Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Sur le pas de porte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alia
Prêtresse d'Arès
avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 408


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Sur le pas de porte   Ven 19 Mai 2017 - 9:22

Sur le chemin, mes pensées s’agglutinent. S’il faut que je parte en Irlande, autant me préparer. Et si j’ai l’occasion de faire un détour par quelques lieux enchanteurs, par accident, espérons que ce soit possible.
Je prends rapidement quelques affaires, gourde, ration, et puis je file en direction du chemin qui me guidera vers les portes du royaume. A vrai dire, je n’ai pas eu le loisir de rencontrer Siléa, Hérault d’Arès, plus qu’il n’aurait fallu. Elle est arrivée pour nous parler de la venue de Thanatos et il a fallu prendre une décision, rentrer pour préserver ce qui pouvait l’être, mais surtout se porter aux côtés d’Arès et l’assister au combat autant que possible.

Et ce combat ne s'est jamais déroulé. Certes, il y avait une pression grandissante à la présence de Thanatos dans le Palais mais je ne doutais pas de la victoire de notre Seigneur et maître en cas de confrontation.

Il y a encore du chemin à faire pour les forces d’Arès mais ce qui est certain c’est que tous les royaumes se poseront la question avant d’affronter nos guerriers. Notre réputation est en train de se faire un chemin, celle de combattants qui n’ont absolument pas peur de se battre envers et contre tous. Lorsque certains se battent pour protéger leur prochain, nous nous battons pour le plaisir de vaincre ou de périr. Et ça change forcément le rapport de force, les motivations et ressorts que l’on peut déployer au cœur de la bataille.

Les portes de Sparte se dévoilent progressivement et c’est d’un pas soutenu que je me dirige vers la sortie. Il y a sans doute bien plus de questions en suspens depuis que Thanatos est venu ici ; quelque chose de grande envergure se prépare, quelque chose qui sonnera la guerre aux quatre coins du monde. Ce qui est certain c’est que les Enfers ne plaisanteront pas. Ça tombe bien, nous non plus.

Je m’arrête un instant. Une intuition. Je suis prête à partir à grande vitesse vers l’Irlande mais j’ai à peine le temps de ressentir quelque chose, un cosmos qui approche. Il se pourrait bien que…

Je m’immobilise attendant que le visiteur puisse être visible, attendant patiemment qu’il soit à portée de vue… et me préparant à le recevoir quel qu’il soit.

Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Dim 21 Mai 2017 - 0:12

Siléa attrapa d'une main la gorge d'un ivrogne qui n'avait pas eu la présence d'esprit de s'écarter des combats. De frustration et de lassitude, elle lui broya les cervicales. Puis, d'un énergique coup de pied, elle décolla, perçant par là le toit de l'auberge. Elle abandonnait Hilda à son sort, sans même daigner lui jeter un regard pour savoir si son adversaire avait péri ou non. Au pire, la Chevalier succombera certainement aux coups du berserker du Gremlin ou du Chupacabra. La Voix de l'Unique avait mieux à faire que perdre son temps avec cette guerrière de pacotille.
La Spartiate vola en ligne droite vers les terres de son dieu. Elle ne baissa pas la tête vers le sol, malgré l'insistante tentation de descendre parmi ces incrédules pour leur enseigner le culte d'Arès. La jeune femme estimait qu'elle avait assez retardé le moment de rendre compte de sa mission, quatre combats et une mort suffisaient là où elle avait eu ordre de rester prudente.

La Bahamut atterrit aux portes de la Guerre, soulevant à son arrivée un nuage de poussière ocre. Elle remarqua immédiatement la disparition du cosmos impur du dieu de la Mort. Un fin sourire éclaira alors son visage, puisque ce rat hérétique avait été bouté hors de Spartes.
La berserker avançait et, à chaque pas, son extase de se trouver à nouveau au bercail, prêt de l'Unique, d'être sa Voix, la supervision militaire de ses troupes, croissait de manière exponentielle et elle ne comprenait pas comment, jadis, elle avait pu tourner le dos à la seule vérité.

La guerrière arriva prêt d'une silhouette et d'un cosmos qu'elle ne manqua pas de reconnaître. Alia, leur prêtresse... Une femme dont la beauté incomparable surprit un instant Siléa, dont le sourire en coin s'étendit légèrement. Elle ne la jugerait pas sur son physique, seule l'attitude martiale était un critère pertinent à ses yeux. Cependant elle supposait que son esprit combatif, son intelligence et ses convictions seraient à la mesure d'un tel charme. Il ne pouvait en être autrement de la prêtresse.

Avec un salut formel de tête, Siléa claqua légèrement les talons, pour rappeler la différence fondamentale de leurs rôles, la direction religieuse et la direction militaire, les deux bras droits de l'Unique.

"Eh bien eh bien... Vous avez montré au capricieux enfant égaré le chemin de la sortie avec tous les égards dus à son rang ?"

Il allait sans dire qu'elle s'attendait à ce que Thanatos ait été mis à mort avant même d'avoir eu le temps de ramper jusqu'aux pieds d'Arès.
Revenir en haut Aller en bas
Alia
Prêtresse d'Arès
avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 408


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Lun 22 Mai 2017 - 15:16

Elle n’a pas tardé à se montrer, celle que j’avais ressenti arriver depuis les portes du royaume. Tant pis pour l’Irlande, j’irai faire pleurer les villages en d’autres temps. Il s’agit bien de Siléa, Hérault d’Arès qui est de retour de sa mission. Elle avait prévenu de l’intervention de Thanatos sur nos terres, de ce qu’il était en train de se passer. C’est la raison pour laquelle je suis rentrée aussi vite que possible. De fait, nous serons bien plus efficaces ainsi que d’aller chercher tout le monde par monts et par vaux. Et alors qu’elle avance avec ses quelques questions, je luis réponds avec force de détails non sans l’avoir saluée au passage.

- Le Dieu de la mort a été reçu comme il se doit par sa Majesté Arès. Et il s’en est allé sans demander son reste. Je ne sais de quoi il était question mais je n’ai pas eu à le raccompagner jusqu’à la sortie. Il est pour l’heure, impossible de te dire ce que sa visite entrainera comme ordres ou dispositions.

Elle arrive de loin, elle a sans doute encore bataillé, je peux le sentir et le voir. Son Cosmos, sa tenue, son armure, son allure. Mais pour l’heure, je préfère garder mon énergie.

- Sa majesté m’a demandé de venir te chercher, là où tu te trouvais. Je savais que ce ne serait pas long, pour te retrouver. Ton voyage a été du niveau que tu souhaitais ? A ce que je peux voir, tu n’as pas déposé les armes. Et victorieuse par conséquent.

