Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Le gardien et sa porte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Ven 26 Juin 2015 - 12:31

Katharina pris rapidement de l’altitude et survola la patrie d’Ulysse, le roi d’Ithaque qui retrouva son île après avoir longuement erré en mer, après avoir subi de multiples épreuves. Puis elle parcourût le territoire d’Argos  en sentant la brise légère du vent marin caressant son visage et faisant voler sa chevelure brune. Cet air frais chassa les nuages blancs et la jeune femme s’amusa à passer en dessous des cumulo-nimbus en tendant le bras pour toucher leur texture cotonneuse, elle désirait  se transformer en aigle royale et rester pour toujours sous la voute céleste.

La quiétude qui régnait dans cet univers aérien comblait de bonheur la berzerker de l’incendie et l’arrachait pour un temps à la dureté de cette vie où les liens entre deux membre du même sang devaient être masqués car la hiérarchie  militaire ne leur permettaient pas de vivre pleinement leur symbiose. Elle reprit son voyage et traversa la mer ionienne paisible en observant les navires des marins passant au large des côtes et les habitants vaquant à leurs occupations, katharina voulait arriver à Spartes au plus vite car le domaine du dieu Arès était sans protection et elle ignorait si son frère d’arme avait quitté le royaume des enfers.

L’astre solaire commençait à décliner au loin et le crépuscule du soir plongea la Grèce dans l’obscurité, la température baissa et la jeune guerrière utilisa son cosmos de feu pour se réchauffer. Elle survola la ville de tripoli et regarda les lumières éclairant les rues bondées de touristes, puis elle plana au-dessus du domaine spartiate et se posa près d’une plaine ravagée par les combats.

Puis, la combattante vit autour d’elle un paysage détérioré par le feu et des rochers coupant comme les dents d’un requin, elle traversa un chemin pavé entouré de colonnes d’albâtres marquées par le temps et un lac sombre où résidaient des créatures aquatiques mystérieuses. Enfin elle aperçût une arche majestueuse et se plaça devant la porte de la guerre. Sereine, elle attendit l’arrivée des autres berzerkers et garda l’entrée du royaume d’Arès.      
                                   
Revenir en haut Aller en bas
Alia
Prêtresse d'Arès
avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 408


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Ven 26 Juin 2015 - 14:48

Peu importe le voyage, pourvu qu’il soit porteur d’expérience. Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. J’aurai pu disserter toute la journée comme ça. Je venais de quitter Ithaque. Etrange sensation. J’aurai aimé rester conquérante mais les circonstances en ont décidé autrement. Malheur aux vaincus pourrait-on dire. Mais ce n’est pas en regardant derrière son épaule qu’on avance. Au contraire, on tourne en rond. Combien de temps allons-nous rester sans divine influence dans notre domaine ? Je l’ignore. Mais je suis sous l’autorité du Cardinal du Feu et c’est plutôt de bon augure.




Lorsque j’arrive enfin sur nos terres je peux constater que je ne suis pas seule. Katharina est là également. Elle contemple ou regarde les alentours. Combien d’avance avait-elle ? Je l’ignore. Mais elle semble soucieuse que son frère ne soit pas encore des nôtres. Je le sais assez robuste pour arriver ici dans des délais raisonnables. Tout ce que j’espère, c’est que nous n’aurons pas la visite d’étrangers car je ne suis pas d’humeur. Vraiment pas.

- Force et Honneur, Katharina.

Ces quelques mots avaient été suivis par un salut militaire des plus parfaits.

- Ton frère finissait son combat au moment où j’ai moi aussi quitté les lieux. Tu sais, il n’y a rien de pire que ce genre de situations explosives. Je ne m’explique pas cette débandade ni l’afflux d’autant de monde sur une contrée aussi petite. J’imagine que des sanctions vont tomber, tu ne penses pas ?


J’ignorais ce qu’il pouvait se passer en haut lieux. A vrai dire, sous les ordres d’Alectryon j’avais eu peu de détails. Mais la disparition de Deimos, la perte de notre hérault sur les lieux mêmes des affrontements n’étaient pas étrangers à la situation actuelle. Quid de Zyss, de Tenma et de Grell ? Je n’avais pas la moindre idée d’où ils pouvaient se trouver à cet instant précis.  

- Il faut que tu m’excuses d’être intervenue ainsi. Je n’aurai pas aimé que tu voles dans les plumes de cette Spectre aussi insultante soit-elle. Ce qui importait était la mission que ton frère nous avait donné mais je n’ai pas besoin de le préciser, tu le sais déjà.


L’horizon était rouge et dégagé, là, aux portes de notre royaume.

- Il me tarde d’avoir nos directives. Pas toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 29 Juin 2015 - 16:25

Alia aperçût la guerrière de l’incendie adossée à l’arche imposante et s’avança vers elle, elle salua respectueusement sa collègue avec une certaine rigueur militaire et s’adressa à son interlocutrice. Katharina sentit le cosmos ténébreux de la peur et sortit de ses songes, elle la regarda  et un sourire s’afficha sur son visage, puis elle s’inclina pour l’accueillir avec déférence. La jeune femme se réjouissait de compter cette combattante farouche parmi les berzerkers  car elle appréciait sa franchise et sa détermination.
Puis, elle se rendit compte que sa sœur d’arme était très contrariée et se dit à elle-même « je pense que le revirement de situation à Ithaque et les propos insolents de cette spectre l’ont particulièrement agacé, c’est compréhensible ». Intriguée,  Katharina écouta sa sœur d’arme et prit la parole :

J’aime cette atmosphère volcanique car elle stimule mon esprit combatif mais certains guerriers n’avaient rien à faire sur ce champ de bataille, c’était le combat des protecteurs d’Arès ! Ils sont surement venus sur ce territoire pour se défouler. En effet, certains berzerkers vont payer le prix fort pour leur comportement inadmissible à Ithaque, abandonner un duel et laisser ses camarades dans la mouise, qu’elle honte ! Notre réputation va voler en éclat.  

En ce qui concerne les titans, notre revanche sera écrasante.  J’espère que le seigneur Hadès va apprendre la politesse et  à cette langue de vipère aspic.  

Katharina ne comprenait pas les raisons de la disparition mystérieuses du dieu de la terreur et souhaitait que le seigneur Phobos sorte de sa prison infernale. Nerveuse, elle murmura en son for intérieur « j’ai intérêt à me ressaisir au plus vite car j’ai oublié les bonnes manières et je ne veux pas devenir une furie discourtoise ». Alia resta pensive un instant et parla à sa collègue :  

- Il faut que tu m’excuses d’être intervenue ainsi. Je n’aurai pas aimé que tu voles dans les plumes de cette Spectre aussi insultante soit-elle. Ce qui importait était la mission que ton frère nous avait donné mais je n’ai pas besoin de le préciser, tu le sais déjà.

Tu as bien fait Alia, j’aurai surement explosé et déversé ma fureur sur elle. De plus, tu aurais pris les dommages collatéraux de plein fouet et les berzerkers ne sont pas censés s’entretuer ! Mon objectif était de me mesurer à une Titanide avec ton soutien donc accomplir ma mission.

Par contre, j’ai une faveur à te demander Alia, je veux m’entrainer avec toi afin de maitriser l’incendie qui sommeille en moi et surtout ne me ménage pas ! J’ai hâte de revoir mon frère et finir mon entrainement pour obtenir « l’élément mort ».  
Revenir en haut Aller en bas
Alia
Prêtresse d'Arès
avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 408


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 29 Juin 2015 - 21:40

Aux portes de la guerre, rien n’est calme, rien n’est simple. C’est un lieu perpétuel d’affrontements et de lutte. Et pour ceux qui ne sont pas d’ici, voulant passer telle une ambassade, et pour ceux qui comme nous ont tout à prouver. J’aimerai bien un jour combattre sous les colonnes de marbre pour montrer ma puissance, surtout ma détermination en fait. Le chemin serait encore long avant que je ne puisse me mesurer aux plus grands guerriers de ce monde, de façon martiale j’entends. Alors pour le moment, seule mon expertise tactique comptera. Certains ne portent jamais leur main à la ceinture, ne dégainent jamais. Seule leur parole est reconnue.

J’écoute Katharina parler de ce qu’elle peut bien ressentir à propos de la situation à Ithaque. Elle voit juste sur certains points, oui, c’est un fait. Mais elle est aveuglée par le désir de bien faire et ne se laisse que peu de marge face à l’échec. Je n’ai pas apprécié, moi non plus, ce repli subit mais il était inévitable. Qu’aurions-nous fait d’ailleurs si nous étions restés là bas… ?

- Qu’aurions-nous fait si nous étions restés là-bas ? C’était inéluctable. La première leçon, c’est qu’on doit parfois survivre pour d’autres batailles. Peut-être que certains parmi nous ont démérité, comme tu le soulignes. Je ne peux pas être si catégorique, je n’étais pas là pour voir hélas. Nos supérieurs sauront quoi faire même si j’espère que ce que tu avances soit faux…

Il est vrai que nous ne brillerons pas ce soir pour les faits d’armes d’Ithaque. Non, pas tous. Certains ont relevé un défi, d’autres pas, d’autres ont assumé la défaite.

- Ne penses pas que notre réputation est signe de faiblesse. C’est même une force. Tant que nos ennemis nous penseront faibles, ils ne se méfieront pas. Tu aurais certainement comme moi, beaucoup à espérer que tes adversaires te sous-estiment.  

N’empêche que la défaite était bien là. Il y avait quelque chose à retirer de toute situation. Il était important d’ailleurs que nul ne s’imagine abattu et privé de toute volonté. J’espérais secrètement que le retour du Cardinal aurait un effet positif sur le moral des troupes même si le travail était important. C’était de simples et cordiales pensées, de quoi s’occuper l’esprit pendant que Katharina m’expliquait à quel point elle avait contenu sa rage. Je dresse un sourcil, elle me demande de l’entrainer en attendant que son frère arrive ? Voilà qui ne serait pas pour me déplaire mais je pars avec un sérieux désavantage ; mon mur de protection a sapé mes forces sans ménagement, non pas que je ne l’ai pas voulu mais mon énergie sera moindre. J’avance d’un pas sans ménagement alors qu’elle vient juste de terminer sa demande.

