orion. Le s-sanctuaire m'a ordonné de v-vous épauler pour... la récupération du l-livre."

Peu importe s'il ne comprend pas les raisons d'une telle demande. c'est un ordre... et après la faute qu'il a faite, désobéir serait stupide... Bien qu'il continue à cacher son visage sous sa capuche et on masque, il remonte légèrement la manche droite du manteau, montrant le gantelet d'Orion en dessous, juste comme "preuve"... au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Ven 15 Juin 2018 - 17:01

Un enfant… c’était un enfant. Angèle se retrouva stoppée dans son élan. Certes son grec ancien était parfait. Mais il est si jeune. Depuis quand devait elle jouer le rôle de baby-sitter. Enfin, il avait une armure, symbole qu’il était digne de protégé la déesse Athéna. Elle le salua de la tête, grimaçant à l’énonciation du mot maitresse. Malheureusement son grec ancien était un peu rouillé, elle ne dit rien.
L’invita à le suivre, elle continua à s’enfoncé dans les rues de Venise, retourna vers les quartiers plus luxueux. Arrivée devant une boutique de costume, elle entra sans un mot. Elle échangea quelques mots avec le gérant de la boutique, au bout de quelques minutes, la boutique fut vide. Angèle enleva sa capuche et allait fermer la porte.

Bien ici, nous pourrions discuter sans problème. Le propriétaire est un allié du sanctuaire. Installe-toi et prenons cinq minutes pour discuter.


Autour d’une table, le thé était servi avec quelques pâtisseries.

Bien ce soir le marchant donne une réception, une des plus grandes de la ville. Tu es jeune, tu fais très jeune, je comprends pourquoi le sanctuaire t’a envoyé ici. Tu peux passer inaperçu. Je suis en capacité de nous faire entrainer, j’attirais l’attention et pendant ce temps, tu peux te faufiler dans les appartements privés. Ta petite taille est un atout.

Elle lui donna un livre ouvert à une page précise, c’était une représentation de la couverture du Livre de Mu. Elle continua  à lui donner des détails, il fallait qu’elle présente comme une très lointaine princesse de Grèce venu en vacances ici. Il jouera le rôle d’un simple servant, l’accompagna. Son Grec était un atout. Il ne fallait qu’il ne parle que dans cette langue pour donner le change. D’ailleurs il avait un peu de temps pour qu’il lui rappelle les bases et lui donne le change. Dans quelques heures, il aurait aussi le plan de la maison ou du moins les parties qui les intéressent. Il faudra qu’ils les mémorisent, ils ne peuvent se  permettre d’avoir des documents compromettant.

Si on t’attrape, tu pourras toujours jouer la carte de l’enfant perdu. Si nous avons des documents sur nous, on Fait en sorte à ce moment-là de revenir vers moi, on trouvera un autre angle pour que tu puisses retourner la bas.

Joué la comédie n’était pas son fort, mais le cosmos l’aidait d’une certaine manière. En dégageant une aura hypnotique. Et elle avait un atout de taille, vu que le but était d’être déguisé, la jeune femme allait opter pour une robe noir mais particulièrement transparente et vulgaire. Il fallait jouer le rôle d’une princesse un peu exubérante et choquer les codes de la société.

Trouve toi, un vêtement, quelques chose ou tu te sens à l’aise avec ton armure. Tu peux garder ton masque, il correspond bien à la situation.

D’un geste de la main, Angèle transféra la boucle de sa cape sur sa robe, une boucle représentant un sagittaire, le réceptacle de son armure. Elle avait réussi à éviter les cloth box. Ainsi, elle pouvait se déplacer sans avoir à cacher son armure. Il était bientôt l'heure. Angèle attrapa les magnifiques invitations et les glissa dans son petit sac.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Sam 16 Juin 2018 - 1:37

Naturellement que la jeune femme ne 'attendait pas à le voir. cela dit, c'est surtout sa taille et sa voix qui semblent la surprendre le plus. Ce simple fait lui fait légèrement baisser la tête, même s'il n'est pas surpris. Il est beaucoup de choses, mais il n'est pas non plus naïf ou idiot : il sait que son corps grandit lentement et que même s'il est proche à la moitié de sa douzième année, il fait beaucoup plus jeune. Mais bon, au moins, en voyant son gantelet, la légère réprobation qu'il pouvait voir sur le visage de la jeune femme disparaît. En tous cas, en partie. Apparemment, être appelée "maîtresse" semble lui avoir déplu, chose qu'il note dans un recoin de son esprit. Le problème, c'est que vue la différence de grade... il voit pas vraiment comment il devrait l'appeler à part ça. Enfin, peu importe : Angèle finit par le saluer légèrement de la tête, chose à laquelle il répond de la même manière, puis lui fait signe de la suivre. En dépit d'une légère hésitation, il se contente d'obéir tous deux quittant la ruelle pour finalement retourner dans les quartiers plus luxueux de la ville. En dépit de ses reproches passés, Griever ne peut pas s'empêcher d'admirer l'architecture qui l'entoure, bien qu'il ne puisse pas s'empêcher de noter une chose en particulier :

****C'est magnifique... mais... je sais pas, il manque quelque chose. Je préfère de loin l'architecture du Sanctuaire. faudrait aussi que je retourne à Athènes un jour, voir s'il y a quelque chose à retrouver sur l'acropole...****

En fait, il vient à peine d'arriver et le charme du Sanctuaire ainsi que celui beaucoup plus épuré de Rodorio lui manquent déjà. Cette ville est magnifique, oui, mais... elle lui retourne légèrement le coeur. Rodorio et le Sanctuaire étaient certes humbles, d'une certaine manière, mais il n'a jamais pu y sentir de ténèbres véritables, en dehors des incursions de quelques ennemis. Venise en revanche... non seulement il vient juste de quitter l'envers d'un magnifique décor, mais il peut encore sentir la corruption émaner de certains endroits. En bref, un mensonge... juste magnifiquement déguisé, chose qui le fait se renfrogner légèrement derrière le col de son manteau. Finalement, lui et la guerrière arrivent enfin à leur objectif : une boutique de costumes ? Il ne qu'hausser les yeux devant ce bâtiment. Mais sa surprise disparaît vite lorsqu'il se rend compte de quelque chose d'intéressant : ses sens accrochent une impression étrangement familière venant de cet endroit. et il comprend vite ce que c'est lorsqu'il entre avec la jeune femme, cette dernière se dirigeant vers le gérant. Moins de cinq minutes plus tard, tous les clients ont disparus, les laissant seuls avant que la guerrière ne l'invite à s’asseoir à une table dans l'arrière boutique. Au moins, il comprend désormais pourquoi ils sont là : le commerçant est apparemment l'un des multiples alliés du Sanctuaire. Une douce odeur lui arrive aux narines, suivie de près par la venue d'un plateau de thé et de quelques pâtisseries. Son ventre commence à gronder ce qui lui rappelle qu'il n'a rien mangé depuis la veille, même s'il ne bronche pas.

****D'abord le travail****

Cela dit, Angèle semble ne ps se faire prier pour se mettre à manger, si bien que Griever grimace un moment, se rappelant que son masque est toujours sur son visage. Bien sur, il pourrait se contenter de le retirer : après tout, il sait qu'il est sécurité et que la sainte a clairement autre chose à faire qu'à le regarder... et encore moins avec de mauvaises intentions, mais... Une partie de lui craint de se montrer, en particulier à cause de son erreur, toujours présente dans son esprit. Cela dit, il a faim... si bien qu'il se décide pour un compromis, se contentant d'abaisser légèrement sa capuche pour qu'elle cache complètement le haut de son visage et provoque un voile d'ombre sur le bas, avant de retirer le masque et de le poser sur la table pour manger. La jeune femme recommence à parler, lui indiquant que l'homme possédant le livre donne une fête chez lui et qu'elle est en mesure de les faire entrer. Cependant, ce qu'elle rajoute ensuite lui donne une nouvelle perspective sur la raison de sa présence et il ne peut pas s'empêcher de baisser la tête en se traitant mentalement d'idiot. Bien sur... sa taille et son âge. Griever sait qu'il est de loin le chevalier le plus jeune (et le plus petit) du Sanctuaire. Cette caractéristique liée à ses capacités de chasseur font qu'il est effectivement doué dans divers domaines... allant de la simple furtivité à la traque en passant par l'intrusion. En temps normal, il se sentirait coupable d'utiliser de tels talents pour s'introduire chez quelqu'un, surtout en vue de voler quelque chose ! Mais le trésor qu'il doit voler est inestimable, peu importe où on se place. Et non seulement son possesseur est incapable de comprendre sa vraie valeur, mais pire que tout, il est incapable de lui donner la place qu'il mérite. Donc, sa culpabilité n'est pas vraiment élevée...

"Je vois... C'est vrai que ça, p-plus mon entraînement sur... enfin... Bref, je suis doué pour passer inaperçu. Je devrais p-pouvoir faire se travail facilement."

Par la suite, la dorée lui montre un livre ouvert à une date précise, avec en plus une image représentant la couverture du livre dont il doit s'emparer. Griever regarde l'ouvrage attentivement, essayant de mémoriser chaque détail tandis que la jeune poursuit, lui expliquant son plan. Qu'elle se fasse passer pour une aristocrate grecque est une idée intéressante et bien qu'il tique légèrement à l'idée d'apparaître comme un servant, il ne bronche pas plus que ça. Non pas qu'il soit agacé par vanité ou autre. C'est juste que vu son âge et la manière dont Angèle regarde certaines robes... Il est pratiquement sur que BEAUCOUP des gens présents vont se faire des idées. Bon, au moins, il aura le droit de garder son masque, sa supérieure allant jusqu'à le lui recommander. Mais quand elle lui dit qu'il pourra user de son apparence pour se sortir d'affaire s'il se fait attraper... Il ne peut pas s'empêcher de relever légèrement la tête, montrant une partie de son visage. D'une certaine manière, elle a raison. Il a beau être devenu chevalier, beaucoup continuent à le sous estimer et à le voir comme un simple enfant. Pour le meilleur... mais aussi pour le pire. avalant une gorgée de thé brûlant, puis une pâtisserie, il prend un moment pour réfléchir avant de répondre :

"Je sais pas p-pourquoi, mais... quelque chose me d-dit que ça sera pas si facile. B-bon, je craint pas vraiment des gardes normaux mais... Si notre Ordre a entendu p-parler de ce livre, v-vous croyez pas que... d'autres aussi pourraient faire de m-même ?"

