Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maeleene

avatar
Messages : 223


MessageSujet: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Lun 6 Juil 2015 - 11:48



Maeleene



La Mandragora


Carnaval



Le ciel accrochait les deniers rayons d'un soleil pâle, mais encore chaud. La journée avait été radieuse, comme bien souvent à Venise. Plus encore que le soir qui naissait à l'horizon était la promesse d'une fête somptueuse, très connue en Europe : le Carnaval de Venise. Les vénitiens l'attendait avec une impatience mal contenue, choisissant des semaines, des mois à l'avance, quels seraient leurs atours. Cette soirée débuterait sur un brouhaha assommant, un fourmillement perpétuel ne laissant pas de répit et qui ne se terminerait pas. Pas avant que la fatigue et l'ivresse ne s'emparent des habitants de la ville sur les Eaux.
Quelque part, une cloche retentit, sonnant huit coups distinctes, annonçant du même coup l'ouverture des festivités. Se mit en branle tout une chorégraphie finement orchestrée depuis des temps immémoriaux - à échelle humaine - : la populace sortaient dans les rues, se mêlant aux plus riches et aux moins riches, en cette heure, cela n'avait plus la moindre importance. Le dernier coup de l'horloge venait de briser les barrières des mœurs et du social en une vague colorée, riante, criante, prête à déferler dans les belles maisons que l'on laissaient libre d'accès. Tout cela n'était pas sans rappeler le faste de la Rome antique, ou des Grecs, et tous espérait que la dame débauche serait attirée par toute cette cacophonie.

Deux grands yeux bleus et curieux étudiaient cette plèbe avec attention. Dans l'ombre, perchée en hauteur, une fine silhouette était dissimulée aux yeux de tous, dans l'espoir de ne pas attirer l'attention sur elle. Il était peu probable que cette fois, on puisse la remarquer tant les villageois étaient absorbés par l'effervescence, mais, par plus de sûreté, Maeleene, en se glissant sur les toits depuis sa chambre afin d'échapper à la vigilance de son père, avait revêtu un masque qui recouvrait la partie supérieure de son visage, en plus de amples habits sombres d'homme. Déguisée en mousquetaire, elle avait sciemment caché sa chevelure flamboyante sous un large chapeau dont une unique et belle plume de paon, venait parfaire l'ensemble de cette tenue. La jeune Maeleene n'était pas mécontente de sa fuite et voyait à quel point, cette nuit-là, serait pour elle l'occasion de vivre sa vie en toute impunité, sous le couvert d'une fausse identité.

Pourvu que l'on ne devine pas la Mandragora sous ce costume.

Elle l'espérait ardemment, car ici, elle n'avait pas très bonne réputation. Cette dernière, elle se l'était forgée malgré elle, à cause des murmures et de la superstition des autres qui la prenaient pour une sorcière. Alors que Maeleene ne se considérait que comme simple artiste et guérisseuse. Beaucoup d'histoires circulaient à son sujet, la plupart contées de sorte à la rendre … monstrueuse. Sa préférée du lot étant celle qui narrait les expériences satanistes qu'elle pratiquait sur les cadavres qu'elle repêchait le soir de pleine lune.

Léonard de Vinci était considéré comme un génie ou un fou, mais … peut-être parce qu'il était un homme …

Un haussement d'épaules plus tard et la voilà qu'elle quittait son abri de ténèbres pour se diriger au hasard, dans les rues. Elle ne tarda pas à stopper ses pas devant une taverne. Bondée de monde, elle aurait plutôt pensé qu'elle serait désertée au profit des riches demeures … les habitudes étaient sans doute tenaces, surtout pour les soûlards du coin. On la bouscula, manquant de la projeter au sol. Prête à protester, de mauvaise humeur d'être traitée encore ainsi – habitude … - Maeleene fut surprise de se voir entraînée dans la dite taverne. Jouer des coudes ne lui servirait à rien.

Il fait sombre ... Ce n'était pas pour lui déplaire. Quelques rares bougies finissaient de brûler ça et là. Son œil fut attiré par la piètre prestation d'un homme trônant sur l'unique estrade de la pièce qui grattait maladroitement les cordes de sa vielle à roue. Le tout, ponctué par une voix nasillarde.Quelle horreur !

