Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Sam 25 Avr 2015 - 15:57

Une remontée des enfers, cela ne s’improvise pas. Ce que je sais, c’est qu’à un moment donné, j’ai perdu tous les repaires qui étaient les miens. Là, dans les ténèbres du tribunal de Yade, je n’ai pas pu savoir quand nous étions ; le temps m’est déjà compté, et mes souvenirs me reviennent : Je me suis finalement fait abattre par la créature volante qui était la gardienne de je-ne-sais-quoi dans la prison de glace. J’ai protégé Athéna au péril de ma vie, j’ai combattu aux côtés d’Arès contre l’indicible terreur qui était tapie dans les tréfonds de cette prison… Et puis un dernier assaut a eu raison de moi.
J’ai pu monter et gravir le toit du monde pour prévenir Zeus de l’imminente mort de ses enfants. Il est parti dans une tornade d’éclairs, me donnant au passage quelque trace de sa confiance au travers d’un médaillon ; Certes, je lui ai demandé aussi comment retrouver Odin…

Et que peut-il bien se passer à présent dans la tour de glace ? Je ne peux pas y retourner mais déjà, je peux voir la neige arrêter de tomber comme si le combat séculaire qui devait s’y dérouler touchait à sa fin…
Autant ne pas jouer avec les nerfs d’une divinité telle que Zeus. Je n’ai pas tardé à partir du promontoire, je n’ai pas trainé pour redescendre alors que j’étais aux portes de l’Olympe… Autour de moi, les plaines commencent à dessiner quelques contours et lieux d’intérêts vers lesquels je peux me diriger…. Pour aller où d’ailleurs ? Retourner à Asgard, ce n’est pas pour tout de suite, il faut que je puisse prévenir le Sanctuaire que j’ai pu être aux côtés de leur déesse. J’imagine que eux en feraient autant que moi si l’inverse se produisait… peut-être pas en fait.
Un ruisseau, un cours d’eau salvateur… Je n’ai pas eu l’occasion de boire à ma soif depuis un certain temps alors je me lâche. J’en profite aussi pour nettoyer mon armure, ou ce qu’il en reste en tout cas. Ce n’est pas donné à tout le monde de prendre autant de risques et d’y perdre plus que sa carcasse. Les épaulettes sont éclatées, le plastron est troué en de nombreux endroits, seules mes griffes dans un métal spécial semblent ne pas avoir bougé là ou mes avant-bras ont reçu de nombreux coups.

Ashram ‘’qui ne ressemble plus à rien’’ devrait-on dire en vérité. En silence, j’enlève chacune des parties de mon armure pour finalement les nettoyer méticuleusement. Le sang qui y est séché ne rend pas grâce, loin de là, aux durs combats qui me sont arrivés. Et puis c’est à mon tour de me débarbouiller, tel l’asgardien que je suis, c’est entier et habillé que je rentre dans le ruisseau pour finalement m’y allonger de tout mon long et laisser couler les vaguelettes tout autour de moi. Je profite que quelques instant de paix intérieure mais hélas, il semblerait que ce ne soit pas fait pour durer. Quelque chose approche, quelqu’un qui se dirige clairement dans ma direction. Pas le temps de remettre mon armure, pas le temps de sortir… C’est trempé que je me redresse, attentif à celui ou celle qui ne tardera pas à se dévoiler à mon regard…


Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Dim 26 Avr 2015 - 20:02

Après un entrainement intensif auprès de son mentor Arianna, la jeune femme apprit l’art du combat dans le cercle vaillant parmi ses sœurs d’armes. Au fil du temps, elle s’endurcit mentalement et devint la plus fine lame du camp,  Ichta vit son évolution et fit de katharina son garde du corps. La jeune femme escortait la chef dans ses voyages et veillait sur le sommeil d’Ichta en gardant la porte de sa tente, lorsque l’aurore teinté le ciel de couleurs flamboyantes, une amazone aguerrie la remplaçait et la guerrière pouvait se reposait dans le dortoir commun. Lors d’une mission de sauvetage à Acrésios, elle rencontra le père adoptif d’alectryon et discuta avec lui :

Bonjour mademoiselle, je dois vous communiquer une information importante car votre frère a été choisi pour servir le prêtre du village et porte désormais l’armure du cardinal du feu. Il va bientôt rejoindre l’armée d’Arès dans le domaine de la guerre, je suis fier de mon fils !

Cette nouvelle bouleversa Katharina qui s’empressa de retourner au camp, elle entra dans la hutte de sa supérieur et lui parla de son projet de quitter ses fonctions de protectrice afin de se rendre à Sparte. La chef donna conger à sa subordonnée et celle-ci rassembla ses affaires afin de partir la nuit tombée, elle prit la direction du royaume d’Arès et traversa une forêt dense éclairée par la clarté de la pleine lune, elle entendit le hululement de la chouette effraie et le piétinement des cerfs silencieux. Elle marcha dans l’obscurité pendant plusieurs kilomètres et la fatigue commença à engourdir ses sens, son organisme faiblissait donc elle décida de s’allonger près d’un arbre et de dormir un certain temps.
Elle se réveilla et reprit sa route, elle parcourut la campagne macédonienne et vit des flocons  tomber du ciel nuageux, elle arriva au pied d’une montagne alpestre et arpenta un chemin blanc escarpé bordé de conifères, cette ascension pénible mettait à l’épreuve l’endurance de la jeune femme. Même si ses jambes s’enfonçaient dans le manteau d’albâtre, elle avança à son rythme et franchit le col de la montagne, soudain elle glissa sur une plaque de verglas et tomba dans une crevasse profonde. Elle fit une chute vertigineuse et atterrit sur un amas de neige compact dans une caverne gelée, elle se releva et longeât la paroi verglacée un long moment avant de se rendre compte que la glace des murs fondait. Plus elle s’aventurait dans la grotte et plus l’eau froide coulait sur sa main, la caverne se réchauffait. A un moment même, elle arriva dans un petit temple, ou se trouvait une armure ardente posée sur un socle en pierre, dès que Katharina se dirigea vers celle-ci, la cuirasse s’embrasa, elle toucha l’armure et la revêtit car les flammes de la brûlait pas, ainsi elle devint la berzerker de l’incendie. Elle se faufila derrière le socle et un mur de feu apparut devant elle, la guerrière le traversa et se retrouva à l’extérieur.

Pour passer inaperçu, elle franchit des villages inhabités et après une heure de marche, elle vit un cours d’eau calme passant au milieu d’un bois et fit une rencontre inattendue. Un homme vêtu d’une tunique bleu marine détrempée se redressa et dévisagea Katharina avec un regard énigmatique qui troubla les pensées de la jeune femme. Elle remarqua qu’il était épuisé et ses vêtements abimés laissaient apparaitre des blessures sur l’ensemble de son corps, des gouttes d’eau ruisselaient sur son visage blême aux traits tirés mais les yeux vert clairs du guerrier l’intriguaient beaucoup.

Méfiante, elle avait l’impression qu’il sondait son âme et elle sentit un cosmos très étrange comme s’il était habité par l’esprit d’un animal. Katharina s’approcha de la rive et vit une armure en piteux état posée sur le sol, elle se dit à elle-même « c’est dingue, cet homme a vécu l’enfer et sa cuirasse a l’air méconnaissable, il a surement combattu des ennemies redoutables ». Perplexe, elle s’adressa calmement au chevalier :  
Bonjour, je m’appelle Katharina Avrora et je porte l’armure du berzerker de l’incendie, je vais à Sparte pour rencontrer mon frère. Qui êtes-vous ?      
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Dim 26 Avr 2015 - 22:49

Comme je m’y attendais, voilà une personne qui s’approche ; franche et sans détours, elle franchit les quelques mètres qui nous séparent, tout en gardant une note de sureté. Elle scrute, regarde, tente de discerner qui je suis et son regard s’attarde sur mon regard. Quelle gueule je fais, je dégouline, trempé de la tête aux pieds. Si j’avais pu croire rencontrer quelqu’un par ici, j’aurai fait un effort de… présentation… Hélas, ce n’est certes plus possible. Les aléas de ces derniers temps sont on ne peut plus impossibles à prévoir. Je me plie aux desseins que d’autres ont tissé pour nous. Suis-je maître de mon destin ? A n’en point douter. Mais avant de me perdre dans mes pensées, je m’attarde un peu plus sur celle qui vient de se poster à quelques mètres de moi.

C’est une jeune demoiselle qui sous les plis d’une armure flambant neuve se présente à moi sans détours. Belle coiffure, aux aguets, fière, elle porte son plis avec panache, sans nul doute. Et au milieu de la simple évocation qu’elle fait, je note plusieurs choses : Katharina Avrora, Berserker… Sparte…
Je ne suis pas mauvais en géographie, de ce que j’ai pu lire dans la bibliothèque d’Asgard, le mont Olympe n’est pas si loin du Sanctuaire, de Sparte… Le monde helléniste m’ouvre ses portes. Il était donc possible que je rencontre quelque personne locale, qu’il s’agisse d’un saint ou d’un Berzerker. Dans les deux cas, cette rencontre prend un tournant particulier au vu des récents événements que j’ai connu. Bon. Sans trop me précipiter, si je lui rendais la politesse, ce serait déjà un départ…


- Je me nomme Ashram, je suis un Asgardien, protecteur de l’étoile d’Epsilon.

Ma voix était posée et juste. Je n’étais pas très bavard à cet instant précis. A vrai dire, je me trouvais des plus embarrassés. Là, les pieds dans le ruisseau, comment se faire passer pour un des plus illustres guerriers d’Odin sur terre ? C’était bien parti pour lui donner une première impression des plus foireuses en vérité. Inutile de se perdre en réactions étranges, je m’avance en essayant de barboter le moins possible, j’incline la tête en signe de salut et de respect


- Sparte ? Vous êtes une des protectrices au service d’Arès, le dieu de la Guerre ?  

Bien sûr qu’elle l’était, j’avais très bien entendu ce qu’elle avait déjà dit une première fois mais insister de la sorte prouvait que ce qu’elle m’avait dit était important pour moi. Je plissais les yeux, exprimant un regain d’intérêt certain pour la suite de ce qu’elle pourrait me dire. Je regarde les reliefs de son armure. Ca me rappelle la mienne lorsqu’elle est presque intacte. Un Charisme certain s’en dégage, c’est le personnage qui fait l’armure, pas le contraire, et je n’ai aucune peine à imaginer le pouvoir de l’incendie qu’elle a revendiqué lorsqu’elle s’est présentée à moi. J’observe à mon tour, mon regard croise le sien et puis… quelque chose qui semble la gêner… La nature de mon Cosmos ? Sans doute peut-elle ressentir ce qui me rend si différent des hommes ; en l’état, il sera temps pour moi de tuer le silence, encore une fois, en lui parlant sans détours.

