Venez RP sur Saint Seiya Anthologie RPG pour jouer dans la bonne humeur. Incarnez un chevalier et enflammez votre cosmos !!
 

Demande de Partenariat: Ici

Partagez | .
 

 Que la Terreur soit !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deimos1

avatar
Messages : 751


Caractéristiques
Vie Vie:
321/321  (321/321)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Que la Terreur soit !   Lun 10 Mar 2014 - 20:00

Arrow La fosse des calamités !

Dignity Hill. Des collines se trouvant à l'intérieur du sanctuaire d'Athéna, dans une zone interdite depuis des millénaires. À flanc de montagne, l'endroit est constitué de multiples temples en ruine qui entourent le Temple de Corona, le temple d'Abel. L'histoire raconte qu'Abel possédait des pouvoirs égalant ceux de son père, le roi de l'Olympe. Ayant pour ambition de contrôler le monde que les dieux se partageaient, il s'autoproclama dieu du Soleil. Ses ambitions inquiétant des dieux tels que Zeus et Apollon, ceux-ci décidèrent de l'effacer de la mythologie et de l'histoire. Un mythe que j'ai pût retrouver grâce à de très rares et anciens récits puisque ce lieu est inconnu pour notre fratrie et où les rares élocutions se tiennent justement qu'à quelques ouvrages ! Et le moins que l'on puisse dire et que parvenir dans ces lieux enfouis au plus profond de ces montagnes n'est pas une mince affaire pour les communs des motels, mais qui reste aisément accessible pour une divinité digne de ce titre. Apparaissant à travers un malstrom de ténèbres, la venue de Calamity et de Flagello est de l'ordre de la poignée de minutes. Cela est bien suffisant pour débuter l'exploration de cette nature sauvage et inhospitalière.

Contemplant chaque parcelle de nature et des ruines délabrées. Une statue représentant Abel et Athéna encore jeunes prouvant s'il en est encore besoin qu'Athéna et Abel étaient très proches avant que ce dernier veuille purifier la Terre est exhiber à l'entrée d'une des ruines. D'un claquement de doigt, la sculpture s'effrite pour finalement, tomber sous forme de poussière à même le sol. Scrutant davantage le passage dont le monument en gardait l'entrée. Je m'aventure d'un pas paisible et d'une attitude calme sans y nourrir une quelconque crainte sur ce qui peut ce camoufler à travers les vivaces ombres dansant au gré du vent. Scrutant chaque détail du lieu, l'état de délabrement est tel qu'une partie de ces ruines est immergée dans les roches ou le sol et qu'une autre est envahie par la végétation. Le Temple de Corona se situerait-il au plus profond de ces lieux ? Curieux et piquer au vif, je suis cependant intercepté dans mon élan par le Cosmos des deux Berzekers. Stoppant mes pas, je me retourne, croisant mes bras derrières mon dos. Je les dévisages quelques instants pour finalement, prendre la parole.

" Vous êtes plus rapide que ce que j'aurais pensé. Mais, c'est une bonne chose que vos soyers là. Nous allons pouvoir explorer les lieux et s’engouffrer dans ces ruines. "

Inébranlable. Je reste face aux nouveaux arrivants, patientant qu'ils parviennent jusqu'à moi. Lorsque ceci fut fait, je reprends la parole.

" Ma foi, avant de s'immiscer de ce pas. Je veux clarifier la situation de notre camp avec vous. Dès ce jour, votre régiment sera sous mon commandement direct. Bien entendu, Phobos et Arès ont tous autorités sur vous et peuvent vous réquisitionner selon leurs désirs. Néanmoins, je veux que vous sachiez que le second régiment à être sous mes ordres et celui du feu. Cette chère Camélia est d'un comportement volatil et cela déplaît fortement à Phobos ! J'espère que vous ne vous conduirez pas de la sorte dans nos sombres projets. Je veux vous avoir à chaque instant prêt à remplir mes ordres si j'en juge la nécessité. Quant à ce cher Ryuken, le chevalier noir récemment venu grossir nos rangs. Je le hais, mais il peut se montrer utile. Sa tête pourrait grossir celles qui surplombe l'entrée de mon temple si l'envie m'en prend. Ma foi, ce protozoaire est à museler et je compte sur vous pour le dresser comme il le faut. N'hésitez pas à le châtier si vous en jugez l'utilité. "
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 229


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Ven 14 Mar 2014 - 21:32

    Pauvre Flagello ! Il devait voyager à pied, et autant dire que cela ne lui avait pas vraiment plu, cependant il se contenta de marcher, parfois de courir à une vitesse digne de son rang. Direction le temple de Corona. Sa première mission ! Il était certain de pouvoir assurer. Il allait démontrer qu’il n’était pas l’assassin aux ordres de la cardinale de la calamité pour rien.
    Bref, il poursuivit son chemin, en espérant ne pas arriver trop en retard. Ca ferait mauvais genre, et surtout ne lui permettrait pas de gagner en crédibilité.

    Heureusement, il fut exaucé ; et lorsqu’il arriva, lui et Calamity furent félicités pour leur vitesse. Finalement il n’avait pas tout perdu même s’il lui faudrait encore travaillé pour trouver des compétences un peu plus convenables.
    Il pouvait ressentir toute la ferveur divine de ce lieu, cela augurait des scènes fantastiques, il en rêvait d’avance. Le spectacle ne pouvait pas être mauvais dans un tel endroit.

    Le Maître d’Arme conservait son sérieux, car en face de lui, se trouvait le dieu Deimos qui se lança dans une tirade afin de parler du camp, et de la situation actuel. Flagello esquissa un petit sourire en se disant que ce qu’il venait de dire concernant Ryuken ! En effet le jeune berserker connaissait le sentiment de sa Maîtresse concernant ce guerrier. De son coté, il ne l’avait jamais vu, alors il ne pouvait guère se prononcer, et de tout façon, il ne l’aurait pas fait, pour lui cela n’avait pas la moindre importance cependant il prenait en note l’autorisation du dieu quant à la possibilité de l’affronter s’il le fallait pour le bien de la troupe.

    Tout comme la désobéissance de Camelia ; même s’il comprenait les méfaits de ce genre d’événement pour l’ordre au sein du Royaume, que pouvait-il faire ? Rien de bien significatif, alors, il se contenta de croiser les bras et de répondre humblement à la partie qui le concernait concernant le fait que le régiment de la calamité était à présent lié au dieu de la terreur.

    -« Très bien ! Je pense pouvoir vous affirmer que vous pouvez ôter tout les doutes possibles à notre sujet. Le régiment de Dame Calamity s’est toujours montré responsable dans ses actes. »

    Il jeta un petit coup d’œil à sa patronne qui n’était pas loin, et il regardait au loin le temple, prêt à s’y rendre.

Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Ven 14 Mar 2014 - 22:55

Arrow Fosse des Calamités

La jeune femme avait voyagé de nombreuses heures. Son mode de propulsion souterrain particulier lui permettait de gagner du temps sur une personne qui devait se déplacer par la voie pédestre. A proximité du Sanctuaire, elle sortir de terre et se déplaça à la vitesse de la lumière pour rejoindre la position de Deimos. Il faisait un peu froid dans le coin. Tout comme en Sicile. Il se passait vraiment des choses bizarres dans le coin mais ce n'était pas on problème tant que rien ne venait la perturber ou s'en prendre à ses Seigneurs. Elle était prête à écraser la tête des ennemis contre celle de Flagello s'il le fallait pour éviter que le Seigneur Deimos ne soit blessé. Elle arriva à proximité du dieu de la Terreur et découvrit un vrai champ de temples en ruine. Un décor des plus charmants pour le Sanctuaire. Si seulement le reste du territoire d'Athéna pouvait être dans le même état, ce serait tellement amusant. Elle avait l'impression qu'une simple secousse sismique suffirait à faire choir tous ces restes de construction.Le dieu prit la parole pour ce qui allait sans doute être un petit discours d'introduction ou de motivation.

