Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 - La confiance se montre ! (PV Althéa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Sam 9 Aoû 2014 - 21:18

Infos:
 

    -« Hey Flagello c’est l’heure ! Le chef ne va pas tarder à faire un tour, il faut que l’on soit à nos postes ! » La voix de Lorenzo raisonna dans la pièce, et pour réponse n’eut qu’un petit grognement qui s’effaça par un réveil soudain. Débraillé, les yeux fatigués il se disait qu’il avait encore du mal avec les horaires, le jour était à peine levé.
    Cela faisait quelques jours déjà que Flagello était ici et qu’il avait obtenu un travail qu’il appréciait. En tout cas il y voyait une énorme différence de quand il était le Maitre d’Arme de Calamity.

    Ceci dit le réveil lui était toujours aussi difficile, mais Lorenzo avait raison il ne fallait pas trop tarder, il valait mieux éviter de ne pas être à son poste si Angus ou Harcher passaient par là.
    -« J’arrive… » Affirma-t-il en baillant, et en s’étirant, le temps avait aussi permis de soigner un peu plus ses blessures. Et sa tête continuait de panser les douleurs. En regardant la chambre, on pouvait également voir qu’il était un peu désordonné, mais son équipier à l’écurie avait le même souci.
    Heureusement que cela n’était pas forcement important.
    Il fit sa toilette, se coiffa, et enfila son costume de travail avec une certaine satisfaction. Une épée accrochée à sa ceinture, le voilà prêt à prendre son tour de garde au coté de Lorenzo.

    A peine avait-il terminé de se préparer que Lorenzo ouvrit la porte.
    -« T’es long dit donc ! » Répliqua le garde en souriant, et en observant par la fenêtre le temps menaçant, et la pluie qui commençait déjà à tomber.
    -« Ah c’est bon, je suis prêt allons-y, nous ferions mieux de courir, regardes là-bas, le chef semble faire un tour, il ne va pas tarder à arriver devants les écuries. » Répondit-il un air bien plus inquiet que celui de Lorenzo. Malgré son apparence, la blessure était encore trop présente dans son cœur, il avait parfois l’impression que jamais elle ne guérirait. Et qu’il ne pouvait y mettre que des soins superficiels.

    Un long sprint s’engagea pour les deux gardes, qui dévalaient le couloir du compartiment destiné aux gardes novices.
    -« On est prêt pour une douche. Maudit temps. » Pesta Lorenzo en arrivant à la porte.
    -« Dépêche-toi, c’est que de l’eau, on doit traverser le jardin. » Répondit Flagello.
    Sur le chemin ils saluèrent les autres gardent, l’un des autres novices s’adressa à un autre.
    -« Ces deux là toujours en retard ! Un jour ils vont se faire prendre. »

    Le temps n’aidait pas les deux gardes qui essayaient de se débattre avec la pluie forte qui montait en puissance et un vent défavorable. Malgré tout, ils arrivèrent, extenué ; Flagello se rendit à l’étage, Lorenzo à sa place dans la cabane en bas.
    Une voix forte défiant l’intempérie, celle d’Angus, le Maître d’Arme de Dame Althéa. Il demanda si tout se passait bien, et s’il n’y avait rien à signaler.
    -« Non chef, rien, hormis que ce temps est plus qu’insupportable, je suis tout mouillé, je vais prendre froid. » Répondit Lorenzo, qui semblait un boudeur à cause de la météo.
    Angus s’adressa ensuite à Flagello en fixant la fenêtre ouverte. La tête de nouveau garde dépassa un peu.
    -« Rien non plus, tout se passe bien ! »
    Le chef salua alors les deux novices et continua sa route, apparemment pas gêné par le temps médiocre.
    Le plus anciens des deux se demandaient d’ailleurs comment il faisait, quant à Flagello lui, il ne se posa pas la question, et s’appliqua dans son rôle, le vent faisait un peu trembler le toit, mais rien d’inquiétant.

    Quelques heures après, la porte à l’étage s’ouvrit, il s’agissait de Lorenzo qui venait de vérifier à l’écurie si tout allait bien, et aussi de regarder du coté de l’écurie où se trouvait le cheval de leur Maîtresse…
    -« On devra faire attention à l’avenir, ce fût juste. Enfin, depuis que tu es là, j’ai moins de travail, c’est plus agréable de faire ça en équipe, c’est peut-être ingrat d’être dans cet endroit, mais c’est un coin très important pour notre Dame. »
    Regardant toujours l’horizon, Flagello tout en poursuivant la surveillance, lui répondit d’une voix discrète.
    -« Je suis désolé c’est de ma faute, je n’ai pas l’habitude de ce rythme, avant je n’avais pas besoin de me lever si tôt, mais je vais m’y faire. »
    -« Ne t’en fais pas, je m’amuse beaucoup ! Oui tu t’y feras, j’en suis certain, tu faisais quoi avant ? »
    Cette question était posée encore trop tôt pour Flagello qui s’enferma dans un long mutisme dont la signification fut claire. Ce dont compris Lorenzo qui s’approcha et appuya sa main sur le bord de la fenêtre.
    -« Excuse-moi, je ne voulais pas te gêné, tu sais nous avons tous de lourdes blessures ici, et on a tous du mal à en parler. Surtout quand on vient d’arriver. »

    Le Florentin ne lui en tenait pas rigueur, il poursuivait à inspecter les environs, et à regarder autour des écuries un instant.
    -« Ce n’est pas grave Lorenzo ! Disons que c’est trop tôt encore effectivement… » Un sourire aux lèvres, ce qui servit à son interlocuteur de comprendre qu’il ne l’avait pas blessé gravement.
    -« Quel temps ! On a même du mal à voir très loin, et cela ne semble pas prêt de s’arrêter. On aura bientôt un orage.»
    -« Oui, espérons que le cheval de Dame Althéa ne sorte pas, et qu’il ne soit pas trop déranger. » Répliqua le nouveau garde.
    Les minutes passèrent ainsi... Les deux gardes luttaient contre la météo...
Revenir en haut Aller en bas
Althéa

avatar
Messages : 239


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
160/160  (160/160)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Mer 13 Aoû 2014 - 19:18

Notre rencontre a eu lieu ici sur les rives de l'Arno

Des nuits et des aubes plus tard...

De son antre le plus intime ou lors de ses déplacements au sein de la demeure Brumel, le regard d'Althéa n'avait eu de cesse de se poser sur le jeune florentin qu'elle avait sauvé un soir sur les rives de l'Arno. Sous l'autorité d'Angus et celle plus discrète mais bien présente d'Harcher, Flagello avait déjà repris du poil de la bête. Sensible comme seuls pouvaient l'être les vampires couronnées, la rose n'avait pu que constater le changement s'opérant lentement mais sûrement en lui. Sa démarche était déjà plus franche quoique se lever aux aurores n'était visiblement pas son fort. Plus d'une fois, elle s'était approchée de la chambre qu'il occupait avec Lorenzo. Sans le moindre bruit, elle avait simplement sondé les cosmos et s'en était repartie chaque fois rassurée. Plus le temps passait et plus l'envie suicidaire du jeune homme s'estompait.

Althéa avait beau être comme une reine en cette demeure, elle n'en demeurait pas moins attentive aux siens, parfois plus proche d'un chef connaissant le moindre élément de ses troupes que d'une princesse précieuse et inaccessible. Tous ceux vivant en ces lieux lui étaient connus. Elle avait mis un point d'honneur à cela, à la fois proche et inaccessible en certaines heures. La Non-Vie avait son lot d'avantage et d'inconvénients. La Soif de sang et la présence de la Bête au cœur de son esprit en étaient deux aspects les plus effrayants. Devenir frénétique à en massacrer tout être passant à sa portée, ce que cette seule idée pouvait la dégoûter. Sans doute était-ce cela que les Enfers avaient en projet pour elle, en faire une bombe à retardement qui exploserait au moment où personne ne s'y attendrait. Frissonnant soudain, la rousse spectre s'en était retournée vers ses calices, espérant ne jamais tomber aussi bas...

Flagello...

Tu n'as pas idée de ce que je suis et pourtant, tu m'as accordé ta confiance alors que tant d'autres ne songeraient qu'à m'abattre ou pire. Merci...

Nul ne sait ce que les Moires nous réservent mais je sais que tu as une toute autre étoffe que celle qu'on a tenté de t'imposer en faisant de toi un chien battu et craintif. Puisse cette écorce se fissurer au plus vite et laisser paraître un loup ou un lion...