- Je te demande de m’excuser ; Mon armure, moi-même, ait fait les frais d’un affrontement des plus meurtriers, il y a peu.

Je profite de ces quelques mots qui laissent planer le doute pour enlever le haut de ma tunique et l’essorer comme il se doit. Je peux supporter d’avoir des chausses et un pantalon trempé mais pour le haut, j’ai encore du mal.

- Tu connais la guerre, tu sais combien les combats peuvent être rudes… J’aurai aimé être présentable mais ce n’est hélas pas possible… Alors du coup, si je me suis trop avancé dans votre territoire et que tu es là pour m’intercepter… tu comprendras aisément qu’il me faille un petit moment avant d’être complètement sec… et opérationnel…

Ma toute dernière phrase était sur un ton amusé et désinvolte, bien que je ne saches pas les réelles intentions de la Berzerker à mon égard. En attendant, je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 28 Avr 2015 - 17:31

Déstabilisée, Katharina observa à nouveau le voyageur barbotant dans le ruisseau et réfléchit à une solution efficace afin de l’aider car son état de santé était préoccupant. Même si la jeune femme faisait désormais partie de l’armée du dieu de la guerre, elle refusait catégoriquement de ressembler à une brute épaisse sans cervelles qui tape sur tout ce qui bouge sans raisons, elle voulait conserver certaines valeurs morales.
 

Elle se sentait prête à combattre aux côtés de ses frères d’Armes et se sacrifier pour protéger ses dieux ainsi que ses supérieurs. La jeune guerrière avait un destin tout tracer, suivre les traces des berzerkers et porter la cuirasse flamboyante de l’incendie. Elle préférait mourir que de supporter une vie de femme soumise et mariée de force à un noble grecque afin de consolider des liens commerciaux entre deux familles de haute lignée. Anxieuse, elle redoutait le moment où elle devrait comparaitre devant le triumvirat guerrier et se demanda  serais-je à la  hauteur de leurs attentes ?

Katharina resta un moment pensive et le combattant la salua en déclinant son identité :

Je me nomme Ashram, je suis un asgardien, protecteur de l’étoile d’Epsilon  

La jeune femme se souvint d’un cours de géographie enseigné par son précepteur Pangloss et se rappela qu’asgard était un territoire du nord recouvert de glace situé en Scandinavie. Durant son enfance, elle étudia la mythologie romaine et nordique mais ne pensais pas rencontrer un guerrier divin d’Odin se trouvant si loin de sa patrie. En entendant les paroles d’Ashram, elle murmura en son for intérieur « ah c’est intéressant, chaque combattant d’Asgard est représenté par une étoile, pourtant aucun livre ne traite de cette information ».        
En voyant l’asgardien embarrassé de patauger dans l’eau et de ne pas être présentable, un sourire s’afficha sur le visage de la berzerker qui s’approcha de lui pour le rassurer et répondre à ses questions :

Ashram tu n’as pas besoin de t’excuser, je ne suis pas là pour te juger et je n’imagine même pas les épreuves que tu as enduré. J’ai frôlé la mort plusieurs fois en combattant des renégats qui voulaient s’en prendre aux amazones et les entrainements étaient terribles.
                                 

Pour l’instant je n’ai pas d’intention belliqueuses à ton égard chevalier, tu sais nous sommes aux abords de la zone d’influence d’Arès, et je viens juste d’obtenir mon armure donc je n’ai pas reçu de mission te concernant. Par conséquent, si tu n’en as pas  non plus, je ne vois aucunes raisons d’engager un combat. Je vais allumer un feu afin que tu puisses sécher tes vêtements.

Katharina alla chercher des branches sèches dans le bois et utilisa son cosmos pour les enflammer, puis elle s’assit sur l’herbe et sortit des vivres de son sac. Le soleil se coucha à l’horizon et le crépuscule plongea la terre dans l’obscurité.  
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 28 Avr 2015 - 20:34

Je n’étais pas tombé sur une furie. C’était préférable et en même temps, je ne savais rien ou presque rien des guerriers d’Arès. Tout juste quelques informations générales. Il y a les 4 cavaliers, à ce qu’il me semble mais c’est à peu près tout ce que je savais. Elle me parle, je devine encore cette gêne lorsque subitement elle détourne le regard. Elle a parlé des amazones ; si ça se trouve elle en était une et je me trimbale torse nu devant elle sans pudeur d’aucune sorte. Avec assez de rapidité, je remets ma tunique, elle pourra se douter que j’ai compris. A l’écart du monde, vivre comme elle a pu le faire pendant toutes les années de son entrainement, ce n’est pas chose courante ; D’autant plus difficile de reprendre pied avec la réalité. Enfin, de ce que je perçois d’elle, elle est loin d’être perdue dans la situation actuelle. Elle s’approche de moi et tente de me rassurer sur ses intentions, puis elle se met en quête de bois sec et allume un feu en quelques instants.

- Marrant, je n’ai pas ce genre de talents. En même temps, vu que tu es dépositaire de l’armure de l’incendie, j’aurai pu me douter de tes capacités.

Je sors de l’eau. Je me rapproche de la terre ferme sans plus de cérémonie pour finalement m’asseoir à mon tour à côté du feu.

- Je n’aurai certes pas été apte à me battre comme tout Berserker l’attendrait d’un adversaire. Alors le statu quo me va. J’ai eu mon quota de combats pour des semaines, je pense. Je n'aurai pas fait le poids longtemps dans ce petit ruisseau...

Je souris et m'amuse légèrement de ma petite remarque puis j'en profite pour prendre une brindille que je casse en deux et que je mets dans le feu, comme pour aérer mes propos. Elle m’a parlé de quelques trucs la concernant, autant rebondir et lui témoigner de l'intérêt et puisqu'elle a ouvert son sac à provisions, j'en profite pour mettre la main sur le mien et sortir un lièvre frais et cru, prêt à consommer en somme. Je croque à mon tour puis le lui tends sans autre forme de procès.

- Si tu en veux un bout...

Et puis je passe dans le vif du sujet.

Tu as été Amazone avant d’avoir cette armure ? Si tel est le cas, tu dois être redoutable à plus d’un titre ; on raconte que chaque représentante de ce peuple a des nerf d’aciers et est une redoutable combattante, si j’en crois les informations que j’ai lu dans quelques incunables.

Je n’ai pas encore tout à fait régénéré de mes blessures, j’ai encore des marques profondes et elle a pu le remarquer sans trop forcer. Elle aura pu noter que je ne me plains pas de la douleur, plutôt suis-je soucieux du temps que ces marques et ses entailles mettront à disparaitre. La nuit se fait, doucement, surement. J’aimerai voir la lune monter, être certain que mon frère puisse la voir aussi, une lanterne à laquelle se fier dans un périple bien sombre… Machinalement, je montre le ciel tout en m’exprimant


- Tu as un frère que tu vas rejoindre ? J’ai laissé le mien à Asgard et je pense que je ne suis pas encore prêt de rentrer. Loin de ses terres, l'être intérieur crie pour se diriger à nouveau vers les portes de son royaume...

Une pensée profonde m'anime, ce que je viens de dire est très intérieur. Je redresse un peu la tête, mon regard croise à nouveau le sien. Peut-être s'est-elle demandé à quoi je pouvais bien penser.

Tu as raison lorsque tu dis que j’ai pu traverser de rudes épreuves, tu seras encore plus surprise d’apprendre que c’était aux côtés d’Arès, ton seigneur et maître…

Je laissais un peu de temps pour tempérer mes propos et lui laisser le soin de répondre à chacune de mes interventions.
En l’état, je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Ven 1 Mai 2015 - 13:57

Alors que Katharina faisait griller les truites au-dessus du feu, elle observa Ashram et l’aperçut torse nu, elle rougit et regarda ailleurs, le guerrier remarqua son mal être  et se rhabilla rapidement. Quand elle vivait parmi ses sœurs d’armes, elle ne rencontra que peu d’hommes et ceux qui avaient l’impudence de pénétrer dans la forteresse pouvaient dire adieu à la vie.
Soudain le feu menaça de s’éteindre et Katharina réagit promptement en mettant quelques branches sèches dans le brasier, elle n’avait aucune difficultés pour allumer un foyer mais ne maitrisait pas à cent pour cent son cosmos, elle devait encore progresser afin d’être digne de porter la cuirasse de l’incendie.

Le protecteur de l’étoile d’Epsilon décida de sortir du ruisseau et s’assit près du feu, il savait qu’il n’était pas en état de combattre un Berzerker et le fait de tomber sur une combattante raisonnable le rassura. En voyant la jeune femme dévorer des yeux le poisson au doux fumet, il en profita pour prendre un lièvre frais dans son sac et proposa à Katharina de déguster ce gibier en sa compagnie. Elle refusa poliment car elle n’avait pas l’habitude de manger de la viande crue.
 

L’asgardien engagea la conversation sur les amazones, prit la parole et posa quelques questions sur celles-ci.

Oui, elles m’ont accueilli au sein de leur communauté. Répondit la jeune femme. Après avoir réussi les tests d’aptitudes physiques imposées aux nouvelles, j’ai appris dans le camp que les amazones étaient une légende car  cette société matriarcale rassemblait des macédoniennes courageuses fuyant la dictature des hommes qui ont suivi une formation éprouvante pour devenir des guerrières impitoyables.
Elles vivent selon les principes des amazones mais n’en sont pas. Je sais manier l’épée et me battre grâce à elles.  
     

La jeune femme voulait aider le chevalier à se remettre de ses blessures douloureuses en lui faisant une proposition :

Ma question risque de te paraitre incongrue vu la situation, si tu l’acceptes je peux utiliser ma cosmo-énergie pour cautériser tes plaies les plus profondes.

