Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Lun 14 Sep 2015 - 19:24

Il avait quitté la Grèce pour le nord de l’Italie, cherchant un peu d’action et de fureur, tout ce qui pourrais lui ranimer sa flamme. Le pays d’Achille ne lui avait pas particulièrement réussi et un nouveau départ avec son lot de surprise pourrait lui permettre d’oublier sa précédente déconvenue. Toujours fulminant, il parcourait par de longues enjambées les lieux qui défilaient devant lui. Il arrivât bientôt à un hameau de bergers, victimes sans doute idéal car déjà reclus, il ne risquait pas de recevoir la visite impromptue de quelques chantres de la justice.

Avant de leur apporter sa divine destruction, il tint à leur demander où il se trouvait et le plus précisément possible. Ses connaissances venant de son hôte, bien qu’amélioré depuis le périple d’Asgard, n’en restait pas moins succins voir brouillon. Ils lui répondirent qu’il se trouvait dans un petit hameau au nord de l’Italie non loin de Venise. Venise, ce nom était familier de l’hôte d’Ira, il avait déjà été trainé ses guêtres là-bas. Mais pourquoi, il ne s’en rappelait plus, il n’avait pas accès à toute la mémoire de celui à qui il interdisait toute liberté.

La région lui rappelait quelque chose mais, pas seulement, ce petit village et ces chemins escarpé descendant vers la grande ville. Il y avait là quelques souvenirs encore fort pour le jeune homme mais, pas moyen de savoir quoi en vérité. Cet endroit avait marqué son esprit et le tout semblait lier à l’amour et au désespoir, sentiments qui mêlés avaient une saveur que la monstruosité de flamme savourait. Il regrettait seulement de ne pouvoir en savoir plus mais, ce n’était qu’une question de temps avant que même les barrières des souvenir ne cèdent.

Il allait lancer une vague de cosmos de feu pour incendié le village lorsqu’il ressentit une légère vibration sur son poitrail. Il baissât les yeux pour savoir ce qui était responsable de cette gêne. Il vit alors le pendentif qu’il avait autour du cou, vibrer de plus en plus fort comme s’il était animé de sa volonté propre. Il ne pouvait pas plus savoir à qui il le devait et pourquoi il réagissait comme ça. Il y eut alors un moment ou son hôte eut un court moment de retour, regardant avec curiosité et tendresse cet objet battant contre sa poitrine. Une unique larme perlât au coin de son œil azur lors qu’il repensât à qui le lui avait donné.


Et si elle me voyait maintenant…

Mais cette pause s’achevât presque aussitôt, l’esprit de flamme, toujours plus courroucé de ne pas avoir définitivement la mainmise sur l’être de chair. Il fit brûler son corps comme pour le punir, ce qui ne fit aucun effet car le corps était immunisé contre ses propres flammes mais, du moins le pensait-il, il avait l’impression d’avoir calmé le cardinal en lui. S’il avait la possibilité de le détruire une fois pour toute… Mais pour le moment il devait coexister ce qui l’exaspérait au plus haut point. Il voulut rappeler à son hôte que c’était désormais lui qui était à la commande.


Abandonne ! Ton corps est miens et ce, depuis que tu as souhaité mon pouvoir. Tu es trop faible pour en prendre la pleine mesure mais, par contre moi je sais utiliser ton corps et désormais, il m’appartient.

Il attendait que le jeune homme se tienne à carreaux le temps que sa personnalité soit totalement effacée. Il pourrait continuer sa route si toutefois ce pendentif voulait bien arrêter de vibrer. Au moins, maintenant et grâce à la résurgence du possesseur d’origine, il savait à qui il devait ça et s’il la trouvait, elle saurait ce qu’il en pense. Cette rencontre, en un sens il l’espérait, après tous, il n’avait pas eu tout son soul de colère exprimée.
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Mer 16 Sep 2015 - 11:52



Maeleene



La Mandragora


Quand sonne le glas




« Je savais bien que ta colère te consumerais un jour, Alectryon, éclatant et fougueux soleil. Ou qui que tu sois à présent. »

Cette voix issue de nul part et de partout à la fois, claqua comme un coup de fouet, finissant de faire s'envoler les rares oiseaux encore présents. Sauf bien sûr quelques charognards aux aguets, attirés par une promesse de sang et de chair fraîche. Ô assurément, ils pourraient faire bonne chaire, si ils étaient patients … L'heure des ombres et des larmes était venue, feu et ténèbres allaient se confronter dans une joute incertaine, dont l'issue serait marquée par le sceau de la Mort. La pierre de lune vrombit de plus en plus fort sur la poitrine contre laquelle elle se reposait jusqu'alors. Gardienne tranquille, réceptacle de troublants souvenirs, elle n'était plus qu'un reliquat se vidant d'un nuage épais et obscur et qui tournoyait au devant du guerrier, esquissant une silhouette fine et vaporeuse. Deux prunelles d'ambres s'ouvrirent pour s'accrocher à celles du jeune homme perdu dans un monde inconnu, cherchant un éclat, un signe qu'il existait toujours, derrière ce masque cruel, cette main vengeresse désireuse de semer le chaos.

Le guerrier d'Arès, en cet instant, ne pouvait pas mieux revêtir son titre de Cardinal du Feu : ses iris de braises étaient pareilles à celle du Dieu du Carnage. Ce fait-là attrista l'apparition qui levait une main vers les cieux. Un sceptre se matérialisa au creux de cette main fantomatique, puis, par trois fois, elle frappa le sol.

Au premier coup ses prunelles reprirent une teinte d'autrefois, tirant sur un bleu océan, emprunts d'une mélancolie non-feinte.

Au second coup son corps et les traits de son visage se précisèrent, offrant une peau laiteuse a la morsure du soleil.

Au troisième et dernier coup sa chevelure ainsi que sa robe faites de volutes de fumées d'encre laissèrent place à une éclatante couleur vermeille, toutes deux agités pas le main invisible du vent. Oriflamme dressée contre le soldat de Mars.

« Je me rappelle à ton bon souvenir, Alectryon. M'entends-tu ? Que s'est-il passé ? »

Faisant rempart de son corps, la Spectre écarta son bras, intimant par ce geste que ce petit village était désormais sous sa protection. Et pour ne laisser aucunes équivoques, Maeleene fit danser son sceptre dans les airs avant de le brandir devant elle comme elle l'avait tant de fois fait avec sa rapière. S'il pouvait se moquer de cette piètre arme, la jeune femme n'en resta pas là, libérant son cosmos en même temps qu'une lame recourbée : la faux de la Prêtresse s'anima, deux serpents d'argent remontant autour de la garde pour se glisser autour de ses poignets.