Le divin Deimos annonça que le régiment des Calamités ainsi que celui du Feu était dorénavant sous ses ordres. Les deux autres étant tombant ainsi logiquement sous le joug de son frère Phobos. Calamity posa un genoux par terre pendant le long discours de son supérieur hiérarchique. Une simple façon de lui montrer qu'elle était à son service et qu'elle ne voyait aucun mal à le servir vaillamment. Elle se fichait bien du comportement des autres régiments même si elle s'étonnait que  Lady Camélia jouisse d'une aussi mauvaise réputation au yeux du fils du divin Arès. La suite du discours de son supérieur ne pût qu’accrocher un magnifique sourire carnassier sur le visage de la Cardinale.  Deimos ne portait pas le Pégase Noir en haute estime et déléguait même le droit de le corriger afin de le mater. Sans compter la menace de voir un jour sa tête venir décorer le domaine de la divinité. Que de bonnes nouvelles en somme. La Lady était plus que comblée par toutes ces informations. Toujours le genoux à terre, elle prit la parole pour signifier sa fidélité et sa soumission à son seigneur, tel un vassal prêtant serment aux temps anciens de la féodalité.

« Ma fidélité vous est acquise Seigneur Deimos. Je vous suivrai jusqu'en enfer si vous me l'ordonnez hi hi hi. Je suis la Cardinale de la Calamité et mon régiment est entièrement sous vos ordres. Que ceux qui ne s'y plieraient pas soient châtiés pour leurs insubordination hi hi hi. Je n'apprécie guère non plus ce Chevalier Noir mais si vous jugez qu'il peut nous être utile, je m'opposerais pas à votre avis. Vous pouvez comptez sur moi pour le punir s'il fait des siennes mais est-il vraiment des nôtres  hi hi hi? A quel régiment est-il rattaché mon Seigneur  hi hi hi ? Son armure noire n'a rien avoir avec nos protections si rutilantes et résistantes offerte par votre divin père.»

La jeune femme se releva alors et jeta  un regard dur à son maître d'arme pour s'assurer que lui aussi avait bien courbé l'échine face à la divinité et qu'il avait bien comprit qu'il ne devait surtout pas commettre d'incartade en la présence de l'incarnation même de la Terreur sous peine de se retrouver six pieds sous terre de façon littérale comme imagée. Le message semblait être passé comme le prouvait la phrase qu'il avait lui même employé. A défaut d'être compétent à cent pour cent, Flagello avait quand même par moment des phrases justes et des éclairs de lucidité. Elle espérait de tout cœur, que la présence du Seigneur Deimos aurait une bonne influence sur le Fléau et qu'il pourrait apprendre tous ce qu'un Berserkers pouvait apprendre de l'un de ses maîtres. La Terreur serait sans doute une véritable source d'inspiration pour ce jeune freluquet. Maintenant qu'ils étaient sur place et que la messe était dite, Calamity n'attendait plus qu'une seule et unique chose : passez à l'action. Le meilleure moyen de le faire était encore de demander  à la divinité ce qu'elle attendait d'eux., ce qu'elle désirait qu'ils accomplissent.

« Qu'attendez vous de nous Seigneur Deimos hi hi hi ? J'ai hâte de connaître vos desseins et les tâches qui nous incomberont hi hi hi. Pas toi Flagello hi hi hi ?»
Revenir en haut Aller en bas
Deimos1

avatar
Messages : 751


Caractéristiques
Vie Vie:
321/321  (321/321)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Sam 15 Mar 2014 - 18:20

Si je connaissais bien le temple, la réponse est non. L'endroit est trop vaste pour que je puisse eût le temps de l'explorer en détail. À chacune de mes balades dans les alentours se solda par des demi-surprises ! Les rares récits dont j'ai eu entre les mains me narrèrent une architecture gréco-romaine parsemer de divers statues à l'effigie du dieu et certaines, en compagnie de sa jeune soeur, Athéna. Chose qui se confirma durant mes traverser avec pour unique surprise, le bon état du temple d'Abel ! Le Temple de Corona semble avoir été épargné par les ravages du temps. Imposant, comme tout temple principal d'un sanctuaire, on n'en voit pas grand-chose à part la pièce principale où siège d'ordinaire Abel sur son trône. Au-dessus de son trône est suspendu une gigantesque plaque de marbre gravé. Situé à l'entrée de l'édifice, mon attention est à présent louée en totalité à Flagello et Calamity.

Flagello ouvrit les échanges en confirmant ce que je sais déjà. Le régiment de la calamité est jusqu'à présent, l'unique bataillon composé d'une hiérarchie précise et où tout à chacun, parviens à se tenir à son rang et tout en respectant l'autorité de ses maîtres. Gardant délibérément le silence. Je détourne de concert le regard avec le maitre d'armes pour apercevoir la Cardinal de la calamité conservant cette position d'un genou au sol. Démontrant ainsi sa total dévotion envers mon autorité. Je ne gratifie d'aucun artifice, optant pour un visage entièrement neutre. Je conserve cette relative distance que je tiens depuis le début de nos propos. Certaines choses venaient d'être dite et pourtant. Beaucoup d'autres sont et seront évoqués comme le but exact de notre présence au Temple de Corona, mes sombres projets et l'éventuelle appartenance de Ryuken à un régiment. Émettant un soupir presque imperfectible amorçant ainsi ma tirade, je soumets mes réponses aux propos de la Cardinal et de son maitre d'armes !

" Ryuken a de mon point de vue. Aucune appartenance à un régiment spécifique. Il est et sera sous les ordres de quiconque et même de Flagello si l'envie lui prend de lui fournir un ordre spécifique. Vos actes et comportements ont fait de vous deux, les Berzekers aux caractéristiques les plus proches de votre régiment lié à la calamité. Ce pourquoi mon père et ses fils vous reconnaissent de pleins droits comme des soldats de notre armée. Ryuken devra faire ses preuves pour acquérir une armure issue de notre armée et son actuel comportement souffre encore d'un enseignement des Titans à son égard ! Il lui faudra acquérir un tout autre comportement pour souhaiter espérer une forme d'ascension dans notre faction. Mais, tenez-vous pour acquis pour le moment que Ryuken n'est qu'un simple chevalier noir et que ce statut de mercenaire fait de lui. Un individu apte à recevoir un ordre d'Arès ou même d'un simple Berzeker ! "

Avec ces renseignements. J'ose espérer qu'ils parviendront à recadrer le chevalier noir si l'envie le lui prend de se comporter d'une façon autre que sa petite personne. Quoi qu'il en soit, notre présence ici ne doit pas être pour parlementer du cas spécifique de Ryuken, du moins, pas uniquement. Et lorsque la Cardinal se releva pour quémander ce que j'attends d'elle et de Flagello. J'eus une nouvelle fois une attitude silencieuse, recadrant à même mon esprit mes divers projets. Calculer, anticiper et éviter le même genre de déboires qu'à mon arrivée au royaume de Poséidon est un souhait personnel. Néanmoins, notre présence est majoritairement là pour établir une total influence de notre armée sur le Temple de Corona, quitte à modeler l'architecture aux lieux pour lui insuffler une atmosphère lugubre et terrifiante, à l'image de mon domaine, au royaume d'Arès.

" Cet endroit est stratégique puisqu'il est limitrophe du sanctuaire d'Athéna. Je peux même certifier que les chevaliers d'Athéna ne sont pas en connaissance de ce lieu, jadis sous influence du dieu Abel ! Les rares mortels à la solde de la déesse sage et guerrière qui serait ma foi en possession de l'existence de telles ruines n'ont jamais eu l'initiative de si engouffrer. Donc, nous accaparée ce territoire est une étape à d'autres terres que je souhaite acquérir sous notre influence. Notre retour sur la surface du globe ne doit pas se contenter à nous contenir à notre seul royaume. Autre que les déliter Grecs et leurs protecteurs, les humains doivent se tenir informé de notre retour, qu'ils nous craignent pour les uns, qu'ils nous adulent pour les autres. Qu'ils viennent grossir nos rangs si leurs volontés surpassent les souffrances qu'on leur imposera. Je désire que la seule évocation de notre nom soit identique à celle qui était notre avant que nous nous fûmes scellé. "

Cependant, la première étape passe par l'acquisition totale du Temple de Corona, quitte à y défier ses fantômes du passé. À nous trois, nous devrions être quantitativement et qualitativement apte à s'enrichir et à surpasser tout danger barrant notre route ! Et sans annoncer quoique se soit, je me retourne en me montrant de dos aux Berzekers. Amorçant une marche assurée et lente en direction de l’unique temple encore debout, j'espère que les rares vestiges si tassant seront d'une qualité insoupçonnable. Et prendre les armes en y défiant des créatures ou des guerriers sera un jeu qui me ravivera et sans nul doute pour Calamity et Flagello qui sera assurément de cet avis. Distançant à présent de plusieurs mètres les deux soldats, je rentre mes mains dans les poches de mon manteau rouge sang et tournant la tête sur le côté. Je rétorque d'un ton neutre un relatif empressement.

