Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 31 Aoû 2014 - 20:46




J'ai tout entendu. Pourquoi est-ce que la propre famille du chef s'attaquerait à une vulgaire vagabonde insignifiante?

La gamine se tourna en suite vers l'ennemi:


Je ne suis pas ta proie. Je trouverai un moyen de m'en sortir. N'utilise plus de possessifs à mon égard.

Il aurait pu dire ''une proie'', non mais! Mais la sainte n'était pas assez bête pour ne pas voir que, sans l'ennemi, elle aurait sans doute déjà péri une bonne dizaine de fois. Et elle n'aimait pas ça.
Cinq personnes, trois hommes et deux femmes, s'avancèrent vers eux, l'un d'eux devant les autres. L'aigle ressentait leurs cosmos, assez insolites. Qui étaient-ils? S'ils lançaient des attaques cosmiques, il faudrait se trouver en mesure d'y parer. Alors, la sainte intensifia à son tour son cosmos, prête à se défendre. Se défendre en cas d'attaque. Concept totalement étranger au fonctionnement de la vagabonde. Mais maintenant elle y étais obligée.
Celui qui semblait être le chef demanda l'identité de quelqu'un, la petite ne savait pas qui. Le monsieur avec qui parlait l'ennemi la dénonça. Alors le chef était vraiment le chef, et il venait demander des comptes pour la mort de sa famille. Pourquoi est-ce que la fraternité avait une quelconque valeur dans cet enfer terrestre? Le Goliath demanda à ce que le chef fisse subir à la gamine l'épreuve des Sept Souffrances. Pensant qu'il s'agissait d'une sorte de torture, elle ne s'inquiéta pas trop. Mais le chef développa.
Il s'agissait ni plus ni moins de tuer six personnes, de sang froid. La sainte pâlit, rassurée que nul ne remarquerait cette faiblesse. Elle n'avait jamais tué en dehors de la légitime défense, et elle ne le voulait pas. Elle se forçait à visualiser les deux enfants qu'elle voulait protéger, elle se fixait leur image, leurs visages, dans son esprit, ils ne la quittaient jamais. Ils lui donneraient la force d'accomplir cette monstruosité contre sa propre volonté. L'ennemi voulait la transformer en meurtrière, et mentionna ce que penserait sa déesse.


Si ma déesse a assez de temps à perdre pour se pencher sur mon cas, et si elle désire me châtier alors je subirai ma punition avec joie et regrets. J'attends ce châtiment avec hâte. Maintenant, je veux bien accepter votre petit deal, mais à une condition: je pourrai emmener avec moi les huit enfants, le frère et la soeur. Je refuse qu'ils grandissent ici.

A ce rythme-là, elle pourrait bientôt ouvrir une crèche. Mais tuer de sang-froid ne lui ressemblait pas. Et elle voulait à tout prix réparer comme elle pourrait les dégâts qu'elle causerait. Et ne pas cesser de se ressembler, sinon ce serait un vrai capharnaüm dans sa tête de vagabonde.
La sainte passa alors derrière le comptoir de l'auberge, et fouilla plusieurs tiroirs. Après quelques instants, elle trouva un couteau assez propre et bien effilé. Elle prit ensuite six bouteilles d'alcools, qu'elle vida par terre, et rangea, vides, dans un sac. Alors, elle quitta l'auberge, sans un regard pour tous ces gens. Sur le chemin, en bordure de la route, des mauvaises herbes poussaient. Elle en reconnut assez vite une, dont elle cueillit quelques exemplaires, avant de se remettre en route.

La technique de l'autruche est une arnaque morale et intellectuelle. Pourtant, sans cela, l'aigle ne tiendrait pas le coup. Si elle ne pensait pas aux enfants, elle serait la première qu'elle égorgerait avec ce couteau, pour ne pas ôter de vies, aussi misérables fussent-elles. Après un moment, elle trouva la maison de la première anomalie, la mère des deux enfants. Il s'agissait d'une maison passablement en ruine. La porte grinça quand la gamine la poussa. Elle entra dans une masure pleine de toiles d'araignées. Dans un coin de la pièce, un bébé dormait.


Madame?

Une femme à l'air dur et défiant, le visage émacié, s'écarta d'un coin d'ombre et s'approcha.


Qui es-tu? Et que veux-tu?

La sainte s'approcha de la jeune mère, et prit ses mains, froides et abîmées, dans les siennes.


Vous êtes prête à tout pour vos enfants, n'est-ce pas?

Elle fut reçue par un regard de rancune. La gamine n'avait pas à venir fouiller dans la misère des gens, elle n'avait pas à humilier encore plus cette pauvre femme avant de la tuer. Mais elle voulait être loyale avec cette mère, au moins avec elle.


Je le suis, pourquoi?

Je peux vous aider. Je peux les emmener loin d'ici, et leur offrir un environnement meilleur.

Quelle preuve ai-je que tu pourras veiller sur eux comme une mère? Regarde-toi, tu ne peux même pas veiller sur toi-même c'est écrit sur toi.

La gamine baissa la tête.


Je sais. Mais je vous promets de les placer dans une famille aimante, je vous le promets!

La mère répondit, d'une voix résignée:


Soit. Qu'est-ce que tu veux?

Mourrez.

L'aigle ressentait toute l'incompréhension, tout le désespoir de cette dame. Elle sortit de son sac les herbes qu'elle venait de cueillir, et les lui tendit.


Mangez cela. C'est un poison, je sais qu'il est rapide.

La mère prit le poison, et l'avala.


Je te fais confiance. Si tu me trahis... Soit maudite!

En quelques instants, son visage devint violet, tous ses muscles se contractèrent, et, son coeur ne pouvant plus battre, elle mourut. Après s'être assurée que les enfants ne pouvaient pas la voir, la vagabonde décapita la malheureuse, et remplit une bouteille de son sang, avant d'aller l'enterrer. Elle dirait à ces enfants qu'elle avait tué leur mère. Et ils la haïraient. Elle ne les avait pas sauvés, sans doute. Elle méritait cette haine.


La sainte se dirigea ensuite dans la maison de l'homme riche. Elle allait, à lui aussi, lui parler. Elle entra dans la demeure, sans frapper, et trouva l'homme en question, seul, en train de laver des légumes dans une vaste bassine. Il lui tournait le dos. Finalement elle ne lui parlerait pas. Elle n'avait pas la force d'affronter son regard, pas avant de le tuer. Silencieusement, elle s'approcha de lui, et, en un éclair, elle lui plongea sa tête dans sa bassine. Il mourut noyé. La va-nus-pieds le fit subir le même traitement qu'à sa précédente victime. Elle avait agi de manière veule.
Les mains de la sainte tremblaient nerveusement, alors qu'elle se dirigeait vers la troisième victime. Une jeune fille, qui aurait peut-être pu être sa soeur. Qui aurait pu être son amie, celle qu'elle regrettait toujours tant, malgré les années. Et que ferait-elle si cette jeune fille ressemblait à son amie? Elle devrait la tuer quand même. Elle entra dans la masure en question en retenant son souffle, se forçant à penser aux deux enfants pour qui elle agit. Non, il fallait qu'elle pense à ce qu'elle savait sur sa future cible. L'envie, la jalousie. Cette fille n'était donc pas capable d'agir par elle-même. La sainte ne voulait pas penser qu'une raison majeure pouvait être à l'origine de cet empêchement. Elle ne voulait pas penser à ce sang qui coulerait sur ces mains, le sang d'une autre. Manque de chance, la moins-que-rien fut aperçue par la jeune fille en question.