Et sur cette pensée, elle s'évanouissait de nouveau en un nuage de brumes...


~~~~~~~


Le temps s'écoula encore avant que l'aube ne se lève en ce qui promettait d'être une journée agitée. Sous un ciel bas et lourd, les florentins s'étaient empressés à rejoindre les lieux de leurs labeurs. S'attarder ou badiner alors que les nuages ne cessaient de s'amonceler en masse sombre et déjà grondante n'avait rien d'entraînant. Les risques de prendre des trombes d'eau en plus des éclairs étaient plus que certains et c'était en cette ambiance pesante que les novices avaient pris leurs postes en cette mâtinée. Le dernier arrivé semblait prometteur s'il parvenait à s'affranchir de son passé. Ne souhaitant pas perdre de temps, Angus avait fait son tour d'inspection quotidien avant de croiser l'une des suivantes au détour du couloir menant au salon que partageaient l'ensemble des servantes, serviteurs et suivantes lors de leurs temps de repos. Les gardes pouvaient aussi y accéder mais la grande majorité préférait la grande salle plus enjouée et si proche de l'armurerie, de la salle d'entraînement mais aussi des cuisines d'où ils pouvaient à toute heure ramener de quoi se restaurer au terme d'un tour de garde. Et parlant de garde, c'était de la nouvelle recrue que le maître d'armes comptait parler. Aussi, sans perdre davantage de temps, attaqua-t-il de sa voix aussi décidée que lui-même.

- Bonjour, Laetitia.
- Bonjour, Angus, alors comment vont les choses à la garde ?
- Bien les derniers novices sont un peu dissipés mais cela devrait se calmer en usant des bons arguments.
- Je vois...


Le ton du maître d'armes ne prêtait pas à rire. Le colosse écossais n'était guère réputé pour son sens de l'humour. Surtout quand il s'agissait de la sécurité du domaine et s'il n'avait pas encore sévi quant aux retards de certains, c'était parce qu'il ne les avait simplement pas encore pris les coupables en faute et puis, comme tout un chacun, ces nouvelles recrues avaient besoin d'un minimum d'acclimatation. La demeure Brumel avait ses particularités et le guerrier les connaissait très bien.

- Oui, je veillerai à les mener au mieux et cet orage devrait m'y aider.
- Moonlight Shadow.
- Notre tendre Rose sera attentive à tout ce qu'il se passera.
- Lui as-tu demandé de ne pas intervenir ?

Un sourire sur le visage rude de l'homme.

- Toujours aussi fine, Laetitia. C'est exactement cela, je veux les voir agir en cas de situation un peu plus compliquée qu'un simple tour de garde et ce sans mettre aucun des nôtres en danger.
- Mais tu sais que Moonlight Shadow est loin d'être inoffensif.


Le reproche était bien présent dans la voix de la brune suivante.

- S'ils sont incapables de garder un simple cheval, il serait suicidaire de leur confier une mission plus importante.
- Oui, tout à fait et pour ce qui est ?
- Tu peux te rendre auprès d'eux pour qu'ils commencent à préparer les chevaux...
- Bien, à plus tard, Angus. Veille bien sur notre Althéa en mon absence.
- Bien sûr, petite.


Un rire énorme suivit cette remarque, faisant bien comprendre à la suivante qu'elle était loin, très loin derrière lui. Et sur ces quelques mots, la jeune femme vêtue d'une tenue proche de l'écarlate se dirigea vers les écuries.


~~~~~~~


A peine avait-elle atteint les portes des écuries qu'un éclair déchira le ciel alors que légère, la pluie s'était faite battante, plongeant le matin dans une obscurité proche de la nuit. Et si elle n'avait pas encore pu l'entendre un autre cri venait de se joindre à celui du tonnerre. Les cris des animaux apeurés alors qu'elle parvenait enfin à hauteur de Lorenzo.

- Vite !!! Il faut...

CCCCCCCRRRRRRRRRRRAAAAAAAACCCCCCCCC...

- Trop tard.

Etendant son bras vers la porte défoncée de l'étalon qui venait de prendre le large.

- Mooonlight Shadow... Nous ne pouvons le laisser filer ainsi. Il est capable de tuer ceux qui croisent sa route. Que l'un de vous aille avertir les gardes et que l'autre prenne un des chevaux et se joigne à moi pour rattraper ce démon avant qu'il ne fasse trop de dégâts ou pire encore ne se blesse.
L'idée de monter à cheval en robe longue en plein orage pour rattraper un étalon fou ne semblait pas inquiéter Laetitia plus que cela. Seule l'idée que le dit étalon puisse avoir quelques dommages l'inquiétait et se tournant vers les deux novices.

- Et bien ? Vous attendez quoi, vous êtes des hommes, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Jeu 14 Aoû 2014 - 18:45

    Flagello était inquiet, ce temps n’était pas de tout repos pour eux, il n’avait jamais connu une météo si capricieuse. Ce vent, cette pluie, et l’orage qui commençait à grondait. On pouvait même croire à la fin du monde. En jetant rapidement un coup d’œil sur l’une des fenêtres de la demeure, il pouvait voir les habitants tranquilles.
    La discussion avec Lorenzo se passait également sereinement. Le banni s’entendait bien avec lui, il apprit que tout comme lui son passé fût fait de souffrance, et qu’ici il reprenait aussi à revivre. Tout cela était si étrange, et si beau à la fois. Secouant sa tête lorsque des gouttes heurtaient son visage. Les mains posées sur le rebord de la fenêtre, Flagello avait du mal à voir loin.
    -« Fichu temps ! » Pesta-t-il
    Lorenzo de son coté essaya aussi de regarder, il était monté à l’étage, en bas cela n’avait plus d’utilité. En somme les deux novices étaient tout trempés, pourtant cela ne les embêtaient pas, non, leur mission passait avant tout.

    Soudainement, le nouveau garde prit la parole.
    -« Est-ce que tu connais la signification du médaillon que porte certaines personnes ? »
    L’interlocuteur se montrait surpris par cette question, à vrai dire, on lui en avait parlé lors de son recrutement, mais il n’avait pas vraiment d’informations.
    Croisant les bras, Lorenzo d’une voix sobre, tout en ne perdant pas de vue l’horizon.
    -« Je sais qu’il s’agit d’une récompense, il faut être méritant pour le porter. Ceux qui le possèdent en prennent grand soin. Pourquoi cette question si soudaine ? »

    Le tonnerre se fit plus violent, cela eu pour effet de redoubler l’attention des deux gardes. La condition épouvantable était un problème. Encore plus quand le vent redoublait de puissance, et que les éclairs dans le ciel se multipliaient.
    Flagello s’inquiétait encore plus et essayait de plonger sa tête un peu plus loin à l’extérieur pour voir si tout allait bien dans les écuries, et dans celle à coté où se trouvait le cheval de la Maîtresse des lieux.
    Le garde voyait un peu, il constatait que la tension commencer à monter au sein des chevaux. Il planta son regard vers le ciel sombre qui s’étendait à perte de vue.
    -« Pour rien, hélas, nous n’avons pas le temps de discuter… »
    -« Tu as raison, on se croirait en plein apocalypse, que dirait notre Dame s’il arrivait malheur à son cheval ? » Répondit Lorenzo, qui lui aussi commençait à s’inquiéter.

    En effet, pensa Flagello, il serait malvenu qu’un tel événement se produise, mais rien n’était à exclure, les caprices du destin s’abattaient sur lui depuis quelque temps, et ce ciel était celui d’un mauvais présages. Le bruit était encore plus sourd, et les éclairs encore plus proches. Les deux gardes ne se souciaient pas de l’état de leurs uniformes.
    -« Viens, nous devons nous rendre aux écuries, d’ici on ne voit rien, on n’entend juste les coups de sabots… » Proposa Lorenzo qui recula soudainement suite à un éclair qui frôla l’endroit où ils se trouvaient.

    La porte s’ouvrit ensuite alors qu’un autre éclair frappa, il s’agissait de Dame Laeticia, qui tout comme Dame Lucile était une suivante de la Rose. Les deux novices se retournèrent alors qu’elle déclara qu’il fallait faire vite. Malheureusement dehors le bruit du bois fracassé déchira le ciel à la suite d’un éclair et parvenait aux oreilles des deux gardes comme une mauvaise nouvelle.
    La suivante passa devant les deux gardes, qui la suivaient jusqu’à la fenêtre. Elle montra du doigt l’écurie de Moonlight Shadow. La porte détruite, et l’étalon qui s’échappait irrémédiablement sous leurs yeux.