" Si vous souhaitez apercevoir autre chose que des ruines, suivez-moi ! Face à nous persiste depuis les temps mythologiques l'unique temple encore debout du sanctuaire d'Abel ! Le Temple de ladite déliter et croyez-moi, le croisez et de l'ordre du surnaturel puisqu'il fut banni des Olympiens depuis une époque bien plus ancienne et vieille que vous deux ! J'en suis à douter de nous confronter à ses soldats, les fameux Corona Saints, mais espérons que l'on puisse usé de nos talents respectifs en combat. Mais, pour cela. Il nous faut avancer, alors ne tardons pas. "
Revenir en haut Aller en bas
Arlecchino

avatar
Messages : 150


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
140/140  (140/140)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Lun 17 Mar 2014 - 3:05

=> La porte de guerre

Ma marche pour arrivée jusqu'au temple de Corona se fit plus rapidement que prévu, bien que nous ne puissions pas parler clairement de " marche". En effet j'avais préféré m'avancer en faisant des acrobaties. D'une part, elles me fournissaient un échauffement et un entrainement physique, il ne fallait absolument pas que je sois rouillé. D'autres pars, j'en avais tout simplement envie. Après tout, pourquoi me priver d'un tel plaisir ? Voltiger me faisais me sentir libre.


- Et bhé, ils ne font pas souvent le ménage ici ! C'est bien pire que la fosse aux calamités !


Ce fut la réflexion dite à voix haute que j'eus en voyant l'état des ruines. Ce ne fut pas évident d'y accéder, fort heureusement que j'avais de l'entrainement et de l'endurance. Je doute que le quidam humain moyen aurait réussit à y arriver. Mon esprit réfléchissais en même temps à la façon pour me présenter au Seigneur Deimos et au Maître d'Arme du Fléau. Quant à Calamity, Cardinale de la Calamité; nul besoin de faire les présentations. Je devais garder un respect certain, après tout, si il y avait une hiérarchie chez les berzerker, ce n'était pas pour faire joli. Au loin je voyais trois silhouettes qui devaient sans doute appartenir aux personnes que je cherchaient. En même temps, dans un lieu pareil, il n'y a pas beaucoup de foule.

Comment engager la conversation ? arriver l'air de rien, attendre que l'on me remarque ? En agissant de cette manière, je passerais surtout pour une idiote. Je fis alors grand saut périlleux, afin de me retrouver en face du Seigneur Deimos, dont l'aura était facilement reconnaissable, car était celle qui m'avait donné un grand frisson dans la colonne vertébrale. Drôle d'entrée en matière et pour la discrétion, on y repassera, mais soit, si on ne peut pas s'amuser de temps en temps où va le monde. Il est bien sûr évident que je gardais cette pensée en mon for intérieur. Je m'agenouillais alors solennellement et baissa la tête en guise de révérence. J'avais ensuite relevé la tête. Le but n'était pas de faire preuve de lâcheté et encore moins d'irrespect, mais d'honneur et d'étiquette, malgré le bruit de mes grelots à chaque fois que je bougeais la tête. Puis je m'exprimais d'une voix sérieuse, nulle hypocrisie dans le timbre que j'employais.

- Je me présente à vous, car votre aura charismatique m'indique que vous êtes bien le Seigneur Deimos, sous le nom d'Arlecchino, véritable berserker du Chaos, appartenant au régiment de la Calamité, sous le commandement du Maître d'Arme du Fléau. Le Cavalier "Guerre" m'a demandé de vous rejoindre. Je vous prie d'accepter ma totale dévotion et mon entière allégeance, Seigneur Deimos !

Je restais le genou à terre, attendant le premier ordre qui me serait donné.
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 229


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Mer 19 Mar 2014 - 21:52

    -« Evidemment Maîtresse ! Nous sommes là pour ça, pour affronter ceux qui s’opposeront à notre Royaume ! »

    Le jeune Flagello prononça cette phrase avec un rare dynamisme, comme s’il n’avait qu’une hâte ; pouvoir s’amuser un peu, depuis le temps qu’il attendait ! Il allait pouvoir faire le point sur les forces qu’ils avaient actuellement, et puis, il ne pouvait pas non plus dire le contraire, surtout en ce moment. Il fallait montrer la valeur du régiment de Lady Calamity, et il tenait à rester comme un bon soldat de l’armée.

    Bref, le temps s’écoulait, Deimos répondit à Calamity concernant le cas de Ryuken, ce guerrier qui en fait n’était pas un véritable Berserker, et qui n’avait pas encore la confiance de beaucoup de monde ici. Etrange ! Bien que pour lui cela n’avait pas d’importance, il trouvait cela assez amusant. Et nul doute que ce guerrier serait à l’avenir l’acteur de nombreux scenarios divertissants.

    Après ce léger débat, le dieu de la terreur expliqua le but de la visite dans ce lieu, et à l’aide d’un monologue conta au deux guerriers ce qu’il allait se passer.
    Le Maître d’Arme fit un simple oui de la tête comme pour dire simplement qu’il comprenait. Et la suite ne serait pas si différente. Deimos marcha alors vers le temple, en affirmant qu’il n’était pas certain qu’ils pourraient combattre. Cette idée ne lui plaisait pas…

    -« Allons-y… Je suis curieux de voir l’intérieur de ce temple. »

    Son regard observa les pierres, jusqu’au moment où il se retourna suite à l’arrivée d’un berserker, ou plutôt d’une berserker. Arlechino ?! L’évocation de ce nom lui était familière. D’ailleurs un instant il avait mal au crâne. C’était comme s’il connaissait cette personne qu’il laissa se présenter au seigneur présent sur ses terres.
    Flagello esquissa un petit sourire en entendant que ce personnage était dans le régiment de sa patronne, et donc sous ses ordres. Elle avait l’air extravagante, et cela était un ravissement pour lui.

    -« Enchanté Arlechino, je suis Flagello, le Maître d’Arme du fléau. »

    Tout le reste ne le concernait pas, son rang n’était pas celui qui devait expliquer ce qu’il se passait ici, se présenter était amplement suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Mer 19 Mar 2014 - 23:40

Pour Deimos, Ryuken qui devait sans doute être Tatsou, étant donné qu'elle n'avait jamais entendu ce prénom pour désigner le canasson noir, semblait jouir d'à peu prêt autant de considérations qu'un simple garde. Cela collait presque au point de vue de Calamity qui considérait le chevalier noir juste inférieur à ce rang. L'objectif de cette petite escapade était donc de s'emparer d'un territoire limitrophe au Sanctuaire et de rétablir le prestige et la grandeur d'Arès et de ses Berserkers. Calamity avait déjà commencé ce beau travail en s'attaquant à Londres et Florence. Les humains avaient eut droit à une belle démonstration de forces et d'aide de la part de la jeune femme.  Elle ne voyait pas âme qui vive dans le coin ce qui la chagrina quelque peu. La Calamité avait espéré pouvoir fracasser quelques crânes ou arracher quelques yeux. Son intérêt fut ravivé lorsque Deimos l'invita à le suivre et parla d'une éventuelle présence de Corona Saints. Des Saints propre à ce lieux ? Voilà qui promettait de beaux réjouissement. Les Saints qu'elle avait rencontré au cours de cette époque était bigrement puissants. Serait ce également le cas de ceux portant le nom de ce lieu ? Le dieu qui les dirigeait avait été effacé de l'histoire et à vrai dire la Lady s'en tamponnait un petit peu car pour elle, il n'existait que trois véritables dieux, voir quatre qu'elle était prête à suivre n'importe où : Arès, Deimos, Phobos et Harmonie.