Son entraînement a beau l'avoir débarrassé de son pessimisme, Griever ne peut pas s'empêcher de sentir une légère appréhension. Bien sur, c'est plus une question de prudence que de simple crainte, mais s'il y a bien une chose qu'il a apprise sur l'île, c'est que pour vivre, il y a tout intérêt à avoir un plan pour chaque objectif. Et encore plus de plans pour chaque partie d'une quelconque mission car comme il en a fait l'amère expérience plus d'une fois... même le plan le mieux construit peut s'effondrer comme un stupide château de cartes par simple malchance. Hors, bien que le peuple de Mu soit étroitement lié à Athéna, il en sait assez pour savoir que d'autres Ordres pourraient s'y intéresser également. Après tout, les connaissances Muliennes étaient titanesques... c'est d'ailleurs pour cette raison qu'un simple livre est inestimable. Donc, l'idée qu'un autre groupe, tels que les chevaliers noirs puissent le désirer n'est pas vraiment ridicule... Cela dit, il se contente de terminer sa tasse, puis de regarder autour de lui. Malheureusement, contrairement à la guerrière, il n'a aucun moyen de cacher son armure sans utiliser de boîte de Pandore. Ce qui veut dire qu'il va avoir besoin d'une tenue assez recouvrante, tout en restant sobre. Son manteau noir suffirait en temps normal, mais dans une fête, un énorme manteau noir à capuche et dont le bas tombe en lambeaux risquerait plus de déclencher un léger... mécontentement. Cette idée en tête il acquiesce lorsque la guerrière lui recommande de se changer, puis commence à visiter la boutique dans l'espoir de trouver une tenue suffisamment recouvrante pour cacher à la fois son corps et son armure. D'un autre côté... est ce qu'il a vraiment besoin de son armure pour faire ça ? Une partie de lui se dit que non, mais l'autre, plus prudente se dit qu'en cas d'imprévu, faudra mieux qu'il soit équipé. Une tenue en particulier attire son regard. Très couvrante. Mais le problème... il sent ses joues prendre feu en la voyant et baisse la tête, commençant à tapoter les pointes de ses index, comme toujours quand il est particulièrement gêné. C'est une tenue couvrante, ça oui. Mais le problème, c'est qu'elle est surtout une tenue pour jeune fille. D'un autre côté... Bon sang, pourquoi une stupide mission doit être aussi compliquée ? Sa main droite remonte, abaissant sa capuche pour montrer sa longue chevelure blonde, retirant ensuite son masque. C'est peut être l'occasion de poser une question qui lui trotte dans la tête depuis longtemps déjà... Mais l'idée de la poser à quelqu'un... la seule et unique fois où il a commis l'erreur de la poser à Kaour, le chevalier d'Hercules a faillit s'étouffer de rire et n'a même pas jugé utile de lui répondre, lui indiquant juste qu'il "comprendrait une fois plus grand". Une réponse que beaucoup d'adultes utilisent et qui n'a jamais manqué de le mettre en rogne.

"Euh... Maîtresse Angèle ?"

Pourquoi c'est si difficile de poser une stupide question ?! Tellement de gens lui ont dit qu'il ressemblait à une fille qu'il n'arrive pas à savoir si c'est vrai ou pas. Son propre maître était trop occupé à se moquer de lui pour lui répondre. Finalement, il se contente de secouer la tête, murmurant ensuite :

"N-non, r-rien... Dé... D-désolé."

Mieux vaut continuer à chercher une tenue en terrain moins dangereux.  Cela lui évitera surement BEAUCOUP de gêne !
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Lun 18 Juin 2018 - 20:33

Tout était calme dans la boutique, et cette atmosphère changeait la guerrière. C’était apaisant, est-ce dû à la présence de Griever qui est très jeune. Surement ! Car Angèle essayait de ne pas le brusquer. Parlant peu, elle ne supportait pas que les autres étalent leurs vies ou posent des questions, alors elle s’appliquait ce même traitement. La curiosité n’était pas un de ces défauts. Et puis s’il portait une armure, c’est qu’il l’avait mérité. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures, qu’importe son âge. La sagesse d’Athéna est souvent impénétrable.

Bien sûr que d’autres doivent être au courant, mais nous serons plus rapide, plus fort qu’eux.

Attentive à ces réactions, elle vit sa gêne lorsqu’il observait les robes qu’allait porter Angèle. Par Athéna, il est vrai qu’il y a une différence entre un adulte et un enfant. Pouvait-elle faire autrement ? Passant une cape de velours sur ces épaules pour cacher ses formes et sa nudité à moitié visible.
Lorsqu’il décida enfin de retiré son masque, son regard était bienveillant envers lui, et de tout façon, elle avait été surprise une fois, pas deux. Restant amicale avec un franc sourire, elle dit simplement

Tu as de beaux cheveux.

Un simple sourire pour le rassurer et l’encourager. Il avait de la chance d’avoir ce blond, ces cheveux blancs à coté faisaient très fades.
Et alors qu’il allait lui posé une question, il se referma comme une huitre. L’ange soupira. S’approchant de lui en cherchant un angle d’attaque, la tête baissée vers lui, non, trop enfantin. Un genou à terre pour être à sa hauteur, non plus. Devenant nerveuse, et ne sachant pas comme ci prendre, Angèle saisit l’enfant sous les épaules et le mis sur le bureau. Ainsi, il était à la même hauteur, en égale.
Le ton était ferme mais sans agressivité.

Je me moque de ton âge ou de ta taille, ton sexe, ton origine ou même si tu préfères les chiens ou les chats. J’ai juste besoin de savoir une chose, si tu es digne de confiance ou pas. Alors si tu as des doutes, exprimes-les maintenant. Si tu n’as rien à dire, tu n’as pas intérêt de me lâcher sur cette mission. Alors pose ta question.


Elle se mordit les lèvres, regrettant presque de l’avoir bousculé, mais finalement pas de traitement de faveur, un autre aurait eu le droit aux mêmes remarques.

Et par piété, arrête avec les maitresses, Angèle suffit !

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mar 19 Juin 2018 - 22:56

Apparemment, il n'est pas le seul à penser qu'il y ait des chances que d'autres chevaliers ait entendu parler du livre, même si Angèle semble convaincue qu'ls seront plus "rapides et forts" que leurs ennemis. D'un autre côté, elle n'a pas vraiment tord : les chevaliers noirs sont généralement moins résistants qu'un chevalier normal du à la qualité inférieure de leurs armures. Hadès s'en contrefiche des artéfact Muliens vu qu'il a presque forcément reçues les âmes de ce peuple. Quant aux Asgardiens, il voit mal pourquoi ils pourraient être intéressés par ce genre de choses. donc, il reste les chevaliers noirs, les Berserkers d'Arès et éventuellement les Marinas de Poséidon qui pourraient éventuellement se montrer. Surtout les Marinas en fait, vue la position de la ville. Cependant, il se contente de continuer à chercher un déguisement, du moins jusqu'à ce qu'Angèle ne lui fasse une remarque qui ne manque pas de faire brûler fortement ses joues, provoquant également une lourde sensation de gêne. Il a... de beaux cheveux ? C'est certes pas la première fois qu'on lui fait un compliment, mais...

"O-oh ? M-merci. Je... J'aime b-bien vos yeux aussi..."

Pas seulement au niveau de la couleur, même si elle est loin d'être moche. Non, en fait, ce qu'il aime, c'est la volonté qui brûle dans ces yeux.  Quelque chose de puissant et de dévorant. Quelque chose qu'il aimerait bien posséder, lui aussi, mais qu'il sait qu'il n'aura jamais... pas entièrement en tous cas. La mort de Cura, la disparition de Kaour et son entraînement sur l'île de la mort ont eu beaucoup d'effets différents... Et même s'il est raisonnablement sur de ses capacités et qu'il veut réellement servir sa déesse comme au premier jour... Il sait hélas qu'il aura toujours des doutes. Il n'a cependant pas le temps d'y penser : apparemment, sa question avortée semble avoir troublée la jeune femme, cette dernière arrivant près de lui et le prenant sous les épaules d'une manère qui le pétrifie, du moins jusqu'à ce qu'il se retrouve assis sur une table... à une hauteur suffisante pour regarder la guerrière d'or dans les yeux.

"Que..."

Nul besoin de demander ce qui se passe dans la mesure où la jeune femme répond avant qu'il n'ait pu poser la question. D'après elle, elle se moque de son âge, de son genre ou de ce qu'il aime chez les animaux. Elle lui indique juste qu'elle a besoin de savoir s'il est digne de confiance avant de lui indiquer de poser sa question, ce qui le fait légèrement rougir. C'est juste... si stupide ! Elle lui deande ensuite d'arrêter de l'appeler "maîtresse" et juste de l'appeler par son prénom, même si là, il ne peut que sourire tristement : non seulement appeler les gens par leurs prénoms est difficile pour lui des fois... mais en plus, vu le rôle qu'il va devoir jouer...

"Euh... V-vous savez que je v-vais devoir vous appeler "maîtresse" quand on sera là-bas, hein ? Je s-serais c-censé être votre -servant après t-tout. Et à ma c-connaissance, un s-servant appelle p-pas ses maîtres par leurs prénoms..."

Juste après ça, il ne peut pas s'empêcher de grimacer légèrement : on voit qu'il n'a pas l'habitude de parler avec les gens. C'était certes pas le but, mais avec le recul, il se rend compte que sa réponse était presque insolente, ce qui lui fait baisser la tête. Autant s'expliquer après tout. Si la dorée veut savoir s'il est digne de confiance, au moins, elle le saura.

"Je s-suis désolé. A part notre déesse et maître V-Verana, j'ai plus... p-parlé à personne depuis des mois. Je suis un peu... Rouillé à ce niveau..."

Cela n'empêche cependant pas de devoir poser sa question, même s'il n'arrive pas à vraiment décider comment faire. Comparé à leur mission, c'est tellement... pitoyable. sans compter qu'il garde encore les moqueries de son second maître. Et plus il y réfléchit, plus il se demande pourquoi est ce qu'il devrait douter au final : il est un garçon, c'est tout ce qu'il y a à savoir ! Mais...

"Pour ma question, c'était r-rien d'important. C'était juste... Enfin, disons juste que beaucoup de g-gens disent que... que je ressemble à une fille. M-même mon maître avait l'air d'y croire. Me suis juste... Enfin, j'ai juste envisagé de me d-déguiser un moment. Mais bon...

Il est un chasseur avant tout. Et pour atteindre sa proie, subterfuges, ruses et autres moyens sont éventuellement bons. Bien sur, en combat, il se battra toujours loyalement, mais pour une récupération, rien ne l'empêche d'utiliser le moindre avantage disponible. En fait, d'une certaine manière, il se déguise déjà : son masque est surtout porté par les filles en temps normal... ou en tous cas l'était avant. Maintenant, c'est un simple accessoire qui n'est porté que très rarement et n'a que peu d'utilités en dehors de filtrer l'air... Enfin, peu importe. Après un léger soupir, il descend de la table, recommençant à chercher un déguisement convenable, même s'il commence à se douter qu'il ne pourra pas cacher son armure correctement. Autrement dit...

"C-contrairement à vous, j'ai rien pour cacher m-mon armure. Va peut être f-falloir que je me d-débrouille sans elle."

Après tout... Une armure est censée pouvoir rejoindre son porteur à tous moments si ce dernier en a besoin. Et s'il y a bien une entité dans le monde en laquelle il a toute confiance en dehors de sa déesse, c'est bien sa précieuse armure ! Est ce que c'est son imagination ou est ce que cette dernière semble... étrangement plus chaude d'un coup alors qu'il pense ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mer 20 Juin 2018 - 21:20

Ces yeux, c’est vrai que sa mèche de cheveux cachait celui qui était rouge, l’autre possède se vert si proche d’Athéna, héritage de l’ancienne prêtresse d’Athéna. Jamais Angèle n’oubliera son visage, c’est grâce à elle que sa nouvelle vie avait commencé. Elle soupira, il n’avait pas tort.

Oui tu vas devoir m’appeler Maitresse, mais ce n’est qu’un jeu d’acteur. Penses-tu réellement que je suis à l’aise à montrer mon corps ainsi. Et mettre du maquillage. Si tu savais comme c’est désagréable.

D’ailleurs la poudre commençait à la démangé, mais elle savait qu’elle ne devait pas se gratter ni se frotter les yeux.

Tu n’auras pas besoin de parler beaucoup, fait attention, les aristocrates sont très cruels envers ceux qu’ils pensent leur être inférieur.