« Comprends-tu ? Je suis la Grande Prêtresse de sa Majesté Hadès, je ne crains pas la Mort, brûles-moi tout ton soûl, chaque fois je me relèverai. »

D'entre les replis de sa robe de satin surgit un petit chat noir, ce dernier, avec un calme étonnant, se posta aux côtés de sa maîtresse.

L'heure des ombres et des larmes était venue.

Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Sam 19 Sep 2015 - 18:33



Ce que cache la colère






Une apparition, un autre obstacle vint se dresser entre la volonté des flammes et ses victimes. Qui cela pouvait-il bien être, qui osait à nouveau s’interposer devant la colère d’Ira et ainsi retarder son juste châtiment.  Il ne s’agissait pas cette fois ci d’un saint dégoulinant de valeurs surannée mais d’une demoiselle, au cosmos sombre et déterminé. Tout d’abord éthérée cette présence devint de plus en plus précise à chaque fois qu’elle se mettait à frapper le sol de son bâton. Quand elle fut enfin clairement visible, l’entité la reconnue de suite. Ira avait devant lui la jeune femme qui avait si puissamment vibré dans les souvenirs du jeune homme. Il savait à qui il avait affaire.

Je me rappelle à ton bon souvenir, Alectryon. M'entends-tu ? Que s'est-il passé ?


Se rappeler à son bon souvenir ? Bon ? Selon ce que se souvenait le jeune homme, elle s’était enfuis laissant un cœur à l’agonie. Quel pied ! Cette sensation de vide et de désespoir, cette douleur dans le cœur d’Alectryon avait été le délicieux préquel de l’essor d’Ira qui n’aura eu qu’à attendre les autres signes pour se libérer. Le rejet et la déception de son dieu et son passage forcé à une attitude qui n’était pas la sienne. Alors oui, il se rappelait d’elle mais, elle, ne savait pas par qui sa phrase avait été entendue, ni l’ampleur du danger qui la menaçait. Il se mit a lui parler avec une voix rauque et caverneuse, grave et stertoreuse.

Il n’y a pas d’Alectryon ici ! Seulement la mort.


Il marquât un moment de silence qu’il ne romprait que plus tard car, là devant lui, la jeune femme se dressait contre ses flammes dévorantes pour protéger ce hameau ridicule. Elle fit devant lui la démonstration de ses nouveaux pouvoirs, l’alraune a évolué. Une faux, un sceptre, des serpents, la mise en scène était grandiose mais, inutile. Ce n’est pas quelques simagrées qui pourront empêcher Ira de détruire ce village. Il s’amusait cependant de la prêtresse et de ses tentatives pour contrer la fatalité.

Je sais qui tu es, Maeleene de l’Alraune, ou maintenant, la prêtresse d’un faux dieu. Je sais aussi ce que tu cherches mais, tu ne le trouveras plus. J’ai pris mon empire sur lui et ses rêves, profitant de sa volonté d’obtenir un pouvoir qu’il ne méritait pas.

Il observât la jeune femme qui se dressait devant lui, sure de sa puissance et convaincue que la suite des évènements tournerais à son avantage. Il savait qu’elle était très importante pour son hôte et lié de manière très forte à son état émotionnel. Il échafaudait déjà un plan pour jouir au plus vite d’un contrôle total sans aucuns risques de retour de personnalité de son prisonnier. Sa rage pris une autre dimension, maintenant il voyait la demoiselle comme une ultime menace ou un dernier recours, en tout cas il ne la laisserait pas s’enfuir et comme elle ne craignait plus le feu, pourquoi ne pas réveiller d’ancienne peur.

Je pourrais en effet te consumer à cet instant mais, ce ne serais pas profiter de la joie de te voir souffrir. Non, je préfèrerais t’infliger humiliation et outrage, marquer ton âme et ta chair si fort que même la mort ne te le ferais pas oublié. Tu es le dernier rempart avant que ma gloire ne rayonne sur ce monde alors, oui, tu vas gouter mon feu mais, non, tu ne te relèveras pas.

Ses yeux rougeoyait comme des braise que le vent attisait, il exultait pas avance la victoire qui serait bientôt sienne. Se plaçant en position de combat, il enflammait son cosmos pour préparer son attaque prochaine. Qu’importe le village à présent, s’il prenait la vie de cette personne alors il n’aurait plus aucune limite à sa domination. Le monde verrait s’éveiller une nouvelle ère et un nouveau dieu. Pourtant, alors qu’il riait à gorge déployé, il y avait dans ses yeux des larmes qui perlaient et s’écoulaient, suivant la forme de ses joues pour bientôt disparaître comme une pluie d’étoile filante.



© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Sam 26 Sep 2015 - 11:49



Maeleene



La Mandragora


Jamais





« Te voilà bien prétentieux, la Mort se repose dans son royaume, toi, tu n'es rien d'autre qu'un usurpateur et un vantard tout drapé dans son mépris, sa colère et ce feu qui te consume. Je ne saurais tolérer tel affront. »

Ses menaces, ses promesses de souffrance, d'humiliation ou encore d'outrage ne pouvaient l'atteindre. Quoiqu'il dise Maeleene se relèverait, se battrait vaillamment pourvu qu'on lui rende son précieux ami. Si elle se dressait en cet instant devant lui, c'était dans cet unique but : comme il l'avait lui même remarqué, l'Alraune avait changé. La fragile humaine devenue spectre était désormais la représentante des Enfers, la voix de sa Majesté Hadès. Il n'y avait plus de place au doute et à l'incertitude, ne restait qu'une volonté inébranlable de sauver Alectryon, celui qui autrefois, l'avait épargné.

Il n'avait pas complètement disparu, de cela, elle en était certaine ! Pourquoi ces railleries seraient-elles accompagnées de larmes dans ce cas ? Alec brûlait de dépit, profondément enfoui sous cette couche de noirceur. Une question demeurait : que s'était-il passé pour qu'un être tel que lui ne sombre de la sorte ? Une soif de puissance qu'il ne méritait pas ? Ces propos tournaient dans son esprit, si c'était vrai, il y avait une raison plus noble derrière, non ?