Une voix reconnaissable entre toute se fit alors entendre et la Cardinale se retourna pour apercevoir Arlecchino un genou à terre. Elle portait sa protection offerte par Arès et la Lady poussa un cri d'hystérie digne d'une jeune vierge effarouchée le premier jour des soldes chez le meilleur tailleur de Londres. Elle sauta sur le dos de son Berserkers et lui donna une bonne fessée sur les fesses avant de retourner sur le sol, bien campé sur ses jambes. Ce n'était pas Skan, ce poltron, cet honteux personnage qui avait usurpé l'identité et l'armure d'Arlecchino. La Reine des Calamités esquissa un pas de danse joyeuse pour manifester sa joie de retrouver son amie qui avait quelque peu changé par rapport à la dernière fois qu'elle l'avait vu dans la ville londonienne. Le Chaos semblait plutôt boudinée ! Elle qui donnait l'impression d'être un garçon, une véritable planche à pain sans formes semblait avoir trouvé pour son corps des courbes plus généreuses. Pourtant il s'agissait vraiment de sa voix. Il ne pouvait s'agir que d'Arlecchino du Chaos. Elle allait devoir fournir des explications quant à son absence. La Lady leva les bras au ciel, fichant son poing par mégarde ou volonté (qui pourrait vraiment savoir ce qu'il se passe dans sa caboche?) dans le nez de Flagello. Elle les baissant ensuite sur ses hanches pour toiser Arlecchino d'un regard sévère digne d'une maîtresse d'école s'adressant au porteur du bonnet d'âne.

« Où étais tu passé hi hi hi ? Je t'ai laissé à Londres et tu ne m'as plus donné signe de vie hi hi hi ! Je vois que tu t'es engraissée hi hi hi ? Que s'est il passé ? J'ai vu un odieux personnage porté ton armure. Un couard qui se nommait Skan hi hi hi. Il ne méritait même pas que je le tue tellement il me faisait honte. Cet espèce de décérébré que j'ai laissé sur l'île de la Mort a t-il un quelconque lien avec toi hi hi hi ? Dépêche toi hi hi hi, il ne faut pas faire attendre le Seigneur Deimos hi hi hi !»

Arlecchino avait surgit de nulle part comme un diable hors de sa boîte et sa conduite bien connue comme étant délurée risquait de mettre Flagello dans ses aises et la Berserkers ne souhaitait pas qu'il recommence ses frasques. Le Chaos était divertissante et amusante alors que le maître d'arme du Fléau jouait par moment comme un véritable pied. Arlecchino s'était absentée longtemps et il allait falloir l’enguirlander ou la punir. En dernier recours, elle laisserait le Fléau la prendre sous son aile. Ce serait alors une bonne occasion de voir s'il serait capable de gérer le chaos du Chaos. Voilà qui serait une juste punition et épreuve évaluative pour Flagello. Il avait eut droit à un sauvetage mais il n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Quant à Arlecchino, supporter le maître d'arme du fléau semblait une sentence assez amère pour son absence mais avant de procéder au jugement, il fallait qu'on lui expose les faits !
Revenir en haut Aller en bas
Maître de Guerre

avatar
Messages : 246


MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Dim 23 Mar 2014 - 17:09

Les fous de guerre qu'étaient les berserkers se trouvaient désormais sur une terre sacrée oubliée depuis longtemps. Des visiteurs illustres les avaient précédés, Typhon, Hypérion, Zeus, Hermès... Mais tous autant qu'ils étaient avaient laissé ce lieu mystique à l'abandon. Et maintenant, la Terreur incarnée avançait, pas à pas, semant son influence et imposant son aura terrible sur ce lieu magique qu'était le Temple de Corona. Il était le dernier bastion d'Abel, le dernier vestige témoignant de la majesté et de l'art de ce dieu déchu depuis une éternité. Un calme solennel régnait ici, troublé uniquement par les paroles et la présence des guerriers d'Arès. C'est alors qu'une musique se fit entendre au milieu de ces ruines antiques. Une musique légère, cristalline, fragile mais captivante, même pour ces guerriers acharnés et fous que sont les berserkers. 
Ils réalisèrent alors que cette mélodie était celle d'un manieur extrêmement talentueux de la lyre. Captivés, ils avancèrent curieusement de concert vers la source de cette musique enchanteresse. Au bout de plusieurs minutes qui leur avaient parues être des heures, ils finirent par s'enfoncer au coeur du temple de Corona. 


Sans prévenir, ils arrivèrent dans ce qui semblait être un jardin dissimulé au sein des ruines antiques. Une superbe fontaine occupait le fond de ce jardin, faisant jaillir une eau cristalline, et des magnifiques statues de héros, d'artistes et de créatures mythologiques agrémentaient le lieu d'une aura solennelle. Et installé au bord de la fameuse fontaine, le musicien à l'origine de la musique continuait de jouer. Relevant la tête vers ses visiteurs, ce dernier resta un instant coi, stoppant net sa mélodie. Puis, il leva le bras pour faire signe aux visiteurs  tout en souriant. 





Félicitations ! Les Berserkers  viennent de commencer la colonisation du temple de Corona ! 


Choix 1 = Exploration : explorer les ruines aux alentours du temple. (Une fois parvenu aux ruines, l'un de vous devra lancer un dé), explorer le jardin (une fois dans le dit jardin, l'un de vous devra lancer un dé).

Choix 2 = Renforcement du territoire: ordonner et participer à la construction d'un camp, d'une base, de fortifications afin de protéger le lieu d'éventuels assauts (cf règles pour les dépenses de cosmos)

Choix 3 = Investissement: libre à vous de décrire les actions que vous faites (prise de contact avec l'inconnu, encourager les soldats des titans afin de renforcer leur foi, etc..)
Revenir en haut Aller en bas
Deimos1

avatar
Messages : 751


Caractéristiques
Vie Vie:
321/321  (321/321)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Dim 23 Mar 2014 - 19:00

Les Berzekers sont décidément pleins d'entrain et s'enthousiasment à l'idée de coloniser le sanctuaire d'Abel ! S'aventurer jusqu'au temple de la déliter déchu s'avère la seule et unique destination pour tous puisqu'autour de la résidence d'Abel, tout est partiellement ou complètement détruit. À l'état de vestige, le temps a laissé intact la demeure du fils de Zeus, coïncidence où est-ce dû à un phénomène inconnu ? Le souhait de m'y immiscer attise ma curiosité qui croit crescendo à l'idée d'affronter un ennemi inconnu ! Gardant pour moi cette optique, je conserve une allure lente en direction du coeur de Dignity Hill. Profitant de conserver une sérénité apparente, j'écoute d'une oreille attentive les échanges entre Calamity et Flagello jusqu'à ce qu'une aura jusqu'alors perfectible s'aventure vers notre position.

Me détournant totalement, je fixe d'un air curieux la nouvelle venue. Pas que sa présence m'inquiète, mais sa tenue en totale contradiction avec le lieu mythique et les Berzekers ici présent me procure un relatif enthousiasme ! Quel curieux personnage et une surprenante surprise lorsqu'elle vient à s'agenouiller devant moi en guise d'allégeance. Se présentant sous l'identité d'Arlecchino et Berzeker du chaos. Sa présence est due au cavalier que l'on connaît sous l'appellation Guerre et qui lui a semble-t-il demander de nous rejoindre. Une bonne initiative en soi puis qu’avec un soldat en plus dans notre présence à Dignity Hill. Nous parviendrons sans aucun doute à s'affranchir de tout obstacles se dressant à notre chemin. Silencieux, Flagello et Calamity furent les premiers à lui répondre et pour ponctuer les présentations, je rétorque d'un sourire étrange avant de prononcer ma réponse.

