Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Florifer
Spectre de Méphistophélès étoile céleste du Commandement
avatar
Rôle : Bibliothécaire officielle des Enfers, lady professionnelle, mythomane à temps partiel
Messages : 58


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
175/175  (175/175)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mar 29 Aoû 2017 - 11:17



   Une question de Loyauté

 
 feat. Perséphone

   Intriguée. C'était le mot parfait pour définir l'état dans lequel j'étais en ce moment-même. Et pourtant, il n'y avait plus grand chose en ce bas monde qui pourrait piquer ma curiosité. Mais la personne que j'allais rencontrer ne faisait pas partie de ce bas-monde. Elle était au dessus de tout. Je sentis les vents changeant caresser mon visage, faisant tourbillonner ma crinière, et le soleil couchant réchauffer ma peau. Remettant une mèche en place, je baissais les yeux sur le sol, fixant les quelques habitations qui subsistaient dans cette campagne perdue au fin fond de l'Italie. Pour quelle raison une déesse se serait exilée dans un lieu coupé du monde ? Les choix de nos déités m'échappaient constamment. En même temps, ce n'est pas comme si j'avais mon mot à dire dans tout cela, mais si la grande Perséphone aimait la campagne et le calme, c'était son choix.

Je n'avais reçu son "appel" que depuis quelques heures, mais j'étais déjà en route pour la rejoindre. Après tout, il était de très mauvais goût de faire attendre une divinité, surtout quand on voulait se faire bien voir. Je n'avais rencontré la femme de notre seigneur qu'à deux reprises, à mon arrivée aux Enfers et lors de mon adoubement. Enfin, "rencontrer" était un bien grand mot, disons qu'elle avait daigné poser les yeux sur ma modeste personne, et je trouvais déjà cela bien suffisant. Je ne savais même pas pourquoi notre déesse voulait me voir, sa convocation étant des plus vagues. Pas de justifications, de mots superflus, juste l'ordre de la rejoindre dans une propriété au coeur de la campagne sicilienne. Moi qui détestait le sud et la chaleur, ce petit voyage ne me ravissait pas. Mais comme je disais, mieux valait ne pas faire attendre une déesse.

Les arbres disparaissaient peu à peu au sol, laissant place à une terre sèche et rocailleuse, recouverte ça et là de plants de vigne. Je finis par apercevoir le manoir où notre chère Perséphone avait décidé de faire halte. Je me posais sur le perron, et inspectait l'entrée avec minutie. Il était assez récent, d'inspiration française, même si quelques colonnades venaient décorer le parvis, sublimées par quelques moulures. La pierre blanche ne présentait que peu de défauts, et semblait de bonne qualité. Nul doute que ce lieu avait été bâti sous les ordres d'un talentueux architecte. Je m'approchais de la porte de bois sombre, et m'attrapais à frapper. Mais avant même que mon index ne rencontre le bois, la porte s'ouvrit pour me présenter un valet au visage indéfinissable. Ni jeune ni vieux, ni beau ni laid, ni grand ni petit. La définition même de la banalité. Il m'invita à entrer, ce que je fis prestement sans même lui accorder une parole.

Je me mis à le suivre, admirant les décorations ornant les longs couloirs. Des tableaux de maîtres, de magnifiques statues d'inspiration gréco-romaine, des vases finement ornés de dorures. Mais malgré tout ce faste, je ne pouvais m'empêcher de penser que ce lieu n'était pas digne d'une déesse. A côté du palais de notre seigneur, cet endroit valait à peine une écurie. Le valet, engoncé dans sa livrée noire, s'arrêta devant une porte. Depuis le début, il n'avait pipé mot, le regard étrangement fixe. Il appuya sur la poignée, et poussa les battants, me laissant entrer avant de s'éclipser rapidement. J'entrais dans ce qui semblait être un grand bureau. La pièce semblait immense, décorées de tentures coûteuses. Mais je m'en fichais, le regard posé sur la personne en son centre.

La déesse me tournait le dos, fixant un point fixe que je ne voyais pas. Sa longue chevelure ténébreuse cascadait sur ses épaules avant de tomber royalement à ses chevilles. Sa robe sombre, bien que sobre, semblait faite d'un tissu inconnu, celui-ci semblant luire dans la semi-pénombre. La flamme des bougies faisaient danser des ombres sur elle, la rendant inquiétante. Et je pouvais apercevoir ses mains diaphanes, sa peau pâle et claire sans imperfection. Prestement, je m'inclinais avec déférence et posais un genou à terre, baissant le regard. Je me permis d'ouvrir la bouche, ma voix sortant sans tremblement.

" Comme vous me l'avez demandé, je suis là votre Majesté. Comment puis-je vous être utile votre Grandeur ?"