- Penses-tu qu’il soit convenable de s’entrainer ici ? Aux portes de Sparte ? J’imagine que tu me proposais de nous rendre dans l’Arène, n’est-ce pas ? Mais ici est aussi bien dans un sens.


Je regardais ainsi les colonnes de marbre de la porte de la Guerre. Elle aura lu la détermination immédiate dans mon regard, un élan, un souffle mystique et entrainant.  J’étais prête à mettre sur table ce que je savais, sans attendre en retour. Mais elle, serait-elle prête à recevoir ce que je suis en mesure de donner, en termes de douleurs… ?  
Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 30 Juin 2015 - 12:36

Le doute, la haine et la colère.

Voilà ce que Zyss ressentais depuis les fonds sombre de la Porte. Lentement sa masse nouvelle remonta à la surface sans faire de bulle et de mouvement, jamais il ne s'était sentit aussi bien dans ces eaux. Les poissons ne fuyaient pas à son approche et le silence diminuait en même temps que là pression sur ses oreilles.

Il entendait des voix, deux femmes dont une familière mais qui était l'autre? Hélas il n'entendait pas encore clairement le sujet de discussion mais bientôt il pourrait y participer.

Lentement sa tête fit surface. Laissant apparaître ses cheveux aux.teinte si particulière, alors que l'air remplissait de nouveau ses poumons Son cou fit surface et le Déluge fit alors:
" Au nom d'ares et de moi même je vous salut berserker!"
Continuant d'avancer vers sa colonne lui servant habituellement de perchoir, son buste nu fit son apparition, il était heureux de constater quelconque bras gauche était de nouveau utilisable et pour s'en assurer il le testa sur une colonne près de lui, d'un coup et d'un air imperturbable il brisa de son poing cette dernière. Le test était concluant et à cela il laisse échapper un sourire.
Avançant de plus en plus, ses hanches firent leur apparition puis vint ses cuisses. Il sentit la.brise du lieu lui caresser son intimité mais n'en fit pas.cure et il.se contenta d'avancer jusqu'à ce que ses pieds se pose sur la surface verticale du pilier. Indiciblement de minuscule tentacule d'eau enroulement la.surface permettant au déluge d'adhérer à la surface, désormais à la perpendiculaire du sol il claqua des doigts et d'un vrombissement sonore son armure se déplaça dithaque pour se reloger sur lui et ainsi l'habiller en attendant qu'il puissent de nouveau se procurer des habits.

Du Haut de sa tour de marbre zyss contempla le.domaine puis lâcha à ses hôtes:
"ce qui cest passer à iliaque est malheureux mais n'ayez nul honte face à cet échec, nous nous sommes montré et avons prouver aux titans que Sparte joue dans la balance de ce monde."
Puis vint le silence, un silence réconfortant après le bruit de la guerre
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 30 Juin 2015 - 21:53

Le retour d’Ithaque se fit sans encombre ni intervention extérieure. Les Titans vaincus et ceux malgré des erreurs flagrante d’organisation, le bilan allait devoir être dressé et malgré cette pseudo réussite, il n’y avait là pas de quoi se vanter. Les serviteurs d’Arès avaient perdu plus de troupes qu’il était raisonnable pour le si pitoyable résultat. Lorsque les dieux reviendraient, ils auraient surement quelques punitions à donner pour apprendre à leur sbire d’avoir été si pathétique malgré leur supériorité numérique.  Bref, cette escapade laissait un gout amer dans la bouche d’Alectryon.

Il revint enfin à Sparte, de là il atteignit le royaume de la guerre et sa porte ou se trouvait déjà Alia et Katharina, Il se tint en retrait pour savoir leur opinion à chaud de ce qu’il s’était passé là-bas. L’esprit général était plutôt positif, malgré l’ordre de s’en aller, elles n’avaient pas perdu leur esprit guerrier et il s’en sentit heureux. Décidemment ces femmes avaient du tempérament. Il éprouvait une grande fierté  d’avoir sous ses ordres deux combattantes qu’un obstacle ne suffisait pas à décourager.

Alors arrivât Zyss, son compagnon d’armes, son amis, son frère de bataille. Celui-ci fit une apparition des plus surprenantes, il apparut en sortant des eaux du lac de la porte de la guerre, nu comme un ver. Et sans pudeur aucune, il se déplaçât devant les demoiselles et allât grimper au sommet d’une colonne. C’est à ce moment que le cardinal du feu se décidât à apparaitre, il vit le berzerker du déluge rappeler son armure pour un minimum de décence mais cela ne suffisait pas. Il stoppât un soldat qui portait des vêtements militaire pour les baraquements et lui en prit une tenue complète avant de la lancer à cette andouille qui se baladait la sienne à l’air.


Enfile ça tout de suite et dans un endroit discret. Dit-il à l’axolotl.

Et range-moi ton tentacule de la vue de tous, tu seras gentil !


Il s’approchât des jeunes femmes et les saluât d’un geste de la main. Il se tournât de nouveau vers Zyss.

Je suis content que tu sois revenu d’entre les morts, et pour avoir vaincue celle qui t’a perdu, je tenais à te féliciter car malgré qu’elle te fût supérieure, tu n’as pas fuis, compte sur moi pour en parler à nos dieux à leur retour.

Il avait entendu les amazones parler d’un éventuel entrainement, elle en était à décider où il se passerait quand le cornichon du déluge s’était présenté. Le berzerk du feu abondât sur la dernière réplique de son camarade. Il voulait rappeler à tous que la prise d’Ithaque était un défi de taille qui malheureusement ne fut pas à leur portée pour le moment.

Comme vous l’a dit Zyss, mes demoiselles, la conquête d’Ithaque nécessitait une préparation et une organisation que nous n’avons pas pris le soin d’élaborer, il était évident dans ces conditions que cela ne serait pas une réussite et la présence des spectres n’a rien arranger.

Je vous ai entendu manifester le désire de vous entrainer, et je comprends que vous souhaitiez décharger cette pulsion guerrière que j’ai réfréné, pour cela je vous demande de le faire dans la fosse du combat au désert de feu, là-bas, vous ne ferez aucuns dégâts qui nuirait au confort de qui que ce soit. Respectons le domaine de notre ami du déluge
.


Il eut un regard amusé en direction de son frère d’arme.

Quant à moi je vais attendre le retour du cardinal de la flamme spectrale et de Tenma. J’aurais à parler organisation avec le premier et donner des coups de pieds aux fesses de l’autre.

Il ne lui restait donc plus qu’à réorganiser avec le concourt de Grell les troupes d’Ares, essayer de donner un semblant d’ordre dans cette pagaille, de manière à limiter la colère des dieux à leur retour même s’il savait que cela ne changerait pas grand-chose. Il pensait simplement à éviter le pire en sauvant les meubles et devrait faire face à ses responsabilités pour la retraite d’Ithaque. Oui de sombres nuages s’amoncelait devant l’horizon du cardinal et le chemin de sa rédemption serait long.
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mer 1 Juil 2015 - 21:35

Katharina misa gros sur cette conquête pour prouver sa valeur au combat à ses dieux et désira montrer aux cardinaux  sa loyauté ainsi que sa ténacité dans cette situation incohérente. C’est pourquoi, la jeune femme trouva cette défaite blâmable et jura de tous mettre en œuvre pour soutenir ses frères d’armes dans leur combat s’ils rencontraient une deuxième fois ces déités coriaces. La guerrière de l’incendie repensa aux évènements à Ithaque en se disant à elle-même « il était temps que l’on quitte ce territoire sinon cette divinité serait revenue avec des renfort et notre vie n’aurait plus tenu qu’à un fil face à leur force colossale. De plus nous nous sommes rendus dans ce domaine sans préparation ».

La combattante entendit les paroles d’Alia et plongea dans une introspection « si nos adversaires pensent que nous ne sommes pas à la hauteur, nous pouvons leur cacher notre véritable puissance et avoir un certain avantage sur eux donc nous avons une chance de remporter une victoire et remonter dans l’estime de nos supérieurs, je n’ai jamais vu les choses sous cet angle mais il est vrai que passons notre vie à acquérir le savoir. Même si les élues d’Arès sont dépréciées, chaque combattant mérite la considération d’autrui ».

Stupéfaite, la jeune femme vit à deux mètres d’elle, la tête puis le corps du berzerker du déluge sortir de l’eau  qui utilisa des tentacules translucides pour se hisser sur un pilastre. Elle entendit un bruit sourd et distingua au loin une armure traversant le couloir à vive allure pour se plaquer sur le guerrier. Puis katharina s’approcha de lui et s’exprima :

Oh Zyss, je suis soulagé de te revoir sain et sauf parmi nous ! , le héraut de notre maitre n’est toujours pas sorti des profondeurs du royaume souterrain.  

Soudain Alectryon fit son apparition dans la pièce et donna une tenue convenable à l’axolotl, la berzerker salua avec respect et écouta la requête de son frère puis s’adressa à sa sœur d’arme :

Bon nous allons éviter de détruire le domaine de Zyss et je suis d’accord avec toi il est plus judicieux de s’entrainer dans l’arène du désert du feu. Alia, je suis persuadée que tu pourras faire face à un chevalier dans cet endroit s’il vient sur nos terres.                
             