Angèle avait imaginé pire comme question, mais est ce que l’enfant se posait des questions sur son identité, il allait bientôt rentrer dans l’adolescence. Quelle était la meilleure réponse à lui donner ? Il n’avait plus beaucoup de temps avant le début du bal. Et elle ne pourrait pas l’aider pour son armure, il lui aurait fallu plusieurs jours au bas mot.

Le costume fait partie de cette mission, tout ne se termine pas en combat. Quand à ta ressemblance avec une fille….

La jeune femme marqua un temps d’arrête, non pour se moquer ou confirmer l’impression du jeune saint d’Orion.

Si tu habilles deux enfants, de la même manière, une fille et un garçon, les gens vont penser que c’est des jumeaux ou des jumelles, cela dépend si tu mets des couleurs que tu mets. Tu n’es pas encore rentré sur le chemin de l’adulte. Mais bientôt ton corps va subir des transformations.

Et là, il était temps de coupé le sujet, cela allait peut être devenir gênant. La jeune femme s’étonnait de son comportement patient et doux envers lui. L’idée d’avoir une famille avec Ashram lui traversa l’esprit, un avenir probable. Depuis combien de temps ne l’avait-elle pas vu. Avait-il toujours des sentiments à son égard ? Son héro !

J’ai connu des hommes aux traits fins aussi beaux que la reines de Saba et des femmes à l’aura aussi virile que masculine. Les autres trouveront toujours à se moquer, ignorer les !

Plus facile à dire qu’à faire, mais l’histoire de l’armure l’a travaillait vraiment. Et il était difficile de le laisser sans défense. Sans rien dire, elle défait sa broche et la donne dans la main de Griever, refermant son poing dessus.

Si besoin, elle te viendra en aide.


Lourd handicape que de combattre sans armure, mais son cosmos était plus puissant. Et puis Angèle ne supporterai pas de l’envoyer en enfers par sa faute. En tant que supérieur, son devoir n’était pas juste de donner des ordres, mais aussi d’aider et de protéger leurs jeunes frères d’armes. Elle lui laissa le temps de choisir son déguisement, retournant vers son maquillage.

_____________________________

La calèche arriva, tiré par deux magnifiques chevaux blancs, une couleur qui détonne dans la nuit tombante. Il fallait attirer l’attention, il fallait paraitre riche. Le voyage ne dura pas longtemps. Arrivé dans une petite rue, ils prirent une gondole pour continuer leur chemin. Oui, la calèche n’a servi à rien pour arriver jusqu'à chez leur hôte. Mais on les a vu, et c’est le plus important. Il y avait du monde, sans adresser le moindre mot à qui se soit, Angèle gardait la tête haute, et essayait d’avoir l’attitude la plus hautaine possible. On pouvait voir, même avec un loup noir en tissu, qu’elle méprisait le monde entier. L’inspiration était divine, imité une déesse qui déteste l’humanité était finalement facile pour elle. Sans avoir encore retiré sa veste, les murmures enflaient et les têtes se tournaient vers leurs passages, telle une reine sur son territoire, elle s’attribua la meilleur place de la salle de bal, en hauteur permettant de voir tout le monde et surtout d’être vu. Le maitre des lieux arriva à sa hauteur, il était lui aussi très beau. Aidant la belle a retiré son manteau, Angèle se maitrisa pour ne pas montrer son dégout face aux regards lubriques, c’était le jeu. D’un signe de la tête, elle indiqua à son frère d’arme, qu’il était temps d’en finir.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Lun 25 Juin 2018 - 14:41

Bien qu'elle reconnaisse qu'il devra l'appeler "maîtresse", Angèle n'est pas vraiment enchantée à cette idée et ça se voit. Elle insiste en effet sur le fait que ce sera un rôle, une mise en scène, avant de finalement lui dire qu'en fait, il faudrait plus qu'il parle le moins possible. Cela lui correspond bien. Très bien même. Il n'a nullement besoin qu'elle lui précise pourquoi. Leur cible est riche. Très riche... et sera surement accompagnée de personnes toute aussi riches ou importantes d'une manière ou d'une autre. Griever est beaucoup de choses, et il le sait. Mais "innocent" ou "Naïf" n'en font pas partie. N'en font plus partie en fait. Son passage en Angleterre, puis sur 'l'Île de la Mort ce sont assurés de ce fait. Donc, quand Angèle lui dit que les aristocrates sont souvent malveillants envers ceux qu'ils perçoivent comme "inférieurs", il se contente d'acquiescer, sachant déjà ce qui l'attend. Il sera censé être un servant après tout... Et les servants ont probablement tout intérêt à attirer l'attention le moins possible.

"J-juste un simple b-bonjour... Je t-travaille mieux depuis les ombres. Plus v-vite je disparaîtrais, m-mieux ce s-sera."

Il porte l'armure d'un chasseur... Et il s'est entraîné pour en devenir un. traquer, observer et agir depuis les ombres est facile pour lui, même alors qu'il est censé manipuler la lumière. Parfois, il se demande si quelque chose ou quelqu'un ne s'est pas trompé en lui donnant son élément. Après tout... Enfin, peu importe. Il inspire profondément pour se recentrer, mais s'immobilise lorsque Angèle reprend avec douceur. D'après elle, le costume fait partie de la mission et ça ne devrait pas se finir en combat. Naturellement, une partie de Griever aimerait bien y croire, mais quelque chose, quoi il l'ignore lui souffle que ce ne sera pas si facile. Peut être que son esprit est toujours troublé par les ténèbres qu'il ressent depuis son arrivée. Mais il a l'étrange impression que plus une mission a l'air facile, plus les complications qui pourraient s'y lier seront énormes. C'est l'histoire de sa vie après tout... 'une certaine manière. Cependant, la jeune femme reprend toujours aussi gentiment, mais il peut facilement entendre une légère hésitation. D'après elle, les gens s'arrêtent souvent aux tenues que les enfants portent. Si les parents habillent leurs enfants de la même manière, on les croient aisément jumeaux. Les couleurs, le type de vêtement et autres détails font que beaucoup de gens basent leurs observations là-dessus. Cependant, quand elle commence à lui dire qu'il est encore en train de grandir et que bientôt, son corps subira un changement, il ne peut pas s'empêcher de hausser un sourcil,sentant une lourde pointe de curiosité mêlée d'appréhension lui parcourir le coeur. Un... changement ? Est ce que c'est son imagination ou est ce que la guerrière vient de rougir très très légèrement ? Le fait qu'elle cesse immédiatement de parler indique qu'elle pense subitement à autre chose, mais il n'ose pas demander quoi. Des... changements ?

****Je sais pas si... je sais pas quoi penser sur ça. J'ai p-pas envie de changer. Mais... si ça fait partie de la nature... Je sais même pas si je devrais être curieux ou avoir peur... Pour que maîtresse Angèle se sente gênée, c'est qu'il y a quelque chose...****

Bien qu'il tente de résister à l'instinct, sa tête se penche légèrement sur la droite, fixant l'adulte avec curiosité. Griever adore apprendre. C'est un fait. Il a toujours aimé ça, peut être parce que même à Rodorio, beaucoup d'enfants de son âge n'ont pas vraiment accès à l'éducation que lui-même a eue. Et continue à avoir d'une certaine manière. Après tout, à part les chevaliers d’Athéna, peu de gens parlent autre chose que le grec là-bas. C'est aussi pour ça qu'il se sent particulièrement curieux vis à vis du livre qu'il est venu aider à saisir. Le peuple Mulien possédait des connaissances dont personne ne pourrait comprendre la portée.L'idée d'avoir le privilège de lire quelque chose comme ça... Mais presque immédiatement, il se reprend en se rappelant que même s'il pouvait lire le livre, il n'en comprendrait pas le contenu. Pour le moment en tous cas. Il se recentre plutôt sur la situation actuelle et pas trop tard... dans la mesure où Angèle reprend avec un peu plus de conviction. D'après elle, a vu des hommes aussi beau que des reines et des femmes à l'aura extrêmement masculine. Elle lui indique également que les gens trouvent toujours de quoi se moquer et lui suggère de les ignorer, chose qui le fait sourire légèrement. Après tout...

****C'est pas pour rien que je me cache... autant continuer.****

"Je... V-vous avez r-raison. Je vais juste... p-prendre les choses c-comme elles sont..."

Il reste néanmoins surpris quand quelques instants plus tard, la jeune femme retire la broche marquée de l'emblème du sagittaire qu'elle porte et la lui met dans la main. Presque immédiatement, il sent son armure réagir et comprend tout de suite de quoi il s'agit : une version miniature des boîtes de Pandore, ce qui veut dire...

"Mais... Et v-vous ? J'ai p-pas besoin de... Je v-veux dire, je vais rester dans l'ombre, c'est v-vous que tout le monde verra !"

Bien entendu qu'une mission peut toujours mal tourner. La guerrière est certes plus puissante que lui tout les plans, mais... de là à se séparer de son armure ! Cela dit, il sait parfaitement qu'elle ne changera pas d'avis et après une forte hésitation, laisse sa main droite se fermer sur la broche... son armure disparaissant dans un éclat de lumière. Désormais seulement vêtu de sa tunique, il baisse la tête un moment, essayant d'ignorer l’inquiétude qui commence à le dévorer. Il espère vraiment qu'aucun chevalier ennemi ne se montrera... car si c'est le cas, même si les armures reviennent systématiquement à leurs propriétaires quand ils en ont besoin, il suffit d'une attaque...

"Je... Soyez j-juste prudente, s'il v-vous plait."

Pas grand chose d'autre à dire après ça... L'heure approche, si bien que Griever reprend son exploration, jetant finalement son dévolu sur une tenue couleur lavande et un manteau étrange. Long manteau à capuche comme celui qu'il porte d'habitude, mais orné de nuages rouges à la poitrine, les côtés et au dos. Une tenue amusante, d'une certaine manière... mais aussi étrangement secrète en dépit des couleurs, surtout quand il ferme le manteau et place la capuche avant de remettre son masque. Bien que le manteau est légèrement plus resserré autour de lui que celui qu'il porte normalement, il se sent étrangement libre de ses mouvements dedans ce qui est un plus. Finalement, Angèle termine son propre déguisement et l'espace d'un bref moment, il ne peut pas s'empêcher de se dire qu'elle est... jolie ainsi. Mais parallèlement, il sent également que cela ne lui va pas... comme si cette tenue n'était, mais alors vraiment pas naturelle pour elle. Il préfère ne rien dire et tous deux montent dans une calèche qui les conduit ensuite au domaine de leur cible.

****La mission d'abord...****

============================================

Une heure de trajet, d'abord en calèche, puis en gondole pour arriver à leur destination. Et Griever ne peut pas empêcher la vive pointe de dégoût l'envahir en voyant ce qui l'entoure. Tout est si... faux ! Si vide ! Alors qu'il rentre dans le vestibule avec Angèle, il parvient de justesse à réprimer un frisson. Il n'y a... rien ici. En dépit de la musique et des bruits de fête, ses sens n'accrochent pas de réelle joie ou de vrai bonheur. Juste une fausse euphorie et faste qui ne parviennent qu'à peine cacher les relents d'intrigue, d'envie et surtout, surtout d'alcool. Bien que les regards de désir ou d'intérêt ne soient pas dirigés vers lui, il ne peut pas s'empêcher d'effectuer un très léger mouvement de recul. Ses sens, affûtés par l'Île de la mort lui montrent clairement que sa soeur d'arme hait la situation autant que lui et est dégoûtée au plus haut point. Mais elle le cache cependant en prenant les traits d'une femme hautaine et rude. Alors que le maître des lieux retire doucement le manteau d'Angèle avant de le lancer dans sa direction sans même le regarder, Grigri ne ressent que dégoût et une vague colère. Pour certains, ce serait un bel homme... mais sa présence porte une telle arrogance qu'elle manque de le rendre malade. Si bien qu'il est content lorsqu'il accroche le signe de tête qu'elle lui lance.