Bonjour!!

La sainte s'arrêta, ne sachant que faire.


Haïs-moi, s'il-te-plaît!

Je ne comprends pas...

Sans répondre, la va-nu-pieds avisa une corde sur la table, et s'en saisit. Le regard de la jeune fille s'emplit peu à peu de désespoir, à son tour. Lorsqu'elle sentit la corde autour de son cou, elle commença à hurler. La moins-que-rien resserra l'étreinte de la corde, tandis que ces cris transperçaient ses tympans. Elle ne parvenait pas à la tuer, et la jeune fille criait de plus belle.


TAIS-TOI! MAUDIS-MOI, FRAPPE-MOI! ne me rappelle pas ce que je fais, je me le reproche déjà trop.

La jeune victime tendit sa main pour frapper son bourreau, mais son bras, tout d'un coup tomba, inerte.


Oh... ... ... Que quelqu'un me vienne en aide!

Mais sa prière resta sans réponse. Les restes de la jeune fille connurent la même fin que ceux des deux précédentes victimes.
"Je dois tenir. Plus que deux personnes, je dois tenir. Mon but..." Sauf qu'elle n'est rien. Son but est rien. Elle n'existe plus. Depuis longtemps, depuis qu'elle erre, loin du monde. Et si elle n'était pas partie de chez ses parents sur un coup de tête, rien de tout cela ne serait arrivé. Il ne fallait pas regretter.
La sainte n'avait pas compris l'histoire de l'homme qui mangeait à excès. Elle lui régla son compte assez rapidement, dans un état de semi-abattement, comme une automate. Il ne restait plus que la paresseuse. De l'embrasure de la porte, elle lança le couteau de cuisine. Avec un bruit sec, il se planta entre les deux yeux de la dame.
La gamine put profiter du chemin du retour pour remettre de l'ordre dans sa tête et arriver devant ses tortionnaires avec les idées claires. Il n'y avait personne pour l'aider. Elle devait compter sur personne d'autre qu'elle-même, comme elle se l'était juré. Même si elle venait de se noyer, ayant perdu ses repères.



Voilà. Je les ai tués. Sauf erreur de ma part, j'en ai compté cinq.

Elle déposa respectueusement au sol les têtes de ses victimes, remplit le tonneau de leur sang, et attendit la suite.






Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 31 Aoû 2014 - 22:47




Et maintenant, tu vas te déshabiller et te baigner dans le tonneau de sang. Tu vas y rester aussi longtemps que je le déciderais. Car, ici, c’est moi qui décides : dans cet antichambre des enfers, je suis le Roi.  Je suis au-dessus des autres ! Je ne dois rien aux autres, je suis l’être supérieur ici et les autres ne sont rien de moins que des moucherons que j’écrase comme bon me semble ! HA HA HA HA HA HA !!!!


Quant à moi, je regardais la Gamine sans mot dire, mon visage volontairement fermé.  Volontairement, je n’avais rien promis tandis que le fameux chef, quant à lui, avait accepté d’un rapide hochement de la tête. Sinon, les autres demeuraient fort silencieux. Il en manquait juste un mais est ce que la Gamine remarquerait cette petite information ? Encore une fois, cela n’était pas mes affaires même si voir la détresse de la Mioche était un régal à mes yeux. Pour l’instant, j’avais obtenu ce que je voulais mais je désirais plus : le calvaire de la Guerrière d’Athéna était loin d’être terminé.  De toute façon, maintenant, elle était notre esclave : elle ne pouvait donc que s’exécuter et faire  trempette dans le sang des innocents qu’elle a abattu elle-même. Et tandis qu’elle se baignait sous les yeux de tout le monde, je vis le dernier des malandrins s’approcher de la scène avec une brouette contenant huit têtes d’enfant. Le Chef prit une torche et brûla les têtes  des enfants sous le regard de la Mioche. Quant à moi, je regardais la scène avec un détachement évident.


Tu avais donné ta parole, me semble-t-il non ?


J’ai menti, l’Étranger. Et maintenant, je vais pouvoir me délecter de la détresse de cette innocente !

Je n’ajoutais rien de bien particulier et me contentais d’observer la réaction de la Gamine impassiblement. Puis, je m’adressais à la Mioche d’une voix normale.


Si tu veux achever l’épreuve, tu sais qu’il te reste encore deux souffrances à accomplir n’est-ce pas ?


L’orgueil du Chef et la Colère de la Mioche ?  En tout cas, intérieurement, je jubilais de voir cette scène. Et ce n’était qu’un début. De toute façon, pour obtenir la Deuxième Jumelle, il fallait aller encore plus loin. Et, je me ferais un plaisir de la mettre plus bas que terre. Lentement, méthodiquement, tranquillement. Maintenant que je la tenais, je ne la relâcherais plus.



Dernière édition par Ryuken le Jeu 4 Sep 2014 - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Lun 1 Sep 2014 - 8:08





A quoi ressemblerait l'aide que la gamine avait implorée quelques dizaines de minutes plus tôt, au juste? Quelqu'un de bienveillant qui la tuerait? Ce n'était plus possible. Et personne ici ne pouvait lui dire comment s'en sortir, comment limiter ses dégâts, ou comment se racheter. Elle ne devait pas souhaiter que quelqu'un soit là pour prendre ses décisions à sa place. Ce serait de la faiblesse.
Mais ce serait aussi de la faiblesse, que de se laisser manipuler, de dire qu'elle a obéit sans chercher à se rebeller, qu'elle a tué parce que un inconnu le lui a demandé. Mais les remords sont la chose la plus inutile au monde, ainsi que la plus encombrante. La petit avait essayé, mais même ici elle ne pouvait pas s'amputer de sa morale.
De toutes façons, la vieille fibre instinctive s'était réveillée et, sur le chemin du retour, la sainte avait découvert toute la saveur de cette nouvelle douleur, alliée à l'amertume si envoûtante des reproches. C'était comme une drogue dont elle rêvait de goûter, mais qu'elle s'interdisait car elle la savait mal. Mais dans un tel lieu, plus rien. Après avoir fait tomber cette barrière de sa conscience, tout irait bien. Le tout maintenant serait pour la vagabonde de limiter la chute, car, même si elle côtoie la boue, et parfois s'amuse à plonger ses doigts dedans, comme on tente parfois de toucher le feu, jamais elle n'y descendra pour de bon.
C'est pourquoi, malgré qu'elle eût retrouvé un calme impatient de connaître la suite, elle déclina l'ordre du chef. D'une poussée, elle renversa le tonneau par terre.



Pour qui tu me prends?

Et ensuite, sans doute, châtiment. C'était le début facile. La gamine jeta un regard circulaire aux alentours. Il lui semblait vaguement que quelqu'un manquait à l'appel, mais lle n'avait jamais été vraiment physionomiste, donc elle ne tira pas de conclusion trop hâtive.
Un bruit de roue très vaguement circulaire sur un sol mal pavé attira l'attention de a sainte. L'Absent revenait, en poussant une brouette sur laquelle se trouvaient les têtes des huit enfants qu'elle voulait protéger. Se remettant assez vite de sa surprise, elle se dit que cela valait mieux pour ces petits êtres. Elle devait être égoïste, et savourer le désarroi et l'incompréhension de cette trahison. De toutes façons, on ne pouvait pas s'attendre à mieux de la part de telles personnes.
Le Chef incendia les têtes. La petite se dit qu'elle ne pouvait pas non plus feindre l'indifférence, ils se méfieraient. Elle se dirigea alors vers la brouette, avisa la tête du bébé qu'elle avait aperçut chez sa première victime, la prit et la berça dans ses bras, sans prendre garde au feu tout autour.



