Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Et le monde était en flammes. [PV Aratos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alessio
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
avatar
Rôle :
♦ Oiseau de Malheur ♦

Messages : 1509


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Dim 9 Avr 2017 - 15:58

...Et c'est ainsi que le vénérable Océanos s'est transformé en flaque. Au temps pour la grandeur des Titans.

Bien que le trajet n'ait duré que quelques instants, c'avait été suffisant pour raconter son histoire - tout ce qu'il y avait à retenir de cette visite au Labyrinthe, vraiment. Mais cela lui avait au moins permis de se dégourdir les jambes, comme ils s'apprêtaient à le faire. Il ne fallut pas longtemps une fois le portail refermé pour que les premières vapeurs volcaniques parviennent jusqu'à eux.
Peut-être aurait-il dû dire à Aratos où ils allaient avant de l'y entraîner, mais c'était un peu tard pour ça. Les fonctions de leurs Surplis les protégeant des nuisances... Disons environnementales, cela ne devrait pas poser de problèmes. En revanche, mieux valait éviter de tomber dans la lave - même s'il faudrait pour cela être particulièrement maladroit, d'autant qu'ils possédaient l'un et l'autre les ailes pour leur épargner toute catastrophe.

L'Etna, cependant, restait un endroit dangereux - et, par nature, extrêmement chaleureux ; quelle meilleure destination pour se requinquer ? Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas visité ; s'il lui était arrivé de le survoler à l'occasion de l'un ou l'autre déplacement de par le monde, il ne s'en était plus approché aussi près depuis quelques décennies. Ce qui, certes, ne représentait pas grand chose pour un Spectre de sa trempe - mais on parlait néanmoins de sa patrie, si lointain que cela puisse sembler. Le site où il les avait téléporté était évidemment bien au-delà des barrières où les visiteurs étaient autorisés ; ils ne devraient pas être dérangés.

Pour autant, à peine eut-il fait quelques mètres, s'emplissant les poumons de fumée toxique, qu'il sentit une tension à son poignet. L'un des nombreux fils imperceptibles qu'il avait relié aux différents Spectres ayant croisé sa route pour pouvoir les trouver en cas de besoin - il nota d'ailleurs qu'il devrait en remettre un à Kazuki, celui-ci ayant eu la riche idée de trancher le dernier. Qui plus est, la force du signal trahissait une présence étonnamment proche. En étendant ses sens, il put effectivement sentir deux autres cosmos à quelques centaines de mètres - dont celui de Setesh, ceci expliquant cela.

Ah ! Nous ne sommes apparemment pas les seuls à être venus profiter de l'endroit. Il plaça sa main en visière, tentant de discerner les silhouettes - mais même ses yeux d'aigle (de Griffon) avaient leurs limites. Il se retourna vers Aratos : Tâchons de ne pas les déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Aratos
Spectre du Balrog de l'Etoile du Talent
Spectre du Balrog de l'Etoile du Talent
avatar
Messages : 575


Caractéristiques
Vie Vie:
166/166  (166/166)
Cosmos Cosmos:
167/167  (167/167)
Armure Armure:
200/280  (200/280)

MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Ven 14 Avr 2017 - 15:07

Suite à un changement d’attirail – et encore, Alessio étant plutôt classique dans le choix de ses accoutrements – et après avoir fait disparaître dans une dimesion qu’il supposait être un autre plan cosmique, l’Ibère se tourna vers son supérieur. En hochant la tête, il signala être prêt à … à il ne savait pas trop quoi, pour être honnête. Une porte noire avait été invoquée, et si l’ancien Saint était de nature plutôt curieuse, il n’était pas fou de la nouveauté au point de se lancer la tête la première dans un trou béant. Dubitatif, il avança d’un pas avant d’être simplement happé par la porte. Etait-ce bien cette dernière qui l’avait avalé tout cru, ou avait-il était tiré dans cette dernière par le Griffon ? Il n’en était pas bien sur, tant les deux possibilités étaient crédibles. La légère pression sur son poignet et la nature même de l’art d’Alessio faisaient toutefois pencher la balance vers la deuxième option. Manquant de trébucher, il se retrouva donc entre deux mondes.