    Les yeux de Flagello et de Lorenzo qui se plantaient en direction de la Dame qui leur indiquait les consignes à suivre. Le dernier venu dans la garde était surpris par la poigne, et l’énergie de l’interlocutrice, un caractère qui était totalement opposé à celui de Dame Lucile.
    La surprise des deux gardes vola en éclat lors de sa seconde intervention, qui fût net, et fit réagit immédiatement les deux novices.
    -« A vos ordres Madame ! Je vais avertir les autres. » Déclara Lorenzo qui fila rapidement. De son coté Flagello, inclina son buste et sauta par la fenêtre sans discussion, pendant que la suivante fit le tour.
    A toute allure, il s’empressa d’arriver devant l’écurie, et ouvrit la porte, il sortit les chevaux, quand la confidente de Dame Althéa arriva. Malgré l’intempérie, elle semblait à l’aise, elle monta sur son cheval rapidement avec une aisance qu’enviait le garde.

    Suivant le mouvement, les deux rattrapèrent le cheval difficilement, mais que pouvaient-ils faire maintenant ?
    Flagello n’avait pas vraiment les moyens pour attraper l’animal qui venait de s’enfuir du domaine, commettant quelques dégâts.
    C’est alors que Dame Laeticia donna de nouvelles consignes pour essayer de coincer le cheval. Il s’exécuta et se plaça de l’autre coté afin de ne laisser aucune issu. Les bras lourd à cause de la pluie qui collait à sa tunique, il tenait cependant bon.
    -« Espérons que Lorenzo ne tarde pas à nous rejoindre avec des renforts. » Signala Flagello qui pour mieux agir descendit de sa monture qu’il avait pu parfaitement éduquer et qui ne bougeait pas, restant là simplement en opposition

    Quand à lui, il essaya de s’approcher, faisant des petits mouvements pour que le cheval de la Reine recule. La pluie redoublait de force encore, et semblait ne jamais vouloir prendre fin. Dame Laeticia restait juste derrière, en couverture. Le « démon » était fou, mais il ne voyait pas de solutions, Chaque coup de sabots trouvaient comme réplique l’avant-bras du garde qui voulait également assurer la protection de la suivante. Hélas le cheval se montrait de plus en plus agressif...
    -« Ils arrivent ! » Déclara-t-elle !

Revenir en haut Aller en bas
Althéa

avatar
Messages : 239


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
160/160  (160/160)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Lun 18 Aoû 2014 - 20:46

Un nouvel éclair déchira le ciel, les éclairant tous d'un jour irréel. Le tonnerre était si énorme que la jeune femme ne put entendre les réponses des novices. Fait qui n'entrava guère la suite des événements. En effet, Lorenzo était déjà parti pour avertir les autres tandis que Flagello, le dernier arrivant, était descendu d'un seul bond. Nulle hésitation de sa part lorsqu'il avait entendu l'ordre qu'avait lancé la suivante. Le voir ainsi à l'oeuvre avait d'ailleurs plu à la brune dame mais ce n'était ni l'instant ni le moment d'en faire part à qui que ce soit. Mol mais elle n'avait ni le temps ni le souhait de le montrer maintenant.

L'orage se muait à présent en véritable tempête. Les éclairs et l'averse redoublait de force alors que le vent jetait de véritables trombes d'eau contre les occupants de la Maison Brumel. Se protégeant tout juste les yeux de sa main, Laetitia se ruait vers l'écurie, considérant les chevaux. Nul temps matériel de le sceller ou simplement de les brider. Face à l'urgence de récupérer l'étalon à la robe si particulière, Laetitia n'eut qu'un seul geste, celui de déchirer sa longue jupe rouge sur toute sa longueur avant de monter avec une aisance incroyable sur l'échine d'une splendide jument à la robe Isabelle...

- Elle s'appelle Sable de Nacre, ce n'est pas la plus belle de toutes les montures mais elle a le mérite d'être une excellente sauteuse. Choisis-toi aussi un monture rapide et vive. Pour récupérer Moonlight Shadow, nous devons tous faire...

Et sans laisser le temps à Flagello de répondre, elle se coiffa d'un antre pan d'écarlate arraché à sa robe. Lutter contre les éléments ne lui faisait visiblement pas peur tandis qu'à quelques pas d'eux, un arbre s'effondrait, brisé, illuminant la nuit d'un brasier que la pluie empêcherait de se répandre.

- Vite...

Et lançant sa monture aussi vite qu'elle le pouvait, Laetitia entraîna Flagello à la poursuite du démon...

Une course haletante, sous une pluie redoublant encore de violence avant que la jument ne saute par dessus un obstacle que la suivante n'avait même pas pu apercevoir pas plus que les dizaines de paires d'yeux transperçant la nuit née de l'orage.

- Nous quittons le domaine !!! Vite Flagello, Moonlight Shadow va tout détruire et le premier crétin venu tentera de le tuer...

Le ton de Laetitia était tel qu'elle surpassait le fracas de la tempête, trahissant l'importance de cet étalon aux yeux d'Althéa. Si Flagello avait su qui le lui avait offert, sans doute aurait-il pu comprendre l'empressement de la suivante. Un geste, un cri et la jument redoubla d'effort. Et soudain, il apparut devant eux, se cabrant de toute sa hauteur. Splendide et menaçant, l'étalon se rua entre les deux montures qui s'écartèrent juste à temps, risquant au passage le déséquilibrer leurs cavaliers. Réduite à se rattraper à la crinière dégoulinante de Sable de Nacre, Laetitia, se redressa sans trop de peine avant de relancer la traque de l'étalon. Lequel s'était retrouvé coincé par un mur qu'il n'hésita pas à marteler de ses sabots.

A leur retour, acculé, excité encore davantage par le fracas de la foudre et la présence de ceux qui tentaient de le rattraper, il se contentait encore de piaffer alors que les deux cavaliers se laissaient glisser de leurs montures respectives. Un geste et le novice se plaça devant Laetitia. Une attitude qui une nouvelle fois plut à la jeune femme. Le voir se tenir face à Moonlight Shadow rendu fou par l'orage était magnifique à voir sachant qu'un seul coup de sabot pouvait parfois suffire à l'étalon pour tuer celui qui tentait de l'entraver.

- Flagello...

Elle n'avait fait que citer son nom alors que l'étalon commença à ruer, avant de se redresser de toute sa hauteur, décidé à forcer le passage...

Soudain, elle entendit la voix de Flagello à demi-masquée par les vociférations de la tempête...

- Oui, elle arrive...

Un nouvel éclair déchira le ciel, fracassant un nouvel arbre isolé, détournant l'attention de tous avant qu'une silhouette floue ne se dresse devant l'étalon et passant ses bras autour de son encolure, elle se mit à murmurer à son oreille dans un léger embrasement de cosmos...

- Rentre... Rentre...

Sans attendre, elle lui passa un licol auquel était attaché une corde renforcée d'un soupçon de cosmos qu'elle plaça entre les mains de Laetitia avant de murmurer.

- Maintenant, il te suivra, je ne puis m'en charger moi-même. J'ai déjà perdu trop de force lors de mon précédent réveil, aussi ramène-le... Il faudra l'isoler... Mon aura l'apaisera mais emmenez-le loin de l'orage. Quant à Flagello, tu me l'enverras...
- Bien, ma dame...


Cela avait si furtif, à peine quelques minutes dans la tourmente générale, que seule Laetitia avait pu la voir et l'entendre. Lorenzo avait réussi sa mission et la dame était intervenue sans que personne d'autre que sa suivante ne puisse la voir.

Chose qui allait quelque peu gêner Laetitia lorsque Angus et d'autres arrivèrent, encadrant aussitôt, l'étalon que la suivante tenait à bout de cordes. Et sans attendre, le colosse clama.

- Parfait, petit, on a tous vu comment tu as été courageux face à ce démon. Va, rentre, on se charge de le ramener ainsi que dame Laetitia. Quant à toi, pars en avant, annonce la bonne nouvelle et rend-toi présentable. Dame Althéa voudra sans le moindre doute te parler et apprendre le fin mot de cette histoire. Malgré son caractère et le danger qu'il représente, Moonlight Shadow lui est très précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Mar 19 Aoû 2014 - 17:31


    Luttant contre le vent, la pluie, et cet orage si violent, Flagello savait qu’il devait aussi prendre soir à assurer la sécurité de Dame Laeticia, ce qu’il fit avec le plus de volonté possible. Mais il était inquiet, et souhaitait voir les secours arriver au plus vite. De temps en temps il devait esquiver les coups de sabots.
    Parfois il essayait de crier pour faire reculer le démon, mais rien n’y faisait, et plus le temps s’écoulait, et plus il semblait monter en colère.
    Heureusement, même s’il avait du mal à l’entendre, sa supérieure lui annonça que les autres arrivaient

    Soudainement, un éclair encore plus violent que les autres frappa un arbre à coté, le bruit sourd attira son attention, un reflexe qu’il savait pourtant indigne de son rôle. Ce moment d’inattention lui valut un coup qui le fit tomber sur le bitume qui ressemblait plus à un tapis d’eau. Heureusement pour lui, rien de plus grave ne s’était produit. Bien au contraire, Dame Laeticia tenant entre ses mains une corde qui tenait à un licol, le cheval était neutralisé !
    -« Grace à vous, il n’y aura pas plus de casses. » Manifesta Flagello pour essayer de faire entendre, impressionné par le geste de son interlocutrice.
    C’est alors qu’Angus et quelques uns de ses compères novices arrivèrent, un peu tard soupira le dernier arrivant dans la garde. Un soupir de soulagement aussi. La troupe encercla le cheval qui semblait étrangement calme, malgré quelques moments d’énervements.