Je sais qu'il m'en reste encore deux, et je suis prête.


En fait, c'est comme une personne qui n'a jamais mangé épicé et qui goûte un jour un vrai curry. Au début, il ne comprends pas, se méfie, mais après, il ne peut puus s'en passer.







Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Jeu 4 Sep 2014 - 16:51




Comment oses-tu te rebeller contre moi ? Ici, je suis le maître : j’ai le droit de vie et de mort sur n’importe qui malheureux cloporte qui pénètre  en mon monde !!


D’un claquement de doigt,   les comparses se ruèrent sur la Rouquine avec la ferme intention de la tuer. Certes, à en juger par les différentes valeurs, je supposais la Rouquine plus forte  que ses agresseurs. Néanmoins, ici, tous les coups étaient permis et il n’y avait pas que cinq lascars contre elle mais bel et bien un village tout entier, bien résolu à vouloir la tuer. Quant au fameux Chefs, j’estimais son pouvoir dans la belle moyenne d’un chevalier d’argent.  Et moi alors ? Je ne bougeais pas, je ne faisais rien, elle s’était mise dans la panade tout seule et elle devrait se débrouiller toute seule. Au bas mot, trois cent cinquante dégénérés de la pire espèce comportant des êtres violents, des dominatrices, des enfants tricheurs, la pire raclure que le monde puisse exister dans un petit village de trente mètre carrés avec l’impossibilité totale de suivre.  


Voilà Rouquine ! À toi de te débrouiller, je ne ferais rien. Si tu veux récupérer la Deuxième Jumelle et sauver les deux enfants, tu dois sortir vivante de ce guêpier en tuant tout le monde tout en laissant le Chef vivant pour qu’il nous indique où se trouve la nouvelle cachette de la Deuxième Jumelle.


Comme un signal, tout le monde se mêla à la danse: cinq guerriers et le reste des humains de la pire espèce mais es humains que la Gamine, si elle devait suivre les applications de sa déesse, devait protéger malgré tout. Elle devait sauver des assassins, des violeurs, des menteurs, des hommes, des femmes, des enfants qui tueraient pour le plaisir ou pour une malheureuse pièce d’argent.


Tue les toutes et tous sinon, jamais tu ne reverras les eux enfants que tu veux protéger. Ici, les murs ont des oreilles si je puis le dire : personne ne viendra à ton aide la Mioche car ici, tu es toute seule… Allez ! Transforme ce village en un cimetière géant !

J’étais curieux de voir comment elle allait se débrouiller. Encore une fois, elle avait voulu jouer ? Encore une fois, elle avait perdu.  Elle devait connaître l’expression « Tomber de Charybde en Scylla ». Maintenant, il y en avait une autre : « Tomber de Charybde en Scylla et à la fin en Ryuken ».



Dernière édition par Ryuken le Dim 7 Sep 2014 - 9:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Ven 5 Sep 2014 - 18:09





Comme prévu, la petite rébellion de la moins-que-rien ne fut pas très bien vue par cet homme qui régnait en tyran absolu sur ce canton damné. Et même, il prit cette non-obéissance comme une atteinte personnelle, comme un crime de lèse-majesté. Face à la réaction colérique du prétendu chef, la sainte hésita entre les deux conduites à tenir: continuer à jouer la rebelle, ou plaider coupable et demander d'elle-même un châtiment, sachant qu'elle jouait très bien les deux cartes. Le tout étant de ne pas se comporter comme un paillasson vil et servil, elle n'apprécierait pas.



Le petit cloporte est enchanté de parler au cafard en chef, mais il me semble que je n'appartiens pas à ta législation. J'ose ce que je veux et je décide que je t'autorise à prononcer un blâme contre moi.


C'était une ligne de défense assez... Particulière. Mais la sainte estimait cela suffisant, elle n'allait pas perdre plus de temps, de réflexion et de salive avec quelqu'un comme ça. Et elle espérait que ce monsieur percevrait tout le mépris qu'elle ressentait pour lui.
De manière tout à fait attendue, connaissant la manière d'agir du Goliath, celui-ci se dédit de toute aide, et ce flemmard déclara laisser l'aigle se débrouiller toute seule. Et tant mieux, car le rapace en puissance aurait ressentit tout coup de main comme une humiliation.
Le chef de la bourgade claqua des doigts, et, aussitôt, une foule compacte se précipita sur la jeune fille, qui assez vite ne put plus les compter. Combien étaient-ils? Une ou deux centaines, au bas mot, mais la gamine ne voyait que ceux qui se trouvaient immédiatement près d'elle. Il lui sembla que certaines personnes, parmi ce capharnaüm de voyous, pourraient se révéler réellement dangereuses.

De toutes façons, il n'y avait pas trop le choix. La sainte était enferrée, et en situation de légitime défense, par ailleurs. Et, ici, faire dans le détail serait une perte de temps. Et elle ne se souciait plus trop de "tricher" ou pas, puisque ceux d'en face ne reculeraient devant rien. Elle se concentra un court instant, enflamma son cosmos, et frappa sans retenue ses centaines d'assaillants.

Eagle Ryu Seï Ken(les météores de l'Aigle):30pts de Cosmos.Attaque Moyenne

On dit que tuer donne une sensation de puissance. On dit qu'enfreindre les interdits produit grosso modo les mêmes effets. La gamine, elle, agissait en pensant à la sanction qui suivrait sans doute, ou peut-être, et c'est ce qui l'encourageait à les tuer. Ce serait bien idéaliste de tenter de les ramener dans le droit chemin, et elle n'était pas venue pour cela.
Et il serait idiot de se poser la question: "Est-ce que ce que je fais pour ces deux enfants est juste, est-ce qu'il m'approuveraient, et est-ce qu'ils veulent vraiment que je les aide?" car cela ne mènerait à rien.

La vagabonde observa les alentours, regardant ce qui aurait bien pu survivre, ou voudrait lui chercher noise.









Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 7 Sep 2014 - 9:38





Un joli massacre que je regardais, baillant de temps en temps : une habitude pour moi, une nouveauté pour la Mioche ? Un tapis de sang, une mer rouge visqueuse, un bel endroit pour mourir mais il restait tout de même le chef ainsi que trois autres lascars. Ce n’était pas étonnant dans  le sens où ils étaient de tout un autre niveau. Ce n’était pas une misérable pluie de petits météores qui allait mettre à terre des chevaliers, même si c’était des renégats.  Quatre contre une ?!  Avec l’obligation de laisser ce détestable chef en vie ? D’ailleurs, quelque chose ne me convenait pas dans le sens où l’Aubergiste, maintenant, devenu un cadavre, avait mentionné qu’il était peut-être plus fort que moi. C’était un détail qu’il fallait régler d’avance car, de ce que je pouvais voir ou ressentir, il n’était rien de plus qu’un minable petit avorton en face de ma puissance. Ce n’était pas un adversaire de valeur. Je m’avançais et rejoignais la Gamine.  


