Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Messages : 4272


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   Jeu 13 Juil 2017 - 23:30





Avalon la grande, île et sanctuaire, où jadis tant c'est joué. Si belle fut cette île, cachées par les brumes évanescentes. À cheval entre deux mondes, rares sont les lieux plus enchanteurs. Jadis s'y dressaient les hauts lieux de culte, des Celtes descendants des Hyperboréens. On y trouvait de grands lacs aux eaux limpides, émeraudes et turquoises, des bassins et puits aux eaux nacrées, de grandes forêts où, à l'automne des feuilles d'or tombaient des arbres, où l'on voyait chanter, dans les sous-bois éclairés par des halos surnaturels de lumière solaire et des créatures a la voix enchanteresse.

Avalon est une île, qui disparut du monde physique en même temps que les peuples plongèrent dans l’obscurantisme. Il fut un temps où les elfes peuplaient l'île. Ils enfermaient alors les mauvais esprits, les mauvaises âmes pour les purifier. Ils ont donc capturé une grande quantité de magie, de pouvoir et de lumière. Longtemps après, Avalon devint le Haut lieux de culte des prêtresses de la déesse et des druides. Plus qu'un lieu sacré, l'île est le symbole de l'union de tous les êtres, sous une seule et même bannière, celle de la Divine Providence. Elle représente le passé glorieux où la magie, était reconnue par tous les hommes.

Le temps était légèrement orageux au lac Stymphale. Les oiseaux volaient relativement bas, et l'air était humide. Ce temps d'automne annonçait les grands vents des plaines, et une saison plus rude pour les voyageurs qu'on pourrait penser. Cependant, pour une immortelle telle que moi. C'est une époque favorable pour cristalliser dans ma mémoire ancestrale, la beauté de ce paysage. Mais mon dernier ressenti, dont hélas je me souviendrais à mon réveil, est tout l’amour que m'envoya mon hôte sur Avalon, comme si celui-ci tenait, avant qu’elle me soit liée, à me faire comprendre à quel point celui-ci lui tenait, à elle.

C'est subtilement que mon esprit s'éveilla, suivi par mes paupières, qui fixèrent dans le ciel nocturne, la Lune apparente, surplombant de toute sa splendeur, tout autre astre nocturne. Mon regard dévia subtilement de l'astre, pour s’apposer sur le lac Stymphale. Il faisait si sombre que l’on aurait pu se croire lors d’une nuit noire, sans aucune étoile brillant dans le ciel. Et pourtant, l'eau scintilla de mille feux sous l'effet de la lumière astrale. Ne pouvant rien faire d’autre que de rester assise sur les abords de ce paysage idyllique. Mon esprit divin repris subtilement le contrôle de mon hôte, après ce rêve étrange de mon réceptacle.

Il était illusoire de penser pouvoir cacher quelque chose à son réceptacle et vice-versa. Illusoire, oui, c’était le mot, et cela pour la seule et simple raison qu’ils partageaient une même âme, divisée en deux âmes distincts, mais néanmoins en contact l’une avec l’autre. Alors, en de telles circonstances, lorsque l’on n’y prenait pas garde, il n’était pas impossible que les émotions de l’un soient ressenties par l’autre. Et cela devait expliquer pourquoi je ressens aussi bien ce que mon réceptacle essaie de me cacher.

Et alors, adossé de tout mon dos sur un chêne vieux de plusieurs siècle. Je me redresse de toute ma hauteur, pour mieux profiter encore de ce paysage idyllique. Jadis, Le lac Stymphale jouait un rôle dans la mythologie grecque. On racontait que sur les bords de ce lac étaient infestés par des myriades d'oiseaux. Les Stymphalides aux ongles crochus, au bec de fer, qui se nourrissaient même de chair humaine. Ils étaient si nombreux que songer à les exterminer les uns après les autres, était chose absurde. Héraclès imagina des cymbales d'airain qui, frappées continuellement par lui, rendaient un son assourdissant qui épouvanta les oiseaux et les mit en fuite. Cet exploit constitua l'un de ses Douze travaux du héros.