Pensa t-elle alors qu'il achevait son morceau. Maeleene poussa un soupir de soulagement qui n'échappa pas à un autre homme collé à elle – faute de place – et qui se prit à rire avant de lui glisser.

« Tu fais mieux peut-être mon garçon ? » Sur ces mots, et sans demander son reste, il hurla à l'assemblée qui, de concert, se tourna vers lui. « Allez c'est au tour du petit là ! »

Prise au dépourvue, on l'attrapait sans ménagement par les bras – menue comme elle l'était, ce ne fut pas compliqué de la hisser sur l'estrade – avant de lui fourrer entre les mains, l'instrument utilisé par « l'artiste ». Gênée, ses joues prirent une belle couleur vermeille et sa bouche se pinçait. On l'encouragea, elle souffla un bon coup, demanda à ce qu'on lui apporte une chaise. Une fois installée, Maeleene mit un point d'honneur à ne pas regarder les visages qui l'épiait.

Comment pourraient-ils te reconnaître?





Prenant une grande inspiration, elle commença à pincer quelques cordes de ses doigt graciles, faisant s'élever une mélodie douce, décalée, à n'en point douter mais qui ne tarda pas à éveiller le calme chez son auditoire. Sa voix, douce qui trahissait son sexe, emplit l'auberge d'une belle mélopée quoique triste. Elle fut surprise d'entendre le silence lui répondre, tous s'étaient tus, mélancoliques. Elle surprit même des larmes aux coins des yeux de quelques uns, des baisers furtifs, sur les lèvres des êtres qui s'aimaient. Un sourire étira ses lippes à la fin de sa chanson, elle ne s'était même pas rendue compte que quelques mèches de ses cheveux s'étaient libérées de son chapeau.

Le silence continua sa musique, avant que ne pleuve sur elle, un tonnerre d'applaudissements qui la rendit coi. Vite alors elle se débarrassa de l'instrument pour tenter de se fondre dans la foule.

Il faut que je sorte d'ici, je vais manquer d'air !

Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, sa vue se brouillait et elle se dit que si elle ne sortait pas très vite, elle tomberait inconsciente au milieu de ces prédateurs prêts à la déchiqueter.

Revenir en haut Aller en bas
Crios

avatar
Rôle : Titan des Galaxies, protecteur de Cronos, bras armé de la Justice titanesque, manipulateur diabolique
Messages : 324


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
190/190  (190/190)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Mer 8 Juil 2015 - 14:41

Aujourd'hui a des odeurs de liberté. J'espère que ça va durer ... Je ferme les yeux, sans avoir pourquoi. Plus par réflexe que par volonté. Un geste tellement anodin. Pour vous en tout cas. Vous qui marchez sur cette terre. Vous qui respirez l'air que Père a créé. Vous qui n'avez aucune idée des sacrifices qui ont été fait pour que vous puissiez exister. Vous qui ne connaissez même pas votre propre histoire. Vous, pauvres mortels. J'ouvre les yeux. Mais je ne suis plus où j'étais. J'ai changé d'endroit. C'est tout aussi sombre que le tartare pourtant. Mais l'atmosphère est différente. Plus légère. Je peux presque bouger mon corps.

" Paf. Sortie accordée ... ... au détenu 956-X24 pour bonne conduite. "

Hein ? D'un seul coup, j'vois trois personne en face de moi, assises derrière une tableau. Je lève mes mains. Je peux le faire. Je semble porter une combinaison orange bizarre, et très moche surtout. Quelqu'un s'approche de moi. Il libère mes poignets, bloqués jusqu'alors par des menottes. Minute ! Comment je sais ce que sont des menottes ? Comment je peux être ici alors que mon corps n'est pas là ? Comment je peux être dans un autre corps ? On me fait lever, puis on m'accompagne. On me parle de plein de choses que je comprends alors que je ne devrais pas. Je n'appartiens pas à ce monde que je ne reconnais pas. On me met dehors, sans un mot. Je me retrouve donc hors de la prison, vêtu d'un jean gris délavé, un débardeur blanc, d'une paire de chaussures de ville noire, classique. On me dit que c'est carnaval, que je peux être qui je veux. J'essaie de faire appel à mon cosmos. Impossible. Non seulement je ne suis pas dans mon corps, mais je n'ai ni cosmos ni soma. Génial. Vraiment.

