Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Arès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Arès   Ven 28 Oct 2016 - 0:23


Le dieu de la guerre était tranquillement en train de boire son breuvage sur son trône lorsqu'il fut dérangé par des émanations de cosmos énergie. Ce n'était pas des Berserkers qui se tapaient dessus. Cette aura... elle était protégé par sa jeune sœur. Que faisait un saint ici ? Et en plus.. il était parvenu à traverser toute les zones de son royaumes pour venir danser devant sa porte. Comment ses guerriers avaient-ils pu laisser un chevalier de ce niveau atteindre son temple. Il y avait des choses qui n'allait pas ici... De plus, il avait bien dit d'éviter les affrontement avec saints. Il y avait du laissait allé. Malgré les remontrance et les effort que Phobos faisaient pour son armée, ses guerriers ne semblaient toujours pas apte à lui faire honneur. Laissant échappé un soupir d'agacement le dieu de la guerre se leva finalement de son trône. Il descendit les premières marches et sa cape rouge vint se coller majestueusement derrière son armure d'orée.

" On dirait que je vais devoir m'occuper de tout. Et dire que... j'ai eu tant de mal à les faire renaitre. Voilà comment je suis remerciait. "

Le pas d'Arès résonna dans le temple. Son aura balaya les portes de son palais. Il s'arrêta devant son temple. L'air avait était souillé par le sang d'un saint... Son temple à lui... sa demeure sacrée et divine. Les bras croisés il ferma les yeux avant d'envoyer un message à ses troupes.

" Berserkers... Il semblerait une nouvelle fois que mes ordres n'aient pas été suivit. Ou alors... Préférez vous les ignorer ? Comment un simple Saint a t-il pu parvenir jusqu'à mon domaine ? Souillez ma terre de son sang répugnant !? Je vous avez demandé d'arrêter les intrus à la porte de la guerre. J'attends des explications. "

La voix d'Arès n'était pas agressif, mais ses mots étaient lourd de conséquence. Le dieu de la guerre n'aimait pas les humains et les considérait comme des insectes, des moins que rien. alors comment une fourmi avait-elle pu se glisser jusqu'à sa demeure sans que les fauves ne l'ai dévoré ? Les personnes concernaient avait plutôt intérêt à rapidement se présenter pour se justifier. De plus, il n'avait pas apprécier l'intervention de Zeus. La voie de son père l'avait mis de mauvaise humeur.

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Alia

avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 430


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Lun 31 Oct 2016 - 22:42

Gravir les quelques marches qui me séparent du saint des saints n’est pas un problème de distance. Non, bien loin de là. Ce sont les choses qui transitent dans l’esprit qui allongent chacune des marches, chacun des pas. Que dire et que faire lorsque l’on est coupable ? Dire la vérité. Qu’importe si elle coute. Et celle-ci va couter. L’angoisse monte au fur et à mesure que mes pas me rapprochent, il n’y a bien que l’Unique et ses enfants qui soient capables de me mettre dans un tel état de… peur. J’ai manqué des lois, des états de fait : en un mot, je n’ai pas été assez prudente.

J’avance d’un pas, je m’annonce avant d’entrer… puis, je pose un genou à terre, incline le visage, solennelle, respectueuse… Je peux ressentir la colère de L’Unique filtrer par chacun des pores de ma peau… la confession va être difficile et douloureuse, c’est le moins qu’on puisse prévoir.

- Que votre Majesté me pardonne, je suis venue aussi vite que je l’ai pu.

J’entre. Ses ordres son tels que je n’ose attendre qu’il redemande des explications. Et comme je ne sais pas ce qui pourra advenir de moi, je commencerai par lui énumérer le message de son Excellence Phobos. Ensuite, advienne que pourra.

- Majesté, son excellence Phobos m’a demandé de vous transmettre un message de la plus haute importance.


Prenant mon inspiration :

- Il me fait vous dire qu’il sera en déplacement avec le Cardinal Zyss et Alectryon. D’ailleurs selon lui, le Sanctuaire et Asgard sont sur le point de s’allier. Cette information a été donnée par un Saint qui visiblement avait la langue trop pendue. De plus, concernant le pacte de non-agression qu'il y avait entre notre armée et les chevaliers d'Athéna, ce dernier est désormais caduque, un certain Arion ayant attaqué au nom d'Athéna le cardinal du feu…


J’attendais que le Seigneur de Sparte puisse prendre la mesure de tout ce que je venais de lui dire, qu’il réponde avant de poursuivre avec le plus épineux des problèmes. Il aura senti ma crainte et mon désarroi, celle d’avoir par ma cupidité joué un jeu bien trop dangereux… mais il va être temps de dire et de recevoir le solde de tout compte.

- Il faut à présent que vous sachiez que je suis à l’origine de la présence du Saint … et qu’il a été abattu par la Maitre d’arme de la Lance. Cet individu m’est apparu dans plusieurs de mes rêves, provoquant même ma ‘’mort’’. Pour en savoir plus, j’ai décidé de le faire venir depuis le Sanctuaire… Je pensais pouvoir l’enfermer dans une gangue d’illusion pour que rien de ce combat ne puisse être réel… mais ce crétin a expulsé son armure en plein combat ce qui l’a précipité vers la fin… Je n’ai…. Rien pu faire…. Et j’en assumerai toutes les conséquences.

Résignée à recevoir la juste sentence de mon incompétence, à comprendre ce qu’il aurait fallu que je comprenne avant, je n’avais plus qu’a attendre…
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 2 Nov 2016 - 11:42


Au moins... il y avait bien une chose dont il ne pouvait être satisfait. C'était la vitesse la laquelle ses serviteurs répondaient à son appel. Les bras croisé au dessus des marches de son temple, le fils de Zeus baissa le regard pour voir s'approcher la première personne. C'était tout logiquement Alia qui était là. Elle était la moins éloigné de tous... car à la mort de ce Saint, elle semblait avoir été à ces côtés. Était-elle impliqué ? Si oui, elle risquait d'être mis sur la touche. Il ne pouvait tolérer que sa représente divine fasse rompre sa promesse envers Athéna. Il avait beau être un vil manipulateur il n'aimait pas tromper sa sœur. Genou à terre, la femme baissa la tête avant d'annoncer que Phobos avait un message pour lui. Le dieu toujours énervé de ce qui c'était passé dans son temple resta les bras croisé. Puisque cela venait de son fils, alors il allait prendre la peine de l'écouter. Athéna et Odin étaient sur le point de s'allier ? C'était une bonne information à prendre en compte même s'il fallait la prendre à la légère. Tant que les choses n'étaient pas certaine, alors il n'y avait rien "d'officiel".

