Pour tous les passionnés du RP. Venez sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur et une bonne ambiance. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Retour au pays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Retour au pays   Mar 15 Avr 2014 - 20:41

Que c'était bon d'être de retour à la maison. Après de nombreuses semaines passées sur l'île de la Mort, j'étais finalement revenu auprès des miens. Ô joie.

Je ne rechignais pas à reprendre du service, loin de là même. Destruction, Chaos, Violence gratuite m'avait terriblement manqué ces derniers moments et je comptais bien rattraper le temps perdu. L'idée de reprendre le chemin du Sanctuaire, depuis ma défaite contre le premier gardien, m'effleura un moment l'esprit mais, je ne pouvais pas. Aux dernières nouvelles, Arès avait conclu un pacte avec sa jeune sœur Athéna, et s'était malheureusement engagés à cesser toutes violences envers ses Chevaliers. Les petits soldats Grec étaient pourtant si distrayant à combattre. Pourquoi alors venir gâcher un tel plaisir. Cependant, je l'acceptais avec une certaine amertume, remettant mes plans à plus tard. Ce n'était que partie remise, voilà tout. Mieux valez rentrer dans les rangs et obéir aux ordres qui avait été donné. Tatsou avait été grandement châtié pour avoir désobéi à cet ordre direct et je ne souhaitais pas subir un tel sort. Les Saints hors de portée, il y avait de grande chance alors pour que je revienne sur les terres du dieu Odin mais, avant je ne crachais pas sur quelques informations sur la situation actuelle. Où pouvaient bien tous être mes compères ?

Une petite voix me disait qu'ils étaient tous au front en train de combattre joyeusement pour la gloire d'Arès. Et dire que je manquais sûrement la fête. Tant pis, j'étais bon pour garder le royaume comme le bon chien de garde que j'étais. M’asseyant sur une des marches du premier domaine, je commence à jouer tranquillement un air funeste. Je brûlais d'envie d'en découdre avec quelqu'un mais, je devais faire avant tout mon devoir, ce qui consister de protéger le royaume de la Guerre qui semblait sans défense apparente visiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Mar 15 Avr 2014 - 22:05

La guerre... tel était le prix à payer pour empêcher un avenir où les peuples s'entredéchireront ! Voilà plusieurs années qu'Henri-Daniel - Eridan - avait fait de rêve. Un rêve prémonitoire, à n'en pas douter. Un rêve dans lequel les hommes s'entretuaient. Les frères contre les frères, les soeurs contre les soeurs, et partout la haine et la souffrance.

Voilà pourquoi Eridan s'était versé dans les sciences occultes, voilà pourquoi il avait travaillé sans relâche jusqu'à s'éveiller à sa cosmoénergie, voilà pourquoi il s'était entrainé dur pendant si longtemps auprès de différents maîtres plus ou moins louables, jusqu'à obtenir son armure noir du Serpentaire, l'oiseau mangeur de serpents. Le "messager serpentaire" représentait l'animal qui pourfendait le symbole de la déchéance : le serpent, qui répand son venin chez les hommes.

Pour sauver l'humanité, il ne fallait pas garantir la paix à court terme, comme chaque camp essayait en vain de l'instaurer depuis des lustres : une paix fragile comme le verre et qui ne ferait que davantage de dégats en se brisant en mille morceaux ! Pour sauver l'humanité de son autodestruction future, il fallait la mater ! Il fallait la mettre à genoux ! La rendre docile, lui apprendre l'humilité, et la contraindre à cette paix éternelle, dans la vie ou dans la mort. Et qui d'autre qu'Arès, dieu aux nombreux mérites, pouvait vouloir un tel dénouement, un tel développement du monde ? Personne ! Voilà pourquoi Eridan du signe noir du Serpentaire se trouvait ici, aux portes du royaume de la Guerre.

Le chevalier était drapé de sa cape de voyage élimée et portait l'armure noire dessous, et son instrument pendait par une lanière dans son dos. Il avait ressenti un cosmos terrible alors qu'il était de retour sur l'île de la Reine Morte, là où il avait obtenu son armure quelques mois plus tôt. Pris d'une intuition, il avait poursuivi la trace cosmique laissée par le chevalier et à présent il ne doutait plus : il avait trouvé ce domaine de la Guerre ! Arès l'accepterait, il en était certain !

Arrivé quelques minutes après le berserk, Eridan vint à sa rencontre, non sans garder une distance respectueuse (et sécuritaire) d'une quinzaine de mètres. Il ne masquait pas sa présence. Qu'aurait-il eu à cacher ? Il fit son plus beau sourire (comme sur la photo, regarde) :

- Berserker ! Je m'appelle Eridan, du signe noir du messager serpentaire. Pardonne-moi d'avoir suivi ta trace depuis l'île de la Reine Morte. Je souhaite combattre aux côtés du Seigneur Arès et de ses troupes. J'ai entendu des contes au cours de mes voyages, au détour de chemins, ou en extirpant la vérité à ceux qui croyaient pouvoir tenir leur langue. J'y ai appris qu'Arès, dans sa grande bonté, pouvait accepter que des hommes le serve, sans pour autant porter les armures de ses fidèles. Qu'est-ce que je peux faire pour suivre ses pas ? Y a-t-il un papier à signer quelque part, quelqu'un à combattre... Peux-tu me répondre ?

Eridan souriait, et en son for intérieur, l'excitation était à son paroxysme. Enfin il les avait trouvé ! ENFIN !
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Mer 16 Avr 2014 - 0:31

Être inactif, je détestais ça.

Alors que tous les autres étaient sûrement en train de s'amuser sur le champ de bataille, moi j'étais de corvée au royaume. Mais bien vite, je trouva quelqu'un à qui je pouvais me plaindre. Le sourire béha, il se présenta devant moi, me demandant s'il y avait un quelconque papier à signer. Si j'en croyais ce  qu'il me disait, il désirait s'engager dans l'armée d'Arès. Je ne savais pas trop quoi lui dire sur le moment, moi-même étant sous les ordres de mes dieux et des ses quatre puissant Cardinaux. Qui était-je pour ainsi décider ? Juste un sous-fifre, de la chair à canon, voilà tout. Malheureusement, il s'était adressé à la mauvaise personne toutefois, vu le contexte j’ose une réponse. Malgré tout, je représentais l'image d'Arès et de ses deux frères, Deimos & Phobos, en tant que Berserker.

«_Un Chevalier noir dis-tu. Malheureusement, le poste n'est plus à pouvoir. Aux dernières nouvelles, mes dieux ont recueillit l'un des tiens mais, qui sais peut-être feront-il preuve de pitié a t-on égard. Arès a bon cœur malgré sa réputation. »

Je ne pouvais pas plus l'aider étant moi-même un sous-fifre, je n'avais pas ce pouvoir cependant, je pouvais toujours lui donnais quelques bon conseils, s'il désirait toujours nous rejoindre, ce qui semblait être le cas. Rangeant alors mon ocarina dans ma poche droite, je m'approcha vers lui de quelques pas et me permit de lui donner un ou deux conseils, en tant que futur compère.

« _Si tu souhaite faire une bonne impression, alors efface moi sur le champ ce sourire beha et comporte toi comme l'un des autres. Je n'ai pas le pouvoir de faire de toi ce que tu souhaite tant, seuls mes dieux le peuvent, eux uniquement. Toutefois je pense pouvoir tester ta valeur à combattre, car la seule réside notre vrai force. »

Un sourire malicieux commença à se dessiner sur mes lèvres. Ce qui allait se passer par la suite allait grandement me plaire. Si Eridan souhaitais tant nous rejoindre alors, il fallait bien qu'il en passe par là. Pour un Berserker, c'était un peu obligatoire comme passage. Augmentant avec violence ma cosmos-énergie, j'enlève ma cape et endosse ma cuirasse.


«_Allez montre-moi ce que tu vaux vraiment, Chevalier Noir. Je te laisse même le choix du premier coup !»
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 21 Avr 2014 - 12:56

Le berserker se retourna, il ne sembla pas gêné par l'arrivée inopinée d'Eridan. On dirait qu'il en fallait davantage pour étonner les serviteurs d'Arès. Tant mieux, cela prouvait leur valeur. L'homme qui lui faisait face ne se présenta pas mais lui prodigua des informations utiles sur son camp. Il y avait divers rangs de combattants, comme chez les chevaliers d'Athéna. Lui n'était pas un dirigeant. Un autre chevalier noir avait été inclu dans leurs rangs, c'était donc possible ! Cependant, sa connaissance des chevaliers noir était parcellaire.

- Les chevaliers noirs ne sont pas un camp, et celui qui a intégré les rangs d'Arès ne m'est pas connu. Nous ne sommes que des chevaliers sans rang, sans dieu, qui offrons nos services et nos qualités au Seigneur qui répond à nos divergences. Pour ma part, je veux participer à créer une humanité plus belle, en réduisant au silence tous ceux qui sont faibles de coeur. Les mièvres, les soit-disant défenseur d'une justice qui n'existe pas.

Le berserker ne releva pas et continua ses conseils. "Effacer ce sourire dis-tu ? Ce sourire est un masque, et puisque tu souhaites me montrer la voie par le combat, j'accepte l'invitation."