" Tu me vois ravie de savoir qu'un Berzeker grossit nos rangs et qui a eu l'heureux hasard d'être informé de notre présence à Dignity Hill. Je suis bel et bien Déimos et l'un des fils d'Arès. Mais, avant de t'informer de l'utilité de notre présence au Temple de Corona, je te saurai gré de venir nous suivre durant notre périple dans la demeure d'Abel et des ruines qui l'y entourent. "

Inutile d'attendre quoi que ce soit. Détachant mon regard de la Berzeker du chaos. Je reprends une marche lente et assurée pour m'engouffrer au coeur de Dignity Hill. Et ce qui fût préalablement une simple initiative de ma part devient peu à peu guider par une douce mélodie. D'abord lointaine, je m'aventure vers la source de cette musique pour parvenir à la source même de ce son mélodieux et enchanteresse. Tout autour de nous, le décor n'est que fleur aux multiples couleurs procurant un véritable paradis parmi les ruines environnantes. Parsème ce jardin à l'atmosphère quasi sacrée, diverses statues agrémentent le jardin en lui donnant un caché supplémentaire et une note toute particulière ! Abel, si tentés ce lieu fût de son initiative à véritablement une aura qui me complaît à scruter dans tous ces détails. Jusqu'à ce que la douce mélodie s'arrête et interrompt ma découverte du lieu. Scrutant du regard le fond du jardin, une fontaine où jaillit une eau cristalline s'accompagne d'un jeune homme svelte. À le dévisager, il est l'auteur de cette harmonieuse mélodie grâce à sa lyre qu'il tient en sa possession. D'un mouvement de main pour nous faire signe de venir vers lui, je m'emploie à répondre à son invitation et venir vers lui.

" Étrange façon d'inviter des inconnus étrangers même si j'ai apprécier cette mélodie. Je suis Déimos, incarnation de la Terreur et fils d'Arès et à qui ai-je l'honneur ? "


Choix 3 et lancer de dé caduque pour le coup, désoler.


Dernière édition par Deimos le Dim 23 Mar 2014 - 19:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arlecchino

avatar
Messages : 150


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
140/140  (140/140)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Lun 24 Mar 2014 - 14:55

Le maître d'arme du Fléau, se présenta à moi. Quelle ne fut pas ma surprise, quand, pendant quelques secondes, je cru l'avoir déjà vu. Avec toutes les personnes que j'ai croisé au cours de mon existences et de mes escapades, ce ne serait pas étonnant. Mais bref, passons, tout ceci est une autre histoire. Je montrai alors mon plus beau sourire, digne d'une publicité pour un célèbre dentifrice d'une marque dont je tairais le nom.

La marque sur mes fesses, que je garderai sans doute pendant quelques temps, était une façon comme une autre pour Calamity, de me souhaiter un bon retour. Du moins, c'est comme ça que je le prenais. Vint le moment tant redouté, où je devais donner des explications quand à mon absence longue durée. Avant tout, je pris la peine de faire une révérence devant Flagello :

- Maître, Vos désirs seront mes ordres, et vos ordres mes désirs. Tout ce que vous me direz de faire, je le ferai car il en est ainsi, je vous dois obéissance.

La gestuelle, allait avec la parole, et un clin d'oeil servait de ponctuation à cette phrase.

Je me tournai ensuite vers Calamity, et tentai de lui faire un baise-main. Puis je lui répondit, avec une fausse larmichette à l'oeil.

- Oh je suis tellement navrée My Lady, de vous avoir offensée par mon absence. Mais puisqu'il faut des explications quant à ma conduite, laissez-moi, vous narrez ce qu'il m'est arrivé pendant tout ce temps. La dernière fois, que nous nous sommes vues, ce fut à Londres. Cette fameuse, ville où la nuit, toutes les folies sont permises. J'ai donc tentée, une exploration à titre personnelle de cette ville et de ses us et coutumes. J'ai pu goûté à leurs délicieux breuvage et je me suis même mis à l'art du dessin corporel. Mais par quelconque malchance ou par maladresse, l'aiguille que je devais utiliser pour graver une belle oeuvre d'art sur le bras du pauvre manant, se retrouva plantée par idnavertance dans sa carotide. Si seulement, il n'avait pas détruit la pureté de mon bas du dos, avec son horreur, peu artistique du tout.

Je posai alors façon mannequin, ou carte que présente une présentatrice météo, tout dépend de quel point de vue, on se place.

- Vous avez sans doute remarquée, My Lady , que je me suis légèrement métamorphosé au cours de cette dernière année. Il y a bien une raison à tout ceci, bien que je doute qu'elle vous plaise, je ne peux vous la cacher plus longtemps. Au cours de mes expériences anglaises, j'ai fait la connaissance d'un inconnu, je crois qu'il s’appelait Six Tâches. Nous avions passé une agréable soirée, à discuter, et par la suite, nous avions trouvé une autre façon d'échanger nos idées. L'Arlequin que je suis porta ensuite pendant neuf mois, un petit polichinelle en son sein.

Calamity avait donc vu l'Usurpateur, de l'Armure du Chaos. Je pris alors un air outré. Comment pouvait on me confondre avec cet individu.

- Ainsi cet être s'appelle Skan. Je ne sais pour quelle raison obscure mon Armure est allé avec un tel porteur, qui n'a aucun lien de parenté avec moi. Tout cela m'attriste vraiment.... Mais ne parlons plus des mauvaises choses, My Lady. Parlez-moi, plutôt de vous.

Je m'inclinais alors plus humblement vers notre Vénérable Deité, le Grand Deimos.

Une douce symphonie, parvint alors à mes oreilles. Elle était si belle, étrange-n'est-ce pas ? L'homme qui avait joué de l'instrument, nous félicita alors pour notre début de colonisation. Je me tournai alors vers Calamity et Flagello.

- My Lady, Maître, quels sont vos ordres ?
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 229


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Jeu 27 Mar 2014 - 17:38


    Quel manque de chance ! C’était la pensée qui traversait l’esprit du jeune garçon lorsqu’il reçu le coude de la Lady sur son visage. A vrai dire cette dernière semblait contente de retrouver Arlecchino. Etrange personne qu’il avait l’impression de connaître. Au-delà des différentes histoires, sa mémoire qui lui faisait défaut paraissait être sur le point de refaire surface au contact de son regard sur la silhouette de la nouvelle arrivante au temple de Corona. En effet quand elle commença à le saluer pour lui offrir son obéissance dans son esprit naquit un vague souvenir contraire à cette réalité, lui à genou faisant vœux de loyauté à Arlecchino de façon théâtral.  Se frottant les yeux il s’inclina aussi en esquissant un petit sourire et en répondant à son soldat.

    -«  Nous ferons du bon travail j’en suis certain ! héhéhé »

    Dans son regard on pouvait lire une complicité avec la berserker qui ensuite prit la peine de s’expliquer auprès de leur Maîtresse, Flagello se contenta d’écouté avec attention sans rien ajouter, non, il n’avait qu’une envie, essayer de comprendre cette sensation en voyant Arlecchino. Il remua la tête comme pour essayait d’avoir un déclic. Il observait toujours la berserker, faire des poses et en contant les raisons de son absence, et les raisons de la présence brève d’un usurpateur. Dame Calamity lui en avait parlé, et de façon peu positive. Bref, Flagello était pongé dans ses pensées, ses réflexions. Il se frottant son menton, et ce fut sans vraiment entendre la mélodie ni même ce que disait la personne qui était venu à leur rencontre qu’il se « réveilla ». Arlecchino demanda ce qu’elle devait faire, le jeune garçon fit alors une petite pirouette pour se placer sur la gauche de la jeune femme légèrement en avant comme pour marquer la hiérarchie. Il se tenait ainsi devant la Cardinale de la Calamité.

    -«  Maîtresse, quels sont vos ordres ? »

    Il souffla ses paroles, avec un profond respect qu’il marqua en inclinant son buste dans un mouvement lent et précis. Et il termina, toujours avec le même ton et en se redressant doucement. Le moment tant desiré était sur le point d'arriver, et il ne fallait surtout pas l'humilié en agissant avec de piètres manières indignes de sa personne, et surtout de leur patronne!