Ton attaque était pitoyable ! Et je suis bien placé pour le savoir vu que c’était une technique que j’utilisais avant. Pour ton plus grand plaisir, je vais venir t’aider vu que tu n’es pas fichue de te débarrasser de morpions dans leurs genres ! Regarde comment on lance une véritable pluie de météore sur un adversaire et prends en de la graine !


Nul besoin de parler à celui qui avait déclenché, par le biais d’un seul homme, mon intérêt, même s’il fut très court. Je pointais mon doigt en direction du prétendu chef, quand soudain, il fut criblé de part en part d’une multitude d’impact sur son corps, le faisant projeter contre la carcasse d’une maison, plus précisément contre l’Auberge où nous entrâmes la première fois. Il n’était pas mort. Disons pas encore. Si je ne m’étais pas raté, il devrait lui rester une bonne dizaine de minute de souffrance intolérable avant de rendre définitivement l’âme.  Je pointais mon doigt vers un autre lascar quand soudain, son corps explosa littéralement. J’y étais allé un peu trop fort mais, au moins,  on savait ce qui s’était passé. Ou du moins, la Petite avait pu deviner aisément ce qui s’était déroulé. Une succession de météores noire qui avait déchiré le corps de la victime suivi d’une comète noire qui avait achevé le travail.  


Je te laisse  en terminer avec les deux autres. Tu pourrais y mettre un peu plus du tien… Meurtrière…


Je me dirigeais vers le corps à moitié mort du Chef et le balança vers l’extérieur du cadavre de l’Auberge en attendant que la Mioche en finisse avec ses Acolytes. Il était mourant… Et dire que c’était lui qui était censé être plus fort que moi. Je n’avais même pas utilisé mes véritables techniques et j’en avais terminé aisément avec lui. Il était temps de voir jusqu’où pouvait plonger la Sainte Gamine dans la noirceur de ce monde.



Dernière édition par Ryuken le Ven 12 Sep 2014 - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Jeu 11 Sep 2014 - 18:06





Quatre personnes, le chef patibulaire et trois acolytes encore plus patibulaires sans doute car ils occupaient une position de subalternes et voulaient plaire, ou parce qu'ils n'avaient pas grand chose dans la tête, se tenaient encore debout. Après s'être félicitée pour avoir éliminé autant de bêtes sauvages contaminées par la rage en si peu de temps, la sainte se reprocha son manque de rigueur et de perfectionnisme: pourquoi ces quatre-là ne gisaient pas avec les autres, dans ce bain pourpre? Et elle se reprocha aussi, puisque tous ces gens étaient des humains, de les avoir tués. Mais ça elle s'arrangerait pour se régler son compte plus tard, et pour cela il faudrait qu'elle s'en sorte, et donc qu'elle aggravât son cas.
Si ces quatre bonshommes ne connaissaient pas à présent le repos éternel, cela signifiait qu'ils étaient d'une force supérieure à celle de leurs compatriotes. Il faudrait donc s'attendre à plus de difficultés pour les éliminer.

Comme pour régler le problème, l'Ennemi, après avoir narré à la gamine à quelle point sa technique était minable, transforma le chef en charpie, sans toutefois prendre la peine de l'achever, avant d'exploser un des subalternes de manière plutôt atroce. Il indiqua clairement à la vagabonde qu'elle devrait finir le travail. Celle-ci maugréa quelque chose comme "laisse-moi tranquille", inintelligible, ne pouvant pas avouer qu'elle n'aurait pas pu se passer de son aide, et souhaitant qu'il se tût.

Pour commencer, la petite n'avait pas besoin des deux subalternes restants. S'ils n'avaient pas succombé, il faudrait utiliser une technique plus puissante, mais l'aigle préférait ne pas trop gaspiller son cosmos, elle risquerait d'en avoir besoin assez tôt. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, et avisa une poutre de taille moyenne. Prenant cette recherche pour un temps d'hésitation, les deux brutes se jetèrent sur ce qu'ils pensaient être une proie petite, frêle, épuisée et faible. C'était peut-être le cas, mais cela avait laissé le temps à la proie de ramasser la poutre et de la leur lancer au visage alors qu'ils se trouvaient à une trentaine de centimètre.
En conclusion, ces deux-là terminèrent leur élan avec le crâne éclaté. Il ne restait plus que leur chef.

La sainte s'en approcha, et proposa, avec toute la compassion due à quelqu'un de grièvement blessé, quels que fussent ses crimes:



Si tu me dis où se trouve la dernière Jumelle, je te soigne.


Pour toute réponse à sa proposition, la vagabonde récolta une gifle. C'était la seule limite qu'elle se connaissait et l'une des seules choses qui la mettaient réellement en colère. Elle rendit sa gifle au chef, perdant toutes ses idées de compassion et autres.


Tu ne mérites pas la deuxième Jumelle, jamais je n'indiquerai son emplacement à un vermisseau.

Puisqu'il semblait apprécier les soufflets, la gamine lui en administra un second, mais ce chef ne se montra pas plus loquace après.



Tu sais quoi? J'ai pas de temps à perdre.

Pour lui, cela voudrait le coup de faire le travail proprement, mais ce n'était en rien une marque d'estime. Elle se concentra, n'ayant pas eu à utiliser souvent cette technique, puis s'immicisa dans l'esprit de sa victime.

*Illusion of Eagle(l'Illusion de l'Aigle) [eau]: 40pts de Cosmos. Attaque Forte


Elle comptait le faire payer pour tout ses actes, pour tout ce qu'il l'avait forcée à accomplir, pour tous ces massacres inutiles, pour ces enfants immolés sans raison; sachant aussi que, sans doute, elle aurait à souffrir les mêmes tortures en punition. Tant mieux, presque.
Le chef fit preuve de cran et ne pipa mot, ou alors la douleur causée par ses blessures était trop importante pour lui permettre de penser à la torture psychique qui lui était infligée.
Mais, apparemment, la combinaison des deux eut finalement raison de lui, et, en expirant, il avoua enfin le lieu où se trouve la dernière Jumelle. La Colline aux Cents Cachots...







Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Ven 12 Sep 2014 - 17:19





La Colline aux Cents Cachots hein ? Je connais cet endroit… En tout cas, tu es vraiment un Monstre ! Tuer tous ces êtres humains… Je ne sais pas si ta déesse te pardonnera mais, te connaissant à peu près, je sais que tu ne te le pardonneras jamais.  Oh… Dis-toi que ça ne fait que commencer car tu n’as pas assez souffert et tu n’as pas encore l’esprit assez diabolique et mauvais pour t‘adjuger le droit de posséder la Deuxième Jumelle… Allons-y, la Môme ! Quittons cet enfer… Que tu as provoqué par toi-même…


Je passais devant elle avec un sourire à la fois amusé et de défiance. On pouvait dire que ce fameux chef avait eu une idée de génie en emmenant l’Artéfact recherché dans un endroit aussi dangereux que celui-ci. Car, pour une fragile âme vertueuse comme la gamine, c’était le pire endroit que l’on pouvait imaginer. Nous n’avions plus rien à faire dans cette ville dont le nom m’avait déjà échappé. Je savais que la Mioche ne serait pas loin de moi : elle avait franchi la ligne rouge. Et si tel n’était pas le cas, ce qui suivrait l’achèverait de la rendre complètement folle.  Et si tel n’était pas le cas ? Si la force morale de cette fillette était bien plus forte que je ne le pensais ? Qu’importe ! Je souriais pour moi, cette histoire n’était pas terminée du tout.  J’aurais pu  brûler ce village pour qu’il ne reste rien mais je trouvais plus amusant de voir un village fantôme disparaître grâce à Mère nature. Les vautours dévoreraient les cadavres quand les rats finiraient d’achever le travail.  


