Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 En route vers Sparte [FB alectryon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: En route vers Sparte [FB alectryon]   Ven 6 Fév 2015 - 23:53

Le voyage vers Sparte allait être long et sa nomination récente lui faisait sentir tout le poids de sa nouvelle responsabilité. Il voulut quérir le conseil de son père adoptif et ce faisant peut être allégé la tension. Les paroles et les gestes du vieil homme à la voix chaleureuse avait toujours su l’apaiser et c’est donc naturellement vers lui que le jeune homme s’était tourné.

De toute façon il était évident qu’il n’allait pas se tourner vers sa famille de sang dont pas une marque de tendresse n’était venue. Ils ne l’avaient même jamais laissé voir sa sœur jumelle, si ce n’est cette courte entrevue qui lui valut une rossée. Ces gens ne lui avaient témoigné que du mépris, comme s’ils se considéraient bien supérieure à tout le monde. Ce devait d’ailleurs être une horrible déception et même presque une trahison divine que de voir le rejeton bâtard obtenir l’armure qu’ils convoitaient tant pour les leurs.

Qu’est-ce qui te trouble mon garçon ? Fit le mir d’une voix rassurante.
N’es-tu pas heureux d’avoir accomplis ce que personne ne te croyais capable en dehors de ta mère et moi ?


Ce n’est pas vraiment ça… C’est juste que je me pose des questions par rapport à cet évènement. J’ai l’impression d’avoir usurper ce rôle. Personne ne m’attendait à ce poste parce que je ne devais pas y être, et suis-je même fait pour être un guerrier d’Arès ?

Son vieux lui souris avec tendresse, il attrapât sa tête et la callât contre lui. Ce geste, il le savait, saurait apaiser son fils, il ne lui avait pas donné son nom mais, tout son cœur. Il caressa longuement son enfant, le serrant de temps en temps plus fort contre lui. Il savait que, même s’il devrait bien le laisser partir, le devoir du jeune homme était de servir son dieu.

Tu sais, je pense que si tu as été choisi et non le fils ainé de la famille Avrora, ce n’est pas par hasard. Arès a dû voir en toi que tu es un homme courageux fiable et loyal. Tu te poses des questions et c’est normal mais, ne t’en pose pas trop, ou tu deviendras l’esclave de tes doutes. Tu n’es peut être pas le plus violent, le plus belliqueux des hommes mais, le dieu de la guerre sais surement que tu lui seras dévoué et que même la peur ne t’empêchera d’accomplir ton devoir.

Alectryon releva la tête pour porter un regard plein de reconnaissance envers cet homme qui, pour lui était bien plus qu’un père. Il l’avait recueilli quand tous le rejetait, lui a donné un toit, une éducation et tous l’amour et la confiance qu’il faut pour qu’il se forge et devienne un homme capable d’accomplir son destin.

Tu sais, j’ai peut-être l’armure d’un guerrier d’Arès, je suis peut être vu comme l’élu de ce village et mon nouveau rôle est une grâce qui m’est faite mais, de toute les choses que j’ai en ce monde, ce sont mère et toi qui me sont les plus chères.

A table ! Cria au loin sa mère de cœur.

Vient fils, il ne faut pas faire attendre ta mère, elle serait fichu de nous privé tous les deux de dessert et, je me suis laissé dire qu’elle avait fait une tarte pomme mirabelle.

Alectryon en avait déjà l’eau à la bouche, les petits plats de sa mère était réputé les meilleurs du village mais, ses desserts les surpassaient outrageusement. La bonne odeur de ses plats s’intensifiait à mesure qu’ils se rapprochait de la charmante masure qu’il avait quitter quelques années auparavant pour suivre l’entraînement du prêtre. Cette distance lui avait tant fait regretter tout ce que cette petite demeure représentait et maintenant il pouvait à nouveau en profiter, du moins pour un temps car, il faudrait bien partir pour Sparte bientôt.