Oui, parce que si elle avait échoué, ce n’est pas dans cette tenue qu’elle serait revenue mais bien sans blessures ni rien d’autre comme témoignage de ses rixes passées.

- J’imagine qu’il sera plus avisé pour toi de parler de tout après avoir vu sa Majesté. Il t’attend déjà sans doute, à la seconde où il a pu sentir ton arrivée dans le royaume.

Je marche silencieusement vers elle, puis regardant vers le palais

- Nous devrions y aller sans trop tarder. Au moins pourrions-nous en savoir plus sur la visite de Thanatos.


Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mar 23 Mai 2017 - 13:12

Alia confirma que la venue de Thanatos ne s'était soldée d'aucune catastrophe et que le dieu de la Mort était reparti, un peu moins fier qu'il n'était arrivé.
Néanmoins, la prêtresse sous entendit que cet incident ne resterait pas sans conséquences. L'idée de mener une guerre sainte contre les Enfers réjouit Siléa. Elle savait que cela n'arriverait pas forcément dans l'immédiat, elle retiendrait sa capacité de nuisance si l'Unique lui ordonnait la prudence. Ces conséquences seraient forcément passionnantes.
La Spartiate devait respecter la clémence dont Arès avait fait preuve. En tant que Sa voix, elle ne pouvait montrer un comportement qui irait à l'encontre de Ses décisions.

Si les combats en Irlande avaient été à la hauteur du héraut de la Guerre ? Alia savait poser les questions blessantes. Elle haussa les épaules avec un mépris non dissimulé :

"Les toutous qu'Athéna a envoyés en Irlande étaient minables... Enfin, je te raconterai plus tard !"

Ses derniers mots coïncidèrent avec ceux d'Alia l'enjoignant à ne pas trainer. Elle opina.
S'il y avait une personne au monde qui savait que les ordres de l'Unique ne souffrent aucun délai, c'était bien elle. S'Il l'attendait, alors plus rien ne comptait, plus rien n'existait, en dehors de cet ordre. Déjà, en pensée, Son héraut se trouvait près de Son trône de gloire, prête à recevoir Ses ordres.

Avec une célérité humble, la guerrière déploya les ailes de son armure. Même si elle était désormais Sa voix, son ignominieuse absence aux Enfers lui avait fait comprendre que Le servir était un honneur inestimable.
Puis Siléa se retourna, un air interrogateur sur le visage. Sa camarade pouvait elle voler? Si oui, elles partaient immédiatement, car la Spartiate estimait que, vu le temps qu'elle avait perdu avec Hilda, Ludwig avait eu six ou sept fois le temps de revenir.
Si Alia ne savait voler... Siléa eut, à sa grande honte, un moment d'hésitation. Non, elle ne l'attendrait pas. Car elle ne Le ferait pas attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 708


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
315/315  (315/315)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Lun 29 Mai 2017 - 15:26

Note: Pour ceux et celles qui ont déjà croisés Phobos dans le passé, un changement notable de physique mais d'aura vous frappe, Phobos s'étant considérablement rapproché de son état 'primaire'. Il est donc plus effrayant et sinistre qu'auparavant.




Les portes de la guerre s'ouvrirent brusquement, laissant passer un vent sinistre et froid au sein du royaume d'Arès. Les ténèbres devinrent oppressantes, et un murmure obscure annonçait le retour de Phobos. Le cheval noir s'engouffra alors avec force dans l'ouverture, manquant de peu de renverser la prêtresse au passage. Repliant ses ailes de chauve souries, le dieu tourna autour d'Alia, s'exprimant d'une voix teintée de cynisme et de sévérité.


"Et bien, si je m'attendais à un tel accueil?! La prêtresse d'Arès elle même qui est là pour m'accueillir en personne, et seule qui plus est!" 


De ses yeux rouge sang, le dieu observait la jeune femme. Du coin des lèvres, un sourire narquois naissait sur son visage tandis qu'il la détaillait d'un regard transperçant, savourant sa réaction quant à sa renaissance. D'une apparence jeune et frêle, d'une pâleur à faire blêmir les morts, il était revenir plus fort, plus imposant, plus bestial, sa longue chevelure d'ébène flottant dans le vent à la différence de ses anciens cheveux blancs, et ses yeux brûlaient d'une lueur macabre, eux qui étaient faits de glace et d'acier avant son départ du royaume. Pour ne rien arranger,  le dieu était de mauvaise humeur, ayant ressentit durant son retour la perte de son héraut, ce qui expliquait alors, du moins en partie en tout cas, son comportement de prédateur envers elle. Il ne l'appréciait guère, de par le fait qu'elle avait succédé à Théosia durant un court moment, et n'avait toujours pas oublié la faute grave qu'elle avait commise dans le Palais de son Père. Et la voir seule, à l'entrée du royaume, à portée du premier intrus, n'allait pas arranger cela. Il s'adressa alors d'un ton qui tuait dans l'oeuf toute discussion vers le colosse monstrueux qui le suivait.


"Alectryon! Emmène donc la prêtresse dans un lieu plus approprié que l'entrée du royaume. Après tout, il serait fâcheux qu'il lui arrive quelque chose!" 


Phobos détourna le regard vers les domaines de la Guerre. Des odeurs familières émanait d'eux, celles du sang et de la mort. Cela n'aurait pas dû être étrange, mais le dieu percevait quelque chose d'inhabituel, comme si elles avaient été plus intenses. 


"Je vais annoncer à Arès notre retour. Que l'on ne nous dérange pas pendant ce temps!" 


Sans attendre une quelconque réponse de leur part, Phobos s'en alla au galop vers le Palais de la Guerre. 


 

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mar 30 Mai 2017 - 14:55

Le silence régnait devant la porte de la guerre, tout était calme, serein… Le vent effleurait la surface des eaux du domaine, faisant fuir les petits êtres qui les habitaient.
Les choses semblait être redevenu paisible, aucun combat ne résonnait au loin, les émanations de cosmos hostile c’était écarté, seul le rayonnement d’Arès chargeait l’air doux et chaud.

Alors bien figé à leur poste, deux gardes discutaient de tout et de rien, appréciant la sérénité du lieu mais surtout le répit qu’il offrait. Ici il pouvaient se contenter de regarder l’horizon, il n’était pas forcé d’effectuer les diverse tâche macabre et répugnante qui se déroulait plus loin à la fosse.
L’un d’eux d’ailleurs en plaisanta, il rigola tellement de sa blague qu’il du se tenir à sa lance, son collègue lui écarquilla les yeux et fut prit d’un vent de panique en voyant son compagnon voir sa tête faire un trois cent soixante degré sur son cou.