Arrow Désert du feu


Dernière édition par Katharina le Dim 5 Juil 2015 - 11:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alia
Prêtresse d'Arès
avatar
Rôle : Voix de l'Unique - Prêtresse d'Arès - Alia est une mortelle dont la beauté n'a pas d'équivalence terrestre (Talent Rp)
Messages : 408


Caractéristiques
Vie Vie:
164/164  (164/164)
Cosmos Cosmos:
336/336  (336/336)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Jeu 2 Juil 2015 - 15:36

J’avais déjà vu des hommes nus, réduits à un style vestimentaire des plus simples, des plus rudimentaires ; je n’en avais jamais eu cure. L’entrainement des amazones à cela de particulier qu’il vous donne la mesure du combat en vous mettant à un pied d’égalité avec tout le monde. Que tu sois homme ou femme, les choses sont identiques ; alors lorsque Zyss s’extirpe de l’eau sans sommations, entièrement nu, je n’ai même pas une gêne. De plus, je n’avais pas l’impression qu’il faisait ça pour épater la galerie. Un berserker qui aurait des prédispositions à évoquer sa supériorité masculine ? Tiens donc. Je croyais qu’ici, il n’y avait que des guerriers. Zyss en était un, tout comme je l’étais. Et je ne lui tiendrai pas rigueur d’un tel comportement, il pourrait aussi me prendre de le faire sans une once de pudeur.

Il aura salué, ce à quoi je réponds sans attendre et en y mettant les formes. S’il ne sait pas qui je suis, il le saura.

- Alia Dorianthe de la Peur. 5ème cohorte des Légions Phénix du seigneur Arès.

Mon geste est parfait, millimétré, calibré à outrance. Après tout, il doit être mon supérieur lui aussi je pense. Il gravit les portes en escaladant les colonnes de marbre et dans un geste que je pourrai qualifier de théâtral, il appelle son armure qui vient alors se placer sur lui… Mise en scène des plus agréables à regarder. Je ne suis pas pour les choses qui brillent mais le panache qu’il développe est intéressant. Tout cela ne devait pas durer et avec son arrivée, Alectryon lui somme de mettre une tenue un peu plus descente sous l’armure. Les ordres sont les ordres. J’en profite pour saluer comme il se doit mon supérieur.

. Mon Cardinal. Puisse la peur être votre alliée. Je constate avec joie que vous n’avez pas traîné. Nous avons joué de malchance à Ithaque et pour confirmer vos dires, je rajouterai qu'il est toujours bon qu'un adversaire nous pense en position de faiblesse. L'avenir est à construire, mon Cardinal. Et puisque vous avez confirmé que l’arène pouvait être le meilleur endroit pour s’entrainer, ce sera chose faite.

Je le salue avec les égards qu'il mérite puis je tourne mon regard vers Katharina. Elle sait ce que ça veut dire sans doute. Mon regard est déterminé, franc et volontaire. Elle peut lire sans doute dans mes yeux que sa proposition me convient au plus haut point. J’espère qu’elle est prête et que le lieu va résonner des coups données, des cris de guerre et autres particularités de notre futur affrontement. Je sais, ce ne sera qu’un entrainement et j’espère qu’elle ne fera pas semblant.

- Puisque les choses sont décidées, puisque tout à l’air fin prêt, il ne nous reste plus qu’a nous rendre à l’arène, Katharina. Tu es prête ?


Inutile de s’envoler cette fois-ci. Je l’ai invité à me suivre et, tournant le dos, je me mets en route vers ma destination. Au travers des portes de la guerre me voilà avançant toujours plus loin vers le sable divin, théatre des combats et des entrainements des guerriers d’Arès.

Ainsi soit-il.


Arrow Arrow Le désert de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 520


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Jeu 9 Juil 2015 - 21:14


Le temps passait-il plus lentement au tartare ? Il en avait la net impression. Après être ressortir insatisfait de son dernier combat, le dieu de la guerre ne semblait plus le même. Ce petit séjour l'avait fait bien plus réfléchir qu'il n'y paraissait. Comment avait-il pu s'être fait contrer son attaque divine ? C'était tout bonnement impensable... Le fils de Zeus venait de réapparaitre dans son royaume. Les flammes se mirent à virevolter de toute part pour accueillir son maitre. C'est bien ce qu'il pensait. Ce qu'il avait ressenti en sortant du tartare n'était donc pas une illusion. Son fils Deimos n'émanait plus aucune vibration. Avait-il était tué ? Surement pas, sinon il l'aurait croisé au tartare. A moins bien sur que son hôte ai lâché prise. En tous cas... l'heure n'était pas venu à chercher des noise au dieu de la guerre. Il n'était clairement pas de bonne humeur et les plaisantins devait bien se tenir. La défaite contre les spectre puis celle au tartare... cela avait finit par l'énerver.

A son arrivé, il pouvait sentir le cosmos de deux Berserkers qui s'affrontaient plus loin. Conflit ? Entrainement ? Qu'importe... Il se dirigea vers les deux plus proches. Alectryon et Zyss ? C'était donc eux qui tenait le porte de son domaine. Ceux qui c'étaient amusé à ramer sur une galère... deux berserkers sensé le représenter ?... La blague était bien bonne. La vision que l'ombre lui avait fait voir depuis le tartare ne l'avait pas enchanté... mais alors pas du tout. Ils étaient là pour terrifier le monde et non pas pour subir la lois des hommes.


" Berserkers... "

La voix grave et terrifiante de la divinité fut suivit d'un éclair pourfendeur. Cette fois il n'était plus question de jouer. Les soldats de la guerre allaient devoir répondre à ses attentes. Il allait patienter au retour de son fils mais avant ça... Tout les berserkers présent allaient entendre parler de lui.

" Zyss... Alectryon. Expliquez moi rapidement ce que vous faisiez pendant mon absence. Soyez précis, clair et sans détour. "

Il avait bien entendu tout vu depuis le tartare, mais, ils voulaient entendre leurs version des faits. Il était très rare qu'il laisse une chance à ses guerriers de se justifier, ils avaient donc tout intérêt à se montrer honnête et convaincant s'il ne voulait pas déchainer la colère de leurs divinités.

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Dim 12 Juil 2015 - 17:02

Le temps passait sur le royaume de la guerre et un vent  chaud  soufflait sur la porte de la guerre faisant s’élever çà et là de petits nuages de poussière d’un ocre virant au rouge sang. Les deux jeunes femmes venaient de partir pour la fosse aux combats et mener leur entrainement à bien. Le cardinal se dit à lui-même qu’il irait peut-être faire un tour là-bas pour jauger des progrès de sa sœur. Pour le moment il restait tranquillement à la porte en attendant que Grell son homologue cardinal de la flamme fantôme se présente à la porte de la guerre et que, de concert, ils puissent travailler à la réorganisation des troupes. Seulement, il en mettait du temps à venir.

La patience n’avait jamais été le fort du cardinal du feu qui se lassait toujours plus à mesure que les minutes puis les heures s’égrainaient. Toujours aucuns signe chemin entre Ithaque et ici n’était pas si long, il se demandât s’il n’avait pas fait les frais d’une perfide attaque des spectres.  Cela expliquerait le temps que prenait celui-ci à se rendre au royaume de la guerre. Cette inquiétude amenait un problème qui désorganisait le plan d’Alectryon. De toute façon, Tenma étant absent, il ne risquait pas de pouvoir le punir de suite mais, un bilan des actions des berzerker devenait une nécessité.

Toujours dans l’expectative, le berzerker du feu ressentit tout à coup une formidable cosmo-énergie. Quelqu’un d’une incroyable puissance allait bientôt apparaitre devant lui à la porte de la guerre. Il crut au départ au retour du seigneur Deimos, surtout à la vue de cette débauche de flammes dévorant le paysage mais, il y avait dans ce tourbillon de feu une puissance bien plus incroyable encore. Bientôt les flammes arrêtèrent leur danse pour laisser apparaitre le seigneur de la guerre, le tout puissant Arès, leur divin maître qui s’en revenait du tartare.

Berzerkers...

Dit-il en faisant claquer sa voix comme un puissant coup de tonnerre. Et le ciel s’ouvrit pour laisser place à un terrible éclair. La volonté du seigneur de ce royaume commandait à la moindre parcelle d’énergie qui siégeait en ces lieux. Visiblement, il était d’une humeur terrible et massacrante car son séjour au tartare avait dû être fort éprouvant. Rien que par son ton, Alectryon comprit qu’il ne faudrait pas beaucoup pour que son seigneur fasse éclater sa colère. Il crut mourir de peur lorsque celui-ci leur demandât à Zyss et lui ce qu’il s’était passé après la guerre sainte.

Comment avouer à son maître ce qu’il s’était passé juste au sortir de la guerre, de parler de l’humiliation consentit par un Cardinal. Toutefois, sachant que sa patience n’était pas illimitée, loin de là, il décidât de lui répondre immédiatement et sans omettre les moindres détails car tout mensonge le plongerait de suite dans un destin bien pire que la mort, ce qu’il ne souhaitait aucunement. Il se mit à genoux et respectueusement, sans lever les yeux effrontément sur son maître, lui répondit.


Tout d’abord merveilleux seigneur, laisser-moi vous dire la joie que représente pour nous votre retour. Permettez-moi d’ajouter que votre royaume se reconstruit peu à peu grâce à l’initiative du berzerker du déluge.

La guerre sainte à éliminer toute votre armée et, je fus le seul de vos soldat à avoir vaincu un adversaire mais cette victoire fut de courte durée.

Après mon séjour en enfer, je retrouvais Zyss à Venise et de là, par erreur nous embarquâmes sur un navire à destination d’Asgard. Sur ce navire, sans doute à cause de ma faiblesse pour l’eau, j’ai fait preuve de faiblesse et ai préférer agir en humain pour ne pas attirer l’attention. Je me suis mis à leur service pour le temps du voyage. Je n’était pas moi-même mais, ceci n’excuse rien, je le sais. Notre voyage s’achevât d’une manière bien rude.