   (c) Never-Utopia
   


Dernière édition par Florifer le Mer 30 Aoû 2017 - 15:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Déesse des Ténèbres
avatar
Rôle : Staff
Planter des fleurs sur la tombe d'Alessio et faire des bébés avec Hadès
Messages : 8811


Caractéristiques
Vie Vie:
145/145  (145/145)
Cosmos Cosmos:
145/145  (145/145)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mer 30 Aoû 2017 - 12:27




Le temps est un être bien capricieux, à l'égal de son créateur, le grand Chronos. Filant tantôt trop vite, tantôt trop lentement, on ne se satisfait jamais de la mesure qu'il a choisi pour écouler les secondes qui le composent.
Cela fait des semaines entières qu'elle s'est absentée des Enfers. Certes, pour une excellente raison. Cependant, cet éloignement, s'il était vécu comme essentiel au départ, s'est peu à peu mué en tristesse, puis en agacement, pour se transformer en une exaspération latente rendant l'humeur de la divinité des plus capricieuses. Hadès est une drogue délicieuse, dont il est impossible de se passer une fois qu'on y a goûté. Sa quête étant pour ainsi dire achevée, elle a retrouvé cette conscience, ce qui n'est en rien pour arranger les choses.


Debout dans la petite pièce faiblement éclairée par la lueur de quelques chandelles, les paupières de Perséphone se ferment l'espace de quelques instants. Elle vient d'arriver. Un délicat sourire se dessine sur ses lèvres.
Ce n'est pas parce qu'elle a déserté le royaume des morts depuis quelques temps, qu'elle ne se tient pas au courant pour autant. La purge confiée à ce cher Thanatos semble se dérouler à merveille. Évidemment... elle ne lui avait pas été confiée à lui par hasard... Il était le plus à même de la mener à bien. Kazuki l'aurait également pu... Mais quand l'on est poursuivit par la Mort elle-même... cela fait toujours son petit effet.



Renier et sacrifier ta vie passée...


Florifer vient de pénétrer dans la petite pièce. Alors qu'elle a ployé le genoux, et bien que le Printemps n'ait pas encore consenti à se retourner, la voix de la Reine s'extirpe de sa poitrine dans un murmure. A cet instant précis, la flamme de toutes les bougies vacille, sans pour autant s'éteindre, alors qu'aucune fenêtre, qu'aucune porte n'est ouverte.


Ces mots... elle les a déjà entendus. Il y a fort longtemps à vrai dire. Mais Perséphone ne doute pas qu'elle se rappellera parfaitement quand, où et dans quelles circonstances. Du moins... serait-ce judicieux que ce soit le cas.
Délicatement, dans un bruit de tissu légèrement froissé, l'épouse d'Hadès se retourne. Dans ses bras, un petit chiot au pelage de neige qui ronfle dans un demi silence.
Ses iris brillants d'un éclat d'obsidienne se posent sur la jeune femme agenouillée. Etant donné qu'elle avait été formée et sous la garde d'Elicia, cette même Elicia qu'elle venait tout juste de nommer prêtresse de leurs Majestés, elle allait s'occuper elle-même de celle-ci, ayant communiqué à Thanatos qu'il était inutile qu'il s'en charge.



Relèves toi mon enfant... Tu as fait vite, c'est très bien.


Un léger sourire se dessine sur le visage divin alors qu'elle fait quelques pas vers un imposant fauteuil recouvert de velours d'un rouge qui n'est pas sans rappeler une certaine substance de la nature humaine.
Elle semble mieux disposée et plus agréable que la première et unique fois où leur chemin s'était croisé. D'un geste de la main, elle indique le fauteuil qui se trouve à sa droite. Un guéridon sépare les larges sièges, un petit plateau d'argent portant deux tasses de porcelaine lunaire, une théière fumante et quelques morceaux de sucre.
Une fois qu'elle a pris place, Perséphone fixe intensément sa spectre sans prononcer le moindre mot. Une spécialité de la déesse qui a tôt fait de mettre plus ou moins mal à l'aise selon les personnalités. Cependant ça n'a jamais été le but, même si Perséphone ne se trouve pas mécontente d'observer une certaine gêne chez son interlocuteur, surtout s'il s'agit d'un dieu.



Thanatos est actuellement en train de purger les Enfers de ses couards et autres faibles sans consistance qui en ternissent la réputation. Pour ce faire il entreprend de tester absolument tous les spectres.


Elle fait une courte pause après avoir délibérément appuyé de manière exacerbée sur le mot "tous".
Contrastant presque violemment avec l'image que renvoie les mots qu'elle vient de prononcer, un agréable sourire étire ses lèvres rosées.



Mais heureusement pour toi, J'ai décidé de m'occuper de ton cas personnellement...