****J'ai plus aucun regret... Quelqu'un d'aussi... arrogant ne mérite pas un tel trésor !****

Il commence alors à reculer lentement, comme le feraient la plupart des servants, allant ensuite accrocher le manteau à l'entrée... avant de disparaître lentement dans un recoin sombre. Il est l'heure de faire ce qu'il fait de mieux : rester invisible et observer jusqu'à l'ouverture d'une porte. Ouverture qui ne devrait plus tarder...


Dernière édition par Griever le Ven 29 Juin 2018 - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mar 26 Juin 2018 - 20:23

L’endroit était magnifique, mais la beauté était entachée par tant d’hypocrisie. Angèle regrattait son temple, vaste et lumineux, simple et classique. Depuis combien de temps n’avait-elle pas mis les pieds sur sa terre natale ? Elle ne comptait plus les mois.

Émue par la sollicitude du chasseur, elle remercia le sanctuaire de lui avoir envoyé un chevalier digne de ce nom, le dernier bronze rencontré l’avait insultée. Le souvenir de cet événement reste à jamais gravé dans sa mémoire, mais pas le nom de l’odieux chevalier. En parlant d’odieux, l’hôte n’avait dieu que pour l’Ange du sanctuaire, et celle-ci se forçait à rire à gorge déployée et de faire des œillades. La prochaine fois qu’elle a un plan comme ça en tête, mais elle retourne vite se coucher. En même temps, elle était la seule femme Gold du sanctuaire. Donc pour charmer leur hôte.
Il était encore temps de détourner l’attention de tout le monde pour aider le Saint d’Orion. Maitrisant le feu, elle chercha du regard quelque chose de particulier. Trouvant sa cible, son cosmos se diffusa dans la pièce, jusqu’à une torche près des rideaux. Normalement l’endroit choisit devait permettre de créer un début d’incendie sans causé trop de dégât. Un claquement de doigt innocent, augmenta l’intensité du feu, permettant aux flammes de lécher le tissu, qui rapidement s’enflamma. Alors que le rustre posait sa main un peu trop haut sur sa cuisse, Angèle se leva brutalement et hurla « au feu, au feu »

Les invités commençaient à paniquer, et les serviteurs se pressaient de tous les côtés, par différentes portes avec des seaux, tournant la tête, l’ange ne vient plus son jeune compagnon. Pourvu qu’Athéna guide ses pas et le protège.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Jeu 28 Juin 2018 - 17:46

Rester caché a quelque chose d'amusant. D'amusant et de très... sécurisant. Griever aime disparaître. Depuis la mort de Cura, puis de Kaour, rester caché dans les ténèbres est quelque chose qui lui permet de respirer au calme. Et quelque chose qui lu a permis de survivre à l'Enfer qu'était l'île de la mort. Enfer oui. Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier cet entraînement. Utiliser son cosmos en continue rien que pour pouvoir respirer, apprendre à cacher son aura tout en l'utilisant pour essayer d'échapper aux sens des chevaliers noirs, trop nombreux pour être affrontés. Apprendre à demeurer dans les ténèbres, loin de son élément. A traquer, chasser et en règle générale, à devenir une partie de l'environnement, sans jamais cesser réellement d'être. Grigri est un chasseur. Et il en est fier. C'est l'une des rares choses dont il est vraiment fier d'ailleurs. Une chose qui le rend vraiment digne de porter l'armure représentant le seul et unique chasseur... et unique homme à avoir réussit à attirer le regard de la déesse de la chasse en personne. Disparaître aux yeux d'humains incapables de sentir le cosmos est d'autant plus facile. Les riches ne le regardent même pas, trop occupés à penser à leur argent et leur pouvoir. Les gardes font leur ronde, mais semblent beaucoup plus concernés par les riches que par un enfant. Bande d'idiots... ils ne se rendent même pas compte qu'il disparaît dans un recoin sombre... derrière une vieille armure de chevalier typique de l'Italie.

****C'est si facile de disparaître aux yeux de ceux qui ne font pas attention...****

Ses sens ne tardent pas à accrocher les voix et rires des invités. L'odeur d'alcool, de nourritures diverses et de faux plaisir est si immonde qu'elle lui en donne la nausée. Il peut sentir la décrépitude en dessous. Cette odeur de complot et de jalousie. Mais peu importe. Pur le moment, il se contente de se recentrer, continuant à neutraliser lentement mais surement sa présence. Son cosmos de lumière a bien des atouts. Des atouts insoupçonnés. D'autres connus. Pour beaucoup, la lumière ne fait que briller, est clairement visible et illumine tout ce qui l'entoure. Cette mission serait facile... tellement facile si seulement il pouvait utiliser une certaine application... Mais peu importe. Il n'a nullement besoin de ça. Ce serait certes un bonus, mais à part ça... Soudain, quelque chose change : la voix de sa sœur d'arme retentit soudainement, prononçant deux mots. Un hurlement qui prononce deux fois la même chose : "au feu". Tournant la tête, il voit en effet les flammes commençant à lécher les rideaux écarlates quelques mètres derrière la chaise de la jeune femme... ce qui tombe bien d'ailleurs. Cette dernière vient de se lever, mais ce qui attire le plus son attention, c'est la position de la main droite de l'homme. Bien que sa sœur d'arme se soit levée... Griever sent soudainement une vive pointe de rage l'envahir, semblant littéralement sortir de nulle part. Un rapide calcul lui permet d'estimer où se trouvait cette main avant que la jeune femme ne se lève... et ce calcul lui donne soudainement l'envie de charger et de trancher cette main. Cela dit, il inspire profondément en se rappelant que la jeune femme peut aisément se défendre et se contente d'observer la scène avec un léger sourire. Les servants et gardes se ruent vers le rideau, essayant d'éteindre le feu, ce qui lui donne l'ouverture dont il avait besoin. Plus qu'à plonger ensuite en direction de la porte, s'enfonçant dans le cœur du domaine. Très peu de lumière, le tout éclairé avec quelques torches. Torches rapidement éteinte ce qui plonge le couloir dans l'ombre.

****Bon... Si j'étais un riche arrogant et pervers... Où est ce que je mettrais mon bureau ?****

De nouveau, cette pointe d'agressivité qui l'envahit. Griever déteste les pervers. Plus que tout. Les hommes des docks s'en sont assurés. Non seulement cet incident l'a rendu l'a mis mal à l'aise, mais en plus, cela lui a donné un lourd dégoût de ce genre de misérables. Ainsi qu'un fort respect mêlé de pitié pour les femmes qui y sont souvent confrontées. Si cela l'a mis mal à l'aise, qu'est ce que les femmes en pensent quand ce genre d'idiots les regarde ainsi ? Son poing droit se contracte légèrement, mais il inspire pour se détendre avant de se plaquer contre un mur. De nouveau, il se recentre, se rappelant de ce qu'il est censé faire. Son avancé continue peu à peu, d'autres torches s'éteignant, étouffées par son aura. Le couloir n'est pas différent du reste : un simple boyaux de pierres froides, décorées de torchères. Beaucoup de tapisseries rouges, brodées d'or. Quelques vases, posés le long du mur sur des petites tables basses.Un tapis rouge décore le sol de pierre, formant un sentier. Un escalier lui apparaît un peu plus loin. Au moins, son chemin est clair... Même s'il se doute que ça ne sera pas si facile.

****On sait rien de ce manoir... Après, connaissant ce genre d'hommes... ils aiment bien regarder les autres de haut quand ils le peuvent, donc...****

Le manoir a deux étages. Il imagine bien le bureau au second. Les combles et le grenier ne sont que des débarras. Cela dit, le premier étage est souvent réservé aux intendants d'après ce qu'il sait. Les domestiques normaux et gardes ont leurs quartiers au rez de chaussé. Donc...

****Deuxième étage...****

C'est la seule possibilité. Du coup, il soupire avant de se diriger vers les escaliers face à lui, grimaçant en se rendant compte de ce qui l'attend. Traverser la totalité d'un étage... il va VRAIMENT avoir besoin de la totalité de ses capacités pour faire ça sans se faire remarquer. Parce que même avec la diversion d'Angèle, nul doute qu'il n'aura pas la paix très longtemps. Cette idée en tête, il commence à presser le pas, sans pour autant verser dans l'inconscience. Ses yeux dardent dans chaque directions, jusqu'à finalement arriver à l'escalier en colimaçon. Du marbre ? Dans un escalier ?! Quelle incurie ! Et surtout arrogance ! Cette pierre est très glissante et pour quelqu'un sans entraînement, c'est un coup à aller rendre une visite à Hadès avant l'heure ! Mais ça ne le concerne pas. Il tend désormais l'oreille, des fois qu'un bruit ne descende vers lui, mais pour l'instant, il n'y a rien. Commence dès lors l'ascension et il ne peut que grimacer. Même un stupide escalier est richement décoré... Le même tapis rouge orne chaque marche et même si ça limite les chances de glisser, ça reste quand même stupide... Finalement, il arrive en haut des marches, parvenant au premier étage... et se rend compte que comme il s'y attendait, c'est clairement un endroit réservé aux domestiques. Décoré exactement de la même manière que le couloir en dessous, même s'il y a tout de même quelques tableaux. Tableaux allant d'un océan déchaîné malmenant un navire à une forêt pleine d'animaux en passant par un volcan déchaîné. Cette image le fait d'ailleurs frisonner, lointain souvenir de l'Île de la Mort et de ses multiples volcans. Il n'est pas prêt d'oublier l'horrible corruption qui émanait d'ailleurs du plus grand. Un bruit venant de sa droite retentit et il plonge brusquement en avant, s'abritant derrière une des bannières écarlates ornant le mur face à la porte. Et une pas une seconde trop tôt : Apparemment, le domestique qui vient de passer devait être occupé à autre chose... ou juste pas pressé d'aller aider son maître. A en juger par le trouble, la légère colère et l'hésitation qu'il peut sentir, nul doute que c'est la seconde option.

****Intéressant... Ce paon... non, cet idiot n'a même pas le soutien de ses servants. C'est bon à savoir...****

Traiter un tel imbécile de paon est une injustice au pauvre animal et une insulte d'autant plus grande à la déesse liée à la dite créature. La dernière chose dont il a besoin est de s'attirer les foudres de dame Héra ! Surtout pour quelque chose d'aussi stupide ! Les pas du servant descendent lentement les marches et au bout de quelques secondes, Grigri sort de sa cachette, souriant légèrement. En se concentrant un peu, il parvient à ressentir deux ou trois présences à cet étage, preuve que la plupart des servants et gardes sont en bas... Ah non, il sent trois autres présences au dessus de lui. Cela dit, il grimace en se rendant compte que l'étage est au moins aussi grand que le rez de chaussée, lequel contient apparemment un atrium, une salle de spectacle et une cuisine ainsi que le pavillon des gardes et une salle des banquets. Ce fait manque de lui faire se frapper le front d'une main. Bon sang, mais qu'est ce qu'il est en train de cambrioler là ? Un banquier ? Ou carrément le Doge ?! Tiens, d'ailleurs, ça sert à quoi le Doge déjà ? Ses pensés s'emballent d'un coup et il prend une forte aspiration, se ramassant sur lui-même pour commencer à se déplacer en faisant le moins de bruit possible. A en juger par ce que ses sens lui ont indiqués, il y a deux salles à traverser avant les proches marches. L'une d'elle est malheureusement occupée, chose qui va peut être nécessiter un peu plus de doigté, sans compter ceux qu'il sent au dessus. Bon, au moins, il a un passe droit : son apparence. Il retire d'ailleurs son masque qu'il cache sous son manteau. Simple précaution si quelqu'un le voit. Un enfant perdu à visage découvert est beaucoup plus crédible après tout.