Le trajet, dans cet univers, lui sembla aussi long que court. Il avait eu le temps de se voir racontés les derniers évènements qui concernaient les titans, mais à la fois, cet instant semblait aussi confus que possible. Il préféra ne pas s’étendre sur le sujet, n’étant pas bien sur de savoir comment l’exprimer dans tous les cas. Ce qui était certain, par contre, c’était qu’il n’était pas bien bon d’être un Titan, ces derniers temps. « Et après tu oses dire que le Poisson Austral est un mauvais signe astrologique ? Comparé aux Titans qui se font marcher jour après jour sur le coin du visage pars leur progéniture, j’ai l’impression d’avoir tiré le gros lot. » Lança-t-il alors qu’il plaçait sa main au dessus de ses yeux, pour se protéger du soleil. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait croisé la route d’Hélios qu’il en redoutait presque la lumière.

L’endroit n’était pas réellement paradisiaque, pour être honnête, et quitte à se déplacer à la superficie, il aurait préféré se retrouver dans un endroit moins … enfumé. L’ancien chevalier toussa légèrement, avant de placer un pan de sa cape devant son visage, avant de se rendre compte qu’il suffisait pour s’éviter un tel désagrément de faire apparaître son masque, ce qu’il s’empressa de réaliser. Il avait beau être un spectre, ce n’était pas pour autant qu’il appréciait plus que de raison l’odeur du souffre. Alors qu’il ouvrait la bouche pour demander au Griffon s’il pouvait lui signaler le nom du volcan qu’ils visitaient, ce dernier sembla intrigué par une présence.

« Oh. Des spectres, je suppose. Enfin, si ce n’avait pas été le cas, je soupçonne que nous aurions changé notre future occupation. » Marmonna-t-il d’une voix métallique. Ce ton était habituel lorsqu’il portait son visage blanc. « Et maintenant ? Qu’attends-tu exactement de cette hmm... confrontation ? Je dois faire éclater mon cosmos et réduire ce volcan en ruines ? Te frapper de la plus grande de mes attaques ? Quelque chose comme ça ? Ca me semble très Athénien tout ça. Un peu désuet, non ? » Demanda Aratos en croisant les bras sur son torse.

Cela faisait tellement longtemps qu’il ne s’était pas battu… Et bien plus encore qu’il ne s’était pas entrainé. Qui plus est, il ne savait pas trop ce qu’Alessio attendait réellement de lui. Voir sa valeur au combat ? Ce n’était pas trop son style. S’il l’avait embarqué, à l’origine, c’était sans même savoir ce qu’il valait en tant qu’arme, sans doute plus pour ennuyer Athéna que pour quoi que ce soit d’autre. Il s’agissait peut-être là d’un premier examen pour comprendre à quel type d’affaires il pouvait le destiner ?

Dans tous les cas il serait rapidement fixé.
Revenir en haut Aller en bas
Alessio
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
avatar
Rôle :
♦ Oiseau de Malheur ♦

Messages : 1509


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Mer 19 Avr 2017 - 4:51

Heureusement pour eux, tous les Titans ne sont pas aussi piteux, nuança Alessio. Celui que j'ai affronté ensuite a mis autrement plus de coeur à l'ouvrage. Son sourire s'élargit ; Aratos n'avait pas besoin d'en comprendre le sens.

Mais il était vrai qu'une telle sortie de la part de l'un des pères des hommes et des dieux manquait cruellement de dignité. En avait-il seulement conscience ? Autres temps, autres moeurs - les critères en la matière devaient être bien différents à l'époque d'où ils venaient. Peut-être auraient-ils mieux fait de rester au fond du Tartare ; flaque ou pas flaque, le monde n'avait plus rien pour eux. Quand bien même ils arriveraient à reprendre leur place, pourraient-ils seulement le façonner ? Qu'il s'en porte pire ou mieux, il avait continué sans eux. Même si, d'après ce qu'Alessio avait pu voir d'eux, il dirait que de deux maux, l'humanité avait choisi le moindre - encore qu'elle n'ait guère eu voix au chapitre.

Enfin, disons simplement qu'ils ont fait leur temps. Les pauvres sont les seuls à ne pas l'avoir encore réalisé. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de leur ouvrir les yeux - même si pas de la plus délicate des manières, je le reconnais.