    -«  Vos soldats sont prêts à agir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Jeu 27 Mar 2014 - 20:29

Son ire fut détournée momentanément par les lèvres d'Arlecchino posée sur sa main puis sur ses révélations. Elle avait donc délaisser sa maîtresse pour aller s'acoquiner avec un moins que rien au nom douteux et se faire engrosser comme une vulgaire bête de somme. C'était un comportement totalement inacceptable, même pour la Berserkers du Chaos. Elle aurait pût accoucher dans la Fosse des Calamités et la Cardinale aurait ainsi pût juger si l'enfant méritait de vivre ou non. Si la réponse était favorable alors elle l'aurait dressée pour qu'il devienne un guerrier au service de son maître. Il y avait de la musique maintenant ? Quelqu'un osait venir l'interrompre pendant qu'elle attendait ses réponses. Quelqu'un désirait sûrement se voir fracasser le crâne à grand coup de son instrument ! Une corde risquait de se rompre ou de finir par étrangler le musicien qui avait prit un malin plaisir à enlever tous suspens de sa scénette ! Le seigneur Deimos s'était déjà dirigé en direction de l'origine de ces sons. En voilà au moins un qui savait prendre les choses en main ! Flagello quant à lui continuait à être ... lui même et par conséquent totalement désespérant. La Cardinale se passa une main sur le visage dépitée par tant d'incompétence. Elle attrapa alors l'oreille de son maître d'arme, puis elle lui mordit le bout de cette même oreille avant de lui donner un simple ordre.

« Arlecchino est maintenant sous tes ordres Flagello ! C'est toi qui la dirigera, lui donnera des ordres et tu as toute intérêt à te montrer compétent. J'attends de toi que tu sois un véritable leader face à tes hommes pas un chien qui vient quémander à son maître quand il doit mordre, aboyer ou courir après sa queue. Fais un seul faux pas et nous reprendrons notre petit entretien que le Seigneur Deimos à interrompu, là où nous l'avions laissé. Tu n'as pas droit à l'erreur maître d'arme du fléau !»

La voix de la Cardinale était sèche, autoritaire et plus tranchante qu'une lame d'épée. Son regard dur et transperçant donna les dernières mesures suffisantes pour faciliter la compréhension de Flagello. Son inférieur était donc mis au courant des nouveautés. La jeune américaine se dirigea alors vers la position du fils de son Seigneur et maître. Deimos semblait avoir déjà entamé la conversation avec l'étrange musicien. Première chose à observer : il était beau garçon. D'après le son produit par sa lyre il était meilleur musicien que Flagello était comédien ce qui était une bonne chose en soit mais n'empêcherait pas Calamity de l'étouffer avec son instrument de musique au moindre signe hostile ou dérangeant. Le Seigneur de la Terreur ne devait être souillé par personne, surtout sous les yeux de la Cardinale ! Cet étranger était-il véritable artiste ou un imposteur, un fumiste dont elle prendrait grand plaisir à arracher les membres, à écorché, à dépiauté les os afin de fabriquer avec son squelette un grand et flamboyant instrument de musique. Le regard perdu dans le vide, la jeune américaine eut le visage illuminée par un large sourire grâce à cette pensée attrayante. Elle adorait stimuler son sens créatif.

« Oh un troubadour hi hi hi ! Joue nous un joli morceau hi hi hi . Tu n'aurais pas des chants à la gloire d'Arès dans ton répertoire hi hi hi ? Dis moi troubadour ? Pourquoi ne t'agenouilles tu pas devant le Seigneur Deimos. Tu devrais savoir qu'il mérite qu'on lui manifeste le respect qui lui est du hi hi hi. J'aime la couleur de tes cheveux hi hi hi. Ils sont tout beau, tout blanc comme celui du Seigneur de la Terreur hi hi hi. Tu dois être flatté. C'est un grand honneur d'avoir été frappé par cette même teinte hi hi hi. Je suis Calamity, Cardinale de la Calamité aux services d'Arès. Les deux qui me suivent se présenteront d'eux mêmes hi hi hi.»

La Cardinale fit une petite révérence pour saluer l'invitée puis elle attendit les bras croisés et le regard noir que son maître d'arme entre en piste. Qu'allait-il faire ? Allait-il encore venir lui demander conseil ou ordre ? Arlecchino allait-elle réussir à dresser ce benêt ? Peut-être qu'elle devrait la nommer Maître d'arme ou les faire se battre à mort dans son arène ? D’intéressantes perspectives que tout cela ! Qui était donc ce bellâtre aux cheveux blanc comme la neige ? Il lui tardait de le découvrir !
Revenir en haut Aller en bas
Maître de Guerre

avatar
Messages : 246


MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Ven 28 Mar 2014 - 22:55

"Oh, vous êtes ainsi l'un des glorieux et terrifiants fils d'Arès, veuillez m'excuser messire et acceptez mes plus sincères respects!" 


L'étrange individu ne semblait pas plus que ça troublé par le fait de voir la Terreur personnifiée et un régiment de berserkers débarquer en ce lieu si calme et oublié de tous ou presque. Il se plia pratiquement en deux afin de saluer le dieu, et sa voix restait toujours aussi légère et joyeuse, chose étrange quand on savait qui se tenait devant lui. 


"Je me nomme Hâbil, je suis le dernier prêtre d'Abel et gardien du dernier lieu sacré de mon maître. Comme je l'ai dit il y a des lustres de cela aux titans Hypérion, Typhon, ainsi qu'au Roi de l'Olympe, Zeus et le légendaire voleur Hermès. Ces derniers sont partis et les autres sont tombés en tentant de dérober ce lieu à l'influence de mon Seigneur." 


Tout sourire, il se tourna, plongea les deux mains dans l'eau cristalline de la fontaine, et bu tranquillement. Puis il se redressa lorsque la cardinale s'adressa à lui, et la regarda, toujours aussi amusé. 


"Oh, je ne suis pas un troubadour. Juste le prêtre d'Abel, et mes talents sont bien piètres en comparaison des siens. Et je vous remercie du compliment que vous m'adressez, magnifique guerrière dont la folie semble aussi démesurée que l'amour de la bataille du Seigneur Arès. Je n'ai malheureusement pas pour le moment de chants concernant votre maître, peut être qu'un jour je broderais quelque chose en son nom, selon l'inspiration que me conférerait le Seigneur Abel. Sinon, je me suis incliné devant le Grand Deimos, n'est ce pas suffisant? Je suis désolé mais je ne suis pas très au fait des attitudes à adopter face aux enfants d'Arès... Abel était extrêmement agréable avec moi, il ne s'est jamais montré dur avec moi concernant mon comportement à adopter avec lui." 


Regardant les différents visiteurs tour à tour, il se tourna alors vers Deimos.


"Que puis je pour vous, Seigneur Deimos? Venez vous ici pour profiter des différents héritages et oeuvres d'arts que m'a laissé sous ma charge le divin Abel?
Revenir en haut Aller en bas
Deimos1

avatar
Messages : 751


Caractéristiques
Vie Vie:
321/321  (321/321)
Cosmos Cosmos:
330/330  (330/330)
Armure Armure:
580/580  (580/580)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Sam 29 Mar 2014 - 17:27

Le musicien se présenta après m'avoir salué d'une manière on ne peut plus respectueuse. Sans aucune fioriture, Hâbil répondit sereinement aux multiples questions qui lui étaient formulées par les nouveaux arrivants. Le gardien des lieux suscita en ce sens, un petit intérêt à mes yeux puis qu’à la simple élocution et davantage à notre rencontre. Beaucoup de ces semblables auraient été figés par la crainte que nous représentons. Et le dernier prêtre d'Abel échappe à cette "règle" puisque son comportement se veut calme et sincère à travers ses gestes et élocutions. Chose qui suscita encore plus mes interrogations puisque même si notre armée fût scellée des siècles durant. Il est étrange qu'Abel ait un prêtre encore vivant parmi cette génération d'humains. Se serait-il réincarné il y à peu ?

Gardant consciencieusement cette interrogation dans mon esprit, j'écoute avec un certain intérêt Hâbil indiquant que le temple de la déliter déchu fût dernièrement visité par les Titans via l'intermédiaire d'Hypérion et Typhon et des Olympiens par la venue de Zeus et Hermès. D'autres intrus se seraient eux aussi immiscer à cet endroit mythique et pour autant, tombés dans l'oubli. Silencieux, je profite du petit interlude entre Hâbil et Calamity pour élaborer un début de stratégie puisque si les Titans et les Olympiens ne sont pas parvenus à réellement établir une totale et entière emprise sur Dignity Hill. Il nous faudra éviter de tomber dans d'éventuels pièges à venir si tentés nous puissions explorer les environs. Peut-être que même que le gardien des lieux pourrait nous être un guide et nous conduire là où nous le souhaitons ...