Une époque où les mortels totalement dépourvus de Cosmos pouvaient sur des exploits de ce type, se targuer d'être élevée au titre de héros. Mais c'est tout autre chose que mon esprit se désappointa. Puisque ces derniers mois on était marqués par ma visite à Asgard, et par ma rencontre avec Odin, le seigneur du royaume du grand nord. Il était extrêmement difficile d'oublier cet échange avec le seigneur d'Asgard. Car même si affaiblis par des guerres successives, certaines forces restent dangereuses, même parmi mes frère et sœur. Odin avait évoqué Arès, mais le danger ne s'arrête évidemment pas au dieu des carnages et de la guerre violente.

Le temps, concept ô combien important aux yeux des Hommes, race éphémère et mortelle, mais pourtant si difficile à saisir. Mais pour une immortelle que je suis, la notion du temps est radicalement différente. Et alors que se chevauche mes rencontres du passée, quelque chose semble perturbée la nature environnante, comme si la nature elle-même m'adresse un message que je ne parviens pas encore à saisir. La nuit passe lentement, et pourtant loin de se terminer, je me cramponne à cet éventuelle intrusion dans les environs du lac de Stymphale ! Peu à peu, je me faufile dans les méandres de la nuit, et de m'émanciper de la vigilance de quiconque s'aventurant dans les lieux environnant.

Et c’est ainsi que je parviens finalement à un bosquet d’arbres, surplombant au contrebas, une petite plaine, dépourvue de toute végétation digne de ce nom. Pouvant mettre à nue, tout éventuel visiteur impromptu ! Le visage fermé, mes yeux se promènent sur le moindre mouvement étrange. Prête à agir selon n'importe quel cas de figure.


HRP : Petit RP d'intro, si soucis, me MP Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   Dim 16 Juil 2017 - 20:53

Arrogant, Flam tentait de prendre lui même les rênes de l'expédition. De son propre chef, il avait décidé une halte dans une taverne mal fâmée, où il enchaînait les verres.
Après un haussement d'épaule, l'aigle lui avait tourné le dos. Ce n'était pas avec un tel boulet qu'elle trouverait ce qu'elle recherchait.

Des monstres capables de tuer des revenants... Des mères aux crimes tels que les Enfers rejetaient leurs âmes... Voilà les cauchemars qui avaient hanté Griever pendant toutes ces années. À présent, la silver voulait mettre une image sur ces mots, un nom sur ces terreurs, afin d'aider celui qu'elle considérait comme son petit frère, toujours convalescent dans la maison des Gémeaux.
Et si au passage elle pouvait rencontrer celui qu'elle sentait planer au dessus de son destin, celui qui avait fait apparaître un message dans la paume toujours nerveusement fermée de sa main, celui qui l'appelait sa proie; elle irait au devant de la confrontation. Elle voulait des réponses, savoir pourquoi la proximité du Chevalier d'Orion faisait apparaître dans son esprit deux paires d'yeux qui lui tenaient des discours contradictoires. Et lui casser la tête pour l'avoir manipulée.

La sainte avançait par à coups. Elle avait pour toute boussole les légendes et superstitions que les villageois rencontrés racontaient. Beaucoup d'entre elles étaient passionnantes. Aucune ne mentionnait ce qu'elle cherchait. Pourtant elle persévérerait, certaine que la réponse ne lui tomberait pas du ciel.
Ayant abandonné depuis longtemps celui qui l'accompagnait, l'aigle était parvenue aux abords du lac de Stymphale. Sans avoir besoin de laisser trainer ses oreilles, cette fois ci, elle connaissait déjà la légende des oiseaux cruels et carnivores qui hantaient ces bords.
Elle hésita un instant. Puis estima qu'elle n'en connaissait pas assez sur ces créatures pour ne pas les prendre en compte dans sa recherche. Que le détour occasionné était minime, d'autant plus qu'elle ne suivait aucune route.