La lune illumina la clairière et, sans attendre la réponse, Katharina expliqua à son interlocuteur que sa famille biologique avait rejeté son frère jumeau à la naissance et cette séparation avait engendré chez elle un sentiment de révolte, c’est pourquoi elle désirait se rendre à Sparte et le rencontrer au plus vite. Ashram eut une pensée nostalgique pour son frère qui résidait à Asgard,  il  s’adressa à la berzerker et lui révéla une information importante :

Tu as raison lorsque tu dis que j’ai pu traverser de rudes épreuves, tu seras encore plus surprise d’apprendre que c’était aux côtés d’Ares, ton seigneur et maître…

Hein ! J’hallucine, tu as eu l’honneur de rencontrer un dieu aussi puissant ! Et combattre à ses côtés ! Ah je ne connais pas grand chose au sujet de mes frères d'armes, s'il te plait Ashram je veux savoir la suite
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Sam 2 Mai 2015 - 16:03

J’écoutais le récit de ce qu’elle voulait bien raconter. Sans trop de réserve, elle exprimait ce qu’elle avait fait, répondait à mes questions sans détours. Peut-être qu’il n’y avait pas de secret après tout ; manier l’épée ? Je comprenais mieux pourquoi elle en portait une. A vrai dire, je ne savais rien des arts de la guerre grecs, enfin de leur répartition, de leurs grades, de leurs attributions. J’imagine que chaque combattant d’Arès devait, a juste titre, représenter un penchant de l’art de la guerre.

- Tu as de la chance de savoir d’où tu viens. Ce n’est pas le cas de tout le monde. J’ai toujours cru que je venais au-delà de la porte des mondes dont Yggdrasil est le seuil mais je n’ai aucune preuve de ce que j’avance. Alors crois-moi, chaque certitude que tu as est quelque chose de précieux, surtout dans notre monde, au-delà des espérances des mortels. Le fléau et le destin nous touchent bien plus, en tout cas, il me semble que c’est une donnée commune à ceux qui accèdent un jour aux responsabilités qui sont les nôtres.  

Le feu a bien prit. Elle aura refusé un morceau de viande crue, je n’insiste pas plus. Au lieu de ça, je me débrouille pour mettre ce morceau à cuire. Il pourra sans doute un peu plus l’intéresser de cette façon-là. Ce qui importe à l’Asgardien que je suis, c’est l’échange ; elle a sorti de ses provisions, j’ai sorti des miennes. Elle en profite pour me relancer sur mes blessures. Oui, c’est clair, j’ai morflé un peu plus que de raison ; des rayons spectraux, des explosions, des charges de taureau, des missiles magiques… des…. Et cautériser mes plaies les plus profondes ? J’ai un léger sourire.


- Ce n’est pas une question incongrue…  Mes blessures ont commencé à cicatriser il y a peu, j’arrive à bouger, ça n’a pas l’air si grave mais on ne sait jamais, tu as raison. Et du coup j’ai moi aussi une question à ton attention ; tu peux m’assurer que c’est bien par le feu qu’on peut soigner ce genre de blessures ?  Et que je n’aurai pas de cicatrices disgracieuses avec cette méthode… ?

Et puis la voilà d’un bon d’un seul réagir à mon annonce. Combattre aux côtés d’Arès, d’Athéna, ça n’avait pas été un événement banal mais elle voulait en savoir plus ; impatiente, sans nul doute, avant d’en dire plus j’allais lui apporter un semblant de tempérance qui pourrait l’amuser ou l’impatienter un peu plus au choix. Je redresse ma tête, j’appuie mon regard un peu plus et lui pose la question :

- Je peux raconter ce qu’il m’est arrivé aux côtés de ton dieu, bien entendu, mais toi, tu n’as pas répondu à ma question. Je peux accepter des soins de la part d’une inconnue, c’est certain mais je ne voudrais pas finir comme ce morceau de lapin, moi, je suis encore cru, tu vois ?  

J’en profitais pour le sortir du feu et lui tendre sans cérémonie, un rire franc en guise de ponctuation, elle aura compris le trait d’humour, sans nul doute. J’avais mis en pause sa demande à propos d’un récit qu’elle souhaitait connaitre, mais c’était pour mieux l’intriguer.
En l’état, je n’avais plus rien à dire… Pour le moment !
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Lun 4 Mai 2015 - 19:10

Katharina savait que le chevalier n’avait pas d’intentions belliqueuses à son égard et  ne craignait rien. Même si son interlocuteur était un inconnu, elle décida de s’exprimer librement sans rien lui cacher, la jeune femme n’avait pas froid aux yeux et ignorait ce que la vie lui réservait car elle pouvait être imprévisible et cruelle.  

Ah tu es bien venu au monde quelque part, c’est étrange, tu as pourtant un frère à Asgard, si tu as des doutes sur tes origines, poses lui des questions à ce sujet, il pourra peut-être te répondre.  
 

Le chevalier n’insista pas et mit le morceau de viande à cuire sur le feu puis posa des questions à la jeune femme. Interloquée, elle réfléchit durant quelques minutes et essaya de trouver les mots justes afin de ne pas dire de sottises à son interlocuteur soucieux :

Heu je me suis peut-être un peu emballé en te proposant cette solution, je ne sais pas si le feu est la meilleure méthode pour guérir ce genre d’entailles et tu risques d’avoir des cicatrices mais elles finissent par se refermer.
Par contre, j’ai des connaissances en herbologie, certaines plantes soulagent la douleur et d’autres servent à désinfecter les plaies. Je pense qu’il serait préférable de trouver un médecin mire compétent pour te soigner.        
                 

Stupéfaite, elle regarda le guerrier divin d’Odin et se dit à elle-même « non mais je rêve, il a été le témoin et le participant de scènes de combats apocalyptiques et se soucie encore de son apparence, je ne savais pas qu’il y avait des chichiteux chez les asgardiens ». Soudain, Katharina sursauta en entendant les propos d’ashram car elle apprit que le nordique avait combattu aux côtés d’Arès. Puis il prit la parole :
Je peux raconter ce qu’il m’est arrivé aux côtés de ton dieux, bien entendu, mais toi, tu  n’as pas répondu à ma question. Je peux accepter des soins de la part d’une inconnue, c’est certain mais je ne voudrais pas finir comme ce morceau de lapin, moi, je suis encore cru, tu vois ?    

Katharina comprit la boutade d’ashram et plaisanta à sa manière mais elle trépignait d’impatience de connaitre la suite de l’histoire, son cosmos s’intensifia :    

Je n’ai pas l’intention de te transformer en lapin carbonisé pour l’instant, cela risque de sentir le poil de chien brulé, ce n’est pas terrible. Si tu étais mon adversaire, j’aurai surement pris un malin plaisir à te rôtir à la broche. C’est pourquoi, je vais me contenter d’allumer le feu vu que je suis une experte en la matière ! Ou de faire chauffer de l’eau pour se laver.

Je t’en prie Ashram, vides ton sac !, ton récit parle de mon dieu, j’aimerais vraiment entendre la suite sinon ce serait dommage que tu deviennes une chipolata grillée, je plaisante bien sûr ou pas.  
   

La jeune berzerker accepta avec plaisir le morceau de lapin sorti du foyer et croisa son regard avec un sourire moqueur.
             
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 5 Mai 2015 - 22:22

Je me sens un peu plus apaisée depuis un petit moment. Les flammes du feu ? La nourriture que je peux enfin savourer ? Les yeux de la Berserker ? Non. Juste le simple fait que depuis très longtemps je n’ai pas pu me poser quelques instants. J’aurai pu me faire vaporiser chez Zeus et pourtant j’ai trouvé le courage de gravir le mont et de sonner à la porte de l’Eden. Ca aussi, il faudra que je le raconte lorsque le moment sera venu, j’espère que j’aurai le temps de survivre pour le faire, sinon, je serai comme tous ses soldats anonymes qui un jour renversent le cours de la bataille puis disparaissent sans qu’on sache ce qu’ils avaient fait de si capital.

- Tu sais, comme je t’ai dit, il semblerait que je ne sois pas de ce monde. Ce que je sais, c’est que j’ai été ramené par Odin par-delà les limbes, par-delà la mort. Et pour mon frère, c’est un loup. C’était trop dangereux pour que je le prenne avec moi. il est doué de raison et se serait sans doute fait tuer pour me protéger.

Je lui laissais le temps de réaliser ce que je venais de dire. Soit elle allait penser que par affection je le considérais comme un frère, sois qu’il était vraiment un frère, et dans ce cas précis à espérer qu’elle fasse le lien avec mes yeux.


- On m’a dit que pour se souvenir de ses combats, un guerrier devait conserver ses cicatrices. Chacune peut raconter un combat et je n’échappe pas à cette règle.  Toi non plus, tu n’y couperas pas, tu connais aussi cette loi.

Et alors que je relevais ma manche, je commençais à énumérer mes cicatrices,  celles qui pouvaient me rapprocher aux yeux de la combattante d’Arès d’un combattant pour qui jamais le temps de s’arrêter n’est venu. Et pointant 4 ou 5 traces significatives tout en argumentant sur leurs origines, j’arrive sans détours à une profonde plaie qui a tout juste eu le temps de se refermer.

- Lorsqu’Athéna est tombée en catatonie, Ton dieu luttait déjà contre une aberration. Il devait garder toutes ses forces, le combat allait être très violent. J’avais donné quelques coups mais la créature a ouvert la bouche pour tirer un rayon mortel sur Athéna et je me suis interposé, comme tu peux le voir ici… et sur mon armure là-bas.

Effectivement, mon torse a été frappé sur les côtes flottantes. Elle a marqué l’impact, ma chair aura marqué le reste. Katharina aura sans doute compris qu’en énumérant de la sorte quelques épreuves que j’ai pu avoir, je l’ai amené à connaitre ce qu’elle crève d’envie de savoir, le moment traversé avec Arès. Elle a augmenté son cosmos. L’incendie qui est en elle n’est pas usurpé, elle veut savoir avec passion. Et pourtant, ce n’est pas de ça dont je vais parler tout de suite.


- Je ne suis pas certain que mes blessures s’infectent mais on ne sait jamais, si tu penses qu’une ou deux méritent ton attention, ou bien qu’une médecine à base de plantes semble appropriée ça pourra me permettre de rentrer chez moi plus rapidement peut-être.

Quelle diablerie, voilà qu’elle me parle sans détours, que je risque gros à lui retenir plus longtemps les termes les plus croustillants de mon récit. Telle une mante religieuse, pourrait-elle s’en prendre à moi lorsqu’elle connaitra tout ce qu’elle désire savoir ? J’éclate de rire et coupe court au silence qui est tombé sur les lieux.

- Je ne suis pas comestible et si je grille, je ne sens pas le poil de chien grillé… J’ai plus du sang de loup que de chien, tu sais… ! Et si tu te demandes quelle différence il y a entre les deux, saches que le loup ne donne la patte que s’il le souhaite et pas forcément quand on lui demande.

J’avais bien rit, j’imaginais tout un stratagème pour arriver à me faire rendre gorge de la manière énoncée et puis…

- Il te faudrait une broche hors normes, tout ça n’est pas très sérieux. Par contre, faire chauffer de l’eau, c’est une idée ; Je ne suis pas tout à fait présentable comme je t’ai dit et surtout, je ne voudrais pas te laisser un souvenir médiocre.