Maeleene s'accrochait à cet espoir, celui que le jeune homme n'était pas comme tous les autres, obnubilé par le pouvoir et la force !

« Je ne te crois pas. » fit-elle tranquillement en affermissant sa garde. « Il avait une bonne raison d'aller quérir ce pouvoir ! Peut-être était-ce une nécessité, il cherchait à protéger quelqu'un, quelque chose ! Je ne peux pas le croire. Alectryon ? » La jeune prêtresse s'adressa directement à lui, le regard farouchement accroché à ces perles d'argent qui furent précipitées contre la terre. « Dis moi que c'est faux ! »

L'italienne ne demandait qu'un signe, qu'une vague réponse à sa demande. Qu'il lui réponde et elle serait assurée de sa mission. Pour l'heure, la dame toute vêtue de rouge brisa sa position pour faire disparaître sa faux et l'éclat de son cosmos. Ainsi offerte à l'ire de l'usurpateur, elle écarta les bras en croix comme le seigneur des chrétiens l'avait fait lors de son exécution.

« Mon Seigneur est mon berger, je ne manque de rien … »

Elle entamait cette triste prière souvent clamée lors des exécutions publiques, des hommes pieux et souvent justes. Consciente des maux qui allaient s'abattre sur elle, elle se tournait vers sa foi, vers la Mort elle-même. Qu'elle puisse lui venir en aide. Sa main ne lèverait pas le petit doigt sur l'un de ses agneaux. Quand bien même un odieux maléfice sévissait et qu'il pourrait la détruire.

La Mort n'avait pas d'emprise sur elle, ne restait que la douleur. Qu'il vienne ! Qu'il l'a marque du sceau de l’infamie. Elle ne faillerait pas à sa mission. Qu'il dispose de son corps à loisir, jamais il n'obtiendrait son âme.


Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Ven 2 Oct 2015 - 10:39



La force du mensonge






Elle refusait de voir l’évidence, elle avait en face d’elle la révolution de ce monde. Un changement de point de vue total, une amélioration se profilant à l’horizon. Au diable les dieux et leur cosmogonie ridicule. Tous ces êtres, prétendument supérieur au singe et pourtant assujettit à eux ou d’autre de leur semblable. Occuper à donner de faux espoirs aux larves serviles grouillante entre leur jambes, pour qu’ils les prient et les vénères. Comment pouvait-elle cautionner ce système régis par des sales mômes se goinfrant de vanité, de complaisance et de platitude. Non, il n’était pas Thanatos, la mort, il était bien meilleur que lui et ses semblable réunis.

L’entité de flammes s’amusait des tourments que provoquait en cette jeune femme la colère du feu dans le corps de l’homme avec qui elle avait partagé quelques moments de sa vie. La pauvre enfant cherchait les raisons du changement d’attitude du cardinal et s’il était encore quelque part, enfoui dans les méandres de la sombre âme d’Ira. La créature jubilait, si forte de son apparente supériorité et tenant enfin le moyen de réduire au silence cet idiot larmoyant. Elle y mettait tellement de forme, tellement de panache s’en aurait été beau si cela n’avait été pathétique. Elle espérait que son idiot ne soit pas comme les autres, assoiffé de pouvoir.


Tu ne me crois pas ? Et pourtant ce que je t’ai dit est la pure vérité. Tu t’es créer un monde avec ce garçon mais, si tu regardes au fond de toi, tu seras obligé de te rendre compte qu’il ne représente rien pour toi sinon ce que tu déteste le plus. Il est venu à moi, désirant ma force, que je lui ai noblement accordé.  Ivre de pouvoir, il a parcouru le monde rependant sa bêtise partout où il est passé et toi, tu n’es que la victime de ces singeries. Qu’at-il fait pour toi ? Qu’at-il risqué pour toi ? Rien ! Veux-tu que je te dise pourquoi ? Parce que c’est un bon à rien. Un être digne des berzerkers, des brutes inutiles sorties du combat.

Il remarquât les larmes qui coulaient le long de ses propres joues, il les essuyât d’un revers de la main rageur. Il se murmurât à voix basse, des menaces de représailles.
*Dès que j’en ai fini ici, je me rends chez tous ceux que tu as un jour aimés et je t’obligerais à regarder quand je les dépècerais.*

Ou alors est-ce cela que tu aimes chez lui ? Il pleure comme une fillette et toi tu apprécies ça car cela te rend supérieurs à lui ?

Il avait un sourire carnassier, mauvais qui lui fendait à présent le visage. Il voulait prendre l’ascendant sur la jeune femme pour la briser moralement. Elle était ferme car elle pensait sauver l’imbécile mais, il ne la laisserait pas faire.

Ce que tu viens faire ici et ta présence devant moi n’est que le résultat de mensonges dont tu es victimes et parfois même de ta propre faute. Tu représentes des dieux dont l’amour pour les humains n’est qu’un mensonge, au mieux une chimère des hommes. Tu viens pour sauver une personne qui ne t’a jamais sauvé, qui n’a rien fait pour toi. Tu cherches une raison pour me faire passer pour le méchant alors que cette situation a pour origine son incompétence et son ambition.

Pour lui il était bientôt temps de porter le coup de grâce à la jeune femme et voir si ses phrases avaient réussis à avoir raison de ses motivations. Elle n’était pas idiote, il le savait, elle se doutait qu’il était bien plus puissant qu’elle et qu’en cas de conflit, elle ne ferait pas long feu. De toute manière il la tuerait mais, il voulait la voir pleurer, comme celui qui hurlait dans ce cœur qui saignait comme une roche fendue par le ruissellement de l’eau. S’il parvenait à la détruire de l’intérieure avant de l’achever physiquement, alors pour lui ce serait une victoire magistrale et d’autant plus savoureuse. Il s’adressât donc de nouveau à la jeune femme, arborant toujours ce sourire sardonique.

A présent, répond moi prêtresse. Mérite-t-il que tu te sacrifie pour lui ? L’aimerais-tu pour vouloir le sauver de lui-même ? Ou vas-tu simplement te rendre à l’évidence qu’il ne signifie rien pour toi et que tu ferais mieux de passer ton chemin et le laisser à son sort, qu’il mérite ?