De toute façon, il était évident que ces deux camps s'allieraient un jour. Athéna ne pouvait pas se tourner vers les titans ou les enfers. Et depuis que Poséidon avait été défait, il s'agissait là de sa seule roue de secours. Elle venait également de lui apprendre qu'un dénommé Arion s'en était pris à Alectryon rompant ainsi le pacte caduc. Cela justifiait-il le fait qu'Arès puisse à son tour rompre ce "contrat" à son tour ? Selon lui... non. Il avait promis à ses Berserkers de ne pas s'en prendre au Saint. Il n'avait jamais demandé à Athéna de faire de même. En outre, les saints n'avaient aucune obligation à ne pas les attaquer. La seule chose que les chevalier auraient pu créer était un conflit et une guerre sainte. Une chose... qui ne l'aurait pas déplu au contraire. Alia semblait craindre la réaction d'Arès et elle avait bien raison. Elle n'était là que depuis peu en tant que prêtresse mais elle savait que le dieu de la guerre n'aimait pas les échecs.

Le fait qu'elle soit à l'origine du problème lui fit froncer un sourcil. C'était, donc à cause d'elle qu'un saint avait réussi à venir jusqu'ici. Elle avait invité un misérable insecte à fouler le domaine d'un dieu. Katharina avait suivi les ordres et l'avait tué. Le faire venir ici et ensuite l’exécuter... Pourquoi ? Parce qu'il était apparut dans ces rêves ? Un chevalier qui lui donne la mort et elle voulait se venger de lui, le tuer avant qu'il ne le passe. Stupide. Un simple rêve n'avait aucun pouvoir sur le destin d'un individu. Même les puissances divines étaient incapable de prédire la suite d'une vie.

" Un rêves dis-tu... "

La voix grave d'Arès raisonna dans le ciel rouge de son royaume. A cause d'une simple vision nocturne, elle avait souillé le temple du dieu de la guerre. Un lieu qu'il avait lui même personnalisé afin de le purifier de toute humanité. Un temple qui serait à l'image de celui qu'il possède au Mont Olympe.

" Ainsi donc. Un simple rêve t'a autorisé à faire venir un humain. A le guider jusqu'ici. A le tuer et souiller ce lieu divin. "

Le dieux serra ses poings. Savait-elle à quel point les humains le répugner ? Qu'allait-il faire d'elle ? Il lui avait confié son cosmos et sa force, et voilà comment il était remercié. Voilà pourquoi il n'avait aucune confiance en ses être humains. Il suffisait de leur offrir quelques pouvoirs avant qu'ils ne s'en servent pour leur propre intérêts. Le dieux laissa ses bras retombé et relâcha l’étreinte de ses poings.

" Alia... Voilà ce qui m'en coûte de faire confiance à une simple mortelle. Tu as fait passé tes affaires personnels en passant outre mes ordres... Et tout ceci sur mon territoire.  "


Ta vie... ton passé... tout est plus important à tes yeux que le simple fait de me servir n'est-ce pas ?

Même s'il n'en donnait pas l'impression immédiat. Arès bouillonnait à l'intérieur. C'était l'une des première fois que l'on osé se moquait de lui.

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Alia

avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 430


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 2 Nov 2016 - 13:27

La tension était si grande que nul n’aurait pu dire ce qu’il allait se passer, même spectateur. Peut-être que les limbes allaient être ma seule rétribution pour ce que j’avais fait. Incapable de penser que ce que j’allais faire allait être des plus répréhensibles, ce n’était pas du protocole, juste une affaire de bon sens. Faire venir un chevalier, lui faire endosser la responsabilité des rêves, c’était une chose. Le faire combattre dans la salle du trône d’Arès, c’était autre chose. Je n’avais pas eu cette notion, cette vision de la chose. Et pour couronner le tout, ce crétin avait retiré son armure, mourant sur le champ…

Hérétique… c’était un terme dont je m’affublais volontiers…

Une hérétique portée sur les manipulations, les intrigues, le protocole… mais incapable de voir aussi simple que ça. A présent, mon destin ne pendait plus qu’à un fil.

- Pas un seul rêve, Altesse. Plusieurs… assez déroutants et préoccupants pour que je me risque à en savoir plus. Je ne comptais pas faire cela au détriment de vos ordres. J’avais prévu d’aller dans le royaume des morts mener… l’enquête au sujet du carillon et de celui qui a frappé sa Majesté Harmonie…


Toujours la tête baissée, je laissais échapper silencieusement un soupir avant de reprendre.

- mais cette mission n’a plus lieu d’être à présent… votre Majesté… si j’en juge par le message que nous venons tous d’entendre.


Les deux mains sur le sol, je m’inclinais d’autant plus bas que ma résolution à m’expliquer était grande. J’étais fautive et nul argument ne pourrait influer le jugement de sa majesté Arès. Nulle excuse valable, nulle supplique à donner… Les faibles ne méritent que leur fin. Et assumer sa faute reste encore la seule solution.

- Je n’ai jamais perdu de vue les ordres que vous m’avez donné. Je n’ai pas voué cette vie pour servir mes intérêts mais bien les Vôtres, Seigneur. Il n’a jamais été question de le tuer, ni qu’il y ait affrontement… ma faiblesse aura été de faire confiance à mon pouvoir d’occultation… Je n’ai pas contrôlé l’événement… Et pour avoir manqué de discernement et mené cet insecte dans le saint des saints… Je n’ai aucune excuse…

il n’y avait presque rien d’autre à ajouter… presque si ce n’est…

- Et pour toutes ces raisons, je sais ce que j’encours. . . et corps et âme, dévouée à votre cause, je suis déterminée à en subir les conséquences…

Alea Jacta Est…
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 2 Nov 2016 - 17:08


Un ou plusieurs rêves... quelques soit le nombres de fois qu'elle avait eu ces visions le dieu de la guerre n'en apporté que peu d'importance. S'il fallait se concentrer sur tout les secrets qui entouraient ses serviteurs, il ne s'en sortirait pas. Chaque mortel avait ses ambitions personnels et pour Arès cela n'avait pas sa place ici. Ce qu'il faisait et disait devait être appliqué à la lettre. Il possédait l'armée la plus puissante de cet univers. Si tout ses guerriers venaient à renaitre, alors le monde serait probablement sous son contrôle. Elle lui annonça également son désir d'aller en enfers pour mener son enquête. Bien sûr, maintenant que son père était intervenu, tout recherche sur cette entité était devenu inutile. Arès avait bien une idée de la dimension dans laquelle se cachait cette chose. Malheureusement, elle ne pouvait être atteinte sans sa précieuse Kamui.

Son erreur de jugement avait couté la vie au saint ce qui... n'était pas le plus important en soi. souiller son temple était une chose passable d’exil ou de mise à mort. Le dieu de la guerre resta du haut de ses marches et ferma les yeux. Silencieusement, son cosmos se mit à vibrer. Laissant sa colère s'échapper.

" Tu dis que tu n'as jamais perdu de vu mes ordres et pourtant. Tu as laissé un étranger passer la porte de la guerre pour arriver jusqu'ici. Dans un jardin qu'aucun mortel n'a le droit de piétiner. "

Arès savait déjà comment la punir, il allait l'usé jusqu'à la mort. Une barrière lumineuse et d'orée brillé derrière lui. Elle était puissante et dégageait une forte émanation de cosmos.