En effet, le bateau et ses occupants, excepté Zyss et moi, fut englouti par la venue du destructeur, un immense monstre serpent qui attaquât Asgard. Nous avons combattu ce monstre, pensant que nous étions chez votre seigneurie, le royaume étant sous le coup d’une malédiction des spectres


Il prit un petit moment pour se remettre des informations qu’il venait de donner mais, à voir le visage de son maître. Il n’était encore en vie que pour poursuivre son récit. Il serait difficile d’espérer survivre à toute son histoire, à moins que le dieu ne s’adoucisse par ces importantes informations et ses réussites de tantôt.

Le destructeur s’est enfui devant le seigneur Odin mais pas sans prendre la vie de mon camarade. Toutefois je profitais de mon passage à Asgard pour apprendre que le grand Pope, un certain Orion, était venu avec le chevalier du loup pour signer une alliance avec Asgard. Je retrouvais d’ailleurs là-bas, un traitre du nom de Ryuken qui avant d’être accepté par les guerrier d’Odin disparut. Je n’en sais pas plus sur lui.

A mon retour, votre Héraut, Sighardt décidât d’attaquer Ithaque accompagner par Zyss, Tenma le berzerk des explosions et Grell le cardinal de la flamme fantôme. Lorsque Katharina, berzerk de l’incendie et Alia, celle de la peur, m’accompagnèrent pour soutenir nos camarades, il n’y avait déjà plus que Zyss qui combattait une Titanide. Celle-ci le tuât mais, je la puni à mon tour, la condamnant au tartare. Pendant mon combat, le cosmos de votre Fils, le seigneur Deimos, qui nous avait précédés, disparut, nous laissant dans le désarroi. Les spectres abondèrent dans la zone et, étant trop peu nombreux, nous quittâmes  Ithaque pour revenir ici. Depuis j’attends le retour du cardinal de la flamme fantôme pour les suite à donner à notre camp mais, comme vous êtes là, je m’en remets totalement à votre volonté.


Le récit terminé, un long frisson parcourut l’échine du cardinal qui attendait maintenant la réponse de son divin maître. Il se sentait comme le supplicier attendant son bourreau, ne sachant pas s’il allait pouvoir continuer de vivre ou, s’il serait bientôt expédié aux enfers par son puissant maître. Il attendait de voir quel genre de réaction il aurait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 14 Juil 2015 - 13:07

De retour depuis peu sur le territoire de l'Olympien de la Guerre, Eyros se tenait dans l'ombre, récupérant ses forces et essayant de parfaire sa technique de combat. Le cardinal savait qu'il n'allait pas rester longtemps avec ce statut de "fantôme", le Berseker allait devoir remonter sur la scène des combats. Et ce moment arriva lorsque le divin Arès fit son retour. Le guerrier jugea qu'il était grand temps de revenir au grand jour, Eyros se mit en route pour la Porte de la Guerre. Connaissant les lieux, le guerrier mit que très peu de temps pour l'atteindre.

Une fois là-bas, il resta légérement en retrait pour observer la situation, deux Berserkers et le dieu de la Guerre; le cardinal de la terreur se mit à approcher le trio d'une manière calme, marchant d'un pas assuré. Il avait conscience que la débâcle face aux Spectres avait mis la déité en colère. Eyros avait succombé face à un guerrier des Enfers, il ne souhaitait nullement mettre l'Olympien en colère, le Cardinal ne désirait pas retourner dans le monde des morts.

Une fois à distance raisonnable, il put entendre la fin du discours d'Alectryon; se rendant compte qu'il avait raté une bataille probablement importante, le sombre Berserker décida d'essayer de rentrer dans les bonnes grâces de son seigneur et maître. Lorsque son frère d'arme eut fini; le dirigeant du règne de la Terreur dégaina son épée avant de la planter dans le sol, puis il posa un genou au sol. Avant de déclarer de sa voix grave.

- Seigneur Arès, je suis honoré de vous voir de retour pour nous diriger...

Ensuite, le guerrier baissa la tête, comptant chaque secondes le séparant de la réaction de la divinité. Bien que fier et un tantinet orgueilleux, Eyros espérait ne pas finir décapité par la fureur de son seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 520


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 20 Juil 2015 - 10:25


Son regard était devenu lourd et pesant. Il savait à peu près ce qui c'était passé depuis le tartare mais voulait entendre les raison qui avait poussé ses guerriers à ce comporter comme des faibles. C'est avec un genou à terre qu'il prit enfin la parole. Qu'importe la façon dont il le saluait, cela ne changerait en rien les évènements passé. La guerre sainte avait prit fin depuis un certain temps déjà, il savait ce qui c'était déroulé grâce à Deimos qui l'avait rejoint plus tard au tartare. D'après ces dires... Zyss et lui c'était trompé de navire pour se rendre à Sparte et avait vogué à travers les océans à destination d'Asgard. C'était une plaisanterie ? Pensait-il réellement faire avaler ça son supérieur ? Il c'était même mit au service des humains...

Le bateau engloutis et cette fois attaqué par un monstre nommé le destructeur ? Arès ne connaissait guère cette créature mais son regard était devenu bien plus agressif tout comme son cosmos. Les Berserkers étaient de fier guerrier et ce, depuis des millénaires. Ce qu'il avait devant lui commençait à l'agacé. Il n'avait que des enfants incapable de se battre ou de se débrouiller seul. Bref... ils avaient combattu pour protéger Asgard en pensant défendre les terre d'Arès. Pourtant, entre les plaines gelé d'Odin et les terres aride d'Arès... il y avait une grande différence. Toutefois, l'information qu'il venait de lui donner concernant l'alliance du grand pope et d'Asgard étaient bonnes à prendre. Comme d'habitude, Odin se cachait derrière sa petite soeur. Et dire que les guerriers divins étaient réputé pour être de fier guerrier. Aucun d'eux n'étaient en réalité capable de se battre sans se cacher derrière un Saint.

Il s'en était passé des choses ! Les Berserkers avaient même décidé d'attaquer Ithaque. Il ne sait pas pourquoi ils avaient agit ainsi mais cela l'importait peu. Si ses guerriers voulaient se déchaîner et se battre sur les terre neutre cela ne le dérangeait pas. Au contraire... S'ils pouvaient gagner un peu en expérience cela ne pouvait être qu'un plus. Le fils de Zeus s'approcha d'Alectryon avec son cosmos divin. Eyros fit alors son apparition, il était de retour après une petite période d'absence mais au moins, il n'avait pas fait parler de lui. Il savait qu'il pouvait lui faire confiance. Il avait l'air déjà plus dur et plus entrainer que certain de ses fidèles. Plantant son épée devant lui, il salua la divinité avec respect.

" Moi aussi Eyros, je suis ravi de pouvoir vous retrouver... Reste ici un instant. "

Ses mots s'adressait directement à Eyros, il voulait d'abord s'occuper d'Alectryon et de Zyss. Toutefois, il souhaitait attendre la version de Zyss avant de le corriger. Son cosmos était devenu encore plus pensant à l'égard d'Alectryon...

" Alectryon, puisque tu aime tant servir les humains, tu vas aller sur terre aux endroits que je vais t'indiquer, une fois que tu y sera soumis et que tu te sera imprimé dans ta tête l'endroit ou se situe notre royaume tu pourra revenir. Est-ce clair ? "

Un tonnerre fracassant gronda au même moment pour montrer la colère de la divinité, il était en rogne contre ses Berserkers qui n'étaient même pas capable de lever la tête face aux situations. Se soumettre aux humains ? Il n'y avait rien d'autre qui puisse autant le dégouter. Les humains étaient des être inférieurs, des insectes ! Et entendre dire que ses fier guerriers c'étaient soumis à des gens comme ça le mettait en rogne. Il n'attendait aucune réponse d'Alectryon, car il n'avait pas le choix.

(Je t'envoie les lieux par mp)

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Tanith

avatar
Rôle : Bourreau, Inquisiteur
Messages : 216


Caractéristiques
Vie Vie:
170/170  (170/170)
Cosmos Cosmos:
186/186  (186/186)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 20 Juil 2015 - 19:48

Un homme errait depuis maintenant plusieurs heures en ces lieux. Il était un étranger sur ces terres, son visage, la couleur de sa peau, ses vêtements (bien qu'il ait essayé de s'adapter au long des trois années de son voyage jusqu'ici), tout criait combien il n'appartenait pas à cet endroit.
Pourtant, malgré l'impression d'hostilité qu'il éprouvait, le jeune homme se sentait curieusement bien. Il avait marché, il avait appelé plusieurs fois, personne ne lui avait répondu, mais il avait la sensation que son périple était sur le point de s'achever.

Le Lakota repensait aux évènements qui l'avaient amenés à faire ce long trajet qui l'emmenait loin de ses terres: il avait été rejeté par son peuple, mais Chulyen lui même, l'esprit corbeau, lui avait dit qu'il trouverait ici ce qu'il cherchait, ce qu'il avait toujours cherché sans en avoir conscience.

Au loin, la foudre s'abattit soudainement. L'homme leva la tête, le temps n'était pourtant pas à l'orage. Il devait y avoir une autre raison. Il partit en courant dans la direction de l'éclair, convaincu que c'était là un signe pour lui.
Arrivé à proximité, il vit trois hommes discuter entre eux. Il se dégageait une puissance colossale de ces trois là, rien de comparable au niveau du nouvel arrivant. Un notamment parmi ceux là semblait écraser tout ce qui l'entourait, les deux autres avaient une attitude envers lui qui tenait du respect mais aussi de la crainte. Cet homme là sembla d'ailleurs repérer la présence cachée du Sioux.
Ce fut donc à ce moment là que l'indien sortit de sa cachette pour se faire reconnaître et s'avancer vers les trois puissants individus.

Une fois arrivé à une distance suffisante pour être entendu par tous et pour marquer toute la déférence due à son interlocuteur, le Lakota s'agenouilla:

"Je suis Tanith, Berserker de Surt. Chulyen, l'esprit Corbeau qui guide mon peuple, m'envoie vous servir, ô Grand esprit de la Guerre."

