Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Ali Snow Guerrier divin de Beta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ali Snow

avatar
Messages : 188


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Lun 27 Juil 2015 - 20:36

Ali Snow
Rang convoité Guerrier Divin de Beta
Avatar (Hagen de Merak / Saint Seiya Asgard)
"Le feu et la nature sont mes forces"
etc...)

¤ Je rejoins les forces de Odin
¤ Mon élément de base sera le feu et la glace
¤ Je suis principalement calme, fier, souriant, sociable, protecteur, loyale et déterminé, parfois colérique.
¤ Mes origines trouvent leur source en Islande
¤ Je suis âgé/e de 25 ans
¤ Je considère mes frères d’armes, mes dieux, les humains qui protègent la nature et respectent les animaux, la vie, la loyauté et la sincérité.
¤ Je ne considère pas les fourbes, l’injustice, les chasseurs, les braconniers, L’hypocrisie et le mensonge.      
Ali est un jeune homme enjoué et plein d’entrains. Il a grandi dans l’amour de sa mère et dans un paysage magnifique et préservé des ravages des hommes. Vivant seul avec elle, il développât un esprit doux et gentil. Son contact rapide avec les chevaux en fit un garçon que la nature et les animaux fascinaient. Il avait une sainte horreur des gens qui maltraitaient ceux-ci, il prenait la défense des plus faibles mais, restait souvent silencieux et solitaire. Il n’y avait guère que la compagnie des chevaux pour le distraire et le rendre heureux. Jeune homme intrépide, il parcourait les sentiers de la forêt pour préserver celle-ci des braconniers.

Il a un profond respect pour le seigneur d’Asgard Odin. Lorsqu’il était encore incapable de marcher, sa mère fut pourchassée par des brutes et elle ne dut son salut qu’à l’intervention de la puissance d’Odin qui répondit à sa prière. Depuis lors il fut élevé dans la reconnaissance et l’amour de son dieu. La parole d’Odin est absolue et fait loi pour lui, chaque mots prononcé est soigneusement écouté et chaque consigne proprement suivis. Il souhaite avant tout gagner le respect de son seigneur et maitre. Il respecte aussi les autres divinités, dans la mesure où elle ne l’empêche pas de mener sa vie et son service comme il le souhaite.

Ali est un homme plein de bonne volonté et toujours fiable quand à obéir aux ordres de son dieu, il respecte les guerriers qui se montrent valeureux et peux faire preuve de pitié pour eux. Mais il sera incroyablement dure et implacable pour ceux qui ne respecte pas ses valeurs ou font du mal aux créatures et à la nature. Il n’est pas vindicatif par nature mais, ne refuse jamais ni ne fuis le combats. A plus forte raison si ce même combat lui permet de mesurer sa force et son courage. Ses combats ils les mènent comme il l’entend, pouvant même les interrompre selon la circonstance, pour le bien d’une mission ou par compassion.

Les humains lambda ne lui sont pas antipathiques. Ils sont ignorant des merveilles de la nature ce qui les rend juste stupide mais ils ne méritent pas la mort pour autant. Il sait qu’il vaut mieux garder le secret de l’univers et du cosmos loin de ces êtres avides de pouvoir. Ils ne supporteraient pas les combats qui en résulteraient. Dans la mesure du possible, il ne leur montrera même pas son pouvoir.
Psychologie



Partie I La prime enfance

Les prémices de la vie d’Ali furent plus chaotiques que prévu. Sa mère ne lui avait pas tout raconté mais il avait su que lorsqu’il était encore dans son ventre, elle avait subi une épreuve redoutable. Ancienne prêtresse d’Odin, Sygin, la mère d’Ali était pourchassée par des brutes. Elle courait, parcourant les sentiers sinueux d’une forêt sombre pour tenter de semer ses poursuivants. Les branches lui fouettaient le visage et les racines se prenaient dans ses pieds. Elle levât les yeux au ciel, dans le tourment du désespoir et pria le dieu d’Asgard, Odin de la prendre en pitié, elle et son enfant.

Je vous en prie, bienveillant seigneur, donnez-moi la force de surmonter cette terrible épreuve et de protéger mon enfant à naitre de ces hommes malfaisant.

Le seigneur du nord écoutât sa prière et répondit à son appel. Là, derrière elle, un mur de glace s’élevât entre la femme terrifié et les bandits. Le mur bloquait ainsi la sortie de la forêt permettant à la fugitive de pouvoir aller se dissimuler dans les rochers, le temps que la glace fondent ils ne pourraient jamais la retrouver et préfèreraient rebrousser chemin. Elle se réfugiât dans une caverne humide, elle était épuisée moralement et son ventre lourd pesait sur son dos.

Elle s’assit sur un roc et sentit les contractions douloureuses s’accélérer. Elle fut rassuré d’entendre la voix d’un forestier qui passait pas là, surveillant les alentours afin de veiller au bien-être de la nature. Elle s’empressât d’appeler au secours et le brave homme, alerté, vint aussi vite que possible, Il escalada les amas rocheux et se précipita vers la demoiselle paniquée étant sur le point d’entrer en couches. Il l’a vit se tordant se douleurs, posa sa main sur la sienne pour l’apaiser et l’a regarda avec gentillesse ainsi il gagna sa confiance en l’a réconfortant :

N’ayez crainte madame, je suis là pour prendre soin de vous et surtout essayer de vous détendre. Je vais vous aider à mettre votre enfant au monde, je vous assure que tout se passera bien.

La future mère finit par se détendre et se sentit en sécurité auprès de son protecteur, Gunnar se baissa, enlaça la jeune femme dans ses bras et la souleva doucement. Soudain, il aperçut au fond de l’antre une étendue d’eau cristalline et un tapis de lichen recouvrant le sol, il marcha vers la petite mare et allongea avec précaution sa protégée sur un matelas de mousse. L’homme bienveillant enleva sa veste marron en coton et la plaça sur la poitrine de Sygin pleurant à chaudes larmes puis  le travail commença, elle poussa avec l’énergie du désespoir et donna naissance à un petit garçon blond aux yeux bleus.

Cette lutte acharnée l’exténua, elle fut prise de vertiges et s’évanouit. Préoccupé par l’état de santé fébrile de Sygin, il enveloppa délicatement le bébé robuste dans son veston molletonné et transporta en toute hâte la jeune maman avec son enfant endormi sur son poitrail dans un chalet rustique situé au milieu des bois sombres. Il pénétra promptement dans le refuge et l’installa sur un lit confortable en mettant son bébé au creux de sa poitrine, puis il prit une chaise sous la table et la plaça près de la couchette. Ereinté, Il contempla par la fenêtre la clarté blafarde  de l’astre lunaire éclairant le visage angélique de la jeune mère ensommeillée, il posa un regard attendri sur l’enfant paisible et caressa tendrement sa tête fragile, il veilla sur eux une partie de la nuit et sentit ses yeux se fermer tout seul, il sombra dans un profond sommeil.