Je marche je ne sais combien de temps. Je vois des choses durant mon périple. Je finis par tomber sur une boutique de vêtements. Mon corps d'emprunt ayant l'habitude de voler, il m'est aisé de prendre des affaires sans me faire repérer. Je choisis une tenue classique : une toge avec des sandales. Après tout, c'est d'époque pour moi. Sans pudeur aucune, je retire ma tenue pour enfiler la nouvelle. Quand je finis de me changer, j'entends une mélodie étrange. J'écoute tout en me rapprochant d'où vient le bruit. Là, je vois une femme sur une estrade en train de chanter et jouer de la musique. c'est elle qui fait ça ? Je sens un truc en moi. C'est ... bizarre. Comme si ce corps voulait exprimer quelque chose. De l’intérêt, je crois que ça s'appelle. Lorsqu'elle termine, elle se fait applaudir, jetant violemment le pauvre instrument. Puis elle tente de de fuir parmi la populace. Les gens continuent de la suivre du regard. On dirait qu'elle n'apprécie pas ça. Qu'elle essaie de fuir. Voyant qu'elle n'y arrive pas, je l'attrape par la main et l'entraîne. Je joue des coudes pour passer. Une fois dans une petite ruelle sans issue, j’arrête et la libère de mon emprise. Là, elle peut voir mes cheveux noirs, courts, ma barbe naissante, et une partie de mon corps non masqué par la toge ouverte au vent.


" Pourquoi avoir voulu fuir ? Ils semblaient bien vous aimer ... " Je lui demande ça, mais je pourrais aussi bien me demander pourquoi je l'ai attrapé ...
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene

avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Jeu 9 Juil 2015 - 13:53



Maeleene



La Mandragora


Carnaval




S'il vous plaît, laissez moi passer !

Au moment où elle fut sur le point de défaillir, une main alla l'arracher de son Enfer. Extirpée de cette foule, Maeleene braqua des yeux brillants de reconnaissance vers l'homme qui l'entraîna, loin, très loin jusqu'à une impasse à peine éclairée par les rayon de la lune. On relâche la pression exercée sur sa main, et elle, soulagée, prends une profonde inspiration. Il lui fallut un peu de temps afin de totalement récupérer de sa panique. Qu'est-ce qui lui avait prit ? La jeune femme se le demandait encore. Elle se souvenait d'avoir été entraînée dans ce joyeux tourbillon propre à l'ivresse, encouragée, confiante sur le moment, contente même d'être traitée autrement que par la main de la haine et du dégoût que d'ordinaire, la strega inspirait aux vénitiens.

Seulement, après ce doux rêve où elle avait partagé ses sentiments avec son auditoire, la voilà qu'elle était redescendue sur Terre avec brutalité. Violence qui l'avait attrapé à la gorge. Sans l'intervention du jeune homme … Maeleene n'osait imaginer la suite des événements. Pleine de gratitude, la jeune femme est aussi mal à l'aise et évite soigneusement de croiser le regard de son sauveur. Qu'elle devine perçant sous ces boucles noires.

Les mains jointes devant elle, froissant la large bordure de son chapeau de mousquetaire, la demoiselle s'inclina en signe de gratitude. Une révérence esquissée, un rien maladroite. Maeleene n'a pas trop l'habitude de parler à des personnes, encore moins à des inconnus.

« Je vous remercie, signore. » Sa chevelure flamboyante se froissa tout à coup sous le joug d'un coup de vent allant s'engouffrer dans la ruelle sombre. « Je … oui, peut-être. »

Hasarda t-elle en jetant un coup d’œil à l'auberge toujours aussi remplie et qui, après son départ, reprenait son brouhaha lancinant. Cette légère couleur rouge à ses joues ne semblait pas s'effacer, à son plus grand désarroi. Son envie de fuir demeurait persistante, or, Maeleene ne voulait pas paraître impolie.