"Heureusement" n'est peut être pas le terme adéquat... Disons que les méthodes de Perséphone diffèrent nettement de celles de Thanatos, dans ce cas précis toujours est-il. Cependant... à savoir si l'épreuve physique est plus facile que celle qui touche l'esprit... allez savoir.



Alors, dis moi Florifer... Jusqu'où serais-tu prête à aller par loyauté envers sa Majesté...


"Elle prononce ces mots d'une voix légère, contrastant, là encore, foncièrement avec ce qu'ils représentent.
Ses doigts s'enfouissent dans le pelage cotonneux du petit animal qui repose sur ses genoux, et qui se met à ronfler de plus en plus fort.


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia


----------------------------------------

Le livre des morts
Carnet de voyage

   

Revenir en haut Aller en bas
Florifer
Spectre de Méphistophélès étoile céleste du Commandement
avatar
Rôle : Bibliothécaire officielle des Enfers, lady professionnelle, mythomane à temps partiel
Messages : 58


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
175/175  (175/175)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mer 30 Aoû 2017 - 15:56



  Une question de Loyauté

 
feat. Perséphone

  Je finis par me relever sur ordre du Printemps, et la regardais s'avancer vers un guéridon en souriant. Elle me désigna élégamment un fauteuil carmin à côté du sien, m'intimant de m'y installer. Je m'avançais discrètement et pris place sur le siège, m'enfonçant avec grâce dans le tissu écarlate. Mon regard se posa sur les tasses de thé fumantes reposant sur la petite table. Un sourire discret se forma sur mon visage. Inutile de dire que je n'étais pas là pour parler chiffon, mais je devais admettre que c'était déjà fort aimable de sa Majesté de nous proposer un petit encas. Faisant tomber un sucre, je remuais le breuvage avant de prendre l'anse et la coupelle entre mes doigts. Je portais la tasse à mes lèvres, savourant la décoction. Excellent, d'une qualité rare. J'observais du coin de l'oeil la divinité, celle-ci me fixant d'un regard sombre et intense, un regard de prédatrice. Entre nous deux, c'était elle qui faisait régner l'ordre. Qui sait ce qui se trouvait dans mon thé ? Je doute qu'elle l'ai empoisonné, mais on savait jamais.

J'écoutais avec attention les paroles de notre maîtresse infernale. Je ne pouvais lui donner une émotion, tellement ses paroles et son ton étaient neutres. Et étrangement, ses paroles ne m'inspiraient pas confiance, je devais rester sur mes gardes. Bien que je préfère nettement me faire tester par cette divinité que par l'allégorie de la Mort, je n'étais pas non plus tranquille. J'avais eu vent de la grande purge, des spectres discrets disparaissant mystérieusement. Au fond de moi, j'approuvais totalement cette pratique, et comprenait mes maîtres. En temps de guerre, on ne pouvait se permettre de garder des faibles et des lâches dans nos rangs, la vermine ne valait pas qu'on la ressuscite. J'observais discrètement la flamme des cierges, douce ballerine vacillant légèrement en présence de dame Perséphone. Les dieux avaient l'art et la manière d'influer sur leur environnement.

En vérité, je me doutais bien que mon tour arriverai rapidement. Comparé à certains spectres, comme mon supérieur, je n'étais encore qu'un nourrisson. Certains semblaient avoir tout vu, tout entendu, et devaient avoir prouvé leur loyauté une bonne centaine de fois. Et pourtant, eux aussi étaient en danger. Puis le Printemps me posa la question tant redouté. Ma réponse serait cruciale, d'une importance capitale, je n'avais pas le droit à l'erreur. Je reposa la tasse, et m'éclaircis la gorge, mes yeux lavandes se posant sur le chiot lové au creux de ses bras.

" Une bien vaste question que voilà votre Majesté, mais à la réponse des plus enfantines. Je serais prête à tout pour vous et notre seigneur, tant que cela ne met pas votre vie et celle de messire Hadès en danger. J'ai déjà renié mon passé, sacrifié maints souvenirs pour vous. Et je serai prête à également renier mon avenir, mourir pour vous servir, vous et notre cause."

Simple, efficace. Est-ce la réponse qu'attendait sa Majesté ? Je l'ignore. Mais une chose était sûre : mes paroles étaient des plus sincères.
  (c) Never-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Déesse des Ténèbres
avatar
Rôle : Staff
Planter des fleurs sur la tombe d'Alessio et faire des bébés avec Hadès
Messages : 8811


Caractéristiques
Vie Vie:
145/145  (145/145)
Cosmos Cosmos:
145/145  (145/145)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mer 30 Aoû 2017 - 16:27




Le Printemps détaille la jeune femme alors qu'elle porte la tasse à ses lèvres. Elle est délicate, chacun de ses gestes, battements de cils ou expressions faciales, semblent être savamment calculés au plus juste, maniés avec précision et parfaitement contrôlés. Elle est très attentive à ce qu'elle fait, à ce qu'elle dit et... surtout à ce qu'on lui dit, à ce qu'elle voit, à ce que les autres font. Cela semble certain. C'est d'ailleurs notamment pour ces caractéristiques qu'elle avait retenu l'attention d'Hadès. Pour cette capacité à déceler, observer, analyser, qu'il avait souhaité qu'elle rejoigne le rang des spectres des Enfers.