Lorsque l’aube se leva, il se réveilla en sursaut, surpris d’être toujours assis sur cette chaise, le ciel se teinta de mille feux et la lumière dorée de l’aurore inonda la chambre de sa douce chaleur, Sygin s’éveilla et sourit à son compagnon. Ils discutèrent à voix basse de l’avenir d’Ali-Snow car la jeune femme n’imaginait pas voyager de village ne village avec son petit garçon en quête d’un hébergement, elle était trop faible et ne ferait pas de vieux os toute seule donc le forestier décida de subvenir aux besoins de cette famille et d’élever cet enfant comme si c’était son propre fils. Au fil du temps, Ali grandit dans cette maison jusqu’à son sixième anniversaire et s’épanouissait dans cet environnement serein. Il voulait aider sa mère en cueillant différentes variétés de baies sur les arbustes et l’accompagner au marché du village  pour acheter des fruits, des légumes et du lait.

Quand le temps était clément, Gunnar s’asseyait au bord du lac et pêchait des carpes dans le fjord en compagnie du garçonnet, puis il capturait du petit gibier en disposant des collets tout autour du chalet, ce qui leur permettaient d’avoir de la viande presque à chaque repas. Durant la période estivale, l’aventurier adorait grimper aux arbres et patauger dans la rivière située en aval de forêt de conifères, il s’amusait à sauter à pied joint dans l’eau.  

Un jour, sa mère l’avait laissé seul sous la surveillance du forestier pour descendre en ville et trouver une maison qui serait leur nouveau foyer. Le brave homme avait déjà fort à faire et ne put avoir tout le temps les yeux sur le petit garçon mais, comme il jouait dans la cuisine, il ne s’inquiétât pas. En effet le petit enfant coulait des jours paisible sans se soucis car, sa mère prenait bien soin de lui et le forestier était un bon protecteur pour cette famille. C’était aussi grâce à lui que Sigyn avait eu un travail qui lui permit d’économiser pour l’achat d’une maison.

Le jeune enfant sortit de la chaumière pour aller jouer dans la forêt, il allât vers la rivière qu’il aimait tant. Là-bas, il s’amusait à effrayer les truites en jetant des pierres dans l’eau. Près de la rive il y avait  un arbre, un pommier magnifique dont les branches étaient lourdes de fruits. Il commençât à en cueillir pleins pour faire une surprise a sa mère a son retour et peut être avoir une tarte si elle le veut bien.

Il allait rentrer quand il vit une magnifique pomme, plus grosse et plus brillante que les autres. Il lui fallait ce fruit parfait, elle était si belle qu’il voulait y gouter.  L’ennui c’est qu’elle se trouvait sur une branche qui s’était relevée une fois allégée des autres pommes. Il fallait donc grimper assez haut, ce qui ne lui faisait pas peur. Il montât donc mais plus il arrivait vers le haut de la branche et la pomme, plus celle-ci se courbait au-dessus de la rivière.

Ce qui devait arriver arrivât, la branche, dans un craquement sinistre, se brisât et l’enfant plongeât dans la rivière où le courant l’emportât. Gunnar, le forestier, en entendant ce bruit, sentit son cœur s’arrêter, il comprit immédiatement qu’il s’agissait du jeune garçon. Il courut vers la source de ce terrible son mais, malheureusement il arrivât trop tard, le pauvre enfant avait déjà dérivé avec le courant. Il essayât donc de suivre la rivière pour retrouver l’enfant avant qu’il ne soit trop tard.

En contrebas de la zone de travail de Gunnar, la jument de celui-ci, Daeneria parti au secours de l’enfant en entendant ses cris. Il se débattait de toutes ses forces pour rester à la surface, elle se jeta à l'eau, nagea vers l'enfant et de sa gueule saisit le vêtement d'Ali, elle le ramena rapidement sur la berge et le blottit contre elle afin de le réchauffer, c'est là qu'il comprit la bienveillance de ses animaux qu'il  protégerait toute sa vie.



PARTIE 2 : DEVENIR UN HOMME

Ali-Snow s’attachait de plus en plus à la jument, le forestier posa un œil attendri sur des deux êtres dont l’amitié grandissait jour après jour. Sygin était assise sur une chaise près du feu et Gunnar adossé au mur, observait par la fenêtre les deux amis qui s’amusaient, galopant dans la clairière, tourna le visage vers la jeune femme, quelque chose lui trottait dans la tête et prit la parole :

Dis-moi Sygin comment expliques-tu que ton enfant ait résisté aussi longtemps dans une eau glaciale, n’importe qui d’autre serait mort dans cette situation.

Je crois qu’il porte en lui la protection d’Odin, en tout cas je rends grâce au père de toute chose et à la jument d’avoir sauvé mon petit garçon.  

Emue par les paroles de sa compagne, le forestier répondit :  pour ma jument, dès la naissance d’Ali quand je vous ai ramené chez moi, j’ai compris qu’elle aimé cet enfant, voix- tu elle n’a jamais eu de poulain et peut-être qu’elle donne à ce petit l’amour maternelle qu’elle n’a pas pu offrir .  

Cette relation fusionnelle leur permettait de communiquer mentalement au quotidien en percevant les émotions de chacun. Dès qu’Ali était triste ou désirait passer un moment tranquille avec sa confidente, elle venait aussitôt vers lui posant sa tête au creux de son épaule, il déplaça son regard sur celui de la jument et lut dans ses yeux bleus de la compassion. Touché par son attitude tendre, il colla sa joue sur celle de son amie, enlaça son cou, glissa ses doigts dans sa crinière argentée et effleura les oreilles de Daenerya. A l’âge de six ans, Sygin suivit la route menant au village de Bingvellir et inscrivit son fils dans l’école mixte située près de l’église paroissiale ; il était studieux et faisait la fierté de ses maitres, ses camarades l’appréciaient beaucoup parce qu’il avait une imagination débordante et leur racontait une histoire sensationnelle durant chaque récréation.

A l’heure du repas, il s’asseyait au fond de la salle de classe regardant par les carreaux les prairies verdoyantes et le ciel azuré clairsemé de nuages blancs ouatés avant de manger calmement son déjeuner appétissant. Après une journée de labeur harassant, Gunnar alla chercher l’enfant à l’école et patienta en bas des escaliers, Ali se leva de son tabouret, traversa la salle avec hâte, franchit la porte d’entrée et descendit les marches en bois. Le protecteur fit signe au garçonnet surexcité de se calmer, le prit par la main en l’emmenant à la lisière des bois  lumineux, ils s’assirent sur un tronc d’arbre posé à terre et l’homme lui demanda de l’écouter avec attention, il lui parla de son travail dans les moindres détails car il souhaitait lui transmettre sa passion pour cet  emploi captivant et pensait que Ali ferait un excellent garde champêtre.