" Il n'y a aucun pardon possible. C'est un moyen futile pour les mortels de fuir leurs responsabilités. Si tu assumes tes actes. Alors ta mort sera la seule façon de lever l'affront que tu m'as fait subir. "


Une lance d'orée avait jaillit de par-delà sa dimension. Elle brillé de mille feu et avant même qu'elle n'ai complètement était sorti, elle fonça à vive allure pour venir se planter devant la tête baissé d'Alia. Arès commençait sérieusement à se lasser de voir ses serviteurs aussi facilement dirigé par les sentiments. La peur ? C'est à cause de ça qu'Alia avait fait venir ce Saint, elle avait peur que son rêve se réalise et qu'elle se fasse dérobé son existence par cet insecte. Il observa la jeune femme toujours au pieds de ses marches et d'une voix grave et pesante il lui donna les ordres suivant.

" Enlève ses vêtements qui ne te vont plus. Ensuite, prend cette lance et entre dans mon temple. Tu y trouvera mon autel derrière mon trône. Verse ton sang. Tout ton sang. Brûle ton cosmos jusqu'à que tu ne puisse plus le ressentir. Ainsi, tu pourra racheter ta faute en purifiant ce lieu qui a été souillé. "

Croisant de nouveau les bras. Il était déçu de voir infligé ses maux à une prêtresse qu'il venait juste de nommer. Avec son sacrifice, il espérait qu'elle puisse enfin servir d'exemple au sein des siens. Trahir ou aller à l'encontre de sa volonté était synonyme de mort.

" Je t'enlève tes fonctions en tant que représente de ma personne. Tant que tu n'auras pas purifier ce lieu, tu restera à jamais devant mon Autel à prier en mon nom. Tu pourra reprendre ton rôle une fois cette tâche accomplit. "

Il espérait que cette punition la ferait réfléchir. Elle allait avoir le temps de toute façon. Le sang qu'elle allait verser n'allait pas couler en quelques heures. Il voulait la voir se répéter sa faute. Chercher ces erreurs pour enfin trouver ce qui lui manquait. Enfin... Cette épreuve allait être difficile pour elle et il n'était pas sur qu'elle en sorte vivant. Car sans la moindre goutte de sang, il était certain qu'elle y resterais.

(Arès te demande de verser tout ton sang, jusqu'à 1 pv et d'utiliser tout ton cosmos)

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Katharina
Maître d'arme de la Lance
avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 559


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 2 Nov 2016 - 19:47

Arès avait ordonné à katharina de devenir l’arme de sa représentante divine donc il était normal pour la guerrière de se trouver auprès d’elle. De plus, cela n’arrangerait pas forcément les choses si la fille du feu ne répondait pas à l’appel de l’Unique, ce serait un sacrilège. Par conséquent, elle prit son courage à deux mains en se dirigeant vers son palais. Elle entra dans la pièce d’un pas lent et résolu, la mine basse afin d’éviter d’attirer plus les foudres sur elle. La combattante savait pertinemment qu’elle avait commis une faute, et même si l’idée d’affronter le jugement de son dieu l’inquiétait, elle se devait de faire face.

Ce qu’elle appréhendait le plus était d’entendre, la sentence qu’il rendrait pour Alia. Le maitre de la lance s’approcha de l’assemblée en retirant son heaume, puis s’agenouilla devant son seigneur tout en restant derrière la prêtresse. Elle demeura silencieuse pour ne pas interrompre dans l'immédiat leur important entretien, mais surtout elle veilla à garder la tête baissée, ses yeux rivés sur le sol. Désemparée par cette situation délicate, une atmosphère de colère régnait dans la salle où une tension était palpable.

Le temps sembla une éternité pour la sœur d’Alectryon qui attendit l’autorisation de la divinité martiale de pouvoir s’exprimer. Peu importe ce qui arriverait, Alia resterait une confidente et une sœur d’armes dans le cœur de Katharina. Arès finit par donner son verdict qui était particulièrement sévère, l’incendiaire avait beaucoup de peine en songeant à son amie ainsi qu’à ce qu’elle devrait surmonter. Elle vit le chef suprême des berzerkers appeler une magnifique lance dorée, symbole de la punition et de son exécution. La jeune personne s'adressa à son maitre:

Je suis venue dans le but de répondre à votre appel mon seigneur, j'assumerai aussi mes erreurs.  
Revenir en haut Aller en bas
Deimos
Dieu de la Terreur
avatar
Rôle : Dieu et Père de la Terreur
Fils du Belliqueux Arès et de la Passionnée Aphrodite
Frère de l'Effroyable Phobos et de l'Anarchique Harmonie.
Messages : 200


Caractéristiques
Vie Vie:
271/271  (271/271)
Cosmos Cosmos:
350/350  (350/350)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Jeu 24 Nov 2016 - 5:37

Le Royaume d'Arès est un étrange monde pour une personne qui n'est pas habituée à ses règles, à ses coutumes. L'Essence de la Guerre, du Carnage, du Conflit, existe en chaque rue, en chaque lieu d'entraînement ou tout simplement dans l'atmosphère de cet endroit. Pour les êtres comme Ludwig, ce sanctuaire est une terre d'accueil. Un lieu d'exil dans lequel les combattants, les violents, les monstres, peuvent montrer leur véritable nature tout en s'intégrant dans une société méritocratique. La hiérarchie militaire actuelle est un élément essentiel de cette société : un pouvoir peut se gagner, au fil des jours, des mois, des années. Berserkers, soldat de base, Maître d'Arme, Cardinal... Non pas héraut.

C'est dans cet environnement que Ludwig von Rosenthal a avancé, traversant les différentes régions du domaine d'Arès. Son Seigneur, Phobos, lui avait donné un ordre simple, clair : se mettre au service de son père, le puissant Maître de la Guerre. Mais il serait mentir de dire que seul cet ordre ait réellement été prononcé. Non... il devait aussi tenir à l’œil la prêtresse du Maître des lieux, ainsi que transmettre une information importante, concernant l'hérésie qui a pu se dérouler dans le palais du fils de Zeus. Finalement, sa mission se résume en une seule phrase : Ludwig von Rosenthal doit veiller aux intérêts du domaine... Et c'est pour cette raison qu'il a laissé derrière lui ce dieu, ce Père de la Peur et de l'Effroi, pour rejoindre les temples divins. Ainsi, dès son arrivée dans la demeure de son Seigneur, le héraut en est venu à mettre un genoux au sol, devant un trône vide, récitant quelque paroles, fermant les yeux en ce lieu qui peut lui rappeler tant de choses... des souvenirs n'appartenant pas à Ludwig, mais des souvenirs appartenant au Nosferatu. C'est en ce lieu que le héraut abandonne Hector, lui donnant quelques ordres, dont le plus important : qu'il retourne en Allemagne et s'occupe du Manoir ainsi que des « nouveaux occupants ». Ensuite vient le domaine du frère de Phobos : le Terrifiant Deimos. Une forme de respect existe, bien entendu, dans ce lieu sacré. La puissance n'est pas sans rappelée celle de son Maître... mais les subtilités différenciant ces deux faces d'une même pièce semblent pleinement visibles aux yeux du fidèle serviteur de la Peur. Après la traversée, l'atmosphère devient plus lourd, plus imposant... L'environnement lui-même semble obéir à un ordre clair, donné par Arès en personne. Les bruits des armes des entraînements sont lointains, mais persistants.