Chose qui se confirme lorsque le dernier prêtre d'Abel s’emploie à me dévisager à nouveau et m'interroge de vive voix sur mes intentions sur ma et notre présence au Temple de Corona. M’approchant lentement de lui, glissant sur le sol fleuri que je brûlais par simple émanation de mon aura, je m'arrête à l'issue de quelques pas pour me détourner et afficher un sourire étrange à Hâbil. Tandis que mon regard se veut empli d'une lueur carnassière et auréoler d'une lueur rouge sombre.

" Tu prétends être le dernier prêtre d'Abel alors que la délité semble avoir été banni il y a des millénaires. Pour autant, il semble que tu l'aies connu, alors, serais-tu doté à l'image de rares chevaliers d'Athéna, d'un don de vieillesse simulées ? Où est-ce que ton seigneur se serait réincarné récemment avant de sombrer à nouveau dans l'oubli ? Le Temple de Corona conserve cette architecture intacte et ce qui laisse présager une récente apparition de ton seigneur, me tromperais-je ? L'aura de toute divinitée a la faculté de restaurer nos Temples assujetti à notre influence donc je ne serais guère étonné qu'Abel se soit récemment éveillé même si cette idée m'étonne quelque peu je dois dire au vu des récits le narrant. "

Laissant un instant de silence tomber sur le Temple de Corona. Je tourne mon visage vers les Berzekers en conservant cette attitude oppressante. Il est encore temps pour eux de patienter quant à un ordre clairement énoncer puisque la simple présence d'un des fils d'Arès leur suffit à conserver une attitude disciplinée, bien loin du comportement d'un certain Ryuken ou d'une Camélia dois-je dire. Me confortant dans l'optique de m'engouffrer dans le Temple de Corona sans qu'aucun d'eux puissent jouer de manière cavalière à mon insu. Je me retourne de nouveau sur le prêtre d'Abel pour lui rétorquer d'une dernière réponse.

" Je souhaite acquérir le Temple de Corona puisque même si tu es le gardien légitime. Il est en proie à l'influence de nombreuses divinités et les dernières déliter que tu as cité ayant foulé ce sol mythique ne sont qu'un aperçu de ce qui peut t'attendre à l'avenir. Et à moins que tu me prouves que tu n'es pas seul à protéger le Temple de Corona, tu peux par toi-même apercevoir la puissance de notre armée ou ce régiment n'est qu'un aperçu de celle-ci. Nous pouvons sans problème nous confronter à n'importe quelle adversaire, soit en assurés alors oui, pour l'heure, je souhaite profiter des différents héritages et œuvres d'art que t'a laissé Abel. Mais, soit assurés de mes réelles attentions, de ce fait, je te demanderais d'être temporairement notre guide pour explorer le Temple de ton seigneur. Ainsi, tu auras tout le temps et le loisir de nous narrer les innombrables trésors si camouflant à l’œil étranger. "
Revenir en haut Aller en bas
Flagello
Civil
avatar
Messages : 229


Caractéristiques
Vie Vie:
194/194  (194/194)
Cosmos Cosmos:
210/210  (210/210)
Armure Armure:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Ven 4 Avr 2014 - 21:59

    Flagello masquait son impatience comme il le pouvait, le moment était là, un mot de la patronne et tout allait commençait, les combats, le sang, l’honneur, et pour finir il allait démontrer à Dame Calamity qu’il était digne d’être son maître d’arme. Un petit sourire satisfait qui disparut vite se dessina sur les lèvres du jeune garçon. Il disparut car au lieu de recevoir des consignes, il était à deux doigts de perdre une oreille.

    Il écouta les paroles de Calamity en lançant un rapide et furtif coup d’œil à Arlecchino qui semblait prête à agir également.
    Le Maître d’Arme du Fléau était contrarié, savoir que la suite dépendait de lui, et cela pour la première fois depuis qu’il était de retour. Il se gratta le menton un instant, et répondit.

    -« Il en sera fait ainsi Ô Sérénissime Lady. »

    Le jeune Berserker se tourna alors vers son soldat, sans vraiment s’occuper de la conversation de celui qui était venu à leur rencontre et du Maître Deimos. Non, là il n’avait pas la tête à cela, il devait prendre sa décision, et au plus vite ! Hors de question d’attendre plus longtemps, il balaya avec son regard l’endroit, de loin, en tentant de tout bien regarder.

    -« Ma décision est prise ! Soldat Arlecchino ! Gaaaaaaaaaaaaaaaarde à Vouuuuuuuuuuuuuuuuuuus ! »

    Flagello se tourna vers sa complice, un air comique sur le visage, et il se mit à marcher étrangement en direction du temple.

    -« Allons visiter le temple et ses alentours, peut-être que nous y rencontrerions quelque chose d’intéressant. »

    D’un geste de la main il désigna l’horizon et ce fameux édifice et attrapa la berserker par la main, et il se mit à danser de façon maladroite mais assez classe. Et l’air chantant il prit une nouvelle fois la parole.

    -« Dansons Dansons avant que dans nos mains on y trouve nos armes pour combattre nos ennemis hihihihihi »

    Direction: Le Temple !
Revenir en haut Aller en bas
Calamity

avatar
Rôle : Cardinal de la Calamité et Forgeronne
Messages : 533


Caractéristiques
Vie Vie:
200/200  (200/200)
Cosmos Cosmos:
260/300  (260/300)
Armure Armure:
335/420  (335/420)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Ven 4 Avr 2014 - 23:34

Un prêtre d'Abel ? Il fallait lui changer son orientation religieuse à celui-là. Vénérer une véritable divinité comme l'était le Seigneur Arès serait nettement plus valorisant et gratifiant pour sa petite personne. S'il ne voulait pas s'agenouiller, Calamity était prête à l'aider. Les rotules brisées étaient de très avantageux arguments et ce devant n'importe quelle cours de justice. Deimos souleva une question intéressante sur la possibilité que sa divinité «Abel » se soit éveillé à cette époque. S'il était présent, elle ne ressentait nullement son énergie. De toute façon, il devait s'agir d'un dieu de pacotille loin d'être en mesure de rivaliser ne serait-ce qu'avec la Terreur en personne. Sinon cela ferait longtemps qu'il aurait rejoint le camp d 'Arès pour le servir et lui jurer fidélité. Calamity ne cernait pas vraiment ce freluquet musicien. Il semblait trop en état de béatitude pour être honnête. Le fils de son maître semblait cependant vouloir lui faire la conversation au lieu de le noyer dans sa peur ou de le tuer. Ce n'était pas amusant mais si Deimos jugeait bon de lui faire la causette au lieu de répandre son sang pour donner une couleur plus carmin au temple d'Abel, elle ne pouvait pas s'y opposer. Pendant un bref instant, elle eut l'impression que la divinité qu'elle servait allait lui demander de réduire en charpie le prêtre d'Abel mais il n'en fit rien. A son grand regret, elle allait devoir se contenter de faire du tourisme en suivant un hypothétique prêtre dévot d'une divinité depuis longtemps oubliée.

« Aucune marque de respect n'est jamais assez parfaite pour accueillir mes maîtres, prêtre d'Abel hi hi hi. Il y a des choses intéressantes à voir dans ce temple j'espère hi hi hi ? C'est vrai qu'il a l'air bien entretenu et je n'ai encore vu aucun esclave hi hi hi. Ne me dîtes pas que c'est vous qui réalisez toutes les tâches ménagères hi hi hi ? Vous devez être sacrément occupé pour entretenir cela tous seul hi hi hi et même pas une dame pour vous distraire hi hi hi. A moins que vos préférences n'ait à un autre genre hi hi hi hi ? Je vois un gros cancrelat que vous avez oublié là bas hi hi hi. Il faudrait l'écraser au plus vite hi hi hi !»