Il arrivèrent à temps pour ne pas craindre une quelconque privation et s’installèrent à table, l’ambiance de cette soirée serait sans doute merveilleuse car elle serait l’occasion de retrouvaille tant attendu et d’un possibilité de jouir de la présence d’une famille uni avant de devoir a nouveaux se dire adieu.
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: En route vers Sparte [FB alectryon]   Ven 27 Fév 2015 - 22:55

Une douce nuit s’était enfuie, tirant derrière elle les lueurs d’une belle matinée pleine de promesses. La compagnie de ses parents adoptifs et un bon lit bien chaud, sans parler de bons petits plats de sa mère, lui gonflèrent le cœur et lui donnèrent suffisamment de vaillance pour le départ qui s’annonçait. Dire adieux à ses parents était une chose difficile, tant pour le coté affectif que pour les avantages que représentait leur accueil mais, le service d’Arès ne souffrirait pas plus de retard.

Mère, Père, je sais que votre sang ne coule pas dans mes veines mais, je ne vous ai jamais vu autrement que comme mes vrais parents. Vous m’avez fait grandir dans l’amour et m’avez toujours donné votre confiance. Vous avez toujours crus en moi et je vous en remercie mais, à présent je dois partir, le chemin pour Sparte est long et j’aimerais arriver au plus tôt pour prendre mes ordres auprès de mon dieu.

Les deux braves personnes qui avait fait de ce jeune homme, le berzerker qu’il était aujourd’hui, échangèrent un regard lourd de tristesse mais pleins d’amour. Ils avaient toujours sur qu’un jour il finirait par partir mais, cela restait toujours un moment très difficile, même s’il allait devenir quelqu’un et qu’il aurait donc un meilleur avenir qu’ici où il restait un bâtard. Le père lui répondit avec tendresse.

Tu sais mon fils, nous avons toujours cru en toi certes mais, tu ne nous as jamais déçus non plus. Nous n’attendions pas grand-chose, juste de l’amour de ta part et que tu te sentes avec nous comme si nous étions tes vrais parents, en cela tu as toujours répondu à nos attentes. Ce que je veux dire c’est que ce destin que les dieux t’ont confié est une chose merveilleuse mais, même si tu n’étais resté qu’une personne simple comme nous, notre amour pour toi n’aurait pas changé. Nous sommes certes tristes que tu partes, mais avant tout nous sommes très fiers de toi.

Alectryon les regarda, retenant ses larmes, il avait peut-être été rejeté mais ses parents adoptifs lui donnèrent une vie plus merveilleuse qu’il n’aurait pu imaginer. Il n’avait certes pas vécut dans l’opulence mais, au moins avait été épargné des maux que devaient affronter bien des gens. Cependant cette protection fit qu’il se demandait s’il saurait s’en sortir par ses propres moyens et les persifflages des gens du village quant à la curieuse obtention de son armure n’arrangeait rien.

Vous, vous en pensez quoi du fait que j’ai obtenu cette armure ? Pensez-vous que j’en sois digne ? Et si tout ça était une stupide méprise ? Vous le savez, je ne suis pas un guerrier et, je suis bien trop naïf pour faire un bon berzerker… Comment vais-je faire une fois là-bas. Et si mon cosmos n’est pas suffisant ?

Tu te poses trop de question mon fils, répondit son père.
Ta mère et moi pensons que ce n’est aucunement une erreur, une armure d’Arès ne se libère pas pour le premier imbécile venu, ce qui prouve que tu n’en n’es pas un. Tu as peur de ne pas être à la hauteur et pourtant, tu n’as pas hésité à risquer ta vie pour sauver celle d’une personne qui te voulait pourtant du mal. Tu as beau nourrir pleins de doutes, tu sais où es ton devoir et rien ne t’empêche de l’accomplir.  Tu seras un excellent guerrier mon fils crois-moi.

Si jamais tu as peur de ne pas avoir suffisamment confiance en toi, j’ai peut être une solution pour toi mon fils. Intervint sa mère.
Il y a de cela bien des années, un homme venu des pays de l’Est est arrivé au village. Je te parle de ça mais je ne l’ai jamais vu, c’est ce que ma grand-mère me racontait. Il prétendait que dans la région il y avait une zone de concentration de cosmos et qu’il parviendrait à forger dans ce lieu, une épée incomparable. Il partit donc dans les montagnes et ne reparut qu’après un mois entier. Il prétendit avoir créé une épée dont la puissance serait légendaire et qu’il la laissait à celui qui s’ne montrerait digne. Il indiquât le chemin sur une tablette de pierre qui depuis demeure au temple. Bien des gens ont tenté en vain de s’en emparé. Mais aucuns n’avait l’armure d’un élu d’Arès. Si tu t’emparais de cette lame, tu serais sure de l’emporter sur tes adversaires.