Eridan retira sa guitare et sa cape. Son armure noir du Serpentaire brillait sombrement et sa cosmoénergie électrique crépita dans l'air. L'autre voulait qu'il baisse le masque ? Très bien, il voulait voir le combattant, le tueur. Le sourire d'Eridan devint plus cruel, son regard plus vicieux. Combattre, tuer, montrer son talent et sa détermination : il ferait cela avec plaisir !

Le chevalier noir approcha de son adversaire, habité d'un regard tout aussi noir. Toute trace de gentillesse avait disparu. Il arma son bras et frappa de toutes ses forces... jusqu'à une longueur de doigt du berserker, puis il déplia l'index jusqu'à toucher l'autre au front.

- Voilà pour ce premier coup que tu m'offres. Il est cadeau. Et maintenant viens par là que jte montre de quoi est capable un chevalier noir ! Par l'attaque fulgurante du Serpentaire !

Tel le serpentaire attaquant un serpent, Eridan écarta ses ailes pour détourner l'attention et projeta sa jambe aussi vite que l'éclair, frappant son adversaire là où ça faisait mal, visant les côtes, le menton, la pomme d'adam, l'entrejambe et les articulations. Le combat avait commencer !
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Mer 23 Avr 2014 - 16:23


Voilà qui s’annonçait fort distrayant pour la suite des événements. Eridan avait relevé le défi que je lui avais lancé. Un bon point pour le Serpentaire mais, il en fallait beaucoup plus pour qu'il devienne un bon chien de guerre. Possédait-il vraiment les critères requis ? Si tel était le cas, mes dieux se pencheraient peut-être sur son cas mais, pour le moment, il devait forcément passer par la case « combat » afin de juger son potentiel. Eridan appliqua mon conseil et effaça de suite ce sourire bêta de son visage. Les choses commençaient enfin à devenir intéressant. Son sourire naïf s'était en un instant changé en un regard sombre et bestial à mon encontre. Quel délice, quel frisson. Si les choses continuaient ainsi, cela risquait fortement de me plaire. De suite, aussitôt-même, je me prend volontairement de pleine face sa première charge. Sur le sol du premier domaine, quelques goutte de mon sang coule de ma lèvres supérieur. Pas mal pour un début mais, il allait devoir faire plus s'il désirait m'étonnait. Aussitôt-même, le Serpentaire enchaine par une de ses attaques cosmique et de nouveau me surprend de plus belle et ce malgré ma vigilance. A genou, de suite je me relève. Le sourire malicieux, je n'ai plus de doute sur la suite du déroulement. Ce ptit Serpent ira loin et serait fort dommageable pour nous Berserker de lui trancher la tête sur un coup de colère.

«_ Pas mal je dois dire mais, ne te fais pas trop d'illusion. Le combat ne fait que débuter. Tâche à ne pas trop te reposer sur tes lauriers car, il te faudra faire plus si tu souhaite te sortir de ce bourbier dont tu as mis le pied.  »

Ni une ni deux, je me lance sur Eridan pour lui infliger deux puissants coups de poing au visage puis enchaîne très vite par un grand coup de tête. Ce rapide petit enchaînement n'était qu'un commencement évidemment. J’espérais bien retrancher ce Blacksaint dans ses dernières limites afin de connaître son niveau mais, aussi sa vrai nature. Pour cela je ne comptais pas y allais de main morte et ne lui laisser aucun répit. Augmentant ma funeste énergie, je le regarde pendant quelques secondes d'un air moqueur puis décide d'attaquer.

M'entaillant volontairement, je fais coulais quelques goutes de sang sur les sublimes dalles de la « Porte de la Guerre » pour y invoquer aussitôt un des nombreux mauvais génie.


« Deathhhhhhhh Rouletttttttttttte »



Ses intentions ne font pas de doutes sur la suite des évènements. Aussitôt invoquer, ce petit familier commence une danse endiablé autour d'Eridan puis rentre dans une transe laissant clairement apparaître son cosmos ardent puis fini par un lancé successif de grosse boule de feu sur le Serpentaire avant de disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Sam 26 Avr 2014 - 11:15

Le berserker reçu l'attaque du Serpentaire de plein fouet. Un humain serait réduit à l'état de charpie, une vraie boucherie où ce qui avait été un corps ressemblerait à de la viande hachée menue. Mais un berserker, qui plus est vêtu de sa cloth, n'est plus un humain. Et celui qui lui faisait face avait magnifiquement encaissé la fulgurance et la violence de ses coups. Eridan était mitigé, entre la atisfaction et la déception. L'autre se releva sans difficulté et le harangua, l'informant d'un retour de bâton au moins égal. Il s'entailla, ce qui surprit Eridan, qui se demandait si le berserker manipulait la magie du sang, puis invoqua ce qui ne pouvait être qu'un démon.

L'être ne masquait pas son désir de violence mais n'attaqua pas, préférant une dans démoniaque et ensorcelante. Il tourna autour du chevalier noir, qui se tint sur ses gardes... en vain ! Au détour d'un étrange déhanchement obscène , une chaleur irradia et de véritables boules de feu surgirent du néant, dévorant l'air autant que l'espace les séparant et atteint le chevalier mal protégé. Eridan leva ses bras pour arrêter l'attaque mais cela ne servit à rien et la boule tenta de le consumer. Douleur, souffrance, et cela sans même que le berserker ne tente une attaque physique ! Lorsque la chaleur s'atténua, puis disparut, elle laissa un Eridan fumant, un genou à terre.

Un genou à terre ! Cette saloperie l'avait fait s'incliner devant un homme ! honte, humiliation ! Une colère noire naquit dans le coeur du chevalier. Jamais il n'avait fléchi ainsi devant qui que se soit ! Lorsqu'il releva la tête, dépliant ses jambe pour retrouver une station digne, son visage était inexpressif, et son regard dégageait l'aura du tueur né. Il se sentait humilié, en rage, et sa colère devint froide comme la mort.

Il s'approcha de son adversaire, comme pour lui parler, ouvrit la bouche, et profita que l'autre s'attendait à un mot pour en fait lever son pied en un pissant coup en direction des parties intimes du berserker. Sans vérifier sil avait fait mouche, il profita de sa tactique retorse pour enchainer. Seule comptait la victoire dans un combat. Il frappa du poing vers la nuque en un coup du lapin, enchaina par un coup de tête, tenta d'agripper l'autre par le casque pour projeter son genou vers les côtes, enchaina un coup de coude horizontal vers le menton et en profita pour frapper de son poing libre.

- L'Envol du Serpentaire !


La frappe percuta sous le menton et projeta le berserker dans les airs, suivi de près par Eridan qui continuait de frapper, poussé vers le ciel par sa cosmoénergie et propulsant l'autre toujours plus haut, balloté comme une poupée de chiffon, ou un serpent dans les serres du serpentaire mythique. Arrivé à une vingtaine de mètres, il attrapa son adversaire par le visage et retomba en flèche vers le sol, tentant d'écraser le crâne de l'autre contre le sol pierreux.

Son action terminée, il sauta en arrière, haletant, attendant la suite. Cela avait-il suffit à convaincre cet homme des qualités du chevalier noir, de sa détermination, ou devrait-il encaisser une frappe en retour ?
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Sam 26 Avr 2014 - 19:35


Voilà qu'était mieux, beaucoup mieux même. Ce Chevalier noir ne déméritez pas et c'était tant mieux.

Dans son regard, nul once de bonté. Bien ! Eridan semblait avoir saisir le concept de ce qu'était maintenant un « Berserker » à la solde d'Arès. Si ce pseudo duel avait pu lui servir, l'aider à comprendre ce que nous étions en réalité alors tant mieux mais, très vite je pris goût à ce rythme irréfrénable de violence et de haine gratuite. La leçon avait été donné et je pense que Eridan pouvait en conclure tous les enseignements qu'ils en résultaient désormais. Cependant, la tentation de continuer était-là trop grande pour moi seulement, je n'étais pas une tête en l'air comme ce Pégase noir. Je n'avais aucun intérêt à vouloir persévérer dans ce duel qui n'avait ni queue ni tête. Qui plus est, je savais choisir mes proies, et ce Chevalier noir n'en était pas, bien au contraire. Il avait volontairement choisi la voie de la Destruction et du Chaos. Je relâcha alors mon poing et éteigna mon énergie. Cette mini-épreuve avait été dès plus concluante pour moi. Désormais, je l'en remettais à Arès et ses deux frères. Remettant ma sombre cape, je m'avance vers lui et d'un air sombre, lui adresse quelques mots.

«_ Ola calme tes ardeurs. Il serait fort dommage que l'un de nous perdent  inutilement sa vie dans ce pseudo combat. Quitte à dépenser ton flux-cosmique, je te conseille vivement de le faire bien et dans de bonnes conditions, comme par exemple, allait trancher une ou deux têtes de Marina. Qu'en pense-tu, ça serait si drôle ! »

Seulement voilà, Je devais suivre les directives de mes dieux et en aucun cas, leurs désobéir sous peine d'être châtier voire même d'être exclu de la meute. Pour le moment, les Saints de la Grèce étaient hors de portée, sous la protection d'Arès et d'Athéna, bien que j'acceptais une telle décision, je n'arrivais pas à la comprendre. Pourquoi ? Mais pourquoi ? Alors que je bouillais d'impatience de défier le premier venu. Quant aux terres gelées d'Asgard, je me voyais dans l'obligation de repoussais mon voyage afin d'en savoir un peu plus sur la situation de mon propre royaume.