Leur visite du Labyrinthe n'avait pas été des plus délicates, il faut bien l'avouer - mais après tout, n'était-ce pas eux qui avaient tué le messager ? Après avoir été martyr, il ne faisait nul doute qu'il appréciait d'être bourreau. Rôle qu'il prenait visiblement à coeur, à en voir la manière qu'il avait de battre comme plâtre son invité. Ce dernier lui était d'ailleurs inconnu - à ceci près qu'il pouvait affirmer qu'aucune Étoile Noire ne l'avait sélectionné.
Son réseau d'information étant ce qu'il est, même en son absence, nul n'entrait aux services des Enfers sans qu'il en soit informé. Bien qu'il parut résister de son mieux et qu'Alessio ne soit pas en expert - encore moins à cette distance et avec toute cette fumée -, il estima rapidement son infériorité. Setesh n'aurait pas besoin de son aide pour en venir à bout - et de toute façon, après avoir vu comme  il s'était jeté sur les asgardiens, combattre trop près de lui était hors de question. Si besoin est, il achèverait son adversaire par après, voilà tout. Les laissant régler leurs comptes, il en revint à son associé, qui avait revêtu son masque dans l'intervalle.

Un Spectre, du moins. Pendant que tu étais absent, Setesh a obtenu de l'avancement. Bien que l'encre sur le contrat qui le liait à l'armée des morts ait à peine eut le temps de sécher, il supposait qu'Aratos soit en mesure d'identifier le Surplis de la Wyvern s'il y prêtait suffisamment attention.Je ne sais pas qui est l'autre, mais ça n'a pas d'importance : il ne le sera plus pour longtemps.

Bien qu'il ait perdu de vue le fil de l'affrontement, il était difficile de l'ignorer complètement. Le sol ne cessait de trembler - non seulement car ils frappaient comme des sourds l'un comme l'autre, mais aussi parce que l'Etna ne semblait guère apprécier d'être dérangé pendant sa sieste. Que la chaleur soit déjà montée d'un grand ne devait pas être une preuve de contentement - mais ce n'était pas ça qui allait l'importuner. Devoir hausser la voix pour couvrir le bruit des chocs, en revanche, avait le don de l'agacer : voilà pourquoi il préférait parler avant de frapper.

Il y a deux raisons à notre présence ici, fit-il en levant deux doigts pour appuyer son propos. Il abaissa le premier : La première est de me réchauffer ; comme tu le sais, les pays froids ne m'ont jamais réussi. La seconde...

Son index plia à son tour, mais seulement à moitié ; un geste amplement suffisant - le Balrog devait commencer à le savoir - pour faire entrer un de ses fils en action. Ainsi put-il se sentir traîné à nouveau par celui qu'il n'avait pas pris la peine de détacher - non que cela aurait été bien utile : Alessio se serait contenté d'en fixer d'autres, avec un supplément. Aratos avait déjà démontré un certain naturel en ce qui concerne l'invocation de l'armure et du fouet ; mieux valait pour lui qu'il en soit de même avec ses ailes, à moins qu'un bain de lave ne soit dans ses projets.

...Est de voir si les pouvoirs du Surplis ont été correctement assimilés, continua-t-il en le suivant du regard, ne semblant guère inquiet à l'idée de le voir disparaître dans un courant de magma. Au fil des siècles, il en verrait d'autres : il fallait bien commencer quelques part. Déployant ses propres ailes pour se reculer, prit tout de même la peine de s'en ouvrir plus avant :

Pour la plupart des Spectres, c'est en recevant leur Étoile qu'ils obtiennent leurs pouvoirs : je ne sais ce qu'il en est pour ceux qui en ont déjà au préalable, et... Comment dire ? Je crains que cela ne crée des interférences. Oh, sans doute rien de définitif - mais mieux vaut vérifier par acquit de conscience. Cela t'évitera de mauvaises surprises sur le terrain, comme un coup de corne en travers du dos. Et comme tu dois sans doute le savoir, une... Légère motivation est parfois nécessaire pour pousser des talents naturels à s'exprimer. Si cela peut te rassurer, je suis presque sûr que tu n'auras pas le temps de souffrir si tu viens à tomber.

Formant une cigarette à partir de rien, il se prépara à l'allumer quand un sifflement lui fit relever la tête - et se décaler d'un pas de côté. La carcasse du Titan (car c'en était un ; bien qu'il ne reste plus grand chose de son armure, il pouvait en reconnaître la facture) put ainsi venir s'écraser sans blesser personne - à moins qu'Aratos n'ait choisi de voleter du mauvais côté. Cela aurait le mérite d'être une leçon supplémentaire. Son poison encore éteint au bord des lèvres, il se pencha sur le corps calciné ; la Wyvern et sa tendresse naturelle ne l'avaient pas raté. Du coin de l’œil, il vit la silhouette de Setesh se poser quelques dizaines de mètres plus loin.