Encore un sourire qui dénotait du peu de sérieux d’une telle remarque, quoi qu’en fait… C’était bon de rire un peu après avoir frôlé la mort, avoir enduré tout ça. Au départ, j’aurai pu croire que cette rencontre serait un problème de plus mais finalement ce n’était pas le cas. Bon, Il me fallait parler plus avant de ce récit pour lequel la température ambiante manquait de peu de s’élever brusquement. La p’tite demoiselle ne manquait pas de punch ni de caractère. Je décidais de lui livrer quelques bribes de plus pour la maintenir à chaleur constante sans risquer l’explosion.


- Il faut savoir que le terrible hiver qui est tombé sur le monde a trouvé ses origines en Asgard ; après quelques péripéties, je suis arrivé auprès d’une tour d’ivoire en compagnie d’un chevalier d’Or d’Athéna. On a combattu 2 créatures jumelles et a terme j’ai été aspiré dans la structure. Des bruits de combat m’ont attiré vers un lieu précis et c’est de cette façon que j’ai trouvé Athéna. Nous avons échangé, marché et puis une créature a fait son apparition, une créature ailée.

Je tempérais mes propos quelque peu, attrapant quelques brindilles pour faire repartir le feu.

- Nous avons combattu un instant et Arès est arrivé lui aussi sur les lieux de notre combat. Asgard, Sparte et le Sanctuaire réunis en un seul lieu pour lutter contre ce qui ne peut être. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour apporter soutien et aide à ton dieu. J’ai feinté la créature, apporté ma protection à Athéna, proposé mon concours à Arès. Le Père d’Asgard aurait sans doute aimé être là, je n’ai fait que me comporter comme mon rang l’exigeait. J’avais la ferme conviction que… autant Athéna, Arès ou moi, combattions pour quelque chose de juste.

Devrais-je tout dire tout de suite ou bien tempérer mes propos encore une fois ?  Je décidais de donner un peu de délai à la Berzerker, qu’elle réagisse.
Et puis… C’est vrai que je me sens apaisé ici… Les flammes du feu semblent aider un peu…  La nourriture me redonne des forces… et pour être certain qu’il n’y a rien de troublant dans les yeux de la Berserker, je m’en assure en y replongeant une fraction de seconde seulement.

Je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Sam 9 Mai 2015 - 0:37

Les yeux de la jeune femme s’illuminèrent, elle était prête à entendre l’histoire du chevalier et mangea avec appétit le morceau de viande cuit sur la braise. Ashram reprit peu à peu des forces car des couleurs apparurent sur son visage blanc comme la neige, il pouvait enfin se reposer près d’un bon feu après un périple harassant. Il finit par découvrir le tempérament de feu de son interlocutrice et se demanda s’il allait vivre assez longtemps pour lui raconter ses péripéties, puis il prit la parole et dévoila une information des plus surprenantes à la berzerker de l’incendie :

Tu sais, comme je t’ai dit, il semblerait que je ne sois pas de ce monde. Ce que je sais, c’est que j’ai été ramené par Odin par-delà les limbes, par-delà la mort. Et pour mon frère, c’est un loup. C’était trop dangereux pour que je le prenne avec moi. Il est doué de raison et se serait sans doute fait tuer pour me protéger.  

C’est la première fois que Katharina rencontra un guerrier aussi atypique venant d’un monde spirituel, certaines de ses paroles attristèrent la jeune femme murmurant en son for intérieur « Séparé de son frère, ashram doit se sentir seul car les liens fraternels sont sacrés ». Elle sortit de ses songes et s’adressa à l’asgardien :  

Je comprends mieux pourquoi ton regard  m’intriguait autant, tu viens des limbes et tu t’es réincarné dans le corps d’un guerrier divin d’Odin, mais tu as gardé les yeux du loup, c’est fascinant.

Stupéfaite, elle observa les cicatrices du protecteur de l’étoile d’epsilon et prit conscience qu’il était un combattant redoutable, si elle devait l’affronter lors d’un duel, elle ne ferait pas de vieux os. Soudain, l’esprit de Katharina  s’assombrit, elle enleva son armure et sa veste en cuir, puis montra une ancienne blessure sur son épaule au chevalier.

Tu as raison je connais cette règle, un mercenaire s’est introduit dans notre forteresse et a menacé mon mentor avec une dague, je me suis interposée et ce renégat m’a infligé cette entaille avant de s’enfuir comme un lâche ![/b]  

Par contre tu parles d’une aberration, de quelle créature s’agit-il ? Sa puissance devait être considérable pour assommer une déesse aussi forte.

La jeune femme ne pouvait pas réparer son armure mais décida de s’occuper de ses cicatrices, elle se leva et cueillit dans le bois de la lavande ainsi que du genévrier commun, ensuite elle se dirigea vers le ruisseau et mit un peu d’eau dans le récipient. Elle chauffa l’eau et écrasa les plantes avec un  petit bâton en bois puis appliqua la préparation médicinale sur certaines plaies. Quand le guerrier parla de « son sang de loup », katharina repensa à la cosmo-énergie troublante qui bouleversa son esprit et aux griffes présentes sur la cuirasse abimée.  

Bon je vais devoir acheté une broche taille XXL pour savourer du loup rôti à la sauce barbecue.      

La jeune berzerker se concentra et l’écouta attentivement, elle attendit que son interlocuteur finisse son récit passionnant avant de prendre la parole :

Ton histoire me rappelle les douze travaux épiques du demi-dieu Hercules, je te suis redevable d’avoir aidé mon dieu, merci Ashram.
Sais-tu pourquoi cet évènement dévastateur provient de ta patrie Asgard ?              

                   
   
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Sam 9 Mai 2015 - 11:45

Ainsi donc, elle avait compris une part de mes origines. C’est vrai que je ne suis pas très bavard à ce propos, du moins directement. Je ne fais qu’en parler de façon lointaine, sans insister, libre à ceux qui entendent de comprendre, de se laisser guider par leur instinct, comme je le peux aussi lorsqu’on fait la même chose pour moi. Et puis, on m’a déjà dit que je reflétais une part étrange, une part mystérieuse, fascinante parfois. L’attention que l’on porte à mon regard en est le témoin.

- Ce qui importe c’est de quelle manière on utilise le don qui est notre. Je me souviens de très peu de choses, avant mon retour. Mais une chose est certaine, j’étais aussi un combattant, un protecteur en vérité.

Je lui ait montré quelques unes de mes cicatrices, elle à quitté son plastron et sa tunique pour me montrer les siennes. Et c’est avec l’attention du guerrier que j’écoute son récit, elle aussi a reçu les enseignements des combats en situation réelle pour tendre vers la perfection. En attendant, les amazones semblent parfaites dans leurs formes.

- Je n’ai pas eu à affronter d’assassins, pas encore. Tu as survécu, tu as préservé ton mentor, en cela, tu as agis tel que tu le devais.

Elle sera allée dans les bois pour récupérer quelques plantes. Il semblerait que mon autorisation à le faire était attendue. Je reste silencieux mais pensif. Soucieux de faire ce qu’il reste, de ne pas laisser mon devoir de côté. Mais il faut que je sois en état de le faire. Le sanctuaire, c’est une chose de se rendre au Sanctuaire mais ensuite, il faudra encore que j’aille à la recherche de renseignements pour retrouver la trace d’Odin. Je reste silencieux lorsqu’elle prépare, lorsqu’elle use de son baume à mon attention mais j’arrive à sortir de mes pensées :

- Je reste  convaincu que la guerre  n’est qu’une forme de politique, lorqu’elle est issue de ceux qui gouvernent le monde. Mais ce qu’il s’est passé dans la tour d’ivoire, ce qui est lié à cet hiver infernal, c’est autre chose. C’est la volonté Nihiliste d’un esprit puissant de reprendre ses droits sur un monde qui lui a échappé il y a des milliers d’années.

Car il fallait bien que je lui réponde. Elle avait des interrogations justes et posées. J’aime les personnes mesurées, même si l’incendie crépite toujours un peu chez elle. Et puis voilà qu’elle me compare à un demi-dieu alors qu’elle soigne toujours mes plaies.

- Nous sommes tous des demi dieux en puissance, tu ne trouves pas ? Nous en avons presque les devoirs et les responsabilités. Hercule n’était-il pas le fils de Zeus ? pouvait-il être un de ceux qui portent l’armure et dont la légende à traversé les siècles ? Altérée, certes mais parvenue jusqu'à  nous ?  Moi, je suis fils d’Odin, Tu es fille d’Arès, c’est à nous d’écrire notre légende et de faire qu’elle traverse les siècles, comme nos blessures de notre vivant prouvent quel combattant nous sommes, lorsque nous ne sommes plus que poussière, que laissons-nous vraiment ?    

C’était fou, ce que je venais de dire était irréel. Je n’avais jamais pu évoquer aussi bien qu’en cet instant mon désir de faire de chaque moment de mon existence un moment héroïque. Que faire d’autre sinon ? Comment honorer ma condition auprès d’Odin ? Elle aura compris ce qui anime chaque battement de mon cœur. Oui, chacun construit sa légende et je veux que la mienne traverse les siècles… Lorsqu’elle me demande ce que je pense de cet événement destructeur, de ce terrible hiver, je redresse la tête pour lui répondre en des termes qu’elle ne pourra que comprendre.

- Comme nous, la terre possède ses propres cicatrices, témoins de combats anciens, et certaines n’attendent que de se rouvrir pour déverser leur sang. Je crois que c’est aussi à cela que nos combats sont destinés.

Je reste tout de même très stupéfait par ce qu’il se passe. Je n’ai jamais encore laissé quelqu’un m’approcher de si près. Je ne suis ni dans le palais de Walhalla, ni aux portes de la mort mais tout me fait penser à ce que je pourrai y connaitre en définitive. Qu’une Berserker d’Arès soigne mes plaies de la sorte est déstabilisant. Et je m’efforce de rester le plus neutre, tel que je suis capable de le faire.


- Tu sais, chez nous, il y a des combattantes émérites qui apportent des soins aux combattants d’Asgard comme tu le fais, des vierges de bataille puissantes et belles à en mourir. Je n’aurai jamais imaginé en rencontrer une loin de mes terres… peut-être l’étais-tu dans une autre vie…

Il n’y avait aucune forme de sous entendu dans cette phrase. Il s’agissait d’une comparaison associée à un compliment sincère. Mais en tout cas, je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 12 Mai 2015 - 16:14

Katharina connaissait à présent une partie des origines d’Ashram et ne détourner plus le regard quand elle croisait celui du chevalier, elle s’habituait peu à peu à son cosmos étrange. Avant sa réincarnation, le nordique était un loup courageux  protégeant  sa famille, son clan  et n’avait pas peur d’affronter des adversaires farouches. Pour l’instant, la jeune berzerker employa son savoir pour aider un combattant blessé et utilisera son don pour servir ses dieux ainsi que ses supérieurs à Spartes.