Le dos tourné, je perçois trois flux-énergétiques dont une divine émanant du temple de Phobos. Nul doute, l'un de mes dieux est présent au royaume. Me retournant vers Eridan, j'annonce d'un sourire satisfait, mon nom ainsi que mon grade. Après tout, il avait bien méritait après cette petite passe d'arme.

«_ Oh je dois à tous mes devoirs. Dans toute cette effervescence, j'en oublie de faire les présentations : Nagash, Berserker de la Mort. Alors dis-moi, pourquoi tiens-tu tant à rejoindre nos rangs ? Il serait amusant de confronter vos styles de combat avec le Pégase noir, car voit-tu il n'a pas la même approche que toi. J'en suis sûr, tu aura l'occasion de le rencontrer, et ce très bientôt, prends ton mal en patience en attendant. »
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Jeu 1 Mai 2014 - 23:09

Le silence,

Voilà une chose peu commune pour un Berserker. Nous, qui étions tellement habitué aux brouhaha et aux fracas des coups que l'on donnés, la quiétude du Sanctuaire me semblait pour une fois, bien paisible. Nul doute mis à part le divin Phobos, personne ne se trouvait en ces lieux. Où diable pouvait-être lady Calamity et son petit singe si amusant, mister Monkey. Aucune trace énergétique des autres Cardinaux. A croire que le royaume d'Arès avait été envahie. Toutefois malgré les apparences, je restais calme et serein car au plus profonds du sanctuaire, se trouvais encore un de mes divins, celui que je redoutais sûrement  le plus avec Arès. Du premier domaine, j'arrivais à percevoir sa sombre énergie. Est-ce qu'Eridan arrivait à la ressentir aussi. Peu probable. Malgré la bonne volonté que celui-ci mettait à l’œuvre, il était pourtant évident qu'il n'était pas comme fait comme nous. C'était ainsi fait et il devait l’acceptai.

Peut-être qu'Arès le prendrait sous son aile afin d'apaiser ses peines. En ce qui me concernait, je ne préoccupais pas de tel sentiments. Les Chevaliers noir & les Berserkers n'avaient strictement rien en commun. Tatsou, Eridan, ces sombres personnages nous ressemblaient pas malgré leurs hargnes à vouloir se jeter dans la bataille mais, pouvait s’avérait bien utile en cas de guerre. De la simple chair à canon gratuite et livré à domicile. Que demandait de plus. Ces guerriers  avaient peut-être toutes les qualités requises pour d'intégrer l'armée de mon dieu mais, en aucun cas je ne les considérais comme de vrais soldats, en aucun cas ils n'avait ma confiance. Pourquoi, tout bonnement parce qu'ils étaient différents de nous. Je leurs laisser le bon soin de s'adapter à notre mode de vie dans le cas contraire, ils pouvaient toujours revenir sur l'île de la mort en mode Hermite.

Arès...Deimos... Calamity et les autres, où étaient-ils tous passées. Sûrement en train de s’amuser les connaissant. C'était un peu frustrant d’arrivée juste après leurs départs mais, c'était ainsi et je devais faire avec. Me retournant vers le blacksaint, je décide à mon tour  de prendre un peu de plaisir.

«_Le Royaume est en sureté cependant, tâche tout de même de faire le guet jusqu'à mon retour. Sait-ton jamais ! Je compte sur toi Chevalier noir du Serpentaire. Ne me déçois pas. Je suis certain que nous nous reverrons bientôt alors, à très vite.  »

Sur ces paroles je me dirigea vers le royaume sous-marin dans l'intention de me distraire un peu.

==> Le Royaume Sous-Marin --

Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Dim 1 Juin 2014 - 9:31

Nagash le ramena au calme, et il fallut effectivement beaucoup de self-control à Eridan pour retrouver un visage serein car une fois qu'il perdait son humeur, il ressentait une irrépressible envie de tuer. Finalement le berzerker s'était présenté, et c'est ce qui, justement, l'avait aider. Il s'était reprit en se disant qu'affronter réellement un guerrier d'Arès, le camp qu'il souhaitait intégrer, ce ne serait pas forcément bien vu.

Le soldat de la mort lui proposa de partir affronter quelques marinas. Comme ça, pour le plaisir. Mais Eridan était encore trop jeune dans cette aventure et ne répondit rien, se demandant s'il s'agissait là d'un piège pour le perdre ou d'un nouveau test pour tester ses capacités, sa motivation à combattre pour Arès. Finalement, son silence fut certainement prit comme un aveu de faiblesse, car Nagash partit seul. La bonne nouvelle ? Il n'était pas mort !

Une fois seul, il sentit la douleur du feu, les crampes de ses muscles, et la sueur dans son dos. Il avait combattu, certes. Il avait fait face, certes. Mais il avait eu peur pour sa vie. Les berzerker, guerriers divins vêtus de leurs armures, n'étaient pas des rigolos. Pas comme tous ces pseudo éveillés à la cosmo-énergie qu'il avait détruit sur l'île de la reine morte et à travers le monde. A présent, il entrait dans la cour des grands !

Il s'entendit alors chuchoter "Siam, c'est pour des êtres comme toi que je me bas !" et il repensa à cette fille sous l'arbre divin des terres d'Asgard...
Ils resterait ici, traverserait les territoires d'Arès un à un jusqu'à rencontrer l'un de ses grands serviteurs. Là, il referait sa demande officiellement : intégrer leur camp, ou mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Mer 4 Juin 2014 - 16:14


Le Serpentaire était passé à côté d'une belle partie de chasse en suivant les ordres que je lui avais donnés.

Si on mettait de côté l'éventuelle petite bourde que j'avais pu commettre chez les Titans, j'avais pris un plaisir immense à entreprendre ce périple. Il était bien connu que les voyages formaient la jeunesse d'aujourd'hui et je voulais croire en ce dicton. Eridan était toujours la à l'image d'un garde loyal et fidèle qui désirait faire ses preuves. En l'apercevant au loin, l'image déplorable que j'avais des blacksaints remonta d'un cran. Pour le récent meurtre de mon maitre, je gardais une haine indélébile envers ces derniers. J'étais jusqu'à présent trop gentil à leurs encontre, preuve en était pour Ryuken qui c'était joué de moi par le passé au sanctuaire d'Athéna. Certes, je me voyais comme de la chair à canon pour mes dieux mais, la pilule passait difficilement mal avec Ryuken. A ma grande stupéfaction, le Serpentaire semblait adopter un tout autre rôle que celui qui lui était destiné à la base.(ce qui n'en restait pas moins un chevalier noir pour autant à mes yeux) mais, peut-être méritait t-il plus de privilège que ce fuyard de poulain noir qu'avait adopté Arès. Ma cuirasse en piètre état, je m'avance vers le prétendant en voie de reconversion afin de le relever sa mission.

«_ Oh mais tu es encore là, toi ?! Moi qui croyais que tu aurais filé la queue entre les jambes dès la première occasion. C'est que tu dois vraiment tenir à ton objectif. Fort bien. Cependant, comme tu le sais, ce n'est pas à moi de déterminer ton avenir ici. Tout ce que je peux faire pour toi, c'est de te relever de ta mission que je t'ai confié. Allez zou ! Tu peux t'en aller si l'envie t'en dit. Ne t'inquiète donc pas. Je ne ferai pas pars de ta présence auprès de mes seigneurs. » lui-fis-je accompagnant d'un clin d’œil trompeur.

Baliverne oui.
Allait-il me croire ? Peut-être bien. En tout cas, j'avais mis les formes qu'il fallait mettre. Devais-je lui confier mes récits sur mes aventures. Peut-être bien mais je décide de garder tout de même le silence malgré tout par méfiance. Sait-on jamais. Ces Chevaliers noir. On ne savait jamais de quel cotés ils étaient. Percevant encore l'énergie cosmique de ce Ryuken au sein du temple de Phobos, je décide alors d'attendre calmement au premier domaine dans un mutisme totale.



 



Récupération 2 jours :

Pv : 135 + 20 = 150
Cs : CS MAX
Armure : 156 + 2 = 158

Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 756


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Dim 8 Juin 2014 - 18:33

"Et depuis quand un berserker dissimulerait la venue d'un être au sein de notre royaume?" 

Il était venu en silence, invisible, tel un fantôme. La température se fit glaciale tandis que les ténèbres tombaient sur eux. L'obscurité envahissait les lieux, plongeant les deux mortels dans un univers oppressant où la mort pouvait venir de partout. Ils étaient pris au piège par la Peur qui les tenait en son pouvoir, et qui ne semblait pas particulièrement apprécier l'attitude du berserker. Il apparu alors lentement, les toisant d'un regard où mépris et colère se mélangeait dans un cocktail pour le moins explosif. Sa voix était semblable à une tempête, brusquant les deux humains qui ne s'attendait pas à une arrivée aussi tonitruante. 

"A genoux, humains! .........Comme j'en ai informé le pégase noir, j'ai dû maudire une cardinale pour son manque de respect et d'obéissance, fautes dont la gravité était telle que je lui en ai supprimé sa volonté de combattre. Et il est clair que désormais, quiconque froisserait davantage le clan d'Arès en paiera le prix!" 

Le regard de Phobos était foudroyant, et paralysait les deux mortels. Il était terrible et faisait preuve d'une véhémence impériale. Si l'un des malheureux avait la stupidité de ne pas lui montrer le respect qui lui était dû, un sort funeste l'attendait, et cela ils devaient bien le comprendre au vu de son attitude. Ses yeux se posèrent sur le chevalier noir, puis passèrent sur Nagash.