La Déesse semble n'écouter les mots de Florifer que d'une oreille distraite. Au gré des paroles qui s'écoulent des lèvres de la spectre aux formes plantureuses, naît un sourire sur le visage de Perséphone. Un sourire légèrement en coin, presque cynique, qui semble dire "Mais oui... bien évidemment". Pour l'heure elle ne sort pas du lot, apportant une réponse d'une platitude sans nom à la Reine des Enfers. La question est sommes toutes banale, cela est certain. C'est justement ce point qui rend la réponse si difficile à formuler, elle doit sortir de l'ordinaire, être sans équivalent. Mais Florifer a de la chance... les mots... n'ont jamais eu la moindre importance au regard de la Déesse des Enfers.


Perséphone ne touche pas à son thé. Pour autant, celui de Florifer n'est-il rien de plus que ce qu'il parait être. Le poison est pour les humains... ou les lâches. Un Dieu, quel qu'il soit, n'a certes pas besoin d'avoir recours à ce style de méthodes, cela serait une honte absolue. Enfin, passons...


Sans répondre le moins du monde à ses mots, la Divinité brise la faible distance qui les sépare. Debout face au Commandement, les Ténèbres posent délicatement le petit chiot qu'elle tenait dans ses bras sur les cuisses de la jeune femme.
Semblant nullement importuné par ce change de genoux, la boule de poils se tourne en poussant un soupir de souris et se rendort aussitôt en ronflinant comme un bienheureux.



Ce petit chiot s'appelle Yuuki. Cela signifie neige en japonais. C'est Setesh, que tu dois connaitre ne serait-ce que de réputation, qui me l'a ramené d'un voyage il y a fort longtemps.


Perséphone tourne les talons, soulevant rapidement les pans de son ample robe couleur de nuit qui traînent sur le sol, puis fait quelques pas dans la pièce avant de poursuivre.



Hadès lui a jeté un sort afin qu'il ne grandisse jamais et reste à l'état de chiot jusqu'à la fin de ses jours. Il a fait cela pour me faire plaisir, car... n'est-elle pas mignonne... cette petite boule de poils...


Un léger sourire se dessine sur ses lèvres, mais elle poursuit bien vite, sans attendre que la spectre réagisse, et se retourne en s'adossant contre l'imposante bibliothèque de bois vernis qui trône contre le mur qui fait face à Florifer.



Ce chien me suit partout depuis quelques années, tu l'as toi même croisé il me semble. Je l'aime infiniment, c'est un compagnon précieux. Je t'ordonne de le tuer.


Sa phrase se ponctue comme la foudre s'abattant sur la cime d'un arbre maintes fois centenaire. Le visage fermé, presque placide, ses traits ne reflètent pas la moindre émotion. Elle n'a pas l'air de plaisanter pourtant...
Elle vient bien de lui demander de tuer un être auquel elle tient beaucoup, qui lui a été offert et béni par la magie d'Hadès de surcroit.


Les prunelles violines de la déesse ne la quittent pas des yeux. Alors... que vas-tu faire, Florifer... Quelle décision vas-tu prendre.


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia


----------------------------------------

Le livre des morts
Carnet de voyage

   

Revenir en haut Aller en bas
Florifer
Spectre de Méphistophélès étoile céleste du Commandement
avatar
Rôle : Bibliothécaire officielle des Enfers, lady professionnelle, mythomane à temps partiel
Messages : 58


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
175/175  (175/175)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mer 30 Aoû 2017 - 21:19



 Une question de Loyauté


feat. Perséphone

 Ma paume se posa sur le pelage doux et soyeux de l'animal, flattant le creux de son cou. Je l'entendis pousser un grognement de satisfaction, remuant légèrement sur mes cuisses. Une bien belle bête, à laquelle la déesse était visiblement très attachée. Elle se leva, m'expliquant brièvement l'origine de ce chiot. Je hochais la tête, dardant un regard attentif sur la déesse. J'entortillais machinalement une mèche de cheveux autours de mon index, levant les yeux vers le plafond.

" Oui, je le connais de réputation. Un spectre qui n'a pas peur de se salir les mains."