    Le Maître d’Arme de la Reine de la Demeure prit la parole pour la suite des événements, désormais ils se chargeaient du reste, et il devait se rendre auprès de Dame Althéa afin de faire le rapport de ce qu’il venait de se passer. D’un geste de la tête il acquiesça, puis il s’approcha de la suivante, et s’inclina.
    -« A bientôt ! Je pars de suite aux écuries, pour ensuite me rendre auprès de notre Dame ! Mes respects Madame ! » La voix respectueuse il s’éloigna rapidement puis il monta sur son cheval, et prit la direction des écuries et de son poste.
    Il s’en voulait de ne pas avoir pu anticiper la fugue du démon. Pourtant la suivante qui lui avait indiqué son poste lui avait bien dit qu’il fallait rester vigilent sur ce sujet.
    Il remit son cheval dans l’écurie, l’air triste pour son erreur, sa seule consolation fût que la suivante ait pu neutraliser Moonligh Shadow.
    Entrant dans la petite cabane qui faisait office de son lieu de garde, il croisa Lorenzo…
    -« Vous avez réussi ? Maître Angus et les autres sont arrivés à temps ? » Demanda-t-il le ton de voix curieux.
    Sans vraiment avoir l’envie de parler, il dut tout de même se forcer, des gouttes de pluie chutant de sa tunique, les pointes de ses cheveux, le nez et le menton sur le sol en bois. Son interlocuteur avait lui eu le temps de se sécher.
    -« Dame Laeticia put le neutraliser, les renforts son arriver juste après pour l’aider à éviter une rébellion. Tout va bien à présent. Mais excuses-moi, le maître d’arme m’a demandé de faire le rapport à notre Rose. » La tête légèrement basse, le ton bas, il dépassa Lorenzo qui avait repris le poste.
    -« Excuse moi, je dois y aller, je dois me changer. »
    -« Vas-y, je vais attendre le retour de Moonlight Shadow, et rester ici pour veiller. Tu te sentiras mieux quand tu seras sec. » Répondit le second garde qui tapa amicalement sur l’épaule de Flagello qui se contenta d’esquisser un petit sourire avant de se rendre dans la chambre.
    Dans la tête du garde il n’y avait pas d’ambiguïté, en se changeant, devant la glace il était prêt à tout dire à la propriétaire des lieux. Cependant il craignait sa réaction. Comment allait-elle réagir en sachant que son cheval s’était enfui et était même sorti du domaine ? Puis, le fait que ce fût sa suivante qui parvint à l’arrêter. La chance qu’il pouvait avoir été qu’il n’était rien arrivé de grave ni au cheval, et encore moins à Dame Laeticia.
    Après cette toilette bénéfique, il ne pouvait nier qu’il ne se sentait pas mieux. Soufflant un coup, il était temps pour lui de se rendre dans la partie principale et les endroits plus luxueux de la demeure. Marchant rapidement en ajustant sa ceinture, ses manches, et son col lorsqu’il ouvrit la porte qui séparait le coin des gardes à celui de la « noblesse » de la demeure.
    Flagello se dirigea vers la suivante qui semblait la plus proche de la Reine, inclinant son buste il lui posa une question simple.
    -« Excusez-moi Dame Lucile ; on m’envoi à la rencontre de notre Reine pour faire mon rapport. Comme vous devez déjà le savoir, Moonlight Shadow s’est échappé, mais nous sommes parvenus à le ramener avec l’aide de votre consœur. »

    Dame Lucile confirma qu’elle savait cela, en fait elle savait plus qu’il ne le pensait. Mais la suivante était surtout soulagée que tout ce soit bien terminé. Elle savait combien sa Maîtresse pouvait tenir à cette monture. Même si la Rose était fatiguée, elle lui avait donné des consignes. D’un geste de la main elle montra un escalier, et signala au novice que la Dame se trouvait dans ses appartements, qu’il lui suffisait ensuite de se laisser guider par le parfum et son instinct.
    -« Merci beaucoup! » Répondit-il en accompagnant les mots avec un mouvement de tête. Il ne l’avait pas remarqué, mais en s’éloignant la suivante souriait, elle était heureuse de voir le nouvel arrivant dans la garde s’adapté aussi bien, et puis tout cela lui permettait d’oublier ses peines.

    Le garde d’une démarche vive mais digne de l’endroit où il se trouvait, se laissa guider par son instinct, celui-là même qu’il n’avait jamais pu connaître auparavant avec la Cardinal, et qui liait le soldat à sa suzeraine. Ce doux et envoûtant parfum qui le mena à une porte sur laquelle il frappa deux fois et ouvrit lorsqu’il entendit la voix de la Rose qu’il n’avait plus vu depuis le jour de son teste à l’arène pour obtenir son poste.

    Discrètement, il referma la porte derrière lui. Elle était là, de dos regardant à travers une fenêtre, un peignoir sur le dos qui recouvrait sa longue robe blanche. Son regard se posa sur la Dame à l’aura toujours aussi irréelle, elle semblait sortie d’un songe inaccessible. A ses cotés, il sentait ses maux s’évanouir dans une sensation indescriptible d’apaisement.

    -« Madame ! » Brisant ainsi le silence, il fit quelques pas pour s’approcher de la jeune et courba son buste comme le réclamait le protocole.
    -« Je viens à votre rencontre pour faire mon rapport concernant Moonligh Shadow. » Sa voix respectueuse laissa place au son de la pluie heurtant la vitre, au sifflement du vent ainsi qu’au tonnerre qui allait tout de même l'accompagner le temps de sa prise de parole.
    -« Votre cheval profita que l’un des éclairs heurta son écurie pour s’enfuir. Avec Lorenzo depuis notre poste avions trop de difficultés pour voir au loin. Nous n’avons pas pu anticiper. Heureusement Dame Laeticia est arrivée à temps pour nous signaler le danger. Lorsqu’elle nous montra l’écurie la monture s’était déjà échappée. Suivant les ordres Lorenzo est parti à la recherche de renfort, et moi j’ai accompagné votre suivante à la poursuite de Moonlight."

    Le garde fit une pause dans son monologue, pour reprendre son souffle, lui qui pensait trembler pour parler, se retrouva à faire ce long rapport sans peine, ni inquiétude.
    -« Nous avons du le poursuivre jusqu’à l’extérieur du domaine, nous avons pu le coincer, je suis alors descendu de mon cheval pour éviter qu’il ne mette en danger Dame Laeticia. Un éclair encore plus intense heurta un arbre, ce qui me fit perdre mon attention, Moonlight me heurta, je me retrouvai au sol, mais le temps de me remettre que votre suivante neutralisa la monture à l’aide d’une corde. Angus et les certains autres gardes arrivèrent, on me demanda de venir ici pendant qu’ils mèneraient Moonlight à son écurie. »

    Il avait tout dit, sans rien oublier, cependant, il se sentait légèrement honteux de n’avoir pu agir avant la fugue, l’envie de se justifier comme il le faisait dans son ancienne vie ne se montra guère ici.
    -« Au final cette histoire ne causa que de maigre dégâts sur les murs extérieurs. J’en suis désolé, avec un peu plus de vigilance nous aurions pu éviter cette peur. »
    Immobile comme une statue, il ne lui restait plus qu’à attendre la réaction de la Dame…

Revenir en haut Aller en bas
Althéa

avatar
Messages : 239


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
160/160  (160/160)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Dim 31 Aoû 2014 - 18:11

Depuis ses appartements, la spectre de la Vampire veillait. Elle l'avait senti venir de loin, ce jeune banni encore trop hanté par son passé. Quand en ferait-il table rase ? Telle était la question qu'elle n'avait de cesse de se poser. Avec cette épreuve inattendue, Flagello avait pu se montrer sous un jour tout différent. Celui du guerrier capable de réagir sans perdre la plus petit once de courage.