****Bon, d'abord à droite...****

Une grande et lourde porte de bois qu'il n'a cependant aucun soucis à pousser. Avantage d'être un chevalier d'Athéna : il est certes moins puissant que les chevaliers plus âgé, mais il peut déployer beaucoup plus de force physique que n'importe qui d'autre de son âge. Cela ne l'empêche cependant pas d'ouvrir de grands yeux en se rendant compte dans quoi il vient de pénétrer. Beaucoup d'étagères... bondées d'un grand nombre de livres. Pour lui qui adore apprendre, c'est un endroit magnifique, bien qu'il se rende vite compte que la plupart des ouvrages sont dans un état pour le moins... fragile. C'est probablement une petite librairie privée qui ne contient que des ouvrages de valeur inférieure. Hors, à en juger par la fierté du maître des lieux vis à vis de son acquisition, il a du mal à l'imaginer garder un tel trésor parmi quelque chose de si peu intéressant. Cela ne l'empêche pas de déployer légèrement son cosmos, essayant de trouver la moindre trace inhabituelle, en vain. Et un rapide coup d'oeil lui prouve que l'ouvrage n'est pas là : il ne voit nulle part la couverture unique de ce qu'il est censé trouver. Du coup, il soupire légèrement, mais un brut quelque part devant lui le fait sursauter et le force à bondir sur sa droite, disparaissant dans l'une des deux allées. Et pas un instant trop tôt. Un pas lent et clinquant lui indique qu'un garde est en train de faire sa ronde dans l'allée qu'il vient juste de quitter et il se dépêche de reprendre son avancée vers la prochaine porte, vite, mais en silence. Car si l'homme fait le tout des allées, il y a des chances qu'il arrive derrière lui. Son coeur commence à battre un peu plus vite que la normale, mais chose étrange, il ne ressent ni peur, ni appréhension. Plus une sorte de... frisson ? Est ce qu'il est vraiment en train de s'amuser ? C'est vrai que jouer à cache cache ainsi a quelque chose de spécial, mais... Enfin, il se dépêche de poursuivre sa route. Fort heureusement, la pièce n'est pas très grande ce qui lui permet d'arriver rapidement à la porte, laquelle il se dépêche de franchir et de refermer derrière lui, roulant ensuite derrière une armoire lorsqu'il se rappelle de la deuxième présence sentie plus tôt. Fort heureusement, le garde est tourné vers la cheminée à l'autre bout de la pièce, dos à lui. Heureusement, car vue la taille de l'homme... Avec sa tenue traditionnelle et la rapière à sa ceinture, Griever ne se sent pas vraiment à son aise. L'armure a certes une apparence ridicule, mais quand même... C'est surtout l'aura qui émane du garde qui le trouble. Une telle... corruption... Sortant de sa cachette, il se dépêche de traverser la pièce, toujours en silence, mais grimace lorsqu'il voit que l'homme vient de finir de battre les braises et semble disposé à se retourner. Une nouvelle roulade le cache, cette fois derrière une table d'étude et il ne peut pas s'empêcher de bénir sa petite taille quand le colosse se retourne dans sa direction et ne le voit pas.

****J'espère que Maîtresse Angèle s'amuse plus que moi...****
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Dim 1 Juil 2018 - 23:03

Angèle essayait d’utiliser son cosmos pour suivre les mouvements de son protéger. Il ne semblait pas en mauvais position, cela prenait du temps, et c’était bien normal. Il ne fallait pas précipiter les choses. Elle ne savait pas si l’ennemi avait compris et lu le livre. Et ce qu’il avait pu en tirer. L’homme essayait d’être plus entreprenant avec elle, résistant par des tours de passes passes et quelques compliments, elle se devait de rester impassible, sinon sa soirée allait être courte.

La foule s’était calmée après que le feu soit maîtrisé. Mais la fumée et l’odeur étaient dérangeant, la plus part des convives s’étaient réfugiés dans les jardins de la maison. Dans la nuit et sous les flammes, les ombres dansaient, laissant quelques idées à Angèle. Son cosmos imperceptible pour le commun des mortels s’amusaient à changer la nature des ombres. Les femmes commençaient à crier de peur, et même si les hommes faisaient bonne figure, on pouvait lire l’inquiétude sur leur visage. Gagnant un peu de temps, la jeune femme dansa avec l’hôte. Persuadé qu’elle était de sang royale, il cédait presque à tous ces caprices. C’était un juste équilibre entre les deux parties.

Puis soudain allez savoir pourquoi, à force d’argument et de persuasion, l’hôte parla d’une armure, quelque chose de révolutionnaire qui allait changer le cours des guerres et la face des armées. Fatigué et surement déçue que sa soirée ne soit pas le grand succès de l’année, il déballait tous pour l’impressionner. Les yeux ronds et surprise de cet aveu, elle ne savait que dire.

Alors que la mission de Griever, était d’être discret, Angèle devait maintenir l’attention. Curieuse, l’hôte décida de lui montrer sa fameuse invention. Le suivant, jouant les jeunes poules naïves, il se dirige vers….. les caves de la maison. Guère enchantée à cette idée, elle ne montra pas sa véritable inquiétude.

En bas, c’est une véritable forge qui avait été installé. Quelques feuilles du livre de Mu étaient là, mais vu la qualité du papier, on pouvait comprendre que c’était des copies. L’hôte était excité, parlait vite, il l’installa confortablement dans un fauteuil, un seul serviteur les avait suivi. Un homme d’une corpulence digne d’un lutteur. Il n’était pas un problème pour elle.
Il commença a enfiler une armure……. Une armure en or…Par Athéna, il avait réussi, un simple mortel, qui ne connaissant rien au cosmos. Il avait dû dépenser des fortunes pour arriver à un tel résultat. Et avoir les meilleurs chercheurs et forgerons d’Europe.
Cette armure n’avait rien de beauté, elle n’était pas digne des 12. Sa couleur était d’une dorée sombre, les formes n’avaient rien de gracieux. Il était…. Ridicule. Et il se pavait comme un paon devant elle.

Craquant et ne faisant plus attention, la jeune femme hurla de rire se moquant de lui, prise d’une crise de fou rire, elle ne pouvait plus s’arrêter. Le souci, c’est que l’hôte fut vexé et commença à lever la main pour la frapper.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mer 4 Juil 2018 - 0:35

C'est fou à quel point l'alcool peut faciliter la tâche de ceux qui veulent s’infiltrer quelque part. C'est la première chose qui lui vient en tête alors qu'il voit l'énorme garde s'effondre comme une larve sur un fauteuil en face de lui. Qu'un détail si important ait pu lui échapper lui paraît stupide au mieux. Mais maintenant il se rend en effet compte que l'homme sent l'alcool à plein nez, même à plus de cinq mètres. Griever sait ce qu'est l'ivresse. Après tout, les fermiers de Rodorio boivent du vin assez souvent et il a eu tout le temps de s'en rendre compte pendant ses multiples tours de garde. Hors, l'odeur d'alcool qui émane du garde est aisément reconnaissable, mais pour sentir aussi fort...

****Il a au moins du boire toute la bouteille à lui seul... et même un peu plus... Et si j'en juge par sa démarche...****

Il est tellement ivre qu'il ne doit même pas arriver à reconnaître la pièce. En fait, Griever ne peut pas s'empêcher de se demander comment l'homme a fait pour battre les braises sans se télescoper dans l'âtre. Aucun doute possible, soit l'homme est encore plus solide qu'il n'y paraît soit Tychée, déesse de la chance a décidé de lui offrir toutes les bénédictions qu'elle pouvait. Et plus encore... Peu de temps après, un lourd ronflement lui arrive aux oreilles et il ne peut que sentir son coeur se contracter légèrement dans sa poitrine. C'est... VRAIMENT gênant. Alors qu'il se relève lentement, il regarde dans la direction d'où vient le bruit, voyant que le géant est désormais vautré sur le fauteuil, profondément endormi. Cette vision lui donnerait presque envie de se frapper le front d'une main. C'est... Vraiment pathétique ! Mais ça l'arrange et du coup, il finit de se relever, se dirigeant vers la porte fermée. Et pas une seconde trop tôt : les pas de l'autre garde dans la bibliothèque semblent revenir vers la salle, Grigri se hâtant d'ouvrir l'énorme porte, puis de se faufiler dans l'embrasure avant de la refermer doucement derrière lui. A nouveau, c'est un énorme couloir qui lui apparaît. Un énorme couloir, parsemé de six portes de part et d'autre, en plus de celle qu'il vient de refermer.  Son cosmos, à nouveau déployé lui indique qu'il n'y a personne d'autre à cet étage à part lui et les deux gardes. Du coup, il envisage d'ouvrir chaque porte pour s'assurer de ne rien rater, mais presque immédiatement, il se rappelle à l'ordre : ce sont les quartiers des servants ici. Aucune chance qu'un objet aussi précieux puisse être stocké là ! Cette idée en tête, il reprend sa marche, se dirigeant prudemment en direction des escaliers, gardant son cosmos partout autour de lui. C'est probablement une de ses capacités favorites et celle qu'il est le plus heureux d'avoir apprise. Là où ses sens ne peuvent aller, rien ne peut empêcher son cosmos de voir à sa place. Et il y a tant à voir... Il sent les trois personnes au dessus de lui et... Ah, tiens... Il y a quelque chose... quelque chose d'étrange.

****On dirait...****

Quelque chose de vieux. Très vieux. Certainement plus vieux que tout ce qu'il a pu voir à ce jour. Son cosmos accroche en effet une étrange impression de vieillerie et de temps. Et il ne peut pas s'empêcher de sourire légèrement : on dirait qu'il tient sa cible ! Elle est là, juste au dessus de lui ! Au dessus et un peu plus loin. Cependant, son cosmos capte autre chose et son sourire disparaît immédiatement lorsqu'il sent l'aura d'Angèle, quelques mètres plus bas. Elle semble trop loin pour être au rez de chaussée, mais... L'espace d'un instant, il se prend à hésiter : il y a quelque chose près d'elle. Quelque chose qui dégage une très faible quantité de cosmos. Si faible que même la plus basique des armures de bronze paraîtrait cinq ou six fois plus puissante. La jeune femme peut se défendre et il le sait. Mais la culpabilité due aux morts de ceux qui auraient pu être ses frères et soeurs d'armes... tous ces chevaliers qui sont morts pendant son absence... Athéna a beau lui avoir pardonné son manquement, lui-même en est loin, si bien qu'il envisage sincèrement de foncer en bas et d'aller voir ce qui se passe. Cependant, il parvient à se reprendre, se rappelant qu'Angèle est chevalier d'or... et que par conséquent, il ne parviendra qu'à la gêner en cas de combat. Cette idée en tête, il soupire légèrement avant de reprendre sa route, parvenant en bas des  marches. Une fois de plus, il s'agit d'un escalier de marbre, décoré d'un tapis écarlate, chose qu'il commence à gravir lentement, gardant ses sens prêts. Les trois présences n'ont toujours pas bougées, ce qui est déjà rassurant. Encore un peu... juste un peu et le livre sera entre ses mains.