Nul doute qu'il réussirai le test haut la main. Il n'avait rien à envier aux deux autres juges, véritable allégorie de la force brute. Mais passons. La fille de Déméter se dirigea vers la bibliothèque en face de moi, effleurant du bout des doigts le bois sombre avant de s'adosser au mur. Mon regard se posa sur elle, puis sur les rayonnages, inspectant rapidement les côtes d'un oeil expert. Mythologie, philosophie, théorie... Je stoppais mon analyse en voyant un sourire se former sur les lèvres fines de dame Perséphone. Et c'est là qu'elle m'annonça sans aucune hésitation ce que je devais faire.

L'ordre s'abattit sur moi, tel un fouet claquant sur le dos d'un esclave. Je haussais un sourcil, surprise et intriguée. Pourquoi risquer la vie de son fidèle compagnon ? La déesse devait attendre une réponse précise de ma part pour prendre un tel risque. Combien de spectres se seraient contentés de hocher la tête avant de tordre le cou de l'animal ? Oh, tellement. C'était tellement simple si on omettait de réfléchir. Mais mon instinct me soufflait que cela devait être plus profond. Non pas que l'idée de tuer une bête me rebutait. Après tout, un animal reste un animal, s'il ne se montre pas utile, il n'y a aucune raison de refuser. Mais là, on parlait d'un cadeau, un cadeau béni qui plus est. Ma réponse serait déterminante, je n'avais pas le droit à l'erreur.

Mon regard se baissa de nouveau sur Yuuki, celui-ci toujours endormi. Je passais ma main sur son ventre, fronçais les sourcils. Puis, petit à petit, un léger sourire pointa sur mes lèvres rosées. Je relevais les yeux vers sa Majesté, lui accordant un petit sourire.

" Je suis désolée votre Altesse, mais je me dois de refuser."

Les mots étaient lâchés. Je ne pouvais plus reculer maintenant, je devais assumer mes dires jusqu'au bout, sinon s'en était finie de moi.

" Non pas que le fait de tuer me rebute, mais votre ordre est tout simplement absurde, et ne vous apportera rien de bon. Qui suis-je pour toucher à un animal béni par votre ténébreux époux ? Cela serait un outrage à sa Majesté Hadès. Hors, je vous respecte, vous et mon maître, profondément, et je ne peux me résoudre à souiller votre très cher "Yuuki"."

Je baissais les yeux, fixant le canidé en souriant. Je n'apercevais rien de l'expression de dame Perséphone, et ignorais si elle s'attendait à cela. Malgré tout, je décidais de continuer ma lancée.

" De plus, cela serait contrairement à mon rôle de spectre et à mon rang au sein de votre armée. Il est regrettable pour un soldat compétent de suivre à l'aveugle des ordres aussi absurdes, si ceux-ci n'apporte rien de bénéfique à ses Majestés. Hors, mon devoir est de vous servir, et mettre à mort cet animal est donc contraire à votre rôle, et ne vous apporterait que tristesse. La chute dans le Tartare ne m'effraie pas, mais je serais fort marrie si sa Majesté est chagrinée à cause de moi."

Relevant les yeux, je croisais le regard violine de la déesse, son visage n'exprimant aucune émotion. Impossible de dire si ce que je lui avais dis lui plaisait ou non. Un soupir s'échappa de mes lèvres, mon regard dérivant de nouveau sur les ouvrages à côté de sa majesté.

" En temps de guerre, il serait malheureux que sa Majesté soit attristée par la mort d'un compagnon fidèle, surtout si cela biaise son jugement. Je refuse donc pour votre bien et celui de notre seigneur, qui, je n'en doute pas, serait peiné de vous voir dans un tel état.

Ma sentence était proche. Avais fais-je ou non le bon choix ? Nul ne pourrait le dire. Mais mon destin était maintenant entre les mains de la maîtresse des ténèbres.
 (c) Never-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Déesse des Ténèbres
avatar
Rôle : Staff
Planter des fleurs sur la tombe d'Alessio et faire des bébés avec Hadès
Messages : 8811


Caractéristiques
Vie Vie:
145/145  (145/145)
Cosmos Cosmos:
145/145  (145/145)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Sam 2 Sep 2017 - 0:10






A l'instant précis où la spectre prend sa décision. A la seconde même où elle fait son choix, le petit chiot qui dort dans ses bras se dissipe comme le vague souvenir d'un songe que l'on égare une fois éveillé. Au fur et à mesure qu'elle parle, la pièce semble onduler sous un étrange maléfice. Comme si elle était remplie d'eau, alors que ce n'est pourtant pas le cas, les murs ondulent doucement sous la force d'une brise marine imaginaire.