En effet, ce garçon plein de vie aimait rendre service à autrui et se sentait proche de la nature, durant le récit passionné de Gunnar, Ali gesticulait sans arrêt et  jeta un coup d’œil furtif vers les bois. L’homme, détendu,  comprit que l’enfant avait besoin de se dégourdir les jambes et s’aérer l’esprit, ils pénétrèrent donc dans la forêt luxuriante admirant la splendeur des terres sauvages Islandaises. Le jeune garçon retirât ses chausses pour profiter sans limite de sa communion avec la vie de ces bois. L’homme et l’enfant parcouraient ainsi les sentiers de terre et d’humus frais, Gunnar contemplait des jeux de lumières entre les branches des arbres comme des rayons d’énergies bienfaisantes, tandis que le garçonnet lui ressentait sous ses pieds la caresse du sol et le chatouillis des mousses.
Bientôt ils arrivèrent devant le plus majestueux des arbres de cette forêt.  Le protecteur se sentait empli de respect et d’admiration devant ce puissant arbre alors qu’Ali, en face de lui semblait percevoir au fond de son âme les forces telluriques, jaillirent du sol pour revivifier son corps.  Ils quittèrent donc la forêt, le cœur gonflé de joie et l’esprit pleins de merveilleuses images. A l’orée de celle-ci, la jument les attendait en piaffant d’impatience. Dès qu’elle aperçut Ali, elle s’agenouillât pour que l’enfant monte sur son dos, ensemble, ils rentrèrent à la maison où Sygin les attendait.  

Lorsqu’il eut dix ans, Ali et sa mère fêtèrent avec émotion, la fin des travaux de rénovation de l’auberge qu’ils avaient mis quatre ans à restaurer.  Ce fut pour le village, l’occasion d’une fête car cet établissement se voulait être également un relais pour les voyageurs, amenant plus de monde à passer par Bingvellir.  Le bourgmestre en personne remerciât Sygin de son initiative et ébouriffât les cheveux blonds du garçon qui s’occuperait désormais des écuries. Les premiers clients furent le premier homme du village et sa femme qui, le lendemain rentrèrent chez eux, non sans couvrir d’éloge la propriétaire de cette taverne. Le forgeron du village offrit également son aide pour ferrer les chevaux des voyageurs ce qui n’était pas sans ravir la petite famille. Gunnar avait repris ses activités mais leur rendait régulièrement visites pour donner un coup de main et malgré ça, refusait catégoriquement qu’on le sert gratuitement.  Il proposât également sa sœur qui revenue de la grande ville, devint serveuse dans le restaurant.

L’auberge était magnifique, faite en bois de pins trempé pour résister au climat rude du nord, elle avait un toit en chaume de pré salé pour éviter les incendies. A l’intérieure, l’espace était conviviale, et les tables se suivaient comme pour former un banquet autour d’une cheminé centrale. Un escalier en bois montait à l’étage pour desservir les chambres où les touristes pourraient se délasser. C’est donc là, qu’Ali et sa mère allait vivre, parmi les clients, ce qui leur donnerait quantité de travail mais aussi beaucoup de souvenirs sympathiques.

Un matin, alors qu’Ali descendait l’escalier pour dresser le couvert sur les tables, il entendit un hennissement de douleur, il comprit tout de suite ce qu’il se passait. Il laissât là sa tâche et courut vers l’écurie où Gunnar avait pris l’habitude de laisser Daenérya lorsque son travail ne la nécessitait pas.  La proximité des chevaux des voyageurs avait fait que la courageuse bête avait enfin portée la vie dans ses entrailles mais, tout ne se déroulait pas bien.  Il accourut pour voir ce qu’il se passait mais, Gunnar le retint, le tenant à l’écart de son box. La jument paraissait souffrir tous les tourments de l’enfer et, cela brisait le cœur du brave homme qui ne voulait pas montrer ce triste spectacle au jeune garçon. Sygin intervint et prit son enfant dans ses bras hurlant qu’on le laisse voir celle qui lui avait tant apporté. Inconsolable, il restât donc à l’intérieure de l’auberge avec sa mère, impuissant face à la souffrance de la jument. Au bout d’un moment, il n’y eut plus aucuns cris et le cœur de l’enfant s’arrêta. Le forestier arrivât devant le pas de la porte, les yeux rougies et gonflés de peine, il fit un signe négatif de la tête que tous les deux comprirent.

Daenerya n’était plus, après avoir courageusement lutté, elle était morte en donnant la vie. Ali se précipitât pour voir sa confidente et lui rendre un dernier hommage. Il l’aperçut, étendue, paisible, presque comme si elle était dans les bras de Morphée. Son cœur et sa gorge se serrèrent mais, sa peine se changeât lorsqu’il vit ce petit être qui essayait de se lever.  Il y avait là un poulain, l’enfant pour qui sa mère d’âme avait sacrifié sa vie. Il eut tout de suite une immense tendresse pour cette jument qu’il considérait un peu comme le frère qu’il n’avait jamais eu. Le forestier le rejoignit, ils regardèrent tous les deux le poulain tenter de tenir sur ses jambes, amusés et réconfortés par cette créature montrant tant de détermination à vivre.


C’est une fille !
Dit Gunnar. Comment comptes-tu l’appeler ?

Alors il s’emparât d’une couverture et enveloppât l’animal dedans avant de caresser doucement son corps chaud pour la rassurer, il se pencha lentement vers elle en l’embrassant sur le front puis croisa son regard plein de curiosité et l’enlaça tendrement dans ses bras. Il relevât la tête en disant d’une voix prise par l’émotion.

Je l’appellerais Aria.

Ali prenait bien soin de la petite jument en lui apportant amour et sécurité mais elle n’avait pas l’air heureuse, le jeune homme fit part de ses inquiétudes à sa mère et celle-ci  engagea un palefrenier permettant au garçon  de se consacrer davantage au bien-être de sa protégée fragilisée par le décès tragique de Daenarya. Le lendemain, Gunnar vint à l’auberge et demanda à sa compagne de laisser son fils le seconder dans son travail car il ne pouvait pas toujours concilier ses activités et le restaurant.  
A l’âge de 5 ans, Aria était assez robuste pour porter le garçon dans de longues chevauchées à travers la forêt, ainsi chaque après-midi  il scellait sa monture et partait pour aller à la recherche des gens égarer puis les guider vers le village le plus proche.