****Je me demande ce qui a bien pu se passer avec Maîtresse Angèle. J'espère qu'elle va bien...****
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Ven 6 Juil 2018 - 18:21

Son armure était tellement ridicule, qu’Angèle explosa en fou rire. L’ange adorait sa protection dorée par-dessous tout, et lui vouait un véritable culte, mais là, c’était une insulte aux savoirs faires des Muliens. Voir cette pacotille, ornée de grossières pierres précieuses, avec ce dorée à la limite du jaune moutarde, finit par faire craquer la jeune femme de plusieurs mois de missions pour le sanctuaire. La fatigue, la solitude et les nerfs n’aidant pas.

Néanmoins, la main levée n’eut pas le temps de toucher la jeune femme. Son bras arrêta le mouvement sans qu’il s’en aperçoive. La protection se brisa sous l’effet d’un peu de cosmos, comme son bras. A terre, l’hôte hurlait de douleur, son protecteur se rua sur elle, profitant de sa supériorité, en quelques mouvements et clés de bras, il fut à terre, et sonné. Un coup de pied dans la figure de l’autre idiot, expulsant quelques dents de sa bouche, finit par l’envoyer dans les bras de Morphée. Attachant les mains de ces deux agresseurs dans le dos pour avoir la paix s’ils se réveillaient.
C’était trop simple, profitant d’un moment de repli, elle observa les lieux, les pages et les avancées des recherches. Au vu des schémas, il avait trouvé quelque chose, mais heureusement rien de véritablement solide et bien loin des vraies armures. C’était un soulagement.

Maintenant, il fallait prendre une décision. Sans aucune nouvelle de Griever, il était difficile de savoir comment il avançait, elle savait juste qu’il était au-dessus d’elle. Un message télépathique pouvait faire avancer les choses, mais c’était un exercice peu maitrisé, qui pouvait troubler la concentration. Ressentant les mouvements à travers le cosmos, Angèle ne vit pas que le clown en armure avait réussi à défaire ces liens et lui bondit dessus. Finalement, son bras n’était pas brisé, l’armure avait joué son rôle. Surprise, l’homme cru un instant avoir le dessus sur elle par sa force physique. Mais le combat fut court, esquivant ces coups, la jeune femme apposa sa main à différent endroit pour briser son armure. Or l’homme redoubla de violence malgré cela, en retenant ces coups, et se concentrant pour détruire l’armure, la jeune femme se retrouva en mauvaise position. Une décision devait être prise, et pas la meilleur, pour lui. Reprenant le dessus, et l’homme aveugle par sa colère fit un mauvais mouvement, sa nuque craqua et le corps sans vie tomba sur le sol. Ainsi, les savoirs faires des Muliens resteraient secrets. Il devait être celui qui en savait le plus.
Détachant le colosse, elle le tira tant bien que mal vers la sortie. Sa robe déchiré par le combat, elle n’avait plus rien de l’aristocrate, mais plus d’une gueuse en haillons. Avant de fermer la porte de la cave, l’ange de la mort jeta une boule de feu créé à partir de son cosmos. L’endroit, les caves et le corps devaient disparaitre. Réveillant brutalement le colosse, elle prit un visage panique en lui montrant le feu et disant que son maitre l’avait abandonné, qu’il devait l’aider. Le pleutre vit les flammes monter vers lui, poussa la jeune femme pour s’échapper. Il allait créer le mouvement de panique, la fumée commençait à se répandre dans le demeure.

Angèle se précipita vers les étages pour aider son ami. Il lui restait encore quelques minutes....

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Dim 8 Juil 2018 - 15:27

C'est quoi ce... C'est la seule chose qui vient à l'esprit de Griever tandis qu'il sent le cosmos d'Angèle brûler... Au sens propre. Ses sens renforcés accrochent en plus une forte odeur de fumée venant des étages en dessous et il ne peut que rester complètement immobile un bref moment, sentant son coeur s'emballer. C'est... C'est une blague ?! Qu'est ce qui a bien pu se passer pour qu'elle décide de carrément incendier le domaine tout entier ?! Son coeur commence à battre violemment, mais il se hâte de finir son ascension, se plaquant ensuite contre un mur pour observer l'étage. Fort heureusement, ses sens sont uniques à lui et à certains saints, ce qui veut dire que lui-seul peut sentir l'odeur et entendre les légers cris qui viennent du rez de chaussé. Mais il se doute que les deux gardes de l'étage en dessous vont entendre et très probablement remonter pour avertir les trois présences qu'il sent... ou au contraire, dévaler pour aller se mettre en sécurité à l'extérieur. Il ne comprend vraiment pas ce qui a bien pu pousser sa supérieure à faire ça, mais une chose est sure... ça ne va pas faciliter les choses ! Cependant, ses sens accrochent autre chose et il s'immobilise à nouveau en se rendant compte que sa supérieure vient d'arriver à l'étage en dessous, ce qui veut dire...

****Bon sang ! Bon, je suppose qu'il y a plus de raison de rester furtif maintenant !****

Génial, vraiment... Avec un fort soupir, il s'arrache du mur, commençant ensuite à se diriger vers l'une des multiples portes, juste à temps pour voir cette dernière s'ouvrir à la volée, un garde en sortant. Un garde v^tu de rouge, moins grand que celui d'en dessous, mais proche du mètre quatre vingt et tenant une... Sérieusement ? Une pertuisane en intérieur ? C'est probablement l'arme la plus inutile pour ce genre de combat ! De ce qu'il voit, l'arme est certes trop courte pour vraiment être gênante : le couloir fait quand même plus de cinq mètres de large. Mais il y a quand même des statues, des tableaux et diverses tapisseries. cependant, ce qui attire le plus son attention, c'est l'aura qui émane de ce garde. Une telle... corruption... une telle agressivité ! L'homme se retourne vers lui et un éclat de surprise passe dans les yeux noirs, mais il est vite remplacé par autre chose. Et Grigri sent une vive pointe de dégoût l'envahir quand il reconnait cet éclat si familier. Même avec le manteau noir à nuages rouges qui noie sa silhouette... L'homme se rapproche de lui en tendant la main et presque immédiatement, un déclic se produit.

CRUNCH

Un bruit qui résonne dans tout l'étage alors que le garde est projeté en arrière, s'écrasant violemment contre une statue qui finit pulvérisée à son contact. Pas le temps de savoir ce qu'il voulait. Pas le temps de même s'en préoccuper d'ailleurs. Griever reste un bref instant dans sa position d'assaut, son pied droit levé dans la direction où il vient de frapper avant qu'il ne le repose au sol, sentant son corps commencer à trembler. Il sent vaguement Angèle arriver derrière lui, mais il ne peut que rester la tête baissée, ses deux poings  violemment contractés avant de redresser la tête, fixant les deux domestiques qui viennent juste de débarquer et fixent son oeuvre avec stupeur. Son cosmos s'emballe et il commence déjà à lever la main droite dans leur direction, prêt à utiliser son arcane de base... Pour d'un coup être ramené à la réalité en sentant le cosmos de sa supérieure arriver juste derrière lui. L'une des domestiques, une femme aux cheveux noirs à peine plus petite qu'Angèle et aux yeux bleus le fixent d'un air ahuri, puis subitement effrayé avant de prononcer un seul mot. Un mot qui le fait légèrement grincer des dents : Diavolo. Le diable hein ? Bon, remarque, il vient de projeter un homme faisant plusieurs fois son poids sur plus de trois mètres et à travers une statue de marbre d'un simple coup de pied. Effectivement, pour quelqu'un de pas entraîné, ça peut paraître contre nature. Mais pour un chevalier, c'est peu original. Cela ne l'empêche pas de pencher légèrement la tête sur la droite d'un air innocent, murmurant ensuite juste assez fort pour être entendu :


"La villa brucia... dovesti andare..." (le manoir brûle... vous devriez partir)

Sur le moment les deux ne semblent pas le croire, mais l'odeur de fumée commence à se faire sentir et cela leur suffit à comprendre qu'il faudrait mieux filer effectivement. L'autre domestique, un homme plus âgé et légèrement rabougri aux cheveux blancs et aux yeux noirs acquiesce de la tête, ses traits ridés s'adoucissant alors qu'il commence à traîner la fille derrière lui. Mais Griever se rappelle d'un coup d'autre chose et prononce doucement

"Ma prima, dov'è l'ufficio del tuo padrone?" (mais avant, où est le bureau de votre maître ?)

Il est clair que le plus âgé des deux n'a aucun respect pour son patron dans la mesure où il lui montre immédiatement la porte de la pièce d'où est sortit le garde avant de s'enfuir. Griever inspire ensuite profondément avant de baisser les yeux, se dirigeant vers le garde, bien qu'il sait déjà qu'il n'y a rien de plus à faire. Un lourd frisson l'envahit en se rendant compte d'un simple détail : ses yeux sont encore ouverts.

****Par Athéna...****

Ce n'est pas la première fois qu'il tue quelqu'un, loin s'en faut. Sur l'île de la mort, c'est arrivé de nombreuses fois. L'homme était peut être loin d'être quelqu'un d'honnête. Vue la corruption qui émanait de lui et son regard en le voyant, c'était même carrément un monstre. Mais de là à le tuer... Ses victimes étaient au moins en état de riposter avant. Là par contre... C'était plus une exécution qu'autre chose. Au moins, l'homme n'a pas eu le temps de souffrir. à en juger par le sang qui coule de sa bouche, celui qui émane de son crâne et tâche rapidement le sol, ainsi que le renfoncement dans son armure, ça a été rapide. Cela ne l'empêche pas de sentir une vive pointe de culpabilité lui vriller le coeur et il se penche, faisant glisser sa main droite sur les paupières de sa victime avant de lui joindre les mains sur le torse, murmurant ensuite tout en tentant d'ignorer le nœud qui commence à envahir sa gorge ::

"Mi dispiace. Possa i tre giudici avere pietà di te" (je suis désolé. Que les trois juges aient pitié de toi.)"