Ainsi, dans ce palais, un silence de cathédral règne. Ce phénomène s'accompagne d'une lourde tension, déjà perceptible dans l'atmosphère du royaume. Oui, la rage du divin est palpable... et plus encore dans ce lieu sacré, dédié à sa puissance. S'avançant dans les couloirs, il rejoint les marches menant à la salle du trône du Maître des Carnages. Observant alors les lourdes portes, le héraut s'annonce à la sentinelle de ces portes, avant de rejoindre le cœur du domaine, posant un genoux au sol, les yeux et le visage bas.

Se présenter a cet instant précis ? Ce serait une erreur grossière. Le héraut montre son respect en restant en retrait, des deux jeunes femmes. La première – serait-ce la prêtresse ? - semble être au centre de toutes les attentions... Mais cette rencontre n'est pas encore terminée, ne serait-ce que grâce à la présence de la deuxième personne.
Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 200


Caractéristiques
Vie Vie:
232/232  (232/232)
Cosmos Cosmos:
268/268  (268/268)
Armure Armure:
415/420  (415/420)

MessageSujet: Re: Arès   Jeu 24 Nov 2016 - 16:20

Son retour vers le royaume d'Arès dura bien moins que deux ans et, face aux épreuves que le bahamut l'avait forcée à subir, ce voyage, bien que pénible et ardu, ressembla à une promenade de santé. Elle ignorait la route, néanmoins elle semblait guidée par les cosmos de tous les berserker présents, qu'elle pouvait ressentir faiblement puisqu'ils ne se trouvaient pas trop loin. Grâce à cela, pas un instant elle n'hésita ni ne ralentit.

Dès qu'elle parvint en vue du premier domaine, Siléa se sentit comme un poisson dans l'eau. Même si tous ne la considéraient que comme une misérable traîtresse, même si elle se trouverait reléguée dans la plus ingrate des fonctions, elle comprit qu'elle se sentirait toujours chez elle là où elle se rendait. Jamais plus elle ne remettrait en cause qui elle est, et encore moins la suprématie d'Arès.

À chaque domaine, si on le lui demandait, la berserker du Bahamut se présenta d'une phrase brève, presque sèche. Pour l'heure, faire connaissance avec ses compagnons d'armes n'était pas une priorité, la nouvelle arrivée devait avant tout aller rendre hommage à son dieu et être définitivement fixée sur son sort.
Le temps ne comptait plus, il n'était qu'une broutille puisque bientôt la bahamut pourrait servir l'Unique. C'était dans un état proche de l'allégresse qu'elle parcourut la fin de son chemin.

Toutefois, au seuil du temple d'Arès, tout son entrain s'évapora d'un seul coup. Siléa ne sentait que trop bien toute la tension, le courroux et les remords ressentis à l'intérieur. Elle devrait donc, plus que jamais, faire profil bas.
Elle camoufla presque entièrement son cosmos, sauf une infime part qui ne serait remarquée que par Arès, si celui ci estimait bon d'accorder un peu de son attention à la pécheresse qui se présenterait. Prenant garde à ne faire aucun bruit en marchant, elle dépassa le seuil.
Aussitôt, Siléa s'agenouilla et garda son visage humblement rivé vers le sol. Durant la fraction de seconde que ce mouvement avait duré, elle avait eu le temps d'apercevoir son dieu, armé d'une lance, ainsi que les deux jeunes femmes agenouillées non loin de l'autel, et, plus près, quelqu'un qui semblait être arrivé il y a peu.

Une dernière fois, Siléa médita sur ses péchés. Le verdict final allait bientôt tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Arès   Dim 27 Nov 2016 - 18:41

(Je saute le tour d'Alia pour permettre à Siléa de partir en mission)


La sanction était tombé, Alia allait devoir réparer ce qu'elle avait mal fait. Il espérait que se serait la dernière fois pour elle. Il ne serait pas étonnait de voir ses Berserkers commettre de nouvelles erreurs, mais pour sa représentante divine, c'était différent. Elle devait se montrer à la hauteur de ses attentes. Katharina fit irruption à son tour. Calme et agenouillé devant son dieu, elle était elle aussi prête à subir les conséquence de ces actes. Cela signifiait qu'elle était à l'origine de ce combat, on pouvait voir quelque marque laissé par le saint sur son armure. Elle avait sans doute combattu suite à un ordre donné par Alia. Elle avait donc bien fait, les Berserkers devait obéir à sa représentante divine et au dieux de Spartes. Elle n'avait donc aucun reproche à se faire. Seul Arès avait fait l'erreur de donner trop tôt le rang de prêtresse à Alia.

" Tu n'as fait qu'accomplir les ordres de ma représentante divine. Tu as donc agit comme il se devait Kath. "

Suite à ses mots, une autre personne se présenta devant son temple. Il ne l'avait jamais vu jusqu'ici mais son armure ne pouvait le tromper. Le héraut de Phobos. Voilà sans doute un Berserkers qui serait digne de suivre les idéaux de son fils. Cela lui faisait sacrément plaisir de revoir un guerrier aussi puissant revenir à la vie. Son armée était encore petite mais commençait petit à petit à grandir. Il resta silencieux, sans doute à cause de la tension et de la colère que dégageait la divinité. Pourtant, Arès savait faire les chose de façon juste. Ceux qui avait bien agit ne subirait en aucun cas son courroux. Il avait bien quelque chose à lui donner, mais la prochaine arrivé allait changer la donne. Oui cette mission ne pouvait être donné à n'importe qui, si l'Héraut de Phobos aurait pu faire l'affaire, celle qui venait de se présenter devant lui n'était autre que sa plus fidèle guerrière.

D'un fin sourire, il se pencha vers la nouvelle arrivante. Cette splendide armure et cet aura qui le représentait si bien. La Berserker du Bahamut, l'une des plus forte de son armée si ce n'était la plus forte.

" Héraut de Phobos, Berserkers du Nosferatu. Donne moi ton nom, ainsi que les instructions que mon fils ta donné. "

Phobos ne l'aurait sans doute pas laissé venir ici sans lui donner des ordres. A moins qu'il ne l'ai fait uniquement pour se présenter. Il se tourna ensuite vers la jeune blonde avant de lui donner un ordre.