"Qui est ce? Parle et vite, Nagash, en tant que berserker, tu dois bien savoir que des sorts pires que la mort vous attendent si je ne suis pas satisfait!" 
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 9 Juin 2014 - 20:05


Voila quelque chose d'inattendue et qui allait très vite me revenir dans en pleine figure si je n'exposais pas très vite les faits dans les toutes prochaines minutes qui s'en suivaient.

La divinité de la Peur avait surgit telle une ombre et avait pris en cours ma discussion avec Eridan du Serpentaire. Etait-il loyal comme il semblait l'être ou n'était-ce qu'une façade afin de mieux s'introduire dans nos rangs. Ami ou ennemi ...? Telle était la chose que je désirais encore déterminer. Bref, tout cela partait de bonne intention et je n'avais clairement pas envie que cela me revienne en pleine figure. L'arrivée de la Peur tombait à pic. Il était essentiel que je m'entretienne avec lui ne serait-ce même un court instant savant pertinemment que son temps était plus que précieux. Si j'avais par mégarde fait une bourde en allant volontairement provoquais le seigneur des Titans alors, il était normal et légitime que j'en paie le prix aux yeux des miens. Voyant Phobos, je me mets aussitôt à genoux et incite vivement le Chevalier noir d'en faire autant s'il désirait gagné la confiance de ses futurs dieux. Pour l'heure, j'allais clarifier la situation en espérant pouvoir réchapper aux griffes de la Peur. Levant un peu les yeux en direction de Phobos, je décide de lui répondre avec le plus grand des respects.

«_ Mon seigneur Phobos. Veuillez me pardonnez, je ne vous ai pas sentis venir. Vous revoir me comble de plaisir. Ne vous fiez donc pas à ces paroles que je qualifierais de traitre et de lâche car elles n'ont que pour but de mettre à l'épreuve la loyauté de ce Chevalier noir ici présent. Je me suis permis de le soumettre à une ou deux épreuves afin de connaître réellement ses véritable intentions à notre égards. J'ose espérais que j'ai bien fait. Évidemment son sort vous appartient. Il se nomme Eridan du Serpentaire. Croyez-bien que je suis sincèrement navrés que cette Cardinale est pu vous  froisser. Sachez pour ma part que je vous suis entièrement fidèle et obéissant aux ordres données. Jamais ô grand jamais je n'oserais désobéir à l'un de vous si cela peut vous soulager un peu. Toutefois... »

Peut-être avais-je parlais trop vite en affirmant ma totale obéissance car, ce que je m'apprêtais à avouer avait de grandes chances de mettre Phobos dans un état de grandes colères. Loin de moi l'idée de finir comme cette Cardinale qui avait très sûrement mal fini. Adieu conquêtes & gloire. Était-ce là la fin des aventures de Nagash ? Il se pourrait bien oui car mes dieux étaient intransigeant sur pas mal de choses surtout si on salissait le blason des Berzerkers. Chose que j'avais peut-être fait...

La boule au ventre & la gorge serrée, j'avoua mes fautes la voix tremblante.

« _ J'ai également pris l'initiative de visiter quelques royaumes de ce monde comme le royaume sous-marin du seigneur Poseidon où j'ai eu l'occasion de rencontrer Lord Lucifer où j'ai pu échanger quelques politesses. Mais aussi, au Cronos Labyrinthos où son roi en personne m'a lancé un défi. Pour quelles raisons. Simplement parce que je souhaitais jauger l'un des leurs durant une rencontre amicale. Au lieu de ça, j'ai eu droit à une mise à mort. Si j'ai pu ébranler une quelconque entente envers nos deux clans alors, je m'en excuse par avance, bien que j'en conviens cela ne vous avance pas à grand chose. Faites de moi ce que vous voulez si cela peut vous apaiser ne serait-ce qu'un instant ... »


Récupération 5 jours :


Armure : 158 + 4 = 162


Dernière édition par Nagash le Lun 9 Juin 2014 - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 9 Juin 2014 - 20:28

L'air se cristallisa autour des deux chevaliers. La pesanteur se fit plus présente, et toute chaleur semblait avoir déserté les lieux et les corps. Henri-Daniel avait froid, il se mit à trembler, trembler de... peur.

Il ne put répondre à Nagash, car il se senait menacer comme jamais. Une puissance venait d'apparaitre, et le chevalier noir se demanda comment il avait pu ne pas la sentir arriver, grandir. Entre les deux chevaliers se tint soudain un dieu. Phobos, d'après les dires du berzerker. Phobos, divinité de la Peur. Maitre en son domaine, il en était l'incarnation vivante ! Eridan plia genou sans réfléchir et écouta.

Phobos interrogea Nagash sur leurs agissements. Ce répit fut salutaire au Serpentaire, qui put rechercher en lui la force de relever la tête à demi, tout en fixant le sol, et de prendre la parole à son tour. Cependant, il parla vite et fut bref, conscient que sa voix n'avait pas été demandé en ce lieu.

- Je confirme ma position, seigneur Phobos : Eridan, chevalier du signe noir du messager Serpentaire, candidat à vos rangs. Je suis resté ici à garder l'entrée du domaine pendant que Nagash, qui m'a... initié à l'esprit combatif des berserker, partait en quête "de quelques têtes de marinas".

Eridan n'était pas né de la dernière pluie. Ce Nagash était un berzerker, un combattant né, mais aussi un être qui tenait à sa vie. Le chevalier avait décelé une voix tremblante chez le berzerker, lorsqu'il avoua être parti au domaine marin, et chez Chronos. Il n'hésita donc pas à citer les propres mots de Nagash, juste pour souligner sa force, ou son erreur, tout en se mettant lui-même en avant : sans être encore accepté : il avait gardé le domaine !

Cela pèserait-il dans la balance ?
Il deviendrait berzerker. Coûte que coûte, et gagnerait ses gallions, quitte à faire tuer pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 756


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Mar 17 Juin 2014 - 21:45

"hum... Encore des initiatives personnelles qui pourraient être contrariantes. Sache le, Nagash, pour ton malheur, que pendant ton affrontement avec ce vieux croulant de Cronos, j'était en réunion diplomatique avec Tethys. Pour le moment, nous allons maintenir des relations distantes avec ce camp, dans la mesure du possible étant donné l'étendue de la bêtise et de l'irresponsabilité des berserkers, car nous allons avoir une tâche bien plus importante à accomplir, une tâche qui va de paires avec la Vengeance et la Destruction! Toutefois..." 

Le regard sombre et terrible du dieu frappa alors son serviteur. Lui qui avait pour tâche de répandre la mort sur son chemin, il ressentait un sentiment oppressant qui lui glaçait le sang. Lui qui était le messager de la mort savait qu'il y avait des sorts pires que d'être emporté par la grande faucheuse. Il pouvait être châtié par Phobos, Peur personnifiée et maître des ténèbres et des horreurs qui y vivaient. Si son frère était plus fort que lui, ses manières de faire étaient plus fourbes, plus sournoises, plus viles et plus retorses. D'un mouvement du doigt, le dieu fit lever Nagash du sol, resserrant une poigne de fer invisible autour de sa gorge et le rapprocha de son visage si pâle, si froid, tandis que ses yeux gris acier s'enfonçait dans son esprit. 

"Comparé aux autres, tu m'as moins déçu. Tu sais au moins quelle est ta place. Grâce à ton attitude, je vais considérer que tu as déjà payé le prix de ton action irréfléchie en mourant. Les titans n'auront rien à redire à cela, l'offense étant déjà punie. Par contre, que cette péripétie soit la dernière. Je compte me rendre dans les terres glacées sous peu, j'espère pour toi que je n'aurais pas d'échos d'autres "exploits" du genre... j'ai déjà suffisamment été mal accueilli au Sanctuaire d'Athéna comme cela." 

Il relâcha l'emprise, laissant Nagash tomber au sol. Son regard se posa alors sur le dit "Eridan". Un sourcil se leva tandis qu'il tournait autour de lui, le jaugeant des pieds à la tête. 

"Un autre chevalier noir. Tient donc. Et pour quelle raison souhaites tu servir la Guerre? Pour quelle raison te mets tu au service de la Terreur? Pour quelle raison servirais tu la Peur? Parle, Eridan, et parle bien! Sache qu'un autre chevalier noir est à notre "service" et celui ci a démontré une capacité somme toute exceptionnelle pour s'attirer mes foudres. Et je ne tolérerais en aucune manière d'autres résidus de la même espèce au sein de notre armée, tient le toi pour dit!" 

Sans même un regard, sa voix froide et cassante s'adressa alors à Nagash.

"Le sort des marinas viendra, sois en certain. Le maître des flots a provoqué des forces sur lesquelles il n'a aucune prise. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas besoin de toi dans l'immédiat. Tu peux donc te retirer, rester à mes côtés ou bien rejoindre mon frère au temple de Corona. Tout ce que je t'ordonne, c'est de ne pas provoquer de conflits ouverts en attaquant le territoire d'un autre dieu. Le monde est vaste, il devrait vous suffire pour vous distraire... pour le moment! Je me charge de cet intrus!" 