A ce moment, dans son regard passât un éclair de rage et de tristesse, comme si les yeux du cardinal ne pouvaient cacher ce que son cœur ressentait. Ira ne s’en aperçut pas, trop occuper à chercher dans le regard de son adversaire les symptômes d’un cœur dont la résolution vacillerait. Il semblait déjà savourer l’amertume et la résignation de la jeune femme, ce qui prouverait bien la supériorité de son esprit sur celui des simples mortels.



© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Dim 18 Oct 2015 - 17:32



Maeleene



La Mandragora


Sacrifice





Sans qu'ils ne s'en rendent compte, la nuit prenait ses droits, couchait son sombre manteau sur le ciel. L'encre noire se répandait sur ce vaste canevas aussi vite que les sentiments qui se bousculaient chez la Prêtresse d'Hadès. Elle voulait faire taire ce flot d'émotions contradictoires hélas sans grand succès : il s'échouait contre les récifs de son cœur, soulevant des embruns amers et poignants. Ce fut à son tour de verser des larmes de tristesse et de colère. Pourtant elle n'alla pas le contredire, ni même élever la voix. Chaque fois que sa bouche s'ouvrait, les mots qui pourtant lui brûlaient la gorge, ne surent trouver un chemin jusqu'à la sortie. Sourde de colère, tremblante, la jeune femme accusait le coup sans broncher.

Ne l'avait-il pas prévenu ? Il était là pour lui faire du mal, pour se délecter de sa souffrance. Qu'importe les maux physiques, ceux engendrés par la parole étaient les pires. La lune se levait pour projeter ses bras d'argents.

Un vent froid souffla sur eux, soulevant la chevelure de Maeleene qui se mua en oriflamme. Contraste saisissant entre le noir et l'écarlate. Petit à petit la mine de la Prêtresse s'assombrissait, promesse d'une réplique cinglante. Car cet être, tout drapé dans son orgueil et son mépris, qui se figurait qu'Alectryon était pathétique, celui-là même avait tord.

« C'est faux. »

Annonça t-elle de sa voix la plus vibrante et puissante tout à la fois. Elle avait presque hurlé, et pourtant, on la devinait calme, d'une froideur peu amène. Une tempête menaçait et pourtant … la jeune italienne ne cilla pas. Ne fit pas le moindre pas. Pour l'instant.

« C'est lui qui m'a secouru, cette fois-là, pendant cette guerre déraisonné, tandis que je sombrais. Sans lui … Sans lui je ne serai pas devenue ce que je suis aujourd'hui. Je n'aurais jamais pensé qu'il sombrerait de cette façon, pas lui … Pas ce flamboyant soleil. Alectryon. »

Elle prit une profonde inspiration avant de poursuivre.

« Nous avons tous des moments d'égarements. Des faiblesses, c'est pour mieux nous redresser. Alors bien sûr que je serai prête à faire ce sacrifice, pour lui. »

Il y eut un nouveau souffle du vent, plus puissant que les autres. Cette force guida Maeleene qui, en un battement de cils, se retrouva plantée devant ce … monstre qui avait prit l'apparence de son héros. Avait-il cette fois-là hésité un seul instant à lui tendre la main ? Le regard de la belle se fit plus tendre, plus mélancolique aussi. Qu'importe les supplices qu'elle aurait à subir, elle était prête. Prête à tout pour le ramener sur le droit chemin.

« Je n'ai pas peur de toi, alors va-y, je ne t'en empêcherais pas. Fais ton sombre office, réalise tes desseins de mort et de désolation. Si c'est cette soif qui t'anime, tu n'existeras plus pour très longtemps. Qui que tu sois. »


Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Ven 23 Oct 2015 - 0:16



L’agneau immolé





*Elle me soutient, ma merveilleuse Maeleene, Lune de mes nuits, mon guide dans les ténèbres. Je n’ai jamais aimé que toi, et une fois encore je tombe amoureux. Je suis affaibli mais tu es là pour moi, comme je suis heureux de t’avoir dans ma vie. Maintenant, tue-moi ! Tue la bête qui me contrôle et rend moi la liberté. Même si ce doit être la dernière fois que l’on se voit dans cette vie, j’aurais la joie de savoir que tu étais à mes côtés.*

Les mots que la jeune femme avait jeté à la face du démon avaient fait vibrer le cœur d’Alectryon, il se sentait désormais plus serein, presque prêt à refaire face, mais l’emprise du démon avait tellement durée qu’il ne savait s’il arriverait à refaire surface, en tout cas le pourrait-il avant de faire d’autre victime innocente. La meilleur solution restait qu’elle puisse le vaincre, il ne resterait dans ce cas-là, aucune chance que d’autre massacre ait lieux et quitte à mourir, autant que le dernier visage qu’il voit sur cette terre soit celui de la personne qu’il aimait de tout son cœur.

Cet amour il le vivait depuis qu’il l’avait rencontré, dans cette sinistre guerre qui les avait opposés, alors qu’il allait la tuer. Il se rappelait encore avec émotion des sentiments qui emballèrent son cœur lorsqu’il ôtât le masque du visage de cet ange aux cheveux de feu. Depuis lors leur relation n’avait jamais vraiment été aussi ouverte que ce nigaud l’aurais souhaité car la belle n’était pas un oiseau qu’on met en cage. Peut-être avait-elle vue les barreaux d’une prison se dessiner autour d’elle lorsqu’il criât son amour sur les hauteur de Venise mais, toujours était-il qu’elle était là, présente et prête à le soutenir alors qu’il était au plus mal, au bord d’un gouffre qui l’enfermerait à jamais.

Il aurait tellement aimé lui dire qu’il n’avait pas choisi cela, que cette créature avait été mis en lui sans qu’il le veuille, ou plus sincèrement, parce qu’il n’avait pas pu dire non. Que ce monstre affaiblie pour être assujettis a lui, c’était nourris de tous ses doutes, ses désillusions, ses défaites et maintenant le tenait sous sa coupe. Dès le départ il avait craint cette issue mais s’était retenu de critiquer la décision de son dieu. Après tout, s’il n’avait été un si mauvais soldat, il n’aurait jamais perdu contre cette chose et les retrouvailles avec la belle italienne seraient d’une meilleure qualité. Pourtant elle était là, près de lui et s’il n’y avait eu ce contexte tout aurait été parfait.