" Siléa, ma belle Siléa. "

Avec sa main droite, la dieu fit apparaitre un parchemin devant lui. Il écrivit quelque lignes avant de le refermer. Grâce à son pouvoir il déplaça la lettre en direction de son héraut. Il avait un message à faire passer.

" Va en enfers, et donne ce parchemin à Hadès. Si possible évite de combattre. "

Inutile de l'envoyer perdre la vie alors qu'elle venait simplement de se réincarner. Elle avait encore besoin de se renforcer.

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Siléa
Héraut d'Arès, Berserker du Bahamut
avatar
Rôle : Transmettre la parole d'Arès
Messages : 200


Caractéristiques
Vie Vie:
232/232  (232/232)
Cosmos Cosmos:
268/268  (268/268)
Armure Armure:
415/420  (415/420)

MessageSujet: Re: Arès   Dim 4 Déc 2016 - 18:04

Ainsi, la personne arrivée avant elle était le hérault de Phobos, le fils de son dieu. Ce guerrier serait le premier compagnon d'armes que Siléa connaitrait, cependant elle n'y songeait même pas.
Elle se trouvait en présence de l'Unique, et celui ci n'avait formulé aucun ordre à son égard, pour l'heure. En toute logique, l'esprit du hérault était encore vide de toute pensée.

Arès fit apparaître devant lui un parchemin sur lequel il écrivit, avant de transmettre cette missive à Siléa et de lui ordonner de la remettre à Hadès. La guerrière prit le parchemin et s'inclina après s'être relevée.

"Je pars sur l'heure"

Et déjà, la jeune femme était en route pour les Enfers.
Pas un instant elle ne remarqua qu'elle avait été envoyée dans son ancien foyer. Pas un instant elle ne se demanda si cela avait été fait à dessein. Elle s'en moquait. Seul l'Ordre, remettre le parchemin, possédait de l'importance, le reste n'était qu'accessoire. Et tout ce que les Enfers avaient pu représenter à ses yeux, l'amitié qu'elle avait pu y former pour certains Spectres avait fondu comme neige au soleil lorsqu'elle avait compris sur quelle voie hérétique elle s'était engagée.

Il y avait, néanmoins, cet ordre d'éviter les combats, chose à laquelle la jeune femme était presque devenue dépendante. Bien sûr elle suivrait cette recommandation, toute désobéissance était impensable. Cependant Siléa ne pouvait s'empêcher de ressentir une pointe de frustration.
La guerrière chassa sans pitié ce sentiment inadmissible. Désormais, son esprit tout entier n'était plus occupé que par l'Ordre.

Arrow les Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Alia

avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 430


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Dim 4 Déc 2016 - 23:27

La sentence avait été dite. Je savais ce que j’avais à faire et pourtant, je me trouvais bien incapable de bouger. Trop de choses en moi étaient à combattre, comme par exemple cet excès de certitude. Et puis d’un revers de main balayer cette impression d’avoir agis de travers. S’il s’agissait d’une chose erreur impardonnable, Arès ne m’aurait pas demandé d’agir d’une certaine façon. Si je restais ici, à genoux, et bien je commettais une seconde erreur.

Il y eu la valse des visiteurs. Je ne savais pas qui. A vrai dire, ma pénitence avait commencé à l’instant même où Arès avait prononcé sa sentence. J’étais immobile, silencieuse, la tête vers le bas. Je n’attendais pas, je prenais la mesure de ce qui avait été dit. Et je n’avais rien à dire. Tout ce qui comptait était que je me lève, que je quitte mes vêtements de prêtresse, et que j’aille accomplir ce que j’avais à faire.

Et il y eu bien un instant de tranquillité après le départ de tous et de toutes.

- Que votre volonté soit faite, Altesse.

Et sans plus de mots, je quittais ma tunique ainsi que l’armure qui lui était rattachée. Saisissant la lance qui m’était montrée, je ne mettais que peu de temps au final pour aller me diriger vers le saint sanctuaire d’Arès notre maître. Son autel n’attend plus que mon geste… mon acte. Et je sais que les prochains instants seront douloureux et violents. Et c’est dans un murmure que je démarre ce qui doit être fait.

- Que cette pénitence soit exemplaire afin que nul autre ne puisse jamais la commettre à nouveau.

De mon Cosmos, j’entaille mes veines. Mes pouvoirs agissent contre moi seulement si ma volonté le souhaite. Par cette façon, les lames qui tailleraient n’importe qui d’un simple geste sont détournées vers moi… et le sang coule à flot. Je ne suis pas aussi vigoureuse que des berserkers, non, ma véritable force est dans mon Cosmos. Je suis bien plus puissante que certains chevaliers d’Or et pour éviter que tout ne soit détruit ici, je dois non seulement réguler cette puissance qui est mienne mais également rester consciente pour que je puisse…. arriver au terme de ce qui est demandé.

Et ce flot de Cosmos inonde les lieux… il se mélange à mon sang, à mon essence… Chaque flot, chaque flux vient se perdre et tandis que l’un coule sur l’autel, l’autre se diffuse tout autour. Chacun est souillé, envahi par l’influence de l’autre… Et tandis que mon sang se déverse, je perds pied, je m’accroche tant que je peux à l’autel pour mener à bien ce que je dois…

Puis-je me réfugier dans une de mes fantasmagories ? Sans doute… Mon pouvoir se diffuse autrement, perd son chemin puis se retrouve dans mon esprit… et je revois mon erreur… si seulement mon pouvoir avait pu être puissant… assez puissant pour me permettre de rendre tout cela illusoire !

Mais rien n’est illusion. La faute a été commise… Ce ne sont pas les circonstances du combat qui auraient pu être sauvées mais bien le lieu où tout s’est déroulé.

Je ne sais même plus où j’en suis…. Ni si le temps ne s’est pas arrêté… Car dans le temps où j’ai versé sang et Cosmos, une altération de mes perceptions s’est opérée. Tout semble si étrange autour de moi, si étrange…


Alia dépense 150 points de vie et 316 pts de Cosmos.

Revenir en haut Aller en bas
Deimos
Dieu de la Terreur
avatar
Rôle : Dieu et Père de la Terreur
Fils du Belliqueux Arès et de la Passionnée Aphrodite
Frère de l'Effroyable Phobos et de l'Anarchique Harmonie.
Messages : 200


Caractéristiques
Vie Vie:
271/271  (271/271)
Cosmos Cosmos:
350/350  (350/350)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Mar 13 Déc 2016 - 12:03

Certains portent fièrement des pièces de métal, représentant de brutales, violentes, puissantes et magnifiques créatures. Mais ce ne sont que des tissus sombres, raffinés, qui composent pourtant l'armure du Héraut. Il serait même honnête de dire que cette armure n'est que l'apparence la moins monstrueuse, ainsi que la plus noble, du véritable corps du Nosferatu. Car c'est ainsi... le héraut partage sa chair à l'aspect humaine – mais véritable abyssal – avec le corps mort, pétrifié par le temps, du Fondateur, du Guide. Habituellement, un masque accompagne cette tenue de défense et d'apparat, naissant depuis les os avant de s'extraire de la chair. Mais, face au Seigneur des Guerres et des Carnages, un respect total oblige le héraut à passer outre cet accessoire. C'est donc ainsi que Ludwig patiente, ressentant l'environnement qui l'entoure. Il y a cette prêtresse, qui avance vers l'autel. Une grande puissance émane de cette mortelle... Le dieu parle quant à lui à la guerrière, considérant ses actes comme conséquence de son obéissance envers la supériorité de sa propre représentante. Peut-on donc penser que la responsabilité d'un acte vient d'un ordre ? Sûrement... Une autre odeur se manifeste dans l'assemblée. Le héraut ne lève pas les yeux pour observer l'arrivée de cette personne. Qui est-elle ? Le temps lui donnera bientôt son identité.