« D'ordinaire ils ne m'apprécient pas beaucoup, c'est sans doute qu'ils ne m'ont pas reconnu, avec ce masque ... » Pourquoi lui dit-elle cela ? Sans doute parce qu'elle sentait que cet homme n'était pas l'un d'entre eux. Son instinct le lui soufflait. Le bout de ses doigts effleurèrent la surface lisse et froide de ce demi-masque sans pour autant le retirer. Ce serait dangereux. « Je ... désolée, ça n'a pas d'importance. Je vous remercie encore … si je peux faire quoique ce soit pour vous, signore, n'hésitez pas. C'est que vous ne semblez pas d'ici, et … »

Soudain, une voix éclata dans son dos. « Oh mais je reconnais cette chevelure … c'est cette putana de Mandragora ! »

La dite Mandragora fit volte-face, se retrouvant nez à nez avec un homme d'une grande stature, l’œil torve, et mauvais à la fois. Il la renifla d'une manière grossière avant d'attraper entre ses doigts une mèche de cheveux carmine de la jeune dame déguisée en mousquetaire. Un sourire mauvais, profondément sadique étira ses lippes. Puis, d'un coup sec, il plaqua sa main au dessus de son crâne afin de lui saisir ses cheveux, sans douceur aucune. Aucun son ne sort de sa gorge, pourtant, oh pourtant Maeleene aimerait crier.

Lentement, la main de la jeune femme glissa vers sa ceinture, là où reposait sa rapière blanche …

Revenir en haut Aller en bas
Crios

avatar
Rôle : Titan des Galaxies, protecteur de Cronos, bras armé de la Justice titanesque, manipulateur diabolique
Messages : 324


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
190/190  (190/190)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Jeu 9 Juil 2015 - 22:07

Elle s'incline pour me remercier ou bien je rêve ? " Prego signiorita. " Je lui répond avec un parfait accent italien, typique de Venise. Merci de corps appartenant à un italien pur souche. Le masque de la demoiselle est bizarre ceci dit. Il a un petit quelque chose de dérangeant. Pas vraiment le temps de continuer la conversation qu'un type s'approche, l'appelle Mandragora, lui attrape les cheveux pour le sentir. Plutôt violemment. Sans vraiment que je ne comprenne, mon corps réagit au quart de tour. Ma main gauche vient frapper son avant bras par le dessous tandis que ma main droite fait le coup du lapin au même endroit, mais par le dessus. Aussitôt, on entend un crac, puis le cri d'un homme dont on vient de briser des os. Un crochet du droit vient accueillir la tête de l'individu qui recule, puis s'effondre.

" Scusami. Vous devriez revoir vos manières. " Il se relève et sort un couteau de sa poche intérieure. Il avance vers moi, menaçant, tenant son arme avec son désormais seul bras valide. Il tranche le vide, faisant des gestes pas du tout coordonnés. Il m'est donc facile d'esquiver en reculant. Je parviens à le désarmer rapidement. Sans aucune hésitation, je lui tranche la gorge. Il porte sa main à son cou. Mais c'est trop tard. Il s'effondre sur le sol, inanimé. Je grave des lettres sur son front. Une chose qui me vient de mon passé et dont je n'ai même pas confiance. C'est ainsi qu "ντροπή", à savoir "honte", se retrouve gravé en grec sur cet homme. Je me tourne vers la jeune femme dont il m'est impossible de lire le visage, à cause de son masque. " Désolé pour cela. Si vous aviez l'amabilité d'oublier ce qui vient de se passer, je vous en serais gré. Ce corps n'a pas besoin d'avoir de nouveaux soucis. "

