Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eris ShadowSong
Membre d'Or
avatar
Messages : 1673


Caractéristiques
Vie Vie:
309/309  (309/309)
Cosmos Cosmos:
308/308  (308/308)
Armure Armure:
400/400  (400/400)

MessageSujet: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Lun 17 Nov 2014 - 19:55

¨°º¤ø„¸¸„ø¤º°¨

Nous sommes au mois de Juillet, la France est en hostilité coloniale franco-britannique depuis l’année dernière et ne cesse de continuer… Eris avait quitté le Labyrinthe laissant Cronos pour mort des mains du Juge du Garuda et du Dieu de la Mort. Libre elle avait parcouru de nombreux endroits dans le monde et avait fini de se réfugier dans un recoin de la France.

Au bout de quelques jours, elle avait réussi tant bien que mal à se mêler au sein d'un haras et avait fait son possible pour diminuer son cosmos pour passer plus facilement inaperçu. Certes si quelqu'un de puissant passé par là, il y avait de très forte chance qu'on réussisse à voir que la Discorde se trouvait par ici. Ses robes luxueuses avaient laissé place à une tenue un peu plus basique, mais autour du cou de la demoiselle, le collier en forme de serpent était toujours aussi présent.

Les propriétaires avaient vu que la jeune femme était douée avec les chevaux, elle entraînait régulièrement ceux-ci dans sa discipline de prédilection en échange du gîte et du couvert. Ayant quelques extras, elle avait la possibilité plusieurs fois de partir en promenade avec certains chevaux dit « à la retraite ».

En fin de journée en cet été 1755, Eris avait décidé de partir en promenade. Une fausse excuse pour ses patrons, qui lui permettait d'aller voir autour du domaine si Cronos n'avait pas retrouvé sa trace ou envoyé l'un de ses sbires pour l'abattre. Malgré sa puissance, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un petit grain de paranoïa qui l'empêchait de se sentir totalement libre est indépendante.

Effectivement ce jour-là, quelque chose ou quelqu'un était de passage pas loin du haras et la Déesse préférée aller directement à sa rencontre que de l'attendre sagement où elle séjournait depuis quelques temps. Observant son cheval, elle remarqua que l'animal n'avait pas l'air anxieux, donc que le cosmos ne devait pas être aussi nocif qu'elle pouvait le croire. Nocif n'empêchant pas bien sûr que celui-ci soit malgré tout un dangereux adversaire.

Lorsqu'elle sentit qu'elle était déjà proche de son visiteur, elle descendit de sa monture et préféré l'attacher à la branche d'un arbre pour terminer d'avancer seule. C'est alors qu'elle le vit, un homme était bien présent en ces lieux et vu son cosmos ce n'était sûrement pas quelqu'un de banal. La paranoïa l'emportant de nouveau sur la raison, la Déesse commença à se sentir nerveuse, mais essayait tant bien que mal de garder une attitude calme.

« Bonjour jeune homme. Cherchez-vous quelque chose ou quelqu'un dans ces contrées ? »

Jouant la carte de la naïveté, la jeune femme laissait le suspens à son partenaire de celui qui allait dévoiler son identité le premier. Son cosmos lui rappelait vaguement une nuance de souvenirs, mais de là à dire de qui de quoi là... C'était peut-être une Déesse, mais en attendant elle n'était pas celle de la connaissance du tout sur tout ! Restant toujours sur ses gardes, la demoiselle savait où se situait sa porte de sortie en cas de combat ou de fuite...
Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4341

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Ven 21 Nov 2014 - 20:50



Sur mon destrier, vêtu d'une armure solide et fonctionnelle, j'observe le paysage Normand, trop longtemps chassé de ma mémoire. Un territoire de noblesse pour les chevaliers et les écuyers et qui fût glané par moult faits historiques. Mais, mon intérêt est ailleurs qu'une simple visite touristique. Puisque je dois faire escale jusqu'au pays d'Asgard, un territoire bien plus au nord. Et soucieux de minimiser mes efforts, j'ai pu acheter, moyennant finance. Un cheval fort robuste, mais le climat estival allié à la distance parcourue. À épuiser mon canasson à un point que je ne soupçonnais que trop peu. Soucieux sur son épuisement, j'arpente la route jusqu'à parvenir à un haras à la réputation établie dans la région Normande.