Mais pourtant tout n’allait pas vraiment bien, elle venait d’appeler la bête à rejeter sa colère sur elle. Que cherchait-elle en faisant cela ? Il ne comprenait pas la manœuvre et craignait que la jeune femme ne finisse par souffrir des indicibles horreurs que le monstre pouvait lui faire subir. Il redoutait que cette colère ne s’apaise en rien et qu’il n’en vienne à blesser ce qu’il chérit de tout son cœur. Il aurait voulu hurler, lui dire qu’elle ne devait pas le laisser lui faire du mal, qu’elle devait l’anéantir tant qu’il ne s’y attendait pas. Lui laisser le temps d’Agir c’était prendre un risque inconsidéré. Il priât tous les dieux qu’il connaissait, qu’elle ait un plan pour se sauver si cela tournait mal.

Le démon quant à lui était courroucé par cet aplomb, comme si elle ne craignait pas plus ses actes que ces mots. Qu’est-ce qui lui donnait un tel courage ? Croyait-elle vraiment en cette larve qu’il dominait pleinement ? Avait-elle un plan pour lui tenir tête ? Croyait-elle pouvoir le libéré en montrant un front si courageux ? Il ne pouvait croire que ses mots ne lui avait pas blessé le cœur. Elle devait le dissimuler pour ne rien laisser paraître qui donnerait de l’ascendant au démon du feu. Il voulut la forcée à reconnaitre ses faiblesses, qu’elle avoue qu’elle se leurrait sur le lâche qu’elle croyait connaitre.  Il se jetât sur elle et la saisit à la gorge.


Je ne crois pas ce que tu dis. Tu joues une comédie qui te dépasse prêtresse. Ton flamboyant soleil est éteins, pour peu qu’il ait jamais brillé.

Tu crois te jouer de la mort mais, tout le monde la crains et plus encore, tout le monde a peur de la souffrance et c’est là le propre des humains.  Tu ne me feras pas croire que tu fais cela pour un homme que tu n’aimes pas vraiment. Car qui est-il pour toi ? Qu’est-ce qu’un soleil pour la fille de la lune ? Un non-sens, une antithèse, l’anathème. Es-tu prête à sacrifier ta vie pour une personne qui n’aura jamais ton cœur car opposé par nature ?



© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Dim 8 Nov 2015 - 14:23



Maeleene



La Mandragora


L'Ombre s'étend





Elle sentit ses mains s'enrouler autour de sa gorge, la Mort la frôler, les yeux du démon l'immoler. La Sorcière Rouge, pourtant, ne cilla pas, demeura fière, infaillible malgré cette danse macabre qui s'ouvrait sans plus de cérémonie. Ne lui avait-elle pas dit ? Maeleene se dresserait contre lui, quoi qu'il lui en coûte.

La jeune femme avait accepté la Mort, l'avait embrassé. Elle lui avait prêté serment, lui avait juré une allégeance sans borne en tant que Prêtresse du Sombre Monarque. Son cœur et son âme appartenaient aux Enfers. Alors pourquoi craindre la douleur ? Des menaces qui, au final, ne restaient que des mots creux, sans sonorité aucune. Maeleene entrouvrit sa bouche, prête à lui répondre. Sa voix n'était qu'un faible murmure porté par ses convictions. Sa vérité, crue.

- Je ne suis plus humaine, je suis morte, Alectryon.

Une larme roula contre sa joue pâle, d'une blancheur virginale, proche de cette teinte que l'on octroie volontiers aux défunts. Ses yeux se paraient d'une farouche teinte vermeille tandis que son pouvoir fait son office. Hypnotisé par son regard, par le pouvoir qu'Hadès lui a cédé, le démon leva sa main libre pour la poser tout contre son cœur. Aucun battement. Ce chant-ci s'était tut.

- Il est mon pendant, monstre. Le soleil qui me fait désormais défaut, celui qui me rappellera à jamais ce que je fus autrefois. Écrases-moi maintenant. Ta main tremble.

Sans jamais cesser de le regarder, Maeleene leva à son tour ses mains pour aider celles de son agresseur à achever son sombre office. L'air venait à lui manquer, le peu de « vie » qui lui restait filait entre ses lèvres vermeilles. Son souffle se tarit, sa flamme vacilla. Mais sa volonté à le faire revenir était intacte, aussi, sereinement, un sourire alla éclore sur son visage d'ange sombre. La Lune de Mai rendait son dernier soupir.

Ses bras se balancèrent un instant dans le vide, ses prunelles s'immobilisèrent, paraissant regarder bien au delà de toutes les choses. Plus loin que l'horizon infini qui s'étendait au dessus de leurs têtes.

Le silence criait son désespoir. L'Ombre grandissait en ce Monde.

Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Dim 8 Nov 2015 - 22:24




Est-ce un adieu?








Le corps est faible mais l’esprit ne l’est pas, cette demoiselle avait un mental d’acier et toutes les piques acerbes du démon ne purent le faire vaciller. Cette résistance, Ira ne s’y attendait pas, mais alors pas du tout, encore un mortel qui lui résistait et cela était inadmissible. Comment ce pouvait-il qu’il y ai dans ce monde, tant de personne avec autant de volonté et de force d’âme.  Comment faire reconnaitre sa force s’il ne pouvait pas briser de son aura les simples humains qui croisaient sa route. Comment se présenter comme le réformateur du monde des olympiens si les pathétiques mortels pouvait lui tenir tête. Puisqu’elle résistait moralement, il n’avait pas le choix et devrait la détruire physiquement.

 

Vu qu’elle s’était laisser faire, non, pire que ça, elle avait guidé les mains de son bourreau, il ne lui restait plus qu’à finir le travail, serrer et serrer encore jusqu’à entendre ce craquement si merveilleux qui annoncerait la fin définitive de sa résistance et la libération de la bête, du joug de son hôte, pour le peu qu’il manifestait encore. Bientôt, bientôt elle lâcherait ce dernier souffle, cette dernière brise d’air qui s’accompagnerait de ce soubresaut annonciateur de la fin. Elle retomberait mollement, inerte entre ses mains victorieuses.
 
NOOOOOOOOOOOOOOOON !
 