Sans le vouloir, sans même y penser, je viens de dévoiler deux indices à une parfaite inconnue. Le premier étant que je suis capable d'écrire en grec, que je suis italien, mais aussi qu'un truc est faux à mon sujet. Personne ne parle de "ce corps" en parlant de soi. Personne. J'ai emprunté, sans savoir pourquoi, le corps d'un détenu venant d’être libéré pour bonne conduite. Mais ça, je suis le seul à le savoir visiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene

avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Ven 10 Juil 2015 - 12:10



Maeleene



La Mandragora


Carnaval




Sous le regard médusé de Maeleene dont la main s'immobilisait, prête à dégainer et pourfendre son assaillant, une sanglante tournure des événements la fit reculer d'un pas. Son regard s'écarquillait de plus en plus sous l'ombrage de son masque, car, pleine de stupéfaction, la strega assistait à une mise à mort, expéditive et brutale, d'un coup net porté à la gorge. D'instinct sa main se porta à la sienne qu'elle enserra de peur de se voir subir le même traitement sans appel. Elle ne put s'empêcher de regarder ce flot de sang jaillir de la plaie profonde. Maeleene le sait, dans quelques instants, le pauvre hère allait trépassé, étouffé par son propre sang. Dans d'horribles souffrances. Pour autant son regard ne peut se détacher de cette couleur qu'elle trouva magnifique sur l'instant. Un pur vermeil, éclatant.

La voix de l'étranger qui, apparemment, n'en était pas un la fit sursauter. Son attention se reposa sur  lui, elle lui répondit par un simple hochement de tête. Avant de demander, circonspecte :

« Votre corps ? J'ai peur de ne pas bien comprendre ... » laissa t-elle traîner en avisant de l'autre corps, lui étendu dans une mare de sang se répandant en une tâche sombre et visqueuse. « Si vous avez des problèmes, nous devons nous dépêcher. Aidez-moi. »

Sans aller plus avant dans des explications superflues, la belle italienne se saisi des mains de son agresseur, nullement dérangée par ce contact, pour le traîner plus loin dans la ruelle. Ainsi, sous le couvert des ténèbres qu'offraient cette dernière, elle put réfléchir plus longuement à une solution. Il leur fallait se débarrasser du corps. Mais ils faisaient face à une voie sans issue … Un large mur s'élevait qui leur serait impossible de franchir.

« On pourrait l'abandonner là, mais se serait un peu suspect et je suis presque sûre que des amis à lui l'ont vu aller vers moi. » Se maudissant de ne pas avoir dissimulé mieux que ça ses longs cheveux roux, la jeune femme s'empressz de le faire en remettant son chapeau sombre, finissant de cacher son visage masqué. « Derrière ce mur je sais qu'il nous serait simple de prendre une gondole et de le dissimuler dedans, de là on pourrait aller jusqu'à l'atelier de mon père. »

Tout à coup un miaulement la fit tourner vivement la tête. Un chat noir leur faisait face, les gratifiant d'un regard mordoré, vif, brillant d'intelligence. Maeleene sembla le reconnaître car un sourire fendit ses lippes en même temps que l'animal s'engouffra dans le noir, disparaissant de leur vue.

« Il doit y avoir un passage, venez suivez-moi ! »

Ce fut le cas : en approchant, Maeleene put voir, derrière un tas de bric à brac, une trouée dans la pierre, suffisamment grande pour y glisser un corps, voire plusieurs. La chance semblait être de leur côté. L'invitant d'un signe de la main à la suivre, la jeune italienne fut la première à s'engouffrer dans le trou, disparaissant à son tour. Une main blanche finit par ressortir de l'autre côté.

« La voie est libre !  Venez ! »

Ne leur restait plus qu'à emprunter la voie des eaux …

Revenir en haut Aller en bas
Crios

avatar
Rôle : Titan des Galaxies, protecteur de Cronos, bras armé de la Justice titanesque, manipulateur diabolique
Messages : 324


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
190/190  (190/190)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Dim 19 Juil 2015 - 15:22