En fait, tu pourrais me remercier pour le coup de main , hein Gamine Malpolie ? En fait, j’espère que tu as le cœur encore bien accroché la gamine et que les Fantômes ne te font pas peur ! Parce que, là où tu vas aller, il paraît que la Colline aux Cents Cachots est le lieu le plus tourmentés du coin. Mais, une valeureuse assassine comme toi devrait triompher de cet endroit bien facilement…

Nous traversâmes une forêt noire à l’atmosphère des plus morbides pour parvenir à une colline à la végétation noire où trônait un grand arbre, dont les branches comportaient des restes de cordes de pendus. Il y avait une sorte d’entrée souterraine, vaguement dissimulé dans la terre, presque cachée par des racines de bois.


L’endroit n’a pas trop changé depuis le dernière fois. Voici la Colline aux Cents Cachots. Une très vieille légende locale raconte qu’un Seigneur massacra cent innocents et les enferma ici. Depuis, ils hantent cet endroit, cherchant à s’évader par tous les moyens possibles. Je n’étais pas encore adolescent  quand j’ai traversé cette épreuve et je peux t’assurer que ce n’est pas un endroit joli-joli…  Je ne t’aiderais pas cette fois-ci : c’est ton ultime épreuve pour obtenir la Deuxième Jumelle. Tu réussis ou tu meurs, c’est tout.


Je laissais la Gamine entrer dans la Colline et nous débouchâmes sur un corridor où on ne voyait rien du tout à cause de l’obscurité  des lieux.   Cet endroit était des plus étroits et nous avions toutes les peines de passer. Il fallait faire bien attention lorsque nous descendions ce qui ressemblait à des marches envahi par la crasse de la nature. Finalement, nous parvînmes à une sorte de grande salle souterraine, où une vingtaine de petits cachots nous entouraient. Je laissais la mioche goûter à cette atmosphère des plus morbides et pourris.  Il faisait tellement noir que nous n’y voyions rien. Du moins, la Mioche. Car, la maîtrise de l’ombre me permettait de nager comme un poisson dans l’eau dans cet endroit obscur et un souvenir bien précis de ce lieu me donnait une indication juste de cet environnement.  Soudain, je sentis une impression  autour de nous. Quelque chose flottait, nous encerclait, semblait vouloir voyager en nous. Je m’adossais dans un coin, près des barreaux d’un cachot. J’avais triomphé de cet endroit, il y avait longtemps. Maintenant, c’était à la Mioche de se débrouiller. Je faisais disparaître ma cosmo énergie et mon aura de telle manière qu’elle ne puisse plus me voir.  C’est alors que…


Âme Égarée… Encore une… Grâce à toi, Esprit Tourmentée, nous allons être libérés… offre nous ton âme pour que nous puissions nous échapper de cet enfer… Meurs pour nous… Toi qui n’aime pas la vie…



La Meute des Suppliciés était lâchée : maintenant, c’était à elle de jouer et de se débrouiller pour survivre. Quant à moi, à mon grand regret, les fantômes ne venaient pas me tourmenter : je devais avoir une âme vraiment noire pour qu’ils ne cherchent pas à vouloir me pénétrer.



Dernière édition par Ryuken le Dim 21 Sep 2014 - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 21 Sep 2014 - 16:45




Tu sais que tu peux te taire? Vu l'intérêt de ce que tu racontes, cela reviendra au même.

Ce résultat avait été voulu par l'Ennemi. Alors maintenant la moindre des choses de sa part serait de ne pas proférer de propos hypocrites dans le simple but d'enrager la gamine. Parce que ce serait bête de tomber dans ce piège qui se voyait comme un panneau indicateur. En fait, le comportement du Goliath devenait assez rapidement globalement aisé à prévoir. La sainte aurait dû s'en rendre compte plus tôt... Mais ça pourra peut-être devenir un avantage. Cependant, celui-ci mentionna tout de même qu'il faudrait encore pire pour atteindre la deuxième Jumelle. Qu'est-ce que pire? Et ne peut-on pas l'éviter, ou même le minimiser? Avant tout, la petite avait enterré tout le monde, malgré le temps énorme que cela prit. Ils le méritaient tout de même.

Et qu'était-ce que cette Colline aux Cents Cachots, exactement? Le nom en lui-même semblait assez explicite, et le terme de ''cachot'' intriguait l'aigle: cachots pour qui et pourquoi. Elle suivit l'Ennemi, parce qu'elle ne pouvait ni deviner le chemin, ni le demander à un inconnu, mais elle le suivait de loin, de nouveau dans les branchages, dans l'espérance infantile que ce retour dans son milieu naturel la rendrait pareille à avant.


Non. Je n'ai pas envie d'user mes paroles pour te remercier, et je ne pense pas avoir de leçons de politesse à recevoir de ta part. Et pourquoi les fantômes ne seraient-ils pas de... potentiels copains pour moi?


Quelle était l'imagerie simpliste qui avait associé fantômes, peur et méchants?
La forêt commençait à changer d'apparence. Cela se voyait, pour la gamine, par fait que les arbres étaient devenus plus squelettiques et menaçants, à l'écorce plus lisse et au feuillage soudainement beaucoup plus touffu; ce qu'elle traduisait par antipathique. Et comme elle considérait les arbres comme de sempiternels alliés, elle s'en inquiéta un peu, mais ne descendit pas pour autant, préférant tenter de s’accommoder.
Le Goliath se trouvait face un arbre plus imposant que ses congénères, et qui se caractérisait aussi par le fait qu'on ne pouvait pas le rejoindre par la canopée. La vagabonde l'atteignit donc par voix terrestre, et l'observa. Tout d'abord, elle vit les restes de cordes, sans doute utilisées par des pendus dont les cadavres avaient disparu. peut-être qu'en rassemblant les morceaux de corde , elle pourrait les imiter. La petite nota l'idée dans un coin de sa tête, pur quand elle se serait débarrassée de l'Ennemi.

Qui était ce charmant seigneur, et quelle fut la cause de sa folie?Après réflexion les deux solutions me semblent autant souhaitables.

Après tout, la priorité numéro une à présent était de se trouver en mesure de massacrer le Goliath dans un futur le plus proche possible, ce qui ne nécessitait pas forcément de rester en vie. La gamine s'engagea dans le passage que les racines et des branches mortes tentaient de dissimuler au regard. Assez vite, la visibilité se rapprocha de zéro, et la vagabonde se noya dans une obscurité profonde. Les murs, très rapprochés, rendaient la marche très ardue. Parfois, un escalier s'ouvrait dans le sol sans prévenir, et la sainte prit la précaution de garder une main appuyée sur la paroi pour ne pas tomber. Puis, l'espace sembla s'ouvrir, plus vaste. La gamine ne les voyait pas, mais distinguait vaguement des ouvertures dans les murs qui pourraient être ces fameux cachots.
Quelque chose, ou quelqu'un, ou les deux, arriva soudainement et fit résonner des paroles plutôt que parla. Il, ou ils, offrirent à la petite de mourir pour les libérer.