Il restait dans cette position, tête baissée, attendant la réaction du Grand esprit, celui qu'il était venu rejoindre, celui qu'il avait cherché toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 21 Juil 2015 - 23:42

La colère du terrible monarque de la guerre fit tressaillir le cardinal qui sentait peser sur lui les regards lourds de reproche et de haine. L’action était certes, impardonnable mais, le fait que son divin maître n’ai rien relevé des actions qui aurait pu le racheter lui fit l’effet de la plus cruelle des blessures. Pis encore, il l’avait déçu, et cela lui faisait un mal de chien. Il avait toujours vécut dans l’attente de servir Arès au mieux et c’était un échec, une terrible désillusion. Il lui faudrait tout faire pour remonter son estime auprès de son seigneur mais pour cela, il lui fallait changer d’attitude.

Il avait pour l’instant fait trop souvent preuve de vertu, chose que le berzerk ne doit pas avoir si ce n’est celle d’obéir. Il avait sa part d’humanité qui le tiraillait sans cesse, souhaitant que malgré les affres de la guerre, il n’en reste pas moins un humain. Il avait même été jusqu’à calmer la bête de flammes qui sommeillait en lui. En effet, il avait jugulé ses colères et troqué ses griffes et crocs de prédateur contre des molaires de ruminant. La colère de son dieu était juste et tout à fait mériter, il se trouvait tout à coups, chanceux de ne pas avoir été expédié en enfer.

Mais, que lui réservait la suite des évènements ? Quel sort serait le siens dans le future ? Son divin seigneur l’envoyait visiter les terres appartenant au royaume de la guerre, il devrait en tirer des leçons. Alors c’était cela, il était temporairement bannis du royaume de la guerre, en exile le temps de comprendre qu’un berzerker ne doit jamais agir de tel sorte à montrer de la faiblesse. A ce moment-là il était tellement couvert de honte qu’il aurait préféré mourir. L’humiliation qui était sienne l’étranglait aussi bien que la prise d’un assassin ou la corde d’une potence.

Il avait y avoir le retour d’Eyros et l’arrivé d’un nouveau berzerker, rien n’atténuait sa douleur. Il aurait dû avoir ce Tanith sous son commandement mais, à présent que son exile était effectif, il n’était plus maître de quoi que ce soit. Le cœur lourd, il s’inclinât respectueusement devant son seigneur, reconnaissant qu’il lui adressât la parole malgré ses actes. Il se levât et, gardant ses yeux loin de croisé le regard de son maitre dont il ne méritait pas la vue, lui répondit.


Votre volonté est ma loi terrible seigneur. Je suivrais vos ordres.


Alors qu’il passait devant ses compagnons, il les saluât silencieusement d’un hochement de tête. Il allait devoir parcourir les royaumes, traverser le monde jusqu'à retenir la leçon qui lui serait profitable car, tel était la loi et la volonté d’Arès. Il se dirigeât vers les portes qui servaient de limite au royaume de la guerre et, les franchit avant de partir pour la direction de sa première destination. Il ne savait pas si malgré cela il mériterait son retour auprès de son maitre et de ses frères d’armes mais, ferait tout pour regagner la fierté d’Arès. Il changerait, oui, tôt ou tard mais, il deviendrait le puissant bras de son dieu.

Arrow L'île de la reine morte.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 520


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 27 Juil 2015 - 19:48


Et en voilà déjà un qui allait être exilé le temps de se remettre les idées en place. Il espérait que ce petit périple puisse lui permettre de "grandir" un peu. Les berserkers étaient encore trop tendre et cela risquait de leurs couter chère. Les guerriers d'Arès c'étaient toujours montré sans pitié envers les êtres inférieurs. C'est pourquoi voir Alectryon être soumis à des humains l'avaient mis hors de lui. Zyss subira a son tour son châtiment une fois qu'il se sera décidé à lui donner sa vision des choses. Eyros était resté tranquillement à ses cotés sans rien dire tandis qu'un autre individu faisait son apparition. Il avait l'air d'être un homme ordinaire mais qui avait une présence plutôt remarquable. Sa force n'était certes pas bien importante mais il ne suffisait parfois de pas grand chose pour permettre à un guerrier de s’élever. C'est avec un genou à terre qu'il se présenta à la divinité. Tanith, voilà son nom. Un autre Berserkers réveillé. Il en avait perdu pas mal en chemin mais espérait cette fois pouvoir en garder le plus possible. Le Berserker de Surt venait de voir son supérieur partir en exil quelque temps, cela signifiait qu'il n'aurait pour le moment personne pour le guider. De plus Phobos n'était toujours pas revenu du tartare... vu comme Arès avait souffert il se demandait si son fils allait arriver à en ressortir.

" Bienvenu parmi nous Tanith. Il semblerait que Chulyen ai bien fait. "

Levant ses yeux vers le ciel, une lueur dorée prit forme au-dessus du nouveau venu. Dans une sorte d'ouverture dimensionnelle une armure avait fait son apparition. Elle descendit devant Tanith en se posant délicatement au sol.

" L'armure à l'air d'avoir envie que tu la porte rapidement. Cela faisait longtemps que je ne l'avait pas vu aussi impatiente d'en découdre avec quelqu'un. "

Cela était de bonne augure pour la suite. Arès était satisfait de voir que l'un de ses guerriers allaient peut-être enfin se révélé digne de ce nom.

" Je te laisse carte blanche pour le moment. Je t'interdis cependant de te rendre au sanctuaire ou d'attaquer un Saint. J'ai promis à ma petite sœur de la laisser tranquille pendant un moment. Pour le reste, tu peux te lâcher. "

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Tanith

avatar
Rôle : Bourreau, Inquisiteur
Messages : 216


Caractéristiques
Vie Vie:
170/170  (170/170)
Cosmos Cosmos:
186/186  (186/186)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 28 Juil 2015 - 2:21

Tanith restait agenouillé, impassible face à ce qui l'entourait. De ce qu'il avait pu comprendre, l'un des guerriers présents à son arrivée venait d'être envoyé en exil. Ce guerrier semblait pourtant être d'une puissance formidable, comment peut-on seulement envisager se passer de ses meilleurs atouts de la sorte ?
La raison était bien simple, Arès était un Dieu colérique et n'était pas connu pour être le plus magnanime des divins, bien que Tanith l'ignorât encore. Le Sioux commençait seulement à soupçonner qu'il devrait prouver sa valeur à de nombreuses reprises avant d'être reconnu par ses pairs.

Malgré cet incident, le Grand Esprit de la Guerre souhaita la bienvenue à son nouveau Berserker et semblait même se réjouir de l'intervention de Chulyen dans le destin de la nouvelle recrue de Sparte. Tanith en eut le coeur emplit de fierté, particulièrement satisfait que son périple s'achève ainsi. Mais à bien y réfléchir, la fin d'un voyage correspondait toujours avec le commencement d'un nouveau, et en réponse à cette pensée philosophique du Sioux, un nouvel élément fit son apparition dans la vie du Berserker fraîchement éveillé. Une énergie se fit ressentir, Tanith leva les yeux au ciel en même temps que le Dieu pour voir apparaître un objet inconnu pour l'arrivant.
C'était brillant, cela avait une apparence vaguement humaine et au fur et à mesure que les yeux de Tanith s'adaptait à la luminosité, il pouvait observer les dessins de flammes sur toute la surface de l'objet.

"L'armure a l'air d'avoir envie que tu la portes rapidement. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu aussi impatiente d'en découdre avec quelqu'un."

Arès apprenait donc à Tanith que c'était là une armure, une protection bien étrange que l'indien n'avait jamais vu et dont il ne s'attendait pas à se retrouver affublé. L'armure se posa en douceur à côté de Tanith, il put l'observer encore un instant, il remarqua la présence d'une épée avec l'armure, puis soudain, dans un déferlement d'énergie, la protection se disloqua en plusieurs pièces qui se précipitèrent vers le Berserker.
Loin d'être inquiet, contrairement à ce à quoi il aurait pu s'attendre, Tanith se trouva soulevé du sol de quelques centimètres lorsque sa propre énergie entra en résonnance avec celle de l'armure. Tout d'un coup, il gagna la confiance de l'expérience d'une situation vécue maintes fois, bien que techniquement ce fut la première. Les pièces de la protection spartiate s'installaient d'elles mêmes sur le corps du jeune homme et, à chaque contact, il se sentait investi d'une puissance dont il ignorait encore tout il y a tout juste quelques minutes. Une fois entièrement recouvert de son armure, Tanith se concentra, des flammes naquirent tout autour de lui, l'air s'embrasa, la chaleur exceptionnelle rendit l'ambiance suffocante, mais les personnes présentes n'en semblaient pas affectées: leur puissance leur permettait de passer outre, bien qu'elles puissent reconnaître la puissance qui se manifestait à ce moment là.

Dans une dernière explosion d'énergie, Tanith reposa les pieds au sol, galvanisé par la force qui le parcourait. Il se sentait le pouvoir de briser des montagnes entières ou même de toucher les étoiles. Revêtu de son armure, il était dorénavant le Berserker de Surt, en pleine possession de ses moyens et le monde ne tarderait pas à connaître son existence. Cette protection était la meilleure preuve de son identité, une carte de visite que bientôt il imprimerait de la manière la plus forte dans les esprits de ses futurs adversaires.

Ces instants extatiques passés, Tanith remit un genou à terre pour écouter les dernières paroles de son nouveau maître. Celui-ci l'enjoignait à répandre la Guerre sur le monde, sans toutefois s'approcher du Sanctuaire et de ses Saints, en vertu d'une promesse faite par Arès. Ces termes là étaient également nouveaux pour Tanith: Chulyen avait imprimé en lui une grande connaissance, mais il semble qu'il y ait encore beaucoup de choses à apprendre avant d'être opérationnel. La voix grave du Lakota s'éleva afin que le Dieu puisse l'entendre exprimer son souhait.