Après quelques kilomètres parcourus et marchant au côté de mon canasson pour lui éviter une fatigue plus prononcée. Au détour d'un virage, une silhouette féminine à l’apparence aussi svelte que resplendissante me contraint à ralentir le pas. L'étalant d'un bref regard, la demoiselle me halte de quelques paroles, me contraignant à arborer un visage amical. Stoppant définitivement mes pas, je caresse le museau de mon canasson pour l'intimer de s'arrêter à son tour. Replaçant mes prunelles sur la demoiselle, j'esquisse un timide sourire, puis à rétorquer d'une voix douce.


Bonjour ma Dame. Voilà fort longtemps que j'ai arpenté le territoire Normand et bien que je ne m'y sente comme un étranger, plus qu’un natif. Chaque retour et comme un retour aux sources ...

Bref silence où je m'avance de quelques pas, avant de m'arrêter, le regard figé quelques secondes sur mon cheval. Je replace mes pupilles sur la parfaite inconnue.

Avant d'énoncer la raison de ma venue. Laissez- moi décliner mon identité. Je me nomme Alistair et je suis originaire de France, mais depuis quelques décennies. Je vis en Grèce. Et ce qui motive ma visite sur les terres Normandes et de trouver un haras pour soigner mon destrier. Je dois faire un long voyage jusqu'au pays d'Asgard pour des raisons personnelles. Mais, les terres du grand nord regorgent d'une mythologie et d'un paysage unique au monde. Je vous recommande vivement d'apprendre à connaitre cette région du monde.

Ponctuant mes dires d'un sourire sincère. J'étale d'un nouveau regard la parfaite inconnue, la jaugeant sur les moindres coutures. Pas par arrière-pensée malsaine. Mais, pour desceller un geste anodin, qui de prime abord. Peu paraitre futile. Mais, le comportement trahit parfois, des sentiments inavouables. Finalement, mes pupilles se reposent une dernière fois sur le regard de la jeune femme. Un regard envoutant qui finit par s'illuminer d'une flamme captivante pour la jeune femme. Quelque chose en elle m'envoûte, un quelque chose que je ne sais pas décrire, mais qui subtilise mes sens, se concentrant sur elle et uniquement pour et vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Eris ShadowSong
Membre d'Or
avatar
Messages : 1673


Caractéristiques
Vie Vie:
309/309  (309/309)
Cosmos Cosmos:
308/308  (308/308)
Armure Armure:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Lun 2 Mar 2015 - 23:08

¨°º¤ø„¸¸„ø¤º°¨

La Déesse avait repéré un cosmos, lors-qu'arriva vers elle, un chevalier vêtu d'une très belle armure gardant auprès de lui son fidèle destrier qu'il calma d'un geste amical de sa main sur le museau de l'animal. Les yeux de la jeune femme remplie de malice ne pouvait qu'admirer l'homme qui venait vers elle, son regard perçant le sien, la paranoïa reprenait malgré tout le dessus et elle n'avait qu'une peur ... griller sa couverture. Un timide sourire apparaissant sur ses lèvres, il se mit à lui répondre d'une voix douce et malgré tout viril ces quelques mots.

Bonjour ma Dame. Voilà fort longtemps que j'ai arpenté le territoire Normand et bien que je ne m'y sente comme un étranger, plus qu'un natif. Chaque retour et comme un retour aux sources ...