Tu aurais pu me prévenir que c'était un Titan, protesta-t-il. J'aurais aimé prélever quelques échantillons avant que tu t'en serves comme tapis de sol. Le Dunamis, ça ne se trouve pas à tous les coins de rue... Même s'il est vrai que le fait qu'ils en aient tous reste encore à prouver. Il le secoua du bout du pied pour s'assurer de sa mort - bien qu'il ne voie pas comment il pourrait en être autrement. Lequel était-ce, d'ailleurs ? Je ne me souviens pas l'avoir vu parmi les corps la dernière fois. Enfin, pour le reconnaître dans cet état...
~ Alessio défie Aratos (qu'on puisse s'y mettre au prochain tour).
Revenir en haut Aller en bas
Dante
Spectre du Basilic de l'Étoile Céleste de la Victoire
Spectre du Basilic de l'Étoile Céleste de la Victoire
avatar
Messages : 458


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
187/187  (187/187)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Mer 19 Avr 2017 - 13:28

Mort … ? Le Titan répète ce mot plusieurs fois... Bien... c'est déjà mieux que d'être enfermé sous le magma et la chaleur de l'Etna. Mais ce n'est pas de cette façon qu'il voulait mourir. Pas de cette façon... Mourir au combat, oui, il le désirait. Durant toute sa vie, il pensait qu'il serait tué par Zeus... mais finalement, ce sera un Spectre et cela ne changera pas le « plaisir » de ce combat. Puis... ce n'est pas le Roi des Dieux qui ferait une prise de... catch, lutte ou je ne sais quoi durant un combat contre un Typhon géant. Comme quoi, les humains sont beaucoup plus originaux... ou au moins les Spectres. En parlant de ces derniers, souvenons-nous que le corps du Titan s'est écrasé là où se trouvent deux alliés – coéquipiers – collaborateurs de Setesh... Et l'un semble particulièrement intéressé par ce qu'a fait le Juge de la Wyvern... ou par qui était le Titan. Il secoue son pied pour s'assurer de sa mort... mais la réaction qui suit – liée à la question qu'Alessio pose – n'est pas celle d'un mort... « Typhon... »

Un mot a déclenchée une dernière étincelle de vie dans ce corps. Et celle-là provient de Samaël, dont l'esprit continue d'agir dans l'âme du Titan. Se lever ? Impossible ? Il pousse sur son unique bras, du sang coulant sur sa chair calcinée, laissant entendre quelques plaintes de douleur. Levant légèrement les yeux, il regarde Alessio, le détaillant, se demandant s'il... suffirait. Mais le fait qu'il avait connaissance de cette donnée, son envie de « trouver des moyens de le récupérer »...  Puis cela reste un Spectre dont la puissance dominerait les Titans. Enfin, selon les rapports de Setesh à Hadès... cela ne semble plus de l'exploit. Il pousse sur ses jambes, s'extrait du sol, se redressant au milieu des gaz volcaniques tout en fixant Alessio. Tout son corps tremble, chaque passage du vent – toujours aussi violent, la tempête vient à peine de commencer – arrachant un hurlement de douleur à son esprit. Physiquement, il ne montre plus rien, qu'un profond intérêt pour ce Spectre. Il avance alors d'un pas... sa propre puissance commençant à s'élever. « Tu es... intéressé par le Dunamis... ? Ta curiosité... est amusante... » Il tend difficilement sa main, son énergie se brisant alors, un morceau se concentrant autour de ses doigts. « Je fais de toi... Notre légataire. Le dunamis plongé dans l'âme d'un Titan et manipulé dans le corps d'un humain déifié. Inspire toi de lui, qu'il soit ton idée, ta source, ton outil... Combat les Titans avec, si tu le souhaites... Défie les dieux avec, si tu le souhaites... Ceci est Notre héritage... Sa seule limite est ton imagination. » Puis, l'énergie part rapidement, s'étirant pour s'étendre autour du Spectre du Griffon. Qu'importe, finalement, la personne. Il a montré, par cette simple phrase, avec cette désinvolture... qu'il pouvait facilement surpasser les Titans et, sûrement, ses autres adversaires. Autant donner un coup de pouce... à ceux qui semblent être prêt à tout...