"Ô Grand Esprit, avec votre permission je vais d'abord arpenter Sparte afin de mieux connaître ma nouvelle demeure et mieux appréhender le pouvoir dont j'ai été investi. Une fois prêt, je partirai semer les graines de la Guerre et du Chaos en votre nom."

Tanith se redressa et prit respectueusement congé de son seigneur; il se dirigea vers l'intérieur du domaine de la Guerre, comptant trouver un lieu où s'installer, fut-ce seulement temporaire, et rencontrer d'autres Berserkers avec lesquels il pourrait s'entretenir.
Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Jeu 30 Juil 2015 - 23:47

Le retour d’Alectryon comblait de joie le Déluge, son frère d’arme était revenu d’Ithaque, là où lui avait été déchu encore une fois. Etonnamment ce dernier sembla bien plus s’inquiéter que des demoiselle de sa nudité, serait-il prude?

Qu’importait, il attrapa au vol les habits de soldat qu’il lui lança et les enfila, après tout il s’agissait d’un ordre de son supérieur…
Dans une fougue remarquable les deux femmes s’en allèrent s’entraîner, voilà qui était une bonne chose! Des recrues motivé cela ne peux que rendre grâce à Arès.

Suite à cette pensé un fracas énorme vint frapper la porte du Gardien, le repos qui regnait fut troubler de bien belle façon, la Guerre était arrivé, la Guerre avait marquer de son empreinte son domaine, la Guerre était de retour. Ressentant le cosmos de son Dieu, Zyss s’élança de son perchoir et retomba à genoux face à Lui et le Le salua :
« Maître, votre retour nous comble tous de joie »

« Berzerker »

Ce mot fit frissonner de peur le Déluge, son Maître était certes de retour mais de très mauvaise humeur, bien vite il demanda un rapport de leurs activité durant son absence.
Alectryon fut bien plus vif quand à fournir son rapport et la réponse de leur Seigneur fit des plus effrayante : il fut exilé.
Sans discuter il s’exécuta et parti, d’un regard le Déluge encouragea le Cardinal, dans son regard il essaya de lui faire la promesse de se revoir bientôt.
Voilà une punition des plus effrayante, qu’allait donc attendre à Zyss?
« Maître, je conçois votre colère et sans peur je vous fait mon rapport. Après ma défaite sur nos terre face aux Enfers, mon corps réapparu dans les environs de Venise, là j’y ai rencontrer Alectryon et nous décidâmes de retourner sur Vos terres. Hélas j’en ignorai la localisation et lui faisant confiance, en tant que soldat et ami je l’ai suivi. Par manque de compréhension nous avions embarquer le mauvais navire, mais cela nous l’ignorions. Le capitaine nous demanda comme paiement pour le voyage de ramer, nous avions accepté car nous ignorions comment naviguer et par peur de voir l’équipage quitter le navire nous nous sommes soumis, mais nous avions pris sur nous car nous le faisions pour retourner vers vous le plus vite possible mon Seigneur. » Marquant un silence gêner, Zyss soupira puis repris. « Alors que nous arrivions aux abords des terres gelées d’Asgard dans notre impatience à revoir Sparte, nous avions conclus que les Spectres, suite à leur victoire avait maudit vos terres, c’est alors qu’un être démoniaque s’en pris à notre navire et sema le chaos et la destruction sur les terres du roi Odin. Pensant combattre pour vos terres j’y ai donner de nouveau ma vie. De retour sur vos terres j’y ai alors entrepris de reconstruire votre royaume quand vint l’idée d’aller conquérir Ithaque. Arès, incarnation de la Guerre, vous que je vénère, j’ai honte d’être votre soldat, encore une fois je fut vaincu là bas. J’accepterai votre sentence avec la servitude que je vous doit. »

Son rapport était maintenant fini et il attendit les mots d’Arès avec sang froid mais aussi une peur profonde. Au vue de sa situation il ignora la nouveau venu et le retour de Eyros.

Qu’attendait donc Zyss? Un exile? Une mise à mort? Une mission des plus rabaissante?
Revenir en haut Aller en bas
Raven

avatar
Messages : 21


MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 3 Aoû 2015 - 20:11

J'avais fait un long chemin avant d'arriver jusqu'ici, coupant à travers l'Empire des Moghols et le Royaume des Séfévides, je ne fis halte qu'en bordure de l'empire Ottoman pour monter à bord d'un navire et traverser la Mer Méditerranée. Ensuite, depuis Athènes, je m'étais mise à longer la côte. Contrairement à mon habitude, j'étais restée habillée d'une cape depuis les royaumes musulmans. Avec les cheveux noués en arrière et de simples sandales de marche, on aurait dit une mendiante perdue loin de ses terres.

On n'apercevait pas la moindre habitation dans les environs, seulement une vaste plaine inondée. L'eau sereine qui reposait sur ce lieu renvoyait faiblement l'éclat aigu du soleil. Il y avait çà et là d'épais cratères dans le sol, dont la formation tumultueuse contrastait avec l'harmonie de ces lieux. Un peu plus loin, il y avait une épaisse colonnade, si large qu'un bateau pourrait y passer. Ce couloir abimé et vieillit reposait lourdement dans le silence étouffant de l'été. Trois personnes se tenaient devant. De temps en temps, la voix de l'un d'entre eux se faisait perçante, pareille à un tonnerre, dont l'écho se répandait  comme un frisson glacé sur les rochers de la plaine, avant de de se refléter dans les flaques d'eau pour venir frapper nos tympans. En considérant ce paysage, je sentis que j'y reviendrai. Autrement dit, c'était l'inverse d'un sentiment de déjà vu. Cette intuition serrait les bases de ma conscience dans une longue étreinte, je pouvais sentir l'emprise d'Arès qui m'avait guidée jusqu'ici autour de moi, mais cette main qui me pressait n'appartenait à nulle autre qu'à moi-même. Un moi situé dans le futur, un moi qui aurait pris de l'âge et que, naturellement, je ne pouvais pas voir. Je pris un chemin pour arriver devant eux. J'ignorais où mes pas me guidaient, mais cette dernière route me parut interminable. Je continuais à avancer tranquillement vers eux, et l'immense aura de celui qui semblait diriger la conversation m'entourait.

Lorsque je fus devant lui, je restais figée sur place. J'en avais oublié l'usage de la parole. Je respirais lentement, j'avais le plus grand mal à me maintenir debout devant lui. A cet instant, j'avais littéralement perdu conscience de ma propre existence. Pendant un moment, je ne sus même plus qui j'étais. Les  contours de ma personne s'étaient effacés, je me sentais devenu une sorte de liquide dégoulinant. Machinalement, sans avoir le temps de réfléchir, j'ouvris la bouche tête baissée en regardant vers le sol. « Bonjour, je me nomme Shao Wei, Berserker de la Banshee. Je... Je suis venue servir la guerre et grandir avec elle. »
Revenir en haut Aller en bas
Tenma

avatar
Rôle : Taper taper et encore taper
Messages : 344


Caractéristiques
Vie Vie:
178/178  (178/178)
Cosmos Cosmos:
179/179  (179/179)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 4 Aoû 2015 - 15:13

Le cheval blanc marchait doucement à travers les plaines de Grèce, Tenma sur son dos. Le jeune berserkers n'avait pas trouvé le chevalier d'or des gémeaux au Sanctuaire, et cela l'embêtait un peu. Il voyageait donc à présent à dos de cheval. Vers où? Le royaume d'Arès. Le maître des explosions savait pertinemment ce qui l'attendait là-bas, une punition digne de ce nom. Mais bon, après tout, le berserkers le méritait bien. Tout ce qui préoccupait Tenma, c'était de savoir qui allait lui infliger la lourde punition qu'il allait recevoir.

Jugeant son cheval trop lent, Tenma lui adressa un petit coup et lui ordonna d'aller un peu plus vite que ça. Le magnifique destrier blanc du berserkers fonça alors à vive allure à travers champs et plaines de Grèce. Bientôt, le jeune berserkers et sa monture arrivèrent aux portes du royaume de la guerre. Tenma descendit et le cheval alla se cacher, effrayé par le monde présent aux portes du royaume d'Arès. Tenma retira sa cuirasse et dit.

-Bonjour tout le monde. Je me présente pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Tenma berserkers des explosions!

Le berserkers se tourna alors vers cinq soldats lambda.

-Vous cinq, enchaînez-moi en attendant qu'un supérieur se présente...

Tenma se mit alors à genoux, les mains dans le dos. Les cinq soldats l'enchaînèrent, et le berserkers commença à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Grell

avatar
Messages : 104


Caractéristiques
Vie Vie:
204/204  (204/204)
Cosmos Cosmos:
202/202  (202/202)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Jeu 6 Aoû 2015 - 0:25



Arrow Ithaque.

Peinant à rester debout sur mes jambes, j’essayais de m’en aller sans que les deux spectres et Milan le remarque. Malheureusement, ces gens ne devaient pas être des personnes à prendre pour des crétins, je savais bien que même si ils ne faisaient rien ils avaient très bien vu que je m’éclipsais en catimini. Le gars qui avait abattu le titan des eaux n’entre pas mon chemin, ce qui me surpris-je l’avoue puisque m’envoyer en Enfers à cet instant aurait été un jeu d’enfant. Cependant, m’attaquer également alors qu’il venait de détruire un de nos ennemis m’aurait semblé quelque peu louche, aussi je n’attendis pas vraiment qu’on vienne me cueillir afin de m’achever. Je fis quelques pas en direction d’une des forêts environnante, m’appuyant de temps en temps contre un arbre avant de reprendre mon souffle.

