Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Un dernier espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1047


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Un dernier espoir   Jeu 22 Juin 2017 - 15:54

Combien de temps a duré le voyage que j’ai décidé d’entreprendre ? Impossible de dire avec certitude. C’est vers le sud que mes pas se perdent. Sauf que je ne suis pas réellement perdu. Je connais le chemin sur lequel je suis en train d’évoluer, que trop bien. Et je suis parti pour accomplir quelque chose qui me parait pourtant incertain. Sans armure qui plus est ; là où je vais, seule la révélation ou la mort m'attends. Je ne crains aucune des deux.

Car il y a autre chose à faire que d’attendre et ne rien faire à Asgard. Il y a autre chose que de regarder derrière soi même s’il est encore trop tôt pour que je m’y essaye. Et je doute fort de faire l’impasse sur certains événements.

Pourtant, au-delà de toute la colère qui a été mienne, de tout ce que j’ai dit de si rude et de si incroyable aux enfers à ce gardien qui n’a pas hésité une seconde à me jeter dans les limbes de la dernière prison, il y a une chose qu’il m’a donné : un peu plus de lucidité.

Car j’avais eu des propos extrêmement rudes à l’encontre des grecs, de leurs dieux et l’apathie dans laquelle ils faisaient mine de se trouver. Pourtant, Zeus lui-même n’avait pas hésité à entendre mes paroles autrefois, à me guider pour retrouver Odin mais surtout, avait réellement prit une décision pour aider ses enfant Arès et Athéna dans la lutte qu’ils menaient loin à Asgard.

Alors qui voir si ce n’est lui, celui qui a donné à son petit-fils un pouvoir si important qu’il pourrait faire basculer le destin du monde.

Il n’est plus question d’en vouloir à ceux qui laissent faire. Non ; les véritables responsables sont ceux qui ont les armes et les armures et qui observent la destruction du monde sans broncher. Ceux qui préfèrent le confort d’une paix injuste à celle d’une guerre juste.

C’est là, sur le seuil de l’Olympe, comme d’autres antiques personnages du passé, que mes pas sont arrivés. Plateforme ? Seuil ? Dalle étrange qui me permettrait d’avancer de plus belle ? Je n’en fais rien. Je ne suis ni digne de le faire, ni stupide au point d’avancer et braver les interdits.

Ma présence, mon aura est suffisante, ils savent que je suis déjà là, mon passif me suit, mes actions, mes erreurs, mon jugement ; pour le reste, je suis prêt à répondre de mes actes précédents… pour justifier mes actions futures… quitte à tout perdre.



Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4363

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
381/381  (381/381)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Mar 11 Juil 2017 - 3:56





Du haut sommet de la montagne sacré, mes yeux distinguent tout. De mon regard perçant la matière et traversant l'espace, je peux porter mon regard jusqu'aux frontières les plus reculées du royaume des Olympiens, mais pas au-delà. Mais je ne suis pas dupe, le monde s’était profondément transformé en quelques années. S’en était presque incroyable. Seul le domaine des dieux est immuable au temps, tout du moins, en apparence, puisque aux frontière de ce dernier, une présence éveille mes sens. Et tandis qu'un vent léger souffle dans le bois. Je zigzague tel un ruisseau entre les arbres majestueux qui s’élèvent dans cette forêt. Doux, agréable, il transporte jusqu’aux narines les doux effluves des fleurs forestières. Et lentement, je fais mon entrée au seuil de l'Olympe.

Et que l'on se s'y trompe pas, beaucoup de temps s'est passé depuis ma renaissance. Du temps que j'ai et avait mis à contribution pour me parfaire dans certains arts, comme la quête d'information du monde des humains. Les souvenirs de mon hôte m'ont grandement aidés en ce sens, mais il subsiste toujours et encore des manques. Une certaine forme de méconnaissance en soit. Mais que l'on se s'y trompe pas, avec des millénaires de vécus, quelques mois à combler n'est qu'une goutte d'eau aisément résorbable. Et à dire vrai, ce qu'il y a de plus étrange et la présence de ce guerrier aux portes de l'Olympe, qui à ce quelque chose de particulier. Vraiment très particulier. Je n'ai pas eût pour habitude de permettre à des hommes de rester aussi longtemps auprès de moi, ni aussi fréquemment, ni aussi proche.