Car en ce moment, le héraut ne laisse plus aucune pensée parasiter cet instant. Un premier frisson parcours son corps, bien différent – tout de même – de celui qu'il peut ressentir lorsqu'il pose ses yeux sur son Maître. Les premiers mots résonnent, s'enchaînant ensuite pour demander identité et raison de sa présence en ces lieux. « C'est un honneur, Maître des Carnages. Je réponds au nom de Ludwig von Rosenthal, engeance du Nosferatu et fidèle serviteur de mon Seigneur, Phobos. » Le héraut reste un genoux au sol, la main tenant le livre, et l'objet en lui-même, contre son cœur. La loyauté est un concept que les humains peuvent avoir du mal à comprendre, à observer... mais les enfants de Nosferatu, hérauts de Phobos, n'ont d'humain que cette image. Leur cœur appartient au domaine du cauchemar et des abysses, leur âme est un fragment de cet espace insondable et indicible... Ce sont des engeances monstrueuses, loyal envers Phobos... celui qui donna la vie au Premier, à Nosferatu. « Je suis face à vous pour me mettre à votre service. Maître Phobos me fait porter aussi des informations, la première concernait la situation actuelle. Préférant vous mettre au courant, il m'a chargé de vous transmettre les noms des coupables de ce combat, qui a fait rage dans votre demeure sacrée. » Information inutile, à l'heure actuelle, le dieu l'avait lui-même confirmé en parlant à cette guerrière... Poursuivant alors, le héraut porte la seconde information. « Son Altesse tient aussi à vous faire part de son absence prochaine. Il part terminer la formation de vos cardinaux présents. Il assure qu'à son retour, vous serez en possession de « deux armes mortelles et effroyables ». »

Ainsi, la nouvelle arrivante réponds au nom de Siléa... Quelle était sa fonction ? Sans l'observer, le héraut de Phobos peut ressentir non pas une aura – qui semble être masquée – mais une loyauté sans faille. Enfin, lorsqu'elle prend congé de cette salle du trône pour une mission importante, le serviteur de la Peur, lui, observe attentivement le spectacle cosmique qui peu à peu se dessine. Les mortels semblent avoir une qualité, indéniable... ils sont là où on ne les attend pas. Qu'une représentante du peuple inférieur réussisse à avoir un tel honneur...

Qu'importe, le héraut baisse doucement la tête, attendant les ordres du Maître des lieux...
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Arès   Ven 16 Déc 2016 - 8:59


Le parchemin entre de bonne main, le dieu de la guerre pouvait être tranquille. Il savait que le message arriverait à destination. Siléa venait de quitter le temple avec la détermination d’accomplir sa mission. Sans un mot, Alia était parti accomplir le rituel sous la volonté de son divin. Elle n’avait pas rouspété ni tenté de se défendre, sans doute avait-elle compris qu’il valait mieux ne pas énerver d’avantage la Guerre. Saisissant sa lance d’orée, elle quitta la pièce pour rejoindre l’autel de l’Olympien. Le cosmos de la prêtresse avait rapidement pris de l’ampleur pour reconquérir la pureté des lieux. On pouvait lui reprocher son manque d’expérience, sa mortalité ainsi que sa faiblesse d’esprit. Cependant, elle possédait une réserve d’énergie plutôt importante par rapport à certain. Le sang de la jeune femme semblait couler à flot puisqu’elle perdit l’équilibre. Toutefois, le regard amusé d’Arès se détourna de sa représentante divine pour faire face à l’Héraut de son fils. Le guerrier agenouillé devant lui porté avec lui un livre. Ce genre d’ouvrage faisait-il parti de ces armes ? En tous cas Phobos avait le chic pour s’entourait de guerrier plutôt futé. Il était ici sous les ordres de son fils, pour lui faire un rappel de la situation actuel. Les coupables avaient déjà été désigné, Alia et Katharina étaient les responsable. L’Olympien ne mesura pas les actes de sa Berserker, pour lui, Katharina avait agit comme il le fallait. Elle avait obéis à sa représentante divine en pensant agir pour la bonne cause. Arès avait été involontairement coupable en offrant autant de confiance et de pouvoir à Alia.

Phobos allait de nouveau s’absenter pour s’occuper de la formation de deux autres guerriers. Eh bien… Pourquoi fallait-il que ses nouveaux guerriers soient les plus durs à gérer ? Lui qui avait toujours eu des Berserker en furie qui obéissait aveuglément aux autres. L’influence d’Athéna sur les mortels avait également joué sur ses troupes. Ce monde ne tournait vraiment pas rond. Arès commençaient à en avoir marre. Il voulait anéantir ces mortels qui pollués de plus en plus cette ère. Le fils de Zeus se dirigea vers le trône et se posa. Un coude contre l’accoudoir pour se tenir le visage à l’aide de son poing le dieu resta silencieux. Son pied tapa le sol à quelques reprises. Il réfléchissait à ce qui se passait pour le moment et eu la brillante idée de profiter de récemment évènement pour écraser les autres. D’un regard froid et posé en direction de Ludwig le dieu de la guerre lui donna de nouvelle instruction.

" Bien, Ludwig. Rend toi sur terre. Dirige toi là ou le mal est présent et aide-les à écraser les mortels. Détruis tout sur ton passage en mon nom. N’épargne personne, innocent, Saint, Asgadien, Titan, Spectre. "

Le cosmos d’Arès semblait être devenu plus sévère. Le moment de déclencher de nouvelle bataille était arrivé ! Il termina ses instructions ainsi.

" Quand elle sera de nouveau en état de se relever, elle te rejoindra. "

Il parlait d’Alia qui n’avait pas encore pu récupérer. Elle avait perdu énormément de sang et d’énergie pour se rituel. Ludwig allait devoir se débrouilleur seul mais… s’il s’agissait d’un héraut de Phobos, il devait avoir la force et les épaules assez large pour terrasser les mortels présents.