Un matin, Ali la sortit de son box et l’emmena dans la clairière, il croisa ses bras sur la barrière en bois de l’enclos et la regarda trotter joyeusement, un parterre de fleurs blanches attirèrent l’attention de la petite curieuse, Aria s’approcha d’elles, se pencha et en brouta quelques-unes. Soudain elle avait les jambes flageolantes et s’écroula sur le sol, le jeune maitre enjamba la clôture, marcha d’un pas rapide vers elle, s’agenouilla près de son corps et lui parla :


J’ignore ce qu’il se passe mais Je t’en prie ma grande, Restes éveillée, Fais-moi un signe Aria !    
   
Elle entendit la voix douce d’Ali, releva lentement la tête et ressentit la détresse du garçon qui vit des larmes perlaient sur le visage de sa confidente. Elle perdit connaissance et sa tête retomba sur le sol, il posa la sienne sur l’encolure du cheval puis écouta la cadence des pulsations cardiaques diminuer au fur et à mesure, il paniqua et quitta promptement l’enclos, il parcourût les bois sombres, se dirigea vers la grande place de bingvellir et entra en trombe dans la demeure du soigneur le persuadant de venir avec lui, ils se mirent en route et arrivèrent à l’endroit où gisait Aria. Perplexe, le soigneur se baissa, ausculta avec rigueur la jument et plongea dans ses pensées « son état est très préoccupant, je n’ai pas les connaissances nécessaires pour diagnostiquer cette maladie », il regarda sa patiente et remarqua des pétales blanches éparpillées sur l’herbe près de sa bouche, une idée lui vint à l’esprit, il se leva, scruta les environs et cueillit cette plante toxique. Il se tourna vers le jeune homme et lui expliqua la situation                                          

Votre jument souffre d’un empoisonnement, surement due à une plante toxique qu’elle aura ingéré au cours d’une de ses promenades.


Y a-t-il un remède ? Demandât le jeune homme inquiet.

Eh bien, il est possible de concocter un remède mais, cela va nécessiter des efforts surhumains. J’ai bien peur que même pour le commander, il faille attendre un temps qui pour votre animal serait fatale. Connaissez-vous la Feuerstern ?

Oui répondit le jeune homme. Elle ne pousse que près du volcan et est en général inaccessible. C’est cette plante qui servira de remède au mal d’Aria ?

En effet, si vous pouviez me ramener une de ces fleurs avant demain matin, je serais en mesure de produire la médecine qui la sauvera. Cependant, comme le temps passe vite, je ne saurais que trop vous conseiller de vous dépêcher. Partez tout de suite jeune homme.


D’un mouvement de tête, Ali acquiesçât et se mit en route immédiatement pour le volcan, faisant un détour pour prendre les affaires nécessaire à l’ascension. Après un temps qui lui parut une éternité il atteignit enfin le pied du volcan, là où son périple devenait le plus dangereux. Il entamât l’escalade du flan de la montagne, risquant sa vie à chaque prise non assuré. S’il n’avait été un grimpeur chevronné, nul doute qu’il se serait rompu les os. Il arrivât enfin au niveau d’un précipice sur un aplomb rocheux semblant mener à une caverne de laquelle il dégageait une lumière voulant lui dire qu’il était sur le bon chemin. Il descendit en prenant garde de ne pas chuter et put alors voir la profondeur de la caverne. Elle était immense et sa proximité avec le flanc de montagne se voyait ouverte à certains endroits d’où venait la clarté du ciel, malgré le temps nuageux. A quelques pas devant lui se trouvait des amas rocheux d’où sortaient des torchères de flammes, interdisant le passage vers le fond de la caverne où se trouvait la fleur. Cet obstacle ne pouvait pas l’arrêter, pas maintenant, pas alors que la vie d’Aria était en danger. Il regroupât son courage et continuât d’avancer, il tendit la main pour se protéger des flammes qui, à sa grande surprise s’écartèrent pour le laisser passer. Il ne prit pas le temps de comprendre ce miracle, il lui fallait cette plante mais, elle ne pouvait être cueillie qu’une fois éclose. La fleur en question avait une forme et la couleur d’un feu de cheminé et dégageait une chaleur volcanique. Au bout de quelques instants, les nuages s’écartèrent, laissant la lune éclairer la fleur qui s’épanouit, prenant la forme d’une étoile de feu. Elle était magnifique mais, il n’avait pas le temps de s’extasier, il lui fallait redescendre, la nuit allait bientôt tomber. Il redescendit le long des pentes du volcan, faisant de son mieux pour arriver le plus vite et prendre soin de ne pas perdre la fleur fraichement cueillis. Il arrivât enfin devant le soigneur qui attendait encore auprès de l’animal s’affaiblissant de plus en plus. Le brave homme prit tout de suite la fleur et en fit le remède qu’il administrât immédiatement à la jument. Ali, posât sa tête contre Aria et entendit que les battements de son cœur redoublaient d’ardeur. Ils étaient encore faibles mais, elle reprenait bien de plus en plus de vie. Il eut un soupir de soulagement, comme lorsqu’on s’éveille d’un cauchemar. Elle était sauvée. Il se demandait à présent comment il avait fait pour contrôler les flammes et d’où pouvait lui provenir un tel don. Ne sachant comment ses proches l’accueilleraient, il préférât garder ce pouvoir secret.

Histoire


Cette découverte extraordinaire, son pouvoir, bouleversa son existence car il était ravi d’utiliser pour rendre service à Sygin en embrasant les bûches de bois dans l’âtre de la cheminée et en allumant les fourneaux à l’abri des regards indiscrets. Il appréciait de vivre auprès de sa mère et de lui prêter main forte au sein de l‘auberge mais il souhaitait trouver sa propre voie car il avait le goût de l’aventure. Le forgeron venait régulièrement chez elle pour proposer ses services aux voyageurs, il œuvrait surtout dans l’écurie et Ali le vit mainte fois réparer des armures, il voulait faire ses preuves en lui montrant ses capacités. Il observa attentivement le jeune homme l’assister dans son travail et fut époustoufler par son habilité, il se dirigea avec hâte vers l’auberge, pénétra dans la salle de restauration puis s’approcha de la propriétaire affairée à nettoyer les tables et à dresser le couvert pour les convives attendant à l’entrée de la taverne.

La mère bienveillante regarda le vieil homme, l’invita à s’assoir sur un banc près du feu, elle demanda à une jeune femme vêtue d’une robe bleue et d’un tablier de coton blanc de la remplacer un moment, elle rejoignit le forgeron sur le banc pendant que la serveuse accueillait chaleureusement les clients et les installait à une table à côté du bar, elle discuta avec le brave homme de l’avenir de son fils :


Bonjour Monsieur, qu’est-ce qui vous amène ici ?

Vous savez Madame qu’Ali m’aide dans mes tâches auprès des voyageurs et j’ai remarqué un sacré potentiel chez lui. Mais je pense qu’il serait bon pour lui et son apprentissage de perfectionner ses compétences dans un village renommé proche d’Asgard.