Une voix criait, hurlait de rage et de douleur. La voix qui s’était bien trop tu jusque-là et qui ne voulait plus de ce silence dans lequel on l’avait enfermé. Une voix qui ne pouvait laisser cet infamie se produire, qui ne pouvait souffrir voir la femme de sa vie périr de ses propres mains, bien qu’en ce moment elle ne lui appartenait plus. La poigne se desserrât de la gorge de la jeune femme qui reprit un peu son souffle en un râle aigue. La voix n’avait retentit que dans le crâne qu’elle partageait avec le démon mais cette fois ci prononçât des mots que la jeune femme pourrait entendre.
 
Fuis !
Pitié Maeleene fuis, je ne le retiendrais pas longtemps et avant que les ténèbres ne m’engloutissent définitivement, je veux être sûr que tu seras sauve, fuis et ne te retourne pas.

 
Mais là, son regard croisât celui de la jeune femme, déterminée à ne pas le laisser, à ne pas fuir ce combat qu’elle avait décidée de mener jusqu’au bout. Alors les larmes se mirent à couler sans s’arrêter, car il avait compris… Il avait compris qu’elle resterait là, qu’importe ce qui se passerait, pourvu qu’elle puisse l’aider à se libérer de ce monstre. Mais il savait lui, que la bête n’aurait aucune pitié. Il lui sourit d’un air triste et profondément amoureux.
 
Adieu ma déesse des rivages de la nuit, adieu lune de ma vie, j’aurais tellement aimé être un homme digne de toi. Je t’aimerais à jamais. Adieu


Le dernier mot fut prononcé dans un souffle avant que le regard ne retourne à la braise. La noirceur avait repris l’avantage et la poigne qu’il fit sur la jeune femme se fit encore plus forte. Cette fois ci, il écumait presque le monstre, libre à nouveau et faisant peser la frustration de sa colère sur la gorge de la jeune femme comme on presse un fruit, et en tirer le dernier souffle de la vie. Il serait toujours plus fort, avec des bruits grossiers comme s’il ne montrait pas assez son plaisir à faire, par cette action, souffrir ces deux personnes. Les phalanges blanchissaient sous la violence du geste qui attendait comme suspendu dans le temps, de recueillir ce dernier vestige, témoignage de la vie.
 
Meurt ! Et que te suive dans la mort cette âme qui s’était trop lié à toi.






© Codage By FreeSpirit

Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Dim 15 Nov 2015 - 21:29



Maeleene



La Mandragora


Aimer malgré tout





Qu'importe le nombre de fois que tu me tueras, je reviendrai pour me dresser face à toi. Je t'emporterai avec moi dans les ténèbres. Ténèbres que tu n'aurais jamais dû quitter.

Elle meurs, elle s'éteint, la douce Lune de Mai. Aux confins de son inconscience, alors qu'elle glissait dans les bras de la Mort pour rejoindre son Roi, elle l'entends. Il l'aime et l'aimera à jamais. Un mince sourire étira ses lippes à l'entendre ainsi proclamer une fois encore son amour. Alectryon n'avait pas pu basculer ainsi et elle qui se croyait responsable de sa chute, de son oubli, allait partir convaincue qu'il n'en était rien en réalité. La poigne du monstre se fit plus forte, plus hargneuse, ennuyé d'avoir essuyé un nouvel éclat, qui, pourtant, n'avait été qu'une perte de temps.

Tu es toujours là quelque part, mon petit Soleil. Tu brilleras de nouveau, je t'en fais la promesse.

Un léger soupir s'extirpa de sa gorge, ses yeux se fermaient légèrement pour se perdre dans le vaste horizon. On aurait pu croire à sa victoire, on aurait pu penser qu'elle venait de perdre la vie. Que la lune se couchait, mais il n'en était rien. Elle laissait la place à son pendant. Tout à coup les mains de la belle se saisirent à leur tour de celles du monstre. À ce contact son cosmos explosa, virant de l'argent à l'or. Le regard de la Prêtresse se fit implacable tandis qu'elle arbore une toute nouvelle aura qui n'était pas sans rappeler un glorieux soleil, un phare dans la nuit.

- Je serai ton guide dans les ténèbres, Alectryon.

Clama t-elle alors qu'elle repoussa violemment le démon aux yeux fous, arma ses mains de sa faux qu'elle fit tournoyer au dessus d'elle. La jeune femme allait combattre, quitte à y perdre la vie. Qu'importe la douleur ! Qu'importe les maux, ne demeurait qu'un seul et unique objectif à ses yeux.

Cette fois-ci elle n'attendit pas qu'il fasse les premiers pas pour tenter de l'évincer. Cette fois ce fut à son tour de répliquer, de se jeter à corps perdu dans la bataille. La voici qu'elle se fend, tournoie, fait appel aux pouvoirs de l'au-delà. Des ombres allèrent entourer l'être démoniaque, cet chose ivre de pouvoir et de destruction pour tenter de le plaquer au sol, lui faire comprendre qu'il allait retourner dans les ombres.

- Je vais t'entraîner dans mon Royaume, t'y enchaîner. Là-bas, tu ne pourras plus jamais faire de mal à personne. Je débarrasserais ta sombre présence de l'homme qui a su m'aimer malgré tout ! Malgré le fait que je sois promise aux ténèbres. Ce collier que tu portes autour de ton cou le prouve !

La jeune femme, de nouveau, se rua sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Mer 25 Nov 2015 - 18:30




Le retour de flammes







La mort l’appelait, il le sentait, cette jeune femme en avait plus pour très longtemps et cela le comblait de joie. Cependant, la joie de cette appel abyssal imminent ne fut que de courte duré. Il avait pourtant sentit à travers ses mains l’abandon de la jeune femme, il la savait proche des rivages de l’Hadès mais, au dernier moment, comme un sursaut d’une flamme, la mourante retrouvât sa vigueur. Il y avait décidément chez ces humains, une impudence et un mépris de la raison qui dépassait les limites. Ils se refusaient à croire, même devant le précipice, que leur vie s’achevait. Quelle force perverse pouvait les amener à croire que leur insignifiante vie alla perdurer malgré le poids d’une fatalité qui s’abattait sur eux. Pourquoi ne pouvait-il pas simplement se rendre à l’évidence ?

 

Les puissantes mains que contrôlait le démon furent à leur tour saisit pour être rejeter comme un forçat ôte ses chaines. Alors qu’elle repoussait le monstre, celui-ci observât un changement chez la demoiselle, son aura ayant subi une profonde modification. Ce n’était pas seulement l’aura qui avait changé mais également le caractère car même la résolution de la prêtresse n’était pas la même. Celle qui se tenait devant Ira n’était pas la pauvre fille dépassée par la cruauté et prête à mourir, il s’agissait d’une tout autre personne et le démon lui fit le remarque.
 