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Alia

avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 430


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Dim 25 Déc 2016 - 13:44

Si mon œuvre est accomplie, si tout a été fait tel que l’unique le désirait, je n’ai plus de raison de rester ici. Encore faut-il que mes sens, mon corps et ma volonté me permettent de partir de là où je me trouve. Suis-je en train de mourir ou de régénérer ? Alors que je me trouve appuyée contre l’autel sur lequel mon sang et mon cosmos se sont abondamment déversés, je peux sentir autre chose venir puiser en moi les dernières forces qui me restent pour les sublimer. Lentement, j’ouvre les yeux, je redresse le torse même si la douleur est encore vive et pesante. Je suis en train de réparer les dommages par la seule force de ma volonté. Est-ce que ceci peut se sentir par-delà la salle dans laquelle je me trouve ? Il faudra beaucoup de temps pour que mes forces soient entières et retrouvées. D’ici là…

Je me lève ainsi, sans cérémonie, empoignant la lance de l’Unique pour me diriger avec elle vers la salle du trône. Il y a encore des guerriers ici. Non pas que je n’ai d’intérêt pour eux, c’est avec rigidité et devoir que je me diriger vers sa Majesté Arès, posant un genou à terre devant lui, puis l’autre, la lance que je tiens vient se planter lentement et consciencieusement à mes côtés, le mange légèrement orienté vers son Altesse pour l’inviter à la récupérer. Je ne sais si ma voix pourra exprimer quoi que ce soit, si un seul son pourra sortir de ma bouche…

- Ainsi, il a été fait selon vos désirs, Altesse…


N’ai-je rien de plus à ajouter ? Si, car j’ai été privée de mes atours de prêtresse, de certains de mes pouvoirs, de la fibre étrange qui pouvait être mienne et qui le fut si peu de temps.

- Permettez-moi de me battre contre nos adversaires en revêtant une armure… Permettez-moi de vous montrer ma ferveur et ma foi… Que la leçon a été apprise… En mourant pour vous… Je n’aurai de grâce d’être à nouveau votre représentante si je ne peux en faire le sacrifice ultime…

Il n’y avait rien de plus à dire, juste à attendre…



-------------------------------------------


4 décembre  25 décembre = 21 jours x 5 = 105 Pv et Cosmos


Revenir en haut Aller en bas
Deimos
Dieu de la Terreur
avatar
Rôle : Dieu et Père de la Terreur
Fils du Belliqueux Arès et de la Passionnée Aphrodite
Frère de l'Effroyable Phobos et de l'Anarchique Harmonie.
Messages : 200


Caractéristiques
Vie Vie:
271/271  (271/271)
Cosmos Cosmos:
350/350  (350/350)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 28 Déc 2016 - 12:28

Ainsi parle Arès, dieu des guerres et du carnage. Le violent maître de Spartes semble vouloir profiter de la situation pour à nouveau prouver sa puissance aux différentes puissances de ce monde, ainsi que sa liberté d'action. Montrer aux dieux adverses qu'il ne redoute pas d'aider, indirectement, les Ténèbres qui tentent de dévaster le domaine mortel, est en soi une prise de risque intéressante... et un avantage psychologique et stratégique important. Oh, bien entendu, une telle prise de décision... apportera son lot de problèmes. Mais Ludwig a reçu l'ordre d'y aller et non pas de donner son avis sur une question de politique extérieur.

Inclinant alors la tête, il ne peut tout de même pas passer à côté d'une certaine vibration de son âme... Parcourir le monde pour punir les enfants et hybrides ayant oublié le nom de Phobos aura été une longue tâche et le héraut participait, maintenant, à un événement qui troublera les âmes mortelles pendant de longues années. Oh bien entendu, il ne sait pas encore ce qui se cache derrière ce voile obscure... mais il sait que sur son passage, il laissera un souvenir mémorable... « Ce sera fait, Altesse. » Il se redresse alors avant de s'incliner doucement, suivant des yeux les mouvements de la prêtresse punie. La seconde mission donnée par Phobos pourra ainsi être effectuée. Certes, le héraut ne peut, pour le moment, garder des yeux la jeune femme... mais les ordres du Seigneur des Carnages permettent au moins d'obéir au Père des Abysses sur le terrain. « Entendu, Seigneur. Je laisserais de quoi la guider jusqu'à moi. Maître... » Il incline alors à nouveau son corps, avant de prendre congé...

Laissant derrière lui la salle du trône, le héraut descend tranquillement les escaliers, tandis qu'une énergie commence à envelopper son corps. Des sons commencent à naître de son corps, avant de s'effacer totalement, tandis que les vêtements recouvrant son corps viennent à changer peu à peu. Il reprend ainsi une tenue habituelle. Puis, tandis qu'il continue d'avancer, une manifestation obscure commence à ramper sur lui, absorbant chaque centimètres de sa peau. Le seul moyen de trouver la zone d'activité des Ténèbres sera de suivre des pistes précises, des rumeurs... et de poser les bonnes questions, aux bonnes personnes. Et ce petit voyage que l'engeance de Nosferatu a pu faire durant les dernières années... pourrait être utile. C'est ainsi qu'il disparaît, laissant derrière lui un « fil d'Ariane » pour la prêtresse déchue.

=> Irlande
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 562


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Arès   Mer 28 Déc 2016 - 18:41


Ludwig semblait impatient de se rendre sur terre pour accomplir sa tâche. Après s'être incliné, il quitta le domaine tout en laissant la possibilité à Alia de la rejoindre plus tard... ou pas ? Car la voilà qu'elle venait de revenir. Après avoir accomplit le rituel, sa représentante divine semblait à bout de souffle mais pas encore morte. Pourtant, elle avait versé une grande quantité de sang et son cosmos avait été déployé au maximum de ces capacités. Elle était peut-être bien plus doué en tant que Berserker finalement. Seulement, son choix avait été fait et il ne pouvait plus revenir en arrière, maintenant qu'elle avait son cosmos en elle, elle allait devoir assumé son rôle jusqu'au bout. Le dieu récupéra sa lance que la femme lui tendait. Il l'a fit disparaitre aussitôt sous une pluie d'étoile.

" Bien, je vois que tu as su réparer ta faute. Que cela soit la dernière fois. "

Sans attendre une réponse de sa part, le dieu de la guerre fit un mouvement de bras pour accorder une nouvelle fois sa grâce. Alia pouvait sentir la robe de prêtresse venir la recouvrir une seconde fois.

" Je t'accorde une nouvelle fois mes pouvoirs. Va rejoindre Ludwig pour accomplir ma volonté. "

Étrange coïncidence ou pas ? Il venait de sentir l'apparition de sa petite soeur au porte de la guerre. Que lui voulait-elle ? Avait-elle pré-sentit le désir d'Arès de mener ses guerriers aux combats pour détruire ce monde ? Il fallait bien avouer qu'elle avait le don pour débarquer quand il ne le fallait pas. Arès se tourna vers la dernière guerrière qui lui faisait face. Avec un sourire, suite au départ d'Alia et de Ludwig il lui donna ces instructions.

" Katharina, accomplit ton devoir et veille sur Alia. J'ai un rendez-vous de dernière minute qui m'attend. "

Après ses mots, le dieu de la guerre se redressa et se dirigea vers l'entré de son royaume.