Respirant par saccade, je me demandais ce que j’allais bien faire à présent. Mes compagnons, étrangement, n’avaient plus l’air de se trouver à Ithaque. Probablement la présence oppressante des spectres devait en être l’origine. Ils avaient dû rentrer au berçail en vitesse histoire de ne pas se faire entraîner à nouveau dans des combats contre l’armée d’Hadès, Allez savoir... Après tout, ils venaient d’en perdre une aussi je voyais mal mes camarades se battre contre eux même si à priori ils ne cherchaient nullement à nous empêcher de nous emparer de la ville. Une fois que j’eu retrouvé le fil de mes idées, je continuais à marcher lentement alors qu’une grimace de douleur déforma mon magnifique visage devenu immonde sous les coups que m’avait donné le Capricorne d’Or.
Finalement, mieux valait pour moi trouver un moyen de rejoindre la forteresse de la Guerre autrement que par la marche. Au vu de l’état catastrophique dans lequel je me trouvais, j’allais devoir user de mon pouvoir afin de me téléporter hors du danger. Je fis donc appel à mes flammes incandescentes et ces dernières s’enroulèrent autour de moi pour me transporter là où je désirais me rendre. Un petit instant après, je réapparu à l’entrée du Royaume d’Arès. Je fis quelques pas hors de mon cercle de flammèche pour finalement choir à terre, terrassé par la douleur des blessures que l’on m’avait infligée. Devant moi se trouvait quelques bersekers, je reconnu d’ailleurs ceux qui s’étaient rendu à Ithaque. Il y avait également un qui semblait être une nouvelle recrue, tandis que le dernier visage sur lequel je désirais poser mon regard se tenait à quelques mètres à genoux tandis que des chaînes le recouvraient.

Alors que je me relevais grâce à la colère montante en moi, je fus surpris de constater que notre Seigneur Arès était également présent. Cela ne pouvait pas tomber plus mal. Je ne sais pas si il était de bonne humeur, cependant au vu de notre incompétence il aura tôt fait de tous nous punir pour notre incompétence à Ithaque, c’était inévitable. Je maudis silencieusement Tenma et surtout Sieghart pour m’avoir entraîné dans ce merdier. Le premier parce qu’il était un crétin de première et qu’il mériterait que je le massacre pour exister, tandis que l’autre nous entraînait dans une conquête alors que nous revenions de Guerre Sainte. Grâce à eux et à leur manque flagrant d’organisation, on avait dû revenir de là-bas bredouille et cela ne manquera pas d’irriter notre Maître Arès, j’en mettrais ma main à couper.

Je marchais donc péniblement vers le Dieu de la Guerre, l’une de mes mains posée sur l’une de mes blessures au niveau du bassin. Terrassé par une douleur qui n’avait pas l’air de vouloir guérir d’elle-même, je tombe à genoux devant Arès. Je n’étais pas contre une aide pour me relever, cependant je ne pense pas que mes compagnons risqueraient de venir m’aider à me soutenir alors que j’avais complètement déshonoré mon rang de Cardinal en n’ayant pas réussi à tuer le Dixième Gardien du Sanctuaire.


- Je me nomme Grell, mon Seigneur. Cardinale des flammes spectrales. Suite à l’appel de votre Héraut, je me suis rendue à Ithaque avec lui et l’autre que vous voyez enchaîné. Au départ c’était pour corriger cet avorton ici présent pour certains actes qui n’étaient pas correct pour un de vos serviteurs, maître. Cependant, ce dernier réussi à prendre la fuite en voyant un des titans apparaître accompagné d’un soldat d’Athéna. »

Je fis une pause pour reprendre mon souffle. Parler autant dans ma condition n’était pas une mince affaire, même loin de là. Tout en essayant de respirer, je me revoyais essayer de parler à Tenma mais ce dernier s’en était allé parce que les choses commençaient à s’envenimer pour nous, du moins le croyais-je avant de constater que les spectres avaient débarqué.

« - J’ai affronté le chevalier d’Or mais ce dernier à mon plus grand désarroi je dois l’avouer m’a laissé la vie sauve. J’ai donc pris moi aussi la fuite pour revenir vers vous, surtout que des spectres sont arrivés peu après. L'un deux à abattu Océanos, ce qui m'étonne, je dois l'avouer. Expliquais-je en évitant de dire que je m’étais battu seulement parce que je trouvais le Saint d’Athéna à mon goût. Si il n’avait pas été séduisant, nul doute que j’aurais davantage déshonoré mon grade en n’aidant pas les autres bersekers qui s’étaient dépêché à Ithaque en même temps que moi. Je vous demande pardon, mon Seigneur pour mon incompétence. »

Toujours la tête baissée, je restais à genoux en attende de ce qui allait se passer par la suite. Je ne savais pas vraiment ce qu’il comptait faire en réalité, mais cela ne présageait rien de bon pour tous ceux qui s’était déplacé vers Ithaque.
Revenir en haut Aller en bas
Arès
Dieu de la Guerre
avatar
Messages : 520


Caractéristiques
Vie Vie:
360/360  (360/360)
Cosmos Cosmos:
463/463  (463/463)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Lun 10 Aoû 2015 - 16:42


Tanith s'en était allé, il était partie d'autre Berserkers plus loin qui semblait se battre l'un contre l'autre. Il espérait que cela ne soit pas une querelle mais bel est bien un entrainement. Il irait vérifier tout ça sous peu... Il devait d'abord s'occuper des personnes présente. Zyss se réveilla enfin et daigna à prendre la parole pour expliquer ce qui c'était passé. Il avait accompagné Alectryon et honteusement servit de pauvre être humains. Ne pas savoir naviguer ? Il un guerrier assez puissant pour traverser tout les Océan sans aucun moyen matériel. Un véritable Berserkers était capable de fendre la mer en deux pour la traverser.

" C'est donc sans peur que tu m'informe de ton incompétence ? C'est bien ça Zyss... ? "

Le regard de la divinité ne c'était pas calmé avec les mots de son guerriers. Il ne craignait donc pas Arès ? Il allait vite comprendre que le dieu de la guerre n'était en rien comparable aux autres pathétique divinités qui vivaient paisiblement sur terre. La Guerre libéra son cosmos qui frappa Zyss en le projetant sur plusieurs mètres.

" Je veux que tu retrouve Aphrodite et que tu l'invite à me rejoindre dans mon temple. Ne revient pas avant de l'avoir ramené ici. Est-ce clair ? "

Le ton de sa phrase était sérieuse, si Zyss ne revenait pas avec Aprhodite il risquait de passer son existence enfermé dans le fin fond du royaume pour y être fouetté nuit et jour. Il avait donc tout intérêt à revenir avec elle. Une fois terminé, il sentit de nouvelle arrivé, les berserkers continuait à se réincarner et à venir en nombre. C'était une bonne chose après la perte de Deimos. La nouvelle arrivante semblait terrifié à l'idée de subir le sort que Zyss venait de recevoir. Mais qu'elle rassuré. Arès savait se montrer généreux avec ceux qui le servait correctement. La pression d'Arès était si grande que tout ceux qui étaient présent semblait être paralysé. Au moins une qui avait compris qu'il valait mieux ne rien dire. Tête baissé, elle se présenta comme étant Shao Wei de la Banshee.

" Tu tombe bien Shao Wei. Reste ici quelques instants, j'ai besoin que tu fasse quelque chose pour moi. "

Elle allait devoir attendre encore un peu car il avait sentit deux nouvelles personnes venir à leurs rencontre. Tenma, ainsi que Grell. Le deuxième était dans un piteux état. A croire qu'il venait d'essuyer une défaite. Le berserkers des explosion annonça son arrivé en se mettant à genou et en demandant à des soldats de bas étage de venir l'enchainer. Arès voyait ce qui se passait devant lui et se demandé s'il n'avait pas perdu toute sa tête... Le dieu de la guerre levant les yeux vers les cinq soldats qui avait rapidement compris qu'ils devaient s'en aller. Ils libérèrent donc Tenma avant de filer aussi vite qu'ils étaient apparu. Grell expliqua qu'il avait été battu par un Gold saint. Il était un peu étonné que Deimos ai décidé de se rendre la bas mais bon... c'était du passé. Le dieu Grec commençait à se calmer sans pour autant oublier les actes que venaient de réaliser ses guerriers.

" Est-ce toi qui as provoqué le chevalier d'or ou bien l'inverse ? "

Arès semblait bien plus préoccupé par celui qui avait déclaré le combat plutôt que celui qui avait remporté la bataille. Le regard tourné vers Tenma le dieu de la guerre semblait ennuyé et perdre patience par la façon dont il c'était présenté devant lui.

" qu'est-ce que ce spectacle alarmant Tenma ? Tu tient à être enchainé le durant tout ton existence ? "

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Zyss
Cardinal de la Calamité
avatar
Rôle : Cardinal des Calamités, création dePhobos et Gardien des Portes de la Guerre, monstre tentaculaire du forum, seigneur du temps en formation, éducateur de jeune recru...
Messages : 515


Caractéristiques
Vie Vie:
250/230  (250/230)
Cosmos Cosmos:
270/270  (270/270)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mer 12 Aoû 2015 - 16:42

Colère Divine et châtiment Divin...

Après que son Maître l'ai écouté avec patience le bilan fut rapide et une phrase tomba et claqua comme un fouet directement dans le coeur du Déluge :

" C'est donc sans peur que tu m'informe de ton incompétence ? C'est bien ça Zyss... ? "

Humilier par ces mots le Déluge eu bien du mal à reprendre de nouveau la parole mais il devait faire face à son jugement et mieux encore, montrer à son Maître qu'il le respectai plus qu'il ne le craignais, bien qu'apparemment  le Divin Arès souhaite le contraire...
Avec toute la force qui lui restait et avec la certitude qu'il devait rompre le malentendu présent, Zyss pris la parole tout en sachant qu'il le regretterai amèrement :

" Ce n'est pas sans crainte que je vous ai dit tout cela, mais en tant que votre Berserker, j'estime que je vous doit la vérité la plus absolu. Je vous craint comme je vous respecte mon Maître soyez en assurer... Mais comment un soldat peut-il servir son Seigneur s'il a trop peur pour lui faire face? Encore plus lorsqu'il est en tord!"
Tremblant et gardant sa tête tourné vers le sol le Déluge haletai de peur mais hélas il était bavard et aimait à se faire comprendre lors d'un quiproquo :
" J'attend votre jugement, vos mots sont ordre. En tant que Berserker j'éxecuterai n'importe quel tâche pour vous."