Merci mère, j’essaierais de la récupérer et de vous faire honneur par la même occasion. Puisse le destin vouloir qu’on vous rapporte bientôt mes faits d’armes, que vous puissiez faire taire toutes ses mauvaises langues qui n’ont une de cesse de nous railler.

Il embrassât ses parents et après un crochet au temple pour faire une copie de la carte, il prit la route pour la sente des montagnes. Si cette épée était si exceptionnelle, peut-être pourrait-il en tirer quelques avantages. Il tâcherait de l’obtenir afin que lorsqu’il reviendrait dans son village natal, il puisse rendre ses parents fiers. Il s’armât de courage, écartât les doutes de son esprit et forçât le pas car, on devait surement l’attendre et, ce détour ne le rendrait pas plus ponctuel.
Revenir en haut Aller en bas
Alectryon
Cardinal du Feu
avatar
Rôle : Cardinal Du Feu

Messages : 1085


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
420/420  (420/420)

MessageSujet: Re: En route vers Sparte [FB alectryon]   Mer 11 Mar 2015 - 8:41

Il fallut bien deux semaines… deux longue et fastidieuses semaines pour enfin arrivé à l’entrée du lieu au se trouvait cette fichue épée. Cela faisait donc plus de deux semaine qu’il avait reçu l’appel de son dieu et qu’il n’était toujours pas parti pour le royaume de la guerre. Mais pourquoi fallait-il que cette maudite forge soit si loin. Et le pire était de savoir qu’il n’aurait peut-être pas cette épée, ou qu’il pourrait peut-être mettre deux semaines de plus pour la récupérer. Combien de pièges ou d’énigme pouvaient se trouver entre lui et la lame, au bout de combien de temps arriverait-il enfin devant Arès pour se présenter à lui.

L’entrée était creusée à même la pierre, de lourds linteaux de roche cyclopéenne en soutenait la structure et était recouvert de rune d’un motif qui lui était inconnu. Alectryon entra dans ce qui semblait être un long et sombre boyau dont le fond se perdait dans les ténèbres. Sans torche ni moyen d’en faire, il concentra son cosmos pour faire apparaitre des flammes qui serviraient à éclairer son chemin le temps de la descente. Le tunnel étant humide et les parois suintant d’eau et goutant de temps à autre, il se félicitât que son éléments soit le feu car, une torche aurait fini par s’éteindre.  

Après avoir suivi ce corridor pendant ce qui lui semblait une éternité, il arrivât dans une pièce qui semblait éclairer, il prit d’abord les rayons pour la lumière du soleil mais, en observant leur pâleur, il comprit que ce n’était que les rayons de la lune. La lune ? Pensât-il, il était donc si tard que ça ? Combien de temps avait-il mit pour se rendre en bas et pourquoi, par tous les dieux de l’Olympe, avait-il fallut que ce chemin descende si bas. Ce forgeron de malheur ne pouvait-il pas faire les choses simplement ?

Il détaillât la pièce, grande et spacieuse et pleine… de vide. Seule, une porte se dressait au bout de cette immense place vaine, comme un unique point de repère contre la monotonie de cette salle. Elle n’arrangeait rien à vrais dire mais légitimait le chemin parcouru, plutôt que d’avoir fait cela pour rien. Le cardinal se mit à la traversé lorsqu’il remarquât que certaines des dalles qui couvraient la pièce était éclairées par la lune tandis que d’autres non. Il se demandât pourquoi jusqu’à ce qu’un de ses pieds ne s’y pose par mégarde. Le sol se dérobât sous lui et il lui fallut tous les réflexes de son entrainement pour ne pas finir dans un puis dont la profondeur lui échappait, tout comme l’envie de le savoir.