Avec un léger tremblement, il se relève ensuite, se dirigeant vers le bureau tout en remettant rapidement son masque afin de cacher les deux sillons humides qui commencent à dévaler ses joues. Il déteste tuer. Vraiment. Il sait que c'est une partie de son rôle malheureusement et qu'il devra tôt ou tard le faire. Mais là, c'est différent. C'est un civil qu'il vient de tuer. Un homme corrompu et pervers, oui, mais un civil tout de même. Même si ce n'était pas vraiment volontaire et du à un simple coup de sang en voyant son regard, ça ne change rien. Les saints d'Athéna ne sont pas censés tuer de civils, innocents ou pas. Le simple fait qu'il sente toujours la présence de son armure sur la broche que lui a prêtée Angèle indique qu'il en est toujours digne, mais... Enfin, peu importe. Pour se distraire, il commence à générer son cosmos autour de lui, essayant d'accrocher à nouveau la présence du livre, avant de soupirer quand il le sent dans l'énorme bureau trônant en face d'une fenêtre. Au moins, il sait désormais comment ils vont sortir. Son regard se fixe sur Angèle pour la première fois et il bénit le fait que ses larmes sont cachées quand il voit la jeune femme regarder dans sa direction. Il ne tente même pas de déchiffrer son regard. Est ce qu'elle a sentit la corruption de sa victime ou non ? Car il sait une chose : pour un crime de ce genre, la jeune femme a largement le droit de le châtier personnellement. Ce qui attire le plus son regard cependant, c'est que la tenue de la guerrière est en lambeaux et en montre d'ailleurs un peu trop. Bien qu'il soit trop jeune pour sentir quoi que ce soit, Griever ne peut pas s'empêcher de se dire que ça doit être inconfortable, mais prend le temps d'ouvrir le tiroir du bureau pour en sortir le livre qu'il cache ensuite sous sa cape, avant de se diriger vers le porte-manteau qu'il vient de détecter à droite de la porte. Le manteau pendu dessus est un peu grand, mais au moins... Il le tend à sa supérieure, tout en regardant à l'opposée, en direction de la fenêtre. les toits des autres bâtiments sont un peu éloignés, mais rien que leurs capacités martiales ne puissent gérer. L'entré étant en plus de l'autre côté du bâtiment, personne ne devrait les voir ce qui est un sacré avantage. Son corps continue à trembler légèrement, toujours au souvenir de ce qu'il vient de faire, mais il sent désormais la présence du livre, caché dans sa tunique... Et celle de son armure, toujours rassurante sans la broche accrochée à l'intérieur de son manteau. L'autre manteau toujours à la main, il murmure doucement :

"T-tenez... ça sera... p-plus confortable..."

Heureusement que son entraînement lui permet de taire jusqu'à ses sanglots, même s'il est sur que son cosmos n'a pas cette chance...
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Dim 8 Juil 2018 - 21:11

En arrivant en haut, elle vit le cadavre de l’homme, sur le moment l’Ange ne fut pas surpris, puis revoir la taille de Griever, lui rappellera sa condition d’enfant…. Par Athéna, pourquoi avait-il eu une armure si jeune, et des missions. Quels sont les dessins de Pallas à son sujet. ? Son cosmos semblait perturber, un accident surement, un bête accident. Ces yeux verrons vert et rouge posent un regard sans justement et bienveillant. Elle soupira levant les yeux au ciel, se maudissant de sa propre incompétence, elle aurait dû anticiper cela.

Laissant Griever récupérer le livre, elle saisit le manteau, en le remerciant d’un mouvement de tête. Le silence était lourd et pesant, les flammes n’étaient pas encore arrivées en haut. Boutonnant le manteau, elle mit un genou à terre pour discuter face à face avec le chasseur.

Tu… J’ai tué notre hôte aussi. Un accident, comme toi je suppose. On nous apprend pendant l’entrainement à combattre des personnes qui savent utiliser le cosmos. Il est toujours difficile de mesurer sa force face aux simples humains. Tu n’as pas à t’en vouloir.

Passant sa main dans les cheveux du jeune pour le rassurer, elle continua ;

Cet homme a scellé son destin, lorsqu’il est entré au service de notre hôte. Les moires avaient décidé de couper son fil, maintenant ! Son chemin était tout tracé.

Il n’est jamais facile d’entendre que le destin est présent et que nos choix sont limités. Les dieux sont parmi nous et de temps en temps, ils modifient le destin d’être humain, tel que les chevaliers. Choisit par la déesse Athéna, ils sont aux services de la justice. Retirant la broche du manteau, celle-ci se transforma en poussière d’or, et l’instant d’après Angèle avait son armure sur le dos. Ces gestes étaient délicates et tendres. Le chevalier d’Orion allait traverser une crise morale. Finalement c’est peut être mieux qu’il soit tombé sur elle.

Aujourd’hui, c’était un accident, mais hier, non ! J’ai déjà tué, et par choix. J'assume mes actes. Tu as récupère le livre et nous avons sauvé plus de monde que tu ne l'imagines. Ce pauvre fou aurait voulu vendre des armures… imagine de simples gredins avec notre protection.

Elle essaye de le rassurer mais c’était difficile, la fumée commençait à être fortement présente dans l’endroit, piquant les yeux et les brulant la gorge. D’un geste brusque, elle ouvrit la fenêtre. Elle tendit la main vers Griever l’invitant à le suivre. Toujours dans la timidité, même si son masque cachait son visage, il lui attrapa la main. Dès cet instant, le sol se déroba sous ces pieds et le vide l’appelait. La sensation de tomber disparu rapidement.
Volant au-dessus de la ville, pendant plusieurs minutes, seul le feu éclairait le ciel. Puis la ville disparu et en dessous d’eux défilaient de nombreux paysages. Puis la mer, et enfin le sol natal.
Atterrissant près d’une falaise et non loin du sanctuaire, elle décida de ne pas partir de suite, préférant rester un instant avec le jeune.

Comment te sens-tu ?

Angèle savait à quel point, il était difficile d’exprimer ces sentiments. Et par-dessous tout, si personne n’en parlait, cela pouvait rogner de l’intérieur. Un main tendue vers lui pour le rassurer.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Lun 9 Juil 2018 - 19:09

Apparemment, Angèle n'a pas l'air décidée à le punir, loin s'en faut. En fait, après l'avoir remercié pour le manteau, et s'être couverte, elle s'agenouille à sa hauteur et lui indique doucement qu'elle a tué leur hôte, ce qui lui arrache un léger frisson. Cela dit... il ne ressent aucune pitié pour l'homme. Pour qu'il n'ait ni le soutien, ni même le respect de ses propres servants... sans compter le haut degré d'arrogance et de complète corruption qui émanait de lui.  Elle précise que c'était un accident, tout comme lui. C'est sur que leur entraînement fait qu'affronter des ennemis sans connaissance du cosmos rend un combat contre de simples civils difficile... en tous cas pour jauger leurs capacités correctement. Une douce main commence à passer dans ses cheveux alors qu'elle continue, lui disant qu'il n'a pas à s'en vouloir. D'une certaine manière, il le sait. D'une manière ou d'une autre, la vie de l'homme se serait arrêtée. Il peut sentir la fumée devenir de plus en plus présente. Même s'il n'avait pas frappé à pleine puissance, sa victime aurait forcément été trop grièvement blessé pour se déplacer et sa mort aurait été beaucoup plus douloureuse. Mais même ainsi, alors que sa supérieure lui dit que le destin du garde avait été scellé quand il avait pris ce poste... C'est pas vraiment le fait qu'il a tué quelqu'un qui le tourmente le plus, même si ça lu fait déjà de la peine. C'est juste...

****C'est juste... arrivé si vite... Un instant il se penchait sur moi et juste après...****

Même à travers ses chaussures, il a pu sentir l'armure légère se déformer sous son pied et les os se broyer. L'homme n'a littéralement rien pu faire. Une simple frappe... Et à en juger par la stupeur encore présente dans ses yeux avant qu'il ne les ferment, il n'a même pas eu le temps de se rendre compte qu'il était mort. Un instant, il se penche sur lui et juste après... il se retrouve probablement au royaume des morts sans comprendre comment. Il cligne d'un coup des yeux, sentant sa léthargie refluer lorsque l'armure d'or d'Angèle réapparaît, semblant illuminer la pièce. La jeune femme reconnait ensuite qu'aujourd'hui, c'était un accident, mais qu'elle a déjà tué par le passé, et qu'elle l'a fait volontairement. C'est alors qu'elle le regarde dans les yeux et lui indique quelque chose qui lui glace le sang : ce... ce misérable avait VRAIMENT fait ça ? Il avait vraiment réussit à créer une armure synthétique ? Il n'a aucun besoin de ce que rajoute la guerrière pour comprendre ce qui aurait pu se produire ensuite : si effectivement il avait vendu une telle horreur a des gredins comme lui... Les chevaliers noirs sont déjà dangereux par eux-mêmes avec leurs armures d'hérétiques. Mais des armures supérieures... Cependant, il n'a pas le temps d'y songer d'avantage : l'air devient irrespirable rapidement, Angèle se hâtant d'ouvrir la fenêtre avant de lui tendre la main. Main qu'il saisit avec une légère hésitation, chose qui disparaît rapidement lorsque le sol commence à s'effondrer. Cependant, la sensation de chute disparaît rapidement et Griever ne peut qu'ouvrir de grands yeux. Il savait bien sur que les chevaliers d'or pouvaient bouger extrêmement vite. Il ignorait qu'ils pouvaient également voler, mais... Il oublie rapidement ce trait lorsqu'il voit les paysages défiler. Son voyage en navire a pris pratiquement quatre jours, mais apparemment, ce temps est aisément coupé en présence d'un de ses supérieurs. Venise, Poveglia (dont la vue le refait frissonner), L'océan, puis de nouveau la Terre, les montagnes... tout ça défile extrêmement vite, jusqu'à finalement arriver en vue du Sanctuaire, aisément reconnaissable. Le vol s'arrête vite lorsque la jeune femme se pose enfin sur une colline au dessus du sanctuaire... Ou plutôt juste au dessus de Rodorio, bien que ça soit la même chose. Elle lâche ensuite sa main et pour la première fois, Griever se rend compte à quel point son corps semblait léger lors du vol. Bien sur, il n'est pas stupide : il sait qu'avec ses trente cinq kilogrammes, son poids n'est absolument rien pour une guerrière de ce niveau, mais ça fait quand même... Bizarre. Cela dit, la guerrière se penche de nouveau vers lui et lui demande s'il va bien, chose qui lui rappelle ce qui s'est produit. Et pour le coup, il ne sait pas vraiment quoi répondre... A part peut être...

"J'ai déjà... tué sur l'île de la mort. P-plusieurs fois. Je... J Je v-voulais plus de force, a-apprendre plus de c-choses et... v-vraiment être digne de cette armure."

Comme pour souligner ses dires, un éclat de lumière émanant de lui apparaît d'un coup de nulle part et se disperse, laissant la forme totémique de son armure apparaître à sa droite. Le buste d'Orion dans toute sa splendeur. Un homme barbu brandissant une massue. Griever ne peut pas s'empêcher de sourire légèrement sous son masque, sourire cependant vite effacé lorsqu'il se rappelle à nouveau de ce qu'il s'est passé. Il ne peut pas s'empêcher de se sentir confus. Pourquoi ça lui fait autant de peine ? L'homme qu'il a tué était un CRIMINEL ! Pourquoi le fait qu'il n'ait pas pu se défendre le trouble à ce point ?

"L'un de mes entraînements était... F-furtif. Mais les chevaliers n-noirs sont... Enfin, ils c-connaissent très bien l’île. M-même avec toutes les précautions, je finissais t-toujours par me faire p-prendre et dans ces c-cas là... E-enfin, j'ai aiguisé mes s-sens, mes c-capacités et... M-mon contrôle. Je croyais pouvoir contrôler mes c-coups, mais... Quand cet homme s'est approché..."

Il en a fait l'amère expérience en Angleterre : les hommes sont des pervers. Peu leur importe l'âge, le genre ou même le comportement. Les hommes aiment apparemment tout ce qui est beau et se moquent éperdument du reste. Il a vu cette perversité dans les yeux du garde et quand ce dernier a tenté de le toucher... ça, plus la corruption qui émanait de lui...

Je c-crois... C'est idiot mais... son regard m'a fait p-peur. Je s-sais que peux me défendre contre un homme qui ne connait pas le cosmos. Je sais que j'aurais p-pu le neutraliser de d-diverses manières s-sans même lever la main sur lui. Mais q-quand j'ai vu ce regard, j'ai juste... Frappé."