Avec détermination, la silver se mit en route. Sous un ciel d'encre, vers lequel elle leva quelques instants ses yeux pour admirer la magnifique lune qui y brillait tel un joyaux dans son écrin, elle traversa la vaste et paisible plaine qui la séparait de son but.
Elle avait aussi pu remarquer l'absence presque totale d'étoiles dans ce ciel nocturne. Si elle avait su lire l'avenir dans les astres, elle en aurait tiré un présage, sans doute. Seulement, ignorante et confiante, elle ne se fit aucun souci.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Messages : 4272


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   Dim 16 Juil 2017 - 23:32





Vêtu de ma robe étincelante d'argent et de diamant, je plonge mon regard dans les canyons du crépuscule. C'est un endroit assez sombre de part les montagnes qui entourent le canyon et les arbres qui poussent sur ses hauteurs. Un endroit boisé et très sauvage avec une faune tout aussi imprévisible. Un endroit rêvé si des prédateurs et ou des bandits voulaient se dissimuler et attaquer sans se faire repérer. Mais aujourd'hui, il n'y a rien à signaler jusqu'à ce que mon regard se pose sur un mouvement près du lac. Une jeune femme, seule dans cette région ? Elle se déplace lentement, faisant attention à la direction du vent. Elle semble chasser, pourtant elle n'est pas habillée comme une chasseuse. Sa tenue n'est pas le vêtement le plus pratique pour partir chasser du gibier. Un passe-temps peut-être. Du mouvement cette fois-ci, mais qui semble venir de plus loin cette fois attire une fois encore mon attention. Mes yeux de déesse guerrière bougent très faiblement, mais assez pour se porter trois cents mètres plus loin de la jeune femme.

Des loups noirs. Pas des loups ordinaires, mais des loups bien plus féroces et plus dangereux. Ils avaient flairés leur proie et la traquait. Ils avançaient en direction de la jeune femme en meute. Mon regard se reporte sur la jeune femme, douce comme le zéphyr d'été, mais son cœur sonnent les cors sauvages de l'animalité, tandis que la meute goûte déjà la drôle de saveur qui se dégage d'elle avec curiosité. Leurs yeux jaunes détaillent ses traits et son allure dans l'ombre, alors que de mon côté, j'en fais de même, tout aussi intriguée.

La tension devint subtilement et dangereusement palpable dans l'air. Une aura de force brute, immuable et imperturbable se dégage de mon aura, comme une montagne au milieu d'une plaine. Siégeant, trônant sur cette plaine en maîtresse absolue. Une multitude de petites auras se tiennent tout autour de moi, m'entourant. Le stress, l'anxiété et la peur se dégagent des animaux qui restent immobiles à regarder le manège qui se créer ici présent. N'osant pas bouger de peur que mon regard se braque sur eux et fasse jeter la fureur de ce dernier sur eux. Au-dessus du lac, le ciel se chargea soudain d'éclairs opalins, symboles de la toute-puissance de la fille du roi des dieux. Le tonnerre enfla en grondant avant qu'un trait de foudre aveuglant tombe face à la demoiselle, ne lui infligeant nul dommage ni aux alentours, ni aux créatures auxquels il était adressé.




Le flash de lumière passé, seuls les yeux de la jeune sainte peuvent percevoir et découvrir une forme humaine. Toute vêtu de blanc et d'une chevelure d'or foncé. Il est impossible à la sainte de me donner un âge, sinon dans la profondeur de mes yeux, car ceux-ci sont vifs comme des lances sous les étoiles, mais aussi insondables que les puits d'une longue mémoire. Vigoureuse de corps et d'esprit, fière et forte et volontaire, dotée d'un regard merveilleux de pénétration. Il s'est passé moins d'une seconde entre l'instant ou la foudre s'est abattue. Et pourtant, me voici face à elle et les loups, fuyant à vive allure dans les bois.


Une étoile brille sur l’heure de notre rencontre.

Jadis on m'a donné les noms les plus divers, autant de surnoms que mon frère Apollon, et pourtant. À cet instant précis, aucun mot, quelles que soient les langues mortes et actuelles des humains peut décrire ce que ressent la jeune femme. Au milieu du paysage idyllique, je me tiens debout, grande et blanche, un bandeau de fleurs d’or ceignant mes cheveux et doux était le son de ma voix dans l’air clair et frais.