Je suis d’accord avec vous, il est temps que mon fils vole de ses propres ailes.

Elle sortit de sa taverne d’un pas rapide, entra dans l’écurie et vit le jeune homme occupé à ferrer Aria, elle s’avança vers lui, le mit au courant de sa conversation avec le forgeron, Ali sauta de joie en apprenant cette excellente nouvelle car il attendait cet instant depuis si longtemps. Il annonça son départ à ses proches, s’empressa de monter à l’étage pour préparer ses effets personnels et prit les vivres suffisantes dans la cuisine  pour  un long voyage, il mit les victuailles ainsi que les vêtements dans un grand sac de toile, fit ses adieux à sa famille, scella Aria et grimpa sur son échine.

Alors qu’il s’apprêtait à partir, Karstel l’interpella et lui donna une lettre de recommandation à remettre en main propre au ferronnier Sigmar à son arrivée dans la ville côtière de Bergen en Norvège, il lui conseilla aussi de rester prudent car les bois regorgeaient de bandits sans foi ni loi. Il sourit au forgeur amical et lui promit de ne pas prendre de risques inconsidérés. Il se mit en route, traversa le village de Bingvellir, chevaucha sur un chemin de terre durant plusieurs heures en longeant un fjord glacial entouré de vallées boisées et de montagnes rocheuses puis aboutit à la ville portuaire de Reykjavik.

Fatigué, le fils de l’ancienne prêtresse d’Odin caressa doucement l’encolure d’Aria, il la confia au bon soin du garçon d’écurie à l’entrée de la ville puis fit une halte dans une auberge près de la place du marché afin de se restaurer et de dormir jusqu’à la tombée de la nuit. Reposé, il déposa des pièces d’argent sur le comptoir du bar pour payer son repas et sa chambre, il quitta la ville, récupéra la jument pleine d’énergie, il se dirigea promptement vers le port puis embarqua sur un navire de commerce islandais. Embarrassé, il se rendit compte qu’il n’avait pas les moyens de financer son voyage, il parla longtemps avec le capitaine pour trouver une solution, ce marin compréhensif décida d’engager Ali comme commis de cuisine sur son bâtiment et laissa l’animal dans la cale durant toute la traversée. Le jeune homme aidait le cuisinier à préparer les repas, effectuait les services du midi et du soir, il gérait aussi les provisions dans la cambuse ainsi que le nettoyage de la cuisine à la fin de la journée.

Tout en accomplissant ses tâches, il pensait à son amie et passait son temps libre près d’elle car son comportement l’inquiétait, malgré le fait qu’elle était bien assurée, la pauvre bête avait du mal à supporter le tangage du bâtiment. Le navire marchand navigua sur la mer baltique pendant des semaines interminables et accosta dans le port de pêche de Bergen , il traversa la passerelle sur le dos d’Aria en regardant les dockers décharger un navire de commerce et déposer les marchandises fragiles sur le quai, il s’avança vers l’échoppe d’un ébéniste, pénétra dans la boutique puis se renseigna auprès de l’artisan sur l’emplacement exacte de la forge de Sigmar, il sortit de la pièce, longea la rue principale pavée en voyant une rangée de maisons à deux étages munies de grandes fenêtres bleues à petits carreaux peintes en jaune ou en rouge. Le fils de Sygin finit par trouver l’enseigne colorée de la forge, il poussa une porte en bois imposante, s’engouffra dans l’atelier et rencontra un homme trapu brun aux yeux noirs l’accueillant avec sympathie, il remit au norvégien la lettre de Karstel et celui-ci la lut  immédiatement, un sourire illumina son visage parce qu’il sut qu’il avait trouvé quelqu’un pour lui transmettre les secrets de son art, reprendre éventuellement son atelier et  l’hébergea chez lui.  

La femme du brave homme décéda à la suite d’une maladie incurable donc le forgeron décida d’héberger son apprentis chez lui, Ali s’occupait de l’entretien du linge et cuisinait des plats savoureux, les talents culinaires d’Ali remontaient le moral de son maitre qui se régalait chaque jour en écoutant en observant les facéties de l’adolescent. Sa gentillesse égayait le quotidien de son patron car celui-ci avait du mal à faire le deuil de son épouse défunte. Il était très fier de son élève car le jeune homme mettait du cœur à l’ouvrage du matin au soir afin de prouver sa valeur au forgeron puis faisait en sorte que son travail soit irréprochable, il perfectionna ses techniques de forge et d’armurerie grâce au savoir-faire du forgeur expérimenté durant 5 ans, il remplaçait parfois son patron à la fabrique quand celui-ci se reposait dans sa propriété, son élève profitait de son absence dans le but de travailler en utilisant ses pouvoirs cosmiques.

Il réparait une épée en passant sa main au-dessus de la lame en acier afin de la chauffer à blanc, le métal devenait malléable,  Ali posait l’arme sur une enclume et frappait sur la lame avec un marteau pour la reforger, il  faisait apparaitre un monticule de neige dans un baquet puis plongeait l’acier ardent dedans afin de le refroidir rapidement.  

Le travail à la forge était harassant mais le résultat de chaque coup de marteau en valait la peine. Ali était toujours fier de son travail et se donnait à cent pour cent. Un soir, après sa rude journée, il allât se coucher, espérant une nuit réparatrice ce qui ne fut pas le cas. A peine avait-il ferme les yeux que son sommeil se troublait. Dans son rêve il arpentait des chemins inconnus, des terre auquel le temps lui-même n’aurais su donner d’âge. Là, dans ces contrées, il reçut une aide à laquelle il ne s’attendait pas.

Un étalon vint à sa rencontre. Pas n’importe quel animal, un cheval dont la silhouette et la finesse des traits semblait irréel. La créature avec des yeux rouge comme des braises et une crinière argentée, trottait, faisant résonner ses six sabots couleur grenat et fouettait l’air du panache de sa queue flamboyante comme le soleil. A la fois animal et esprit, la créature se rapprochât de lui doucement, sans geste brusque, comme pour le rassurer. Le jeune homme flattât l’encolure de la bête et se laissât guider par celle-ci, en pleine confiance, à travers des chemins obscurs. Bientôt ils arrivèrent devant une immense paroi illuminé de symboles et runes qui, à leur arrivé s’ouvrit.

Cette entrée donnait sur un des spectacles les plus hallucinants qu’il ait vu, une grotte de glace dans laquelle coulait une rivière de magma en fusion. Deux choses totalement opposé par leur nature semblait vivre ici en parfaite harmonie. Le cheval se mit à partir au galop, suivant le long couloir de glace et menaçant de disparaitre à jamais. Ali se lançât à sa poursuite, sur le chemin de dalle qui couvrait cette rivière de lave.  Il arrivât bientôt devant une porte et y retrouvât l’animal qui  se tenait debout, cambré et inanimé comme une statue. Sous cette forme, il traversât à la manière d’un spectre le mur qui lui ne cédât pas devant le jeune homme.