La tension devint subtilement et dangereusement palpable dans l’air. Une aura de force brute, immuable et imperturbable se dégage de mon aura, comme une montagne au milieu d’une plaine. Siégeant, trônant sur cette plaine en maîtresse absolu. Une multitude de petites auras se tient tout autour de moi, m’entourant. Le stress, l’anxiété et la peur se dégagent des animaux qui restaient immobiles à fixer le manège qui se créée ici présent. N’osant pas bouger de peur que mon regard ne se braque sur eux et ne fasse jeter la fureur de ce dernier sur eux. Au-dessus de l'élu divin d'Odin, le ciel se chargea soudain d’éclairs opalins, symboles de la toute-puissance de la fille du roi des dieux. Le tonnerre enfla en grondant avant qu’un trait de foudre aveuglant ne tombe face à lui, n’infligeant nul dommage ni aux alentours, ni aux créatures auquel il était adressé.

Le flash de lumière passé, petit à petit, mon esprit s'étend au travers du domaine, faisant pression sur d'éventuels intrus, mais également qu'ils ne s'approchent pas de nous, afin de ne pas me déranger dans ma discussion à venir. Les pupilles, d'un or flamboyant, se pose sur la personne d'Ashram, avant que ma voix ne s’en échappe.


Oh ! Comme il est curieux de vous retrouvez ici, non loin de mon domaine.

Le ton de ma voix indique que je suis sérieuse, mais aussi curieuse de le savoir ici, pour une quête que je souhaite soudainement connaitre. Le savoir est en effet une arme redoutable.

Qu'elle me vaut donc votre visite ?

Je ne souhaite pas encore m’éloigner de ce domaine. Malheureusement entre ce que l’on souhaite et ce que l’on doit faire, il y a parfois un abîme. Et selon la rhétorique du mortel, il se peu que je me décide à agir autrement.

Vous êtes décidément bien loin des terre, gouverner par votre seigneur, qu'elle vaut avec exactitude la raison de votre visite guerrier divin ?
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1047


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Mar 18 Juil 2017 - 9:03

Presque à bout de forces… j’ai dit presque… Personne n’est venu finalement, je me doutais que tout finirait de cette façon. J’ai attendu quelques jours et puis les rations se sont fait rares. Il n’y a plus rien à faire ici alors ? Ceux qui ont laissé le mal prendre racine ne feront rien pour l’arrêter de croitre.

Soit…

Si tel est l’avenir que les dieux du sud persistent à vouloir, il ne me reste plus qu’à faire mon chemin différemment. Et que personne ne soit dupe. Il est impossible de lutter en l’état contre l’engeance des Enfers. Nul ne peut triompher sans une alliance durable. Et même dans pareille occurrence, je doute fort que ce soit possible.

Et puis…

Un souffle, une présence, quelqu’un que je connais, du moins une énergie que j’ai déjà ressenti par le passé. Je m’étais redressé, prêt à repartir. Habituellement c’est en compagnie de Nox que je le fais, il est le témoin silencieux du moment le plus opportun pour partir… et j’ai attendu ce moment jusqu’à ce qu’il puisse venir.

Mais rien n’est venu.

Et Cette voix qui subitement vient se poser par-dessus cette chape de silence, et qui me demande, se demande ce que je viens faire ici… Si ce n’est pas à présent que les choses sont dites, ce ne sera jamais. Sans armure et à bout de forces, je réponds… et comme son temps est précieux, je reste direct et précis non sans m'être incliné au préalable.

- Altesse.... Je suis venu chercher le moyen de lutter contre la lie de l’humanité, les enfers… de trouver le moyen de vaincre celui que Zeus à couvert de ses pouvoirs et de ses dons et qui a présent déchaine mort et destruction sur le monde… depuis bien trop longtemps.