Le coeur battant un peu plus rapidement dans sa poitrine, la jeune femme venait de clairement comprendre que ce cher chevalier connaissant bien cette région de France. Etait-ce donc Cronos qui l'avait envoyé ici ? Non non, c'était impossible qu'il est pu retrouver sa trace et embaucher quelqu'un qui ne soit pas du Labyrinthe aussi vite. En tout cas, elle l'espérait...
Le silence s'était fait sentir pendant quelques minutes, mais mon mystérieux camarade après avoir regardé son destrier, se remettait à me cerner de son beau regard ce qui me mit de nouveau mal à l'aise.

Avant d'énoncer la raison de ma venue. Laissez- moi décliner mon identité. Je me nomme Alistair et je suis originaire de France, mais depuis quelques décennies. Je vis en Grèce. Et ce qui motive ma visite sur les terres Normandes et de trouver un haras pour soigner mon destrier. Je dois faire un long voyage jusqu'au pays d'Asgard pour des raisons personnelles. Mais, les terres du grand nord regorgent d'une mythologie et d'un paysage unique au monde. Je vous recommande vivement d'apprendre à connaitre cette région du monde.

La douche froide se fit ressentir sur certains mots, mais au final calma peu à peu la jeune fille. Effectivement, il est quelqu'un de spécial, il vient de Grèce et sa destination est en Asgard. Mais, il n'a pas l'air d'avoir croisé Cronos ou quelqu'un d'autres qui est au courant de ma mesquinerie envers le Chef du Labyrinthe. Recherchant dans sa tête d'autres personnes lui voulant potentiellement du mal, elle fit vite le tour dans sa tête et non il ne valait mieux pas penser à ça maintenant. Desserrant les dents et moins « figée » dans sa posture, la demoiselle fit un léger sourire répondant au sien et continua enfin le dialogue de sa voix cristalline.

« Pour ma part, je ne suis qu'une simple jeune femme au service du Haras pour lequel vous aviez sûrement envie d'amener votre cheval, d'où notre rencontre. Je m'excuse de vous avoir importuner de la sorte et me présente à mon tour. Je me nomme Ruika et je suis enchantée de faire votre rencontre Chevalier Alistair. »

Sur ces mots, la demoiselle fit une révérence qui venait de griller légèrement sa couverture. Peut-être que l'homme en face d'elle ne remarquerait pas la noblesse de ses gestes, car pour passer pour une simple jeune femme, elle pouvait avoir malgré tout quelques manières de son ancienne vie voir de la Déesse...
Au fil de la conversation le chevalier lui paraissait moins austère et devenait de plus en plus amical avec son petit sourire. On pouvait même dire que le Monsieur était très charmant, mais ... la paranoïa lui mit une méchante claque derrière la tête du style « Oh n'oublie pas, tu ne sais pas qui il est exactement ! » Mais, il ne fallait pas oublier l'essentiel de la conversation.

« Si vous voudriez bien cher Chevalier Alistair, je peux vous conduire au Haras d'où je viens et pourrait panser votre destrier durant votre séjour. Le domaine a quelques hébergements pour les voyageurs et je suis à leur service pendant encore un certain temps. Est-ce que ma proposition vous intéresse-t-elle ? »

Ce qui voulait clairement dire dans l'esprit de Ruika « Nos amis doivent être près de nous et nos ennemis encore plus prêts ». Elle ne savait pas si ce Chevalier était l'un ou l'autre, mais valait mieux le tenir pas trop loin d'elle durant son séjour... Puis, il n'avait pas l'air d'être de mauvaise compagnie donc autant discuter avec quelqu'un qui de surcroît connait son monde et pourra peut-être lui donner certaines informations depuis son départ du Labyrinthe de Cronos.

Répondant au doux sourire du jeune homme, Ruika attendait sa réponse fixant toujours celui-ci de son regard remplit de malice. Sa main se porta involontairement à son collier qu'elle caressa du bout des doigts montrant un certain stress qu'elle ne pouvait s'empêcher d'avoir dans la situation dans laquelle elle était depuis tout ce temps.
Puis bon au final valait peut-être mieux mourir des mains de cet homme que ceux de Cronos !


Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4341

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Sam 7 Mar 2015 - 19:49



Chevalier ? Je n'ai pas eu à ma connaissance, eût le loisir de vous révéler mon titre. Mais, soit. J'accepte votre invitation ma Dame.

Au silence qui suivit ma rhétorique. Je remarque que ma présence rend nerveuse la jeune Dame. Il serait inapproprié de la questionner sur cet état, mais il serait nécessaire de comprendre son comportement. Est-ce le fait qu'elle a accepté ce travail il y a peu ? Ou est-ce que ses employeurs ont connu des incidents ? Il peut y avoir une multitude de raisons, mais ma curiosité, parfois compulsive. S'exerce déjà à nimber mon esprit d'une myriade de situations aussi complexe les unes des autres. Mais, ce n'est pas mes affaires, du moins, pas encore. Alors, répondant réciproquement au sourire de Ruika. Je tire une révérence avant de rétribuer d'une voix limpide et amicale à l'égard de la jeune demoiselle.

Veuillez pardonner mes dernières paroles Ruika. Je ne nourrit aucune suspicion à votre égard même si votre nervosité est amusante de mon point de vue. La curiosité est l'une de mes qualités, mais aussi l'un de mes nombreux défauts. Mais, je ne chercherais pas à comprendre votre état ma Dame. Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'une bonne nuit de sommeil.

Je faisais de mon mieux pour m'intéresser et me montrer ouvert au dialogue, quand bien même je ressens un certain malaise chez Ruika. Soucieux de son état et de me montrer le plus magnanime au possible. Je m'avance vers elle, accompagner de mon cheval. Et tout en glissant l'une de mes mains dans l'une de mes poches. Je ressors plusieurs pièces d'or, orné de la frappe si particulière des forges Françaises. Levant ma main vers Ruika, la paume vers le ciel. L'or des pièces scintille de mille éclats.

Veuillez recevoir ce présent cher Ruika. Ceci est pour vous remercier de votre hospitalité et je suis apte à vous suivre dans l'une des chambres disponibles. Dois-je passer par vous pour recevoir quelques rafraichissements et nourriture ? Bien entendu, si tel est le cas, veuillez d'abord vous occuper de mon destrier, j'irais en parallèle, prendre mes familiarité avec les lieux.

Interloquer par la beauté de la jeune Ruika. Mon regard se perd dans le sien, comme attirer par autre chose que la beauté de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Eris ShadowSong
Membre d'Or
avatar
Messages : 1673


Caractéristiques
Vie Vie:
309/309  (309/309)
Cosmos Cosmos:
308/308  (308/308)
Armure Armure:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Mar 10 Mar 2015 - 19:52

¨°º¤ø„¸¸„ø¤º°¨
Chevalier ? Je n'ai pas eu à ma connaissance, eût le loisir de vous révéler mon titre. Mais, soit. J'accepte votre invitation ma Dame.

Un léger malaise s'était installé suite aux paroles du Chevalier. Puis d'une toute petite voix fluette, la Déesse lui répondit juste quelques mots, essayant de noyer le poisson pour détourner ses suspicions.

« Ce n'est qu'une déduction à la vue de votre armure. »

Effectivement, étant loin d'être bête, l'homme en armure avait vu en elle et n'était pas dupe qu'il se passait quelque chose. Sachant que de toute manière, il était impossible à Eris de cachait son cosmos entièrement, certaines bribes émanaient malgré tout de sa personne. Néanmoins, il lui refit une révérence et continua de sa voix amicale et limpide à lui tenir la conversation, tout en répondant à sa proposition.

Veuillez pardonner mes dernières paroles Ruika. Je ne nourrit aucune suspicion à votre égard même si votre nervosité est amusante de mon point de vue. La curiosité est l'une de mes qualités, mais aussi l'un de mes nombreux défauts. Mais, je ne chercherais pas à comprendre votre état ma Dame. Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'une bonne nuit de sommeil.