Les prunelles violines de la divinité ne quittent pas Florifer du regard alors qu'elle justifie son choix, sans qu'aucun sentiment ou expression ne parent son visage diaphane.
Mot après mot, la pièce se teinte d'une délicate couleur pourpre. La tranche des livres sur les étagères, le pourtour des cadres des tableaux accrochés au mur, le petit guéridon, et même le liquide fumant dans les tasses prend peu à peu cette étrange couleur. C'est comme si l'endroit tout entier se fondait dans les iris de la déesse des Ténèbres.


Alors que le dernier mot s'extirpe de la gorge de la spectre, la pièce et Perséphone disparaissent de sa vue, ne laissant pour seul décor qu'un immense océan vidé de toute substance autre que ce prune foncé. Un silence pesant s'installe pendant quelques secondes, avant qu'il ne soit brisé par une voix. Masculine, sévère, elle tonne comme l'éclair au coeur d'un typhon.



Hadès, Perséphone, Macaria, Thanatos, Hypnos.
Sais-tu ce que tous ces noms ont en commun... Florifer.


La question ne semble pas réellement en être une, car l'entité inconnue poursuit d'une voix lente et grondante. L'atmosphère qui se dégage tout autour de la jeune femme devient de plus en plus pesante.



Ce sont tous des êtres divins.
Ils sont l'essence même de ce monde. Ce qui fait de lui ce qu'il est, ce qu'il a toujours été.
De tous temps à jamais, ils ont toujours été là et le seront toujours.
Alors que vous... simples mortels... n'êtes que de passage sur cette terre.
Un passage rapide et aussi fugace qu'un songe.
Ne va pas croire que parce que le Sombre Monarque t'as accordé l'immortalité, il ne peut pas te la reprendre.


Une ombre frôle la nuque de Florifer alors qu'un maelström se forme au coeur de l'espace qui l'environne. Un nuage condensé de poussières, de cosmos et de fumée absorbe l'intégralité de la couleur violine qui régnait en maîtresse.
Lorsque le tumulte prend fin, le petit chiot qu'elle avait tenu dans ses bras il y a peu, se trouve face à elle. Sa taille défierait les esprits les plus imaginatifs. Comparé à elle, on dirait un éléphant face à une souris.
Ses grands yeux azurés ressemblent à s'y méprendre à ceux du Roi des Enfers, alors que sa mâchoire affiche un nombre de crocs saillants parfaitement improbable.



Qui es-tu, simple mortelle, pour juger des décisions des Ténèbres ?!
Comment oses-tu remettre en question les ordres qui te sont donnés par un dieu !
Tu es bien loin de pouvoir cerner leurs desseins ou leurs aspirations.
Tu es bien loin d'imaginer ce qu'est leur nature réelle, ce que sont les voies qui guident chacun de leurs actes.
Penses-tu être à même de juger ce qui est bon ou pas pour les dieux que tu as choisi de servir ?
Crois-tu sincèrement que tes décisions sont plus judicieuses que les leurs ?
Que sais-tu des desseins qui se cachent sous les ordres qu'ils te donnent... Tu n'en sais rien !


Le silence s'instaure de nouveau alors que les pupilles brillantes de l'animal dévisagent Florifer de toute leur hauteur.


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia


----------------------------------------

Le livre des morts
Carnet de voyage

   

Revenir en haut Aller en bas
Florifer
Spectre de Méphistophélès étoile céleste du Commandement
avatar
Rôle : Bibliothécaire officielle des Enfers, lady professionnelle, mythomane à temps partiel
Messages : 58


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
175/175  (175/175)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Lun 11 Sep 2017 - 20:00



Une question de Loyauté


feat. Perséphone

Une erreur. J'avais visiblement commis une énorme erreur, et j'allais peut être bien le payer très cher. Mon arrogance était certainement le pire de mes défauts, et certainement celui qu'on ne devait surtout pas avoir quand on faisait face à une divinité. Et à cet instant précis, je regrettais amèrement mon choix, ma gorge s'asséchant et mes sourcils me fronçant. Je vis la pièce disparaitre, telle un mirage, une hallucination. Elle se para des couleurs de la déesse des Ténèbres, celle-ci me fixant sans émotion. Je la vis tout-à-coup se brouiller, s'estomper, puis disparaitre, emmenant le décor avec elle. Je me trouvais désormais seule. Ou du moins, je le croyais. Perdue dans ce vide angoissant, je me crispais en entendant une voix grave et persiflante siffler à mes oreilles.