La jeune femme accomplit son devoir en empêchant le scélérat d’ôter la vie à son mentor qui lui apprit les rudiments du combat et l’art de soigner avec des plantes médicinales. Elle considéra les amazones comme sa famille pendant des années car ces macédonniènes l’acceptèrent  avec ses qualités et ses défauts tout en prenant soin d’elle mais Katharina ne savait pas si elle reverrait un jour ses sœurs d’armes. Durant quelques secondes, l’asgardien réfléchit et s’adressa à son interlocutrice :

Je reste convaincu que la guerre n’est qu’une forme de politique, lorsqu’elle est issue de ceux qui gouvernent le monde. Mais ce qu’il s’est passé dans la tour d’ivoire, ce qui est lié à cet hiver infernal, c’est autre chose. C’est la volonté Nihiliste d’un esprit puissant de reprendre ses droits sur un monde qui lui a échappé, il y a des milliers d’années.  

Je pense surtout que la guerre est à double tranchant car elle permet de reconstruire une nouvelle société en relançant l’économie mais reste un fléau pour l’humanité. Après, c’est la raison de vivre des berzerkers, nous avons été choisis pour obéir aux ordres et tuer nos ennemis s’il cela est nécessaire. Cette bataille a surement fait de nombreuses victimes et a marqué les esprits des guerriers se battant contre ce monstre infâme. Tu parles souvent de la tour d’ivoire dans ton histoire, que représente ce monument ? S’agit-il d’un sanctuaire ?    

La jeune femme écouta le chevalier et comprit que chaque combattant avait  un destin à suivre et devait  se comporter de manière irréprochable  afin  de rester gravé dans les mémoires des gens. Katharina désirait construire sa légende mais ne se considérait pas comme  fille d’Arès, elle était juste un soldat du dieu de la guerre.

La guerrière désinfecta les blessures du protecteur de l’étoile d’Epsilon, il l’observa et lui fit un compliment qui réchauffa son âme sensible, elle devint toute rouge et plongea son regard dans le sien:

Merci pour ses paroles Ashram, elles me touchent beaucoup, mais je n’ai rien fait d’exceptionnel, je veux surtout que ta santé s’améliore. En tout cas, j’admire ces femmes bienvaillantes pour leur dévouement envers les autres et si j'ai vécu dans une autre existence, j'étais peut-être une personne hors du commun.        

                 
   
     
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mer 13 Mai 2015 - 15:35

La guerre, c’était le sujet vers lequel nous avions dérivé au gré de nos conversations. Je n’avais rien contrôlé pas plus qu’elle. Et pourtant, qui mieux que les serviteurs d’Arès pouvaient en parler ? Les Cavaliers de l’Apocalypse, les Cardinaux, les Berzerkers, autant d’illustres titres que je découvrais tout du long de cette rencontre fortuite. Etait-il souhaitable que cela continue ainsi ? Entendons-nous bien, je n’avais rien contre le fait de parler, de débattre, de partager. Cependant, il ne fallait pas se leurrer, si un jour la guerre devait éclater entre Asgard et Sparte, que ferions-nous elle et moi face à face ? Tisser des liens n’est pas qu’un avantage, hélas… Quelle connerie la guerre, virgule, Barbara, point d’exclamation !


- Et si nos peuples se battaient un jour, serions-nous capables d’oublier les paroles échangées en cas de confrontation, toi et moi ?

Je laissais quelques instants filer…

- Je pense que ceux que nous sommes ont plus à gagner dans la collaboration que dans l’affrontement. Tu vois, je ne veux pas dire qu’aider Arès était exemplaire ou a fait de moi quelqu’un d’autre mais… Mais la leçon que j’ai retenu c’est qu’il faut savoir mettre de côté certaines choses pour l’entendement commun.

Plus encore, je songeais à sa dernière question, à propos de la tour d’ivoire. Je n’avais pas terminé mon récit, il y avait encore à dire d’ailleurs, je ne savais pas trop comment aborder la chose. J’étais intrigué par autre chose puis absorbé par les mouvements erratiques du jeu… Au travers des braises, je la revois et je l’entends parler à nouveau, tel que ce fut déjà le cas il y a quelques jours. Quid de ces visions étranges qui m’assaillent et dont je ne sais rien, pas même de qui il peut s’agir ? Elle a les cheveux et la peau blanche…  Et pour chasser cette pensée soudaine, reprendre mes esprits, je mets quelques brindilles de plus pour entretenir le feu…

- Tu n’as pas à me remercier ou rougir, j’ai hélas un travers qui fait que parle souvent sans détours, j’exprime ce que je ressens… à haute voix et un peu trop fort aussi parfois…  

Un sourire, une gorgée d’eau, il fallait peut-être que je termine mon récit mais l’incendie qui était sien était retombé.  

- En fait, c’était une tour de glace. La surnommer ivoire, c’est surtout pour noter le caractère impénétrable de celle-ci. Mais comme tu as pu le souligner, c’était un sanctuaire, en fait, une prison qui retenait quelque chose avide de revenir dans le monde. Dois-je poursuivre la suite de l’histoire ? La partie où le gentil meurt à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Sam 16 Mai 2015 - 14:33

Katharina obtint son armure qui sella sa destinée pour toujours, son entrainement pénible chez ses sœurs d’armes lui donna une certaine endurance et la force de gérer le stress d’un combat dévastateur. Elle entendit la question du chevalier et eut du vague à l’âme car elle ne souhaitait pas lui faire face dans une bataille sans merci mais son rang ne lui laissait pas le choix.  Songeuse, elle se murmura  « si cela se produit, ce conflit risque de faire voler en éclat les liens crées au fil de cette rencontre enrichissante, c’est injuste, il ne m’a rien fait ». Elle pâlit et les traits de son visage se crispèrent, la jeune berzerker voulut répondre à l’asgardien mais ne prononçât ses paroles qu’en son esprit.

Elle se perdit un peu plus dans ses pensées, se disant en elle-même. Si une guerre doit chambouler nos vies, Je n’ai pas l’intention d’oublier ces paroles et je suis une guerrière d’Arès, c’est pourquoi je t’affronterai  Ashram et je ne retiendrais pas mes coups, donc ne les retiens pas non plus. Je ne me fais pas d’illusions car une fin funeste m’attendrait à la fin du combat, j’espère qu’elle sera rapide. Même si je ne suis pas de taille contre toi, je ne fuirai pas parce que cela fait partie du devoir.  

La jeune femme savait que la guerre était un phénomène terrifiant et incontrôlable n’épargnant personnes et ne laissant pas de place aux sentiments humains. Elle se souvint des récits de guerre comme les Thermopyles ou les conquêtes d’Alexandre, que ce soit pour l’attaque ou la défense, la guerre ne laissait que peu de place à l’amitié. Elle se concentra et écouta les paroles du guerrier d’Odin :    

- Je pense que ceux que nous sommes ont plus à gagner dans la collaboration que dans l’affrontement. Tu vois, je ne veux pas dire qu’aider Arès était exemplaire ou a fait de moi quelqu’un d’autre mais… Mais la leçon que j’ai retenu c’est qu’il faut savoir mettre de côté certaines choses pour l’entendement commun.

Voilà une idée à laquelle elle s’accordait, peut-être était-ce dû à son manque d’expérience dans l’armée d’Arès mais, la collaboration lui semblait un bon principe. Il était surement assez inhabituel de trouver un berzerker qui partageait l’idée d’une entente entre les peuple mais Katharina avait ses raisons, elle n’était pas pour autant pour une paix universelle et expliquât son point de vue à son interlocuteur.

Je suis totalement d’accord avec toi sur ce point, dans certaines situations et face à certaines calamités, les querelles ne devraient plus avoir de raison d’être. La cohésion devrait remplacée les hostilités pour faire un front uni. La mise en commun des forces devient dès cet instant un fait nécessaire.

Puis il reprit sur son histoire de tour d’Ivoire qu’il avait dû interrompre. Celle-ci avait l’air vraiment intéressant et le dénouement intriguait la jeune femme. L’idée d’en savoir plus sur ce qui a donné lieux a des combats épiques, amenant des dieux et déesse à s’allier, la ravissait. Le regard plein de malice elle lui répondit.

Qu’elle soit d’Ivoire ou de glace, je serais heureuse de savoir la fin, je te laisse la liberté de la narrer comme ça t’arrange mais je veux la suite s’il te plait. En plus pour une guerrière comme moi, l’idée que le gentil meurt me donne encore plus envie de la connaitre!

Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 19 Mai 2015 - 12:28

Elle reste interdite l’espace d’un instant, un instant qui se prolonge et je me demande ce qui a bien pu faire mouche à ce point. Elle est jeune, elle se demande sans doute ce qui pourra un jour nous opposer ; Hélas, par la volonté des dieux, tout pourrait nous opposer. Elle a vécu son entrainement avec passion, elle n’a pas encore rencontré ses vrais supérieurs, elle n’a pas connu encore l’effet que cela peut faire d’être galvanisé au plus haut point. Qui sait ce qu’elle pourrait être dans quelques semaines.


- Désolé, je n’ai pas pour habitude de mettre les gens dans l’embarras. Dans quelques semaines tu auras oublié toutes ses discutions utopiques. Ceux que nous servons ont les mots justes pour nous faire avoir la ferveur… même si parfois je me dis qu’il serait préférable d’avoir une guerre juste à une paix injuste.


J’étais incorrigible, pas vrai ? Si ça continuait, j’allais faire fumer les raviolis qui nous servaient de cerveau à tous les deux. Elle attendait la fin épique des aventures d’Ashram, la conclusion du récit. A y réfléchir, j’avais bien coupé mon histoire en 3 morceaux depuis le début de notre rencontre, aussi j’attaquais le dernier volet de la trilogie…  


- J’ai reçu de plein fouet une attaque dévastatrice. Au moment où la créature a voulu fondre sur Athéna je me suis interposé. Elle aurait succombé si je ne l'avais pas fait...  J’ai reçu le coup mais au contact avec la créature j’ai pu lui administrer une sérieuse correction. C’était tout ce que je pouvais espérer puisque cette chose volait au-dessus de nous et j’espérais vraiment arriver au plus près.