Mon regard se redresse vers elle, sa beauté manque de m’éblouir un instant mais les raisons de ma vengeance sont plus fortes que tout. Mon regard n’en dit pas long à ce propos ?

- Si tel moyen existe... je le trouverai. Et c'est ici que peuvent se trouver les réponses car c'est ici que les privilèges ont été données...

Je n'avais plus rien à dire...
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4363

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
381/381  (381/381)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Mar 18 Juil 2017 - 11:05





Le froid a depuis des millénaires, étendu sur les forêts de ces montagnes un manteau blanc glacé. Les stalactites décorent de leurs lumières pâles les diverses parties du domaine. À cette heure encore matinale, les voix sont encore discrètes. L'air est imprégné d'eau, dont les clapotis forment un chant lointain, un arrière-plan discret. Le monde vient tout juste d'effectuer la transition de l'ombre à la lumière, le sommeil laisse place à un éveil lent et doux. Les êtres vivants sont à leurs occupations les plus naturelles, pour la majeure partie d'entre eux. Et plus profondément encore dans ces terres mystiques, j'observe attentivement chaque geste. Chaque mouvement, chaque possible attaque, chaque éventuelle menace. J’étudie l'humain en le scrutant de mes yeux perçants, pendant qu'il énonce la raison de sa visite.

Force et de constater que ce mortel se fait décidément remarquer. Peu importe mon occupation à cet instant, elle n'a plus guère d'importance. Ce qui importe, c'est qu'on sollicite une fois de plus notre précieuse aide, à nous, les Olympiens. Et qu'une fois de plus, l'émetteur de cette adjuration est un élu du nom de Ashram. Et qu'il quémande mon aide n'a rien de flatteur puisqu'elle découle inévitablement d'un événement sinistre. Et de tous les Olympiens, je suis la plus fière, forte et volontaire ! Mais je suis aussi miséricordieuse en mes jugements, compréhensive, et ne refusant ma bienveillance à personne, lorsque la cause à le mérite d'être défendu. Et au milieu de ce maelstrom, je persiste, grande et blanche, un bandeau de fleurs d'or ceignant mes cheveux. Ashram voue toute son attention à ma beauté et à ma voix. Elle lui parait déjà telle que les hommes voient encore certaines choses des temps ultérieurs : présents, mais lointains, vision vivante de ce que le cours du temps a déjà laissé loin derrière lui
.


Où la volonté ne manque pas, une voie s'ouvre.

Fit-je d'une voix parfaitement dénuée de la moindre émotion et du moindre timbre. Et un lourd silence s'ensuit, qui sembla s'éterniser. La réponse de l'élu d'Odin ne me fait pas frémir, pas plus qu'elle n'entaille quoique ce soit dans ma curiosité en apparence. Était-ce seulement possible ? Il subsiste une fois encore, un lourd silence, uniquement interrompue par ma volonté de me tourner vers le monde d'en bas, celui des hommes. Alors, détachant pour la première fois mon regard sur Ashram, j'effectue de simple pas, pour être plus à même de contempler le monde des hommes. Et imperturbablement. Un voile de nuages, s'élève telle une ombre, impénétrable, couronnée d'éclairs, qui remplit tout le ciel. Elle se dresse, énorme, sur le monde et étend vers eux un vaste et menaçant courroux, terrible, mais impuissant ; car, au moment où le voile de nuage se penche sur eux, un grand vent la saisit, tout est emporté et disparaît ; et un silence tomba. J'entrevois une possibilité. Mais prendrais-je ce risque ? Prendrais-je cette peine ? Le guidé ? Silencieuse, je me retourne, pour faire de nouveau face au guerrier.

Le moyen de vaincre qui ? Je vous prierais d'énoncer avec une parfaite clarté, le danger que vous m'énoncer, ici, dans mon domaine guerrier d'Odin.

Patiente par nature, il ne se passe pour autant, qu'un très court instant, avant que ma voix, s'élève une fois encore.