Flagello, tu as juste besoin d'un chef. Un vrai, un commandant capable de te prendre en main et non d'une simple brute cruelle et stupide, tout juste bonne à abuser de son rang sans se regarder dans une glace. Il est facile d'être un chef quand on a les bons appuis ou la force nécessaire mais être un chef de valeur est une toute autre affaire.

Connaître ses subalternes autrement que de loin est l'un des points essentiels. Comment placer au mieux ses gens sinon qu'en les connaissant ?


Enveloppée dans sa robe, sa longue chevelure rousse épandue dans son dos, cascadant en boucles soyeuses et parfumées, Althéa gardait les yeux clos. Nimbée de son aura d'écarlate sombre, elle n'en était que plus attirante, plus mystérieuse tout comme les multiples paires d'yeux guettant dans les profondeurs de la nuit.

Mes amies, vous qui plus que tout autre pouvaient percer la noirceur de la nuit, le temps est venu pour vous de laisser tomber le masque qui vous soustrait à la vue de tant d'êtres si naïfs qu'ils sont incapables de voir la plus simple évidence même si elle crève les yeux...

Une nouvelle fois, elle inspira faisant s'épaissir le manteau de brumes protégeant la demeure Brumel de toute mauvaise surprise. Elle n'avait pas perdu de temps et s'était éveillée dès que le vacarme lié à l'escapade de Moonlight Shadow, avait secoué ses sens plus que surdéveloppés. Le temps d'enfiler une robe légère en plus d'un peignoir et elle s'était dirigée droit vers la chambre qu'elle occupait en surface. Lucile n'avait plus tardé à la rejoindre et c'était ainsi qu'elle avait pu pister les autres et intervenir à l'insu de son protégé au plus fort de la tempête. Il avait encore tant à apprendre. A commencer par la véritable nature de celle qui l'avait sauvé sur les rives de l'Arno.

- Il approche, Lucile, il sera bientôt là.
- Ma dame, est-ce vraiment le meilleur moment ?


A ces paroles de la blonde suivante, les yeux de braise de la chasseresse au teint d'albâtre s'étaient ouverts. Leur expression était aussi indéchiffrable qu'attirante. Elle était un mystère, un réel mystère envoûtant d'un tout autre acabit que les soit disant sirènes ensorcelantes ou autres sorcières capables de concocter des filtres qui n'avaient de magiques que le nom.

- Cela te semble sans doute prématuré mais le temps est bien venu, Lucile. Il est en train pour lui de s'affranchir encore davantage de son passé et d'apprendre la portée de ce à quoi il s'est engagé en rejoignant ma maison.
- L'escapade de Moonlight Shadow...
- Est le fruit du hasard mais elle m'a permis de contempler notre banni face au danger et à l'inattendu. Il a osé se dresser contre un démon tel que lui.
- Il ne peut savoir...
- Tout-à-fait mais cela ne change rien. Tout étalon fou peut déjà être dangereux en temps normal pout tout humain standard.
- Mais lui...
- Je sais...


Et soudain toutes deux se turent avant que Lucile ne reprenne la parole.

- Il approche, ma dame.
- Bien, prépare de quoi reprendre un peu de forces. Il va en avoir besoin.
- D'accord...

Et sur un grand sourire suivi d'une révérence, la jeune femme s'éclipsa.

Quelques instants s'écoulèrent avant que la maîtresse des lieux ne ressente la rencontre entre sa suivante et le banni. Tout allait au mieux et elle n'eut aucun mal à entendre le pas du jeune homme qui franchit la porte de ses appartements avant de se rendre dans le salon qu'elle avait rejoint aussitôt sa compagne partie.

[color=red- Que la journée te soit sanglante et douce, Flagello. Entend la douceur de la pluie qui heurte en autant de perles purificatrices les fenêtres de notre demeure. Le tonnerre est un danger pour qui le sous-estime et sous-estime son impact sur les êtres. Toute personne devrait se soucier un peu plus des choses de la vie et de la non-vie. Mais parle, je t'écoute...[/color]

Et le rapport commença sans qu'elle n'en perde la moindre miette. De quoi satisfaire la jeune femme avant qu'elle ne se lève et avance doucement vers l'âtre où quelques bûches se consumaient en un feu ardent.

- Si belles, si chaudes, elles illuminent autant la nuit de leurs grâces qu'elles peuvent être sources de mort lente et douloureuse. Toute chose renferme ses secrets et je ne puis te condamner pour ne pas avoir pu jauger à sa juste valeur la puissance de Moonlight Shadow. Angus et les autres t'ont prévenu du danger qu'il représente mais on n'en prend toute la réalité que confronté à mon cher démon au plus fort de sa folie.

Seule ta négligence face à ce qui t'obstruait la vue et ton manque de réaction lorsque tu t'en es rendu compte sont punissables mais tu n'as pas non plus hésité à partir à sa poursuite. Tout comme tu t'es dressé face à mon démon alors qu'il est plus que capable de tuer d'un seul coup de sabot bien placé. Ton courage face à ta faute est réel tout comme face au danger. Tu as mis à cœur à réparer ton erreur tout comme tu as accepté l'autorité de Laetitia que tu ne connaissais pourtant que peu.


Puis, se relevant, elle étendit le bras et enflamma quelque peu son cosmos.

- J'accepte tes excuses et ton rapport. Je donnerais des consignes à Angus quand aux conséquences de votre négligence à Lorenzo et toi. Maintenant, j'aimerais savoir si tu as une idée de ce que je peux bien être.

Troublante et sensuelle dans la tenue que la couvrait, elle ne tarda plus à être entourée de formes vives dansant en ronde autour d'elles. Si vives qu'il fallut qu'elle leur dise de ralentir pour que Flagello puisse les reconnaître comme étant des chauves-souris.

- Tout comme Moonlight Shadow, elles sont mes compagnes fidèles et ont la lune pour soleil...

Sa voix s'était faite plus douce, plus vibrante, faisant augmenter encore l'enchantement qui semblait s'attacher au plus infime de ses mouvements.


- Je suis fille de la Nuit et dotée d'une particularité qui m'oblige à prendre des nectars plus que précieux mais si vitaux pour moi. Un nectar qui coule dans les veines de tout être vivant...

As-tu une idée de ce que je suis ?


La question était enfin posée et venait pour Flagello la fin d'une naïveté qu'il avait préféré conserver quelque peu. Althéa avait été prête à tout lui dire dès leurs première rencontre mais le banni avait plus qu'afficher son désir de rester dans l'ignorance mais tout aveuglement même volontaire finissait par avoir une fin...
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Dim 31 Aoû 2014 - 21:39

    Elle s’était levée avec une grâce divine, et lui avait laissé place pour qu’il face son rapport. Ce que Flagello fit sans perdre sa raison qui semblait tourné dans une ivresse qui envahissait ses veines. Qu’allait-elle lui répondre ? Lui qui avait l’habitude de subir les foudres de sa supérieure à chaque retour de mission. Même quand il revenait avec un succès ! Il se tenait droit, les bras le long de son corps, immobile, souhaitant seulement poursuivre son rôle. A vrai dire, il n’avait jamais été très à l’aise dans ce genre de situation près des nobles. Et encore moins dans ce genre de lieu. Cependant, il se sentait calme, un peu trop à son goût, la peur qui l’habitait d’habitude n’était cette fois pas présente.

    Il jeta un rapide coup d’œil sur le feu de la cheminé, avant d’entendre avec une attention rare le verdict de la Rose. Un soulagement illisible sur son visage, mais parfaitement vivant dans son cœur lorsque les paroles arrivaient à lui, et l’excusait même un peu en mettant en lumière son courage pour réparé sa négligence, ainsi que son respect de la hiérarchie en ayant suivi les ordres de Dame Laeticia.
    Flagello n’avait pas eu à réfléchir, en acceptant ce travail, il accepta les conditions, et la place qui était à la sienne. De toute façon, il n’avait pas à exiger, cela lui suffisait amplement. Son regard suivait le mouvement des bras de son interlocutrice qui s’entouraient d’un léger cosmos doux, et intriguant. Comme toujours, la Dame conservait cette aura mystérieuse, élégante, qui hypnotisait le garde. Mais cette fois cela allait un peu plus loin… Après avoir déclaré qu’elle accepta les excuses du novice elle lui posa une question qui intrigua le dernier venu dans le domaine, elle lui demanda s’il avait une idée de qui elle était.
    Pour le banni, elle était Dame Brumel, son employeuse. Ceci dit, le fait de dire que son cheval était un démon, l’avait inquiété… Finalement, ce ne serait peut-être pas une simple noble, pensa-t-il l’air curieux, comme se plongeant dans une réflexion qui grandissait en voyant les chauves souris. Malgré ce sentiment, la voix de Dame Althéa était comme un souffle apaisant, un charme dont son âme ne possédait rien pour l’arrêter.