En parlant de l'insecte en question elle fixa son regard sur Flagello qui dansait de manière ridicule avec Arlecchino. Bon sang, il prenait un peu d’initiative enfin mais il ne cessait pas d'afficher des idioties à tout bout de champs. Le Chaos le faisait généralement avec humour et classe mais le maître d'arme était des plus dépitant. Son talent d'artiste frisait presque le respect qu'elle éprouvait pour Ryuken du Pégase Noir : le zéro pointé ! Elle lui laissait un peu de liberté et espérait qu'il ne commettrait pas de gaffe comme briser une statue du dieu Abel en essayant de refaire une de ses scénettes de théâtres idiotes. Faire le clown et faire une bêtise en combo n'était pas une chose qu'elle lui pardonnerait facilement. Par contre s'il détruisait pour se défendre ou simplement pour se faire plaisir ou le plaisir de détruire, elle lui passerait fort bien cette petite incartade sauf si Deimos exigeait d'elle qu'elle lui écrase le crâne avec ses semelles ! Elle le ferait avec le sourire et à pieds joints si la Terreur en personne lui en donnait l'ordre. La Cardinale souhaitait en tout cas que Flagello ne lui fasse pas honte.  De sa voix la plus douce, elle fixa le prêtre en rougissant comme une écolière face au plus beau garçon de la classe.

« Ne faîtes pas attention à eux, prêtre d'Abel hi hi hi. Mon petit Flagello essaye d'être un grand garçon hi hi hi mais il n'a pas encore la carrure pour être un homme je le crains hi hi hi. N'allez cependant pas pensez qu'il est un être faible. Sa puissance vous glacerait sûrement le sang hi hi hi. Je compte rester et faire la visite avec vous pour veiller à la sécurité du Seigneur Deimos. Bien qu'il n'ait pas besoin de moi pour terrasser un ennemi, je préfère lui éviter de gâcher ses pouvoirs contre du menu fretins hi hi hi.  Je me réjouis d'en apprendre plus sur votre maître hi hi hi. J'aime le mystère et votre existence semble être entourée par celui-ci hi hi hi. Alors en route mauvaise troupe hi hi hi !»
Revenir en haut Aller en bas
Arlecchino

avatar
Messages : 150


Caractéristiques
Vie Vie:
140/140  (140/140)
Cosmos Cosmos:
140/140  (140/140)
Armure Armure:
280/280  (280/280)

MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Mar 8 Avr 2014 - 12:53

Ouille ouille, d'après ce que je peux lire sur le visage de la Cardinale de la Calamity après mes révélations me laisse penser que ça risque de chauffer pour mon matricule. Nul besoin de parlote parfois, une simple expression peut vous confirmer ce que vous ressentez. Et pour moi, ça sent la remontrance à plein nez et une fessée en prime. Mais comme on le dit si bien " sauvé par le gong", même si en l'occurence là il s'agirait de dire sauver par " la douce musique du troubadour". Une fois que mes supérieurs se sont présenté à l'homme qui s'appelle Habil et qui n'est pas un troubadour mais le dernier prêtre d'Abel. Je me présente à mon tour avec révérence :

- Arlecchino Berserker du Chaos.

Le premier ordre de Flagello à mon égard vient d'être donné et c'est avec un grand sourire sur le visage que je me met au garde à vous avec beaucoup d'entrain. Mon maître d'armes me prend donc la main, et ensemble nous dansons en direction du temple.

-Il me tarde de découvrir toute les jolies choses qu'il y a dedans.

Essayant de placer une phrase entre deux virevoltages je m'adresse à mon Maître d'Arme, avec un sourire aux lèvres.

- Comme vous dansez si bien Maître Flagello. Je suis sûre que le sol frémit de bonheur à chacun de vos pas de danse dessus.

Le pensais-je vraiment ? Non pas tout à fait. Alors cela voudrait donc dire que je fais preuve d'hypocrisie. Que nenni, il s'agit juste d'un compliment favorisant la confiance de celui qui l'entend. Un peu de miel ne fait pas de mal n'est-ce pas ?

Je me met alors à chantonner une petite ritournelle qui m'est venue tout à coup dans mon esprit très ordonné pour le chaos que je représente. Enfin d'après mon point de vue, mais sûrement pas d'après celui de mon entourage et de mes adversaires.

" ♫ Dansons, tournons, virevoltons
Sous nos armes nos ennemis tomberont
En ces lieux profitons du bon temps
Pour apprécier au temple de Corona, tous ses talents
Et vous chers futurs ennemis avant que nous vous croisons
Faites un petit roupillon
Car nous Berzerker d'Arès
On vous bottera les fesses !
Lala lala lala ♫ "


Ah qu'il me tarde de visiter les merveilles du temple de Corona !
Revenir en haut Aller en bas
Maître de Guerre

avatar
Messages : 246


MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   Jeu 10 Avr 2014 - 17:43

"Ha ha ha ha ha hélas oui , mon Seigneur, vous vous trompez. Non seulement mon maître Abel n'est plus de ce monde depuis des lustres, mais qui plus est ce domaine est de très loin restauré. Ce que vous voyez devant vous n'est que ruines poussiéreuses et désuètes en comparaisons de ce qu'était ce domaine sacré du temps de la grandeur de mon Dieu. Et votre réputation vous précède, Terreur incarnée, et libre à vous d'entreprendre de conquérir ces lieux. Mais tout comme je l'ai dit aux précédents conquérants, je ne suis qu'un humble prêtre, dont l'ultime mission est de veiller sur les lieux. Et l'état actuel de ce temple est tel qu'il n'y a guère de chose à visiter, je le craint.... En tant que prêtre de mon Seigneur, je ne peux vous faire explorer les environs, vous devrez le faire par vous même et votre escouade de berserkers, et vous saurez bien assez tôt si l'endroit vous aura rejeté ou accepté." 

L'homme ne perdait rien de sa bonne humeur, même face au terrifiant fils d'Arès. Pas troublé le moins du monde, il avait répondu comme si il discutait avec un simple visiteur. Et le fait qu'il se soit annoncé comme un conquérant ne semblait pas l'inquiéter outre mesure. Il se tourna vers la Cardinale qui lui parlait, les paroles parsemées d'un rire fou. Et là encore, il ne semblait pas perturbé plus que cela. 

"A dire vrai, Cardinale, les seuls amours que je connaisse sont celui de mon Seigneur, ainsi que de l'Art, de l'Histoire, de la Poésie et de la Musique. Quant au cancrelat, libre à lui de profiter de la magnificence de ce domaine, quand bien même son état est actuellement si déplorable..." 

Son attention fut soudainement captée par la présence d'Arlecchino. Celle ci se mit à chantonner une petite ritournelle et à la surprise de tous, il la chanta en même temps que la guerrière d'Arès. 

" ♫ Dansons, tournons, virevoltons
Sous nos armes nos ennemis tomberont

En ces lieux profitons du bon temps

Pour apprécier au temple de Corona, tous ses talents

Et vous chers futurs ennemis avant que nous vous croisons

Faites un petit roupillon

Car nous Berzerker d'Arès

On vous bottera les fesses !

Lala lala lala ♫ "

-------------------

Choix: 

1/Exploration  : explorer les ruines aux alentours du temple. (Une fois parvenu aux ruines, l'un de vous devra lancer un dé), explorer le jardin (une fois dans le dit jardin, l'un de vous devra lancer un dé) avancer dans le temple (une fois dans le temple lancer un dé). veuillez créer un nouveau topic si vous optez pour ce choix. 

2/Renforcement du territoireordonner et participer à la construction d'un camp, d'une base, de fortifications afin de protéger le lieu d'éventuels assauts (cf règles pour les dépenses de cosmos)


3/  Investissement: libre à vous de décrire les actions que vous faites (continuer de parler avec l'inconnu, l'attaquer, l'insulter, autres.....) 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Que la Terreur soit !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Que la Terreur soit !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retro: Terreur en Haïti 1992
» OGM: Quand Monsanto sème la terreur
» (choquant) Un soit disant artiste ...(choquant)
» Leviathan, terreur des profondeurs !
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Anthologie Forum RPG :: Espace en Jeu "Anthologie" :: Le Monde des hommes :: Lieux Mythiques :: Le temple de Corona-