Si ce mal s'étend sur votre monde, je suppute l'idée que vous vous êtes confronté de près ou de loin à celui-ci. Pour autant, vous m'énoncé une vérité, votre vérité. Celle que ce mal fût jadis, enchaîné par la foudre de mon paternel.

Questionnant d'une voix qui n'admet pas qu'on me refuse la réponse, quand bien même je ne l'agresse pas. Simple autorité.

Je suis prête à vous suivre Ashram, à vous aider, mais il me faut des détails. Qu'ils soient précis et d'une justesse indolore.
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1047


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Ven 21 Juil 2017 - 19:14

Tiens, elle n’avait pas ressenti, elle ne savait pas ce qu’il s’était passé, ce qui aurait bien pu ébranler l’Olympe tout entier… J’en étais toujours à me demander si les dieux en avaient à faire de quelque chose, d’un guerrier plus puissant qu’eux et qui aurait été capable de balayer leur ‘’création’’ d’un revers de main.

Et il me fallait être plus précis… Soit, puisqu’il le fallait.

- Je suis venu ici chercher la réponse à la menace que représentent les juges des Enfers ; je suis venu chercher un écho, quelque chose auprès de Zeus qui a tant donné et tant fermé les yeux pour son petit fils Kazuki. Je suis venu chercher les moyens de mener ma vengeance envers et contre tous ceux qui œuvrent pour lui, le suivent, l’écoutent… Et je finirais bien par trouver quelqu’un qui se lancera comme moi dans cette croisade… pour ceux et celles qui sont tombés avant, pour tous ceux qui méritent justice…  

Mon regard se tourne vers elle.

- Si ce n’est pas une guerre ouverte, ce sera autre chose. Nous n’avons pas les moyens d’affronter Hadès en l’état, personne ne le peut. Mais la réponse à l’agression des enfers doit être significative, cinglante et sans appel.

Et d’un sourire j’enfonce le clou, ni provocateur ou effronté, juste réaliste.

- Si les dieux se soucient de leur monde comme ils le prétendent, pourquoi restent-ils silencieux aussi souvent ? On ne peut accorder autant de privilèges divins à un mortel pour le laisser prendre autant d’importance et se moquer des actes qu’il commet.

Si j’avais pu être un héros autrefois, je n’en avais plus l’étoffe. A trop avoir espéré d’un monde aussi imparfait, je m’étais fait des illusions de bien des choses. Même après l'avoir sauvegardé par 2 fois...
La vérité c’est que privés de tant et tant de choses à Asgard, de tête pensante, de frères, d’armes et de moyens, je ne savais vers qui me tourner pour voir les valeurs en lesquelles je croyais exister encore un peu même si tout cela avait plus l'apparence d’une flamme vacillante sur le point de s’éteindre…

- Si je ne peux sauver le monde… Je le vengerai… Et si je ne le peux pas non plus… alors votre monde et le mien devront se passer de ma détermination... et de ma présence.

Je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4363

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
381/381  (381/381)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Sam 22 Juil 2017 - 1:09





Et depuis quand un mortel s'arroge-t-il le droit d'ainsi violer la parole de mes semblables ? Je ne me souviens pas avoir entendu mes pairs prétendent à l'unisson, protéger quoique se soit, aussi laissez-moi seul décideur de qui doit vivre et de qui doit mourir.

Ma voix tonne aussi bien dans l'air que dans les lieux alentour, sa puissance exultant de mon corps, comme une énergie prisonnière d'une pièce trop étroite et cherchant désespérément à se montrer au grand jour. Intemporel, sauvage, mélange d'ordre et de chaos. Mon ton invite à aucune réplique, sauf à celle d'un avertissement glacial à Ashram. Nier l'évidence est une faiblesse, un défaut, une imperfection typiquement mortelle et dont les dieux peuvent s'affranchir sans le moindre effort. Pourtant, dans mon refuge millénaire de solitude, je saisis la colère qui émane du guerrier divin. Bien que les hommes n'aient qu'une vie brève comparée au temps alloué aux divins, ils préfèrent la passer, cette vie, à se battre, plutôt que de s'enfuir ou de se soumettre. Mais il subsiste une particularité qui échappe à Ashram, une spécificité que je me dois de rectifier.