On dirait celle du Seigneur Hadès. Et il ne pouvait m'arriver rien de pire que de contrarier le dieu des Morts. Je me sentais soudainement oppressée, une force invisible compressant cruellement ma cage thoracique. Ma respiration devint sifflante, et mes yeux s'écarquillèrent, mes iris lavandes se rétrécissant. Me prendre mon immortalité. C'était sûrement l'une des pires choses qu'il pouvait m'arriver en ce bas monde. J'avais mené des recherches sur la mort de mon vivant, m'étais posée de sombres questions, et maintenant que j'avais atteint le summum du pouvoir pour un humain ordinaire, on me menaçait de me reprendre ce privilège ? Ma gorge se serra, et je me mordis les lèvres jusqu'au sang. Impensable. Je ne pouvais pas perdre ce droit, cet accès à mon objectif ultime. Si ce malheur arrivait, je ne serais qu'une âme comme les autres, envoyée sans remord au Pré de l'Asphodèle, ou pire encore, au Champs des Châtiments. Je ne supporterai jamais d'être torturée pour l'éternité, cela m'étais impensable.

Alors que je sentais mon esprit divaguer, le chiot auparavant sur mes genoux réapparut devant moi, me fixant avec cruauté. Il était gigantesque, sa bouche béante menaçant de m'engloutir, ses prunelles glacées me happant et menaçant de me rendre folle. Une bête tout droit sortie du Tartare, n'ayant rien à envier à Cerbère lui-même. Ses mots m'accablaient, me torturaient, comme milles poignards s'enfonçant dans mon corps. Ce n'était pas de simples paroles, mais bel et bien un avant-goût de la punition qui m'attendrait si je faisait la forte tête. Je sentis soudainement des ombres me déchirer de l'intérieur, comme m'emprisonnant. Impossible de bouger mes mains, mes jambes, ou même de laisser échapper un seul son. Ma gorge me faisait horriblement souffrir, et je me mis à cracher du sang, bel et bien paniquée. Ce supplice m'était intolérable, cette humiliation me tuait à petit feu. Je me sentis tomber sur le sol, et me rattrapait sur mes coudes, fébrile et tremblotante. Une unique larme salée coula sur ma joue gauche, venant mourir sur mes lèvres désormais carmines. Prenant mon courage à deux mains, j'élevais ma voix, rauque et tremblante :

" Vos Majestés... Pardonnez moi."

Des excuses, c'est tout ce que je pouvais faire pour rattraper la situation. Je ne devais pas être la première à m'être retrouvée dans un état aussi critique, et certains de mes prédécesseurs avaient dû très mal finir. Je ne voulais pas devenir une simple âme en peine, une ombre confinée dans l'ennuie éternel et l'oubli. Je me redressais, restant à genoux et me tenant le ventre.

" Ma réaction est inacceptable, et je m'en rend bien compte. Je vous en supplie, pardonnez moi, punissez moi s'il le faut. Demandez moi n'importe quoi, et je l'exécuterai."
(c) Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Déesse des Ténèbres
avatar
Rôle : Staff
Planter des fleurs sur la tombe d'Alessio et faire des bébés avec Hadès
Messages : 8811


Caractéristiques
Vie Vie:
145/145  (145/145)
Cosmos Cosmos:
145/145  (145/145)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Dim 8 Oct 2017 - 20:56






Tout ce qui enveloppait la jeune femme semble s'étioler. La couleur se fane, perd en intensité, alors que les pourtours de l'immense chien blanc se floutent petit à petit. Au bout de quelques secondes ne reste plus que le néant. Pas de sol ni de plafond, pas de son, d'odeur ou de sensation. Rien... que le vide.
Florifer est seule avec elle-même durant de longues minutes, une attente qui parait interminable, jusqu'à ce qu'un mince trait de lumière filtre à travers le néant qui l'environne. Comme si on avait ouvert une porte fort lointaine et que celle-ci donnait sur un rayon de soleil unique. Une lumière qui filtre jusqu'à frôler la spectre qui se tient sur le sol.



Ma pauvre enfant...


Une femme sortie de nulle part se tient devant elle. Délicatement, elle s'agenouille près de Florifer alors que le dos de sa main balaye d'un geste doux le sang qui s'écoule encore de la commissure de ses lèvres.
Elle a l'air assez jeune, 25 ans, peut être 28 mais sans doute pas plus. Son ample robe blanche se disperse tout autour d'elle, à l'égale de sa longue chevelure à la couleur similaire à la sienne. Ses iris d'émeraude dévisagent la spectre avec beaucoup de douceur et de bienveillance. D'elle, émane une aura chaleureuse, réconfortante, à travers laquelle il est même possible de ressentir toute son empathie.



Je vois que ma soeur n'a pas fait dans la demie mesure... encore une fois...


Sa paume ouverte se pose avec délicatesse sur le front de la jeune femme, alors qu'une énergie dorée s'en extirpe. Doucement, toutes les souffrances qui enserraient l'enveloppe charnelle de la spectre se dissipent comme si elles n'avaient jamais existé.



Ne sois pas étonnée... tu n'es pas la première que Perséphone fait souffrir de la sorte pour un obscure prétexte de loyauté. Ma soeur... n'a plus confiance en personne depuis bien longtemps...