Il fit quelques cabrioles et un maximum de course pour se rendre à la porte avant que le reste du sol ne s’écroule sous ses pas et l’emporte dans l’abîme. Une fois le seuil franchis, il se demandât, non sans une pointe d’inquiétude, comment il ferait pour retourner sur ses pas. Il y avait tout intérêt à ce que la fin du trajet ai prévu un autre sortie ou, il risquait d’être coincé un bout de temps. Arès n’apprécierait surement pas de savoir que son cardinal soit bloqué comme un imbécile dans une grotte perdue au fin fond de la macédoine.

La pièce suivante était une sorte de labyrinthe, de grands murs dressé formant des angles bizarres et serpentant à travers les ombres sans aucun plan à priori. Il vit un écriteau sur lequel était écris quelques instructions. Il y avait un code couleur pour des murs repère, ceux-ci étant la pour marquer des passages ou des points de contrôle important afin d’en déterminer la sortie. Après avoir réfléchis un long, très long moment, Alectryon prit sa décision, il mit en place le plan qui avait muri dans son esprit… Il fracassât tous les murs les uns après les autres en traçant un chemin direct jusqu'à l’autre bout de la pièce.


Oh hé ! J’ai déjà assez perdu de temps comme ça !

Il reprit sa route à travers maints autres chemins tortueux et maints autres boyaux sombres et lugubres, descendant de plus en plus, respirant difficilement à mesure qu’il s’enfonçait dans les entrailles de la terre. Il avait l’impression que s’il allait plus avant, il serait bientôt au centre de la terre et, en effet ces craintes se justifièrent lorsqu’il atteint un promontoire surplombant un lac de lave. Les torrents de magma brûlant se déversaient rugissant sous ses pieds et des vapeurs sulfurées s’en élevait en volute nauséabonde. Au bout de ce promontoire se trouvait une sorte d’autel, en s’approchant, il vit a nouveaux les runes en question. Il ne comprenait toujours pas leur signification mais, en regardant le plan qu’il avait récupérer du temple de son village, il vit qu’il y avait une suite de ces mêmes runes. Il se demandât s’il suffisait de les activée selon leur ordre d’apparition sur le plan.

Il entrât la séquence en suivant bien l’ordre et les consignes, il entendit un craquement, puis, le panneau de pierre de l’autel coulissât, laissant apparaître un coffre fait d’un métal noir et rouge iridescent dont des veines enflammé semblait battre d’une pulsation infernale. Alors qu’il posait la main sur ce coffre, il sentit sa chaleur si intense qu’il aurait pu être calciné s’il n’avait pas été le cardinal du feu. Il put l’ouvrir finalement et vit une épée magnifique irradiant d’une énergie folle. AU verso du couvercle du coffre était écris cette inscription :



Voici l’épée des flammes dévorante : Kurikara Komaken.

Il la prit avec lui mais, ne savait toujours pas comment sortir. Le sol se mit à trembler comme s’il allait s’écrouler, perspective inintéressante étant donné ce qui l’attendait en bas. Il cherchât partout une échappatoire mais, sans aucuns résultats. Au bout d’un moment, un pan du plafond de la caverne s’écroulât, laissant apparaitre, une ouverture, une sorte de galerie qui paraissait remonter à la surface. N’ayant guère d’autre choix, et comme il fallait agir vite, il profitât du pan en pleine chute pour se propulser vers ladite galerie qui, même si elle n’avait pas de sortie serait toujours mieux que de finir dans la lave bouillante.

Heureusement, même si elle était étroite, le passage l’amenât à la surface et, l’air pur et frais en comparaison de ce marasme méphitique en bas semblait plus délicieux que le parfum d’un champ de fleurs. Il observât les alentour et… poussât un hurlement, en contrebas, à peine une journée de marche, se trouvait son village natale… Comment, mais, comment avait-il put ne pas le voir ? Il relut la carte et se rendit compte qu’il avait pris un mauvais chemin le forçant à contourner une chaine de montagnes. S’il avait bien lu, il serait arrivé au même point en trois jours maximum. Il poussât un soupir de dépit et repris sa route pour Sparte, sans aller vers ses parents, il n’avait que trop tardé.


fin du FB
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En route vers Sparte [FB alectryon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

En route vers Sparte [FB alectryon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FDJ 2015 : En route vers les sommets ! 1/3
» La route vers la mer [Libre]
» Maison de Nara
» En route vers Sushi Island ! (PV Xam)
» Repons Peyizan en route vers le 14 mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-