Des douze Olympiens, dont la conjugaison a engendré certaine création, le pouvoir d'Hadès représente la fin, le chapitre final, le point de non-retour, le déclin de tout ce qui est, de tout ce qui a existé. Il a la lourde responsabilité qui est celle de mettre un terme à l'existence. Et pour cette raison, il est craint de tous, même de ceux qui auraient pu prétendre le contraire. Pas même les Olympiens à la sagesse mille fois légendaire. Il est simplement la mort. Pas même ces spectres n'y échappent, eux qui se sont vus accordés, une fausse vie par leur monarque, Hadès, Kazuki y compris.

Ma voix se meure lentement sur ses derniers mots, comme si cette phrase doit à elle seule attirer l'attention d'Ahram.

Tous les éléments de notre création interagissent les uns avec les autres dans un ballet dont vous ignorer partiellement l’ampleur et l’importance. Tout élément subordonne un autre et est subordonné à un autre. Tel est le cycle. Tel est l’équilibre. Telle est l’harmonie.

Pourtant, la colère du guerrier, je la comprends. Peut-être même mieux que le principal intéressé. Alors, oui, je la comprends, mais je n'accepte pas pour autant l'éventualité de sa vengeance. Si je dois me dresser contre ma propre famille pour les empêcher de commettre l'irréparable, je le ferais, mais pas avant d'avoir l'absolue certitude qu'aucun autre chemin soit possible. Car j'ai confiance en eux, j'ai toujours eu confiance, j'aurais toujours confiance. Même s'ils devaient aujourd'hui me décevoir. Et à mes mots, j'écarte mon bras droit avec une douce lenteur et ouvrant la main, usant de mon cosmos supérieur pour que vienne se matérialiser au creux de celle-ci, mon spectre astrale, éblouissante de puissance, dont l'extrémité est un croissant de lune. L'air se fait plus dense, se viciant de ma magie ancestrale.

Si j'en crois vos dires, l'armée d'Hadès à submerger vos terres, et en vaincu, vous venais ici-même. Prétendre que le petit-fils de Zeus trouble l'harmonie de notre création. Et a fortiori, que les juges de l'armée d'Hadès sont une menace.

Oui, beaucoup de créatures méprisent la destruction. Surtout lorsque cette dernière est illégitime et sans fondement. Et il est guère dans l'habitude d'Odin, d'attiser la foudre des Olympiens, tant son territoire est bien loin de nos contrées. Et à cela, il va me falloir plus encore d'explication, et certainement ailleurs qu'envers Ahram, dont le cœur s'emplit d'une vengeance sourde.

Vous prétendez que seul un grand pouvoir peut tenir le mal en échec, un mal dont le nom est nul autre que Kazuki. Mais laissez-moi vous démontrer que de plus petit acte, peuvent influer sur un mal, parfois imposant. Cependant, je dois me référer à d'autres avis, pour corroborer la menace que vous venais d'exposer guerrier divin.

Si l'armée d'Hadès pèse aussi lourdement sur l'harmonie du monde, il est de mon devoir de protéger, notre création, y compris le monde des hommes, eux qui sont si imparfaits par nature, mais en dépit de tout ce qu'ils ont pu traverser, ont démontré être capable d'aller bien au delà de l'égoïsme que nous leur prêtons et dont nous avons nous-même fait preuve.

Si cette menace s'avère à sa juste proportion, je vous aiderais guerrier divin, mais en ces heures troubles, je dois rendre visite au sanctuaire, de ma petite sœur, Athéna. Et lui apporter vos propos, si votre chemin vous conduis, ailleurs qu'à mes côtés.

Levant mon autre main vers Ahram, mon divin Cosmos se diffuse au-dessus de ma paume, pour y matérialiser un parchemin et une plume.