Un sourire contrit s'affiche sur le visage de la jeune femme inconnue. Elle semble sincèrement peinée par le sort de Florifer ou, du moins, son aura ne donne-t-elle pas le sentiment qu'elle ment.
Avec douceur, elle saisit son bras pour l'aider à se relever. Une fois qu'elles se font face, elle lui adresse un sourire aimable.



Excuses-moi, je ne me suis pas présentée. Je suis la déesse Athéna. Quel est ton nom ?


(c) Codage par Asmareth pour Never Utopia


----------------------------------------

Le livre des morts
Carnet de voyage

   

Revenir en haut Aller en bas
Florifer
Spectre de Méphistophélès étoile céleste du Commandement
avatar
Rôle : Bibliothécaire officielle des Enfers, lady professionnelle, mythomane à temps partiel
Messages : 58


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
175/175  (175/175)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   Mar 31 Oct 2017 - 14:14



  Une question de Loyauté

 
feat. Perséphone

  J'avais l'impression d'être face à un tableau inachevé, dont le peintre retirerait les couleurs par dépit. Tout se floutait autours de moi, s'estompait, disparaissait petit à petit, comme aspiré par l'air. Même le monstre en face de moi partait, son pelage ne devenant plus qu'un fin mirage, puis un souvenir. Un très mauvais souvenir. Au fond de moi, je soupirais de soulagement, m'asseyant sur mes talons en relevant la tête, essuyant distraitement un filet de sang au coin de ma bouche. Un instant, je savourais ce calme, si apaisant, accalmie après une tumultueuse tempête. Je sentais ma respiration se calmer peu à peu, mes pupilles reprenant leur taille initiale.

Puis, je sentis de la chaleur. Pas celle sèche et fatigante des plateaux siciliens, ou celle, plus humide et désagréable, des forêts d'Asie Mineure en été, après la pluie. Non, cette chaleur-là était plus douce, plus réconfortante, comme les bras rassurants d'une mère. Je voyais un rayon de lumière se profiler vers moi, comme si on entrouvrait des volets. Puis, j'entendis une voix. Pas celle de Dame Perséphone, sûrement pas. Plus douce, plus réconfortante, si calme et posée, comme m'invitant à la rejoindre. Je ne répondis pas, trop absorbée par l'apparition faisant son entrée devant moi.

Assurément, elle était magnifique. Jeune, peut-être le même âge que moi, peut être moins, peut être plus. Ses cheveux étaient de la même teinte que les miens, mais bien moins bouclés, plus sage et lisse, brillant et l'air doux comme de la soie. Ses traits fins et clairs étaient doux, doux comme ses yeux, aux iris d'un vert émeraude assez brillant. Je sentis sa main sur mon menton, essuyant le sang qu'il me restait au coin de la bouche, son visage d'ange à la hauteur du mien. Je n'ouvrais pas la bouche, la fixant, tendue. Qui pouvait-elle être ? Cette aura si douce... Si chaleureuse... Elle n'était pas humaine.

Puis je compris rapidement. Perséphone, sa soeur. Cette femme ne pouvait être qu'une déesse, peut-être même une divinité olympienne. Etait-ce de bonne augure ? Certes, elle était charmante, si agréable avec moi, même... Au fond, un serpent insidieux persiflait, un serpent appelé communément "raison". Je sentais, sa paume sur ma peau, mes douleurs s'en aller, disparaitre une à une, mes blessures se refermer. Malgré toute cette bonté, malgré cette générosité, Raison m'obligeait à rester aux aguets, comme si la déesse des Ténèbres pouvait surgir à tout moment. Et même quand je m'y attendais le moins. Surtout si je reprenais ses mots, et que sa Majesté n'avait plus confiance en personne.

Doucement, je me relevais, saisissant sa main blanche, esquissant une moue reconnaissante. Mais intérieurement, j'étais en ébullition, mon cerveau évaluant toutes les possibilités à toute allure. J'avais des doutes, de sérieux doutes. Après tout, Dame Perséphone m'avait prouvé qu'elle était passée maîtresse dans l'art de la manipulation. Et pourtant, il restait une infime chance que cette femme soit réellement Athéna. Je devais faire mine de l'écouter pour le moment. Mais peu importe ce qu'elle me dira, je serai toujours fidèle à mon dieu et son épouse. Lui rendant son sourire, je répondais d'un ton plus assuré que précédemment :

"Florifer, je m'appelle Florifer. Mais... Pourquoi me venir en aide ?"

  (c) Never-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une question de loyauté. [FB][PV Perséphone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» athéna perséphone zubrowka ? hey baby (uc).
» Hadés et Perséphone en Europe.
» Perséphone, déesse des enfers [ok]
» Perséphone, Déesse des Ténèbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-