La lune brillant au dessus d'eux semble tenter de le baigner, si bien qu'il retire son masque. Au moins, il ne pleure plus, même si ses joues sont encore humides. Mais les rayons de la lune semblent vaguement le rassurer. Et est ce que c'est son imagination ou est ce que son armure vibre ? C'est alors qu'il se rend compte d'un détail : en fait... à en juger par la proximité du ciel et l'air un peu plus froid que la normale, ils sont hauts. Très hauts. Et l'autel sur sa gauche le fait légèrement tiquer lorsqu'il se rend compte d'où la jeune femme s'est posée. Star Hill ? Sérieusement ?! Cela dit, sa curiosité d'enfant reprend le dessus et il se rend subitement compte qu'il s'est toujours demandé ce qu'il y avait sur l'énorme pic. Cela dit, il il se contente de soupirer légèrement, avant de secouer la tête, puis de reprendre le livre dans sa poche pour le remettre à sa supérieure : après tout, c'était sa mission à elle à l'origine.

"T-tenez. C'était à v-vous au début. M-moi... Ben, je s-suppose que je vais reprendre mon entraînement."

Sa peur des adultes est une faiblesse... Une faiblesse qu'il n'a pas encore vaincue et qu'il ferait mieux de défaire rapidement. Cette fois, c'était un criminel... Mais un jour... Enfin, peu importe. Pour le moment, une chose lui revient en tête et il demande doucement :

"Euh, à p-part maître Verana et... Dame Athena... V-vous p-pouvez éviter de... de p-parler de m-moi s'il vous p-plait ? J'ai... Enfin, j'ai juré de rester dans l'ombre du sanctuaire et... Ce s-sont les s-seuls qui sachent q-qui je suis. En t-tant que chasseur, je préfère juste... rester à distance et aider de... de loin."
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18168


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Mer 11 Juil 2018 - 19:20

Tu es digne de ton armure !

Un constat, non une vérité. Angèle était bien placé pour savoir qui était digne ou pas. Son armure l’avait choisi et vu son passif, plus d’un pouvait douter de son statut.

Par Athéna, un entrainement sur l’ile de la mort, jamais l’ange n’avait mis les pieds la bas, mais elle en avait entendu parler. Cet enfant était vraiment particulier. Angèle félicitât le sanctuaire de l’avoir ramener sous sa protection, il aurait pu mal finir et devenir l’un des pires ennemis d’Athéna. Elle l’écouta sans l’interrompre, ces doutes, ces peurs, la gestion de son cosmos, de sa puissance. Avait-il déjà rencontré Athéna, si il l’a voyait peut être que ces doutes seront dissipé. Elle remarqua ces joues humides, si jeune…. Dire qu’à son âge, elle était dans son village à profiter de son enfance, comme tout le monde.
Elle ne prit pas le livre et poussa la main du jeune chasseur vers lui.

Garde le, tu peux en apprendre plus que moi ! Peut-être qu’il te sera utile et quand tu jureras qu’il est temps, ramener à la bibliothèque du sanctuaire.

Angèle n’avait malheureusement pas le temps à perdre, il aura fallu directement le ramener à la bibliothèque, mais Griever avait fait du bon travaillé et si un homme tel que l’italien avait pu percer une partie des secrets du livre, qui sait ce que l’enfant découvrirait.

Nous avons tous peur… et pendant un combat c’est vital. Cet homme n'aurait pas hésiter un seul instant à te tuer. C’est grâce à ta peur que tu restes en vie, fait juste ne sorte qu’elle ne te paralyse pas.

Les enseignements de Phobos remontent dans sa mémoire. Se souvenir lui donna un frisson, et ne même temps ce n’était pas un mauvais souvenir.

Je garderais ton secret, promis, mais en échange, fait moi plaisir, ne retourne pas de suite à l’entrainement, prend un peu de ….vacances. Quelques jours de repos, à Rodorio, tu n’auras pas de problème.

Son emblème un chasseur, le grand mythe d’Orion, quel magnifique histoire et quelle sera la suite de son histoire à lui. Il est jeune, et Angèle le jure sur Athéna, elle essayera de protéger au maximum son innocence.

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
Griever
Chevalier de Bronze d'Orion
Chevalier de Bronze d'Orion
avatar
Messages : 86


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
90/120  (90/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Sam 14 Juil 2018 - 16:58

Digne de son armure ? La jeune femme prononce ces mots sans hésitation ou doute. Comme si pour elle, il n'y avait aucune possibilité qu'il n'en soit pas digne. Il a vu la lueur dans son regard quand elle a entendu où il s'était entraîné. Ses sens ont également accrochée la pointe de respect, et de fierté, mais aussi, un bref moment... De l'inquiétude ? Pourquoi ? Il ne peut pas s'empêcher de pencher légèrement la tête avec curiosité. Pourquoi de l'inquiétude ? Il préfère cependant ne pas demander, se contentant de prononcer doucement :

"M-maintenant, peut être... Mais il y a quelques mois... t-tous ces échecs... Celui que j'ai affronté p-pour cette armure ne m-marchera plus jamais à cause de m-moi. Et les d-deux hommes qui m'ont formés... J'étais pas là pour les s-sauver. P-pire encore, je s-suis partit sans réfléchir et à c-cause de ça... Mes frères d'armes..."

Tous ceux qui sont devenus chevaliers en même temps que lui... ou d'autres qui l'étaient depuis plus longtemps. Combien de personnes il aurait pu sauver s'il avait été là ? Bien qu'une partie de lui sache qu'il serait probablement mort avec eux, une autre lui souffle qu'il aurait peut être pu en sauver certains s'il avait été présent. Et ça qui le ronge le plus. Tous ces gens qu'il aurait pu sauver, mais n'a pas pu. Il est presque sur qu'Athéna a eu pitié de lui en sachant où il était. Qu'elle a juste jugé que trois mois de tourments dans cet enfer était un châtiment déjà parfait. C'est pour ça qu'il ne veut plus se montrer. peu lui importe qu'Athéna lui ait pardonné ou pas. Lui-même n'y parvient pas et tant que ses frères d'armes décédés ne lui auront pas pardonné ce manquement...

"C'est p-pour ça que je v-veux rester dans l'ombre. Dame Athéna m'a pardonné mon erreur... mais t-tant que ceux auxquels j'ai failli ne l'auront p-pas fait... Je crois pas que j'aurais droit de... de me mêler aux autres."

C'est son erreur après tout... Et pour se faire pardonner, il doit protéger ceux qui restent, même si pour se faire, il doit rester dans les ténèbres. Cela dit, il ne peut que hausser un sourcil lorsque Angèle refuse de prendre le livre et le repousse vers lui. D'après elle, il pourra surement en apprendre plus qu'elle en le lisant, chose qui le trouble légèrement. Bien sur... Il se rappelle de sa curiosité au début de cette mission. Une lourde curiosité qui lui donnait l'envie de lire ce livre. Juste de demander à Athéna s'il pouvait le lire. Mais il n'aurait jamais cru qu'Angèle le lui donnerait à la fin. Normalement, c'est pas du tout conseillé et encore moins fait. C'est une mission donnée à un chevalier d'or et lui n'a été envoyé qu'en renforts... même s'il a fait la plus grande partie du travail. Son coeur se crispe légèrement et la curiosité commence à flamber dans sa poitrine. Ses doigts se crispent légèrement sur l'ouvrage, sans faire le moindre dommage. Est ce qu'il peut vraiment...

"V-vous êtes sure ? C'est... C'est v-votre mission à l'origine."

Une partie de lui espère qu'elle reprendra le livre. Même s'il brûle d'envie de le lire, il sait aussi que ce n'est pas une bonne idée. Le peuple de Mu avait des connaissances dont les humains ne pouvaient même pas rêver. Qui sait ce que cet ouvrage renferme ? Parallèlement, le souvenir de ce que le noble complotait lui revient et il ne peut pas s'empêcher de grimacer. Si un tel imbécile a pu trouver ce genre de choses... Qu'est ce qu'un saint d'Athéna pourrait découvrir ? Finalement, après une vive hésitation, il soupire avant de remettre le livre dans son manteau, bien décidé à s'assurer à ne laisser personne le voir. Il écoute ensuite lorsque la guerrière lui donne des conseils sur la peur, mais lorsqu'elle lui dit que l'homme n'aurait pas hésité à le tuer, il ne peut pas s'empêcher de frissonner violemment. Il sait déjà que cet homme ne l'aurait pas tué s'il en avait eue l'occasion. En tous cas, pas directement. Mais il sait aussi que quoi que ce monstre aurait fait... l'éclat de perversité dans le regard lui revient en tête et il frisonne à nouveau.

"Je... J-je ferais attention. Au m-moins, l'île de la mort a été... e-efficace pour ça."

Ça, c'est sur. Même avec sa haine des chevaliers noirs, il ne peut pas s'empêcher de se demander s'il n'y a pas d'alternatives plus humaine à l'exil en ce lieu. C'est un enfer... dans tous les sens du terme. l'un des pires endroits dans le monde, si ce n'est pas le pire d'ailleurs. Cela dit, il préfère là encore ne rien dire, se contentant de sourire timidement lorsque la jeune femme lui promet de garder son secret, bien qu'il tique légèrement lorsqu'elle lui demande de prendre quelques vacances à Rodorio. Non pas que demeurer au village ne lui plaise pas, bien au contraire. les gens sont toujours gentils et accueillants avec lui. Il peut aisément y perdre son statut d'ombre si tel et son désir, vu qu'il est l'un des rares saints à y monter la garde fréquemment juste pour passer le temps. Mais d'un autre côté... Est ce qu'il a le droit ? Le souvenir de ses frères et soeurs d'arme décédés lui revient en mémoire. Comme une morsure glaciale. mais d'un autre côté... Il ne s'est pas reposé depuis son retour. Toujours à l'entraînement pour améliorer sa puissance. Toujours à étudier. Même lors de la traversé de la mer en navire, il passait plus de temps à étudier et même à aider à bord en dépit de la réprobation du capitaine. Il peut sentir l'inquiétude de la guerrière envers lui, toujours présente dans son cosmos, si bien qu'il ferme les yeux un moment, essayant de se recentrer avant de murmurer :

"Je suppose que... je peux retourner au village quelques temps... Je les ai plus vus d-depuis des mois. Ils d-doivent s'inquiéter..."

Son masque rejoint sa ceinture et il retire ensuite doucement son manteau avant de tendre la main vers son armure. Immédiatement, le buste explose, venant recouvrir lentement son corps, excepté le casque qui atterrit juste dans sa main droite. Casque qui est plus un diadème qu'autre chose d'ailleurs. Le manteau noir à nuages rouges flotte derrière lui, si différent, mais pourtant si proche de celui en cuir noir qu'il portait avant. Il faudrait d'ailleurs qu'il retrouve un autre manteau de ce genre, mais pour le moment, il se contente de remettre le vêtement par dessus son armure sans pour autant le refermer.

"Je pense que... J-je vais y aller tout de suite. Ou v-vous avez besoin de m-moi pour... p-pour faire notre rapport au sanctuaire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Maître des quêtes
Maître de vos vies et... de vos morts
avatar
Rôle : Gamemaster
Messages : 1375


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   Sam 14 Juil 2018 - 17:10

Quête validée !

Récompenses :

Griever = 5 points d'expérience
Angèle = 2 points d'expérience
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Livre de Mu - Quête Tableau d'affichage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tableau d'affichage
» Le Tableau d'Affichage & Historique
» ? TABLEAU D'AFFICHAGE
» Panneau d'affichage [POUR TOUS !]
» Tableau d'affichage des Décrets d'Education

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-