Ayant émergé des eaux et, les gardes bien trop occupé pour le remarqué, Zyss était de retour sur son domaine. Son cosmos était encore faiblard, si bien que même aux yeux de garde entrainé, il n’avait pas plus d’impact qu’un civil…
Complètement nue, tenant encore la tête du pauvre plaisantin dans les mains, il fixa froidement l’autre qui se mit à bafouiller terrorisé :

« Qu-Qu-Qui êtes vous! Dé-dé-cliné votre i-i-i-dentité ou j-j-j-j-je vais d-devoir v-v-"  

La main droite de Zyss s’était alors posé délicatement sur le cou du bafouilleur, le coupant dans sa phrase interminable et le privant d’air. Plongeant son regard froid dans les yeux de la potentiel victime, il y aperçut quelque chose de troublant, quelque chose auquel il ne s’attendit pas du tout, la surprise fut telle qu’il lâchât le garde et désigna du doigt son camarade :

« Traîne le à la fosse et… »

Il se stoppa à l’écoute de sa propre voix, quelque chose n’allait pas, il se racla la gorge, émit de nouveaux son, se racla de nouveau la gorge, et eux un réflexe stupide : celui de tenir sa propre gorge comme pour voir si elle était toujours là.
Au contact de sa peau, il senti qu’elle était différente : plus douce, fine et surtout son cou était moins épais!

Le Soldat prit la fuite afin d'avertir plus en avant l’apparition d’un intru, chose que le Cardinal ne comprenait pas, mais il ne s’attarda pas la dessus et, désormais seul, fit venir son armure près de llui.
Quittant les eaux, se faufilant vers son maître tel une nuée de serpent, remontant le long de ses jambes, se glissant sur les contours de son corps, elle se stoppa net et ne monta pas plus haut que les genoux. Prenant sa forme humanoïde, son visage inexistant le toisa de haut en bas, s’attardant sur son visage dont ses mains vinrent encadré se dernier, caressant les moindres traits, imprimant en elle chaque parcelle de peaux, mémorisant jusqu’aux pores de cette nouvelle peau.
Amusée, elle prit entre ses doigts une petites mèche de cheveux qui s’entortillait et fit à son chère et tendre Cardinal:

« Eh bien, il semblerait que tu soit totalement blond désormais… enfin, que tut soit totalement différent même! »

Intrigué par une telle réflexion de Midonna, la Calamité s’approcha de l’eau afin d’y voir son reflet, et c’est un parfait inconnu qu’il put y voir. Son corps avait palit d’avantage, sa musculature restait quasiment inchangé mais la structure même de son corps était différente, les nombreuse cicatrise qui le parcourait avait disparu, mais ce qui l’intrigua le plus était se visage, un visage bien plus sévère et neutre à la fois, de plus comme l’avait signaler son armure, il était désormais totalement blond.
Lâchant un soupire, une vive douleur le ramena à la réalité, autour de son poignet, là où l’avait frapper ce maudit spectre, une sorte de glyphe avait été posé. Il n’avait aucune idée de sa signification mais certainement que c’était une sorte de piège ou de maléfice, il s’agissait désormais de savoir quand il s’enclencherait...

« Demandons conseil à la prêtresse, où aux Dieux, peut être savent-ils de quoi il s’agit… En tout cas tu es tout à fait charmant ainsi! » rigola-t-elle comme une adolescente.
Décochant un sourire, il tendit ses bras vers elle, telle deux amants ils s’étreignèrent jusqu’à ce qu’elle fusionne à nouveau avec son hôte, désormais vêtu et, il l’espérait, reconnaissable.
La fatigue commença à poindre chez lui, les renaissance était décidément toujours aussi fatigante… Il prit alors la direction de la Fosse, là où il pourrait se reposer avant d’aller faire son rapport à ses supérieur et poursuivre les desseins des ses Dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mer 31 Mai 2017 - 20:08

Un garde se tenait près de la fosse, le visage blême, prostré. Lui qui, il y a peu, plaisantait avec son camarade, venait de le voir périr d'une mort affreuse.
À peine Siléa venait elle d'atterrir qu'elle s'était relevée. Sa main avait transpercé son torse et elle enserrait sa colonne vertébrale de ses doigts fins.

"Tu devrais avoir honte de ta conduite peu digne d'un soldat de notre Seigneur."

Sans le lâcher, elle le força à descendre à genou.

"Raconte moi ce qui s'est passé."

Tout en bégayant, le garde lui décrivit un démon blond sorti des eaux. À chaque fois qu'il faiblissait, le héraut d'Arès réduisait en miettes l'une des vertèbres du malheureux.
Il ressortit de ses cris de douleurs qu'un guerrier inconnu avait fait irruption avant de décapiter un garde, puis de revêtir une armure de Cardinal. Siléa rit à gorge déployée. Le défunt avait certainement mérité son sort. Elle lâcha sa victime, qui chut comme une poupée de chiffon.
Elle décolla à nouveau, ne prévoyant pas de partir à la recherche du fameux démon.

La Bahamut atterrit nouveau, aux côtés​ d'Alia cette fois ci. Et, non loin de la prêtresse, se trouvait un Cardinal qui ressemblait à la description faite par le garde.

"Eh bien eh bien... C'est toi qui t'amuses à terroriser la piétaille ? Quel est le nom de mon talentueux subordonné ?"
Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mer 7 Juin 2017 - 9:56

Alors qu'il fixait ses mains inconnues, une voix de femme vint le couper dans sa contemplation. Une guerrière qu'il n'avait jamais rencontré était venu à sa rencontre, cependant elle tint des propos étranges : Zyss son subordonné?
Pour prétendre à cela elle devait être un Héraut mais, n'ayant connaissance que du Héraut de la Peur, le doute s'immisça quand à la légitimité des propos de cette dernière, le prenait-elle pour un simple berserker?!

Doucement il se retourna, fixant droit dans les yeux cette nouvelle venue prétentieuse, elle était jeune, certainement plus que lui même! Son regard en disait long sur sa personnalité : une femme forte, indépendant, imbu d'elle même et dominatrice.

"Elle me plaît" souffla avec douceur l'armure du Cardinal.
"Je la veux." continua-t-elle

Quel était ces propos? qu'elle était l'idée derrière ce souhait? C'est avec une douce horreur que la Calamité compris, mais cela attendra, il était trop faible encore pour ce genre de plan. Mais il était clair qu'une fois revenu à la pleine possession de ses moyens, le voeux de l'armure sera exaucé, en attendant il faudrait surement jouer profil bas.