Tu n’es plus la même ! Qui est tu, toi qui te tien devant moi mais bien plus forte qu’auparavant. Serais-tu un démon toi aus…
 
Il ne put finir sa phrase car la jeune femme s’élançais déjà contre lui, prête à en découdre par la violence. Des ombres sortie de nulle part émergèrent et l’empoignèrent pour le forcer à se mettre à terre. La pression était là et la créature du feu due mettre genoux en terre pour tenter de résister à cet assaut. Il y avait dans cette nouvelle personne une force bien plus incroyable, ou bien était-ce que l’autre ne voulais pas combattre et donc n’utilisait pas ses pouvoirs comme il le fallait. Si c’était le cas, alors  elle s’entendait bien avec Alectryon, cet idiot qui avait peur de faire du mal. Cette idée, rien que pour un berzerker, n’était une honte, en un sens, il lui rendait service. Alors pourquoi tant d’acharnement et pourquoi scandait-elle encore son nom alors qu’elle voyait qu’il n’y avait plus rien à sauver. Maintenu au sol par les ombres dans son humiliante génuflexion, il écoutât les propos de la jeune femme qui croyait encore en l’amour de celui que le démon dévorait déjà goulument, elle appuyât ses propos par la breloque qui pendait à son coup. Il relevât son visage fendu d’un sourire sardonique.
 
Tu crois vraiment ce que tu dis ?
 
Il éclatât de rire.
 
Il n’y a aucune chance qu’une faible créature comme toi me sépare de ce corps que j’ai attendu depuis les âges antédiluviens. J’ai enfin eu l’occasion de sortir et je ne compte pas repartir au néant comme ça. Et si même, tu parvenais par je ne sais quel moyen à me séparer de lui, je préfèrerai le tuer plutôt que de le laisser libre. Je ne te laisserais qu’un cadavre à serrer contre ta poitrine noyée de larmes.
 
Il se relevât faisant enflammer son cosmos alors que des flammes violettes s’échappaient de lui, consumant les ombres qui l’entouraient. Il la regardât avec ce regard carnassier qu’il avait eu tantôt, il savourait déjà l’idée de voir cette autre personnalité, partageant la même vie semblait-il, s’effondrer comme son alter ego avant elle. Il intensifiât son cosmos et fit un mouvement ample de la main qui eut pour résultat de produire une lame de feu fonçant sur sa cible, bientôt suivie par deux autres. Il fit claquer ses doigts ce qui produisit une explosion des lames qui si même elles avaient été évité, dégageraient un puissant souffle sur la victime.
 
Mais tu parfaitement incapable.  
 





© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene
Newbie
avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Sam 5 Déc 2015 - 10:55



Maeleene



La Mandragora


Je t'attendrais





-Oui, je suis un monstre moi aussi !

Avait-elle clamé haut et fort en se fendant pour tenter de faucher le vil démon qui se dressait devant elle, implacable, haineux et tout paré de sombres projets. Mais sa force, incontestablement, était bien supérieure à la sienne, et le retour de flammes ne se fit pas attendre, quand, avec une facilité déconcertante, il se débarrassa de ses sombres soldats, ses ombres qui constituaient sa garde rapprochée. La jeune femme pesta sans pour autant se départir de cette expression farouche, déterminée. Mais ses forces déjà lui manquaient, elle sentait l'appel des Enfers dans son âme et dans son esprit, l'exhortant à retourner là où était sa place. Place qu'elle n'aurait jamais dû quitter. Maeleene se maudissait intérieurement tandis que son corps, déjà, paraissait la trahir. Ce ne fut qu'au prix d'un effort surhumain qu'elle esquiva une première langue enflammée, parant la seconde mais supportant la morsure de la troisième qui la fit hurler de douleur.

Secouée par le souffle du feu, son ennemi mortel, la dame aux cheveux de feu fut projetée quelques mètres plus loin, son dos heurtant le mur d'une des maison derrière comme achèvement de sa course.

En essuyant un filet de sang d'un revers de la main, Maeleene vit celle-ci devenir translucide en l'espace de quelques secondes. Interdite, la sorcière la dissimula dans l'ombre de la manche de sa robe qui, depuis, avait perdu de sa superbe. Déchirée à maintes endroits, la belle, sans plus y réfléchir, en déchira une bonne partie pour lui permettre de se mouvoir à sa guise. Autour d'elle des silhouettes se dessinaient et, d'un coup, certaines tentèrent de s'emparer d'elle. La jeune femme siffla sa colère, resserrant son lien avec elles, pions du Pandémonium, pour les forcer à combattre à ses côtés.

Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne soit emportée. Pour la première fois, la Prêtresse d'Hadès formula un blasphème silencieux envers le Monarque du Sous-Monde, attisant la colère des soudards.

Bientôt elle ne serait plus qu'un vague souvenir. Ils oublieraient tous jusqu'à son existence. Pathétique vie. Elle en regrettait chaque seconde. Non, c'était faux, il y avait eu des moments doux et chaleureux, aux côtés de son père adoptif Eodin, elle avait découvert un sentiment qu'elle avait aussitôt eut le réflexe de rejeter mais qui pourtant, ne s'effaça pas et s'imposait même maintenant que sa fin était proche.

De solides mains pourvues de griffes s'enroulèrent autour de sa personne et, toute auréolée d'une aura de mort, la Prêtresse des Enfers fit exploser son cosmos, planta son regard océan sur la seule personne qui comptait.

Comme brûlés, ses assaillants la laissèrent filer vers Alectryon. Pour cette ultime danse qu'elle lui offrit. Sa faux tomba à terre et, se transformant en étoile, elle fila et fila à une vitesse folle entre les bras du jeune homme, le percutant de plein fouet. Nouant ses bras autour de lui.

- Et si l'on glisse et tombe aux portes de la mort, se relever bien vite et danser encore et encore !

Son visage de porcelaine se fissurait, une perle de cristal glissa le long de cette joue pâle. Avec tendresse, elle regarda le monstre. Quelque part sommeillait son éclatant soleil. C'était à lui qu'elle s'adressait. Avec lenteur, elle alla capturer une mèche de cheveux folle qui occultait ses iris tant aimées. Maeleene ne bougea pas, elle disparaissait, son corps devenant de plus en plus intangible. Elle souffrait, mais n'en montra rien.