Visiblement, voir son agresseur se faire tuer devant elle ne semble pas lui poser de problème. Il aurait été dommage qu'elle subisse le même sort. Quelques secondes plus tard, la voilà qui traîne le cadavre encore tiède dans les profondeurs de la ruelle. Une gondole ? Le petit bateau qui va sur l'eau, qu'on pousse avec un bâton ? Mon corps semble aimer ce moyen de déplacement. Un chat apparaît en même temps qu'une lueur dans le regard de la jeune femme. Disparaissant dans la partie sombre, elle s'engouffre dans le mur, puis me tends la main pour que je fasse de même. J'attrape le corps dont l'âme appartient désormais à Hadès, le jetant sur mon épaule comme un vulgaire sac de patates après avoir enroulé sa gorge dans une partie de ma toge pour que le sang ne coule pas de trop. Puis je le lance à travers le mur. Une fois que j'ai traversé, je remet autant de briques que possible. Maeleene avait fait preuve de rapidité de réflexion et de capacités d'adaptation assez spectaculaire. Sa façon d'avoir réagit m'indique qu'elle a déjà du voir des morts. Peut-être en a-t-elle déjà administré de ses mains ? Je soulève le corps, direction une gondole.

" Votre père est-il forgeron ou en charge de la crémation des corps ? Car si tel n'est pas le cas, je doute qu'aller dans son atelier puisse nous aider. Un corps finit toujours par être retrouvé. La seule façon pour qu'il ne le soit pas soit qu'il n'y ait pas de corps. Une incinération est la meilleur des choses à faire. Justement, je connais un endroit de l'autre côté de Venise ... Rien ne vous force à venir. Vous pouvez retourner vaquer à vos occupations, je m'occupe de cette étape. "

Une fois dans l'embarcation, je prends le bâton en main, et commence à pousser pour m'éloigner du rivage. Si la rouquine veut venir, elle peut aisément sauter à bord. Pour l'instant. Mais de toute façon, il y a un pont quelques mètres plus loin. Pourquoi une crémation ? Parce que c'est propre, que ça détruit tous les tissus, réduit les os en cendres, donc rend impossible toute identification. Il suffit ensuite de déverser les cendres dans différents endroits où personne n'ira regarder, donc on oublie les zones d'eau, les toilettes, les lacs et rivières. Les endroits publics également, trop risqués. Mais les lieux privés finissent généralement par être vendu, donc mauvais idée de les mettre dans le jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene

avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Lun 20 Juil 2015 - 16:33



Maeleene



La Mandragora


Carnaval




« Non. » Fit-elle doucement dans un sourire. « Mon père et moi sommes des artistes. Au sens large du terme … Je veux dire … nous étudions aussi le corps humain, sous toutes ses coutures. »

Elle espérait par là se faire comprendre du jeune homme qui déjà, s'éloignait pour charger le pauvre défunt dans la gondole. Un instant elle se demanda si la solution de le brûler ne serait pas une meilleure idée. Seulement voilà, l'occasion était trop belle et les corps, en tout cas dans un si bon état, ne courraient pas les rues. La plupart du temps, ils ne trouvaient que des hommes ou des femmes trop abîmés pour les exploiter pour l'étude anatomique. Ces pratiques étaient très mal vues, tout autant qu'à l'ère de Lénorad de Vinci qui ne s'était pas privé pour autant.

Maeleene monta à la suite du garçon, s'asseyant non loin tout en désignant la direction opposée à celle que voulait emprunter le tueur.

« L'atelier de mon maître est vraiment pas loin, regardez, il se trouve juste derrière cette maison, entre deux ruelles. Nous pouvons prendre ce chemin, il y a un accès qui donne directement dans l'atelier. Je vous guiderais. »

Face au doute qui pouvait bien germer dans l'esprit de l'inconnu, la jeune femme insista : « Je comprends bien votre réticence, mais je vous paierai si vous voulez. C'est qu'il est rare de pouvoir se pencher sur un corps qui n'est pas déjà décomposé. Je pourrai en apprendre énormément. Et mon père serait reconnaissant, nul doute qu'il pourra vous héberger pendant un temps, au cas où ... »

Que déciderait-il ? La jeune artiste était curieuse et l'observait avec insistance avant de sursauter légèrement, en pensant à un détail. Aussitôt elle lui tendit la main. « Au faite, je m'appelle Maeleene. Et vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Crios

avatar
Rôle : Titan des Galaxies, protecteur de Cronos, bras armé de la Justice titanesque, manipulateur diabolique
Messages : 324