    Malgré tout, il resta de marbre, suivant le protocole… Une goutte de sueur perla sur son front en écoutant les « indices » qu’elle lui donna de sa voix envoutante.
    Besoin pour vivre d’un nectar coulant dans les veines des êtres vivants ? Timidement il baissa sa tête observant sa tunique bleue.
    Il était plongé dans une réflexion rapide… Selon ses dires, elle serait une vampire ! Soupirant il se disait que surement pour lui cela n’avait pas d’importance, il était heureux ici, bien intégré en plus. Jamais il n’avait était aussi bien qu’ici.
    Cependant, et même ce voile il se l’était lui-même posé sur les yeux dès son arrivée, il fallait l’enlever. Et le jour était arrivé.
    -« Madame ! Vous… »

    Ne bougeant pas, alors que sur son visage un masque inquiet se dessina, sa voix était fébrile. Tremblant légèrement, comme s’il contenait les maux de son ignorance au fond de lui et qu’aujourd’hui il s’agissait de tout libérer pour de bon une larme vint même couler.

    Doucement, le garde releva sa tête la mine pâle devant cette nouvelle ; lui, qui depuis cherchait à retrouver une existence paisible, se voyait à nouveau mêlé à une atmosphère remplie de cosmos. L’envie de claquer la porte lui vint à l’esprit un infime instant tant l’air hypnotique qui se dégageait de la propriétaire l’empêchait d’être totalement conscient.
    -« Non ! Vous êtes une… »
    Le jeune homme prit sa respiration, presque comme un dépit, comme un déchirement en se disant qu’elle avait peut-être instrumentalisé depuis son arrivée ici. Pourtant elle avait été si attentionnée, qu’il avait du mal à penser à mal de son interlocutrice. Encore une fois il était troublé, perdu…
    -« … Vampire ! » Le ton de sa voix exprimait un léger malaise qu’il ne pouvait pas dissimulé.

    Comme abattu, désemparé par l’événement, il se tourna en direction de la porte… Prit dans un tourment de pensée…
Revenir en haut Aller en bas
Althéa

avatar
Messages : 239


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
160/160  (160/160)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Ven 12 Sep 2014 - 21:59

Voilà, c'était fait. Le destin était en marche et une nouvelle étape venait d'être franchie. Flagello se trouvait au pied du mur. Un choix devrait être fait une fois toute la lumière faite sur sa situation.

- Tout mirage prend fin un jour. Tout rêve éveillé même si je serais infiniment triste de te voir me rejeter maintenant, Flagello.

Quelques mots dits avec tant de douceur, tant de grâce, s'envolant tout comme le parfum délicat de la belle.

Je t'ai laissé nager dans tes illusions le temps de ta convalescence mais vient le temps où mêmes mes brumes les plus épaisses s'effacent, ne laissant plus paraître que la vérité. Il me faut lire en tes yeux, en ton âme ce que tu penses de moi. Ce que ton propre esprit pense de moi. Me repousseras-tu ? Prendras-tu un pieu ou une arme contre moi pour me détruire, pris dans une folie destructrice à nulle autre pareille ?

Elle le sentait, elle sentait cette lutte intérieure en lui. Cette cruelle révélation qui éclatait tel un soleil au plus profond de la nuit. La vérité lui brûlait les yeux alors qu'il s’effondrait devant elle.

- Cette larme...

D'un doigt, elle venait la recueillir, sans la moindre douleur, ni la moindre brusquerie. Si belle, elle étincelait sous les lumières des innombrables bougies. De son poignet, elle jouait, faisant glisser cette perle scintillante avec grâce et éclat.

- Laisse ton cœur se libérer de toute cette souffrance qui t'a étouffé au point de t'embrumer sur ce qui t'entourait. Dès le premier jour, j'ai été franche avec toi. Je t'ai offert certaines pistes que tu n'avais qu'à suivre mais ton âme était trop affligée pour les accepter. Laisse cette souffrance, cette douleur lancinante te quitter enfin...

Sa voix se faisait caresse, douceur, tendre et merveilleux comme une ode à la Vie, à la Non-Vie. D'un geste, elle s'était avancée face à lui, son regard plongeant dans le sien...

- Oui, ose le dire, ose dire ce que je suis, moi l'Etoile des Ténèbres, l'ange de la Nuit, n'attends qu'un mot de toi.

C'était l'instant, l'instant fatidique, celui qui bouleverserait à jamais le jeune berserker. Elle attendait simplement tout en faisant vibrer son aura. L'air tourbillonnait doucement en une valse ou les ailes des chiroptères et les voilés délicats de la brume de nouveau montante formait un cadre unique. Doux, envoûtant et mortel. Puis, soudain, le mot tomba enfin...

- Vampire...

Sans attendre, il s'était tourné vers la porte. Sans attendre, il avait laissé son instinct prendre le dessus. La porte lui semblait si salvatrice mais c'était sans compter sur elle.

- Flagello...

La voix s'était faite tendre, étouffée, lointaine. Modulée comme jamais auparavant, elle exerçait tout son art sur lui avant de surgir droit devant le banni.

- Flagello... Es-tu un chien ou un loup ? Es-tu un animal cédant à son instinct de fuite ou un humain capable de raisonner ? T'ai-je menti ? Dès le premier jour, je t'ai dit que j'étais dotée de cosmos. Pourtant, je ne suis pas auréolée de la grâce des serviteurs d'Athéna ni nimbée de l'halo si particulier des Guerriers d'Asgard...

La nuit est mon domaine tout comme le jour en certaines circonstances. Maintenant, l'heure est venue pour toi de faire un choix. Tous ceux présents en cette demeure le sont de leur plein gré. Tous ceux me servant le font de leur plein gré. Nul esclave nul souffre-douleur mais la justice pure et dure sous sa forme la plus brillante. Nous, spectres, vivons dans la fange la plus immonde. Celle des crimes humains, celle des monstres en tout genre, souillés à jamais...


Un écho de souffrance et de dégoût se dégagea soudain d'elle, la rendant encore plus touchante qu'auparavant, tragique comme un ange aux ailes déchirées et en sang.

- Pourtant, même en ces lieux, la pureté existe. Je suis la pureté au cœur des enfers... La flamme cachée sous le voile de crimes et de sang... La Bête me protège de toute souillure et à travers moi s'abreuve du sang des Vivants. Ma malédiction, ma Non-Vie...

D'autres brisures dans sa voix et soudain, elle commença à glisser, tournant en un pas de danse autour de Flagello avant de se poser contre son dos. Dos à dos alors que le parfum de la Rose planait encore autour d'eux en un extrait si précieux si capiteux puis enfin, la voix d'Althéa se fit de nouveau entendre alors que sa fraîcheur et sa douceur se faisait si bien sentir...

- Le temps est venu, Flagello. Si tu pars, si tu franchis cette porte, tout seras fini. Tu m'auras reniée et bafouée devant tous les miens... Tu auras seul brisé le lien en pleine formation entre nous...

Sur la fin, sa voix s'étouffa, jusqu'à mourir sur ses lèvres...

- Si tu franchis cette porte, tout en fini... Retourne-toi et étreins-moi ou fuis loin de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Sam 13 Sep 2014 - 14:20


    Non ! Non ! Il ne pouvait pas le dire ! Sa tête se baissa, ses yeux se fermaient, ses poings se serraient crispés en écoutant ce mot sortir de la bouche de la Dame. Même s’il avait tout voulu ignorer depuis le départ. Cette réalité, le jeune garçon voulait la fuir. Lui qui était si bien dans ce rêve qu’il avait fabriqué depuis son réveil dans cette demeure. Cette chimère qui s’envolait sous ses yeux lui donner une sensation étrange, un mélange de tristesse et de rage. Immobile, le banni essayait de penser, de se faire à l’idée qu’une fois encore il s’était enfoncé dans un abîme obscur. Malgré tout, il ne pouvait la haïr ! Ce sentiment ne voyait pas d’inspiration en observant son interlocutrice, ni même en l’écoutant.

    Car il savait que tout cela était causé par ses erreurs, et par ce maudit cœur incapable de se barricader devant les sentiments. Bon ou mauvais. La haine, il en avait seulement pour celle qui l’avait mené à sombrer, qui avait fait de lui un bon à rien ! Dans cette pièce, se trouvait la personne qui combla ce vide, qui au lieu d’ouvrir encore plus ses plaies, essaya de les refermer. Auprès d’elle, il n’y avait pas de douleurs…
    Flagello laissa les mots de la Rose flotter dans sa cervelle avec un parfum envoûtant ; en silence, laissant le tourment le gagner. C’était l’heure du choix !