Celui-ci se réveillât en sursaut, le cœur battant la chamade et la tête encore perdu entre la réalité et le rêve. Il allât se passer un coup d’eau sur le visage et descendit accomplir ses tâches, après tout ce n’était qu’un rêve. Il rit en repensant au côté invraisemblable de ce songe qui lui avait pris une partie de sa nuit. Mais, les jours passant, il fit de nouveau ce rêve qui devint récurant. Un jour il voulut en avoir le cœur net et entrepris de se renseigner sur la symbolique de sa vision. Le cheval était une image de Sleipnir la monture du seigneur Odin. Il se demandât ce que le seigneur d’Asgard pouvait bien attendre de lui.

Un jour, alors qu’il se promenait, il vit un chemin serpentant entre de massif rocheux qui semblait aller directement vers le volcan. En s’approchant, il eut comme une sorte de flash dans son esprit, comme un retour sur ses images nocturne. Il vit la marque d’un cheval graver dans la roche et d’autre flash surgirent, comme pour lui dire qu’il était sur le bon chemin. Il atteignit une immense paroi recouverte de mousse et de végétation en tout genre. Cet endroit lui rappelait l’entrée de la grotte de glace et de feu. Il n’en croyait pas ses yeux, comme si le rêve était réel. Il dégageât les branches et, une fois la roche nue, il posât sa main dessus. Immédiatement, des symboles s’illuminèrent et une porte se dessinât à même la pierre.

Il n’en croyait pas ses yeux, c’était impossible et pourtant bien là. Il entrât dans la caverne et vit la rivière de lave, les dalles de pierres et les parois recouverte de glace. Il avait l’impression de perdre la tête. Il continuât sur le chemin qu’il avait parcouru en rêve tant de fois pour arriver à la porte qui lui bloquait toujours le passage. Son trajet était entrecoupé de vision du cheval qui l’invitait à ne jamais rebrousser chemin. Au pied de la porte se trouvait un roc sur lequel était placé deux icônes, l’une représentant la glace et l’autre le feu.

Le jeune homme qui avait appris à maitriser ses éléments utilisât son cosmos pour chacun des symboles et put alors voir la porte s’ouvrir. Il pénétrât dans la dernière pièce de cet endroit étrange et vit alors la chose la plus magnifique de sa vie. Sur un socle de pierre se tenait majestueusement  une cuirasse rouge et argent représentant un cheval. Dès qu’il s’approchât de l’armure, celle-ci réagit et dans un tourbillon de cosmos, chacun des éléments vinrent le vêtir. Quand tout ceci fut fini, il ressortît de la grotte, arborant sa nouvelle armure, il était devenu un des guerriers au service d’Odin.

Allégeance


HRP
Vous et le forum
► Comment avez-vous connu le forum ? internet
► Quel âge avez-vous ? 32 ans
► Double compte ? oui
► Avez-vous pensé à lire et signer les règles ? oui

Merci à Frosty Blue de Never Utopia pour le codage de cette fiche


Dernière édition par Ali Snow le Sam 12 Sep 2015 - 13:12, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Epiméthée

avatar
Rôle : Ken le survivant - running gag - punching ball favori du tartare - moussaka man - architecte et décorateur d’intérieur - donneur d'organe
Messages : 1325


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
200/200  (200/200)
Armure Armure:
92/280  (92/280)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Lun 27 Juil 2015 - 21:14

Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Skeith

avatar
Messages : 143


Caractéristiques
Vie Vie:
120/120  (120/120)
Cosmos Cosmos:
120/120  (120/120)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Lun 27 Juil 2015 - 21:21

Courage pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Cyun de l'Ouest

avatar
Rôle : Hôte du titan Typhon
Messages : 87


Caractéristiques
Vie Vie:
150/150  (150/150)
Cosmos Cosmos:
154/154  (154/154)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Lun 27 Juil 2015 - 21:34

    Bon courage, gros bêta!
    Était-ce totalement gratuit? Yup.
Revenir en haut Aller en bas
Ashram - Thor
Dieu du Tonnerre
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1232


Caractéristiques
Vie Vie:
320/320  (320/320)
Cosmos Cosmos:
518/518  (518/518)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 6:17

Muah ha ! Un nouveau locataire juste à l'étage au dessus !
Bienvenue :p
Revenir en haut Aller en bas
Ali Snow

avatar
Messages : 188


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 6:24

ah merci pour l’accueil cher locataire du loup
Revenir en haut Aller en bas
Ashram - Thor
Dieu du Tonnerre
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1232


Caractéristiques
Vie Vie:
320/320  (320/320)
Cosmos Cosmos:
518/518  (518/518)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 6:53

Je suis l'étage du dessous, si tu veux, je monte avec des bières ^^
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Spectre Céleste de Garuda et Juge d'Hadès
Spectre Céleste de Garuda et Juge d'Hadès
avatar
Messages : 20142


Caractéristiques
Vie Vie:
438/438  (438/438)
Cosmos Cosmos:
660/660  (660/660)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 7:45

Bienvenu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Odin 1

avatar
Messages : 221


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 8:07

Ravie de compter un guerrier divin de plus dans nos rangs ! Une question, Snow, c'est rapport à Got ?
Bon choix en tout cas et bienvenue :-)
Revenir en haut Aller en bas
Ali Snow

avatar
Messages : 188


Caractéristiques
Vie Vie:
175/175  (175/175)
Cosmos Cosmos:
195/195  (195/195)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 9:31

Merci de m’accueillir future patron et bonne idée les bières oui montes à l'étage nous allons picoler^^
Revenir en haut Aller en bas
Lenalee
Spectre Céleste de l'Innocence
avatar
Messages : 2203


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 9:40

Bienvenu =)
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 564


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 9:42

Bienvenu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Milan Sethni
Chevalier d'or du Capricorne
Chevalier d'or du Capricorne
avatar
Messages : 4853


Caractéristiques
Vie Vie:
341/341  (341/341)
Cosmos Cosmos:
370/370  (370/370)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 12:25

Bienvenue Alisno cheers

You know nothing Ali Snow
Revenir en haut Aller en bas
Altia Verana
Chevalier d'or de la Balance
Chevalier d'or de la Balance
avatar
Rôle : Gold Saint
Messages : 3464


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 14:19

Serais-tu le fils caché de Jon Snow ?