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
190/190  (190/190)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Mar 21 Juil 2015 - 19:23

Une femme rousse, qui n'a pas peur de la mort, qui étudie les morts ... Cherche-t-elle les ennuis ou viennent-ils naturellement à elle ? Visiblement, elle semblait tenir à étudier le cadavre. Vraiment, vu le nombre de fois qu'elle plaça, plus ou moins discrètement, des allusions à ce sujet. J'aimerais refuser. Mais je ne suis pas du genre à dire non à une femme. Surtout une aussi belle. Car malgré le peu de temps que je l'ai vu, j'ai pu saisir une chose, la beauté de son âme. Je soupire tout en changeant de cap, mais sans dire mot à ce sujet.

" Tant que ça peut profiter aux hommes, je n'ai rien à y redire. Si vous voulez des sujets en bon état, je peux vous conseiller le pont des soupir, ponte dei sospiri. Une des prisons de la ville. Tous les jours des prisonniers voient leur vie s'achever dans cette bâtisse. Les médecins ne savent quoi en faire à force. Vous pourriez les en débarrasser, leur rendant service ... "

La voilà en train de me proposer de m'héberger. Ce n'est pas la première fois que je tue, ni meme que je tue devant quelqu'un, ou pour sauver une personne. Par contre, c'est la première fois que la personne que j'ai sauvé en tuant son tortionnaire devant elle m'invite chez elle. Faut pas avoir peur moi j'dis. " Merci pour la proposition d'hospitalité, mais e suis attendu quelque part. Depuis bien trop longtemps. Une histoire vieille comme le monde. "

Sa main. elle me tend sa main après m'avoir donné son nom. Je fais quoi ? Je pose le morceau de bois dans la gondole, m'approche d'elle. Je frôle sa main de la mienne, puis je remonte vite le long de son corps jusqu'à arriver à son cou. Là, j'attrape délicatement sa capuche pour la faire basculer en arrière. " A présent, vous êtes Maeleene. Lorsque vous vous cachez, vous n’êtes pas vous même. Vous n’êtes parfaite qu'en étant vous. Cessez de vous cacher. Quant à mon nom ... J'en ai eu plusieurs. Mes frères et sœurs m'appelaient Crios. Ici, on m'appelle détenu 956-X24. Mes ennemis m'appellent la mort. Les autres m'appellent ... comment dit-on dans cette langue ... ? Ah oui, titan. " J'attrape sa main et dépose un baiser dessus. Voilà comment on conquérissait de mon temps. Politesse, délicatesse, attente, espérance. Je reprends le bâton pour nous remettre en route avant que quelqu'un n'arrive et ne voit ma toge rouge sang.
Revenir en haut Aller en bas
Maeleene

avatar
Messages : 223


MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Mar 21 Juil 2015 - 20:00



Maeleene



La Mandragora


Carnaval




Dissimulés par le manteau de la nuit, Maeleene et l'inconnu devisaient tandis que la gondole glissait sur cette eau trouble et croupie. S'ils avaient changé de cap, la demoiselle n'y avait pas prêté tout de suite attention, se perdant dans le fil de ses pensées. Tout était trouble depuis qu'il lui avait révélé son identité. Se moquait-il ? Le Carnaval permettait de revêtir bien des identités, les pauvres pour une soirée devenaient riches seigneurs, les riches seigneurs, de paisibles paysans sans soucis, sans le poids que l'on imposait aux grands de ce Monde. Sans penser à celui des petites gens. Cette nuit-là ils revêtaient des habits différents, cela ne voulait pas dire qu'ils pouvaient mentir sur leur nature.

En observant plus avant l'homme qui se tenait en face d'elle, Maeleene sut qu'il ne mentait pas.