    Le garde empoigna alors la tunique qui révélait son statut au sein de la demeure au niveau de sa poitrine, tremblant. Voulant oublier, oui, il voulait tout oublier pour repartir dans un univers paisible et de respect.
    Le discours de la Maîtresse des lieux se poursuivait sans qu’il ne l’interrompe. Il n’avait pas à parler de toute façon.
    Cependant, il restait perturbé par son existence passé… Son âme n’était pas faite pour être Berserker, pourtant il fût l’un d’eux avec l’un des rangs importants. Tout cela était si curieux. Calamity ? Rien qu’en y pensant, une goutte de sueur glissa le long de son front pâle. Malgré la situation, cette vérité qu’il avait fui par peur, comment pouvait-il nier qu’ici son talent était mis en valeur comme jamais il ne le fut auparavant. Le jeune Italien pensa aussi aux autres, à ceux qui vivaient ici, et leur sincère gentillesse.

    Ses yeux s’ouvraient au moment où Dame Althéa se mit à danser autour de lui, en achevant son monologue. Une fin qui était celui du choix. Quitter la pièce et renier la Vampire, ou rester ! Dos à dos, le banni voyait son sort en jeu à présent…
    -« Madame… Votre position, et votre nature ne changent rien à la dévotion qui fut mienne depuis que je porte cette tunique. Et elle ne changera pas devant la vérité, bien au contraire! »
    En effet, il était un banni, n’avait pour l’instant rien à faire dans cet univers, univers qu’il voulait fuir et qui l’avait poussé à accepter ce travail. Evidemment, le garde ne pouvait pas nier que cela était pour lui un choc. Néanmoins il ne pouvait pas non plus nier l’évidence de sa vie agréable au sein de cette demeure. La fuir serait retombé dans un chagrin mortel !

    Lentement, il posa ses doigts sur le poignet de la porte. Flagello soupira, et essuya une larme qui naissait dans l’un de ses yeux. D’un geste maladroit, mêlant son effroi de tout abandonné dans les bras de cette femme, et joie de savoir que cette étreinte serait comme une renaissance, il se retourna pour observer l’envoutante silhouette de la dame. Délicatement, avec une rare tendresse, il porta sa main sur l’épaule de son interlocutrice afin de la voir de face. Un regard dénué de toute agressivité ou de doute. Un regard qui doucement se baissa…
    -« Aidez moi…Aidez moi, je vous en prie… » Le ton bas comme une supplique, le dernier venu dans la demeure combla l’espace, pour enlacer avec un énorme respect la Rose. Sa tête sur l’épaule de droite de celle-ci, il lui murmura à l’oreille.
    -« Aidez-moi Madame à effacer le passé ! Qu’importe ce qu’il en coute, je veux renaître… Tout recommencer. »
    Voilà, son destin était jeté… Son passé si douloureux devait faire place à une vie simple, sans souffrances gratuites. Ne plus jamais vivre dans un monde où il ne recevait que critiques et insultes, quoi qu’il puisse faire… En peu de temps ici, il comprit rapidement. Son épanouissement ne pouvait se faire que dans ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Althéa

avatar
Messages : 239


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
160/160  (160/160)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Dim 14 Sep 2014 - 10:54

Ce que tu trembles...

Maelstrom de sentiments en perdition, tout se bousculait dans la tête du banni. Tendre et sereine, la Vampire à la peau d'albâtre nacrée le laissait à ses réflexions, à la contemplation de ce qu'était sa propre vie, son passé, son présent, son avenir. Il était à la croisée face à lui-même.

Ce que tu trembles mais ce choix, toi seul peux le faire...

Elle se souvenait des autres. Certains venaient en toute connaissance de cause, s'interrogeant sur elle et son mystère, d'autres se muraient dans le silence, cultivant leur douleur, leur peine jusqu’à ce qu'elle explose et s'échappe. L'instant venait toujours. Un moment sacré, suspendu dans le temps, celui d'un choix, d'une vie ou d'une mort...

Nul ne savait ce que devenait ceux qui reniaient la Vampire. Althéa s'efforçait d'oublier ces oiseaux égarés sans plus d'espoir de retour. Repousser une spectre comme elle était comme frapper le dernier ange de miséricorde encore présent sur le chemin des Enfers. Et qu'importait le temps qu'il leur restait à vivre. Tous étaient égaux devant la Mort, tous finissaient par la croiser. La garnison de la demeure Brumel était là pour veiller sur l'Etoile Couronnée et non participer à des représailles. Elle les laissait partir mais sans espoir de retour. Qui savait ensuite le sort que les autres humains leurs réserveraient ? C'était des autres que viendrait leur malheur et non d'elle. En quoi leur séjour en ces lieux pouvait-il effacer les raisons qui les avaient jeté sur le chemin de la Rose Infernale. L'humanité était cruelle, si cruelle et vindicative pour ces âmes égarées...

Et chaque âme était différente, elle le reconnaissait. Parfois, c'était elle qui volait à leur rencontre, les séduisant comme seule une Vampire le faisait. Tous n'étaient pas d'anciens parias au sein de cette demeure. Certains avaient été des hommes et des femmes dont l'aura avait le potentiel de briller comme nulle autre mais encore méconnues si méconnues, comme des joyaux inestimables enfouis sous un mont de fumier et autres déjections abjectes. Des êtres qui avaient plu à la spectre, dignes de servir les Vampires mais d'une façon totalement différente de celle des survivants renfermant leur véritable nature sous le mur qu'eux-mêmes s'étaient construits pour leur propre salut. Des survivants dont faisait parti le banni avant sa renaissance. Elle la sentait venir approcher comme le soleil pointant par-delà l'horizon. Elle tenait à lui, tout comme aux autres membres de leur Maison, de leur famille...

Ce que tu trembles des visions qui sont les tiennes... Devant ton reflet sur le miroir de la Vérité. Se contempler soi-même est une épreuve parmi les pires. Il peut être insupportable, insurmontable de se contempler...

Dos à dos, elle le sentait, elle sentait bouger, tendre la main vers cette porte qu'il était si simple de franchir. Un instant s'écoula encore avant que la voix ne se fasse soudain entendre. Il avait choisi. La lumière lui était enfin apparue, brillante ou sombre qu'importait. Ses chaînes venaient de se briser.

Enfin...

Mots après mots, chargés d'émotions et d'exaltation, les paroles quittaient les lèvres tremblantes du banni. Flagello avait enfin accepté la réalité dans sa plus pure vérité. Elle était vampire, servante d'Hadès mais si éloignée des images faussées de humains.

Une pression soudaine sur son épaule et son visage se releva. Un sourire indéchiffrable sur les lèvres, des yeux aussi profonds qu'un lac sans fond n'exprimant que calme et sérénité, Althéa se tenait encore silencieuse, lisant dans l'âme de celui qui lui faisait face. Cette timidité toute touchante à son égard était si attendrissante. Elle était Vampire mais aussi femme sous sa cuirasse sanglante de spectre. Le surplis ne changeait en rien cela, il ne faisait qu'un avec elle, la protégeant des sacrilèges de ce monde. Puis, ce furent autour de sa taille si gracile que les bras du jeune homme se posèrent. Il n'osait pas la serrer. Puissant sans le savoir, il n'avait pas idée de la force qui pouvait être la sienne ou plus exactement, on le lui avait dissimulée. Le temps de la lui faire redécouvrir viendrait mais il était encore trop tôt.

- Oui...

Le mot s'était échappé avec une douceur incroyable. Délicat et délicieux comme le miel, il offrait à lui seul la promesse de cette nouvelle vie à laquelle le banni aspirait tellement.

- Oui, je vais t'aider à renaître. En m'offrant ton sang et ton bras, tu entres dans la famille Brumel. Non pas la lignée Vampirique mais la Maison Terrestre qui est la mienne. Brumel est ma demeure implantée dans le monde des Hommes et Carminia, la demeure ancestrale de la lignée Sacrée, la lignée de la toute première Vampire Couronnée. Carminia est le véritable nom des spectres Vampires des seigneurs de l'Outre-Monde, la Lumière, la Pureté, la Justice dans la plus pure tradition et enfin le Sang sont leurs plus grands trésors... Nous sommes les plus puissants de tous les Vampires, ceux que les autres pourchassent depuis la nuit des temps, pauvres reflets déformés de ce que nous sommes, nous les Vampires Couronnés. Carminia est le notre trésor ultime...