Soudain une violente vague du cosmos d'Arès vint percuter le berserker l'envoyant balader à quelque mètre, atterissant dans une flaque remplit de vase. Sonner par une puissance aussi colossal, il fut fastidieux pour Zyss de se relever avec aisance mais alors qu'il se redressait Arès parla et les ordres furent donné :

" Je veux que tu retrouve Aphrodite et que tu l'invite à me rejoindre dans mon temple. Ne revient pas avant de l'avoir ramené ici. Est-ce clair ? "

Aphrodite? Allez la chercher? Mais où? Était-elle au moins incarnée? Songeur aux ordres du Divin le soldat laissa ses questions de coté pour faire ce qu'il devait faire : Obéir.

"À vos ordres Seigneur Arès!"

Difficilement il se retena d'en dire plus, Arès n'attend surement que cette phrase. Posséder par une force prodigué par la fierté de recevoir un ordre directe d'Arès, Zyss se releva et il prit la direction du port de Sparte, il ignorait où il devait commencer son périple mais qu'importait.
Le berserker disparut alors de l'horizon de sa porte sans saluer ou regarder les autres berserker présent, cela ne lui importait plus, il avait des ordres et il tenait à accomplir sa mission.

Arrow Porte de la guerre
Revenir en haut Aller en bas
Katharina

avatar
Rôle : Berserker d'Arès
Messages : 514


Caractéristiques
Vie Vie:
210/210  (210/210)
Cosmos Cosmos:
264/264  (264/264)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mar 18 Aoû 2015 - 13:19

Katharina traversa le brasier des flammes irrespirable et rencontra un soldat lui annonçant une mauvaise nouvelle, elle apprit que son frère jumeau a été exilé par son dieu. Elle sentit l’obscurité envahirent peu à peu son cœur, son âme se déchira car cette annonce inattendue ébranla son esprit sombrant dans les ténèbres, une profonde amertume rongeait la jeune femme de l’intérieur, son incendie se déchaina et elle se métamorphosa en torche vivante, des flammes noires dansaient autour de la guerrière enragée.

Elle fit apparaitre des ailes de dragon dans son dos et s’envola dans le ciel flamboyant, elle ne trouvait pas les mots pour exprimer la peine qui l’étranglait dans ce moment difficile, ses yeux devinrent humides et des larmes de tristesses perlèrent sur son visage blême, elle hurla de désespoir puis la mélancolie fit place à la fureur. Déchainée, la combattante vit un îlot entouré de lave, elle fonça sur le temple situé au centre de cet atoll et dégaina son katana, elle déploya la puissance de l’arme mythique tranchant en deux les colonnes marquées par le temps, l’édifice s’écroula dans un bruit assourdissant dispersant ses décombres au fond du lac bouillonnant.

Cet effondrement produisit un nuage de poussière blanche s’élevant dans l’atmosphère et se déposant avec légèreté sur l’armure de la jeune berzerker, elle observa avec nonchalance cette poudre crayeuse, épousseta d’un revers de la main sa cuirasse et s’éloigna du brasier des flammes.

***********************************************************

Dès que Son courroux se calma, elle parcourut le champ de mars pluvieux, arriva à l’arche de la guerre et  perçut un cosmos particulièrement redoutable, puis elle avança pétrifiée de peur vers son dieu, croisa le regard inquiet de la nouvelle berzerker, posa un genou à terre et déclina son identité :  
Mon seigneur, je me nomme Katharina Avrora, Berzerker de l’incendie, je suis prête à vous servir !  

Elle détourna ses yeux un instant voyant Tenma et le cardinal des flammes complétement abattues, elle se dit à elle-même « Les pauvres, je les plains ».                          

[/b]


Dernière édition par Katharina le Sam 29 Aoû 2015 - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 708


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
315/315  (315/315)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Ven 21 Aoû 2015 - 17:46

Les portes de la Guerre s'ouvrirent brusquement, laissant s'engouffrer sur les Terres d'Arès un frisson sinistre et lugubre. Les Ténèbres se ruèrent telles des fauves affamées sur les mortels présents en ce lieu, et firent grandir une crainte viscérale et irrésistible en eux. Menacés, voilà ce qu'ils devaient ressentir, mais une menace implacable et impitoyable. Les eaux du domaine  paraissaient alors bien plus inquiétantes, bien plus sinistres, et les ombres elles même semblaient animées, à moins que leur imagination ne leur jouait des tours. Le sanctuaire malsain et obscure de Phobos poussa alors une plainte étrange tandis que l'horreur redevenait vivaces et omniprésentes en sa forteresse. Une multitude de chauves souris entra alors en scène, passant au dessus des berserkers et en leur assénant des cris aussi stridents que menaçants. Dans un ballet sombre et maléfique, les créatures de la nuit tournoyèrent pour se rassembler et de cette horde étonnante surgit Phobos. 

Le fils d'Arès s'avança jusqu'à son père et s'inclina face à lui. 

"Me voici de retour, Père. Je viens d'être rejeté du Tartare, avec un message pour vous. L'être que vous avez affronté semble tenir à ce que vous souveniez de vos échanges mais je lui ai rappelé que, quoique vous ayez pu vous dire, vous êtes Arès, et vous ferez ce que bon vous semblera." 


Phobos se redressa pour regarder son Père. Ce dernier savait qu'il le respectait avec une foi absolue et qu'il le suivrait quelque soit les décisions qu'il prendrait. Néanmoins, il devait lui parler de la Guerre Sainte qui s'était déroulée sur son Royaume.

"Je vous présente mes excuses pour être tombé face à Thanatos durant la Guerre Sainte, Père, mais soyez certains que malgré mes affinités avec le royaume infernal, je n'ai absolument pas retenu mes coups. La férocité de Thanatos a été grande, très grande, mais malgré tout, voyez cela comme une "consolation", je lui ai fait forte impression et désormais, je suis considéré comme étant une menace sérieuse pour les Enfers. Apparemment, le fait que je sois moins friand des combats que vous ou Deimos l'avait fait me sous estimer, et cette erreur lui a été pour le moins fâcheuse, car désormais le dieu de la Mort connaît le goût métallique de la Peur! J'imagine que cette perspective devrait vous faire plaisir, malgré ma défaite..." 

Son regard passa alors sur les berserkers présents sur places. Mépris, dédain et sévérité flamboyaient dans ses yeux froids et sinistres. 

"Avec les derniers événements, je n'ai malheureusement pas pu gérer les berserkers, mais je dois reconnaître que leurs faiblesses lors de la bataille a été un problème qu'il faut régler au plus vite. Je vois de nouveaux guerriers à votre service, Père. Souhaitez vous que je m'occupe d'eux, afin d'en faire de véritables berserkers impitoyables qui seront craints de tous?" 

Phobos croisa ses mains derrière son dos, et les observait comme si ils n'étaient guère plus que des enfants. Son regard se posa sur Tenma et devint alors intense, au point que ce dernier pouvait se sentir comme une sourie traquée par un chat affamée.

" Qu'a donc fait celui ci pour être enchaîné de la sorte?" 

----------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Raven

avatar
Messages : 21


MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   Mer 26 Aoû 2015 - 0:50

Une fois que Xiao Wei eut intégré la réalité de ce qui l’entourait, un processus d’adaptation se mit en place en elle. D’abord vint l’absence. Elle s’enfouit le visage dans les mains et respire sans bruit, les épaules agitées d’un léger tremblement, comme si elle voulait que personne au monde ne la voie.

Tu tombe bien Shao Wei. Reste ici quelques instants, j'ai besoin que tu fasse quelque chose pour moi. Dit Arès.

Bien sûr, répondit Xiao Wei.

Puis elle respire à plusieurs reprises, profondément. D’autres berserkers arrivaient et se joignaient au groupe. Face à cet afflux de personnes, Xiao Wei était soulevée par un effroi nouveau. Elle n’était pas du genre à prendre peur sans menace. Elle était plutôt habitée par ma rage. Contre elle-même ou contre les autres. Aussi était-il très rare qu’elle se retrouve bloquée. Depuis qu’elle était née, elle n’avait jamais été que seule face à la guerre. Et quand l’exercice avait été la seule voie possible, elle réalisa qu’endurcir son cœur et ne pas répondre à ses sentiments de rage ne seraient pas les seuls efforts à produire. Il faudra désormais parler, s’intégrer, et faire équipe avec ses compagnons. Libérant son visage. Elle suivait du regard chaque nouvel arrivant.

Arès ? Photos ? Katarina ? Qui dois-je suivre ? murmurait-elle.

Son unique réconfort était qu’elle n’avait rien à perdre, ni même sa vie. Pourtant, elle devait parler à ses compagnons. D’abord, parce qu’elle l’avait promis à la banshee. Et aussi pour une autre raison. C’était une question de courtoisie, même si l’expression n’était pas la plus appropriée. Pendant très longtemps, Xiao Wei n’avait pas véritablement parlé à quelqu’un. Même pour une simple conversation. La dernière fois qu’elle avait eu une espèce d’échange avec plusieurs personnes, elle avait assassiné ses confidents. Il était de son devoir, pensait-elle, d’interagir avec eux, de montrer sa présence et son implication. Non, en fait, il ne s’agissait pas d’un devoir, estimait Xiao Wei. C’était vraiment une question de courtoisie. Et cela n’avait pas de rapport avec le fait que ce qu’elle dirait parvienne ou non aux oreilles des berserckers, que ça leur soit utile ou non.

Dites-moi comment vous aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le gardien et sa porte   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le gardien et sa porte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le gardien et sa porte
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» La Porte fractionnée....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: La porte de la guerre-