Son attention était fixé sur le sombre serpentaire, guettant sa réponse comme un chasseur traquant la moindre erreur de sa proie. Voilà qui mettait Eridan dans une situation des plus inconfortable, mais cela ne devait pas le surprendre, étant donné la réputation de ceux qu'il semblait souhaiter servir. 
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Ven 20 Juin 2014 - 12:35


Pour une fois, je devais bien avouer que j'avais eu chaud a mon derrière. Silencieux, je me fis la promesse de ne plus commettre d'erreurs et de m'en remettre comme il se le devait à mes supérieurs hiérarchiques. Maintenant que Phobos avait eu connaissance de mes piètres frasques chez Cronos, je pouvais repartir le cœur battant à l'aventure l'esprit apaisé. Sans craindre de recevoir une quelconque épée de damoclès sur ma tête. Je m'en tirais vraiment bien avec cette leçon de morale du Dieu de la Peur. Moi qui m'étais imaginé différentes sortes de scénarios tous atroces plus uns que les autres. Pour le coups, je respectais encore plus la Peur que la Terreur. Malgré ce qu'on l'on pouvait dire sur lui, sa clémence l'honorait. Preuve en était aujourd’hui. Les ordres étaient plus que claires : Ne pas déclencher volontairement de conflits envers d'autres royaumes. Oh pour ça, il pouvait entièrement comptait sur mon aide.

Moi qui venais à peine de faire des vagues. loin de moi de déclencher d'autres conflits même si je désirais ardemment vouloir me battre contre certains guerriers qui avaient su attiré mon intérêt. Mais les ordres étaient les ordres et je devais m'en tenir à ça pour le moment. Pour l'heure, la divinité de la Peur me proposa une autre alternative. Si je le souhaitais, je pouvais prendre le chemin du temple de Corona où le terrible Deimos luttait actuellement pour s'approprier ces terres. Voilà qui rester une belle occasion de se défouler un peu où personne ne viendrait nous faire des reproches. Même si je n'avais pas entièrement récupéré, l'occasion était bien trop belle.  

«_ Je ne sais que dire pour votre pitié seigneur Phobos mis à part merci. Je vous promets que plus jamais vous n'aurais à faire ce genre de discours. Dès à présent, je m'en vais rachetais ma conduite auprès de votre frère dans le temple de Corona, même si je ne doute pas un seul instant qui n'ai besoin de mon piètre appui afin de remporter une pleine victoire. Sur ce, je vous laisse comme convenu avec ce chevalier noir. » lui fis-je tout en le saluant respectueusement.

Eridan allait devoir jouer carte sur table s'il souhaitait intégrer notre joyeuse petite compagnie. Je lui jeta un dernier regards encourageant avant de partir définitivement vers le temple de Corona. Le sort du Chevalier noir était à présent dans les mains de la Peur elle-même. Me concernant, j'allais devoir peut-être réviser toutes mes bases si je ne voulais pas finir comme ce polisson de Ryuken. Au long terme, c'était certes payant mais quelque peu risqué aussi. Même si je vouais une haine sans limite aux Titans et aux Saints, je me devais de faire bonne figure malgré tout ne serait-ce par respect envers mes dieux. La flatterie ou même la ruse, il y avait bien d'autre manière d'arriver à ses fins. Il était temps que je me renouvelle auquel cas je craignais de devenir un Ryuken bis ...


==> Temple de Corona


Récupération 11 jours :

Armure : 164 + 11 = 175

Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Sam 21 Juin 2014 - 0:59

Eridan était figé, de peur. La divinité Phobos était bien l'incarnation d'un concept ! Le chevalier noir lutta pour garder sa dignité face au commandant des armées berzerkers et écouta ce dernier faire ses remontrances à Nagash, il le vit manipuler le corps de son subalterne d'un simple mouvement du doigt, d'une simple volonté. Ce qui était pour Eridan impossible ne représentait qu'une pichenette mentale pour le dieu de la Peur, et Nagash fit amende honorable. Enfin, il se retrouva seul face à Phobos, qui requérait ses réponses. Pourquoi souhaitait-il servir Arès, les berzerkers et leur cause ?

La peur que lui inspirait Phobos devait être palpable. Eridan ressentit une sueur froide cavaler de sa nuque vers le bas de son dos, et cette sensation n'était pas agréable du tout. Pourtant, au terme d'un silence qui lui parut bien trop long, il trouva en lui le courage de répondre. Et cette dernière fut sincère. Il allait lui parler de ses motivations, mais surtout, il se devait de mettre un point au clair. Il commencerait par cela !

- Seigneur Phobos, les chevaliers noirs ne sont semblables que sur un unique point : ils sont libres de demander à servir un dieu. Je ne connais pas ce Ryuken. Ni son passé, ni ses intérêt à vous servir, rien. Nous sommes aussi différents que peuvent l'être deux inconnus. Aussi je vous demanderai de me juger sur mes actes et non sur cet homme que vous ne semblez pas apprécier et qui, lui aussi, a un jour revêtu une armure noire.

Ce point étant établi : deux chevaliers noirs n'ont en commun que la couleur de leur armure, Eridan enchaina :

- Je viens vers vous car j'ai eu une vision du futur, il y a longtemps. Une humanité dévastée par la guerre entre les peuples. Une guerre irraisonnée, sans vainqueur, sans vaincu. Les différents camps s'affrontaient sans fin et ils avaient oublié les raisons de cet affrontement.

Selon moi, tous les camps sont trop faibles. Leur dieu sont trop attentistes, leurs chevaliers trop en retrait. Personne n'ose agir et les inimitiés perdurent et se durcissent. Seul le camp du Seigneur Arès, le vôtre, ose agir. Ses serviteurs peuvent sembler parfois brutaux, mais leur finalité est belle : agir ! Guerroyer jusqu'à régner en maître. Ce n'est qu'en matant, à terme, toutes les autres factions de chevaliers, que l'humanité pourra être dirigée, grandir, et ainsi perdurer. Si le règne des mièvres devait arriver, l'humanité s'autodétruirait. Mon but est donc altruiste : je veux protéger l'humanité contre elle-même, par la force, en servant ceux qui osent agir, et ainsi participer à la création d'un monde meilleur, même si cela n'arrivera que dans des siècles. Je suis prêt à n'être qu'un grain de sable dans le rouage divin, et je le ferai avec joie.

Il ne put se résoudre à parler de Siam de Niddhogg, cet être étrange retiré de la chevalerie d'Asgard, qui avait hanté ses rêves pendant des mois et à qui il avait juré de protéger l'humanité contre elle-même. Son message était le même, mais il s'était octroyé une part de secret. C'était son secret, son amour. Son combat à lui était en son nom à elle, mais ça, personne n'avait à le savoir. Son engagement était le même : il servirait Arès, ses commandants et sa cause, coûte que coûte. Phobos saurait-il s'arrêter là ou pousserait-il son investigation ? S'il insistait, Eridan se verrait forcé d'avouer. Mais déjà, par cette preuve de sincérité, il espérait que le dieu ne le comparerait plus à ce perturbateur que semblait être l'autre chevalier noir.
Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 756


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Dim 22 Juin 2014 - 22:05

"hum... intéressant!" 

 Ignorant le départ de Nagash, il continuait de tourner autour de cet humain qui venait pour servir le clan d'Arès, et qui pourtant possédait une réputation loin d'être enchanteresse et glorifiante.Phobos observait avec un intérêt pour le moins aiguisé ce visiteur. Habituellement, ce genre d'individus qui s'offraient corps et âmes à eux n'étaient rien de plus que des étrons férus de batailles et de carnages, dont les valeurs stupides et les principes pathétiques n'étaient que de vaines paroles pour le seigneur des Peurs et des Ombres. Et l'autre chevalier noir qui se trouvait dans leur rang appartenait sans nul doute possible à cette catégorie. Mais ici, ce Eridan était singulièrement différent. Il était réfléchi, avait conscience du monde dans lequel les dieux et les mortels vivaient, et s'était fixé un but somme tout particulier. Si certains venaient pour gagner en force, en puissance, en gloire, lui s'apprêtait à se soumettre à la Guerre afin de protéger l'Humanité. Et cela intriguait le fils d'Arès. Lui aussi avait un but différent de ce qu'on lui prêtait comme image et comme réputation. Des histoires sordides couraient sur sa personne, réputé pour se nourrir de la peur que tous et toutes ressentaient.... Et jamais Phobos n'allait leur dire à quel point ils se trompaient.  A quel point le frère de Deimos oeuvrait en réalité pour l'Humanité. Certes, son sillage était jonché de cadavres et d'horreurs, teintés du sang écarlate des massacres, mais cela ne témoignait en rien de son véritable objectif. Pour le moment, si Théosia sa petite protégée était la seule mortelle en avoir connaissance, peut être que cet humain si étonnant pourrait l'être également. Seul le temps le dira, l'incarnation de la Peur étant des plus prudentes en ce qui concernait ce fait. Qui plus est que ce dernier semblait dissimuler un secret. Il ne savait pas encore quoi exactement, mais une raison plus profonde que ses nobles idéaux motivait Eridan. Et il l'apprendrait tôt ou tard. Il y arrivait toujours!

"Tu offres donc tes services, ton corps et ton coeur au clan d'Arès. Celui que beaucoups considèrent comme étant le bourreau de cette Humanité que tu cherches à protéger. Voilà qui ne manque pas d'ironie. Je ne me moque pas de toi, humain, bien au contraire. Tu attises mon intérêt en suivant une telle voie. Es tu bien conscient que ce chemin sera parsemé de difficultés et d'épreuves qui auraient fait frémir le demi dieu Héraclès en personne? Es tu conscient qu'en agissant ainsi tu t'exposeras à être traîné dans la boue, à endosser une réputation de meurtrier sans scrupules, de bourreau, d'assassin, que sais je encore? Les humains comme les dieux ont tendance à ne juger qu'aux apparences, rares sont ceux qui savent voir au delà des apparences. Très rares." 