Inutile de lui faire des cachoteries, mon style de combat est très très rapproché, mano à mano si on peut dire. Je dispose de quelques effets à distance mais le fort de mon style est que je rendre dans la garde de mon adversaire, toujours, elle l’aura compris.


- J’ai volé sur plusieurs mètres mais elle aussi, je lui ai alors annoncé que ma prédiction s’était réalisée… oui, elle devait manger la poussière. Arès n’a pas manqué d’apprécier mon geste, je protégeais sa sœur pendant qu’il pouvait frapper de toutes ses forces, ce qu’il faisait. Pour ma part, j’étais sur le point de m’écrouler mais j’ai eu assez de force pour lancer une ultime barrière de protection autour d’Athéna avant de sombrer…


Je prends une bonne gorgée d’eau histoire de me rincer les idées… car le récit n’est pas terminé.


- Tu connais la suite ? Les porteurs de Cosmos qui tombent au champs d'honneur sont trainés devant le Styx puis devant Yade, le juge des enfers. J’ai réussi à sortir, je te passerai les détails mais j’avais une forme de rage en moi, vois-tu… Et sans me démonté j’ai probablement entrepris l’action la plus audacieuse de toute ma vie, monter sur le mont Olympe, dont l’accès est interdit aux mortels, pour prévenir Zeus des événements qui se produisaient. Autant te le dire, personne n’était en grande forme lorsque le voile noir est tombé sur moi… Le père des dieux de ton monde a été attentif autant que j’ai pu être précis et rapide pour lui expliquer la situation. Il est parti dans un grondement de tonnerre… Et si j’en juge par la fin de cet hiver mondial… quelque chose a réussi là-bas, dans la tour d’ivoire.


Voilà, c’était dit, fin du chapitre, fin de l’histoire. J’avais transmis ce que j’avais vu et fait, pas à une personne parmi les moindres, non, une Berserker au service d’Arès, enfin, qui allait embrasser sa cause sous peu. Pour servir à ce que de droit…

- Voilà, tu sais tout à présent, enfin presque… Tu comprends mon état, mes blessures. En fait, ça tombe plutôt bien qu’on ait pu se rencontrer… Si tu vois ton maître, tu pourras lui dire que j’ai vu son père Zeus. Je serai assez curieux de savoir ce qu’il s’est passé là-bas, après mon passage sur l'Olympe. Bon, tu vois ? Même si le gentil meurt à la fin, c'est tout de même un happy end...


J'avais un sourire mais je n’avais plus rien à dire…  
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Jeu 21 Mai 2015 - 0:12

La berzerker de l’incendie ne refusait jamais un duel car elle pouvait donner libre court à cette rage de vaincre qui l’a consumait chaque jour, c’est pourquoi elle adorait se mesurer aux guerrières les plus expérimentés afin d’améliorer ses techniques de combat et de se prouver à elle-même qu’elle était maitre de son existence. Soudain elle observa le chevalier et une certaine mélancolie étreignit son âme car elle savait  que le protecteur de l’étoile d’Epsilon reprendrait tôt ou tard sa route pour faire son devoir et protégerait  à nouveau ce monde chaotique. Elle désirait l’accompagner  dans son périple mais une autre vie l’attendait à Spartes. Troublée, Katharina n’était pas dans son état normal, elle sentait les battements de son cœur s’accélérer et n’arrivait pas à déterminer la cause de son mal être.  Néanmoins, elle  finit par se ressaisir et prit la parole :  

Tu ne m’as pas mis dans l’embarras Ashram, c’est de ma faute si j’ai un tempérament tempétueux, j’ai du mal à maitriser mes émotions et je m’enflamme facilement. De plus je ne connais pas sur le bout des doigts le code d’honneur du berzerker et j’avoue que ma mentalité n’est pas totalement en accord avec la façon de penser d’un guerrier d’Arès.  

Elle  observa le feu et écouta  la fin de l’histoire  du nordique, elle ne parvenait pas se concentrer et replongea dans les méandres de ses pensées se disant à elle-même. Il a accompli un acte héroïque en sauvant Athéna d’une mort certaine et en prêtant main forte à Arès pour terrasser cette créature malfaisante, peu de personnes feraient la même chose, il est peu probable que je réalise un exploit aussi prestigieux à l’avenir mais je connaitrais un jour mon heure de gloire. Si je rencontre ce monstre diabolique, je lui fais manger son extrait de naissance et je le réduis en cendre ! Il a commis une grave erreur en ôtant la vie à Ashram !          
                 
Un sentiment de révolte grandit en elle et des flammes de cosmos apparurent dans ses yeux, sa main s’embrasa. Le guerrier divin d’Odin parla de sa descente aux enfers et de son intervention inespérée auprès de Zeus, Intriguée, elle murmura en son for intérieur " eh ben il a traversé une épreuve terrifiante en passant devant le tribunal des morts et cet endroit doit être lugubre voire mortel". Le nordique mit fin à son récit et Katharina s’adressa à son interlocuteur :

Merci pour ces informations importantes Ashram,  je vais les garder précieusement dans mon esprit  et si tu as d’autres renseignements à me communiquer je suis toute ouïe ! Ils concernent surement tes origines ou bien l’olympe  

La jeune femme plongea son regard bienveillant dans celui du loup et lui caressa doucement le visage puis se pencha vers lui en l’embrassant sur le front. Elle se sentait apaisée à ses côtés et le prit dans ses bras quelques instants. Ah je souhaiterais  tant rester près de toi      
         


   
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Jeu 21 Mai 2015 - 9:39

La jeune Berserker vibrait au son de mon histoire. Pouvais-je dire que je n’avais jamais eu public aussi intéressé et captivé ? Non, elle avait tout l’air de boire mes paroles. Mon récit avait une part de fabuleux, il est vrai. Mais j’aurai tellement préféré survivre à toute cette aventure. Cependant et en y réfléchissant, si je n’avais pas fait mon voyage par les enfers, qui sait si Zeus m’aurait entendu, si les dieux auraient vaincu ? Impossible de le dire en l’état. Tiens, la voilà qui doutait d’elle à présent… Sa mentalité n’est pas totalement en accord avec celles des guerriers d’Arès ?

- Et pourquoi y aurait-il une norme dis-moi ? Je pense qu’a ta façon, tu vas honorer celui que tu sers. Je ne me fais pas de doute là-dessus. En tout cas, tu ne devrais pas douter autant de toi, et surtout pas de cette façon.

J’avais un sourire, mes paroles étaient rassurantes. Elle avait passé du temps avec les amazones, ses liens avec le monde étaient pas des plus riches, alors elle pouvait douter d’elle, de ce qu’elle aurait à donner et à montrer à ses contemporains. Et elle eut  quelques paroles à mon égard. Elle voulait en savoir plus, toujours plus. C’est surtout que je pouvais sentir son cosmos grandir au fur et à mesure que mon récit touchait à sa fin, comme si elle avait voulu entrer dans l’histoire et agir à sa manière. Et puis soudain, sans prévenir, la voilà qui plonge son regard vers le mien… Mince, habituellement c’est moi qui fais ça… Pourquoi donc…

Soudain, un flash dans mon esprit vient de me sortir de la contemplation de la situation. Disons que je suis interpelé, je n’ai pas le temps de réagir. La Berserker ? elle aura juste vu mon regard s’altérer ; j’ai fermé les yeux à deux reprises sans plus réagir mais dans ma tête, les images se bousculent. En face de moi, un regard aussi profond que… je n’aurai pas de comparaison viable pour l’instant mais je peux la voir, celle qui habite mes rêves, là, m’observer et me regarder ainsi que personne ne le faisait… Ça a duré une fraction de seconde, c’est probablement lié à mon passé, je ne sais pas comment réagir et lorsque je reprends conscience, je m’aperçois que Katharina me caresse la joue avec sa main. Mince… qu’est-ce qu’il se passe…. Elle rapproche sa tête… je suis incapable de bouger ou de réagir… Elle m’embrasse sur… le front ??

Un second flash vient me refaire plonger. Il est un peu plus violent mais j’arrive à garder le contrôle un court instant. Mais c’est en vain car pour me dépêtrer de cette vision, je baisse et je secoue la tête… elle aussi m’embrassait sur le front lorsque j’étais Loup, une affection que j’ai du mal à qualifier… Etions-nous frères et sœurs ? Etait-elle ma mère ? Mon amante ? Je l’ignore, je ne sais. Je réagis aussi vite que je peux pour chasser ses visions de mon esprit… Katharina s’est encore rapprochée pour me prendre dans ses bras et je n’arrive pas à reprendre le contrôle. Paralysé j’entends ce qu’elle me dit alors que de ces bras elle se presse contre moi. Et c’est alors qu’une dernière vision frappe à la porte de mon esprit, la plus violente des trois, un patchwork de sensations qui se mélangent et d’images impossibles à assembler dans le bon ordre.  

Je cours, je suis en train de parcourir une grande distance, je n’étais pas là où il faut, j’étais ailleurs, telle est ma certitude… Et puis je ressens ses mains sur moi, passer sur mon encolure, brosser ma crinière tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre… me rassurer et me parler dans une langue que je ne comprends pas… Enfin je termine ce voyage aux portes de la raison devant une scène que je ne peux embrasser dans sa totalité. Là, sur le sol gisent je ne sais combien de corps épars. Pour quelle raison s’est-on battus ici ? Je l’ignore mais je porte les marques d’un rude combat ; la terre elle aussi porte les stigmates d’une violence peu commune. Je hurle mon désespoir sans savoir la raison. Et je m’éveille à la réalité subitement !

D’un bon, d’un seul, j’essaye de me redresser mais c’est peine perdue. Il me semble que je suis acculé sans pouvoir me mettre à l’abri, je tente de reculer par tous les moyens, jouant des jambes et trainant mon postérieur dans la poussière. C’est finalement un arbre qui stoppe ma fuite, je suis toujours assis et reprenant mes esprits, je me rends compte que je ne suis qu’en compagnie de Katharina… Je n’avais jamais eu de vision si violente… Haletant comme un pauvre diable, je reprends possession de mes moyens lentement…  


- Je… Je suis désolé… tu ne dois pas t’en vouloir, c’est ma faute, c’est ainsi que sont les choses… entre deux incarnations, il faut croire que tous les souvenirs ne se sont pas évaporés…

J’arrive à me redresser tant bien que mal, la main sur le visage… je me dirige vers le ruisseau ou je barbotais il y a encore une heure et j’y plonge mes mains pour me passer de l’eau sur le visage. Est-ce que ce sont les visions qui me gênent le plus à présent ou bien les marques d’affection de cette jeune guerrière à mon encontre ? Encore que je n'en sois pas réellement gêné. Je ne sais pas trop en vérité… C’était inattendu, certes, mais d’un autre côté ça a fait remonter une quantité de choses que je n’aurai jamais pu imaginer…  Bon, Elle va me demander...  
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Dim 24 Mai 2015 - 19:07

Katharina regarda chaleureusement l’asgardien et  lui  montra certaines marques de tendresse puis un évènement déstabilisant se produit, elle vit le comportement du chevalier changer et abasourdie, elle essaya de communiquer avec ashram mais il ne réagissait pas et était dans une sorte de transe. La jeune femme impuissante assista à une scène très déroutant et avait l’impression que le guerrier divin d’Odin se trouvait dans une dimension parallèle, puis  la guerrière lâcha subitement son étreinte en reculant de quelques pas.