D'une main la jeune femme caressa le collier où son prénom était inscrit. Alistair avait dû le remarquer et cela ne dérangeait pas la Discorde qu'on l'appelle par ce prénom. C'était celui de son hôte et en quelques sortes devenu le sien, le jour où elle avait happé la petite prêtresse des mains du Sombre Monarque.
Ses paroles avaient réconforté la jeune femme, il n'était donc pas là pour venir la chercher et la ramener aux mains de Cronos. Ce n'était qu'un concours de circonstance. Autant se détendre lorsqu'il n'y a aucun risque. Peut-être serait-il un allié si justement quelqu'un venait la chercher ? Où il en aurait rien à faire et ça se comprendrait largement. Revenons à nos moutons...
D'un geste de la main la demoiselle montra le chemin d'où elle était arrivée en direction du Haras. Ayant laissé son cheval accroché un peu plus loin, elle pensait qu'effectivement il serait bon de l'amener au domaine pour se reposer et reprendre des forces.

« Si vous voulez je peux vous conduire au Haras, mon cheval est attaché un peu plus loin. Je pourrais vous tenir compagnie pendant le trajet à moins que vous vouliez peut-être encore profiter de ces beaux paysages de France ? »

C'est alors que le Chevalier s'approcha d'elle et de sa poche sortie des objets qui se mirent à briller au soleil. Des piècesz d'or des forges françaises... La supercherie avait marché un minimum où faisait-il aussi semblant qu'elle que de jouer à ce petit jeu.

Veuillez recevoir ce présent cher Ruika. Ceci est pour vous remercier de votre hospitalité et je suis apte à vous suivre dans l'une des chambres disponibles. Dois-je passer par vous pour recevoir quelques rafraichissements et nourriture ? Bien entendu, si tel est le cas, veuillez d'abord vous occuper de mon destrier, j'irais en parallèle, prendre mes familiarité avec les lieux.

Ses yeux s'écarquillèrent et d'un coup une pensée lui vînt en tête * Mais que vais-je donc faire avec ça... Si je refuse, je grille ma couverture *, puis ses mains attrapèrent le pan de sa robe montrant le pantalon qui se cachait en dessous pour monter à cheval et le remercia avec un magnifique sourire. Il voulait aller donc se reposer et son cheval avait l'air effectivement de vouloir lui aussi bénéficier d'un bon moment de détente. La jeune femme alla chercher son cheval et revînt sur une jeune jument couleur ébène.

« Si vous voulez bien me suivre je vais vous conduire au domaine et lorsque nous serons arrivé je vous conduirais à la dépendance qui s'occupe de l'hébergement, je vous y retrouverais un peu plus tard, le temps que j'installe et que je panse votre cheval. »

Après environ une demi-heure de trajet, les deux protagonistes arrivèrent aux portes du Haras. La demoiselle conduisit effectivement le Chevalier vers les chambres du domaine où il put se restaurer sous les ordres de la Discorde aux cuisiniers. Ayant terminé de panser sa monture, la jeune femme alla se changer et vînt voir son nouveau camarade dans le salon.

« Tout à l'heure lorsque l'on sait rencontrer, vous m'avez dit que vous veniez de Grèce et que vous alliez en Asgard ? Si vous n'êtes pas trop fatigué j'aimerais bien que vous me parliez de ces endroits que je ne connais pas énormément... »

S'installant dans un fauteuil confortable, la Déesse regardait Alistair avec un regard, dont les prunelles mauves ressortaient de son visage de façon irréel. Le sujet ne pouvait que l'intéressé et c'était sûr qu'elle allait en savoir davantage depuis son départ du Labyrinthe sur les intentions de certains camps. Buvant littéralement les paroles du Chevalier, la jeune femme avait pris un verre de vin pour accompagner les récits de son conteur...