Welcome :)

----------------------------------------


Setesh pour le kit

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1180


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 14:55

Bienvenue a toi^^
Revenir en haut Aller en bas
Kyrian
Chevalier Noir du Phoenix
avatar
Messages : 5098


Caractéristiques
Vie Vie:
315/315  (315/315)
Cosmos Cosmos:
300/300  (300/300)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 28 Juil 2015 - 17:58

bienvenue^^
Revenir en haut Aller en bas
Cirth

avatar
Rôle : Dieu de la mer et des océans
Messages : 750


Caractéristiques
Vie Vie:
149/149  (149/149)
Cosmos Cosmos:
150/150  (150/150)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mer 29 Juil 2015 - 16:44

bienvenu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Irène
Membre d'Or
avatar
Messages : 4698


Caractéristiques
Vie Vie:
280/280  (280/280)
Cosmos Cosmos:
358/358  (358/358)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Ven 31 Juil 2015 - 18:22

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Holvir

avatar
Messages : 149


Caractéristiques
Vie Vie:
150/150  (150/150)
Cosmos Cosmos:
151/151  (151/151)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Ven 31 Juil 2015 - 22:15

Ashram a écrit:
Je suis l'étage du dessous, si tu veux, je monte avec des bières ^^
J'arrrrriiiiiiiive ! *cours chez Beta dans un vacarme de bruit de bouteilles s'entrechoquant*
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 564


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 11 Aoû 2015 - 19:26

Alisno a écrit:
Ali Snow
Guerrier Divin de Beta
Avatar (nom + origine)
"Le feu et la nature sont mes forces"
etc...)

¤ Je rejoins les forces de Odin
¤ Mon élément de base sera le feu
¤ Je suis principalement calme, fier, souriant, sociable, protecteur, loyale et déterminé, parfois colérique.
¤ Mes origines trouvent leur source en Islande
¤ Je suis âgé/e de 25 ans
¤ Je considère mes frères d’armes, mes dieux, les humains qui protègent la nature et respectent les animaux, la vie, la loyauté et la sincérité.
¤ Je ne considère pas les fourbes, l’injustice, les chasseurs, les braconniers, L’hypocrisie et le mensonge.      
Ali est un jeune homme enjoué et plein d’entrains. Il a grandi dans l’amour de sa mère et dans un paysage magnifique et préservé des ravages des hommes. Vivant seul avec elle, il développât un esprit doux et gentil. Son contact rapide avec les chevaux en fit un garçon que la nature et les animaux fascinaient. Il avait une sainte horreur des gens qui maltraitaient ceux-ci, il prenait la défense des plus faibles mais, restait souvent silencieux et solitaire. Il n’y avait guère que la compagnie des chevaux pour le distraire et le rendre heureux. Jeune homme intrépide, il parcourait les sentiers de la forêt pour préserver celle-ci des braconniers.

Il a un profond respect pour le seigneur d’Asgard Odin. Lorsqu’il était encore incapable de marcher, sa mère fut pourchassée par des brutes et elle ne dut son salut qu’à l’intervention de la puissance d’Odin qui répondit à sa prière. Depuis lors il fut élevé dans la reconnaissance et l’amour de son dieu. La parole d’Odin est absolue et fait loi pour lui, chaque mots prononcé est soigneusement écouté et chaque consigne proprement suivis. Il souhaite avant tout gagner le respect de son seigneur et maitre. Il respecte aussi les autres divinités, dans la mesure où elle ne l’empêche pas de mener sa vie et son service comme il le souhaite.

Ali est un homme plein de bonne volonté et toujours fiable quand à obéir aux ordres de son dieu, il respecte les guerriers qui se montrent valeureux et peux faire preuve de pitié pour eux. Mais il sera incroyablement dure et implacable pour ceux qui ne respecte pas ses valeurs ou font du mal aux créatures et à la nature. Il n’est pas vindicatif par nature mais, ne refuse jamais ni ne fuis le combats. A plus forte raison si ce même combat lui permet de mesurer sa force et son courage. Ses combats ils les mènent comme il l’entend, pouvant même les interrompre selon la circonstance, pour le bien d’une mission ou par compassion.

Les humains lambda ne lui sont pas antipathiques. Ils sont ignorant des merveilles de la nature ce qui les rend juste stupide mais ils ne méritent pas la mort pour autant. Il sait qu’il vaut mieux garder le secret de l’univers et du cosmos loin de ces êtres avides de pouvoir. Ils ne supporteraient pas les combats qui en résulteraient. Dans la mesure du possible, il ne leur montrera même pas son pouvoir.
Psychologie



Les prémices de la vie d’Ali furent plus chaotiques que prévu. Sa mère ne lui avait pas tout raconté mais il avait su que lorsqu’il était encore dans son ventre, elle avait subi une épreuve redoutable. Ancienne prêtresse d’Odin, Sygin, la mère d’Ali était pourchassée par des brutes. Elle courait, parcourant les sentiers sinueux d’une forêt sombre pour tenter de semer ses poursuivants. Les branches lui fouettaient le visage et les racines se prenaient dans ses pieds. Elle levât les yeux au ciel, dans le tourment du désespoir et pria le dieu d’Asgard, Odin de la prendre en pitié, elle et son enfant.

Je vous en prie, bienveillant seigneur, donnez-moi la force de surmonter cette terrible épreuve et de protéger mon enfant à naitre de ces hommes malfaisant.

Le seigneur du nord écoutât sa prière et répondit à son appel. Là, derrière elle, un mur de glace s’élevât entre la femme terrifié et les bandits. Le mur bloquait ainsi la sortie de la forêt permettant à la fugitive de pouvoir aller se dissimuler dans les rochers, le temps que la glace fondent ils ne pourraient jamais la retrouver et préfèreraient rebrousser chemin. Elle se réfugiât dans une caverne humide, elle était épuisée moralement et son ventre lourd pesait sur son dos.

Elle s’assit sur un roc et sentit les contractions douloureuses s’accélérer. Elle fut rassuré d’entendre la voix d’un forestier qui passait pas là, surveillant les alentours afin de veiller au bien-être de la nature. Elle s’empressât d’appeler au secours et le brave homme, alerté, vint aussi vite que possible, Il escalada les amas rocheux et se précipita vers la demoiselle paniquée étant sur le point d’entrer en couches. Il l’a vit se tordant se douleurs, posa sa main sur la sienne pour l’apaiser et l’a regarda avec gentillesse ainsi il gagna sa confiance en l’a réconfortant :

N’ayez crainte madame, je suis là pour prendre soin de vous et surtout essayer de vous détendre. Je vais vous aider à mettre votre enfant au monde, je vous assure que tout se passera bien.

