Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 La vie est un long fleuve tranquille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurayami

avatar
Rôle : Loup Solitaire
Messages : 2004


Caractéristiques
Vie Vie:
172/172  (172/172)
Cosmos Cosmos:
180/180  (180/180)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: La vie est un long fleuve tranquille...   Mer 23 Avr 2014 - 22:33


Le bruit d'un coup de marteau retentit dans la salle et je me sentis partir, comme tiré en arrière par une force invisible, loin, toujours plus loin. A ce moment là, j'eus vraiment l'impression d'avoir revêtis une forme immatérielle, une forme me permettant de pouvoir passer au travers des choses et de traverser toutes les prisons à une vitesse folle tandis que je continuais à tomber toujours plus profondément dans le Royaume des Ombres. Au cours de ce voyage, j'aperçus la quatrième prison au loin dans laquelle j'avais du séjourné un bon moment, cette vision me rappela de mauvais souvenirs tandis que ma descente m'entraînait toujours plus loin. Ma destination... la sixième prison. Je redoutais quelque peu ''les épreuves'' que j'allais avoir à braver cette fois-ci et ce, qui sait, durant une éternité. C'était la première fois que je m'aventurais si loin sur ces terres et je n'avais pas du tout idée de ce qui m'attendait là bas...

  Puis, ma ''chute'' sembla ralentir. J'avais beau essayer de me débattre pour espérer m'en sortir, dévier ma trajectoire ou quoique ce soit dans ce genre, mais c'était peine perdue, c'était comme si l'écriture illisible qui m'entravait était toujours présente. Malgré tous mes efforts, ce fut donc le grand plongeon. Après un incroyable plouf, je me rendis compte que la finalité de cette descente vertigineuse allait à nouveau avoir lieu au milieu d'un profond bassin. Mais à la différence de l'autre fois, et cela l'ayant appris lorsque le liquide dans lequel je baignais s'engouffra malgré moi dans ma bouche, ce n'était pas d'eau dont cet endroit était rempli, mais bel et bien de sang. A la seule pensée de cette découverte, je m'empressai encore plus à essayer de remonter à la surface. Mais le liquide dans lequel j'évoluais était plutôt visqueux, gluant, collant et brûlant. C'était difficile de se mouvoir à l'intérieur mais si je ne me dépêchais pas, j'allais finir en bouillie. Il fallait que je fasse quelque chose et vite. Mais la variété de mouvement dans cette mare était plutôt réduite. Rien que le fait de devoir bouger pour garder la tête hors de l'eau et rester à la surface - pour éviter d'avoir à avaler cette mixture infâme - était déjà douloureux.

Ma tête carburait à toute allure. Il fallait absolument que je fasse quelque chose et vite. Mais je ne pouvais absolument rien faire. Complètement à bout, je levai la tête en arrière en direction de la voûte au dessus de moi et imperceptiblement je me mis à sourire tandis que je me laissai couler, les yeux fermés, la bouche close. Avant d'en arriver là, j'étais vraiment passé par tous les terrains d'eau. Je m'étais noyé dans les eaux sombres et froides de la 4ème Prison, ainsi que dans les Océans alors que je tentai de rejoindre le Sanctuaire Sous-Marin, pas étonnant que je termine donc mon existence dans une Mare de sang. Cela représentait en quelque sorte bien ma vie en somme. Ma vie n'avait été qu'un cours et petit ruisseau et ce, malgré les aléas et les turbulences que j'ai bien pu rencontré dans ma vie, je ne pouvais rester bien loin bien longtemps de ce que j'avais été au début...
Revenir en haut Aller en bas
Maître des quêtes
Maître de vos vies et... de vos morts
avatar
Rôle : Gamemaster
Messages : 1311


Caractéristiques
Vie Vie:
0/0  (0/0)
Cosmos Cosmos:
0/0  (0/0)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille...   Jeu 24 Avr 2014 - 15:25

tragedy and fate by 梶浦由記 on Grooveshark

Cette odeur, ces cris, cette ambiance, pas de doute possible, le jeune saint vient de rentrer dans la sixième prison. Blessé et meurtri dans l'âme, il l'est forcement même s'il en saisit pas encore toute la portée. Dans les ombres furtives qu'il perçoit autour de lui, son corps est assurément noyé dans ce lac constitué uniquement de sang et des condamnés dont les hurlements et les cris trouble la relative solitude du Loup. Ses pensées, certainement nourries par un sentiment d'amertume sont peu à peu voilées par une voix presque inaudible, comme-ci quelque chose naissait à partir de son propre cosmos. Douce, chaleureux, à l'image de sa déesse, le Cosmos d'abord apparenté au bronze saint gagne en intensité à mesure que les souffrances du jeune chevalier le contraignent à lutter au-delà de sa propre volonté. Lui occultant ses derniers espoirs si cette espérance d'avoir pût être ressuscitée était restée jusqu'à son jugement à la première prison.