Approchant avec minutie du chevalier noir toujours agenouillé, son regard effrayant le détaillant, il mit la main sur le visage d'Eridan et commença à l'examiner avec une attention terrifiante. La froideur de sa main était semblable à celle de la glace et la raideur de ses mouvements témoignaient de l'absence quelconque d'hésitation. Aussi près du dieu, Eridan pouvait ressentir des bribes de la puissance dissimulée sous cette froideur et glaciale apparence. D'un simple geste, Phobos pourrait lui briser le cou, mais après quelques instants qui devaient être une éternité pour le malheureux, il relâcha son examen et reprit la parole, tout en regardant dans les yeux cet humain. 

"Hum.... Quelque chose d'autre te motive, je le sent. Mais tu sembles sincères, je dois le reconnaître. Avant de continuer, j'aurais une question à te poser. Celle ci peut être fatidique pour ton avenir au sein des armées d'Arès; alors tu as intérêt à choisir avec soin tes paroles et tes mots. Ton futur en dépend..." 

Sa voix était calme et sérieux, davantage posée que lors de son arrivée. Mais celle ci était comme un poignard sous la gorge d'Eridan, instaurant un sentiment de menace sur celui ci qui devait ressentir le poids d'une épée de Damoclès au dessus de sa tête. 

"Pour toi, qu'est ce que la Peur? Qu'apporte t elle à l'Humanité?" 
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Dim 22 Juin 2014 - 23:07

Phobos l'écouta et ne fit pas mine de saluer son berzerker quand ce dernier quitta le premier domaine de la Guerre. L'attention froide avec laquelle écouta laissa une sueur glacée le long de l'échine du chevalier noir. Se rendait-il seulement compte qu'il parlait à un dieu ?

La divinité le détailla, tournant autour de lui comme s'il n'était qu'un insecte intéressant, une curiosité nouvelle. Ce changement, infime, laissa Eridan confiant sur un unique point : Ryuken n'était pas comme lui. C'est ce que Phobos déclara ensuite. Sa voix était mesurée, mais toujours la menace régnait dans son ton. Non, derrière encore. Une menace sourde qui se cachait derrière ses mots sans agressivité. Par son calme, il était bien plus terrifiant que Nagash le berserker de la Mort.

L'Être déclara comprendre son point de vue, même s'il semblait ironique, et il confirma son intérêt pour la bête curieuse qu'était Eridan, cet humain. Il le surprit même, avec ses questions, cherchant à le voir développer et défendre ses convictions, le maintenant face à lui, presque visage contre visage. Sa main caressa sa peau humaine et des picotements le parcourut sur tout son corps. Allait-il le tuer malgré tout ? Non. Il comprit immédiatement qu'Eridan cachait un secret, l'accepta, puis vint la question qui déciderait de son sort. La vie ou la mort. Les secondes s'égrenèrent à une vitesse folle, la peur l'envahit, son souffle s'accéléra, puis Phobos le libéra de son emprise, comme une invitation à la parole. Eridan fit le trie dans ses pensées, retrouva un rythme respiratoire acceptable, mais sa voix trembla légèrement lorsqu'il reprit la parole, tel un enfant hésitant, buttant sur ses premiers mots.

- Seigneur Phobos, en tant que chevalier noir, je sais ce que signifie être victime d'un jugement hâtif. Nous sommes considérés comme des traîtres et des faibles car nous n'avons pas de dieu et ne méritons pas le don d'une armure. Nous serions soit disant prêts à toutes les bassesses pour arriver à nos sombres finalités. Face à ses préjugés, je ne peux que comprendre le statut des serviteurs d'Arès, considérés comme des guerriers à peine humains assoiffés de carnages. Mais par vos mots et la chance que vous m'octroyez de me présenter à vous, vous avez déjà prouvé que les berserkers ne servent pas simplement la force brute et la violence. Qu'importe donc l'avis des autres camps, leurs convictions et leurs jugements : je ne suis peut-être qu'un chevalier noir pour certains, mais je sais qu'on ne peut me définir, moi et mes finalités, par mon armure ou mon camp. Qu'on me traite d'assassin sanguinaire ! Je sais être plus que cela.

Je... Oui, j'ai une raison supplémentaire pour servir le but que je me suis fixé, mais cette raison n'a rien à voir avec votre camp. La décision de me rendre auprès de vous m'appartient totalement. Car l'humanité est faible. Elle ne sait se gouverner toute seule. Elle est querelleuse et bête en collectivité. Trop confiante en son nombre, en son présent, et incapable de prévoir son avenir. Elle ne vit déjà plus vraiment, perdue dans ses habitudes. La peur, Seigneur, est un pouvoir puissant, presque un artéfact pour celui qui sait s'en servir. Elle permet de diriger les hommes et les empires, mais aussi d'ouvrir les consciences. C'est un révélateur. Qui a peur pour sa vie prend conscience qu'il en a une à vivre. Il révise ses projets, fait un point sur ses actions passées, réfléchit à celles à venir. Sans peur, l'humanité subit sa propre inertie : elle est inerte, n'avance plus. Sans peur, sans ce moteur, l'humanité ne vivrait simplement pas. Voilà, Seigneur Phobos, pourquoi je souhaite prendre mes ordres de vous : selon moi, seule la peur peut révéler l'humanité à elle-même, et la sauver.


Eridan, nourrit par le feu de son discours, osa inconsciemment relever la tête et croiser le regard de Phobos. Immédiatement, il se sentit transpercé jusque dans son âme et il rabaissa la tête, fixant le sol. Il se sentait misérable d'affirmer ainsi ses idées à un dieu, mais celui-ci, par son calme et sa non-action, était plus perspicace qu'une séance de torture. Etrangement, il s'était senti... écouté et - mais là, il se fourvoyait certainement - compris. Tout se jouait maintenant de toute façon, tout ce qu'il avait vécu depuis le début de sa vie, toutes ses actions l'avaient mené jusqu'ici, en cet instant, face à cette entité. Ici finirait sa petite vie. A moins que c'est ici même qu'elle trouverait son renouveau ?
Revenir en haut Aller en bas
Seishiro

avatar
Messages : 177


Caractéristiques
Vie Vie:
300/300  (300/300)
Cosmos Cosmos:
441/441  (441/441)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 23 Juin 2014 - 18:41

La vue désolée, la plaine morne qui s’étendait à perte de vue constellé de roches éventrées et d’arbres morts (ainsi que de quelques squelettes dont probablement celui de Ryuken) firent ressentir une vague de nostalgie au nouvel arrivant. Certes, l’ange déchu ne s’était pas absenté longtemps mais il avait profité de ce laps de temps pour parcourir bien des territoires. Comme lors de ses dernières visites, Seishiro se décida à émettre des vagues de cosmos pour avertir les maitres des lieux de sa présence. Certes, l’intensité très lointaine de l’aura d’Arès excluait la présence du dieu de la guerre, mais Lucifer cherchait davantage ses sympathiques fils. Comme prévu par son accord tacite avec Phobos et Deimos, le porteur de lumière revenait séant pour les informer des quelques nouvelles qu’il avait su habilement glaner. La disparition de Poséidon et l’abandon total de son royaume risquait de déclencher une conquête immédiate de son territoire. Une belle prise de guerre dont Seishiro serait le point de départ, à son plus grand plaisir. Sans que nul ne soit en mesure de lui en incomber la faute, bien évidement. En outre, les dieux jumeaux seraient probablement ravis d’apprendre la tension extrême qui régnait entre les forces d’Athéna et d’Hadès, surtout après le sort effroyable qu’avait dû subir Orion du bélier entre les mains de Thanatos. Une information qui pouvait avoir son importance, si elle venait à être jouée par des mains habiles. Toutefois, Seishiro ne comptait pas ébruiter son entretien avec le juge du griffon. Ses secrets devaient rester confidentiels. Enfin la résurrection de Cronos, après son meurtre par le juge du Garuda pouvait également être le pivot d’une machine folle qui ne pourrait aboutir qu’à une guerre totale. De quoi réjouir ce cher Arès. Satisfait de l’effet qu’allait inévitablement produire ses annonces sur Phobos et Deimos, Lucifer tourna son attention vers les personnes présentes. Un fin sourire se dessina sur ses traits à la vue d’un être recherché.

Mon cher Phobos ! Je suis ravi de vous croisez en ce lieu. Auriez vous un moment à m'accorder en privé ?
Revenir en haut Aller en bas
Phobos
Dieu de la Peur
avatar
Messages : 756


Caractéristiques
Vie Vie:
250/250  (250/250)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 23 Juin 2014 - 21:07

"hum... point de vue intéressant et loin d'être erroné qui plus est. Mais tu ne saisis pas encore toute la finalité de la Peur. Cela viendra le temps venu va..." 