"Qu'un soldat me manque de respect est une chose, mais que le possesseur d'un cadeau d'Arès en fasse de même..." commença alors Zyss avant de projeter des tentacules afin d'immobiliser la demoiselle
"S'en est une autre." acheva-t-il alors en retenant un vomissement dû à l'effort prématuré.

S'approchant de la guerrière, il lui pris le menton afin de regarder son visage sous tout les angles, sans un mot, son regard vert incandescent parcourant le moindre pore de sa peau parfaite et lisse. Durant son inspection il avait pu sentir son cosmos, un cosmos chaud et puissant, une sensation de grandeur et de chaos. Son armure dégageait un cosmos semblable à Arès, son Dieu qu'il servait et adorait.
Ayant un vif geste de recul, il libéra alors la guerrière, non sans nonchalance, avant d'entamer des présentations:

"La moindre des choses aurait-été de te présenter, mais qu'importe... Cardinal de la Calamité, Zyss."
Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mer 7 Juin 2017 - 19:23

Pendant que le nouveau venu examinait ses mains, Siléa se tourna vers Alia. Elle riait encore à moitié de ce souvenir cocasse qu'elle allait partager.

"Donc, pour ma rencontre avec les enfants de chœur d'Athéna... Eh bien figure toi que je les ai retrouvés dans une auberge, en train de cuver leur whisky, incapables de tenir debout et encore moins de se battre."

Son sourire prit alors un aspect malveillant.

"Toi et les autres, répandez cette nouvelle à travers le monde. Il faut que tous soient mis au courant de leur incapacité."

Le berserker décrit comme un démon par le garde sortit de sa torpeur et projeta sur la Spartiate plusieurs tentacules qui l'immobilisèrent. Cette dernière ne tenta pas de s'en défaire, intriguée par ce manque de subordination. Il semblait plus puissant et plus ancien qu'elle, pourtant Siléa ne ressentait aucune crainte en cet instant. Elle croisa les bras et le toisa avec sévérité :

"Es tu certain de pouvoir me parler de respect, toi qui ne sait pas que l'on salue un supérieur ?"

Il s'approcha alors d'elle et saisit son menton pour l'examiner. Un tel comportement était inadmissible, mais le héraut d'Arès appréciait cette insolence, cet esprit fort et indépendant. Elle posa sa main sur les yeux du berserker. Elle enserra alors sa tête avec une poigne sans pitié et, tandis qu'une gangue de glace venait recouvrir son visage, elle le força à descendre à genoux.

"Tu as sans doute cru voir un berserker, Siléa du Bahamut... Cependant tu n'es peut être même pas digne d'apercevoir mon visage, encore moins de le détailler de la sorte, car tu n'as pas su reconnaître en moi..."

Son cosmos se fit bien plus violent et impitoyable, l'espace d'un instant, tandis qu'elle utilisait sa force brute pour briser la glace qui aveuglait Zyss.

"Sa Voix, l'émanation de Sa Volonté !"

Elle avait reculé, dévisageant de la tête aux pieds la Calamité désormais libéré de son emprise.

"Mais tu me plais, fier Cardinal."
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Jeu 8 Juin 2017 - 23:51

Le seigneur de la peur et le cardinal arrivèrent enfin au portes du royaume, le retour s’étant effectué sans anicroche, au grand dam d’Alectryon qui mue par sa nouvelle force, n’attendait qu’une seule chose, pouvoir l’éprouver. Ils virent à la porte, la prêtresse d’Arès qui demeurait seule, proie facile pour quiconque aurait l’audace de venir en terre de la guerre. Seulement, il y avait déjà eu des précédents, la laisser en ces lieux était prendre un trop gros risque. L’ordre de son maître tombât comme un coup de tonnerre : Il fallait l’emmener dans un lieu plus approprié.
 
Il en serait fait selon votre volonté ! Fit Alectryon alors que son seigneur s’en allait voir son divin père.
 
Se dirigeant d’un pas ferme vers la prêtresse, il vit au loin le cardinal Zyss qui s’amusait avec la piétaille, reprenant sa forteresse de jadis en main. Il était à présent le gardien de deux domaines au sein du royaume, un immense honneur, surement bien mérité au vu de sa métamorphose. Le voir jouer avec la vie de simple troufions ne le gênait pas, il était un des fidèles serviteurs d’Arès, sa force justifiait ses actions.
 
Il fut bientôt interrompu par une jeune femme en armure, exhalant une puissance incroyable. Elle semblait porter en elle la force d’Arès, dans une certaine mesure, elle ressemblait à Ludwig. Peut-être était-elle comme lui, un héros. Oui, ce ne pouvait être que ça. S’ensuivit alors une sorte d’altercation entre le cardinal des calamités et le héros d’Arès. Il l’avait saisi de ces appendices gluants, cherchant à savoir qui elle pouvait être. Puis il apparut qu’il s’en rendit compte, relâchant son étreinte alors qu’à son tour, la jeune femme avait sorti le grand jeu. Elle avait couvert son visage de glace et ainsi, ayant repris le dessus, elle lui confirmât son identité. Elle était Siléa du Bahamut. Ils s’écartèrent l’un de l’autre et les tensions diminuèrent.
 
C’est alors qu’Alectryon fit son entré, sortant du silence pesant que la peur avait déployé. Sans doute avait-il été masqué par l’imposant cosmos de son maître car, personne, pas même les gardes ne s’étaient rendu compte de la présence du terrible colosse. Se plaçant, près du groupe, il s’inclinât devant la prêtresse comme l’étiquette, si l’on pouvait prétendre à ce mot au royaume de la guerre, l’exigeait. Il l’avait salué la première car elle représentait les dieux dans leur ensemble. Puis il saluât Siléa et enfin son camarade, le cardinal Zyss.
 
Je suis Alectryon, Seigneurs des légions flamboyantes et cardinal du feu !
 
Pour Zyss, le changement de son frère d’arme devait tenir de la refonte complète. En lieu et place du freluquet grec se trouvait un homme de sept bon pieds et au moins cinq cents livres de muscles et de fureur. La voix douce du macédonien s’était muée en un rugissement de tonnerre et son regard flamboyant semblait transpercer l’âme. De plus il y avait quelque chose dans son cosmos, d’incroyablement puissant et familier, comme la présence d’une énergie connue.
 