La future mère finit par se détendre et se sentit en sécurité auprès de son protecteur, Gunnar se baissa, enlaça la jeune femme dans ses bras et la souleva doucement. Soudain, il aperçut au fond de l’antre une étendue d’eau cristalline et un tapis de lichen recouvrant le sol, il marcha vers la petite mare et allongea avec précaution sa protégée sur un matelas de mousse. L’homme bienveillant enleva sa veste marron en coton et la plaça sur la poitrine de Sygin pleurant à chaudes larmes puis  le travail commença, elle poussa avec l’énergie du désespoir et donna naissance à un petit garçon blond aux yeux bleus.

Cette lutte acharnée l’exténua, elle fut prise de vertiges et s’évanouit. Préoccupé par l’état de santé fébrile de Sygin, il enveloppa délicatement le bébé robuste dans son veston molletonné et transporta en toute hâte la jeune maman avec son enfant endormi sur son poitrail dans un chalet rustique situé au milieu des bois sombres. Il pénétra promptement dans le refuge et l’installa sur un lit confortable en mettant son bébé au creux de sa poitrine, puis il prit une chaise sous la table et la plaça près de la couchette. Ereinté, Il contempla par la fenêtre la clarté blafarde  de l’astre lunaire éclairant le visage angélique de la jeune mère ensommeillée, il posa un regard attendri sur l’enfant paisible et caressa tendrement sa tête fragile, il veilla sur eux une partie de la nuit et sentit ses yeux se fermer tout seul, il sombra dans un profond sommeil.

Lorsque l’aube se leva, il se réveilla en sursaut, surpris d’être toujours assis sur cette chaise, le ciel se teinta de mille feux et la lumière dorée de l’aurore inonda la chambre de sa douce chaleur, Sygin s’éveilla et sourit à son compagnon. Ils discutèrent à voix basse de l’avenir d’Ali-Snow car la jeune femme n’imaginait pas voyager de village ne village avec son petit garçon en quête d’un hébergement, elle était trop faible et ne ferait pas de vieux os toute seule donc le forestier décida de subvenir aux besoins de cette famille et d’élever cet enfant comme si c’était son propre fils. Au fil du temps, Ali grandit dans cette maison jusqu’à son sixième anniversaire et s’épanouissait dans cet environnement serein. Il voulait aider sa mère en cueillant différentes variétés de baies sur les arbustes et l’accompagner au marché du village  pour acheter des fruits, des légumes et du lait.

Quand le temps était clément, Gunnar s’asseyait au bord du lac et pêchait des carpes dans le fjord en compagnie du garçonnet, puis il capturait du petit gibier en disposant des collets tout autour du chalet, ce qui leur permettaient d’avoir de la viande presque à chaque repas. Durant la période estivale, l’aventurier adorait grimper aux arbres et patauger dans la rivière située en aval de forêt de conifères, il s’amusait à sauter à pied joint dans l’eau.  

Un jour, sa mère l’avait laissé seul sous la surveillance du forestier pour descendre en ville et trouver une maison qui serait leur nouveau foyer. Le brave homme avait déjà fort à faire et ne put avoir tout le temps les yeux sur le petit garçon mais, comme il jouait dans la cuisine, il ne s’inquiétât pas. En effet le petit enfant coulait des jours paisible sans se soucis car, sa mère prenait bien soin de lui et le forestier était un bon protecteur pour cette famille. C’était aussi grâce à lui que Sigyn avait eu un travail qui lui permit d’économiser pour l’achat d’une maison.

Le jeune enfant sortit de la chaumière pour aller jouer dans la forêt, il allât vers la rivière qu’il aimait tant. Là-bas, il s’amusait à effrayer les truites en jetant des pierres dans l’eau. Près de la rive il y avait  un arbre, un pommier magnifique dont les branches étaient lourdes de fruits. Il commençât à en cueillir pleins pour faire une surprise a sa mère a son retour et peut être avoir une tarte si elle le veut bien.

Il allait rentrer quand il vit une magnifique pomme, plus grosse et plus brillante que les autres. Il lui fallait ce fruit parfait, elle était si belle qu’il voulait y gouter.  L’ennui c’est qu’elle se trouvait sur une branche qui s’était relevée une fois allégée des autres pommes. Il fallait donc grimper assez haut, ce qui ne lui faisait pas peur. Il montât donc mais plus il arrivait vers le haut de la branche et la pomme, plus celle-ci se courbait au-dessus de la rivière.

Ce qui devait arriver arrivât, la branche, dans un craquement sinistre, se brisât et l’enfant plongeât dans la rivière où le courant l’emportât. Gunnar, le forestier, en entendant ce bruit, sentit son cœur s’arrêter, il comprit immédiatement qu’il s’agissait du jeune garçon. Il courut vers la source de ce terrible son mais, malheureusement il arrivât trop tard, le pauvre enfant avait déjà dérivé avec le courant. Il essayât donc de suivre la rivière pour retrouver l’enfant avant qu’il ne soit trop tard.

En contrebas de la zone de travail de Gunnar, la jument de celui-ci, Daeneria parti au secours de l’enfant en entendant ses cris

 
                                                     































Histoire


Avenir
Allégeance


HRP
Vous et le forum
► Comment avez-vous connu le forum ? internet
► Quel âge avez-vous ? 32 ans
► Double compte ? oui
► Avez-vous pensé à lire et signer les règles ? oui

Merci à Frosty Blue de Never Utopia pour le codage de cette fiche
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18362


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 11 Aoû 2015 - 19:44

?? Kath tu as eu un bug avec la fonction citer??

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et de la nature.
Messages : 4497

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
250/350  (250/350)
Cosmos Cosmos:
403/403  (403/403)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 11 Aoû 2015 - 19:48

elle a voulu éditer je pense, mais elle s'est trompée :p.
Revenir en haut Aller en bas
Hypnos 3

avatar
Messages : 175


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
257/277  (257/277)
Armure Armure:
525/580  (525/580)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 11 Aoû 2015 - 19:58

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 564


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mar 11 Aoû 2015 - 20:18

désolé angèle je me suis planter
Revenir en haut Aller en bas
Angèle
Chevalier d'or du Sagittaire
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar
Rôle : Team Staff
Messages : 18362


Caractéristiques
Vie Vie:
265/265  (265/265)
Cosmos Cosmos:
265/265  (265/265)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   Mer 12 Aoû 2015 - 8:25

pas grave

----------------------------------------


Une victoire qui ne nous à rien couté n'en est pas une
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ali Snow Guerrier divin de Beta   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ali Snow Guerrier divin de Beta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ali Snow Guerrier divin de Beta
» Arkel, Guerrier Divin Digamma du Bifrost [ok]
» Lydia, Guerrier Divin de Iota de l'Yggdrasil [ok]
» Raine, Guerrier Divin d'Epsilon (finit)
» Beowulf, guerrier divin de l'ours polaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace préparation du jeu :: Présentations :: Présentations validées :: Fiches archivées-