Cela ne l'empêcha pas d'être à la fois surprise et curieuse. S'il disait vrai, si il était un Titan, que faisait-il céans à l'aider ? Il y avait les grands, les puissants, les petits, les faibles, et puis, il y avait les Autres. La jeune femme eut un très léger mouvement de recul quand tout à coup, Crios, en brisant la distance qui les séparait, fit tomber l'ombre qui dissimulait les traits de son visage galbe, ses prunelles pers et flamboyantes, sa chevelure rousse balayée par la main invisible du vent. Telle une oriflamme, la jeune femme brillait par sa simple présence, sans se rendre compte que son cosmos – en sommeil – se manifestait à mesure que les secondes filaient. Ne le quittant pas des yeux, un long frisson parcouru son échine quand il déposa un baiser sur le dos de sa main. Elle la retira vivement, comme si ce contact l'avait brûlé.

Avec empressement, la sorcière rouge rabattit sa capuche sur son visage devenu écarlate.

« Je … je n'ai pas le choix que de me cacher ! On me déteste, je suis un monstre. J'ai … » Elle avait reprit place dans la gondole, assise, le dos bien droit, les mains crispées sur sa cape et le visage rivé vers le sol. Honteusement. « Oubliez ça. »

Un long moment passa. « Si vous êtes bien le fils de Gaïa et d'Ouranos … que faites-vous ici ? Je ne descelle pas le mensonge dans votre voix, et je suis bien assez naïve pour vous croire Titan, mais, j'aimerai bien comprendre pourquoi. Vous étudiez la race humaine ? »

Hasarda t-elle en ayant un drôle de sourire. « Comme moi ? » Un petit rire s'échappa de sa gorge. « Vous avez joué le jeu du Carnaval, maintenant vous devez repartir … je le comprends. Je dois donc vous remercier alors. »

Maeleene eut la surprise de voir qu'ils étaient déjà arrivés à bon port. Une ombre passa devant son regard.

« C'est ici que nos chemins se séparent alors, Titan Crios. Merci pour vos conseils, concernant les ... » d'un geste vague, elle désigna le corps. « Peut-être … que l'on se reverra. »

Revenir en haut Aller en bas
Crios

avatar
Rôle : Titan des Galaxies, protecteur de Cronos, bras armé de la Justice titanesque, manipulateur diabolique
Messages : 324


Caractéristiques
Vie Vie:
190/190  (190/190)
Cosmos Cosmos:
190/190  (190/190)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   Sam 25 Juil 2015 - 13:48

" N'est monstre qui ceux qui se voient comme tel, signiorita. On ne nait pas monstre, on le devient. Que se soit par la société qui nous y passe, pour un geste, une parole, ou une personne. " Celui en prison pour avoir tué un homme par légitime défense en voulant aider une femme se faisant braquer est-il un monstre pour autant ? Celui qui vole des pommes pour nourrir sa famille et se fait couper les mains en remerciement est-il un monstre ? Ceux qui se retrouvent en prison parce qu'ils ont osé donner la main à quelqu'un sont-ils des monstres ? La notion de monstre est surfaite, elle change avec le temps et les mœurs. Pour moi, ce mot n'a aucune signification. Penser au fait que je sois un titan ne semble pas la déranger plus que ça. Vraiment étrange. Son comportement tout entier n'est pas celui qu'il devrait être. Serais-je tombé sur l'une d'elles ? Lorsque son cosmos émane de son corps, j'en ai la confirmation. La raison de ma venue ?

" Disons que j'ai droit à une libération temporaire pour bonne conduite. J'ai simplement ... atterris ici. Dans ce ... corps. " Arrivé à destination, voilà l'heure des adieux. Hier nous étions inconnus. Aujourd'hui nous nous connaissons. Il se peut que demain nous nous revoyons. Même si j'en doute. Prenez soin de vous, et cessez de penser ce que les autres pensent de vous. Ne devenez pas ce qu'ils pensent que vous êtes si vous ne voulez pas l’être. Soyez simplement fier d’être vous. " Un battement de cil plus tard, plus aucune trace de moi. Comme si je n'étais jamais arrivé. Comme si Maeleenne avait rêvé toute la scène. Comme si j'étais une partie de son imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB - Crios / Maeleene] Un soir de Carnaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Carnaval 2007 de Jacmel, une réussite
» Abolir ou rentabiliser le Carnaval en Haiti?
» Ce que les gens pensent du Carnaval et la question de l'insécurité au pays
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-