Accepter. La vagabonde voulait accepter ce marché. de toute son âme, elle hurlait oui, mais sa raison la forçait à se taire. Mourir maintenant, c'était avouer au Goliath qu'elle n'assumait pas ses actes, c'était lâche, c'était avoir tué ces gens pour rien puisqu'elle n'aurait pas obtenu la deuxième jumelle. C'était condamner les deux enfants qu'elle voulait sauver. Et enfin, c'était se placer dans une position d'infériorité face à l'ennemi, et, lorsqu'ils se retrouveraient, elle ne pourrait pas le massacrer.
D'une voix calme et posée, elle refusa le marché des fantômes.
Alors, l'un d'entre eux s'avança, s'introduit dans l'esprit de la sainte, et lui parla directement. Pourquoi refusait-elle de les libérer, alors que cela aurait contenté tout le monde? Pourquoi toujours chercher à ce que s'accomplisse ce qu'elle ne souhaite pas? Parce que. La gamine réfuta d'abord tous les arguments rationnels de l'ectoplasme. Celui-ci se fâcha, et infligea à l'aigle une illusion, comme elle avait torturé l'esprit du chef avec des illusions.
Tout d'abord, elle vit son armure l'abandonner. C'était ce à quoi elle tenait le plus. Et bien tant pis. Cela lui apprendrait à tenir elle quelque chose, elle pensait pourtant avoir retenu la leçon. Si jamais cela devait arriver, alors elle ferait tout pour s'en montrer digne à nouveau, car au fond elle ne se sentait pas le coeur à ne plus tenir à rien; pas encore pour l'instant, mais il faudrait faire des concession.
L'image se brouilla, et la vagabonde vit les deux enfants du premier village. Ils semblaient immobiles, anormalement immobiles, assis par terre comme des pantins brisés. Derrière eux, une vaste mare de sang s'étalait. Et, dans leur dos, la sainte vit une large entaille, profonde de trois pouces. Elle serra les poings et contint la vague de rage qui la submergeait. Si ces enfants mouraient, elle aurait de quoi les venger. Et elle les vengerait avec grand plaisir. Dans l'obscurité, elle tourna sa tête vers l'Ennemi.
Par la suite, le fantôme enchaina coup sur coup trois arguments, en augmentant leur côté persuasif: la culpabilité de centaines de morts; vivre avec sur le coeur la haine du Goliath plutôt que l'affection de ces deux enfants, être rongée de l'intérieur par une vengeance vaine puisqu'elle ne ressusciterait personne; et enfin la peur du châtiment, un châtiment qui serait peut-être bien pire que tout ce que la petite pourrait imaginer, pire que tout ce qu'elle pourrait supporter.
Mais pour l'instant, qu'importe ces arguments? Ils concernent le futur. Et pour l'instant le futur n'existe pas. Il ne fallait pas penser, il fallait vouloir la Jumelle point barre, parce qu'il n'y avait pas d'autre solution. Et une fois qu'elle aurait cette Epée, là elle pourrait faire ce qu'elle voudrait, et rendre la monnaie de la pièce.

Le fantôme se dissipa, n'ayant pas pu convaincre la vagabonde.







Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 21 Sep 2014 - 19:28




Plonger dans les profondeurs de la crasse humaine pour obtenir ce que l’on désire. Prouver au monde que l’on peut être le pire des démons pour obtenir un misérable artéfact susceptible de tuer un autre être humain. Abandonner ses principes pour devenir plus radical. Sombrer dans la Folie jusqu’à être l’ombre de soi-même. Espérer ressusciter mais se rendre compte que tout ceci n’est que pure chimère. Ce qu’on a fait dans notre vie ne peut être change et on traîne nos pêchés comme des boulets attachés à nos chevilles. Mais, on marche, on continue d’avancer et faisant abstraction de ce qu’on a fait de bon et de mauvais. On ne peut revenir en arrière : de toute façon, si tel est le cas, chercherait-on vraiment à effacer nos mauvaises actions ? Pour ma part non car j’assume tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Renier un seul acte serait remettre en question ce que je suis.  La Petite serait-elle capable d’être comme moi ? Qu’importe après tout car, au bout de son chemin, il y aura beaucoup de larmes et de remords. Qu’importe la manière dont elle se conduit ici car, en vérité, ce n’est pas mes affaires. Mon but est simple : l’obtention des deux Jumelles et rien d’autres, peu importe la manière. Et, après ? C’est mon petit plan en tête… Rien qu’à moi…


Pour l’heure, j’observe la Gamine sans mot dire, les bras croisés, attendant que ça se passe. Malgré tout, dans cette deuxième partie de l’aventure, je ne pouvais strictement rien pour elle : c’était à la Mioche de se débrouiller par ses propres moyens. Je m’étais, quand même, découvert un esprit pervers et manipulateur. Mais bon, c’était elle qui avait emprunté ce chemin avec moi. Je lui avais tout juste un petit peu forcé la main… Quoique « un petit peu » était quand même exagéré même si elle s‘était piégée toute seul. Mais, nous aurions droit à un grand final ! Pour l’heure, il semblait que l’Aiglonne en ait terminé avec les Esprits: peu importe la manière et les sentiments, seuls les actes comptent. Une fois ce petit hors d’œuvre terminé, je passais devant elle en lui faisant signe de me suivre. Encore une fois, il faisait tellement noir qu’on n’y voyait absolument rien mais la Gamine pouvait se douter que nous nous enfoncions plus profondément sous la terre.  Enter un sol boueux, glissant et des escaliers aux marches périlleuses, je marchais sans peine grâce à mon élément principal et à ma connaissance des lieux. Nous allions enfin parvenir à notre objectif. Car, après une longue marche dans un profond tunnel ténébreux, voici une sorte de lumière  qui apparaît au bout du chemin.


Nous parvînmes dans une clairière faiblement illuminé par la lumière du soleil, entourés d’arbres pour la plupart noires aux feuilles marron tombantes. Des cadavres de petits animaux parsemaient un sol misérablement nu. Au milieu de cet endroit à l’atmosphère sordide et dérangeante, trônait une épée qui semblait dégager une certaine puissance. La Petite dut sentir la première Jumelle entrer en réaction avec ce qui était assurément la Deuxième Jumelle. Pour l’avoir vécu auparavant avec Cronos, je sus ce qui allait lui arriver. Une douleur intolérable devait secouer tout le corps de la gamine. La raison était simple : elle ne possédait ni l’élément Lumière ni celui de l’Ombre. Alors, il était logique que, tout ce qui s’oppose ne s’attire pas de temps en temps. Et, dans ces cas-là, ce qui en résultait était purement et simplement un aller simple vers la mort avec des douleurs jusque-là encore inimaginables. Pour ma part, j’avais trouvé une solution à l’époque. Et la Mioche ? Que ferait-elle ? Comment agirait-elle ?