Revenir en haut Aller en bas
Artémis
Déesse de la Lune
avatar
Rôle : Déesse de la chasse, de la Lune, des bois, protectrices des animaux et des sages-femmes.
Messages : 4341

Avertissement(s) : 1er Averto

Caractéristiques
Vie Vie:
350/350  (350/350)
Cosmos Cosmos:
361/361  (361/361)
Armure Armure:
700/700  (700/700)

MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   Mer 11 Mar 2015 - 20:58

Jugeant le silence plus sage sur l'instant. Je m'efface dans un retrait où la jeune demoiselle percevra peut-être un éloignement ou une perte de concentration à l'égard de ses propos. Mais, il n'en est rien. N'étant qu'un itinérant, je me laisse guider silencieusement par Ruika, aussi bien dans l'accompagnement de mon cheval au haras, que dans les différentes pièces de ses employeurs. Et y trouvant là un certain goût dans l'entretien général. La relative richesse du domaine est plaisante pour tout visiteur de passage, mais elle ne m'impressionne absolument pas. Lorsque l'on est âgé de quelques siècles. J'ai pu goûter et ou observé à tous les excès de la civilisation. Alors, rapidement, mon intérêt est ailleurs qu'à détailler chaque décoration et ameublement. D'ailleurs, las et noyé dans une certaine solitude, je me morfonds dans mes prochaines pérégrinations. Le voyage vers Asgard sera long et j'espère que la conclusion de ma futur présence au royaume d'Odin sera fructueuse. Sous peine d'être réticent à devoir enrôler le rôle de diplomate dans des futures missions vers d'autres royaumes.

Perdu dans mes réflexions, je n'ai pas aperçu le retour de Ruika jusqu'à ce qu'elle s'adresse directement à moi. En me questionnant sur mes propos sur Asgard et la Grèce. Bien que peu étrange de prime abord. Sa question mérite réflexion. D'un côté je préfère garder secrète le but de ma visite à Asgard afin de garder cet atout dans ma manche et au besoin, le ressortir plus tard. D'un autre, j'aurais bien du mal à légitimer ma présence au sein du peuple d'Asgard. Détaillant Ruika avec un intérêt mitigé, ne sachant pas trop quelle attitude adopter ! Je prends le parti pris d'une certaine neutralité, préférant conserver un atout pour la suite des échanges.


J'apprécie votre curiosité à l'égard de mes voyages ma Dame. Mais, il y a tant à dire sur la région dont je proviens et celle où je dois voyager. Que je pourrais monopoliser la discussion des heures durant. J'ai élu domicile des années durant à Delphes, une région proche d'Athènes. J'y ait rencontré ma femme, il y a plusieurs années de cela. Mais, pour affaire personnelle, j'ai repris le chemin vers la capitale Grecque il y a plusieurs mois ! Et maintenant, je fais route vers Asgard, une contrée qui se situe en Scandinavie. Je dois rencontrer sur place, les seigneurs de ces terres pour affaire priver, mais en parallèle, je prendrais du bon temps à m'imbiber de cette terre mystique. Vous aurez tant à visiter de là où je viens Ruika. Avait vous voyager or de France ?

Soupirant, je reprends une plus lente respiration après avoir laisser le temps nécessaire à Ruika de me répondre. Mais, mes dernières annotations ont étaient faites en me faisant la réflexion que je vais devoir prendre du bon temps avant de dormir. Alors, m’abreuvant de quelque rafraichissement. Je lève mon visage pour observer d'un œil amical Ruika.

Travaillez-vous ici depuis longtemps ? Vous me sembliez familière du domaine, mais mon arrivée vous as suscité une certaine nervosité. Auriez vous eût des problèmes avec des précédents locataires ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB : France : Le Jour où j'ai rencontré un Saint ~ Alistair / Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» {Jour 8} Saint Robin, ville noire
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-