Tout ceux qui errent ne sont pas perdus. Que fait tu par ici ma tendre enfant ?

Non sans un certain manège, la Lune se fit subtilement plus grosse qu'à l'accoutumée, éclairant avec panache sa seule et unique maîtresse. Mes yeux d'un or si profond, sondent avec panache la demoiselle. De tous les Olympiens, j'en suis l'une des plus illustres, à l'exception de Zeus, bien que ma sagesse ne fasse que croître au cours des longs millénaires. Et depuis mon exil, lié à ma renaissance, orchestré depuis deux petites années. J'ai appris que bien des mortels, malgré leurs brèves vie, comparée aux immortels, ils préfèrent la passer, cette vie, à se battre, plutôt que de s'enfuir ou de se soumettre.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   Mar 18 Juil 2017 - 14:59

L'instinct du danger alerta la sainte qui, prudente, tourna le regard afin de sonder les alentours. Elle ralentit son pas, aux aguets, sans pour autant sortir de sa box l'armure qui s'y reposait.
Le craquement sec des quelques brindilles éparses entre les herbes qui se balançaient mollement au vent signalèrent à l'oiseau que celle ci était suivie. Des souffles bas et rauques, venant de tous les côtés, l'encerclaient. Dans l'obscurité, seulement balayée par les rayons opalescents de la lune, de petits éclats furieux de pupilles en chasse luisaient.

Un hurlement à la fois rauque et mélancolique brisa soudainement le silence de la nuit, tandis que les animaux resserraient le cercle autour de leur proie, prêts à bondir sur elle pour lui ouvrir la jugulaire d'un coup de griffe ou de croc. Leur proie enflamma son cosmos peu à peu, mais avec calme, laissant son regard planer sur l'ensemble de ses assaillants et non sur le détail d'un regard féroce et doré, d'une griffe brillant brièvement, éclairée par la lumière.
La gamine prépara ses mots. Elle avait toujours parlé aux animaux. Même si, contrairement au vautour rencontré dans le Sahara, la plupart ne lui répondaient pas, elle était certaine, et elle l'avait vu avec le chameau, qu'ils la comprenaient.

"Les humains se nourrissent d'animaux. Humaine, il serait logique que je prenne ma place dans l'ordre des choses et que je vous laisse vous nourrir de moi à votre tour. Seulement je n'ai pas le temps, je ne peux me permettre un tel détour. Loups, vos cœurs sont innocents de la malignité qui souille les humains. Si vous m'attaquez, je me défendrai; si vous partez, je vous laisserai en paix."

À noter que l'humaine était rarement aussi loquace avec ses congénères bipèdes.
Les loups levèrent la tête, mais pas sous l'effet des paroles de l'aigle. Un cosmos surpuissant, légèrement menaçant, venait de faire son entrée. Un cosmos divin, jugea la silver. Sur le qui vive, elle tenta de discerner de l'agressivité ou du pacifisme.

La tension dans l'air augmenta, comme annonçant les prémisses d'un orage. Imposant le silence à la meute assemblée, un éclair éclatant se fraya un chemin jusqu'au sol, répandant un instant la lumière du roi des dieux.
Une telle démonstration de majesté avait suffi à faire fuir les prédateurs, la tête basse. En un instant, il n'y eut plus aucune trace aux alentours d'un quelconque pelage argenté, d'un seul croc découvert.

La sainte, elle, ne chercha pas à fuir. Prête à n'importe quelle réaction, elle assista à l'apparition de la déesse, l'émerveillement se faisant de plus en plus prononcée dans ses prunelles vertes tandis que celle ci terminait de se matérialiser.
Elle comprit assez vite que la divinité ne chercherait à lui faire aucun mal. Impressionnée par sa prestance, par son cosmos, elle répondit aux mots de salutation par une révérence. Comme saluant la beauté immaculée de la déesse, la lune se para de son éclat le plus magnifique, de sa rondeur la plus parfaite.
À ces attributs, la gamine commença à supposer l'identité de celle venue à sa rencontre.