Le ton du dieu était presque amusé. Le jeune chevalier noir, tout humain qu'il était, faisait preuve d'un esprit réellement pointu. Avec un tel mortel, il allait disposer d'un serviteur à l'écoute attentive, et d'une réflexion somme toute agréable. Comme cela allait le changer des autres berserkers. Il avait bien Théosia, à laquelle il portait une attention toute particulière, mais celle ci était encore une enfant, et son comportement était différent de cet Eridan. Après tout, elle ne le craignait pas, du moins tant qu'elle restait dans les règles qu'il lui avait imposées, vu qu'elle avait grandie en le suivant telle une ombre depuis le jour où il l'avait recueillie et acceptée, au grand dam de son frère. Mais ici, cet humain le craignait, et lui qui jaugeait avec curiosité l'Humanité, n'allait pas se priver d'une telle compagnie. Et contrairement à ces autres fous de guerre, qui ne savaient que faire preuve de réflexions et d'un semblant d'intelligence dans les différentes manières de tuer et de combattre, ce dernier serait sans doute capable de comprendre un tant soit peu les manoeuvres fines et subtiles de la Peur.


"Je dois également te dire que tu te trompes sur un point, sombre serpentaire. Je te cite: "Guerroyer jusqu'à régner en maître. Ce n'est qu'en matant, à terme, toutes les autres factions de chevaliers, que l'humanité pourra être dirigée, grandir, et ainsi perdurer.". La force et la brutalité ne sont pas les seuls moyens qui peuvent arriver à l'objectif que tu vises. La Peur ne fracasse pas les corps des chevaliers, ni brise leurs armures. Non, elle agit autrement, par des moyens détournés, plus subtils, plus rusés, plus impitoyables. La guerre et les carnages sont davantage l'apanage de mon Père et de mon Frère. Personnellement, j'agis dans l'ombre, et façonne les humains pas à pas, avançant des pions de ci de là comme sur un échiquier. Le clan d'Arès ne se résume pas aux massacres et aux batailles, mais beaucoup, et cela même à l'intérieur de nos armées, ne le perçoivent pas. Et cela est tant mieux, ainsi le long poignard froid et rigide de la Peur peut continuer de se frayer un chemin jusqu'aux coeurs de ses cibles!" 


D'un claquement de doigt, le dieu sévère fit apparaître des ombres un serpent aux yeux rougeoyant. Le fin reptile s'était littéralement envolé des ténèbres et s'enroula autour du doigt d'Eridan. Froid et sinistre, il ressentait les écailles visqueuses de la bête se serrer sur son doigt tel un étau, pour finalement se raidir et se figer. Le serpent avait diminuer en taille et en épaisseur, formant désormais un anneau d'ébène somptueux, même si sa tête lugubre semblait pouvoir s'animer à chaque instant. Et la voix de son dieu asséna un choc au jeune homme, non pas par une clameur rageuse ou un ton sinistre, non, mais par ses mots. 

"Désormais tu es à mon service, Eridan le serpentaire noir. Bien évidemment tu obéiras également à Arès, à Deimos ainsi qu'aux Cardinaux et Maîtres d'Armes, mais j'estime suffisamment tes qualités, humain, pour te garder dans mon sillage!" 

Un cosmos se fit sentir non loin d'eux. Un être divin s'approchait, avançant sans peur afin de se présenter aux portes de la Guerre. Et quel être! L'ange déchu en personne revenait. Phobos était partagé entre le plaisir et la honte. Le plaisir de revoir un être si proche de lui en bien des manières, et la honte par rapport au déplorable accueil que lui avaient réservés les berserkers lors de sa dernière visite. Sa colère monta aussi vite qu'il en reprit le contrôle, mais cela dû suffire à Eridan pour dévoiler suffisamment de la rancune de Phobos pour comprendre qu'il ne devrait jamais le contrarier, aussi apprécié était il. Mais pour l'heure, son attention n'avait pas lieue de se fixer sur les débordements pathétiques et insultants des berserkers. Sa façon de parler et d'être montrait clairement qu'il appréciait le nouveau venu.

"Lucifer. Heureux de vous revoir mon ami. Soyez assuré que vous êtes le bienvenu, et que nul mortel n'osera cette fois ci vous manquer de respects. D'ici peu, lorsque Arès aura triomphé de celui qui a eu la présomption de nous défier, et que Deimos reviendra du temple de Corona, nous ferons une mise au point concernant l'incident qu'il y a eu lors de votre dernière visite, ainsi que  leurs manquements répétés. Inutile de vous dire que parmi nos troupes, l'un d'entre eux sera particulièrement concerné, et nous en ferons certainement un exemple. Quoiqu'il en soit, je suis navré que vous ayez dû vous salir les mains en abattant cet âne aussi têtu qu'idiot." 

D'un geste élégant de la main, il invita le déchu à avancer droit vers son sanctuaire personnel. 

"Par ici, je vous prie. Ce lieu ne sied pas pour de tels retrouvailles. Mon domaine devrait davantage vous convenir, et nous serons plus tranquille." 

Sans même un regard sur Eridan, Phobos parla de lui, attirant dès lors l'attention de l'ange sur lui.

"Permettez toutefois la présence de ce chevalier noir. Comme en témoigne son anneau, il est désormais sous mes ordres. Cet humain n'a rien de comparable avec ce vermisseau de Pégase noir, et surtout il sait tenir sa place. Vous êtes arrivés alors que je terminais de le jauger et, étant donné l'insubordination des autres berserkers, je préfère le garder à proximité pour le moment, le temps de lui confier une tâche à accomplir. En tout cas, il me tarde de prendre connaissance des nouvelles que vous apportez!" 


----> Temple de Phobos
Revenir en haut Aller en bas
Eridan

avatar
Messages : 581


Caractéristiques
Vie Vie:
130/130  (130/130)
Cosmos Cosmos:
134/134  (134/134)
Armure Armure:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Dim 29 Juin 2014 - 12:49

Phobos l'avait écouté avec une attention sans faille, et ce n'est qu'au terme de son plaidoyer qu'il reprit la parole. Cette marque de respect d'un dieu à un homme n'échappa pas à Eridan, qui se sentit de suite plus en sécurité. Son vis-à-vis répondit sincèrement à ses arguments, rejoignant d'ailleurs davantage ceux de Siam que les siens. La finalité est la même, le moyen quant à lui était tout autre. La Peur ne se nourrit pas de carnages ou de sang... Cette idée le ferait réfléchir longtemps et il songea à retourner auprès de Siam lorsqu'il en aurait la liberté. Pour l'heure, Phobos le récompensa. Un anneau sombre se matérialisa autour de son doigt, signant irrémédiablement son intégration au camp d'Arès, et sa soumission au Seigneur Phobos.

"Désormais tu es à mon service, Eridan le serpentaire noir." Cette annonce sonna comme un glas aux oreille d'Eridan, et il sentit quelque chose changer en lui, se modifier. Un lien invisible avait été tissé, accepté de part et d'autre, plus fort qu'une promesse. Il servirait les dieux du camp des berserkers, et Phobos était son premier maître. Le berserker noir s'agenouilla. "Seigneur, je vous suis reconnaissant de la confiance que vous m'accordez et vous servirai loyalement."

Ses voeux à peine prononcer, une nouvelle puissance émergea du néant. Un pouvoir terrible, encore une divinité ? L'Être fut cordial et se présenta comme Lucifer. Eridan avait l'impression de naviguer à la frontière du réel. Bien sûr, il savait que les dieux existaient, mais en rencontrer un, et maintenant deux ! Eridan les laissa s'entretenir et pensa à s'éclipser lorsque Phobos... le présenta à Lucifer, et lui proposa de les suivre au temple.

Le Serpentaire laissa aux divinités trois pas d'avance, puis les suivit jusqu'au temple de Phobos, au coeur même des terres berserks. Une prêtresse de Delphes seule saurait prédire son avenir...

==> Temple de Phobos
Revenir en haut Aller en bas
Seishiro

avatar
Messages : 177


Caractéristiques
Vie Vie:
300/300  (300/300)
Cosmos Cosmos:
441/441  (441/441)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Lun 30 Juin 2014 - 18:25

Seishiro balaya les excuses de Phobos d’un revers de main, indiquant par ce fait et son ample sourire que l’insignifiance de ce Ryuken ne méritait même pas une quelconque mention. Ce cancrelats bestial l’avait retardé et diverti, rien de plus, rien de moins. Certes, en tant que chef des armées d’Arès avec son frère Deimos, le dieu de la peur se devait de mentionner cet incident et l’incivilité de son sous-fifre, mais l’ange déchu n’allait pas se formaliser pour si peu. Loin de là.

Passons sur ce regrettable spectacle. Votre pégase noir est déplumé et je doute qu’Hadès n’éprouve le désir de lui laisser quitter si vite les pires enfers. C’est à peine s’il est parvenu à m’arracher une plume. Il ne représente rien à mes yeux.


D’un retournement de main, Seishiro fit flotter une cigarette fumante qu’il porta à sa bouche tout en dévisageant le chevalier noir présenter par Phobos. La présence de cet individu lui rappela un détail à noter.

Tant que j’y pense… Contrairement à ce pégase noir de pacotille, j’ai croisé la route d’un dénommé Nagash qui s’est montré non seulement courtois à mon égard, mais également respectueux. Qu’un berzeker soit capable de mettre de coté ses instincts de tueur pour ne pas froisser ma susceptibilité n’est pas anodin. C’est là un bon soldat.

Avide de connaitre les révélations de son partenaire, Phobos le convia aussitôt à se joindre à lui en son temple. Une invitation bienvenue que n’allait certes pas refuser l’ange déchu. S’inclinant pour remercier la diligence du fils d’Arès, le porteur de lumière lui emboita le pas sans se faire davantage prier.