Si nos chemins doivent se séparer après notre échange, veuillez je vous prie, apposer sur ce parchemin, avec exactitude, l'attaque des juges d'Hadès sur votre royaume. Ma parole fera foi envers ma petite sœur et ou son représentant, y compris vers d'autres éventuels alliés.
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1047


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Mar 25 Juil 2017 - 12:56

L’inconvénient de parler avec une déesse ou un dieu, c’est qu’ils sont convaincus du bien-fondé de leurs réactions. Un peu comme moi en somme. Alors lorsque sa voix tonne et demande de quel droit je me permet de remettre en cause l’action des dieux, je ne peux qu’avoir un sourire.

- Il suffit de voir avec quel entrain les dieux mènent le monde à sa perte, tant et si bien que c’est à nous de gérer l’ingérable, d’affronter tous les danger, de sauver de qui doit l’être dans espérer voir se lever un petit doigt : après tout, nous sommes les guerriers…  J’ai dit et je redis que la situation dans laquelle nous sommes n’est pas du fait des hommes mais du fait des dieux. Ainsi, n’est-il pas impossible de lutter contre de qui a été conçu et orchestré de main divine ? N’est-il pas plus indiqué d’aller quérir les mots et les réponses à qui de droit ?

Tout ceci me faisait bien rire. J’avais déjà eu une discussion de la sorte avec une mortelle, autrefois, je ne me souviens plus de qui, le passage aux enfers m’a considérablement raboté la mémoire, ce n’est pas un mal sans doute… Alors entendre parler de mort, de cycle, d’harmonie, et me faire croire que même Kazuki est lié aux mêmes lois que nous, je me dis que la déesse n’a pas la même vision que moi du problème.

- L’harmonie dont tu parles n’existe plus. Nous avons lutté sans relâche contre tout ce qui pouvait menacer les hommes et leur monde. Des entités, des démons, d’autres créatures, il y a toujours quelque chose à affronter. Alors je ne vois pas de quelle harmonie il peut bien s’agir ; pas plus que je ne comprends à quel Cycle un individu récompensé par Zeus peut bien appartenir et qui pourrait bien le faire trembler lui qui peut abattre nombre de dieux sans fléchir.


Il y avait bien eu cette conversation dans la salle du trône d’Odin ou j’avais entendu pareils propos échangés par le Grand Pope et le père de tout à l’époque.

- Quant à de plus petits actes pouvant faire la différence, faudrait encore que tout le monde en fasse et ait envie d’agir à s’en sacrifier le Cosmos. Nous avons bataillé tant et à tant à Asgard avec la promesse de renforts qui ne sont jamais venus. Et nous avons lutté au-delà de nos forces pour rendre les sacrifices de tous capables d’apporter une victoire… Mais rien n’a été possible du fait de l’apathie et de la médiocrité de ceux qui disent s’ériger en remparts face aux obstacles… Est-ce donc le modèle que donnent les dieux grecs à leurs chevaliers ? Ou bien doivent-ils venir à Asgard pour se rendre compte de ce que sont ces valeurs essentielles ?

C’est vrai, nous avons toujours reçu tout le monde avec respect ; nous avons toujours été accueillants pour tous…

- Notre royaume a été dévasté sans que nous n’y puissions rien. Et nous ne sommes pas sous la coupe des dieux grecs pour que j’imagine mériter une quelconque réponse, mais je suis tout de même venu la chercher auprès de ceux qui sont les seuls à la posséder.

Elle souhaites corroborer mes dires, certes, j’en ferai autant si j’étais elle. Mais il ne sera pas dans mon intérêt de la suivre plus avant…

- Altesse, Je ne vous accompagnerai pas. Ce pourrait être une mauvaise idée car j’ai malheureusement trop de griefs envers les chevaliers du Sanctuaire et je n’ai pas l’intention de les mettre en évidence de cette manière-là. En même temps, si je dois me lancer dans une croisade, c’est pour choisir scrupuleusement mes alliés et je ne souhaite pas qu’ils en soient, d’expérience… Faudrait-il encore que je me lance réellement... A moins que je ne préfère profiter d'une retraite mérité par delà les frontières D'Yggdrasil.