Honneur à vous, Siléa du Bahamut, héros d’Arès, et Zyss cardinal des calamités. Dit-il d’un ton abrupt avant de se placer devant la prêtresse.
 
Honneur à vous prêtresse. Sauf votre respect, j’ai des ordres de Phobos, je dois vous mener dans un lieu plus convenable.
 
Il la saisit et la hissât sur son épaule avant de partir pour un territoire hors de la porter des manants qui se presseraient aux portes. Froid, terrible mais, obéissant, le cardinal se chargeait de mener à bien la mission que le dieu de la peur lui avait confiée. Il ne prit pas de gants, il n’était pas fait pour être diplomate mais, un monstre, une machine de combat aux ordres de son divin maître et sa volonté ne saurait souffrir aucuns délais.
Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Jeu 15 Juin 2017 - 23:55

"Il semblerait que je me sois fourvoyé Héraut d'Arès..."
Le nez en sang et la peau couverture d'engelure, le Cardinal des Calamités posa un genoux à terre et baissa la tête en signe de soumission à son supérieur. Il s'était emporté, persuadé d'être au dessus de cette jeune femme pleine de hargne et de grâce, il s'étais permit de la prendre comme un vulgaire objet, mais qu'importait désormais, il fut puni et cette page pouvait être tourné.
Étrangement, une certaine complcité naquit de cette défiance, de cette première prise de contact, elle qui était la Voix d'Arès avait de l'estime pour la créature de Phobos.

"Pff quel frimeuse celle-la..." fit d'un ton jaloux l'armure dans l'esprit de Zyss

Sortant de nul part, un colosse de muscle et de brutalité fit son apparition, et quel ne fut pas la stupeur du Cardinal en entendant la présentation de ce guerrier : Alectryon était de retour de son entraînement avec Phobos!
Et, par Arès, quel entraînement! Il était méconnaissable, il avait changé du tout au tout, surement que le Seigneur Phobos y était pour quelque chose, après tout n'en avait-il pas fait de même avec lui?
Puis à pein arrivé, il reparti avec comme bagage la prêtresse, l'emportant au loin.
Cette scène grotesque stupéfia la Calamité qui ne savait plus trop quoi penser de tout cela, mais réfléchir n'étant pas son rôle, il laissa ceci de coté afin de se concentrer sur Siléa.
"Zyss de la Calamité, veuillez m'excuser pour mon comportement déplacé envers votre personne" il laissa un petit silence avant de continuer :
"Vous comptiez nous quitter?"
Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Sam 17 Juin 2017 - 13:22

Un cosmos imposant se fit graduellement sentir. Sachant qu'il s'agissait d'un autre de Ses guerriers, Siléa ne tourna pas la tête, et se contenta d'attendre que le nouveau venu s'avance, ce qu'il fit.
Le Cardinal commença par rendre hommage à Alia. La Bahamut fronça imperceptiblement les sourcils, un instant. Elle n'appréciait pas spécialement cette préséance, néanmoins celle ci pouvait s'expliquer et elle n'avait rien à y redire. Et le berserker en question, un immense colosse de force brute, salua ensuite le héraut, qui hocha la tête en assentiment.

"Bien, Alectryon."

Celui ci se dirigea alors vers la prêtresse, qu'il porta sur ses épaules comme une petite enfant et emmena en sécurité, conformément aux ordres qu'il avait reçus.
Siléa les regarda partir. Elle put remarquer et apprécier l'exactitude et la célérité avec laquelle Alectryon accomplissait la tâche qui lui avait été confiée.

Zyss était peut être impertinent, cependant il savait reconnaître ses erreurs. Siléa le toisa avec sévérité tandis qu'il posait un genou à terre, présentant ses excuses.

"Bien. J'espère pour toi que tu sauras désormais reconnaître les représentants notre Seigneur, mais aussi que tu conserveras toutes cette fougue face à nos ennemis."

Si elle s'apprêtait à partir à nouveau ? Comment pouvait elle avoir une volonté propre, elle, la Voix sans paroles à transmettre, le héraut sans ordre à suivre ? Non, tant qu'Il n'avait pas fait entendre Sa volonté, elle resterait ici, humble pion attendant d'être déplacé.

"J'attends Ses ordres."

Comme tous les berserker devraient le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Dim 18 Juin 2017 - 16:51

Le cardinal du feu vit que personne ne semblait aller contre la volonté du seigneur Phobos, ce qui était entendu. Qui aurait eu l’audace de contester un ordre divin. La jeune femme sur l’épaule, il commençât à partir vers la tour de feu, dans le désert enflammé. Au passage, il vit que l’armure du Zyss semblait avoir eu de meilleurs jours. Il se dit qu’il aurait surement de ces nouvelles quant à la réfection de son atour. Les guerriers d’Arès se devaient de toujours se maintenir au plus haut de leurs conditions afin de satisfaire en toute occasion aux desseins guerriers de leur dieu. Il ne s'en inquiétât pas, les sachant suffisamment malin pour ne pas laisser le don de leur seigneur se briser.

Le cardinal des calamités et sa compagne le héros d’Arès reprirent vite leur conversation, laissant au soin du mandater du dieu de la peur, d’accomplir sa mission. Portant la prêtresse, il l’emmenât avec lui vers le désert de feu puis se dit qu’elle déciderait probablement là-bas du meilleur endroit où se trouver, du moment qu’il ne s’agissait pas de la porte du royaume où une prêtresse, hors contexte de guerre, ne devait jamais se trouver. Si toutefois elle venait à en faire qu’à sa tête, elle assumerait les conséquences de ces actes, la mission du cardinal n’allant pas plus loin.

Il lui fallait à présent rejoindre son domaine qu’il avait quitté depuis trop longtemps, revoir ses soldats, Tanith et sa sœur Katharina, s’ils s’y trouvaient, à moins qu’une mission ne les retiennent au loin. Il en profiterait pour renforcer son armure dans les flammes de sa monstrueuse volonté, avant que d’autre ne viennent lui demander d’enchaîner avec les réparations de combats dont il n’avait ressenti que les échos. Il pourrait également tester dans l’arène, ses nouvelles aptitudes et la puissance nouvelle qui parcourait ses veines. Il verrait aussi l’avancement des réparations qu’il avait laissé aux hommes de son domaine et gare à eux si ceux-ci n’était pas achevé.