Elle le regarda avec un air de Stupéfaction en se disant à elle-même « Mais que se passe-t-il ? Et comment se fait-il qu’il soit dans cet état ? Je n’aurai peut-être pas dû le prendre dans mes bras, je suis trop impulsive ah zut ! ». Soudain, Ashram reprit peu à peu ses esprits et s’adressa avec difficulté à la berzerker de l’incendie :

Je…je suis désolé… tu ne dois pas t’en vouloir, c’est ma faute, c’est ainsi que sont les choses… entre deux incarnations, il faut croire que tous les souvenirs ne se sont pas évaporés…

La jeune femme resta silencieuse un instant et sentit son ventre gargouiller, ces évènements lui ouvrirent l’appétit, elle jeta un regard inquiet au protecteur de l’étoile d’epsilon et partit vers la forêt sombre pour chasser du petit gibier ou cueillir des baies. Elle se retourna quelques minutes et le vit se précipiter vers le ruisseau pour se rafraîchir le visage et remettre de l’ordre dans ses idées. Soudain, deux lapins surgirent devant elle et katharina dégaina rapidement son épée en les embrochant en une fraction de seconde, puis elle se dirigea vers le cours d’eau et s’assit à côté du chevalier, elle l’observa et prit la parole :

Je sais que le moment est mal choisi mais je vais être franche avec toi Ashram, comme tu as pu le constater je n’ai pas connu beaucoup d'hommes et j’ai des difficultés à trouver les mots justes pour exprimer ce qui m’arrive ces temps-ci, tu comptes beaucoup pour moi et je ressens des sentiments particuliers à ton égard par contre je m’excuse pour mon attitude imprévisible, je ne voulais pas te faire du mal, ce n’est pas mon intention.

Heu tu parles de souvenirs, peux-tu m’expliquer ce qui te trouble autant ?

Katharina mit la viande dans sa besace et pêcha quelques poissons dans le ruisseau calme, les combattants avaient besoin de reprendre des forces.                          
                     
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Lun 25 Mai 2015 - 10:59

J’avais pu reprendre mes esprits, j’avais relativisé les visions. Elles n’avaient que peu de sens et je ne savais toujours pas à qui elles étaient liées. Enfin, peu de sens, c’était vite dit. C’était surtout pour ne pas trop y penser que j’estimais les choses ainsi. La tête dans le ruisseau devrait me rafraichir plus que de raison. Le pire c’est qu’au moment ou je redresse la tête, je ne sais pas si c’est pour évacuer les visions ou pour évacuer la proximité avec la Berzerker… C’est très particulier d’ailleurs. Je ne sais pas comment percevoir autant d’attentions à mon égard. Est-ce que toutes les amazones sont aussi intéressées par les hommes qu’elles croisent ? Et puis, son tempérament de feu à elle n’est-il pas lié à quelque forme de passion dévorante ? Hey doucement ! Je sais ce que font les mantes religieuses aux mâles… J’ai un sourire, j’ai du mal à imaginer cette jeune fille me dévorer et les bras… et les jambes… et la tête… alouette.

Elle est allée faire un truc dans les bois, elle préfère me laisser respirer. C’est mieux, il y a des choses qui sont trop personnelles pour pouvoir être abordées aussi rapidement. Soyons sérieux, on ne s’est rencontré que depuis quelques heures. Il ne manquerait plus que…


Elle est revenue, elle semble aussi désolée que moi et je ne peux pas prévoir de qu’elle va me dire alors… En des termes maladroits et vifs elle exprime une chose que d’une certaine façon je percevais déjà dans son attitude avec moi. Quoi… Elle aurait eu un coup de foudre ? D’un type comme moi ? Mais je n’ai rien fait pour attirer son attention pourtant. Son incendie intérieur à probablement du mal à faire la différence entre l’admiration et la passion, qui sait ? Peut-être que le récit que je lui ait donné à propos de son Dieu, de ma façon d’avoir agit lui a développé une forme d’intérêt plus que culturel à mon égard… Ca m’apprendra à être un bon conteur tiens… Et du coup, le temps de réaliser ce qu’elle vient de dire, je mets un peu de temps à lui répondre


- Ecoute… Ce que tu dis me touches, c’est certain, personne ne m’a jamais déclaré quelque chose d’aussi puissant en si peu de temps… Mais il faut que tu comprennes que tout n’est pas clair dans ma tête, surtout depuis mon récent passage par les enfers. J’ai sans doute récupéré quelques trucs sans le vouloir. J’avais des souvenirs clairs de pans entiers de mon passé mais il faut croire qu’il en manquait certains.

Je laissais planer un court instant avant de poursuivre.


- Et je ne peux pas répondre à ta question de façon ouverte, ce qu’il m’arrive, c’est une part de moi, c’est quelque chose que je ne peux pas partager à outrance, pas comme ça en tout cas, pas en racontant des trucs dans le désordre. Ecoute, il y a plus important que mes problèmes car je ne t’ai pas raconté la vraie fin de l’histoire.

Je me levais du ruisseau pour me rapprocher d’elle. Sans retenue, sans recul d’aucune sorte, je me préparais pour lui parler de choses aux conséquences un peu plus importantes pour moi. Sans perdre mon tact, je stoppe mon avancée, je suis très proche d’elle, je plonge mon regard dans le sien. Elle va avoir un choc sans doute, mais pas comme le mien. Ma main vient se poser sur sa joue, pour la rassurer, pour lui montrer que je n’oublie pas ses mots et son envolée à mon égard. Elle ressent quelque chose mais mon devoir me pousse à agir. Je lui témoigne quelque chose mais c’est peu face à ce qu’elle attend. En vérité, j’espère qu’elle comprendra et qu’elle y verra une forme de réponse. Et alors vient la question :

- Il va me falloir partir, Katharina. Je dois secourir Odin, mon Dieu… Et à présent, tu vas devoir décider si tu me captures où si tu me laisses partir car je ne te cache pas que mon action pourrait avoir des répercutions inattendues…

Je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mer 27 Mai 2015 - 16:48

De nombreuses questions se bousculaient dans l’esprit de l’asgardien, les souvenirs du passé refaisaient surface sans prévenir et il avait du mal à concevoir qu’une jeune guerrière puisse tomber amoureuse de lui en si peu de temps. Katharina était pensive et pêchait du saumon dans la rivière pour le repas, puis le chevalier exprima son ressentis vis-à-vis des propos de la jeune femme et lui expliqua qu’il avait besoin de mettre les choses au clair dans sa tête car son passage aux enfers perturba son harmonie interne.
Katharina l’écouta attentivement et lui donna une réponse à sa manière :

Je comprends ce que tu ressens ashram et je ne suis pas là pour te juger, chacun a le droit de protéger son jardin secret. Moi-même, j'ai certains évènement de mon passé à éclaircir.
En ce qui concerne la fin de l’histoire, je te laisse le choix, tu es libre de me la dévoiler ou pas.    
         
Puis Le protecteur de l’étoile d’epsilon s’avança vers la jeune femme et contempla son âme  en mettant sa main sur la joue de celle-ci qui le vit de très près pour la première fois. Cette proximité la troubla et katharina rougit comme une pivoine, elle soutenu le regard profond du chevalier et paraissait détendue même si son cœur battait la chamade. Attendrie par ce geste rassurant, elle posa sa main  sur celle du guerrier divin d’Odin et mit l’autre sur son épaule, puis colla son front sur le sien. Elle s’aperçut qu’ashram s’apprêtait à lui révéler une information importante à son sujet.

Il va me falloir partir katharina. Je dois secourir Odin, mon dieu… Et à présent, tu vas devoir décider si tu me captures ou si tu me laisses partir car je ne te cache pas que mon action pourrait avoir des répercutions inattendues.      
[

Je sais que le devoir t’appelle à Asgard, et  je ne souhaite pas t’empêcher de mener à bien ta mission, si tu dois sauver ton dieu, fais le. Toutes quêtes périlleuses comportent des risques  c’est comme ça. Pour l’instant, la  raison qui me pousse à te capturer est personnelle, j’aimerai te garder près de moi car je vais me sentir seule après ton départ. Ne t’en fais pas, je suis prête à affronter le courroux de ma hiérarchie donc je te fais la promesse de te laisser partir même si ton récit est précieux pour les berzerkers.

Par contre si les conséquences de ton action se répercutent sur mon camp, mes dieux me donneront l’ordre de te capturer et je le ferai sans hésiter. Promets-moi de revenir me voir un jour s’il te plait.  
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Ven 29 Mai 2015 - 14:02

Elle voudrait me garder près d’elle… encore plus proche… J’ignore certains pans de la fraternité que les humains peuvent construire entre eux mais ici, il ne s’agit pas de fraternité. Ce qu’elle désire est bien plus. C’est au-delà de la mesure que le cœur pourrait battre. J’ai du mal à me l’imaginer d’ailleurs. Et lorsqu’elle finit par se rapprocher plus encore pour poser son front contre le mien, les yeux fermés, je peux ressentir une infime part du tumulte qui est en elle. Les choses ne doivent pas être simples. A l’instant où son front touche le mien, je me souviens que ce geste m’était familier dans ma vie passée. Et j’ai un sourire. Ma main vient glisser contre sa joue pour finalement se perdre entre elle et moi, quelque part dans le vide qui nous sépare encore.