Fallait-il vraiment tout noter grâce à la plume sur le parchemin ? Je m’exécutais en essayant d’être précis, de toute façon, j’avais déjà tout dit.

Puis, la reposant et reculant de quelques pas, je m’incline avant de tourner les talons pour filer vers une direction inconnue non sans être lassé, usé, étrangement incompris. Un sentiment de faire tout cela pour rien ? Oui, c'est certain. Et elle à sans doute raison. Nul ne devrait se croire au dessus des lois divines.. en parlant des grecs j'imagine. Ça tombe bien, les miennes sont sous l'égide d'Asgard.
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4363

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
381/381  (381/381)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Un dernier espoir   Mar 25 Juil 2017 - 17:57





Je comprends vos craintes, Ashram, et je saisis la beauté autant que la pureté de l'amour qui vous lie à votre royaume. Mais ce même amour vous aveugle au point d'influencer votre comportement et vos décisions ! C’est combattre la guerre qu’il nous faut faire. Pas nous préparer à la subir. Réfléchissez un peu, si nous venions à nous préparer trop fortement à un futur conflit, cela inciterait les autres royaumes à faire de même, cela créerait des tensions et aboutirait inévitablement à la guerre. C’est parce que nous nous préparons à faire la guerre que la guerre survient.

J'avais parlé avec une certaine dureté. Je n’avais pas l’intention de ménager le guerrier divin, surtout qu'il énonce de curieuses formulations. Je souhaite voulait aller de l’avant, pas en arrière. Je ne souhaite pas d’un repli sur soi, mais d’une ouverture. J'avais été clair dans mes propos et mes intentions et je ne suis pas dans des schémas d’idées de changer quoique se soit pour le moment. Il ne faut pas se montrer belliqueux ou alarmiste. Il faut se montrer calme et ouvert. Il faut saisir l’opportunité que la guerre venait de créer sur le royaume d'Odin et non pas en déclencher une nouvelle. C'est peut-être un pari risqué, mais cela avait au moins le mérite d’être nouveau et rempli d’espoir.


Il me manque bon nombre d'information de votre part, mais les Juges d'Hadès qui ont ravagés votre royaume. N'ont agis qu'en petit nombre, aucuns autres spectres d'Hadès s'est joins à eux, ce qui me laisse supposé qu'Hadès n'a émis aucun ordre formel à ces juges. Et pourtant, vous venais ici, et jeter l’opprobre sur mes pairs.

Le ton est volontairement rude, pour amorcer une sentence, tel un coup de tonnerre.

M'est avis que vous venez en ce lieu intemporel, par peur de prendre une décision qui pourrait vous bouleverser. Vous êtes comme un enfant, qui a peur de prendre une décision, et pourtant, vous ressentez au fond de vous-même, que ce choix et trop lourd à envisager encore.

Ashram venait de se saisir de ma demande, en écrivant sur le parchemin, les informations que j'avais quémander, et pourtant. Et pourtant, il subsiste et subsistera des ombres qui mettront du temps à se dissiper sur l'attaque des juges d'Hadès sur Asgard. Et tandis que le guerrier s'éclipse, sans crier gare, il me tarde à mon tour de quitter ces lieux, vers une destination insolite, en attendant de retrouver prochainement, ma petite sœur, Athéna. Et tandis que je m'avance d'un pas assuré et svelte vers le monde des humains, je murmure d'une voix audible, ou presque.

Montrez trop ouvertement sa force ou sa crainte revient à la même chose que de montrer sa faiblesse Ahram,
garder ce conseil si d'aventure, vous rester dans les environs, en quête d'autres réponses.


Une brume épaisse s'élève, tandis que je me dissipe à travers celle-ci, au travers d'une destination que je compte rejoindre en quelques heures.

Arrow Ailleurs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un dernier espoir   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un dernier espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On n’oublie pas le visage de la personne qui a représenté votre dernier espoir. (ambre)
» Haiti le dernier espoir...
» Le papillon des étoiles
» Un dernier espoir
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Lieux Mythiques :: L'Eden, Royaume des Dieux-