==> Porte de la Guerre

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Katharina
Maître d'arme de la Lance
avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 559


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Ven 30 Déc 2016 - 13:34

EnfiPendant que le seigneur des berzerkers fit apparaitre une lance dorée d’un portail d’invocation luminescent, Katharina s’agenouilla devant son dieu prêt à prendre ses responsabilités. Silencieuse, elle attendit son verdict en ressentant le cosmos sombre d’un homme qui entra dans la salle en restant en retrait. L’unique autorisa le héraut de Phobos à s’exprimer, celui-ci déclina son identité et transmit les renseignements du prince des ténèbres à son interlocuteur. En écoutant les paroles du combattant, elle jeta brièvement un coup d’œil dans sa direction car, sa voix d’outre-tombe ne lui était pas méconnue. Elle chercha dans ses souvenirs mais, ils paraissaient très confus.

Le maitre de la lance murmura en son for intérieur *c’est pénible ! J’ai beau me creuser la cervelle, je ne parviens pas à me rappeler où j’ai entendu cette voix si particulière. En revanche, il me semble que j’ai rencontré ce guerrier dans le passé. Bon je vais peut-être en apprendre plus sur son compte en combattant à ses côtés* Ensuite une jeune combattante mystérieuse pénétra dans la demeure divine puis, posa un genou à terre. L’attitude de la déité martiale changea radicalement quand, il s’adressa à sa subordonnée. La fille du feu se douta bien qu’elle occupait une fonction élevée dans la hiérarchie de l’armée de Spartes, donc elle fit un signe de tête pour la saluer.

Dès que Siléa reçût les directives précises de son chef, elle partit immédiatement accomplir sa mission. Même si la jeune personne fit un passage éclair dans ce domaine sacré, l’incendiaire sourit en pensent à la puissance de cette dernière. Elle avait hâte de se mesurer au porte-parole d’Arès afin d’accroitre ses pouvoirs. Cette joie éphémère disparut aussitôt lorsqu’elle vit sa sœur de batailles entamer le rituel de purification en se taillant les veines du poignet droit. Elle se mordit les lèvres puis détourna rapidement le regard quand le sang coula abondamment sur le sol, cette vision troublait son esprit et elle détestait ce sentiment.

En repensant aux propos de l’Unique, elle ferma les yeux * La sentence est tombée, je ne peux rien faire pour lui venir en aide. Pourquoi m’a -t-il accordé sa clémence ? J’ai pourtant souillé son temple avec le sang d’un saint d’Athéna, cependant je ne suis pas là pour contester un jugement divin. * Affaiblie, sa volonté de fer lui permit de marcher vers l’autel sans faillir.
Enfin le fils de Zeus donna des instructions importantes à Ludwig en précisant qu’il enverrait la jeune femme dès qu’elle sera rétablie. La sœur d’Alectryon voulait se rendre utile, elle prit la parole :

Je souhaite mettre ma force au service de Spartes afin de soutenir les berzerkers, quels sont les ordres votre Altesse ?  

Alors que la guerrière attendit dans un silence solennel la réaction d’Arès, le héraut de Phobos prit connaissance de sa quête, salua avec respect la divinité de la guerre avant de quitter Spartes. Il fit en sorte de matérialiser derrière lui un lien cosmique afin de permettre à Alia de le retrouver. Dès qu’elle reprit des forces, son maitre décida de lui donner une seconde chance en la laissant revêtir pour la deuxième fois sa robe de prêtresse. Elle n’avait pas le droit à l’erreur, car les répercussions pourraient être très fâcheuses. Ensuite la jeune femme accepta sagement la mission d’Arès en lui tendant son arme qu’il saisit aussitôt, puis elle quitta la salle du trône.
Le souhait de Katharina fut exaucé, quand il lui confia à nouveau la protection de sa représentante divine. Déterminée, elle s’adressa à son dieu :

Bien votre majesté, je protégerai Dame Alia au péril de ma vie et je prêterai main forte à l’émissaire du seigneur Phobos en affrontant nos ennemis en votre nom.

Elle m’inclina avec le plus grand respect devant l’assemblée et partit sur le champ rejoindre rapidement sa chef.                


Arrow Irlande
Revenir en haut Aller en bas
Alia

avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 430


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Arès   Sam 31 Déc 2016 - 11:53

Lorsque le vêtement propre à ma fonction et ma condition vient se poser à nouveau sur moi, je n’ai de prime abord pas de réaction. Et puis se faisant, un sentiment bien différent de celui que j’aurai pu avoir se forme, se forge, vient lentement se poser en moi comme une idée noire. Elle prend le pas sur tout ce qui a été avant une faiblesse en moi. J’ai été trop persuadée qu’il fallait tout comprendre, tout analyser, tout percevoir avant d’agir. C’est exactement ce qu’il faut faire. Mais la réaction à avoir à tout cela, lorsque les réactions sont claires, ne peuvent être différentes de la volonté de l’Unique. Oui, mon erreur fut grave. Oui, ce mortel n’avait rien à faire dans le Palais de sa majesté Arès. A présent, un désir de revanche, puissant et profond, s’empare de moi lentement mais surement.

Puisqu’il doit en être ainsi.

- Il en sera fait selon vos ordres, Altesse.

A l’évocation de l’Irlande et puis de Ludwig, un frisson me parcours l’échine ; le souffle puissant des ordres d’Arès possède un ‘’je ne sais quoi’’ d’épique. Dans le même élan, Katharina sera à mes côtés et lorsqu’elle prend la parole, je ne peux que rester silencieuse, attendant mon tour pour parler.

Le guerrier qui se dit être le héraut de Phobos sera donc l’avant-garde. Il préparera le terrain là où il convient de nous rendre. Cependant, sans concertation, difficile de prendre la mesure de la direction et du lieu précis où nous devons aller. Ce serait compliqué s’il n’avait pas laissé, imprégné les lieux d’un détail assez précis me permettant de ressentir son sillage. Une impulsion, quelque chose qui peut être suivi à la trace sans trop se donner de peine.

Chemin tracé, il conviendra de s’en tenir aux ordres. N’épargner personne.

Je me relève alors, il va être temps de se mettre en route. Son Altesse Arès n’a pas attendu que nous soyons décidés à partir. Au contraire, une présence cosmique imposante à il me semble passé les portes du royaume et il est allé à sa rencontre. Les choses sont claires, il n’y a plus qu’a exécuter la volonté d’Arès et rejoindre Ludwig en compagnie de Katharina.


Arrow Arrow IRLANDE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Arès   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arès, Dieu de la Guerre et de la Destruction [ok]
» Nemeth - prêtresse des berserkers d'Arès
» Harmonie fille d'Arès
» Berserkers d'Arès
» Loterie thématique (S. Mermaid Hellys-Leänik , Saturday Archdeacon & M. Raphaël Grimaldi )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: Le temple d'Arès-