Ça fait mal hein ? Tu abandonnerais que, finalement, ça ne me dérangerait pas. Après tout, qu’est ce qui est le plus important ? Ta vie ou celles des deux gosses ? Ton avenir ou celui de deux microbes parmi tant d’autres ? Pour ma part, si tu laissais tomber, j’irais les tuer et tu reprendrais ta misérable vie de petite guerrière faiblarde et sans intérêt. Je suis même sûr, qu’avec le temps, tu les oublierais. Mais bon, fais ton choix la Mioche ! Trouves vite une solution pour t’emparer de la Deuxième Jumelle avant que tu ne meurs…


Je m’adossais près de l’entrée de la Clairière. Nul lieu pour s’échapper sinon l’entrée que je gardais. Pas de marche arrière, elle devait faire un choix et vite…    



Dernière édition par Ryuken le Dim 12 Oct 2014 - 19:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Ven 26 Sep 2014 - 18:23





La gamine ne comprenait pas trop comment il se faisait que son esprit ait pu penser à autre chose qu'à ce qui se passait en ce moment-là. Il lui était revenu à l'esprit que quelqu'un avait écrit quelque chose au sujet de la "servitude volontaire". Dès qu'elle repasserait dans une ville civilisée, elle irait jeter un coup d'oeil dans une bibliothèque pour en savoir un peu plus. En tous cas, cela lui avait remis les idées en place. A partir d'un moment, il fallait qu'elle se prenne par la main et qu'elle agisse. Elle haïssait le Goliath. Chaque occasion de le contredire devait être saisie, tout devait être mis en oeuvre pour la Rébellion. S'il croyait pouvoir dominer un animal sauvage, il fallait lui montrer que ce serait à ses risques et périls.
Mais en réfléchissant bien, la sainte avait déjà eu ces résolutions il y a quelques temps, et elles n'avaient pas abouti. Alors? Alors cela signifiait qu'elle n'avait lors pas assez de volonté pour mener à bien sa Rébellion, et que cette servitude était bel et bien de sa propre décision, de sa propre faiblesse. Et maintenant, il fallait y mettre un terme. Un oiseau de proie ne se laisse pas si facilement capturer, ce serait un comble...

La vagabonde suivit le Goliath vers la suite, car les arbres ne poussent pas dans les grottes, mais en profita pour réfléchir un peu. Elle en vint à la conclusion qu'elle ne devait pas tirer des conséquences des actes qu'elle avait pu commettre depuis qu'elle connaissait l'Ennemi, pour l'instant, et n'agir que comme si cela n'avait pas été. Donc, principalement, ne pas culpabiliser, et s'entraîner à ce que l'on nomme la mauvaise foi.
La marche s'avéra bien plus ardue que la précédente, peut-être à cause de la présence plus prononcée d'ouvriers moins bien entretenus. En même temps... Qui voudrait faire le ménage dans un endroit pareil? Au bout d'un temps indéterminé, la petite aperçut une faible lueur au loin, puis, au fur et à mesure qu'ils avançaient, ce point lumineux se fit de plus en plus gros, jusqu'à ce qu'ils débouchent devant une clairière. A l'air libre, illuminée par un soleil bien réel, boisée comme une forêt à l'automne, avec le tableau de chasse en prime. Cependant, le sol assez peu herbeux rappelait la proximité de la grotte et de sa rocaille. Une épée, à l'aura plus puissante que sa Jumelle, trônait au milieu de la clairière en question, et aussitôt se mit à résonner avec l'Epée portée par la sainte. Celle-ci sursauta, et tenta de juguler la douleur, qui pouvait s'apparenter plus ou moins à en courant de dix millions de volt, sans la possibilité de s'évanouir. Il semblait à la petite que son sang pulsait bien plus vite dans ses veines, que sa boîte crânienne allait exploser sous ses tempes qui battaient de plus en plus fort, que ses yeux allaient sortir de sa tête, après avoir doublé de volume. Elle peinait à respirer, et ses poumons en feu allaient sans doute se disloquer. C'était pire que tout. Les choses devenaient enfin intéressantes.
Il ne lui fallut cependant pas longtemps pour comprendre que cela venait de la résonance entre les deux Epées. La vagabonde devait agir vite, sa peau se craquelait de plus en plus, elle risquait de tomber littéralement en morceaux. Sans plus réfléchir, elle se saisit de la seconde Jumelle, et, d'un mouvement vif, les croisa toutes les deux contre le cou du Goliath. Elle paraissait calme, et, après un instant d'immobilité, elle commença à entailler la gorge de son adversaire.



Dis-moi comment on arrête ce maléfice, je n'ai plus de temps à perdre. Tu me demandes ce qui es le plus important? Tu me demandes de...  juger? d'avoir un avis personnel sur lava leur des choses, comme tout ce qui existe, enfin utiliser mon agôn? Alors que tu te vantais de ne pas juger? Sale hypocrite!


Elle avança la lame de deux centimètres encore. Seule la raison la de décapiter cette énergumène. Elle ne le supportait plus.
Elle avait seulement besoin de lui pour trouver la sortie.










Revenir en haut Aller en bas
Ryuken

avatar
Rôle : Je tape, je détruis, j'extermine, je pulvérise, je massacre, j'anéantis... Mais, je vous aime bien en fait ! Bref, je suis un gars super sympa et super sociable ! Hé ouais !


Messages : 1534

Avertissement(s) : 3eme Averto: Ban

Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
299/299  (299/299)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Dim 28 Sep 2014 - 17:00








C’était exactement ce que j’avais voulu dès le départ. Concevoir des plans machiavéliques n’était vraiment pas dans mes habitudes mais là, dès le départ, j’avais eu dans l’idée de vouloir m’essayer dans le sadisme intellectuel. Voir jusqu’où pouvait aller ma cruauté en somme. En vérité, j’aurais pu me désintéresser de la Gamine mais après tout, je venais de me rendre compte que mon intellect complètement dérangé pourrait me rendre bien des services. J’y avais pris un grand plaisir. Dès le début, elle avait fait tout le travail pour moi. Elle n’avait pas compris la véritable signification de cette légende. Je n’aurais jamais pu obtenir la première Jumelle vu mes relations avec les Esprits et Baba Yaga. Au moins, la Mioche y était parvenue et je ne m’étais pas foulé. Je m’étais juste mis un peu à plus à dos certains esprits mais il existerait toujours des crétins ou des bonnes âmes pour obtenir à ma place certains autres artéfacts.

Je m’attendais à ce qu’elle me fasse un coup dans ce genre. Dès le début, j’étais sur ma garde et elle avait pris le temps afin de s’exciter sur moi. Et c’était maintenant qu’elle agissait ? J’avais failli attendre. Mais, au moins, son geste était attendu : en fait, je voulais absolument qu’elle se saisisse de ces deux armes et qu’elle me menace. Après tout, je l’avais poussé à bout durant tout notre voyage pour cet unique instant.  Il fallait bien qu’elle craque. Et surtout, à ce moment-là, quand sa vie est dangereusement menacé et qu’elle est dos au mur.  Pourtant, je ne m’affolais pas. Bien au contraire, mon visage prit une teinte satisfaite : un large sourire se dessina sur mon visage quand mon regard devint purement sadique.



Tu veux savoir comment arrêter ce maléfice ? Mais, c’est très simple… Et, je vais exaucer ton souhait…


Je posais ma main sur la lame de la Première Jumelle. Je serrais mes doigts sur la lame jusqu’à ce que mon sang envahisse la lame de l’épée. En même temps, je faisais la même chose avec la Deuxième Jumelle. Le processus s’enclenchait comme je m’y attendais… Comme je l’avais espéré… Une  lumière blanche aveuglante apparut subitement, jaillissant de la Première Jumelle. Simultanément, une luminescence obscure voilait la zone entière tandis que la lame de la Deuxième Jumelle prit une teinte noire menaçante. J’entrais en contact avec les éléments des deux Epées et les repoussais calmement avec un grand sourire. Profitant de la confusion, j’envoyais un front kick dans l’estomac de la Gamine pour la projeter au loin. J’avais enfin les deux objets de ma convoitise. Il y a fort longtemps, j’étais parvenu à les dompter mais pas autant que je l’aurais voulu car je ne maîtrisais pas les éléments de l’Ombre et de la Lumière. Mais, aujourd’hui, tout était différent. J’avais maintenant les deux armes en ma possession.