Arrow Le Désert de feu avec Alia.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 520


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Lun 3 Juil 2017 - 8:19


Phobos avait donc vu les titans il y a peu. Voilà qui donnait encore plus de saveur à sa prochaine visite. Le fils de Zeus allait pouvoir prendre la réelle température dans le coeur des dieux déchus. Après tout, s'ils n'étaient plus ce qu'ils étaient, il espérait qu'ils retrouvent tout de même un peu de dignité en le voyant, et si ce n'était pas le cas, alors leurs dernière chance de survie risquait bien de s'envoler.

Le dieu de la guerre arriva devant la grande porte de son domaine. Il pouvait voir sa fidèle guerrière ainsi que l'un de ses Berserker. C'était Zyss, celui qui avait réussi à prendre possession du Tartare sans l'aide de personne ! Si Siléa n'avait pas été là, il aurait été l'homme idéale pour l'accompagner. L'Olympien avait retrouvé le sourire, l'idée de sortir de son domaine l'avait mit de bonne humeur. Surtout qu'il avait prévu de donner un peu d'espoir aux titans...

" Zyss, j'ai donné le commandement à Phobos. Veille à respecter tout ses ordres. "

Le dieu de la guerre continua sa marche en direction de la sortie accompagné de sa belle armure d'orée. Ce voyage pouvait être mouvementé, alors mieux valait s'attendre à écraser quelques insectes qui passeraient par là.

" Allons-y Siléa. "

=> Ailleurs

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 113


Caractéristiques
Vie Vie:
219/219  (219/219)
Cosmos Cosmos:
245/245  (245/245)
Armure Armure:
315/420  (315/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Lun 3 Juil 2017 - 20:03

Siléa suivit distraitement du regard Alectryon qui s'en allait, emportant leur prêtresse loin de tout danger, comme cela lui avait été ordonné. Pendant ce temps, Zyss était devenu silencieux, comme si le souvenir de l'impair qu'il venait de commettre lui avait ôté à tout jamais l'usage de la parole.
Depuis le saint des saints, un cosmos sublime se mit en mouvement et se rapprocha des Portes de la Guerre. Arès lui même arrivait! Aussitôt, son héraut posa un genou au sol et baissa la tête, prête à entendre et à accomplir un nouvel ordre.

Lorsque que l'Unique arriva sur les lieux, ses premières paroles furent adressées au Cardinal. Et pourtant, Siléa y porta une oreille extrêmement attentive, pour comprendre et retenir toutes les implications de ces quelques mots.
Arès poursuivit Sa route, s'apprêtant à quitter Spartes pour le vaste monde. La Bahamut n'avait pas bougé d'un cil, ni émis la moindre question, jusqu'à ce que l'ordre de partir ne lui soit adressé.
Aussitôt, elle bondit.

"Bien, Seigneur!"

Elle suivait son dieu à une distance respectueuse, et scrutait l'horizon pour instantanément exploser tout ce qui barrerait Son chemin.

Arrow ailleurs aussi
Revenir en haut Aller en bas
Milan Sethni
Chevalier d'or du Capricorne
Chevalier d'or du Capricorne
avatar
Messages : 4760


Caractéristiques
Vie Vie:
300/300  (300/300)
Cosmos Cosmos:
370/370  (370/370)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mer 19 Juil 2017 - 18:14

Arrow Palais du Grand Pope - Sanctuaire


Milan avait fait bon voyage même s'il n'était pas totalement ravi de la compagnie du Poisson. Il espérait que celui-ci se dériderait un peu en la présence des Berserkers ou que l'occasion de se battre lui donnerait un peu de quoi s'aérer l'esprit et se montrer plus sociable. Après tout les coups était une forme d'expression comme une autre. Le Capricorne était arrivé aux portes du Royaume d'Arès, les fameuses portes de la guerre. Ce n'était pas l'endroit le plus charmant qu'il ait jamais vu mais l'architecture était sympathique. Il fallait dire qu'ici on semblait plus s'éclater qu'en enfer. En même temps, il n'avait pas vu grand chose du monde des morts si ce n'était un tribunal et la prison dans laquelle il avait été enfermé. Se tenant face aux portes, le jeune homme se demandait s'il y aurait un comité d’accueil. Pour le moment, personne ne s'était présenté. Même pas un portier ! Le petit personnel laissait-il à désirer chez Arès ? A moins qu'en fait, il n'y ait pas de guerrier affecté à la surveillance des portes ? C'était probable ! Une tactique comme une autre. Mettez en confiance votre adversaire, faîtes le se sentir en sécurité pour mieux le rétamer à la prochaine étape de son voyage. Milan se demandait combien de Berserkers étaient actuellement réveillés et s'ils étaient forts ? Il en avait déjà rencontré une et espérait la revoir. Il aimait voir les gens évoluer. C'était plus fort que lui. Les progrès en tant que personne était certes importants mais ceux sur le plan du combat l'intéressait tout autant.

Il n'était pas venu seul. La Licorne et le chevalier d'or des Poissons devaient l'accompagner en théorie. Il se demandait si ce genre de mission n'était peut-être pas encore trop difficile pour son nouveau disciple. Milan serait là pour veiller sur lui et il savait que ce dernier avait à l'esprit de bien faire. Il était motivé et possédait une bonne marge de progression. Par contre, il n'oubliait pas ce que Zéphyr lui avait révélé : il était impulsif. Le Capricorne d'or devrait donc surveiller ce trait de caractère de son disciple.


- Bon on va pas passer des heures ici ! Autant avancez et voir s'il n'y a pas âme qui vive plus loin !

Le jeune homme bailla avant de se mettre en route. Ses jambes entrèrent en action et elles commencèrent à avaler les mètres qui le séparaient de la porte. Une fois que ces dernières seraient franchies, il pourrait prendre la direction du domaine suivant du territoire d'Arès. Il se demandait ce qu'il allait bien y trouver et combien de temps il pourrait avancer sans que personne ne vienne se mettre en travers de la route. Il sentait bien une présence dans ce lieu mais rien qui ne semblait vouloir se confronter directement à lui. De toute façon, il n'y avait qu'en avançant qu'il serait fixé. Il espérait juste que les autres le suivaient et n'allaient pas lambiner derrière. Inutile de se montrer traînard ! Il fallait accélérer le pas et avancer plus profondément dans le territoire d'Arès. Qui serait le premier à accueillir le formidable Chevalier d'or du Capricorne, protecteur de la dixième maison du Sanctuaire ?