- Quelle passion dans tes actes, ton regard, tes gestes… J’en perdrai mon Cosmos si je ne savais pas me contrôler. Saches que…

Elle avait parlé de me capturer pour elle là où moi j’avais peur qu’elle soit l’objet de représailles pour avoir laissé passer un espion non loin des portes de Sparte. Le pire c’est que je n’étais pas tout à fait certain de la tournure qu’allaient prendre les événements que j’allais entreprendre. Comment lui dire ce que j’ignorais, je ne pouvais parler que de ce que j’étais certain. Et puis elle était vraiment pendue à mes mots et mon regard, je ne pouvais pas chercher à la décevoir. Il aurait été vain de résister dans un sens et puis quelque chose d’indescriptible commençait à pointer le bout de son nez, comme quoi, même les héros ne pouvaient décider de tout dans leur destiné… J’avais interrompu ma phrase pour mieux la reprendre et lui répondre. Je reculais de quelques pas pour m’exécuter :

- Saches que je ne suis pas aussi humain que tu le penses ; Mais je ne suis pas aussi insensible que je le montre…

Un vide dans mes propos, je regarde le lointain sans trop oublier les raisons qui vont me pousser à partir et puis, avançant de quelques pas, je me dirige vers le feu de camp. Tout autour, l’herbe a bien brulé et d’un regard amusé je me décide à agir. Je pose un genou à terre sans cérémonie, puis ma main vient sur le sol alors que je me concentre sur mon cosmos. Là, sous l’effet de ce pouvoir qui est mien, émerge du sol une étrange plante donnant de multiples fleurs aux reflets rouges. Je me tourne alors vers Katharina :

- Tu vois, l’incendie permet une renaissance de la terre, quoi qu’on en dise…

Il y avait un profond double sens à ce que je venais de dire mais je n’avais pas pour envie d’en dire plus. Au lieu de ça, c’était à mon tour de lui faire une promesse.


- Je serai de retour avant que le dernier pétale ne soit tombé, c’est une promesse. Et si mes actions ont une incidence sur nos mondes, tu en seras bien assez tôt informé. Nul ne franchit la frontière des mondes d’Asgard impunément. Car Je sais ce que je dois faire mais j’ignore encore le moyen de toute façon.

Ça me laissait quelques mois, deux au minimum, trois tout au plus avant que les pétales ne tombent tous. Mais au moins c’était dit. Si elle prenait un risque à me laisser partir, elle pourrait s’en justifier aisément. Je n’avais plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mar 2 Juin 2015 - 22:46

D’une certaine manière, le guerrier divin d’Odin percevait en partie les sentiments rongeant la jeune femme de l’intérieur comme si de la lave en fusion coulait dans ses veines et qu’une force incommensurable dévorait son âme vulnérable. Katharina colla son front contre le sien et sentit la main du chevalier glissait le long de sa joue, elle enleva la sienne et la posa sur le sol. Puis, il resta un moment silencieux et un souvenir paisible lui traversa l’esprit car elle vit un sourire apparaitre sur son visage. La jeune femme entendit les paroles de l’asgardien et l’air confus, elle prit la parole :

Désolé ashram si j’ai chamboulé l’esprit du loup qui sommeille en toi, tu sais je ne suis pas la berzerker de l’incendie pour rien, j’avoue je suis incorrigible et j’agis avec passion car mes actes ne sont pas toujours réfléchis et en ce moment j’écoute plus mon cœur que la raison.

En effet, tu n’es pas si insensible que ça, je le vois dans ton regard et tu voulais me transmettre un message en mettant ta main sur ma joue, en tous cas, ce geste restera gravé dans ma mémoire pour toujours.  


Katharina s’aperçût que le chevalier avait l’air inquiet et se dit à elle-même « je pense que sa mission le rend soucieux car il ignore ce qui l’attend là-bas et j’ai fait le bon choix en lui promettant de le laisser s’en aller, le devoir passe avant tout ». Le protecteur de l’étoile d’epsilon recula et de dirigea vers le feu, s’agenouilla et plaça sa main au-dessus du sol puis utilisa son cosmos pour faire émerger des fleurs rouges de la terre.

Il prononça quelques mots et la jeune guerrière comprit la signification fondamentale de cette phrase qui la bouleversa. Elle avait les larmes aux yeux et admira la couleur chatoyante des fleurs en effleurant leurs pétales délicates, elle ressentit aussi une énergie mystérieuse émanant des plantes cosmiques. Cette rencontre lui permit de donner un nouveau sens à sa vie et de découvrir un sentiment complexe, en observant ces merveilles de la nature, elle pensa à l’immortalité du phénix renaissant de ses cendres.  
Le loup regarda Katharina et s’adressa à son interlocutrice :

Je serai de retour avant que le dernier pétale ne soit tombé, c’est une promesse. Et si mes actions ont une incidence sur nos mondes, tu en seras bien assez tôt informé. Nul ne franchit la frontière des mondes d’Asgard impunément. Car je  sais ce que je dois faire mais j’ignore encore le moyen de toute façon.  

Je suis persuadée que tu tiendras ta promesse Ashram et si tu t’ardes à venir, je ferai un voyage dans le nord pour visiter ta patrie. Il faut surement payer le prix fort pour passer ces frontières mais prend soin de toi surtout.                    
Revenir en haut Aller en bas
Ashram
Guerrier Divin d'Epsilon
Guerrier Divin d'Epsilon
avatar
Rôle : Ashram le Veilleur
Messages : 1029


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
290/290  (290/290)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Mer 3 Juin 2015 - 21:05

Il y eu un silence, un de ceux qui laissent le champ libre à tous les possibles. J’avais toujours le regard perdu vers ma destination mais ma présence était définitivement ici. Et elle… Elle était si absolue, si décidée. Et puis dire comme ça que seul son cœur s’exprime… C’est comme si elle avait eu une révélation suite à notre rencontre et pas moi. Comment le pourrais-je ? Je n’avais pas tous mes souvenirs, je ne me souvenais pas de quelqu’un comme elle… Cependant, je me sentais en étant second en sa présence, un truc indescriptible pour le loup que je suis… Et si le reste de mon passé n’avait aucun sens aujourd’hui ? Si j’étais de cette vie et non de celle d’avant ? Je ne pouvais pas sérieusement en dire plus devant tant d’intégrité de sa part. Pouvais-je sérieusement arriver à tenir promesse ? Il le faudrait, au risque de perdre ma parole.

- Si je ne reviens pas, c’est que j’ai échoué, Katharina. Alors, il me faudra réussir. Quoi qu’il m’en coute.

J’avais eu une drôle de façon de dire les choses suivantes. Ainsi je devais réussir mon entreprise pour espérer tenir ma promesse ; comme si la seconde allait m’aider à accomplir la première.

- Moi… loin pour trouver Odin et toi prête à rendre hommage à tes supérieurs pour intégrer Sparte. Chaque chose va revenir à sa place on dirait… pour un temps.

Et si je ne tiens pas promesse, c’est elle qui viendra. Mais ce devrait être plus compliqué que cela ; si je ne tiens pas promesse, c’est que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Et puis comment saurais-je qu’il sera temps pour moi de revenir à Sparte ? Mon lien est celui d’Asgard et je ne peux pas décider quand partir et où aller comme bon me semble, alors il faudra que je fasse avec la chance. Si elle vient à Asgard, elle devrait venir pour en découdre, pour me faire avaler mes paroles si assurées et si peu mesurées...

- A Asgard, je veille sur le second domaine sur le chemin du palais… et il n’y a personne d’autre avant moi... alors si je ne peux tenir promesse, tu n’auras rien à craindre de ta venue. C’est moi qui paierai le prix fort.

Je regarde le lointain une dernière fois avant de plonger mon regard dans le sien. Si avec ça elle ne me déteste pas… elle sait que je vais me préparer à bondir et qu’il faudra faire avec, que d’un bon je ne serai plus là, que sa vitesse ne pourra pas encore égaler la mienne… et puis voilà que sans prévenir j’annonce le nom de mon armure à haute et intelligible voix : Epsilon !
Sans autre forme de procès, elle vient se plaquer sur moi morceau après morceau. Mes cheveux volent dans l’aspiration provoquée par le mouvement cosmique, j’agrafe ma cape dans un mouvement ample et fluide. Je ne l’ai pas quitté des yeux une seconde et mes dernières paroles sont sans doute pour elle autant une provocation qu’une invitation au futur.


- La prochaine fois, je serai présentable… Et je pense que tu ne me laissera pas m'échapper…

Je lui adresse un dernier sourire et d’un bon, d’un seul, je disparai à la vitesse de la lumière en ne lui laissant même pas le temps de un demi-soupir… puisse t'elle comprendre que je reviendrai...
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   Dim 7 Juin 2015 - 22:40

Le chevalier avait l’air d’être perdue dans ses pensées et un silence s’installa entre les deux interlocuteurs, il devait surement se poser des questions car l’incertitude et l’incompréhension se lisaient sur son visage. Katharina perçut un changement dans le cosmos du guerrier divin  et eut soudain des doutes sur la suite des évènements, elle murmura en son for intérieur « je me demande si j’ai bien fait de lui imposer cette promesse, je ne sais pas ce qui m’attend dans cette ville militaire et  pourrai- je trouver ma place parmi ces protecteurs d’Arès mais aussi réussir mes missions ».

Perplexe, elle écouta les propos du protecteur de l’étoile d’Epsilon et lui répondit aussitôt :

Ecoute ashram, tu fais ce que tu peux et j’attendrais le temps qu’il faudra pour te revoir, par contre essaye de revenir en un seul morceau à Sparte. Ta mission semble très périlleuse et des imprévus ne préviennent pas quand ils nous tombent dessus, il me reste peu de temps pour rejoindre Alectryon et j’ai un mauvais pressentiment, il va peut-être lui arriver quelque chose de fâcheux[/b].

Tu es le gardien d’un domaine dans le royaume d’Odin, si je dois m’y rendre pour découvrir ce lieu, ce ne sera pas forcément pour te combattre mais pour avoir des  explications. Tu as des responsabilités comme mon frère le cardinal du feu et un poste important.[/b]

Ashram regarda la jeune guerrière et revêtu son armure à la stark, il prit la parole :

La prochaine fois je serai présentable… Et je pense que tu ne me laisseras pas m'échapper…

Puis, il parti d’un bond, c’était brutal pour la jeune femme qui ne s’attendait pas à ce départ impromptu, elle jeta un regard noir au loin et était très désappointée. Elle avait également un pincement au cœur et regrettait déjà son absence, elle sentit la solitude envahir son corps.       
C’est quoi ce délire, il a une façon plutôt inhabituelle de dire en revoir aux personnes qu’ils rencontrent, bon il ne me connait pas sur le bout des doigts et je suis une berzerker  mais je reste humaine et je ne ressemble pas à un Bloc de pierre sans âmes.

Dès que le dernier pétale tombera, mon accueil sera glacial ou volcanique, tout dépendra de la situation et de mon humeur.        
       

       
Fin du FB
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A 15 lieux des portes de Sparte [FB Katharina - Ashram ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Les lieux de la légende...
» Les Portes de la Moria
» Territoires mafieux et lieux clés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-