La divinité demanda alors avec bienveillance et sollicitude ce que la silver était venue faire en ces lieux. Celle ci ne voyait aucune raison de mentir, elle n'avait été envoyée ici par personne... Et rien, dans le ton de voix, dans les traits harmonieux du visage de la déesse, dans les mots employés, ne semblait menaçant.

"Je cherche une réponse aux cauchemars de mon frère, afin de les faire cesser."

Non, en effet, pour une fois la vagabonde n'était pas perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Messages : 4272


Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   Jeu 20 Juil 2017 - 11:44





Et maintenant ? Oui et maintenant, me demandait-je alors, tandis que mon regard erre sur la silhouette fine et svelte de la jeune sainte. Alors que la mienne, belle et fine silhouette, majestueuse et grande ombre, qui, même ainsi, paraît si imposante, si puissante, si prégnante. Lumineusement et ténébreusement beau tout à la fois. Ombre et lumière, nuit et jour, calme et tempête. Tout en contradiction. Mon millénaire est un oxymore à lui tout seul. Un oxymore que l'humaine dévore des yeux en cet instant, alors que mille questions l'agitent en son for intérieur. Et j'eusse cru un instant qu'elle ne répondrait pas. Qu'elle se murerait dans le silence … mais non. Et sans un mot, mon regard azuré reste fixer sur la demoiselle, pendant qu'elle énumère la raison à sa présence en ce lieu, si reculé. Et marquant une légère pause, le temps de reprendre une bouffée d'air, mon regard se porte au loin, dans la direction d'où provient la jeune femme, avant de revenir vers elle. La situation se désamorce, tandis que ma voix s'élève.


Vous venez en ces terres si reculer, vêtu de l'ordre à laquelle vous appartenais. Il en faudrait peu ma jeune enfant, pour que vous puissiez être contre votre gré, introduit dans des dangers plus néfaste, qu'une meute de loups. Mais il y a plus de bon en vous que vous ne le soupçonnez, protectrice d'Athéna. Un mélange de courage et de sagesse, en juste proportion.

Ma douce voix enveloppe mes mots comme un doux chant mélodieux que même les plus beaux oiseaux ne seraient reproduire. Et la box de la sainte est un artefact que je n'avais plus aperçus depuis des siècles. Malgré l'amour que je voue à ma petite sœur, je n'ai jamais directement pris à partie, les guerres intempestives entre mes frères et sœur, jusqu'à ma renaissance, il y a quelques mois. Et dans les fait, la sainte sent parfaitement la magie qui émane de moi, non sans y émettre encore des suppositions et encore moins une affirmation sur ce que je suis. Elle narre la raison de sa venu.

Bien étrange coutume d'évoquer si activement, votre venu jeune sainte. Mais avant de parlementer sur nos présence respective, permettez moi de me présentez.

L'aube est encore loin de se lever, et pourtant. Faisant face à la jeune protectrice d'Athéna, une aura lumineuse et aussi froide que la Lune émane de mon divin corps. Prenant l'allure d'une Lionne impériale, ma voix s'élève, une fois encore.

Je suis Artémis, déesse de la Lune et grande sœur de celle envers qui vous avais juré fidélité. Et vous êtes ici, sur une terre qui fût jadis, sous mon influence, mais cela remonte à des siècles et des siècles.

Après tout je suis du genre à penser tout, et préférant planifier les choses en avance pour que cela soit bien fait, et efficacement fait surtout. Je ne suis point femme à faire les choses au dernier moment, et en urgence. Un souci du détail qui plaît à d'autres, et pas à certains, mais qui selon moi est au final bien la moindre des choses de la part de quelqu'un qui voulait bien faire bien entendu. Et selon les dire de la sainte, je prendrais mes dispositions sur ma présence future en ce lieu, quitte à aider cette demoiselle, voire plus encore. À lui enseigner quelques leçons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] La sagesse de l’aîné [ Artémis - Pandore ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité
» La sagesse.....
» OU EST LA SAGESSE CHEZ NOS SAGES ?UN MEMBRE DU CEP DEMISSIONNE !
» Artémius Minéos
» Questions,interrogations et suggestions autour de la Soule artésienne (ouvert à tous les souleurs)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-