Arrow Champs de Mars
Revenir en haut Aller en bas
Zéphyr
Chevalier de bronze de la Licorne
avatar
Messages : 216


Caractéristiques
Vie Vie:
134/134  (134/134)
Cosmos Cosmos:
131/131  (131/131)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mar 25 Juil 2017 - 21:00

Arrow Palais du Grand Pope: Sanctuaire

Zéphyr avait suivi son maître depuis qu’il était parti du temple du Grand Pope jusqu’au royaume d’Arès le Dieu de la guerre. Son long voyage lui avait permit de voir et d’apprendre de nouvelles choses toutes plus intéressantes les unes que les autres. Pour autant, le jeune chevalier n’oubliait pas pourquoi, il était venu jusqu’au royaume d’Arès, il devait accomplir une mission pour le Pope avec le chevalier d’Or du Capricorne qui s’appelait Milan et le chevalier d’Or des Poissons qui se nommait Gaël. Pour l’instant seul Milan était présent avec lui, le chevalier d’Or des Poissons devait sûrement traîner un peu la patte sachant qu’il allait devoir faire équipe avec les deux personnes qu’ils aimaient le moins.

Il est vrai qu’avec Gaël, les relations étaient assez tendues, mais pour une mission Zéphyr allait faire tout son possible pour que celle-ci se passe sans accro, il allait essayer de ne pas titiller son supérieur qui répondait assez facilement aux provocations. Depuis sa première rencontre, il avait progressé, il le sentait son cosmos était devenu plus puissant, sa résistance aux coups et son endurance, c’était amélioré et surtout, il avait appris de nombreuses choses grâce à son nouveau maître Milan. Il sait par exemple qu’il faut bien savoir l’élément qui domine dans un lieu afin de ne pas être désavantagé lors d’un combat ou d’essayer d’apprendre l’élément de son adversaire sans trop en dévoiler sur le sien.

Enfin, il était plus facile de dire ça maintenant, car, il n’y avait aucune trace de Berserker aux alentours de la porte de la guerre qui était le début du domaine du Dieu de la guerre. En situation réelle, il serait beaucoup plus dur de faire ça, mais heureusement pour lui, on n’était pas encore en situation réelle. L’adolescent se concentra afin de savoir quel était l’élément dominant dans ce lieu, il ressentit une légère énergie avant de savoir que l’élément dominant ce lieu était celui de l’eau. Maintenant qu’il savait cela, il allait l’enregistrer dans un coin de sa petite tête afin de ne plus jamais l’oublier. Zéphyr arrêta de faire le touriste et décida de suivre son maître en direction des portes qui étaient assez impressionnantes, il devait l’avouer, c’est pourquoi il les observa assez longuement.

- Bon on va pas passer des heures ici ! Autant avancez et voir s'il n'y a pas âme qui vive plus loin !

Son maître avait raison, il n’allait pas rester ici des heures alors qu’aucune personne ne se trouvait à l’entrée du domaine d’Arès. Il fallait mieux avancer, car c’est comme cela que les trois chevaliers auraient le plus de chance de rencontrer quelqu’un. Attendre à l’entrée ne servait à rien s’il n’y avait personne dans les domaines aux alentours de la porte de la guerre. C’est pourquoi Zéphyr continua ça marche en direction des portes, son maître était un peu devant lui, il allait tout faire pour ne pas le décevoir et surtout ne pas faire quelque chose d’imprudent comme défié un dieu ou autre chose
qui serait tout aussi stupide.

Vous avez raison maître, autant avancer et voir ce qui nous attend.

Milan s’éloigna petit à petit de Zéphyr et passa les portes un peu avant lui, c’est pourquoi le jeune adolescent décida d’accélérer le pas afin de rattraper son retard et surtout retrouver son maître, il espérait que Gaël allait vite les rattraper, car à ce rythme, il allait atteindre le Palais d’Arès qu’il ne serait toujours pas arrivé dans le domaine du Dieu de la guerre. Zéphyr passa donc les portes de la guerre en restant sur ses gardes afin de ne pas se faire avoir par un des hommes du Dieu de la guerre.

Arrow Champs de Mars
Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Jeu 27 Juil 2017 - 15:16

Qu'arrivait-il au corps du Cardinal?
Alors que son Maître l'appelait, et certainement pas pour parler chiffon ou prendre une tasse de thé, chaque muscle, chaque parcelle de ce corps qui lui était inconnu, fut prit d'une crise de tétanie.
De ton son être, faisant brûler son cosmos et tentant de s'infliger des dégâts pour relancer la machine, rien n'y faisait.

C'est alors qu'il senti et vit passer non loin de lui un Saint qui l'ignora, sa colère se transforma en frustration quand au manque à son devoir de gardien de la Porte, il n'avait rien pu faire pour le stopper ou encore l'interpeller afin de le sommer de s'arrêter.
Son sang se mit à bouillir, l'esprit de l'armure senti sa colère qui, jusque là, n'atteignait se stade qu'en combat et encore, lors d'un combat il n'y avait pas de colère dans son coeur, juste un sentiment d'intense euphorie.
"Laisse moi faire mon très cher!" fit-elle alors.
L'étreinte de l'armure se fit plus intense, comprimant la peau mais ce fut les multiples tentacules pourvu aiguillons qui pénétrèrent sa peau qui provoqua une réaction de son corps, mais pas suffisamment pour reprendre le contrôle. S'enroulant alors autour de chacun de ses os, le Cardinal devint le pantin de sa propre armure, Midona avait désormais les pleins pouvoir sur son corps, ils ne faisaient plus qu'un désormais!
Jamais dans l'histoire d'Arès un berserker n'avait atteint un tel seuil de proximité envers son armure, et l'inverse était tout aussi unique dans cette même histoire. Pouvant à nouveau se mouvoir, le Cardinal commença alors à se diriger vers le saint qui était déjà bien trop loin sur les terres de son Maître, mais un second arriva, bien plus faible d'après son cosmos et la couleur de sa cloth.
Souhaitait-il rejoindre son camarade?
"Haha... on va l'aider ma chère et tendre..." fit Zyss avec un sourire remplit de rage.
Se dirigeant à tout allure vers le nouveau venu, qu'il attrapa à la gorge, il lui lança un regard froid et calculateur et lui déclara :
"Je vais t'aider à rejoindre ton ami..."
Avant de le balancer de toute ses forces dans le domaine suivant, où son camarade se trouvait déjà...