Souviens toi de la Légende la Mioche. Un Dragon Noir et un Dragon Blanc qui s’entretuaient… Les Dieux qui avaient peur La transformation en deux épées…… La crainte d’une union… Derrière toute légende se cache toujours une part de vérité : le Dragon Blanc représentait la Lumière tandis que le Dragon Noir représentait les Ténèbres. Je ne maîtrisais pas ces deux éléments mais maintenant que je les possède, les Deux Jumelles sont à moi ! Tu as fait le boulot pour moi, aveuglé par ton devoir, tes objectifs et ton serment. Je t’ai manipulé du début jusqu’à la fin. Maintenant, grâce à toi, je vais pouvoir unir ces deux épées et profiter de l’union de ces deux puissances opposées pour créer une technique bien redoutable.


Mais elle ne sera pas là pour le voir. Malgré tout, je me méfiais de la Gamine et il était hors de question de jouer plus longtemps avec elle. J’avais eu ce que je voulais mais je n’en avais pas terminé avec elle. Le plus beau resterait à venir car, après tout…


Je tiens toujours mes promesses. Malgré tout, je te restituerais les deux enfants que je t’ai promis. Je viendrais te voir aux abords du sanctuaire et tu en feras ce que tu voudras. C’est ta récompense après tout… Stupide Gamine !!!!


Dans un grand éclat de rire malsain mais fier de moi, je quittais le lieu, la laissant seul à son probable désarroi. Manipulé comme elle ne l’avait jamais été ? C’était à elle de juger mais, en ce qui me concernait, voilà une affaire rondement bien mené. Car, même si je n’en avais pas encore définitivement terminé avec elle, cette victoire me revenait haut la main et avait tendance à prouver que je possédais une intelligence bien malsaine malgré tout. Je n’aimais pas m’en servir car j’étais plus du type fonceur dans le tas sans se poser des questions. J’apprendrais bien plus tard à quel point cette perfidie me serait utile. Je disparus de sa vue, éteignant complètement ma cosmo énergie et mon aura. La bonne nouvelle, dans l’histoire, est que j’avais tenu parole : le maléfice s’estompa au moment même où j’avais arraché les deux armes à cette idiote. Du moins, volé… Oui, on peut dire les choses comme ça. Maintenant, ce serait à elle de vivre avec ces démons et son échec. Qu’elle revienne comme bon lui semble ne m’intéressait point. Elle avait eu des occasions d’avoir ma peau, elle ne les a jamais utilisés. Elle pouvait réussir mais sa noblesse, ou son étroitesse d’esprit, ne lui avait pas permis de rentrer gagnante de ce jeu macabre. Nous nous reverrons la Mioche… Oh oui…  Et alors, je mettrais un terme à ce jeu. Pour une fois, le mal triompherait du bien et j’aimais ça… Oh oui… J’adore ça…    

Revenir en haut Aller en bas
Pandore Thuban
Chevalier d'Argent de l'Aigle
Chevalier d'Argent de l'Aigle
avatar
Messages : 1886


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
250/250  (250/250)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   Mer 1 Oct 2014 - 19:47




Vraiment? Le Goliath pensait réellement pouvoir prévoir les agissements de l'aigle? Ce devait être un effet de sa trop grande confiance en soi, et de sa trop grande autosatisfaction. Après tout, il ferait peut-être un bon météorologue...
Mais si la gamine laissait une telle réputation, effectivement, autant aller se pendre, c'est minable.
Pourtant l'Enemi était un crétin. Si son but était au final d'avoir les Epées sans se fatiguer, il eût été bien plus facile de le demander honnêtement et poliment à la sainte. Parce que comme elle était une gentille petite fille un petit peu naïve sur les bords, elle aurait été les chercher. Ainsi, il ne se serait pas fait d'elle une ennemie, et il ne se prendrait potentiellement pas un couteau entre les deux yeux la prochaine fois qu'il la verrait.
Mais à présent il était trop tard. Pour lui. L'oiselle avait plus d'un tour dans son sac, et savait s'en sortir quand ça l'arrangeait.

Quand la sainte fut sur le point d'égorger le Goliath, celui-ci se fendit d'une boutade où il posait comme le bon génie des lampes magiques, en prétendant "exaucer son souhait".
Pensant que tous ces effets lumineux pouvaient émerveiller une âme ignorante, il se saisit des deux Epées, les remplit de son sang, pour que les éléments de chaque Epée rencontre l'autre. Il en résultait une lumière crue. De la lumière quoi. Et la lumière permettait de voir la sortie. Sans attendre plus longtemps, puisque le Goliath voulait les Epées, la gamine les lâcha et partit nonchalamment. Après réflexion, elle préférait les couteaux et les poignards à ces belles mais lourdes armes.
De loin, il sembla à la petite que l'Ennemi tentait de la frapper. Etait-il dépourvu de tête au point de ne pas remarquer qu'elle n'était plus là depuis belle lurette? Tant pis, elle continua à avancer. Même si voir le Goliath, emporté par son élan, le nez dans la poussière, eût put être amusant. Au fur et à mesure qu'elle avançait, il lui semblait aussi entedre la voix du Crétin, mais elle s'en moquait éperdument, à présent. Tout ce qui comptait pour elle sur le moment était de trouver des baies sauvages, et plus tard de retrouver les enfants qu'il lui avait promis de lui ramener.
Elle atteignit ainsi la sortie de la grotte.
Quand l'Ennemi sortit à son tour de la grotte, la petite était déjà bien loin...


Après tout, puisque le Goliath avait eu le fruit de tous maux et de tous les méfaits de la sainte, celle-ci pouvait donc considérer qu'il en était l'auteur, et qu'elle n'avait été qu'une sorte de vecteur. La seule chose qu'elle aurait donc à se reprocher serait sa propre faiblesse. Qui était impardonnable. Et puis, maintenant qu'elle était seule avec elle-même, elle pouvait être sincère avec son propre esprit: elle avait été une moins-que-rien, le dindon de la farce, et un pigeon.
Comme une ultime bonté de la nature, une falaise se découpa dans le paysage. C'était une offre inespérée pour la va-nus-pieds. Après s'être dit qu'elle ne pouvait pas jouer à la maman et que quelqu'un pourrait bien s'occuper des enfants à sa place, elle se laissa tomber. Tomber et se disperser en suite, en éclatant sur le sol... Sans doute une sorte de liberté.
Sauf qu'en bas des falaises, c'est comme ça, il y a toujours des villages. Cette fois-ci, il s'agissait d'un village tout à fait normal. Une gentille grand-mère recueillit et soigna la vagabonde, pendant plusieurs mois.
Cependant, cette chute ne fut pas tout à fait sans séquelles pour l'aigle, qui oublia tout dans un intervalle de deux semaines avant et après l'accident. Même en voyant le rustre qui physiquement pourrait ressembler au Goliath, il ne lui semblait pas avoir oublié quelque chose.










Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La Bonne et la Brute mais sans le Truand ! [ FP PandoreThuban & Ryuken ]
» Blaze, Layali-Joy ? Oui mais jamais sans moi !
» Une bonne détente .....Ooh mais c'est Draka!
» Je suis Ariel, mais sans la queue.
» "Il y a surement une bonne raison de mentir, mais il y aura toujours une meilleur de dire la vérité"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Les 5 continents :: Europe-