- Un jour nous nous retrouverons Alectryon. J'attendrais et chériras ce jour. Je t'attendrais, aux portes de la Mort, mon bien-aimé Soleil.

L'éclat de ses prunelles se ternirent. Elle se pencha vers lui pour effleurer ses lèvres, y déposer un baiser.

Et dans un dernier soupir, elle s'évanouit en myriade de petites étoiles scintillantes qui allèrent rejoindre leurs sœurs, dans les cieux obscurcit.

Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1083


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   Dim 6 Déc 2015 - 18:58




La mort dans l’âme







Toutes les attaques n’avaient pas portée mais l’une d’entre elle avait suffisamment meurtrie la jeune femme pour que son pouvoir vacille, lui arrachant douleur et cris. Elle avait reculé et semblait maintenant comme un animal acculé après une longue chasse. Elle était sa proie et bientôt il viendrait arracher son cœur à poitrine, peut-être même en gouterait-il le sang, pour parachever le spectacle de sa victoire. Il observât la jeune femme qui luttait contre la douleur, il en espérait même qu’elle basculerait dans l’horreur et l’abandon mais, ce n’était pas le genre de la jeune femme qui semblait rependre un peu de constance et même de cette assurance guerrière qui l’avait rendu si insupportable aux yeux du démon.
 
Elle fit exploser son cosmos, irradiant de cette énergie qui tantôt avait poussé la bête à sa réaction de violence et de haine.  La jeune femme s’élançât devant la bête immonde qui attendait son attaque pour la tuer. En effet, il avait tendu sa main que le mal avait tordue et déformée, pourvue de griffes pour éventrer la demoiselle qui allait à sa mort d’elle-même.  Cependant, une rémanence aussi impromptue qu’horripilante fit écarter son bras à la dernière seconde pour éviter la défense fatale.  La dame aux cheveux de feu ne mourrait pas tout de suite et la fierté de l’auteur de cette action de volonté en eu un sursaut de bonheur, bonheur qui ne durerait pas.
 
Elle se jetât sur lui, le percutant d’une manière à le chavirer entre douleur et délices car, fort de sa victoire, Alectryon reprenait peu à peu le contrôle de son corps. Elle enlaçât ses bras autour de lui provoquant un intense sentiment d’unité, comme s’il ne faisait qu’un avec elle, assez puissant pour taire la bête mais, le résultat de ce combat fut simplement son immobilisme. Elle lui susurrât des mots a l’oreille qui semblaient avoir une saveur exquise alors que leur mélodie se faisait entendre. Pour une fois depuis leur retrouvaille, il entendait sans haine les paroles de son aimé, tant et si bien qu’il aurait aimé l’enlacer mais, son corps restait inerte.
 
Ce qui aurait pu être idyllique virât au cauchemar lorsque se fendit le doux visage de la Vénitienne. Elle le regardât avec tendresse, cherchant à trouver en lui l’homme qu’il était autrefois. Ô que les dieux pouvaient être cruels, il avait enfin la main sur sa raison mais pas sur son corps, pas totalement. Il aurait tellement lui dire, lui crier qu’il était revenu mais, aucuns sons ne sortaient de sa bouche. Rien que le silence, ce silence qu’elle brisât alors qu’elle lui parlât tout en déplaçant ses mèches alors que son corps semblait disparaitre, avait-elle seulement vu, cette unique larme qu’il avait fait pleuvoir sur sa joue ?
 
Elle le retrouverait. Ces mots sonnaient comme une promesse mais, alors qu’elle disparaissait toujours plus, comment croire que ce n’était pas un adieu. Elle se penchât sur lui pour déposer ce baiser qu’il avait tant attendu, cette marque de tendresse qu’il avait plus convoité que tout autres trésor de cet univers. Il voulut crier son nom alors qu’il reprenait le contrôle de ses bras, il aurait voulu lui rendre ce baiser mais son aimée disparut corps et bien et son étreinte se refermât sur un l’intangible clarté que laissait une myriade d’étoiles qui autrefois, furent son amour.
 
Assi dans les ténèbres que lui laissait l’absence de la jeune femme, il n’émettait aucuns sons. Il souffrait tellement qu’il n’arrivait pas même à ouvrir ses lèvres pour en sortir, ne serait-ce qu’une plainte ou même un gémissement. Il lui semblait que cette fois ci, c’était son être en entier qui se mourrait. Il baissât la tête, les étoiles étant devenue trop brillante pour son âme enténébrée, plus jamais il ne regarderait le ciel. Finalement, sa gorge se dénouât suffisamment pour qu’il puisse prononcer un nom, celle dont la lumière avait éclairé sa vie.

Maeleene…
 
La tristesse laissât place à la colère, non, plus que ça, la fureur et, même là, le terme lui semblait par trop faible. Il se haïssait à en mourir. Il aurait voulu être quelqu'un d’autre pour jeter sur lui toute l’exécration que lui inspirait alors sa forme. Il n’en fallait pas plus, pas plus pour qu’une personne en profite, lui murmurant dans son être, les mots de culpabilité qu’il voulait entendre.
 
Tu n’es qu’un assassin, tout ce qui te rattachait à ton humanité, tu l’as tué. Tu n’es plus rien et plus jamais la joie ne viendra en ton âme, plus jamais un coucher ou un lever de soleil n’émerveillera ton cœur. Tu n’es plus qu’une bête, un monstre, un démon.
 
Un rire ignoble, car forcé à travers une gorge noué de douleur et de chagrin, ressemblant presque à quelqu’un qu’on étouffe, se fit entendre. Le cardinal se relevât mais, ce n’était plus lui, ses yeux totalement enflammé n’avait plus aucune expressions. Il ne restait sur ce visage que ces prunelles incandescentes et cet abominable sourire qui lui fendait le faciès.
 
Il est temps ! Allons à la chasse aux dieux !





© Codage By FreeSpirit


Arrow Quelque part
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.   

Revenir en haut Aller en bas
 

PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PV[Maeleene-Alectryon] Quand le coeur brûle.
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Y'a des signes qui ne trompent pas, quand le coeur s'emballe parfois...| Vitaly
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» ? Quand le Cœur lâche, Rien ne va plus! ? {Pv Fenice Nakata!}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-