Arrow Champs de Mars
Revenir en haut Aller en bas
Gaël
Chevalier d'or des Poissons
Chevalier d'or des Poissons
avatar
Messages : 61


Caractéristiques
Vie Vie:
183/183  (183/183)
Cosmos Cosmos:
183/183  (183/183)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Mer 2 Aoû 2017 - 17:20

Gaël suivait de loin le Chevalier d'Or des et son disciple. Il n'avait pas vraiment envie de se mélanger avec eux et voulait rester discret pour cette mission. Qu'importe qui obtiendrait les louanges de la réussite, mais Gaël n'avait pas envie d'échouer à causes d'humains égocentriques. Il savait qu'il était bien plus réfléchi que ses deux " compagnons " de route, même s'il ne les qualifierait jamais ainsi. Ils foncèrent tête baissée jusqu'au Royaume d'Arès. L'entrée de son royaume était une immense terre aride légèrement vallonnée. Le sol fissurée était sec et rempli de cratères plus ou moins important, stigmates de nombreux batailles. Le Chevalier des Poissons n'avait eu à poser que sa main sur le sol pour ressentir l'immense souffrance qui régnait ici. Cependant, dans les plaines, l'eau avait recouvert une partie du sol comme si la nature voulait y reprendre ses droits. La terre semblait recracher de l'eau à travers les fissures et les cratères. Un peu de mousse commençait à se former sur les rochers et même la végétation aquatique tentait de reprendre le contrôle. Roseaux, nénuphar, algues étaient également présent en petite quantité, rien d'extraordinaire. Malgré tout, cette zone semblait plaire à quelques poissons et batracien qui arrivait à vivre ici. Même la cosmos énergie de Gaël n'arrivait pas à redonner vie, à cette terre. Seul un Dieu en serait capable, mais il ne faudrait pas trop compter sur Arès. Ce dieu était obnubiler par le combat, les guerres et les femmes.

Malgré tout, Gaël se devait de rester concentrer sur son objectif principal et devait reprendre la route vers le second domaine avant que Zephyr et Milan ne le sème. Au final, difficile de perdre quelqu'un au milieu de ses plaines désertiques. Cependant, un cosmos interpella le Chevalier des poisson. Il prit le même chemin que les deux autres Saints, un puissant cosmos hostile émanait de lui, sans doute l'un des gardiens de ces lieux. En tout cas, il n'y avait plus de temps à perdre cet ennemi allait surement les prendre à revers. Gaël se mit à le suivre discrètement en essayant de masquer son cosmos au maximum afin de ne pas se faire repérer.

Trop tard, l'homme venait d'attraper le Chevalier de Bronze et l'envoya valser au-delà de ce territoire. Impossible pour le Chevalier des Poissons d'intervenir, cet homme d'Arès n'avait pourtant pas masquer son cosmos et l'apprenti du Capricorne aurait dû le voir venir.


Arrow Champs de Mars
Revenir en haut Aller en bas
Ludwig von Rosenthal
Héraut de Phobos, Berserker du Nosfératu
avatar
Rôle : Héraut de Phobos, Descendant du Nosferatu, Kaiser du clan Rosenthal et de la Garde Prétorienne de la Peur.
Messages : 116


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
236/236  (236/236)
Armure Armure:
109/420  (109/420)

MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   Lun 7 Aoû 2017 - 3:31

« Eh bien... » La voix du héraut de Phobos résonne dans le paysage de l'entrée du royaume des guerres et des carnages. Tenant contre lui un livre, il avance lentement à travers les terres sombres du domaine, une brume obscure semblant accompagner ses pas. « Je me chargerais de vous accueillir en ces lieux. » Pas de cuirasse, pas d'armes... les Berserkers sont, à l'image d'autres groupes, des êtres capables d'être tout et n'importe quoi. Une prêtresse frôlant le crime de blasphème, un Cardinal ne suivant pas certaines règles de maintient, ou encore un héraut au corps recouvert de vêtements sobres, de grande qualité - situation actuelle de l'abyssal. Ses cheveux sombres attachés en une haute queue de cheval, son regard noir parfaitement dévoilé, l'abyssal observe l'être humain qui s'est approché des terres du dieu Arès. Quel pitoyable héraut serait-il s'il ne cherchait pas, de suite, à savoir ce que faisait cet homme en ces lieux.

La chaleur des Enfers, pourtant, continue de caresser sa nuque. Cette sensation semble refuser de disparaître, même après être sorti de la désertique prison – enfin, pas si désertique... pour une fois que des hallucinations conversaient avec lui, il fallait en profiter. Cette libération tardive lui a au moins donné un avantage : celui d'arriver tandis que ce Saint tentait la discrétion pour pouvoir suivre une autre silhouette – un nouveau Berserker ? Son visage ne lui disait rien.

Sortant sa main gauche de son dos – la droite tenant le livre contre lui – il la glisse sur le côté, ouvrant et fermant ses doigts, les observant quelques secondes, avant de porter à nouveau son regard sur le nouveau venu. Malgré son souhait de masquer son cosmos, il ne pouvait retirer les informations précieuses qu'offraient son armure. À nouveau, Ludwig avance, sa voix résonnant à nouveau dans ce désert. « J'ai rencontré une de vos guerrières, il y a peu... Je vous savais, Saints, extrêmement résistants – pour ne pas dire, aussi proche que des cafards dans ce domaine – mais, pour être honnête, je ne connaissais pas votre prédisposition à la folie. » Il penche alors légèrement la tête sur le côté, son regard luisant d'un léger éclat, cette lueur sans humanité, à la fois iridescente et abyssale. « Merci de m'avoir éclairé sur votre comportement, ainsi que sur celui de vos pairs... » Un petit rictus – une forme de sourire peut-être – apparaît contre ses lèvres alors qu'il assimile l'information lointaine – et logique : cet homme n'est pas venu seul. Il est juste... en retard, par rapport aux autres.

« Chevalier d'or des Poissons, c'est bien cela ? Alors, dites-moi, Saint... Quelle quête mènent des combattants de la déesse Athéna jusque dans les terres de Sa Majesté Arès ? » Chercheraient-ils la guerre ? Le conflit ? Si tel est le cas, alors leur investigation sera de courte durée. Même si le roi des carnages et des champs de bataille ne semble pas présent, ces hommes trouveront, à chaque recoin de ces domaines, un esprit guerrier. Ou pire encore... Car, si Arès n'est pas présent, une force obscure est tout de même à l’œuvre. Bien que loin de son maître, Ludwig inspire doucement, son regard se perdant légèrement, tel un esprit embrumé par l'opium. Le cosmos du Père des Peurs et des Abysses a retrouvé son éclat originel...

C'est un beau jour que voici...

----------------------------------------

Élément RP à prendre en compte: Le Berserker de Nosferatu possède un cosmos à l'aspect proche de celui du dieu de la Peur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur le pas de porte   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur le pas de porte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» La Porte fractionnée....
» Une porte...Allez toquer, ne soyez pas timide !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: La porte de la guerre-