« Notre Dunamis est tient... tu es maintenant le porteur de Notre idée de l'existence... Le Chaos. » Le Titan recule d'un pas, abaissant sa main. Le lien d'énergie qu'il avait avec le cœur du Volcan se brise, la terre tremblant de plus belle alors qu'une faille s'effondre sous ses pieds. Mais qu'importe, il est déjà mort. Il est ainsi mort debout, pour ensuite disparaître dans les mêmes profondeurs qui l'ont enfermé. Plongeant dans la lave, une dernière étincelle d'énergie traverse son corps, pour activer ce volcan. Une éruption. Laissera t-elle ses marques dans le temps ou n'est-ce qu'une frayeur offerte aux habitants de la Sicile et de l'Italie ?

Sera t-elle un souvenir ? Ou disparaîtra t-elle des livres d'Histoire, à l'image de cette passion, de ce désespoir, qui animaient les deux êtres ? Après tout, si un Typhon s'éveille un jour... il n'aura sûrement aucun souvenir de ceci.


Samaël Sirbonis, le Typhon, est mort dans les profondeurs de l'Etna. C'est ainsi qu'une histoire se termine...

----------------------------------------


Kit by Setesh
Revenir en haut Aller en bas
Aratos
Spectre du Balrog de l'Etoile du Talent
Spectre du Balrog de l'Etoile du Talent
avatar
Messages : 575


Caractéristiques
Vie Vie:
166/166  (166/166)
Cosmos Cosmos:
167/167  (167/167)
Armure Armure:
200/280  (200/280)

MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Lun 15 Mai 2017 - 17:10

Le spectacle était pour le moins inhabituel. Le spectre se battait comme un beau diable, et son adversaire, bien que de légendaire filiation, ne pouvait lui tenir tête. L’ibère plissa les yeux derrière son masque, plus par habitude que par nécessité, et fixa le duel sans y prêter une trop grande attention, il était clair que dès son début, l’identité du vainqueur n’était pas difficile à deviner. Alors qu’il se tournait vers le Griffon pour écouter ses explications, il fut happé – sans grande surprise – par l’un des maudits fils qu’il avait tissé et déposé sur son auguste personne.

« Woh l’bordel. » marmonna-t-il alors qu’il invoquait, par réflexe son surplis et qu’il en écartait les ailes, sans vraiment écouter ce que l’immortel lui racontait. Il n’avait pas prévu de retourner de l’autre côté du miroir aussi rapidement, et, s’il était avide de nouveautés, il n’était pas bien sur qu’expérimenter la chaleur de la roche en fusion fusse sur sa liste de courses. Alors qu’il effectuait un looping – plus par plaisir personnel que par besoin réel – il manqua de se faire renverser en plein air par une comète. Après une avalanche de coups, le Titan avait volé comme un fétu de paille –manquant de peu le strike aérien – et, portée autant par ses dernières forces que par la mandale qu’il venait de recevoir de Setesh, avait fini son vol plané non loin du duo. L’ancienne étoile de la putréfaction qui venait de se poser à quelques mètres, ne semblait plus arborer ses anciennes couleurs. Il avait pris du galon, ce que ne manqua pas de souligner Alessio. Passé juge, il était devenu l’un des membres éminents de la chevalerie d’outre-tombe, c’était à ne pas oublier lors de leur prochaine rencontre.

« Il a failli me descendre, bon sang. » Marmonna-t-il en se posant. « Ceci dit, ma maman disait toujours que j’aurais pu faire un très bon Icare au théâtre. » ajouta-t-il avec un léger sourire, inventant autant l’anecdote que sa mère. Le Titan n’était pas dans le meilleur des états. A vrai dire, il n’allait pas tarder à rejoindre le Tartare duquel il n’aurait jamais du sortir. Comme quoi, ils avaient beau ne plus être dirigés par Cronos, ils semblaient sempiternellement adopter la même destinée : celle de se mettre au ban de la société.