L'énergie croissante est désormais d'une tout autre ampleur et finit par s'extirper du corps de Kurayami dans une sphère de lumière étincelante à la couleur dorée et s'élève au-dessus de la mare de sang jusqu'à se stabiliser dans les airs. L'orbe se mue dans un voile lumineux et flotte au-dessus de la mare de sang et apaise l'espace d'un très court instant le cri de douleur et de détresse des divers condamnés. Un apaisement prolongé par la condensation de ce voile qui prend une forme humaine et est galvanisé par une aura divine. Semblable au Cosmos d'Athéna, une femme dont les traits continuent à se dessiner au gré des secondes dévisage d'un air harmonieux le jeune Loup. Une chevelure tombant au bas du dos et à la couleur bleutée, ses iris emplis d'une bienveillance et qui a eu seuls apaiseront un court instant les maux de Kurayami. La brume se condense totalement et laisse finalement place à une silhouette féminine dont la beauté subjuguerait tout être vivant. Mais, cet enfer rattrape vite et la cruauté de la prison entraine les condamnés à leurs macabres souffrances, hormis le chevalier du Loup dont le Cosmos de la jeune femme l'envahit comme si un lien est désormais créé entre eux.



Chevalier du Loup. Ton destin n'est pas d'errer dans ce sombre royaume pour l'éternité ... Moi, Niké, la déesse de la victoire est fidèle alliée d'Athéna. J'en appelle à mes pouvoirs pour te conduire vers le monde des vivants.


À cette annonce, la délité ponctua ses paroles d'un sourire sincère et s'avance vers le chevalier. De son énergie divine, la mare de sang eût pour réaction de se repousser et d'extirper le corps du saint de tout lien avec le royaume des enfers. Puis, les bras de la déesse entrelacent le buste de Kurayami désormais à nu de toute emprise extérieure. L'étreinte qu'à à présent la déesse de la victoire sur le chevalier de l'espoir se mue dans une gerbe de poussières étoilées. La silhouette de la délité et du jeune homme deviennent poussières et disparaisse tout deux de ce royaume ...

~ Résurrection de Kurayami ~
Statistique ( hors armure ) divisée par deux !

Revenir en haut Aller en bas
Kurayami

avatar
Rôle : Loup Solitaire
Messages : 2004


Caractéristiques
Vie Vie:
172/172  (172/172)
Cosmos Cosmos:
180/180  (180/180)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille...   Jeu 24 Avr 2014 - 16:51


D'abord presque inaudible, comme un petit écho au sein de mon âme, quelque chose semblait m'appeler, me sortant soudainement de mes pensées et des flash-backs qui s'étaient imposés à moi. Puis ce fut de plus en plus fort, allant de pair avec mon cosmos qui grandissait au fur et à mesure pendant que je plongeai toujours plus profondément dans les tréfonds de ce lac et que mon corps commençait petit à petit à partir en lambeaux. Néanmoins, ce cosmos qui s'accumulait en moi était différent des autres fois, il n'était pas sombre et obscur comme les abysses de la 4ème prison, bien au contraire. Il était plutôt doux et bienveillant. Et tandis que cette soudaine énergie se répercutait en moi, la voix s'amplifia et m'obligea à rouvrir les yeux. Ce n'était pas quelque chose mais quelqu'un qui m'appelait.

En ouvrant les yeux, une incroyable vision s'offrit à moi. Tout le cosmos chaleureux qui s'était emmagasiné en moi, finit par finalement s'extirper de mon corps en prenant la forme d'une curieuse sphère lumineuse et dorée, étincelante dans ces ténèbres. Stupéfait, je la suivis des yeux alors qu'elle s'en alla en direction de la surface et qu'elle sembla peu à peu prendre forme humaine. A cause du cosmos de cette dernière, cosmos ressemblant étrangement à celui d'Athéna par ailleurs, je crus tout d'abord que c'était elle qui allait apparaître sous mes yeux. J'en fus d'autant plus surprit lorsque l'orbe luminescente revêtit finalement la silhouette d'une tout autre jeune femme que je voyais pour la première fois mais dont la vue me fit littéralement oublier le calvaire dans lequel les autres âmes damnés et moi nous nous trouvions. N'ayant plus d'yeux que pour elle j'en vins même à ne plus réfléchir à toutes ces mauvaises pensées qui m'incombaient et à me laisser bercer par l'apaisant cosmos que cette apparition m'envoyait.

Puis, sa voix résonna à nouveau dans mon esprit. Bien plus clairement cette fois-ci. Elle m'annonça que ma destinée ne s'arrêtait pas là, pas ici, pas maintenant et que par conséquent elle en appellerait à ses pouvoirs pour me ramener à la vie, elle, Niké déesse de la victoire et fidèle alliée d'Athéna. Je compris donc mieux pourquoi je m'étais fourvoyé quand à son identité. Elles avaient l'air quelque peu semblables et tellement proches toutes les deux. En tout cas, ce n'était pas des paroles en l'air que cette dernière avait prononcé là. Sitôt ces paroles dites, sitôt je sentis une puissante force invisible m'extirper de cette abominable mare. Et moi qui pensais à l'origine qu'elle ne pouvait être qu'une illusion qui devait apparaître alors que nous étions sur le point de perdre notre humanité et que notre corps devenait une représentation à mi-chemin entre la mort et la vie, n'ayant plus qu'un semblant de l'humain qu'il avait été autrefois, je devais bien admettre que je me trompais sur toute la ligne. En effet, cette personne était bel et bien réelle, à tel point qu'elle s'avança encore davantage vers moi pour m'étreindre de ses bras.

   Renaissance des Disparus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille...   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie est un long fleuve tranquille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» La vie est un long fleuve tranquille.
» La vie, un long fleuve tranquille ?
» Louise - "La vie n'est pas un long fleuve tranquille…"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume des Morts ¤ Hadès :: Le Monde des ténebres :: 6ème prison : le Lac de sang-