 Arrow Temple de Phobos
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Ven 15 Aoû 2014 - 1:27

=> Fosse de la Calamité -

Préférant de loin la solitude que la compagnie des miens, je m'isole à la dite « Porte de la Guerre » et préfère laisser les autres festoyer comme il se doit sans gâcher la fête. L'invasion du domaine sous-marin se préparer rapidement et tous sans exception se devait d'être présent afin de ne pas rater ce grand moment qui se devait être exceptionnel. Le seigneur des sept mers allait enfin payer pour ses crimes les plus abominables qu'il avait pu commettre par le passé. En attendant les autres, je reste dans la pénombre silencieux et assis sur un petit pilier effrité contemplant la beauté de mon épée runique offerte par le seigneur Deimos durant mon précèdent entrainement en sa ténébreuse compagnie. Il n'y avait plus de doute. Plus rien. Que colère et haine. Seul mon désir de monter en puissance comptais seulement. Le seigneur Deimos m'en avait clairement fourni les moyens et il ne tenais plus qu'a moi de mettre en valeur.

En offrant de moi-même le vase surprise du « Temple de Corona » à la lady Cardinale, j'avais perdu une chose qui m'était cher. Je savais qu'une occasion pareil ne se représenterais plus jamais mais en même temps, en offrant ce macabre cadeau qu'était le bout de cervelle de ce stupide Pégase noir, j'avais eu la très vague impression qu'elle je rentrais dans ses bonnes grâces et c'était à vrai dire tant mieux. C'était l'effet voulu et recherché. Concernant Ryuken, cela allait être beaucoup plus ardu pour gagner sa confiance car je n'arrivais pas à saisir réellement le caractère du personnage. Un coup, il voulait se la jouait en solitaire, borné et totalement obtus. Limite rebelle ne voyant que ses propres idéaux afin de se dépasser lui-même. Mais d'autres fois, il pouvais être câlin comme un Saint d'Athéna, obéissant aux ordres de ses supérieurs. Lui et son sac à puce divin était pour moi une source de problème que je me devais au plus vite me débarrasser en toute discrétion.

Sifflant une petite chansonnette morbide, je m'amuse à détruire quelques grosse pierres qui traine ici et là à l'aide de mon épée runique en attendant le reste du groupe. Ils ne devraient plus tarder maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Théosia

avatar
Messages : 133


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
140/140  (140/140)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Ven 15 Aoû 2014 - 1:55

=> Temple de Corona

Charismatique, élégant, décharné, putréfié, volant.... tous ces qualificatifs conviennent à merveille à la ténébreuse monture enfourchée par la protégée de la Peur. Oui tous... sauf le sens de l'orientation !
Une semaine, une foutue longue et pénible semaine pour rentrer au bercail. Non mais sans rire...
Théo avait toujours beaucoup aimé ce bestiaux. Depuis qu'elle était enfant, la première fois que ses prunelles claires s'étaient posées sur lui, elle n'avait eu que de l'admiration pour le cheval décharné de Phobos.
Aujourd'hui elle révise sérieusement son avis sur la créature qui à "juste" tenté de la foutre dix-huit fois par terre durant cette longue semaine d'errance.

- Allez STOOOOOP

BIM BAM BOUM

Pour une fois que le cheval ailé obéit, il aura fallu que ce soit bien trop abruptement. Heureusement pour elle, l'animal mort n'était pas trop élevé dans les airs, la chute ne sera donc qu'une jolie constellation d'hématomes qui ne mettront sans doute guère plus de quelques heures à se matérialiser.

Atterrissant comme un sac au pied de son concitoyen en train de jouer avec des cailloux, la jeune fille aussi épaisse qu'un cure-dent se frotte les reins alors qu'elle se redresse en grimaçant.

- Saleté de bestiole. Raille-t-elle d'une voix juvénile et amusée en direction du cheval qui file déjà à grande vitesse vers le domaine de Phobos.

Portant enfin son attention sur le guerrier qui se trouve à quelques pas d'elle, Théosia le fixe longuement d'un regard de poisson rouge. Elle ne l'a jamais vu avant celui là... ou peut être que si... ça fait bien vingt ans qu'elle traîne dans le coin, alors allez savoir. En tout cas son visage ne l'a pas marquée semblerait-il.

- Bonjour toi. Dit-elle en levant la main dans les airs en un salut étrangement militaire. T'es qui ?

Une étrange atmosphère se dégage de cette femme-enfant dont on peinera sans doute à estimer l'âge précis. De prime abord elle semble candide et détachée de tout ce qui l'entoure. Mais l'aura qui l'accompagne où qu'elle soit, est d'une noirceur telle qu'elle rappellera sans doute celle du dieu de la Peur. Une sensation omniprésente de mal aise, d'un on ne sait quoi de véritablement malsain.
Revenir en haut Aller en bas
Nagash

avatar
Messages : 272


Caractéristiques
Vie Vie:
161/161  (161/161)
Cosmos Cosmos:
185/185  (185/185)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Retour au pays   Sam 16 Aoû 2014 - 18:39


Quelle attente interminable...

Gardant le fort comme le bon petit soldat que j'étais, je tuais le temps comme je le pouvais tout en attendant mes supérieurs. Diantre que c'était long. Peut-être que dans leurs empressements et leurs fougues, ces derniers m'avaient tout simplement zappé et était parties sans moi. Bouarf en même temps, cela ne me chagrinait pas plus que cela. A mon sens, il fallait obligatoirement quelqu'un pour protéger notre territoire, ne serait-ce que pour garantir le niveau de sécurité et cela tombait bien car je me sentais l'âme d'un garde. Connaissant les troupes d'Arès et leurs volontés à tout détruire sur leurs passages, il ne faisait pas de doute que ces derniers n'allaient pas perdre de temps sur le chemin. Surtout cet âne bâté de Ryuken qui souhaitait plus que tout se mettre en avant auprès de ses supérieurs. A croire que ce dernier était passé du simple statut de paillasson d'entrée à celui de lèche botte en un laps de temps très courts. Brusquement, je perçois plusieurs flux cosmiques émanant du temple d'Arès et de la Fosse des Calamités. A présent, j'en étais convaincu. L'attaque était désormais imminente. Ce n'étais plus qu'une question de secondes, rien de plus.

Le sort du vaste empire de Poséidon allait prendre fin aujourd'hui même. Je faisais totalement confiance à cette escouade pour anéantir chacun des sept piliers. La perte logique du royaume sous-marin allait très sûrement ébranler et déstabiliser en partie la terre que chérissait tant la sœur d'Arès. Conscient que j'arrivais une nouvelle fois trop tard pour cette grande et épique bataille, j’essaie de me rendre le plus utile qui soit en protégeant nos terres même si je perçois toujours les divins cosmos d'Arès et de ses fils sur leurs terres. Fidèle à moi-même, je décide ne pas bouger d'un seul pouce et de m'en tenir à ce que je sais faire de mieux, c'est à dire attendre le retour victorieux des miens quand soudainement, je vois vers l'horizon une autre arrivée pour le moins inattendu. Voyant arrivé à toute vitesse le bestiaux en ma direction, je me redresse et me prépare pour recevoir ce prochain visiteur qui semblait à priori mal contrôler son propre destrier. Portant discrètement ma main sur mon épée par pur souci de sécurité, je m'avance vers la personne et le visage fermé, sans émotion aucune, je répond sans détour à ses interrogations.

«_Qui suis-je... ? Mon nom est Nagash, Berzerker de la Mort et fidèle protecteur d'Arès ainsi que de ses deux fils, Deimos & Phobos. Et vous, qui êtes-vous. Puis-je connaître la raison de votre venue. » Lui fis-je sur un ton neutre et courtois comme pour tout invité qui se présenter à l'entrée du royaume.

Peut-être, avais-je parlé trop rapidement. De cet femme-enfant se dégageait une étrange aura qui m'était familière et dont, j'en étais sûr et certain, avait croisé mon chemin à un moment donné. Ce ne fut qu’après un petit moment de réflexion que je compris ce qu'il en était réellement. C'est alors que je relâche la poigne de mon épée puis détend un peu. Tout portait à croire que j'avais face devant moi un autre Berzerker à la solde d'Arès. Était-ce le dit Flagello qui revenait tout droit de son bannissement. Quoi qu'il en soit, de plates excuses étaient de mis pour cette ambiguïté. Dès lors, sans perdre de temps, je viens à lui expliquer la situation actuelle du royaume, la laissant libre de ses déplacements.

«_ Mes excuses. Vous pouvez bien évidemment passez si vous le désirez. Mais avant cela, je me dois de vous expliquer une chose importante en l'état actuel. La plupart pour ne pas dire toute se dirigent vers le royaume sous-marin du Seigneur Poséidon dans l'unique intention de le pilier et de détruire chacun des sept piliers. Je pense qu'il n'est pas encore trop tard si vous décidez de partir avec l'escouade car tous ne sont pas encore partis. Pour ma part, je reste ici pour protéger nos terres. Voilà. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour au pays   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour au pays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour au pays [PV Kanoë]
» Cahier d'un retour au pays natal :Marc H
» Retour au pays [Pv Meri}
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» Retour au pays... [Erys + Karlson + ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Royaume de la Guerre ¤ Arès :: Le domaine de la Guerre :: La porte de la guerre-