A l’intervention du mort en sursis le Balrog ne répondit que par un haussement d’épaules et se dirigea aux deux juges. « Je n’ai rien compris à ses balbutiements. Une chance qu’ils ne me soient pas adressés, ça aurait un peu gâché sa sortie, faut dire. Enfin bon, pour un plongeon, j’aurais peut être préféré une piscine moins … ensouffrée ? Ca se dit ? »

En ce qui concernait leur duel, par contre… L’ancien saint fit craquer sa nuque et matérialisé son fouet barbelé dans la main droite. « On y va ? »



[ET LE ROHAN REPONDRA !]
Revenir en haut Aller en bas
Alessio
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
Spectre Céleste du Griffon et juge d'Hadès
avatar
Rôle :
♦ Oiseau de Malheur ♦

Messages : 1509


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   Dim 28 Mai 2017 - 5:45

Et bien, vous avez la peau dure, on dirait. Puis-je savoir à qui j'ai l'honneur ?

Contre toute attente, le Titan était encore en vie. Setesh n'avait pas dû s'en rendre compte avant de quitter les lieux : ça ne lui ressemblait pas de laisser en vie un adversaire... À moins qu'il ne le considère déjà mort - ce qui n'était tout au mieux qu'une affaire de secondes. À sa défense, Alessio lui-même s'y était laissé prendre, et il était pourtant bien plus proche du corps - de la ruine - de cette entité démodée, de ce dieu d'un autre temps.
Ce n'était peut-être qu'un hôte, qu'un vêtement de chair qu'il avait revêtu - qu'une vie parmi tant d'autres - mais cet aspect délabré convenait bien à ce que lui et les siens étaient devenus. Lorsque celui-ci voulut s'exprimer en crachant ce qu'il lui restait de vitalité à pleins poumons, Alessio fit mine de tendre l'oreille ; avait-il tenté de lui répondre ?

Pardon ? Je ne vous entends pas, avec tout ce sang. Si vous pouviez d'ailleurs éviter d'en mettre sur mes solerets...

Le pauvre hère avait bien essayé d'articulé quelque chose, mais Setesh l'avait si salement amoché que même cela tenait de l'effort titanesque - ce qui ne manquait pas d'ironie. Mieux valait cependant cela que le dire herculéen : il aurait pu mal le prendre - à supposer qu'il soit encore en état de l'entendre, à fortiori de le comprendre. L'essence divine qui l'avait imprégné semblait déjà se débattre pour quitter son corps, si bien qu'il ne savait qui du Titan ou du mortel réclamait son attention.
Oh, il aurait pu l'achever - mais même s'il ne voyait aucun moyen qu'il l'apprenne, le plus frais des trois Juges n'apprécierait certainement pas de savoir que quelqu'un d'autre avait volé sa proie. Autant donc n'en pas prendre le risque, ne serait-ce que pour la paix des ménages. Et puis, il n'était pas cruel au point de le priver des derniers mots qu'il se donnait tant de mal pour articuler - pas sur le moment en tout cas. Certains de ses pairs n'auraient pas mérité tant de patience de sa part.

Plus surprenant encore que sa survie, il parvint à se mettre debout - Setesh avait décidément été vite en besogne. Alessio n'esquissa pas un geste pour reculer, pas plus qu'Aratos : l'un comme l'autre savaient ne pas avoir à le craindre. C'est tout juste s'il parvenait à rester debout face aux féroces bourrasques qui sillonnaient l'Etna de long en large - formant un véritable typhon. Le Griffon s'étonnait d'ailleurs de leur violence : il n'en avait jamais connu de telle que sous l'effet de son propre pouvoir.

Sans même qu'il ait eu besoin de lui demander quoi que ce soit, moins encore de le prendre de force, le dieu déchu eut la gentillesse de lui céder ce qu'il attendait de sa part - au point que c'en soit presque trop facile. Où était le piège ? Espérait-il survivre à travers lui ? Si c'était le cas, il risquait d'être déçu : le Juge ne s'était pas débarrassé de Minos pour laisser qui que ce soit d'autre se servir de sa personne. Mais non : tout ce qu'il sentit fut une formidable montée en puissance - au point de s'en sentir capable de modeler la réalité. Nul doute que la simple idée qu'un tel pouvoir échoue finalement entre ses mains aurait suffi à en faire frémir plus d'un.