Sur ces mots, elle venait de lui faire part de sa pleine confiance. La Demeure ancestrale des Carminia était la plus secrète de toutes. Personne ne pouvait la découvrir réellement à moins de porter en son sang l'héritage de la spectre des Ténèbres, faire partie de la lignée. Puis, sans la moindre douleur, ses canines effleurèrent la nuque offerte, faisant couler le sang du banni. Lentement, sans heurt, sans souffrance, il s'écoulait en un filet écarlate et brûlant si brûlant avant de que ses lèvres et le bout de sa langue, elle ne commence à le recueillir.

- De par mes dons ancestraux, je tisse le lien de sang...

Le contact entre les lèvres et la chair se rompit alors laissant le cosmos prendre la relève, la spectre captant le sang qui s'élevait pour glisser en un splendide ruban aussi fluide qu'écarlate dans la gorge de la Vampire.

- Nulle douleur, jamais, la morsure n'est douloureuse que si le Vampire le décide.

Elle en était capable mais mettait un point d'honneur à obtenir ce qu'elle voulait de ses promis de leur plein gré. Les calices seraient prêts à se battre s'il ne devait en rester qu'un. Le lien de sang était fort si fort qu'avec le temps, il devenait indestructible...

- Maintenant, renais, Flagello, renais en tant que membre de la Maison Brumel. Tu as fait ton choix et les autres te reconnaîtrons comme des leurs bien plus qu'avant...

Cette fois, ce fut le poignet du jeune homme qu'elle prit avant d'y apposer sa morsure, le baiser du Vampire, toujours enveloppée de son cosmos qui montait doucement sans dépasser un certain seuil.

Non, personne ne pourra me détecter si tel est mon choix...

La brume se faisait plus opaque autour du domaine où le silence s'était soudain abattu. Même l'orage était passé alors que Moonlight Shadow se tenait à nouveau calmement en son vaste box.

- Le silence... Entend le silence, entend le et laisse tes sens s'affiner. Le don des Vampires, le don obscur comme certains se plaisent à le nommer va lentement t'influencer. Entend le silence et le chant de la nuit. Entend simplement le chant de la Vie qui nous attire telle la flamme ardente dans l'obscurité la plus profonde...

Et quittant enfin son poignet, le laissant privé d'une sérieuse quantité de sang, elle acheva.

- La Vie, la nouvelle Vie que je t'offre... Maintenant, savoure-la comme jamais tu ne l'as fait, savoure-la et vie la avec toute l'intensité qu'un tel trésor mérite...

Epuisé par sa prise, Flagello n'aurait pas le force de regagner la chambre qu'il partager avec Lorenzo. Althéa avait assouvi sa Soif déjà ancienne et sans attendre appela.

- Angus...

Une minute à peine après et le colosse écossais se présenta.

- My lady...
- Ramène-le en sa chambre. A partir de cet instant, il fait partie de notre Maison.


Malgré tous ses efforts pour paraître de marbre, il ne put contenir sa joie avant de soulever le corps du jeune homme comme un poids plume.

- Avec joie, ma dame, mes respects et que cette journée vous soit sanglante. Si vous avez besoin...
- J'ai bien assez, mon ami, bien assez.


Un rire éclata soudain, rompant les derniers airs de magie.

- Il est plus solide qu'il le montre le petit. Allez, je l'emmène et vous en faites pas. S'il ose se lever trop vite, on le confiera d'office aux bons soins d'Harcher.
- Merci, Angus.
- Mes respects, ma tendre dame...


Le ton du chef de la garde trahissait son dévouement envers et elle et l'attachement évident qui l'unissait à la spectre. Dévoué, il l'était et depuis une éternité.

[HRP : Flagello vient de recevoir le Baiser du Vampire et un premier lien de sang commence à se tisser entre Althéa et lui]
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 217


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    Dim 14 Sep 2014 - 17:45


    Il n’y avait plus de maux grâce à cette étreinte fragile, et délicate. Flagello les yeux mi-clos se laisser gagner par le parfum, et l’envoutement de tout ce qu’elle pouvait représenter, sans ce soucier du reste. Même de son avenir qu’il venait d’éclairer en le guidant dans cette demeure. Dans ce travail de garde qui lui permettait petit à petit de retrouver sa confiance évanouie au milieu d’un abîme profond, encerclé par les flèches du passés dont il craignait toujours les piqures. Il devait oublier son traitement passé. Tant de mal, tant de jour de souffrance sans jamais connaitre une lueur de bonheur.

    Un sourire sincère représentant cette joie, et cette vie qu’il cherchait, lorsque le « oui » raisonna dans ses oreilles. Ce mot avait agi comme un souffle balayant le mal de son cœur qui à cet instant semblait respirer bien mieux. En silence, profitant du privilège de savoir son âme affranchi de souffrance, il écouta les explications de la Dame concernant son existence. Acceptant tout, gardant ce même sourire, et profitant de l’ivresse qu’elle venait de lui donner en lui offrant sa confiance
    Tout s’effaçait dans sa tête ! C’était son souhait, tout recommencé ! Le jeune garçon se laissa glisser dans un paradis lorsqu’il sentit un léger contact entre les dents de la vampire et son cou offert sans pièges.

    Cependant, le garde ne sentait pas de mal, non, au contraire dans son échine, une sensation douce, une sensation d’une chaleur apaisante, qui caressait son cœur, lui donnant un bien être impossible à décrire avec des mots. Un plaisir qui ne faisait que confirmer son choix juste.
    En cet instant, Flagello, ne pensait plus à rien, il était simplement guider par ce sentiment divin, paradisiaque. Son regard lentement se flouta. Le garde pouvait également confirmer les paroles de la Rose… Il ne souffrait guère.

    Lentement, son étreinte déjà faible, devenait nulle, la fatigue prenait le dessus, une fatigue qu’il ne ressentait qu’au travers du ravissement qui était en train de couler dans ses veines. Lentement aussi, il posa un premier genou au sol, puis le second, dans un mouvement délicat. Dame Althéa tenait à présent son poignet. Flagello, le regard contemplateur leva son visage pour admirer la vampire, « son ange salvateur ». Ses pupilles se dilataient petit à petit en s’éclaircissant d’un éclat merveilleux.
    Insensiblement, pendant que la maîtresse des lieux exercer son délicieux pouvoir sur le poignet du garde, celui-ci baissa la tête, emporté par ce flot d’émotion. Agenouillé ses yeux se posaient, et se figeaient sur le bas de la robe de sa suzeraine.
    Oui, il était en train de renaitre, de revivre comme jamais il n’aurait pu l’imaginer lors de son départ sous la honte et les humiliations de la Cardinale.

    Le jeune garçon écoutait le silence, sentant un long frisson le parcourir… Un frisson qui suivit les paroles de Dame Althéa, sur les changements qui allaient s’opérer au sein de son être. Puis, elle relâcha son poignet, la fatigue était tel, qu’il tomba comme s’il s’agissait d’un pantin. Sa tête aussi se pencha encore plus. Aux pieds de la Dame… Il était proche de tomber dans un profond sommeil.
    Néanmoins avant que cela n’arrive, le nouvel arrivant susurra d’une voix tendre.

    -« Merci… Je vous fais la promesse de ne pas vous décevoir, et de profiter de cette vie, de ne pas la gâcher. .. » La phrase terminée il s’écroula un peu plus au niveau de son buste. Son visage encore plus livide par la prise dégageait une paix intérieure.
    Le reste il ne s’en rendit pas compte…

    Quelques jours après, les rayons du soleil frappaient le visage du garde qui ouvrit enfin les yeux. Il s’étira en regardant par la fenêtre. Il se sentait bien, si bien… Le souvenir de ce qu’il s’était passé émergea dans sa cervelle. Un sourire émerveilla son visage épanoui. Le garde se leva, se prépara. On l’informa également qu’il était excusé pour les jours qu’il venait de manquer, et son retard pour ce jour. Cela lui laissa le temps d’ajuster son uniforme, et de recoiffer.

    Flagello sentit également les regards sur lui qui étaient moins méfiants. Même s’il n’avait jamais eu à se plaindre de cela, il remarqua que cette fois cela allait encore mieux pour lui. Lorsque le garde fut prêt, il quitta la chambre, une sensation plaisante dans son cœur, il prit la direction des écuries, pour retrouver Lorenzo, l’autre garde qui avait le même poste… L’Italien était maintenant disposer à profiter de cette existence, loin de la douleur de la fosse, très loin…


[Topic terminé... 3eme chapitre dans un autre ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: - La confiance se montre ! (PV Althéa)    

Revenir en haut Aller en bas
 

- La confiance se montre ! (PV Althéa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» montre ta photo
» Pokémontre
» Ma nouvelle montre, elle est sick :D
» Montre moi que tu sais les bougées, tes jolies fesses | PV
» Montre-moi ce que tu as dans le ventre ! [Belle de Nuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-