Que voilà un joli présent. Merci à vous, Titan. Je ne connais pas votre nom, mais je connais à présent votre force. C'est plus que je ne peux en dire de ceux des vôtres que j'ai croisé précédemment. Il plia et déplia les doigts, la puissance affleurant sous sa peau - l'éloignant un peu plus de l'emprise d'Hadès, même s'il avait voilà longtemps pris ses précautions. Je tâcherai d'en faire bon usage, même si je ne ne peux promettre que vous l'apprécierez : mes occupations tendent à ne pas plaire à tout le monde... Mais là où vous allez, je suppose que vous n'avez pas besoin de le savoir.

Mais il ne l'entendait probablement déjà plus, ses dernières bribes de conscience l'ayant quitté. Car s'il ne l'avait en effet pas entendu proférer son nom dans ce qui aurait aussi bien pu être son dernier souffle, sentir son pouvoir courir à travers lui lui en donnait une assez bonne idée. Non content d'avoir réussi à mettre la main sur ce cosmos primitif, antédiluvien, celui qu'il avait désormais en sa possession lui convenait parfaitement - se confondrait sans peine avec ses propres talents. Les tempêtes, ça le connaissait, après tout.
Au même moment, sans que rien ne le trahisse, il sentit une vive chaleur sur son front - qu'il assimila aussitôt à la marque d'Hypnos s'efforçant de garder en cage un pouvoir dépassant le sien propre. Le sceau avait faibli, d'autant que le Dieu du Sommeil avait dans l'intervalle goûté à ses propres poisons : s'il était désormais réincarné, ce n'avait pas été sans impact sur sa malédiction - qu'il n'avait pas pensé à vérifier. Dommage pour lui.

Alors qu'il se demandait s'il devrait tester ses nouveaux dons sur la dépouille de celui qui les lui avait donné - il ne pouvait décemment pas le laisser planté là au milieu du chemin -, le volcan s'en chargea à sa place en l'avalant d'une seule traite ; voilà qui réglait la question. Haussant les épaules, le Griffon s'en retourna à son protégé et à ses affaires par la même occasion, maintenant qu'ils en avaient fini avec cette interruption - bien que profitable comme elle l'avait été, elle valait sans aucun doute la peine de s'y intéresser.

Ne t'en fais pas pour ça, c'est entre lui et moi. reprit-il la conversation comme si de rien n'était. Aratos n'avait pas besoin de comprendre la teneur de ce à quoi il venait d'assister ; pas encore. S'il s'en donnait les moyens, cela viendrait avec le temps. Il ferma le poing une dernière fois, sentant l'énergie sourdre entre ses doigts. Et donc, où en étions-nous ?... Ah, oui.

Il leva la main en coupe et des fils jaillirent du sol pour s'emparer de son subordonné, probablement placés là au préalable pendant que celui-ci avait le dos tourné - en tentant d'échapper à la lave, par exemple. Il lui faisait une fleur en lui permettant encore de les distinguer au lieu de les rendre imperceptibles comme à son habitude ; il espérait qu'il apprécie cette gentillesse de sa part. Alors que son tissage mettait tout en oeuvre pour mettre à terre le Balrog, il amena la cigarette à ses lèvres de sa main libre.

Je pense n'avoir pas besoin de préciser que mes tours n'ont pas grand chose à voir avec ceux de tes anciens camarades, fit-il en recrachant un nuage de fumée - qui alla aussitôt se confondre dans celle que le volcan n'en finissait plus de vomir. J'espère que tu es prêt. fit-il en tapant vigoureusement dans ces mains - mais ce son ne parvint jamais aux oreilles d'Aratos, remplacé par celui de lourdes portes de bronze en train de se refermer - celles du dédale au fin fond de ses pensées.


Citation :
¤ Gate of Treason : 40 CS pour 45 de dégâts.
→ Drain de 10 CS au premier tour et de 5 au deuxième si pris de plein fouet.

¤ 10 coups physiques pour 10 de dégâts.

¤ Total : 55 dégâts sur Aratos. Perte de 10 CS si pris de plein fouet.

¤ PV : 200
¤ CS : 300 - 40 = 260
¤ Blindage : 420

Gate of Treason:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et le monde était en flammes. [PV Aratos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et le monde était en flammes. [PV Aratos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Terminée) Eleanor Tully | Tout le monde sait et tout le monde se tait
» [TERMINÉ] [Fevrier 1990] Un fiore pericoloso [Feat.Lovino Vargas]
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» « Le monde est un théâtre, mais la pièce est mal distribuée. » • Alix&Holden
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-